Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books ENS Éditions Theoria Condorcet Condorcet et l’Italie : Lagrange,...

Condorcet

Aspects biographiques

Condorcet et l’Italie : Lagrange, Frisi et Canterzani

Condorcet and Italy: Lagrange, Frisi, and Canterzoni

Luigi Pepe

Résumé

Condorcet a eu avec les savants italiens des relations précoces : d’abord avec Lagrange dès le milieu des années 1760, ensuite avec les hommes des Lumières milanais (en particulier P. Frisi, C. Beccaria et les frères Verri) à partir du début 1767, et à peu près au même moment avec l’ Académie de Bologne et son secrétaire S. Canterzani. Ces relations constituent une source importante et souvent sous-estimée pour la connaissance du jeune Condorcet et plus généralement de certains aspects du mouvement des Lumières.

Nous donnons en annexe dix lettres, pour la plupart inédites : cinq de Condorcet à Frisi et cinq entre le mathématicien français et Canterzani.

Texte intégral

1Le 27 juillet 1770, Mlle de Lespinasse écrivait à Condorcet :

  • 1 Henry Charles éd., Lettres inédites de Mlle de Lespinasse à d’Alembert, Condorcet, etc., Paris, 188 (...)

« D’Alembert est dans un état le plus alarmant, il dépérit d’une manière effrayante ; il ne dort plus et ne mange que par raison, mais ce qui est pis que tout cela encore, c’est qu’il est tombé dans la plus profonde mélancolie ; son âme ne se nourrit que de tristesse et de douleur ; il n’a plus d’activité ni de volonté pour rien ; en un mot, il périt si on ne le tire pas par un effort de la vie qu’il mène1. »

  • 2 A.-M. Chouillet, P. Crépel, « Un voyage d’Italie manqué ou trois encyclopédistes réunis », Recherch (...)

2Pour cela, Mlle de Lespinasse proposait à Condorcet d’accompagner d’Alembert dans un voyage en Italie. Le voyage ne se réalisa qu’en partie, les deux amis s’arrêterent à Ferney, où Condorcet rencontra pour la première fois Voltaire, puis se contentèrent d’un périple en Languedoc et en Provence2. Condorcet n’ira jamais en Italie.

3Le voyage en Italie était encore considéré, dans la seconde moitié du xviiie siècle, comme un complément de l’instruction classique, mais, pour d’Alembert et Condorcet, ce projet était aussi l’occasion de rencontrer les nombreux savants italiens avec lesquels ils étaient en relation. Condorcet avait connu à Paris Joseph Louis Lagrange (1736-1813) et Paolo Frisi (1728-1784), et il était en correspondance avec Sebastiano Canterzani (1734-1819), secrétaire de l’Académie des sciences de l’Institut de Bologne. Les trois premiers correspondants italiens de Condorcet étaient donc tous trois mathématiciens, et ces relations avaient commencé avant même l’entrée, en 1769, du géomètre à l’Académie des sciences.

  • 3 Œuvres de Lagrange, publiées par J.-A. Serret et G. Darboux, Paris, Gauthier-Villars, t. XIII, 1882 (...)
  • 4 R. Taton, « Le départ de Lagrange de Berlin et son installation à Paris en 1787 », Revue d’histoire (...)

4Les échanges entre Condorcet et Lagrange peuvent être suivis, au moins en partie, dans les correspondances Lagrange – d’Alembert et Lagrange – Condorcet (malheureusement les lettres de Condorcet ont disparu) et sont relativement bien connus3. C’est pourquoi nous n’y insisterons pas ici, sinon pour signaler leur précocité. En effet, c’est de novembre 1763 à juin 1764 que Lagrange séjourna pour la première fois à Paris, il accompagnait le ministre du Royaume de Naples, Domenico Caracciolo (1715-1789) et rencontra d’Alembert et les amis de celui-ci. Apparemment, Lagrange et Condorcet furent de proches amis, mais on constate une évolution dans leurs relations et une prise de distance de Lagrange vis-à-vis des travaux mathématiques de Condorcet4.

