Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’école et la nation

 | 
Benoît Falaize
, 
Charles Heimberg
, 
Olivier Loubes

6. Des empires

Évolution des illustrations des manuels scolaires utilisés à Taïwan au temps de la colonisation japonaise

Torahiko Terada

Texte intégral

1L’île de Taïwan appelée pendant longtemps sous le nom de Formose ou Formosa – « Ilha Formosa » en portugais qui veut dire « la belle île » – a connu une période de colonisation par le Japon entre 1895 et 1945, après avoir été successivement gouvernée par les Hollandais (entre 1624 et 1662) et les Chinois (entre 1662 et 1895). Cédée au Japon après la guerre sino-japonaise, Taïwan a subi une politique d’assimilation culturelle (« dôka » en japonais) menée par l’impérialisme japonais. L’enseignement de la langue japonaise au peuple taïwanais qui faisait partie de cette politique « dôka » était l’une des priorités de la gouvernance de l’île de Taïwan. Le département de l’éducation et la première école de japonais y ont été installés dès la première année de la colonisation. Les manuels scolaires de japonais publiés en cinq éditions différentes pendant cette période de colonisation japonaise sont très souvent commentés, de nos jours, afin de démontrer la politique japonaise de l’assimilation forcée ; le contenu du texte, notamment, est analysé par rapport à l’impérialisme et au militarisme japonais.

2Dans cette courte étude, nous nous intéresserons aux illustrations des manuels scolaires de japonais et d’anglais utilisés par les élèves de Taïwan de l’époque. En effet, quand nous examinons de près ce que les illustrations montrent, nous comprenons que la politique d’assimilation forcée n’avait pas pour objectif, au début de la colonisation, de détruire l’identité culturelle taïwanaise. Loin s’en faut, nous constatons très vite un certain respect vis-à-vis de la culture taïwanaise au moins jusque dans les années 1930. Quelle était la politique qui se cachait derrière ces illustrations ? Comment les propagandes militaires ont-elles été transmises dans les manuels scolaires utilisés à Taïwan ? Afin d’aborder ces questions, nous examinerons d’abord l’évolution des illustrations des manuels de japonais. Ensuite, nous observerons les illustrations des manuels d’anglais utilisés non seulement à Taïwan mais aussi et surtout au Japon métropolitain. Ainsi, pourrons-nous mieux comprendre le véritable objectif de la politique de l’assimilation forcée du gouvernement japonais à Taïwan au temps de la colonisation.

3Avant d’entrer dans le vif du sujet, examinons brièvement le contexte historique de la colonisation japonaise de Taïwan. Le Japon n’a pas eu de relation diplomatique avec la plupart des pays étrangers entre 1635 et 1854 en raison de la politique d’isolement volontaire voulu par le shogunat des Tokugawa. Par contre, depuis l’ouverture du pays, le Japon a connu une ascension considérable du point de vue socioéconomique et militaire. La défaite de la Chine face au Japon après la guerre sino-japonaise (1894-1895) en était un exemple par excellence. Le traité dit de Shimonoseki a été signé en avril 1895 et la Chine a cédé Taïwan au Japon. Ainsi, l’île de Taïwan est-elle devenue la première colonie du Japon et le nouveau gouvernement japonais qui n’avait alors même pas trente ans voulait y installer une colonie dite « modèle ». Il s’est en effet beaucoup investi dans le développement économique et industriel de Taïwan.

4Plusieurs initiatives ont été proposées pour coloniser Taïwan notamment en vue de l’intégrer malgré les différences d’identité culturelle. La politique dite « dôka » a été proposée notamment à travers l’enseignement de la langue japonaise alors que la gouvernance japonaise restait encore trébuchante en raison des résistances taïwanaises. L’attentat contre l’école japonaise du 1er janvier 1896 ayant fait six victimes parmi les enseignants japonais en est l’une des illustrations.

