Version classiqueVersion mobile

L’école et la nation

 | 
Benoît Falaize
, 
Charles Heimberg
, 
Olivier Loubes

6. Des empires

Dans l’ombre de l’Autre

Les avatars de la na(rra)tion historique moldave à travers les manuels scolaires, 1918-2006

Maria Neagu

Texte intégral

  • 1 C. Durandin, préface au livre de P. Negură, Ni héros ni traîtres. Les écrivains moldaves sous le p (...)
  • 2 Dans l’espace médiatique moldave, le phénomène a été décliné et décrié de diverses façons. Pour un (...)
  • 3 C. Durandin, déjà cité, p. 11.
  • 4 L’expression est de Rose-Marie Lagrave. Entretien avec l’auteure (Bucarest, juin 2003). Des appella (...)

1Petit pays situé dans le contexte de l’espace ex-soviétique, la République de Moldavie surprend l’observateur étranger par son identité hybride, « ni russe, ni roumaine, ni juive, ni ukrainienne, ni bulgare […], qui s’énonce au pluriel des mémoires et des références »1 nationales. D’un endroit où sévit une véritable « crise d’identité »2 à un « lieu magique d’identité forte »3, en passant par un « État à la recherche de sa nation »4, les chercheurs multiplient les épithètes déclinant, sur le mode de l’actualité postcommuniste, la réalité moldave depuis l’indépendance étatique, le 27 août 1991. Si les questionnements identitaires que connaît actuellement la Moldavie font d’elle un échantillon exemplaire du panorama européen tel qu’il se dresse après la chute du Rideau de fer, force est de constater que cette similitude repose sur une configuration complexe d’enjeux multiples – historiques, géopolitiques, sociétaux et mémoriels, entre autres – propres au monde est-européen.

  • 5 A. Zub dir., Basarabia. Dilemele identităţii , ouvr. cité, p. 11.
  • 6 F. Parmentier, La Moldavie à la croisée des chemins, Paris, Éd. Universitoo, 2003.

2Ancrée au cœur d’une zone où se croisent et s’entrelacent les traces d’empires divers, que certains qualifient de « carrefour des carrefours »5 et d’autres de pays « à la croisée des chemins »6, la Moldavie fut longtemps la cible privilégiée de ses voisins en quête de nouveaux horizons d’expansion. La dualité identitaire qu’elle affiche aujourd’hui, à l’image de Janus, est en effet le résultat malmené d’un éventail de tentatives volontaristes de « faire nation » au cours des deux derniers siècles afin de répondre à des besoins de légitimation du pouvoir en place, qu’il ait été russe, roumain, soviétique ou moldave. Que ce soit en 1812, 1918, 1940, 1945 ou 1991, chaque fois que la Moldavie a connu un tournant dans son devenir politique (voir fig. 1 et 2), les nouvelles autorités ont tenté d’imposer leur hégémonie idéologique en réaménageant l’imaginaire collectif des populations locales.

  • 7 S. Citron, Le mythe national. L’histoire de France en question, Paris, Les Éditions ouvrières, 1987 (...)
  • 8 Précisons que ce rôle du manuel d’histoire relève des objectifs qui structurent sa trame narrative (...)
  • 9 Ibid., p. 9.
  • 10 Voir à ce propos, M. Ferro, Histoire sous surveillance, Paris, Éd. Calmann-Lévy, 1985 ; H. Moniot e (...)

3À cet égard, le manuel d’histoire s’est présenté comme un instrument privilégié. Du fait des fonctions éducatives et de la force persuasive qui lui sont attribuées, il véhicule en effet un discours sur le passé qui fige sur le papier une certaine « autobiographie nationale » jalonnée de « grands événements et [de] grands personnages »7, sorte de « roman national » censé entretenir auprès des jeunes lecteurs le sentiment d’adhésion à la nation. Même si, avec le temps, le manuel d’histoire a vu diminuer son rôle de « créateur de conscience nationale »8 en raison de la prolifération massive des produits culturels avec lesquels on forge aujourd’hui l’imaginaire collectif d’un groupe d’appartenance, les débats et initiatives qu’il génère dans plusieurs sociétés prouvent qu’il a encore « pour fonction et pour définition d’être le récit de la nation »9. À la fois objet de convoitise des acteurs en quête de légitimité pour asseoir leur pouvoir et image représentative de ce qu’une collectivité retient de son passé, de son expérience et de son essence à un moment précis de son existence10, le manuel constitue alors une précieuse archive des temps reculés. Par son discours balisé, ses amnésies et ses excès, par ses silences et ses tabous, le livre scolaire d’histoire se révèle en effet une mine d’information sur la manière dont une société se souvient de son existence antérieure, la narre et la transmet en héritage aux générations futures.

  • 11 Nous privilégierons ici une approche sociocritique inspirée des travaux de V. Kalmus, School textbo (...)
  • 12 En ce sens, nous croyons que les problématiques amorcées ailleurs dans le monde, notamment au Québe (...)