5Nous nous concentrerons donc sur les liens entre Condorcet et les deux autres savants italiens (Frisi et Canterzani), reproduisant en annexe plusieurs lettres inédites et peu connues. C’est ici l’occasion de souligner que les fonds Frisi de la Biblioteca Ambrosiana et de la Biblioteca Centrale del Politecnico, toutes deux à Milan, et le fonds Canterzani de la Biblioteca Universitaria de Bologne, sont parmi les sources les plus importantes pour l’histoire des sciences en Italie dans la seconde moitié du xviiie siècle.

Condorcet et Frisi

  • 5 F. Venturi éd., Illuministi italiani, tomo III, Milano-Napoli, Ricciardi, 1958, p. 287-382.
  • 6 F. Venturi, « La corrispondenza letteraria di Auguste de Keralio e Paolo Frisi » in Europäische Auf (...)

6Après le départ de Lagrange pour Berlin (1766), Milan devint le « point de repère » de d’Alembert et de Condorcet pour l’Italie. Franco Venturi a souligné le rôle de Paolo Frisi dans les contacts entre les encyclopédistes français et les hommes des Lumières de Milan (Pietro et Alessandro Verri, Gian Rinaldo Carli, Cesare Beccaria, Alfonso Longo)5. Venturi lui-même, Barbarisi, Pappas, Bru, Crépel et Chouillet ont contribué à donner un tableau assez riche des rapports entre Frisi, Condorcet et d’Alembert6, mais l’absence presque totale de lettres de Frisi et la dispersion de sa correspondance passive (Milan, Londres, Paris, Uppsala) laissent encore de nombreuses questions sans réponse.

7Frisi, devenu célèbre pour son premier ouvrage, Disquisitio mathematica in causant physicam figurae et magnitudinis telluris nostrae (Milan, 1751), fut nommé correspondant de Grandjean de Fouchy à l’Académie des sciences de Paris en 1753. Il maintint assez régulièrement ses contacts avec l’Académie à laquelle il envoyait des renseignements sur les sciences et les lettres en Italie. Frisi obtint une célébrité européenne et fut associé aux académies les plus importantes. Le premier indice connu concernant les relations entre d’Alembert et Frisi est un jugement négatif du savant français sur la pièce de Frisi qui avait remporté le prix de F Académie de Berlin. Ce jugement est connu par une lettre de d’Alembert à Formey (reçue le 19 janvier 1757) :

  • 7 Archives de l’Académie des sciences de Paris, dossier d’Alembert.

« Je viens de recevoir une dissertation du P. Frisi sur le mouvement de la terre, que vous avez honorée du prix cette année. En vérité je suis étonné de votre indulgence. Il y a plus de fautes dans cette dissertation que de pages. Cela fait tort à l’Académie7. »

8Les rapports entre les deux hommes s’améliorèrent quand Frisi envoya à d’Alembert le célèbre chef-d’œuvre de Cesare Beccaria (1738-1794), Del delitti e dellepene. D’Alembert répondit à Frisi le 9 juillet 1765 :

  • 8 London, British Library, Egerton, ms n° 15.

« Quand j’ai eu l’honneur de vous écrire il y a peu de temps pour remercier les auteurs des deux ouvrages que vous m’avez envoyés par P. Noguet, je n’avois encore jetté qu’un coup d’œil rapide sur le livre Dei delitti e delle pene, mais j’en avois assez vu pour juger que c’étoit un très bon ouvrage. J’ai lu depuis [...] ce livre suffit pour assurer à son auteur une réputation immortelle8. »

  • 9 S. Romagnoli éd., Illuministi settentrionali, Milano, Rizzoli, 1962, p. 441.

9Beccaria avait sérieusement pensé dans sa jeunesse à se consacrer à l’étude des mathématiques et il avait gardé un grand intérêt pour cette discipline9. C’est ainsi qu’il publia dans Il Caffè le premier essai d’arithmétique politique paru en Italie, Tentativo analitico sui contrabbandi :

  • 10 Il Caffè o sia brevi e vari discorsi già distribuiti in fogli periodici, seconda edizione, Venezia, (...)