5L’enseignement du japonais a longtemps tâtonné. Shimpei Goto, le chef du bureau des affaires intérieures de Taïwan entre 1896 et 1918, ayant prononcé son discours sur la politique d’enseignement de la langue japonaise en novembre 1903 devant le comité consultatif d’enseignement, n’a pas caché l’absence de politique clairement définie dans ce domaine. Toutefois, si le principe n’était pas encore établi, c’était parce que, pour Goto, le gouvernement colonial japonais connaissait encore mal cette île et ses résidents et qu’il fallait comprendre les mœurs et la mentalité des Taïwanais. Goto a ajouté également que la politique d’intégration devrait être basée sur la diffusion de l’enseignement de la langue japonaise.

6Nous comprenons ainsi la prudence et l’hésitation de l’État-major japonais de l’époque à Taïwan ; cela explique justement le caractère conciliant des illustrations de la première série des manuels scolaires de japonais qui avaient déjà été publiés entre 1901 et 1903 en douze volumes. Précisons que les manuels de japonais ont été préparés et publiés par la presse du gouvernement japonais à Taïwan et ont été destinés aux élèves taïwanais qui pouvaient avoir entre 7 ans et 13 ans.

7Examinons donc quelques illustrations des premiers manuels de japonais. La première leçon du premier volume montre une image d’un garçon qui descend de son lit à baldaquin accompagné d’un texte : « Le garçon s’est levé. » Nous comprenons immédiatement qu’il est dans une maison taïwanaise et n’a pas dormi sur un futon – une sorte de matelas posé sur des tatamis – à la différence de la coutume japonaise. La première illustration du manuel montre déjà un petit Taïwanais semblable aux élèves qui commencent à apprendre la langue japonaise.

8Cela ne signifie pas que les Japonais étaient absents dans ce manuel ; voyons l’illustration de la leçon 10 du premier volume : « Saluer les parents. » Nous avons deux illustrations dans la présente leçon (illustration 1) ; d’abord, à droite – précisons que la lecture se fait de droite à gauche – c’est la famille taïwanaise qui est d’abord représentée, puis, à gauche, la famille japonaise. La différence entre les deux se trouve juste au niveau du texte : dans le premier exemple, l’enfant salue les parents avant d’aller se coucher et, dans l’autre, avant d’aller à l’école.

9Dans la première illustration, l’enfant taïwanais salue respectueusement les parents à la manière taïwanaise : les parents sont assis sur la chaise et l’enfant s’incline debout. Remarquons que le père et le garçon font une tresse avec l’ensemble de leurs cheveux et que la mère et le père sont habillés en quipao, robe chinoise longue et ample. La tresse a été considérée par le gouvernement japonais, avec la coutume des pieds bandés chez les femmes et l’opium, comme une de mauvaises coutumes à bannir. Toutefois, le manuel n’a pas hésité à représenter les Taïwanais avec leur tresse pour donner une apparence familière aux illustrations. Dans l’illustration de la famille japonaise, nous remarquons le costume traditionnel, le kimono. Le code vestimentaire est efficacement employé pour représenter les coutumes de chaque pays. Dans cette illustration, par ailleurs, tous les trois sont assis directement sur les tatamis et le garçon ne se met pas debout pour saluer suivant la tradition japonaise. Il est à remarquer également que la première illustration montrant la famille taïwanaise est plus grande que la seconde illustrant la famille japonaise ; la différence de taille ne correspond pas forcément à la différence du niveau de pouvoir. La coutume taïwanaise est mise en avant de sorte que le manuel puisse attirer efficacement l’attention des petits Taïwanais.

10N’oublions pas, enfin, que dans ce texte, tout à la fin – tout à gauche de la page, donc – il y a une transcription phonétique de la traduction taïwanaise de la phrase japonaise. Le manuel essaie, ici, de présenter en écriture japonaise des phrases taïwanaises. Cette tentative n’a pas été renouvelée après la deuxième édition ; toutefois, nous comprenons très vite que le manuel n’a pas été conçu pour détruire la culture chinoise des Taïwanais.

11Autant au niveau du texte qu’au niveau des illustrations, le manuel n’interdit pas systématiquement la culture taïwanaise ; loin de là, il respecte d’une certaine façon les mœurs taïwanaises et n’hésite pas à représenter, dans les illustrations, les Taïwanais tels qu’ils sont. Cela ne signifie pas pour autant que le manuel cherche à réconcilier les deux cultures. Il ne faut pas oublier que le but du manuel consiste à implanter l’usage de la langue japonaise dans la vie des Taïwanais qui parlaient chinois. Les illustrations qui se montrent pro-taïwanaises ne sont, en fait, qu’une stratégie déguisée de l’assimilation forcée.

