Version classiqueVersion mobile

Condorcet

La révolution et la république

Présentation

François Hincker

Texte intégral

1Le xixe siècle, d’une part se désintéressa de l’activité publique, aux confins de l’action politique, de Condorcet sous l’Ancien Régime, d’autre part censura ou déplora le rôle de Condorcet pendant la Révolution. Puis, au tournant du xxe siècle, Robinet, Alengry et sourtout Cahen construisirent au contraire une biographie tournée de façon quasiment téléologique vers l’issue révolutionnaire, et tragiquement révolutionnaire, de la pensée et de la vie. Quant à l’information, Cahen demeura insurpassé jusqu’à Baker (1975), les seuls apports pendant ces soixante-dix années étant celui d’Hélène Delsaux (Condorcet journaliste, 1931) et celui de Lucy M. Gidney (L’Influence des Etats-Unis d’Amérique sur Brissot, Condorcet et Mme Roland, 1930). Les rares nouvelles biographies (Buisson, 1929, qu’il faut cependant créditer de la publication de six inédits ; Bouissounouse, 1962) et les introductions plus ou moins importantes aux rééditions de l’Esquisse (Prior, 1931 ; Hincker, 1966 ; Prior-Belaval, 1970) puisèrent dans Cahen. Quant aux grands classiques de l’historiographie révolutionnaire, alors que Aulard et Jaurès avaient accordé une grande place à Condorcet, celui-ci était, soit assassiné par Mathiez, soit simplement mentionné en deux ou trois circonstances du récit par Lefebvre (1930), Soboul (1962), Furet-Richet (1965), ces circonstances étant la prise de position républicaine après la fuite du roi et la présentation du projet constitutionnel en février 1793.

2Si le colloque de 1988 put consacrer la plus volumineuse de ses séquences (quinze communications) à « Condorcet et l’objet politique », c’est que dans les quinze années antérieures s’était produite, au sein des sciences humaines, une explosion des études condorcétiennes. Tout s’est passé comme si le livre de Baker avait servi d’interface entre les acquis d’une explosion similaire commencée au début des années 1950 chez les historiens des sciences et les épistémologues, et les nouveaux centres d’intérêt apparus dans les sciences humaines : généalogie de la philosophie politique démocratique, réévaluation du concept de progrès, quête de fondements théoriques et d’origines historiques aux nouvelles luttes politiques (anticolonialisme, féminisme) et aux débats sur l’instruction et l’éducation. Par ailleurs, l’ébranlement de la stricte orthodoxie jacobine dans l’historiographie révolutionnaire et la montée en puissance de la thématique des droits de l’homme à l’approche du bicentenaire de la Révolution française, levaient des hypothèques qui avaient jusque-là pesé sur l’intérêt pour Condorcet et fournissaient au contraire à celui-ci des occasions de reconnaissance médiatique et scientifique. C’est donc en s’occupant de questions dans l’air du temps que, philosophes, historiens de la pensée politique et économique, historiens du droit, historiens de la colonisation, découvrirent ou redécouvrirent Condorcet. Tel fut d’ailleurs le profil de la grande majorité des quinze intervenants dans la séquence évoquée à l’instant du colloque de 1988 : seulement deux d’entre eux étaient des historiens généralistes de la Révolution française. Rappelons que les communications eurent alors pour axe : d’une part la philosophie politique, qui incluait bien entendu la pensée constitutionnelle, de Condorcet ; d’autre part la spécificité de celui-ci dans l’approche des droits de l’homme, en particulier son féminisme.

  • 1 Colloque Monnaie et finances chez Condorcet, Lyon, 17-18 juin 1994, organisé par le Centre de reche (...)

3Depuis 1988, c’est la confirmation et l’accentuation de ces traits tant de la thématique que de la position des chercheurs et essayistes qui me semblent avoir caractérisé la conjoncture. L’année 1994 voit s’opérer un changement à mes yeux très significatif. Le colloque de Lyon sur Condorcet et la monnaie1, et ce présent colloque, témoignent d’un déplacement vers des problématiques et des sources plus explicitement politiques et plus précisément situées dans une périodisation fine. Ainsi, au colloque de Lyon, la position de Condorcet à l’égard des assignats fut minutieusement décrite dans son évolution et dans son contexte politique y compris événementiel. Ainsi dans ce colloque, les communications présentées par M. Albertone, H. Dippel, D. Huggins, C. Wolikow, J. Guilhaumou, Y. Bénot, s’appuyant sur un corpus considérable d’écrits condorcétiens et d’autres écrits leur faisant écho, révèlent plus encore qu’elles ne confirment comment la pensée de Condorcet se nourrit des polémiques et des enjeux politiques, français ou américains, les plus brûlants. De leur côté, S.-A. Leterrier et B. Gainot font découvrir l’effet Condorcet suscité par la résurrection de l’homme et de la pensée que représenta la parution posthume de l’Esquisse en 1795, et ceci dans des lieux attendus comme l’Institut, et d’autres qui le sont beaucoup moins, comme le courant néo-jacobin.

4Au moment précis de ce colloque, quel bilan peut-on établir ?