« L’algèbre n’étant qu’une méthode précise et extrêmement rapide de raisonner sur des quantités, elle ne s’applique pas seulement à la géométrie ou aux autres sciences mathématiques ; on peut lui soumettre tout ce qui d’une manière ou d’une autre peut croître ou diminuer, tout ce qui présente des relations comparables entre elles. Donc les sciences politiques peuvent aussi l’admettre jusqu’à un certain point. Elles traitent des débits et des crédits d’une nation, des impôts, etc., toutes choses qui admettent le calcul et l’idée de quantité10. »

10On trouve d’ailleurs dans la correspondance de Frisi plusieurs allusions aux intérêts mathématiques de Beccaria.

11D’Alembert rencontra Frisi à Paris en 1766 et fut heureux de voir ses idées sur les jésuites partagées par un ecclésiastique italien (Frisi était barnabite). Voici comment d’Alembert présentait Frisi à David Hume :

  • 11 Letters of Eminent Persons Adressed to David Hume, ed. by J. Hill Burton, Edinburgh-London, 1849, p (...)

« C’est un homme de beaucoup d’esprit et, ce qui est encore mieux, d’un esprit très philosophique, bien fait pour apprécier les sottises des hommes en tout genre, tant en parole, qu’en action. Quand vous aurez causé avec lui, vous verrez bientôt que je vous dis vrai, et qu’il est digne de votre estime, et même de votre amitié, malgré son état et son pays11. »

12L’année suivante, en 1767, c’était à Voltaire que d’Alembert présentait le savant milanais :

  • 12 Voltaire, Œuvres complètes, L. Moland éd., Paris, t. 44, 1881, p. 240. Le « jeune seigneur milanais (...)

« Le père Frisi, mon ami depuis longtemps, et digne d’être le vôtre, grand géomètre qui a remporté plusieurs prix dans les plus célèbres académies de l’Europe, excellent philosophe, malgré sa robe, et dont je vous annonce d’avance que vous serez très content, s’en retourne à Milan où il est professeur de mathématiques, après avoir passé un an à Paris, aimé et estimé de tous nos amis communs [...]. Le père Frisi a pour compagnon de voyage un jeune seigneur milanais de beaucoup d’esprit, que je vous recommande ainsi que lui12. »

13Le voyage à Femey ne se réalisa pas et d’Alembert en exprime ses regrets à Frisi dans une lettre du 2 juin 1767 :

  • 13 London, British Library, Egerton, ms n° 15.

« Je suis fâché que vous n’avez pu faire usage de la lettre que je vous avais donnée pour Mr de Voltaire, encore plus de ce que vous n’avez peu le voir [...]. Le voyage de P. Boscovich est devenu fort douteux et à vous dire le vrai, je m’en console ainsi que vous. Mr de la Grange m’écrit fort peu, mais je sais qu’il se porte bien, qu’il travaille beaucoup, qu’il est très content du Roi, et que le Roi l’est beaucoup de lui [...]. On dit que Mr le Comte Firmian se prépare à chasser les Jésuites de Milan, je souhaite que la philosophie ait bientôt un compliment à lui faire13. »

14Lagrange, préféré à Frisi, avait remporté le prix de l’ Académie des sciences de Paris en 1766. Le 15 avril 1766, d’Alembert commentait ainsi l’événement au candidat malheureux :

  • 14 J. Pappas, op. cit. n. 6, p. 154.

« Le prix de cette année a été adjugé à une pièce dont Mr de la Grange vient de se déclarer auteur. J’aurais bien voulu que vous l’eussiez au moins partagé, mais il me semble que vous auriez pu approfondir davantage le sujet quoique votre pièce renferme d’ailleurs d’excellentes choses14. »

15Les rapports entre les deux hommes devinrent plus difficiles au sujet du prix de F Académie de l’année 1770 pour la théorie de la Lune. Frisi avait envoyé un mémoire que le savant français critiqua, ce qui ne fut guère du goût du Milanais, et d’Alembert écrivit à Lagrange qu’il s’était presque brouillé avec Frisi : « les prétentions sont en raison inverse du mérite. »

16C’est à Paris que Condorcet connut Frisi et Alessandro Verri (1741-1816). Alessandro donna à Condorcet un exemplaire de Il Caffè ; il relata ainsi ce fait à son frère Pietro, le 4 mars 1767 :

  • 15 Carteggio di Pietro e Alessandro Verri, a cura di E. Greppi e A. Giulini, vol. I, part. 1, Milano, (...)