12L’illustration de la leçon 8 du volume VI montre, par exemple, les Taïwanais et les Japonais qui fêtent ensemble la date de l’anniversaire de l’empereur. Dans le dessin, les Taïwanais en costume traditionnel et les Japonais en tenue militaire se côtoient dans une ambiance à la fois fraternelle et festive. Autant par le choix du sujet que par la manière de représenter la scène, l’illustration du jour férié qui célèbre la date de naissance de l’empereur ne peut être qualifiée que comme de la propagande impérialiste. Le manuel veut assimiler l’identité nationale taïwanaise à l’identité nationale japonaise pour faciliter la colonisation et l’intégration de Taïwan.

13Analysons maintenant l’évolution chronologique des illustrations du manuel de japonais. La leçon 9 du volume I de la seconde édition du manuel, publiée en 1913 et 1914, montre trois enfants taïwanais (illustration 2). Le texte « Ma grande sœur écrit, ma petite sœur regarde un dessin et je dessine » n’a rien de particulier. Ils sont tous les trois habillés en costume traditionnel chinois et les deux sœurs sont coiffées à la chinoise. Sans doute, les enfants taïwanais s’y reconnaissent aisément.

14Toutefois, quand nous faisons attention aux détails, nous remarquons que le garçon dessine un drapeau japonais hissé au haut du poteau. Remarquons également qu’il ne porte plus la tresse ; en effet, la tresse commence à disparaître petit à petit dans le manuel scolaire. Côté sœurs, la grande sœur écrit dans un des syllabaires japonais : katakana. L’illustration incite les enfants taïwanais à utiliser l’écriture japonaise. Elle écrit par ailleurs la lettre en katakana « ta » qui fait la première lettre de « Taïwan ».

15L’illustration du manuel de japonais de la deuxième édition, anodine et pro-taïwanaise à première vue, est une porteuse du message caché : Taïwan fait partie du Japon et l’assimilation de l’identité nationale se fait par la langue.

16Dans la troisième édition du manuel qui a été publiée dix ans après l’édition précédente, la même leçon montre toujours le frère et les sœurs qui dessinent et écrivent. Le texte est presque le même que dans l’édition précédente : « Mon frère dessine, ma grande sœur écrit et ma petite sœur les regardent à leur côté. »

17Le frère dessine non seulement le drapeau japonais mais aussi une montagne qui ressemble au mont Fuji. Depuis la colonisation de Taïwan, la montagne « japonaise » la plus haute se situait à Taïwan. Toutefois, il va sans dire que le mont Fuji a une valeur symbolique pour l’Empire japonais. Le garçon quitte le vêtement chinois et s’habille maintenant comme un élève japonais. Nous constatons que l’identité taïwanaise est effacée dans la représentation du garçon.

18Quant aux deux sœurs, la petite regarde la grande sœur qui écrit « hata » en katakana qui signifie le « drapeau », ce qui renvoie évidemment au drapeau japonais que son frère dessine. Remarquons toutefois que les deux sœurs gardent toujours le costume chinois et sont coiffées à la chinoise. À Taïwan, la scolarisation des garçons devançait toujours celle des filles. Le nouveau manuel, ne voulant pas provoquer de réaction négative chez les filles, se montre conciliant avec les mœurs féminines de Taïwan.

19Cependant, dans la quatrième édition publiée entre 1937 et 1942, malgré la composition presque identique, nous remarquons tout de suite que les deux sœurs sont habillées à la japonaise. Le texte est exactement le même que dans la précédente édition : « Mon grand frère dessine, ma grande sœur écrit et ma petite sœur les regarde. » Toutefois, la grande sœur est habillée en costume typiquement japonais des jeunes écolières. Elle est coiffée comme une japonaise et écrit maintenant un autre syllabaire japonais : hiragana.