  • 2 Sur les élections et autres textes, Paris, Fayard, 1986.
  • 3 Réflexions et notes sur l’éducation, Manuela Albertone éd., Naples, Bibliopolis, 1983 ; Cinq mémoir (...)
  • 4 Journal de la Société de 1789 (1982), Journal d’instruction sociale (1981), Aux origines de la Répu (...)
  • 5 À paraître (Charles Coutel et Catherine Kintzler éd.), Paris, Payot.
  • 6 Mémoires et discours sur les monnaies et les finances (Bernard Courbis et Lucien Gillard éd.), Pari (...)

5Des rééditions, fussent-elles modérément ou pas du tout érudites, ont rendu disponibles un minimum vital de grands textes. Après le volume dit Sur les élections, du Corpus de philosophie en langue française qui fit événement2, on dispose désormais de l’essentiel des textes sur l’instruction3 ; d’une trentaine de grands discours, articles et libelles politiques dans les « reprints » d’EDHIS4 ; prochainment, entre autres, du rapport de février 1793 sur la Constitution5, de quelques grands textes sur les monnaies et les finances6.

6Dans les Index nominum des ouvrages relevant de l’historiographie révolutionnaire, postérieurs à 1988, dans ceux relevant de l’histoire des idées politiques d’autre part, la présence de Condorcet est devenue quasiment inflationniste.

7La plongée dans les manuscrits à laquelle se livre l’équipe organisatrice de ce colloque ne révèlera pas, dans le domaine qui fait l’objet de ce rapport, des découvertes équivalentes à celles faites dans le domaine scientifique, mais donnera des résultats qui d’ores et déjà ne s’avèrent nullement marginaux.

8Quelle appréciation porter sur ce triple corpus ?

9Des réévaluations sont acquises :

  • Sur Condorcet et l’instruction publique (voir l’exposé de C. Coutel).

  • Sur Condorcet et les finances publiques. Le colloque de Lyon a montré que les questions monétaires furent abordées par Condorcet d’un point de vue financier beaucoup plus large, en relation avec la fiscalité, la dette publique, la circulation des marchandises, l’opinion publique à l’égard de la monnaie ; point de vue financier abordé lui-même à partir de 1791 d’un point de vue politique. C’est pourquoi Condorcet est passé d’une franche hostilité à l’égard de l’assignat en 1789 et 1790 à une acceptation nullement résignée mais théoriquement et politiquement fondée.

    • 7 Catherine Duprat, Pour l’amour de l’humanité. Le temps des philanthropes, tome 1 seul paru, Paris, (...)

    La clef la plus opératoire pour comprendre la trajectoire politique de Condorcet est sans doute son appartenance, informelle mais intellectuellement forte et significative, à un « milieu » idéologique et culturel qui s’est coagulé dans les années 1780 et qui devint un milieu politique au sens moderne du mot lorsque la Révolution ouvrit un espace à la politique. Milieu rationaliste, libéral, philanthropique, au sens remarquablement établi par la grande thèse de Catherine Duprat, où l’on rencontre d’ailleurs Condorcet à toutes les pages7, nullement paternaliste mais utilitariste et laïque. Dans ce milieu se côtoient avant 1789 des administrateurs éclairés et des académiciens au service du bien public, des nobles libéraux, des financiers, des économistes, des marginaux sociaux et des intellectuels de basse extraction en quête d’intégration, des anglophiles, des américanophiles et des Américains : aussi bien donc un Béthune-Charost, un Mirabeau, un Siéyès, un Clavière, un Pastoret, un Brissot ; c’était un milieu militant par la plume, par la stratégie et la tactique d’un inlassable lobbying, par l’activisme de sociétés de pensée et de campagnes d’opinion fort modernes portant sur la réforme de la législation criminelle ou des hopitaux, le développement de l’instruction, l’abolition de la traite, la liberté économique, les caisses d’épargne et le mutuellisme. Une aile de ce milieu deviendra sans difficulté républicaine en 1791, fracture politique de première importance dans la vie de Condorcet, mais non pas fracture intellectuelle. Avant comme après, à ce milieu naguère large, désormais plus restreint, Condorcet apporta la dimension hautement théorique qui y fait sa spécificité. Inversement, une focalisation historiographique sur Condorcet et les liens qu’il entretint avec tel ou tel à tel moment, dans ce milieu, constituerait une excellente voie d’approche pour une relecture de la Révolution française, faite jusqu’ici selon le procédé abusif d’une rétrospection (ou d’une projection) des clivages circonstanciels de l’an II. Car, dans ce milieu, on repère certes peu de futurs robespierristes, mais on ne trouve pas tous les futurs Girondins, loin de là, ni d’ailleurs tous les hommes de 1789 (Barnave par exemple), tandis qu’à l’autre extrémité de la Révolution, l’écho de l’Esquisse est entendu dans des cercles politiquement antagonistes mais ayant semble-t-il en commun l’héritage de la culture à l’instant dessiné.