4C’est donc en tant que « témoins » des époques reculées que nous souhaiterions interroger ici les manuels moldaves d’histoire, les questionner sur l’origine et les circonstances entretenant la polyphonie identitaire qui résonne aujourd’hui sur la scène moldave. À l’aide des approches critiques empruntées à l’histoire culturelle, nous analyserons le texte dans son contexte de production, c’est-à-dire en conviant à la discussion des éléments susceptibles d’avoir orienté le récit des manuels en question : acteurs sociaux, ordres politiques, positionnements géographiques, balance de pouvoir, rapports de force.11 Dans un premier temps, nous esquisserons les contextes géohistoriques au sein desquels s’inscrivent les différents efforts sociétaux de définition d’une communauté nationale en Moldavie. Par la suite, nous entrerons au cœur du récit historique scolaire définissant, selon les périodes et les régimes politiques successifs, l’identité des Moldaves dans le temps. Il s’agira ici de retracer les pourtours de la narration scolaire d’histoire saisie dans la pluralité de ses thématiques, de ses formes rhétoriques et de ses syllabus interprétatifs. Enfin, nous conclurons le présent article en entamant une réflexion exploratoire sur l’avenir de l’histoire en Moldavie : quelle mémoire du passé faut-il retenir et comment peut-on la transformer en récit scolaire d’histoire pour que ce dernier puisse participer à l’ouverture de l’avenir du pays ?12

Contexte de genèse : les vicissitudes de la nation en Moldavie

  • 13 G. Ciorănescu, Bessarabia disputed land between East and West, Bucarest, Éd. de la Fondation cult (...)

5Dans le contexte moldave, l’édification de la nation se charge d’un enjeu particulier, en lien avec la géométrie variable de la région éclipsée par de grands empires (russe, ottoman, austro-hongrois et soviétique) et écartelée entre les velléités expansionnistes des uns et des autres.13

  • 14 Selon le recensement de 1817, les groupes ethniques formant le tissu social de la Bessarabie se rép (...)
  • 15 Pour un développement plus ample du sujet, voir I. Livezeanu, Cultură şi naţionalism în România Mar (...)

6Aussi connue sous le nom de Bessarabie, la République de Moldavie correspond en effet à la partie est de la Principauté de Moldavie. En 1812, cette entité étatique subit une importante amputation territoriale suite aux guerres russo-turques au cours desquelles l’empire des tsars s’empare de la bande prouto-dniestrienne (voir fig. 1). Commence dès lors une période de domination russe qui marque profondément l’avenir de la province et l’identité de ses habitants. Le xixe siècle, souvent interprété comme un tremplin vers l’industrialisation des sociétés modernes, se distingue dans le contexte bessarabien par un effort d’urbanisation entraînant une rupture dans la structure démographique de la région.14 L’immigration encouragée par les autorités tsaristes déchire le tissu social de la Bessarabie en deux groupes opposés : les populations autochtones rurales et largement analphabètes, d’une part, et les colons étrangers instruits, implantés pour la plupart d’entre eux dans les villes émergentes, d’autre part.15 Ce nouveau contact avec l’altérité s’inscrit dans un paradigme de distanciation des uns avec les autres, lequel donne lieu à un aménagement de l’espace sociétal moldave selon des principes ethniques alimentant les tensions entre des citoyens discriminés par la politique d’accès aux ressources du pays.

  • 16 Il s’agit de la Bessarabie, de la Bucovine et de la Transylvanie.
  • 17 Voir I. Livezeanu, « Statul în ofensivă culturală » [L’État en offensive culturelle], Cultură şi na (...)

7Parallèlement à cette expérience saisissante de « vivre ensemble », le processus d’identification collective chez les Bessarabiens est marqué par l’éloignement de la province de sa matrice historique, la principauté de Moldavie, et l’absence de ses habitants du circuit culturel qui avait forgé leurs repères identitaires inspirés du dialecte moldave, des coutumes et des traditions locales. Ces mêmes repères basculeront vers une culture moderne d’expression roumaine après 1859, lorsque la Moldavie décide de faire corps commun avec la Valachie, donnant ainsi naissance à l’État-nation roumain que la Bessarabie n’intégrera qu’en 1918, et ce, pour une vingtaine d’années. Sous domination russe depuis 1812, les Bessarabiens ne sont pas de la partie au moment de l’acte fondateur de la nation roumaine et ratent aussi les premières leçons d’intégration nationale. C’est pourquoi durant l’entre-deux-guerres, période marquant le retour des Bessarabiens au sein de leur « mère patrie », la rhétorique bucarestoise vantant les vertus de la nation roumaine et la fierté d’être Roumain sonne faux aux oreilles des « frères de l’exil », plutôt repliés sur eux-mêmes et le souvenir des temps où ils participaient à l’œuvre culturelle du grand empire russe. Pour remédier au déphasage identitaire qui oppose le centre aux périphéries nouvellement intégrées au corps de la nation roumaine16, les autorités déclenchent alors une « offensive culturelle »17 qui a pour cible privilégiée l’École et les institutions de la culture. C’est le pari de l’éducation généralisée que jouent les créateurs de la Grande Roumanie en faisant appel à une élite d’instituteurs à laquelle incombe un enseignement systématique des sciences sociales, l’histoire en premier lieu, afin de diffuser auprès des citoyens un sentiment d’appartenance à la communauté roumaine.

  • 18 M. Cazacu et N. Trifon, La Moldavie ex-soviétique : histoire et enjeux actuels. Suivi de Notes sur (...)
  • 19 E. Negru, Politica etnoculturală în RASS Moldovenească [La politique ethnoculturelle en RASS molda (...)