« [...] quatre exemplaires du Caffè : un à Suard, un à l’abbé Arnaud (deux auteurs de la Gazette littéraire), le troisième à Watelet, le quatrième à un certain marquis de Condorcet, jeune homme charmant, très féru de mathématiques et qui comprend notre langue15. »

  • 16 Condorcet, op. cit. n. 6, p. 29 (reproduit en annexe).

17Condorcet écrivit à Frisi le 10 juin 1767 une intéressante lettre16 (reproduite en annexe) qui nous renseigne sur ses relations avec Beccaria.

  • 17 London, British Library, Egerton, ms n° 18 (reproduit en annexe).
  • 18 Condorcet, op. cit. n. 6, p. 70-71 (reproduit en annexe).
  • 19 London, British Library, Egerton, ms n° 18 (reproduit en annexe).

18Le 30 avril 1770, il informait Frisi de l’état de santé de d’Alembert et continuait indirectement ses échanges avec Beccaria et les frères Verri17 1819.

19En 1784, Luigi Castiglioni, neveu de Pietro Verri, en voyage pour l’Amérique du Nord, rencontra Condorcet à Paris. Ce même Condorcet publia l’année suivante la traduction de l’Éloge de l’impératrice et Reine Marie-Thérèse (Paris, Le Roi, 1785) en le faisant précéder d’une biographie de Frisi :

  • 20 P. Verri, Memorie appartenenti alla vita e agli studi del signor don Paolo Frisi, Milano, Marelli, (...)

« L’abbé Frisi l’un des géomètres les plus célèbres que l’Italie ait produit dans ce siècle [...]. Son style est clair, noble et simple ; il est un des premiers qui aient abandonné la manière d’écrire longtemps adoptée en Italie, pour se rapprocher de la précision et de la simplicité [...] un commerce facile et sûr, une conversation agréable et animée, une âme faite pour sentir l’amitié rendaient l’abbé Frisi un homme très aimable20. »

20Pietro Verri dédia à Condorcet ses Memorie appartenanti alla vita e agli studi del signor don Paolo Frisi (Milan, Marelli, 1787) :

  • 21 Ibid., « Voi foste amico dell’abate Frisi : Voi Signore avete onorato la tomba di questo illustre i (...)

« Vous fûtes, Monsieur, un ami de l’Abbé Frisi : vous fûtes, Monsieur, celui qui honora la tombe de cet illustre Italien dans la préface de l’Éloge de l’impératrice et Reine Marie Thérèse que vous fîtes publier en français. Vous fûtes, Monsieur, celui qui soumit à la puissance du calcul les principes de la politique ; vous avez ajouté un nouveau royaume aux Sciences. Les éléments qui déterminent immédiatement le bien – ou le mal – être des nations tout entières furent, jusqu’à présent, abandonnés à l’opinion, incertaine et variable ; et vous, Monsieur, vous avez asujetti les corps politiques à la rigueur de la démonstration, comme le mouvement des corps célestes. Moi même, voilà des années, j’en donnai un aperçu et je crus cela possible, mais vous, vous avez exécuté cette entreprise de main de maître. Puissent les traces lumineuses que vous avez laissées, inciter les esprits à mener de telles – et bénéfiques – méditations ; les générations futures honoreront la mémoire de Monsieur le Marquis de Condorcet comme celle du Newton de la politique21. »

Condorcet et Canterzani

  • 22 A.B. Malvezzi, Viaggio in Europa e altri scritti, éd. par S. Cardinali et L. Pepe, Ferrara, Univers (...)