20Chose curieuse, le mot qu’elle écrit ne veut presque rien dire. Nous pouvons aisément déchiffrer « no » et « me » ; cette composition des lettres ne signifie rien en japonais. Paradoxalement, en effet, la référence explicite au symbole japonais disparaît dans cette illustration. Le garçon, par exemple, habillé toujours comme un écolier japonais, dessine une montagne mais elle ressemble beaucoup moins au Mont Fuji que dans la précédente édition. Nous y remarquons surtout la disparition du drapeau japonais.

21Cela n’est pas dû à un revirement de la politique de l’assimilation forcée ; bien au contraire, la quatrième édition radicalise cette tendance avec un nouveau style d’illustrations. Dès la première page du volume I, une grande planche de deux pages nous frappe par une scène de salut au drapeau japonais qui est hissé haut (illustration 3). Le salut n’est pas au style militaire mais, en tant que civils, les petits Taïwanais, accompagnés par les enseignants, montrent leur loyauté à l’Empire japonais symbolisé ici par le drapeau japonais. Dans ce frontispice, nous remarquons surtout la disparition quasi-totale des éléments qu’on pourrait considérer comme taïwanais. Ni le bâtiment, ni la nature ne nous permettent de supposer qu’il s’agit d’une école taïwanaise. Plus de quarante ans après la colonisation et l’installation de l’enseignement du japonais à Taïwan, les manuels de japonais de la quatrième édition n’ont plus eu besoin de recourir à l’usage stratégique des illustrations dans le but de séduire les enfants taïwanais. Les Taïwanais y sont représentés exactement comme les Japonais.

22Un autre rôle est désormais attribué à l’illustration : défendre la cause militaire en raison du contexte de guerre. Dans la cinquième édition publiée entre 1942 et 1945, le texte change dans la leçon concernée : « Isamu a dessiné un navire et Harué a dessiné une voiture. » En effet, le mode de vie est complètement japonisé dans ce manuel alors que des éléments concernant la guerre apparaissent.

23Nous pouvons constater, certes, que, à partir de la troisième édition, le manuel a déjà une leçon qui représente un cortège de soldats. Néanmoins, la scène de la marche en fanfare militaire est isolée du contexte de la guerre. Par contre, dans la cinquième édition, la guerre fait son apparition comme dans le cas de l’illustration qui montre un navire japonais attaquant un ennemi. Pourtant, malgré la présence du navire, la guerre n’est pas entrée dans la vie des Taïwanais au moins dans les illustrations du manuel de japonais qui n’était pas encore en proie à la propagande militaire. Nous le comprenons surtout en comparaison avec les manuels d’anglais.

24À Taïwan, le cours d’anglais a été donné comme matière obligatoire aux collèges destinés essentiellement aux élèves japonais et comme matière optionnelle aux collèges destinés essentiellement aux élèves taïwanais. Toutefois, autant pour les Japonais que pour les Taïwanais, l’anglais était presque la matière la plus importante dans les collèges-lycées des bons élèves pour qu’ils se préparent au concours d’entrée de l’université.

25Nous ne pouvons pas étudier l’ensemble des manuels scolaires qui ont été utilisés à l’époque. Nous allons examiner dans notre exposé le New King’s Crown Readers qui a été choisi parmi les cinq manuels d’anglais autorisés pendant la Seconde Guerre mondiale avant que le ministère japonais ait interdit tous les manuels d’anglais sauf un seul manuel officiel autorisé en 1944. Notons également que, à la différence du cours de japonais, les mêmes manuels ont été employés au Japon métropolitain et à Taïwan pour le cours d’anglais.

26La série des manuels d’anglais de Crown Readers était l’une des plus populaires au Japon. Naibu Kanda, auteur du manuel, était devenu, après ses études universitaires à Amherst College aux États-Unis, professeur d’anglais et de latin dans plusieurs universités japonaises.

27La troisième édition de New King’s Crown Readers publiée en 1931 nous montre, par exemple, la carte des États-Unis dès la leçon 2. Pour Kanda, comme pour beaucoup d’autres auteurs des manuels d’anglais, il était logique de montrer d’abord la carte des États-Unis ou celle de l’Angleterre, Dans le manuel de Kanda, la carte du Japon apparaît en effet seulement dans la leçon 5 loin derrière la carte des États-Unis et celle d’Angleterre.