8Si le projet roumain de réunification nationale s’avère efficace sur le plan de la culture, il est fortement ébranlé sur le plan géopolitique par un projet concurrentiel qui prend naissance au même moment au sein de l’Ukraine soviétique. Sur le modèle des cas carélien, biélorusse et tadjik, Moscou propose la création de la République autonome soviétique socialiste moldave (RASSM), en 1924, qui doit être, comme le précise le Mémoire régissant sa confection, « un pôle d’attraction »18 pour les Bessarabiens de Roumanie. L’implicite de ce projet, l’idée d’une nation moldave distincte – érigée en unique cadre d’épanouissement des Bessarabiens en tant que sujet collectif – s’impose ici comme catégorie idéologique dominante et convoque à son service la linguistique et la littérature, l’histoire et les commémorations, les arts et les sciences dès lors transformés en panégyriques d’une nation moldave à construire.19

9Dans la lutte pour la domination du territoire prouto-dniestrien, les Soviétiques remportent une belle victoire au début de la Seconde Guerre mondiale en parvenant à réannexer la zone prouto-dniestrienne. Les deux rives du Dniestr (la RASSM et la Bessarabie) sont fusionnées, en 1940, en une seule entité politique, la République soviétique socialiste moldave (RSSM), désormais soumise aux dynamismes sociétaux propres au programme soviétique de construction d’une nation moldave. À cet effet, les politiques culturelles mises en œuvre dans la république autonome moldave sont reconduites dans ce nouveau cadre étatique, extrapolées sur la Bessarabie dans le but de transformer ses populations en véritables sujets communistes. La valorisation de l’identité moldave, au cœur de ce programme, se fait suivant une logique de rupture avec l’identité roumaine assimilée par les Bessarabiens durant l’entre-deux-guerres et d’orientation vers une méta-identité soviétique. Subséquemment, l’école, les médias, les arts et la culture sont investis d’une forte charge idéologique.

  • 20 Le 6 mars 1994, les citoyens moldaves ont été conviés à un référendum intitulé « La sfat cu poporul(...)

10Quoique largement artificielle, l’entreprise soviétique de construction d’une nation moldave distincte porte ses fruits, au point que les Moldaves en ressentent encore les conséquences aujourd’hui. En effet, à l’heure de l’effondrement de l’empire soviétique, alors que plusieurs commentateurs pronostiquaient une union moldo-roumaine selon le scénario de 1918, les Moldaves fraîchement sortis du moule soviétique rejettent le projet unioniste en faveur du rêve d’indépendance nationale.20 Si la perspective de faire carrière dans des institutions autonomes et reconnues par la communauté internationale séduit les élites politiques moldaves, elles-mêmes en crise d’identité car soudainement reconverties de communistes en « démocrates », elles se confrontent à un défi de taille : rassembler autour d’un projet d’avenir des citoyens fortement divisés au chapitre des références identitaires. Or, si l’idée d’être Roumains génère beaucoup d’adhésion, notamment chez les couches intellectuelles et les jeunes, elle ne suscite pas autant d’enthousiasme auprès de certains autres individus qui préfèrent se définir comme Moldaves, voire comme membres de la fraternité soviétique.

  • 21 Nous employons cette construction conceptuelle en puisant dans la perspective théorique développée (...)

11Pour résumer, saisie dans son historicité singulière et sur la longue durée, la Moldavie se présente comme un laboratoire expérimental où ont été testés les moyens et les difficultés de la fabrication d’une identité nationale chargée de légitimer des pouvoirs politiques liés à des pôles d’influence étrangère. Chacune des entreprises d’« ingénierie nationale »21 passe par l’instrumentalisation des ressources symboliques du passé. À travers l’image du passé déformée par les « rétroviseurs » de l’institution scolaire et de ses manuels, les Bessarabiens sont appelés à s’identifier tantôt comme Russes, tantôt comme Roumains, tantôt comme Moldaves, tantôt comme Soviétiques. Tous ces prototypes identitaires sont véhiculés par des récits historiques qui rivalisent, s’opposent et se contredisent sur la question des références culturelles des Moldaves.

La na(rra)tion historique scolaire : métamorphoses et variations

  • 22 G. Calinescu, « Specificul naţional » [La spécificité nationale], Istoria literaturii române de la (...)
  • 23 Nous empruntons ce concept à J. Létourneau, « Mythistoires de losers : Introduction au roman histor (...)

12L’impératif de consolider les assises de la Grande Roumanie érigée, à la fin de la Première Guerre mondiale, en matrice territoriale de la nation roumaine réunifiée, appelle le besoin de définir une nouvelle problématique de la condition des Roumains dans le temps, arrimée à l’idée d’une communauté nationale vaste et homogène, aux origines nobles et aux racines profondes, une collectivité soudée par des traditions qui marquent la « spécificité roumaine »22 et l’inscrivent dans le théâtre du monde. Dans l’optique de cette problématique, l’existence du groupe roumain se manifeste de trois façons : par sa continuité, traduisant sa persistance sur la longue durée ; par la spécificité de son adhésion à l’orthodoxie comme à l’héritage géto-daco-latin et de son ancrage dans l’univers rural, avec ses valeurs et coutumes ; et par son unité, gage de la capacité de cette communauté à s’accomplir en un État-nation, à se régénérer et à proliférer dans l’espace territorial de sa genèse. Personnages, lieux et cadres d’action participent de cette mise en scène du groupe roumain déclinée sous le mode des « mythistoires »23 de la nation. Des figures emblématiques tels les voïvodes Iancu de Hunedoara (1387-1456), Étienne le Grand (1457-1504), Michel le Brave (1593-1601), les ecclésiastiques Teofil (1636 – 1648) et Dosoftei (1694-1693), les chroniqueurs Grigore Ureche (1590-1647), Constantin Cantacuzino (1655-1716), Samuil Micu (1745-1806), les poètes et dramaturges Mihail Eminescu (1850-1889), Ioan Luca Caragiale (1852-1912), Lucian Blaga (1895-1961) portent fièrement l’étendard des valeurs collectivement partagées – patriotisme, courage, intelligence, perspicacité, diplomatie, respect des ancêtres… – et s’érigent en exemples vis-à-vis desquels est censée se définir et se construire la conscience nationale dans la Roumanie de l’entre-deux-guerres.