  • Comme en témoigne de façon éclatante l’irruption fracassante de Condorcet sur la scène la plus politique qui soit au moment de la fuite du roi, l’homme ne se contraint point à s’inscrire dans la politique quotidienne. Il le fait au contraire avec une dilection particulière par la plume du journaliste ou du pamphlétaire : comment expliquer autrement qu’il ait, quotidiennement, pendant plus de quatre cents jours, donné une « chronique parlementaire » au Journal de Paris puis à la Chronique de Paris ? L’image du pur intellectuel égaré en révolution n’est plus tenable. Il y a continuité de l’Almanach anti-superstitieux et (peut-être) des pamphlets anonymes contre le Parlement (immédiatement attribués à Condorcet par la presse, les mouchards de la police, le Parlement lui-même, mais jamais confirmés par une quelconque source : éclairera-t-on le mystère ?...) au moment du ministère Turgot, à la protestation indignée contre le bouclage précipité de la Constitution de 1793.

    • 8 Marcel Gauchet, La Révolution des droits de l’homme, Paris, Gallimard, 1989 ; Patrick Guenniffey, L (...)

    Ce n’est plus seulement l’importance de Condorcet dans la généalogie de l’idée républicaine en France (Nicolet, 1982) qui est reconnue, mais aussi son importance dans la généalogie de la conception du suffrage universel et plus généralement dans l’histoire de la pensée philosophique et politique de la souveraineté8.

10De l’investissement dans l’observation des manuscrits, on peut attendre :

  • Au plan factuel, des réévaluations chronologiques significatives qu’une édition elle-même réellement chronologique de tous les écrits de Condorcet pendant la Révolution permettrait d’apprécier. On sait en effet que l’édition Arago n’est pas seulement incomplète et fautive, mais qu’elle est aussi bizarrement désordonnée. Une remise en ordre permettrait par exemple de dissiper l’essentiel de l’obscurité qui continue d’entourer la trajectoire de Condorcet dans la première moitié de 1789 et dans les semaines précédant sa prise de position républicaine.

  • Au plan des quasi-découvertes, on connaîtra quelque peu l’activité de Condorcet à la Trésorerie, car le caractère ultra-fragmentaire des papiers la concernant n’empêche pas d’entrevoir un Condorcet administrateur scrupuleux autant que pédagogue à l’égard de ses services et des citoyens que la décentralisation de 1790 a rendus gestionnaires des finances publiques. On mesurera mieux aussi l’intérêt constant que Condorcet a porté à la politique extérieure : en ce domaine plusieurs inédits sont d’une grande importance.

11Demeurent des points aveugles, peut-être pour toujours :

  • L’activité de Condorcet à la Commission des 21 (juillet-septembre 1792), puis au Comité de défense générale, l’une et l’autre préfigurations du Comité de salut public. Alors que leurs archives sont des plus réduites, on ne trouve rien dans les manuscrits de Condorcet qui les concernent, ce qui est très singulier.

  • Plus généralement, l’activité et l’état des réflexions de Condorcet entre la fin février 1793 et le 2 juin.

Notes

1 Colloque Monnaie et finances chez Condorcet, Lyon, 17-18 juin 1994, organisé par le Centre de recherches monnaie-finance-banque de l’université Lumière – Lyon II, le GDR Monnaie et financement, l’association Jacques Cœur pour l’histoire des pensées et pratiques monétaires.

2 Sur les élections et autres textes, Paris, Fayard, 1986.

3 Réflexions et notes sur l’éducation, Manuela Albertone éd., Naples, Bibliopolis, 1983 ; Cinq mémoires sur l’instruction publique, présentation par Charles Coutel et Catherine Kintzler, Paris, Garnier-Flammarion, 1994 ; « Rapport et projet de décret », in Les Comités d’instruction publique de la Révolution. Principaux rapports et projets de décrets (présentation par Josiane Boulad-Ayoub, Michel Grenon et Serge Leroux), fascicule 1 : Condorcet et Romme, Presses universitaires du Québec, 1992 ; Moyens d’apprendre à compter sûrement et avec facilité (Charles Coutel, Nicole Picard et Gert Schubring éd.), Paris, ACL, 1988.

4 Journal de la Société de 1789 (1982), Journal d’instruction sociale (1981), Aux origines de la République (1992).

5 À paraître (Charles Coutel et Catherine Kintzler éd.), Paris, Payot.

6 Mémoires et discours sur les monnaies et les finances (Bernard Courbis et Lucien Gillard éd.), Paris, L’Harmattan, 1994.

7 Catherine Duprat, Pour l’amour de l’humanité. Le temps des philanthropes, tome 1 seul paru, Paris, éditions du Comité des travaux historiques et scientifiques, 1993.

8 Marcel Gauchet, La Révolution des droits de l’homme, Paris, Gallimard, 1989 ; Patrick Guenniffey, Le Nombre et la raison. La Révolution française et les élections, Paris, éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 1993 ; Lucien Jaume, Le Discours jacobin et la démocratie, Paris, Fayard, 1989 ; Pierre Rosanvallon, Le Sacre du citoyen. Sacre du suffrage universel en France, Paris, Gallimard, 1992.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search