28Pourtant, la quatrième édition du manuel publiée en 1938 et autorisée au temps de la guerre, montre, dès la première page, la carte et le drapeau japonais. Une illustration d’un char les accompagne. Dans la leçon 3, les soldats sont représentés avec la porte d’un temple shintoïste (illustration 4). Rappelons que c’était selon la doctrine du shintoïsme que l’Empereur japonais a été considéré comme un dieu vivant.

29En 1944, le ministère japonais a autorisé un seul nouveau manuel qui s’appelait Eigo, c’est-à-dire la langue anglaise en japonais. Même le titre n’était plus en anglais. À la leçon 1, pour représenter le texte anodin « This is a map. This is a flag », le drapeau japonais et la carte du Japon montrant toutes les colonies japonaises dans l’Asie y ont été représentés.

30Ce qui nous frappe dans les illustrations du manuel Eigo, c’est la réalité des élèves japonais au temps de la guerre. À la première leçon de la deuxième année, afin de représenter la rentrée scolaire, l’illustration nous montre des élèves qui font le salut miliaire comme de vrais soldats.

31Dans ce manuel d’anglais, les illustrations nous montrent un char qui avance et un avion qui attaque les ennemis au front de guerre. À la deuxième page du manuel de la deuxième année, le texte explique la joie de la rentrée : « Notre principal nous a dit que nous devrions penser à nos soldats et à nos marins qui usent toutes leurs forces pour nous aux fronts et que nous devrions fournir tous nos efforts en tant que collégiens. » Nous trouvons nos petits collégiens, dans l’illustration, en pleine marche militaire, à l’extérieur de la salle de classe. L’illustration nous permet de comprendre que la guerre est présente dans la vie des élèves.

32Le manuel d’anglais n’était rien moins qu’une propagande militaire, comme la leçon 32 nous le confirme. Chaque matin, Taro, un garçon japonais exemplaire, salue respectueusement le palais impérial, remercie les soldats et les marins et prie pour que le Japon gagne la guerre. Outre la propagande impérialiste, le manuel d’anglais incitait les élèves à se consacrer à la « tâche » attribuée au « petit soldat ». En fait, le moment n’était pas vraiment pour les études. Les élèves sortaient de la classe et travaillaient dans les champs pour cultiver la terre. Vers la fin de la guerre, à cause de la pénurie de main-d’œuvre et de nourriture, la corvée était quotidienne pour les élèves japonais.

33L’illustration du manuel d’anglais n’hésite pas à montrer cette réalité pour les inciter à assumer cette tâche. La leçon 27 du manuel d’anglais Eigo nous montre en effet la vie d’un élève en une semaine (illustration 5). Dimanche, il a réparé la route près de l’école, lundi, il est resté à la maison pour écrire aux soldats, jeudi, il est allé à la campagne pour aider les agriculteurs. Il ne va pratiquement jamais à l’école pour étudier l’anglais ! Par rapport au manuel de japonais utilisé à Taïwan, nous constatons combien les manuels d’anglais, utilisés aussi bien au Japon qu’à Taïwan, incitaient les jeunes élèves à soutenir la guerre. La propagande militaire du manuel d’anglais influençait ainsi les élèves taïwanais plus que les manuels de japonais qui ont été utilisés à Taïwan.

34Les illustrations du manuel de japonais publié et utilisé à Taïwan au temps de la colonisation japonaise montrent clairement la politique dite « doka », c’est-à-dire celle de l’assimilation forcée. Toutefois, l’analyse des illustrations nous permet de déceler un certain respect vis-à-vis de la culture taïwanaise surtout au début de la colonisation. Pourtant, il ne faut pas se fier aux apparences ; c’était juste pour séduire les élèves taïwanais méfiants. Un semblant de respect a disparu en effet au fur et à mesure que l’enseignement de japonais se généralisait. Par ailleurs, la propagande militaire japonaise a atteint son paroxysme curieusement dans les manuels d’anglais et non de japonais. Ce sont les illustrations qui ont joué un rôle important pour véhiculer efficacement cette propagande. Nous considérons souvent que les illustrations du manuel scolaire ne sont que de beaux ornements ; au contraire, elles sont révélatrices des manœuvres politiques et pédagogiques, comme en témoignent les manuels scolaires employés dans « Ilha Formosa ».