  • 24 J. Staline, Le marxisme et la question nationale et coloniale, Paris, Éd. Sociales, 1950.

13C’est encore la nation, en tant que référent collectif, qui organise la structure discursive du récit historique en Moldavie soviétique. Toutefois, ses portées identitaires connaissent une réorientation radicale, passant du pôle « roumain » au pôle « moldave », puis au pôle « soviétique ». Suivant cette trajectoire, la nation moldave traverse deux hypostases historiques (capitaliste et socialiste), avant de s’ériger en entité collective pleinement accomplie. Telle que théorisée par les idéologues soviétiques24, la première phase – qui s’étale sur tout le xixe siècle – marque le développement capitaliste (ou bourgeois) de la société moldave, caractérisée à cette étape par des traits culturels qui scellent sa spécificité identitaire, fondamentalement moldave. Dans le récit scolaire des origines, la « spécificité moldave » émerge du syncrétisme géto-daco-latin empreint du gène slave, de la langue moldave et de la conscience qu’afficheraient collectivement les Moldaves de constituer un peuple distinct. Cependant, sous la pression des érosions, des inégalités et des clivages sociaux, l’ordre capitaliste implose. Progressiste, la classe prolétaire moldave entame sa marche vers l’émancipation socialiste, un nouvel ordre où les identités ethniques et nationales sont dépassées par une méta-identité soviétique garante de paix et de justice sociales.

  • 25 L. Boia. « Cele două feţe ale mitologiei comuniste » [Les deux visages de la mythologie communiste] (...)

14Cette version du passé, que l’on peut appeler selon Lucian Boia « nationale-communiste »25, laisse transparaître en filigrane un dialogue complexe entre la discipline historique et les nouveaux enjeux géopolitiques instaurés par la Seconde Guerre, obligeant l’Union soviétique, désormais tutrice de la province bessarabienne, à adopter une rhétorique légitimant sa récente acquisition. La rivalité de longue date qui l’oppose à la Roumanie au sujet de la Bessarabie se traduit dans la production historique scolaire par une intention de déconstruction du discours roumain qui l’a précédé. La valorisation de l’idée d’une nation moldave comme projet mobilisateur pour les Bessarabiens implique le balayage des structures argumentatives développées par les historiens roumains concernant l’identité « roumaine » des Bessarabiens. Ainsi sont déconstruits, tour à tour, les symboles constitutifs de l’imaginaire collectif roumain (unité, continuité, spécificité, etc.), tandis que la narration scolaire du passé est réinvestie d’autres mythes fondateurs : la saga de la nation moldave et l’animosité chronique entre Moldaves et Roumains, la fiction de l’amitié séculaire entre les Russes et les Moldaves, celle de l’Homme et du monde meilleur.

  • 26 « Vrem istorie adevărată » [On veut une histoire vraie] ou « Nu falsificaţi istoria neamului » [Ne (...)

15Au début des années 1990, l’univers soviétique s’écroule comme un château de sable, emportant avec lui ses épopées fondatrices. Dans l’euphorie engendrée par ce changement, l’imaginaire scolaire moldave fait l’objet d’un nouveau réaménagement. Le retour en force des nationalismes locaux dans le vide laissé par la disparition du communisme entraîne une récurrence tout aussi spectaculaire du « fantôme de la Grande Roumanie » dans la trame narrative des manuels moldaves d’histoire nationale. Celle-ci ressuscitera et portera en elle toute l’identité roumaine qui donne sens à son existence imaginaire au nom de l’idéal de « récupération de la vérité historique » clamé par les historiens moldaves.26 Le récit scolaire veut être une réponse aux silences de l’histoire soviétique qui l’avait précédé, voire le lieu où le passé muselé retrouve son droit d’exister, et la mémoire scolaire se cherche une vocation justicière. Sur ce fond de rupture épistémique, les ouvrages récemment publiés renouent avec le discours des livres d’histoire de l’entre-deux-guerres et leurs canons identitaires : solidarité, virtuosité et noblesse latine pour la grande famille roumaine, à l’intérieur de laquelle les Moldaves sont réintégrés. Lecteurs assidus des historiens de la Grande Roumanie, les concepteurs de cette nouvelle génération de manuels d’histoire reconnaissent à la nation roumaine un parcours temporel relevant de l’épopée : racines nobles, ancêtres vertueux, époques de gloire et de déclin. Posant en protagonistes principaux de l’histoire, les Roumains sont aussi les destinataires de cette narration historique. En témoigne l’omniprésence, dans le récit, des mots « nous » et « roumain » que ressassent les auteurs afin de convaincre le lecteur moldave de son appartenance à une communauté nationale ici clairement identifiée.

  • 27 V. Ţaranov cité par A. Petrencu et I. Negrei, ibid., document 2.
  • 28 Voir la préface du livre de V. Stati, Istoria Moldovei [Histoire de la Moldavie], Chişinău, Viva Ed (...)
  • 29 A. Petrencu et I. Negrei, În apărarea istoriei, ouvr. cité, document 2.

