Version classiqueVersion mobile

L’école et la nation

 | 
Benoît Falaize
, 
Charles Heimberg
, 
Olivier Loubes

III. L’école et la dimension impériale

Introduction

Texte intégral

1Le dernier temps de ces actes concerne l’articulation de l’école avec la nation dans un contexte impérial large, comprenant le colonial et le postcolonial. Cela pose une série de questions renouvelées dans les travaux récents : Comment s’organisent les relations qu’entretiennent l’école et la nation en contexte impérial ? Quel rôle joue l’école pour penser le colonial et quel rôle joue l’impérial dans la définition des contenus au sein d’une école nationale ? Qu’il s’agisse des écoles métropolitaines ou des systèmes éducatifs en construction dans une situation postcoloniale, quelles sont les modalités de construction du national dans l’espace scolaire dès lors que la question coloniale est au cœur d’un contexte idéologique impérial ou d’indépendance ?

2Cette partie tente de répondre à toutes ces questions, de manière originale car, contrairement aux travaux anglo-saxons qui existent depuis déjà plus de vingt-cinq ans, le travail sur les liens de l’école et de l’empire est relativement plus récent et sensiblement encore moins développé en France. Notamment la manière dont le récit national prend peu en compte la façon dont les constructions impériales irriguent et structurent les mentalités, dans d’autres temporalités que la transmission scolaire, et dans des espaces scolaires différents. Les questions, par exemple, des représentations et de leur évolution, de l’empire et de son impact sur la construction de l’identité nationale, en France, ou dans les anciens pays colonisés, sont en grande partie abordées ici.

3En étendant l’objet d’étude à l’ensemble des empires, des métropoles comme des pays colonisés, le pari était de mettre en éclairage réciproque les modalités de ces représentations, de ces écritures scolaires (programmes, manuels, etc.). À bien des égards, d’un espace à l’autre, malgré les disparités idéologiques, des modèles se font écho.

4L’école, bien entendu, a été l’un de ces médias, mais pas le seul : les romans d’aventures, la littérature, la presse enfantine ont joué leur rôle. La discrimination des médias qui ont présenté les empires à la jeunesse, ou encore l’évaluation de la part de chacun de ces médias dans la formation d’une « mentalité impériale » sont discutées ici, dans toutes leurs dimensions, sous toutes les latitudes, sous tous les modèles idéologiques ou presque.

5À l’école même, certaines disciplines semblent plus particulièrement vouées à diffuser la connaissance de l’aventure impériale, comme l’histoire et la géographie, mais les autres ont pu participer à cette diffusion. Y a-t-il des disciplines plus « impériales » que d’autres ? Cette distribution entre disciplines est-elle la même dans tous les pays ? En quoi la réalité impériale et son apprentissage en classe a-t-elle pu construire un sentiment national ?

6Plus généralement, cette partie aborde quelques questions relatives aux disciplines traditionnellement associées à l’édification du sentiment national en France : quelle place la colonisation tient-elle dans l’histoire et la géographie enseignées et comment cette place évolue-t-elle au cours du temps et dans les différentes aires géographiques ? De quelle façon la colonisation ou l’empire sont-ils rattachés à l’histoire « nationale » ?

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search