Illustration 1. Presses du gouvernement général de Taïwan, Manuel de japonais (1re éd.), 1901-1903 (réimprimé par SMC publishing Inc., Taipei, 2003), vol. 1, folio 13 au verso et folio 14 au recto, « Saluer les parents ».
© SMC publishing Inc.

Illustration 1. Presses du gouvernement général de Taïwan, Manuel de japonais (1re éd.), 1901-1903 (réimprimé par SMC publishing Inc., Taipei, 2003), vol. 1, folio 13 au verso et folio 14 au recto, « Saluer les parents ». © SMC publishing Inc.

Illustration 2. Presses du gouvernement général de Taïwan, Manuel de japonais (2e éd.), 1913-1914 (réimprimé par SMC publishing Inc., Taipei, 2003), vol. 1, folio 22 au verso et folio 23 au recto, « Écrire et dessiner ».
© SMC publishing Inc.

Illustration 2. Presses du gouvernement général de Taïwan, Manuel de japonais (2e éd.), 1913-1914 (réimprimé par SMC publishing Inc., Taipei, 2003), vol. 1, folio 22 au verso et folio 23 au recto, « Écrire et dessiner ». © SMC publishing Inc.

Illustration 3. Presses du gouvernement général de Taïwan, Manuel de japonais (4e éd.), 1937-1942 (réimprimé par SMC publishing Inc., Taipei, 2003), vol. 1, frontispice (folio 2 au verso et folio 3 au recto). © SMC publishing Inc.

Illustration 3. Presses du gouvernement général de Taïwan, Manuel de japonais (4e éd.), 1937-1942 (réimprimé par SMC publishing Inc., Taipei, 2003), vol. 1, frontispice (folio 2 au verso et folio 3 au recto). © SMC publishing Inc.

Illustration 4. Tsuneo Aoki et Takeo Teranishi, Eigo, Tokyo, L’imprimerie des manuels scolaires, 1944, p. 91-92. © Ozorasha publishing Inc.

Illustration 4. Tsuneo Aoki et Takeo Teranishi, Eigo, Tokyo, L’imprimerie des manuels scolaires, 1944, p. 91-92. © Ozorasha publishing Inc.

Illustration 5. Naïbu Kanda, The New King’s Crown Readers (The Fourth Revised Edition), Tokyo, The Sanseido, 1938, p. 9.
© The Sanseido publishing Inc.

Illustration 5. Naïbu Kanda, The New King’s Crown Readers (The Fourth Revised Edition), Tokyo, The Sanseido, 1938, p. 9. © The Sanseido publishing Inc.

Table des illustrations

Titre Illustration 1. Presses du gouvernement général de Taïwan, Manuel de japonais (1re éd.), 1901-1903 (réimprimé par SMC publishing Inc., Taipei, 2003), vol. 1, folio 13 au verso et folio 14 au recto, « Saluer les parents ». © SMC publishing Inc.
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/2404/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 258k
Titre Illustration 2. Presses du gouvernement général de Taïwan, Manuel de japonais (2e éd.), 1913-1914 (réimprimé par SMC publishing Inc., Taipei, 2003), vol. 1, folio 22 au verso et folio 23 au recto, « Écrire et dessiner ». © SMC publishing Inc.
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/2404/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 163k
Titre Illustration 3. Presses du gouvernement général de Taïwan, Manuel de japonais (4e éd.), 1937-1942 (réimprimé par SMC publishing Inc., Taipei, 2003), vol. 1, frontispice (folio 2 au verso et folio 3 au recto). © SMC publishing Inc.
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/2404/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 190k
Titre Illustration 4. Tsuneo Aoki et Takeo Teranishi, Eigo, Tokyo, L’imprimerie des manuels scolaires, 1944, p. 91-92. © Ozorasha publishing Inc.
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/2404/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 157k
Titre Illustration 5. Naïbu Kanda, The New King’s Crown Readers (The Fourth Revised Edition), Tokyo, The Sanseido, 1938, p. 9. © The Sanseido publishing Inc.
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/2404/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 196k

© ENS Éditions, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540