16L’hégémonie de ce discours arrimant l’expérience historique des Moldaves autour du pôle identitaire roumain est contestée par la classe politique néo-communiste arrivée au pouvoir suite aux élections parlementaires de 1994, qui y voit un instrument de formation de patriotes pour le pays voisin.27 En résulte une nouvelle génération de manuels d’histoire clamant à leur tour le devoir d’écrire une « véritable histoire de la Moldavie ».28 Promue par un groupe d’ex-apparatchiks qui reconquiert le pouvoir avec un programme électoral fondé sur la promesse de consolider l’État moldave et de favoriser son rapprochement avec la Russie, cette rhétorique réconforte les citoyens revendiquant une identité moldave et ressuscite, dans l’imaginaire social, les souvenirs nostalgiques du « bon vieux temps soviétique ». À partir de ce moment, le débat sur l’enseignement de l’histoire s’élargit en intégrant, outre la question de la filiation roumaine des Bessarabiens, la question de la légitimité de l’État moldave et du patriotisme qui viendrait l’appuyer. Toutefois, si ce récit propose une histoire qui fera « vibrer la fibre patriotique des Moldaves »29, il puise son inspiration dans le modèle historiographique soviétique en réactualisant ses paradigmes interprétatifs. Dans la trame narrative de ce « nouveau » récit, l’histoire moldave s’assimile à un processus d’autoréalisation (toujours sous l’œil bienveillant de la Russie) au cours duquel se forge l’esprit national, dont on souligne le caractère moldave unique et distinct. Cette idée constitue l’une des composantes essentielles de la vision nationaliste de l’histoire moldave, fondant aussi l’ambition d’indépendance politique du pays. Le contenu narratif des manuels célèbre le rôle joué, au fil des siècles, par l’État et la culture, dont les contributions apparaissent indéniables pour la définition de l’identité moldave. L’État, s’offrant en matrice du développement de la collectivité moldave, permettrait cette autoréalisation de l’esprit national dont la Moldavie actuelle est l’incarnation. Quant à la culture moldave, elle sauvegarderait la « pureté » spirituelle, littéraire, linguistique et artistique moldave contre les convergences agressives venant de Roumanie. Sur cette toile de fond se dessine le profil de l’homme moldave, maître chez lui.

En guise de conclusions : quelle histoire pour quel avenir de la Moldavie ?

  • 30 Todorov, cité par E. Saïd, « Introduction : critique et exil », Réflexions sur l’exil et autres ess (...)

17[C]e dont on se souvient et la manière dont on s’en souvient déterminent le regard porté sur le futur. (Tzvetan Todorov30)

18Indépendamment des périodes historiques et des régimes politiques, la nation s’impose dans le récit historique scolaire comme acteur principal, qui active et mobilise autour de lui les personnages historiques, investit les lieux d’action et donne sens à chacun des jalons chronologiques. Ce faisant, elle se pose en enjeu diégétique de l’histoire scolaire, générant un métadiscours sur l’identité collective que commanderait le passé.

19Si la nation, en tant que figure tutélaire de l’aventure moldave, se présente comme lieu de convergence des manuels qui ont circulé dans les écoles moldaves depuis la Première Guerre mondiale, elle en divise tout autant les contenus respectifs. Inscrite dans un contexte de production marqué par l’opposition idéologique des régimes politiques qui se sont succédé en Moldavie au cours des deux derniers siècles, la production scolaire d’histoire se fait tributaire de contextes sociopolitiques qui déterminent sa configuration discursive et ses visées éducatives. D’une époque à l’autre, d’une génération à l’autre, le contenu des manuels d’histoire change au gré des orientations nouvelles que prend la société moldave menée par ses élites. Ipso facto, les oublis d’un régime sont les obsessions mémorielles d’un autre, et les amnésies des uns sont rechargées de sens par le discours récupérateur des autres. Les héros d’une classe politique endossent le rôle de traîtres dans l’imaginaire et le discours de sa rivale, et les chronologies symboliques d’un manuel deviennent les moments de dérive de celui qui lui succède. Il en est ainsi, car chaque groupe de concepteurs, agissant dans un contexte sociopolitique qui établit ses normes et visions du passé, investit les manuels et les programmes de sa propre « vérité historique ».

  • 31 J. Létourneau, Clio en crise ? Trois défis à l’interrogation historienne actuelle. Texte disponible (...)
  • 32 Ibid.

20La quête de vérité, un effort potentiellement évocateur d’un lieu de dialogue, n’est toutefois pas sans poser des défis aux disciples de Clio, en Moldavie comme ailleurs dans le monde. Or, cette énergie est constitutive de l’action déployée par les historiens moldaves dans la direction de l’évolution de leur domaine de connaissances, et si elle participe à une déontologie historienne qui fait de la discipline une entreprise d’investigation scientifique évoluant dans l’air du temps, cette recherche (obsessionnelle, peut-être) de vérité révèle en même temps les difficultés inhérentes à l’opération de réécriture de l’histoire dans les sociétés postcommunistes. Elle témoigne également, à notre avis, des apories liées à la formulation de nouvelles problématiques qui inscriraient la condition historique de ces sociétés dans des processus structurant le présent et l’avenir : « décommunisation », « passage à la démocratie » « ouverture à la (post)modernité », etc. De là naît toute la question d’une « nouvelle histoire » ou d’une « juste histoire »31 qui se pose en Moldavie comme ailleurs en Europe centrale et orientale et dans le monde, une histoire qui, comme le remarque Jocelyn Létourneau, saurait s’imposer comme une « position interprétative mitoyenne entre la reconnaissance de ce qui est dû aux anciens pour demeurer présents (mémoire des morts) et le souci de ce dont ont besoin les héritiers pour avancer vers l’avenir (conditions de la vie) ». 32

21Dans le contexte moldave, le défi d’élaborer une telle histoire est encore plus grand en raison de l’assujettissement de l’institution historiographique, et ce, depuis sa naissance au xix e siècle, à des idéologies dictées par des pouvoirs situés à l’extérieur des frontières actuelles de la Moldavie. Au cours des deux derniers siècles, l’histoire de la Moldavie a été écrite (et dite) par l’Autre, dont l’intérêt politique était de contrôler la mémoire et l’identité des populations locales. Aliénée par des sollicitations politiques venant de tous les côtés, la Clio moldave entre aujourd’hui dans une nouvelle ère qui lui impose le besoin de s’affirmer distinctement et de s’individualiser, c’est-à-dire de se distancier des fantômes qui la hantent, de persévérer dans son effort de professionnalisation et de tâcher de se dissocier d’une vision partisane du Nous collectif. Il ne s’agit pas ici d’abandonner le travail réflexif sur le Soi, mais d’inscrire ce travail dans un paradigme de distanciation critique, en prenant du recul par rapport aux luttes auxquelles se livrent les acteurs politiques pour maîtriser les sensibilités identitaires des populations locales. C’est cet effort d’individualisation, de professionnalisation, d’atteinte d’une neutralité axiologique qui permettra, à notre avis, de moduler une nouvelle problématique en mesure d’arrimer l’aventure des Moldaves dans le temps aux exigences du présent et de l’avenir.

  • 33 P. Ricœur, La mémoire, l’histoire, l’oubli, Paris, Seuil, 2000.

22On ne doit pas s’y tromper : le défi est de taille. En effet, il n’est ni simple ni facile de produire un récit historique nouveau, à la fois fidèle au passé et ouvert sur le présent et l’avenir. Une pareille entreprise exige une histoire libérée des tabous et des regrets passéistes, une histoire apte à fédérer dans un récit les potentialités narratives qu’offre l’« ayant été »33. L’entreprise est certes complexe, difficile et périlleuse, puisqu’elle oblige les historiens à travailler sur la frontière mince et glissante qui sépare la mémoire de l’histoire ; la mémoire qui, pour sa part, reflète le souci de reconnaissance du témoignage, et l’histoire qui, de son côté, se charge d’ajuster le témoignage à une métaphore de compréhension de la condition humaine telle qu’elle s’est déployée à travers les époques. Il n’empêche que cet exercice critique est absolument indispensable, voire incontournable, pour pouvoir ouvrir de nouvelles perspectives à la discipline, au pays et à une société sculptée par le temps selon le paradigme de la diversité.

Corpus de manuels

23Aguletti A., Istoria Românilor pentru clasa IVa secundarâ şi normală de băieţi şi fete [Histoire des Roumains pour le secondaire 4. École normale pour les garçons et les filles], Bucarest, Éd. Ancora, 1923-1924, 17e éd.

24Cocişiu T., Istoria Românilor pentru clasele V-VI primare (programa veche) şi clasele IV (programa nouă) pentru şcolile de ucenici şi adulţi [Histoire des Roumains pour les primaires 5 et 6 (selon l’ancien programme) et le primaire 4 (selon le nouveau programme)], Blaj, Tipografia Seminarului, 1926.

25Diaconescu E., Istoria Românilor pentru clasa VIII secundară [Histoire des Roumains pour la 8e secondaire], Bucarest, Éd. « Nationala Ciornei », 1935, 3e éd.

26Гросул Я. С., Мoхов Н. А., Руссев Е. М. (суб редакция луй), История Молдавской ССР . Часть [Ia. S. Grosul, N. M. Mohov, E. M. Rusiev (dir.), Histoire de la RSS Moldave], Kichinev, Éd. “Scoala sovietica”, 1958.

27Гросул Я. С., Мoхов Н. А., Руссев Е. М. (суб редакция луй), История Молдавской ССР. Учебное пособие для 8-9 кл [Ia. S. Grosul, N. M. Mohov, E. M. Rusiev (dir.), Histoire de la RSS moldave. Manuel pour les 8e et 9e secondaires], Kichinev, Éd. « Cartea moldoveneasca », 1961.

28Гросул Я. С., Мoхов Н. А., Руссев Е. М., Шемяков, Д. Е. (под редакцией). История Молдавской ССР. Учебное пособие для 9-11 кл [Ia. S. Grosul, N. M. Mohov, E. M. Rusiev et D. E. Shemiakov (dir.), Histoire de la RSS moldave. Manuel pour les 9e et 11e secondaires], Kichinev, Éd. « Cartea Moldoveneasca », 1963.

29Гросул Я. С., Мoхов Н. А., Шемяков Д. Е., (суб редакция луй). История РСС Молдовенешть. Мануал пентру класеле IX-X [Ia. S. Grosul, N. A. Mohov, D. E. Shemiakov, (dir.), Histoire de la RSS moldave. Manuel pour les 9e et 10e secondaires. Deuxième partie], Kichinev, Éd. « Lumina », 1970.

30Гросул Я. С., Мoхов Н. А., Руссев Е. М. (суб редакция луй). История РСС Молдовенешть. Мануал пентру класеле 7-8 але школий медий [Ia. S. Grosul, N. A. Mohov, E. M. Russev, (dir.), Histoire de la RSS moldave. Manuel pour les 7e et 8e secondaires], Kichinev, Éd. « Lumina », 1972.

31Шемяков, Д. Е., (суб редакция луй). История РСС Молдовенешть. Мануал пентру класеле 9-10 але школий медий [D. E. Shemiakov (dir.), Histoire de la RSS moldave. Manuel pour les 9e et 10e secondaires], Kichinev, Éd. « Lumina », 1972.

32Гросул Я. С., Мoхов Н. А., Руссев Е. М., (суб редакция луй). История Молдавской ССР. Учебное пособие для 7-8 кл [Ia. S. Grosul, N. M. Mohov, E. M. Rusiev (dir.), Histoire de la RSS moldave. Manuel pour les 7e et 8e secondaires], Kichinev, Éd. « Lumina », 1980.

33Советов П. В., Драгнев Д. М., Доготару, М. Г. История РСС Молдовенешть. Мануал пентру класеле 7-8 [P. Sovetov, D. M. Dragnev, M. G. Dogotaru, Histoire de la RSS Moldave. Manuel pour les 7e et 8e secondaires], Kichinev, Éd. « Lumina », 1988.

34Postica G., Dragnev D., Istoria Românilor. Epoca antică şi medievală [Histoire des Roumains. Époque ancienne et médiévale], Kichinev, Éd. « Civitas », 2003.

35Chicus N., Cibotaru N. et al., Istoria Rom â nilor. Epoca modernă [Histoire des Roumains. Époque moderne], Kichinev, Éd. « Stiinta », 2002.

36Enciu N., Istoria Românilor. Epoca contemporană [Histoire des Roumains. Époque contemporaine], Kichinev, Éd. « Civitas », 2003.

37Stati V., Istoria Moldovei [Histoire de la Moldavie], Kichinev, Éd. « Viva Editor », 2002.

38Taranov V. dir., Istoria Republicii Moldova din cele mai vechi timpuri pînă în zilele noastre [Histoire de la République de Moldova des origines à nos jours], Kichinev, Éd. « Elan Poligrafic », 2003 [2002].

Notes

1 C. Durandin, préface au livre de P. Negură, Ni héros ni traîtres. Les écrivains moldaves sous le pouvoir stalinien, Paris, L’Harmattan, 2009, p. 11.

2 Dans l’espace médiatique moldave, le phénomène a été décliné et décrié de diverses façons. Pour un bref aperçu, voir O. Serebrian, „Basarabia : geopolitica unei identităţi în derivă” [Bessarabie : la géopolitique d’une identité en déroute], Politosfera, Chişinău, Éd. Cartier, 2001, p. 134-144 ; F. Solomon, A. Zub dir., Basarabia. Dilemele identităţii [Bessarabie. Les dilemmes de son identité], Iaşi, Éd. Fundaţia academică „A. D. Xenopol, 2001. D. Dungaciu, Cine suntem noi ? Cronici de la Est la Vest [Qui sommes-nous ? Chroniques de l’Est vers l’Ouest], Chişinău, Éd. Cartier („Cartier istoric”), 2009.

3 C. Durandin, déjà cité, p. 11.

4 L’expression est de Rose-Marie Lagrave. Entretien avec l’auteure (Bucarest, juin 2003). Des appellations similaires ont fait l’objet de divers congrès et symposiums scientifiques, tel « La République de Moldavie en quête d’identité », tenu à Chişinău, le 11 octobre 2001.

5 A. Zub dir., Basarabia. Dilemele identităţii , ouvr. cité, p. 11.

6 F. Parmentier, La Moldavie à la croisée des chemins, Paris, Éd. Universitoo, 2003.

7 S. Citron, Le mythe national. L’histoire de France en question, Paris, Les Éditions ouvrières, 1987, p. 8.

8 Précisons que ce rôle du manuel d’histoire relève des objectifs qui structurent sa trame narrative et modulent ses visées formatrices et non de sa capacité à orienter les conceptions des lecteurs. S’il est possible de déceler les intentions sous-tendant le discours d’un manuel, il appert difficile d’estimer l’apport du manuel à la structuration des conceptions identitaires des élèves. Voir C. Caritey, L’apport du manuel scolaire et ses limites dans la formation de la mémoire historique. Application à l’étude de la Nouvelle-France de 1608 à 1663 dans le cadre du Québec de 1923 à 1989, thèse de doctorat, histoire, université Laval, 1992.

9 Ibid., p. 9.

10 Voir à ce propos, M. Ferro, Histoire sous surveillance, Paris, Éd. Calmann-Lévy, 1985 ; H. Moniot et M. Serwanski dir., L'histoire et ses fonctions : une pensée et des pratiques au présent, Paris-Montréal, L'Harmattan, 2000.

11 Nous privilégierons ici une approche sociocritique inspirée des travaux de V. Kalmus, School textbooks in the field of socialization, Tartu, Tartu University Press, 2003 et ceux de M. Ferro, Comment on raconte l’histoire à travers le monde entier [1981], Paris, Payot (Aux origines de notre temps), 1992.

12 En ce sens, nous croyons que les problématiques amorcées ailleurs dans le monde, notamment au Québec (voir J. Létourneau, Passer à l’avenir : Histoire, mémoire, identité dans le Québec d’aujourd’hui, Montréal, Boréal, 2000), pourraient être exportées avec succès dans le contexte moldave, permettant ainsi de nourrir le débat actuel sur l’enseignement de l’histoire et, plus globalement, le débat relatif aux références identitaires des Moldaves.

13 G. Ciorănescu, Bessarabia disputed land between East and West, Bucarest, Éd. de la Fondation culturelle roumaine, 1993.

14 Selon le recensement de 1817, les groupes ethniques formant le tissu social de la Bessarabie se répartissent comme suit : Moldaves/Roumains – 86 % ; Ruthènes – 6,5 % ; Juifs – 4,2 % ; Lipovènes – 1,5 % ; Grecques, Arméniens, Bulgares et Gagaouzes – 1,8 % (Source : Ion Nistor, « Populatia Basarabiei » [La population de la Bessarabie], Arhiva pentru ştiinţă şi reformă socială [Archives de la science des réformes sociales], 1919, Nr. 1, p. 86-96).

15 Pour un développement plus ample du sujet, voir I. Livezeanu, Cultură şi naţionalism în România Mare [Culture et nationalisme dans la Grande Roumanie], Bucureşti, Éd Humanitas, 1995 ; S. Ciobanu, Oraşele [Les villes]. Basarabia [La Bessarabie], Chişinău, L’imprimerie de l’État, 1925 ; Id., Cultură românească în Basarabia sub stăpânirea rusă [Culture roumaine en Bessarabie sous la domination russe], Chişinău, Éd. « Gheorghe Asachi », 1992.

16 Il s’agit de la Bessarabie, de la Bucovine et de la Transylvanie.

17 Voir I. Livezeanu, « Statul în ofensivă culturală » [L’État en offensive culturelle], Cultură şi naţionalism, ouvr. cité, p. 41-63.

18 M. Cazacu et N. Trifon, La Moldavie ex-soviétique : histoire et enjeux actuels. Suivi de Notes sur les Aroumains en Grèce, Macédoine et Albanie, Mauléon, Acratie, 1993, p. 57.

19 E. Negru, Politica etnoculturală în RASS Moldovenească [La politique ethnoculturelle en RASS moldave], Chişinău, Éd. Prut Internaţional, 2003.

20 Le 6 mars 1994, les citoyens moldaves ont été conviés à un référendum intitulé « La sfat cu poporul » [Se renseigner auprès du peuple]. La participation aux urnes a été d’environ 75 %, dont 95,4 % de votants se sont prononcés en faveur du maintien de l’indépendance et de l’intégrité territoriale de la RM.

21 Nous employons cette construction conceptuelle en puisant dans la perspective théorique développée par Eric Hobsbawm et Terence Ranger concernant le concept d’« ingénierie sociale ». The Invention of Tradition, Cambridge, Cambridge University Press, 1983.

22 G. Calinescu, « Specificul naţional » [La spécificité nationale], Istoria literaturii române de la origini până în prezent [Histoire de la littérature roumaine des origines jusqu’au présent], Bucarest, Éd. Minerva, 1982 [1941], p. 973-976 ; A. Zub, « En quête de la spécificité nationale », Istorie şi istorici în Romania interbelică [Histoire et historiens en Roumanie de l’entre-deux-guerres], Iaşi, Éd. Junimea, 2003 [1989], p. 275-301.

23 Nous empruntons ce concept à J. Létourneau, « Mythistoires de losers : Introduction au roman historial des Québécois d’héritage canadien-français », Histoire sociale/Social History, vol. 39, no 77, 2006, p157-180.

24 J. Staline, Le marxisme et la question nationale et coloniale, Paris, Éd. Sociales, 1950.

25 L. Boia. « Cele două feţe ale mitologiei comuniste » [Les deux visages de la mythologie communiste], Miturile comunismului românesc [Les mythes du communisme roumain], L. Boia dir., Bucureşti, Éd. Nemira, 1998, p. 11-18.

26 « Vrem istorie adevărată » [On veut une histoire vraie] ou « Nu falsificaţi istoria neamului » [Ne falsifiez pas l’histoire de la nation (ou « du peuple »)] sont des slogans qui ont rassemblé une large partie de la société moldave dans les rues de la capitale en 1995 et en 2002 pour protester contre les décisions du gouvernement de remplacer le cours d’histoire des Roumains par le cours d’histoire de la Moldavie. La même préoccupation de veiller à la « vérité historique » traverse des recueils de documents et manifestes dont on peut citer A Petrencu et I. Negrei, In apărarea istoriei şi demnităţii naţionale [Défendons l’histoire et la dignité nationale], Chişinău, Éd. Cartdidact, 2003.

27 V. Ţaranov cité par A. Petrencu et I. Negrei, ibid., document 2.

28 Voir la préface du livre de V. Stati, Istoria Moldovei [Histoire de la Moldavie], Chişinău, Viva Editor, 2002, p. 9-13.

29 A. Petrencu et I. Negrei, În apărarea istoriei, ouvr. cité, document 2.

30 Todorov, cité par E. Saïd, « Introduction : critique et exil », Réflexions sur l’exil et autres essais, Arles, Actes Sud, p. 37.

31 J. Létourneau, Clio en crise ? Trois défis à l’interrogation historienne actuelle. Texte disponible en ligne à [http://jocelynletourneau.com/textes/articles-savants].

32 Ibid.

33 P. Ricœur, La mémoire, l’histoire, l’oubli, Paris, Seuil, 2000.

Auteur

Ph.D., Université Laval, Centre interuniversitaire d’études sur les lettres, les arts et les traditions (CELAT)

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search