21Sebastiano Canterzani naquit à Bologne dans une famille très modeste en 1734, il fut élève des jésuites, puis étudia à l’université de Bologne, où il soutint son doctorat en 1756. Il étudia avec Francesco Maria Zanotti (1692- 1777) (c’est son neveu Eustachio Zanotti qui succéda à ce dernier dans la chaire d’astronomie de l’université de Bologne en 1760). En 1766, F.M. Zanotti fut nommé président de l’Académie des sciences de l’Institut et Canterzani en devint secrétaire. Il s’occupa de la publication des deux derniers volumes des Commentarii (vol. VI et VII). Plus tard, pendant l’époque napoléonienne, Canterzani fut nommé directeur de la section de Bologne de l’Institut national ; il mourut en 181922. Canterzani, auteur de plusieurs mémoires de mathématiques et de physique, fut au centre d’une très vaste correspondance scientifique conservée à la Biblioteca Universitaria de Bologne et aux archives de l’Académie des sciences de l’Institut de Bologne. Dans ces archives, on trouve les lettres de Condorcet et les brouillons de Canterzani publiés en annexe.

22L’Istituto delle scienze, fondé à Bologne en 1711 par Luigi Ferdinando Marsigli (1658-1730), comprenait les académies des sciences et des beaux-arts (Clementina), une très riche bibliothèque (aujourd’hui la Biblioteca Universitaria), un observatoire, des collections d’instruments scientifiques et d’objets d’histoire naturelle.

23La première lettre de Condorcet, datée du 13 mars 1767, est aussi la plus importante : le mathématicien français envoie ses ouvrages sur le calcul intégral et sur le problème des trois corps, il y parle de Lagrange et de Frisi comme ses premiers correspondants italiens. Il y présente, de façon très modeste, ses ouvrages aux savants de Bologne. L’Académie des sciences de Paris avait élu comme correspondants plusieurs savants de Bologne : Domenico Guglielmini, Giovanni Battista Trionfetti, Luigi Fernando Marsigli, Eustachio Manfredi, Filippo Maria Monti et le maître de Canterzani F.M. Zanotti (mais Gabriele Manfredi et Vincenzo Riccati, les deux mathématiciens les plus importants de Bologne au xviiie siècle ne furent pas correspondants). La réponse de Canterzani fut très flatteuse pour Condorcet.

  • 23 Note à compléter

24Les rapports de Condorcet avec les savants de Bologne se resserrèrent à la suite du voyage en Europe d’Alfonso Bonfioli Malvezzi (1730-1804). Malvezzi était le neveu de l’archevêque de Bologne Vincenzo qui joua un rôle très important pour la suppression des jésuites, c’était aussi un bon mathématicien et il avait publié un ouvrage sur le principe de moindre action : Principium Maupertuisii de minima actione ad examen vocatum (Bologna, Dalla Volpe, 1771). Malvezzi quitta Bologne au cours de l’automne 1771 et voyagea en Allemagne, en Belgique, en Hollande, en Angleterre, en France et en Suisse. Il arriva à Paris à la fin de l’été 1772 et y resta jusqu’à la fin du printemps 1773. Il y fréquenta le salon de Mlle de Lespinasse et rencontra d’Alembert, Condorcet, Diderot, Bossut... Ensuite, il rencontra, à Femey et en Suisse, Voltaire, Daniel Bernoulli, Haller et Charles Bonnet23.

  • 24 S. Cardinali, L. Pepe, « Les rapports de Condorcet avec l’Institut de Bologne et Alfonso Bonfioli M (...)

25C’est pendant le voyage de Malvezzi que Condorcet fut associé à l’Académie des sciences de Bologne. Canterzani le félicita le 8 mars 1773 et Condorcet envoya, avec ses remerciements, une copie de ses Éloges des académiciens (1773). Le 15 mai 1773, Alfonso Malvezzi fut nommé correspondant de Condorcet par l’Académie des sciences de Paris. Malvezzi fut un correspondant actif. Il renseigna l’Académie sur les tremblements de terre de Bologne et eut aussi avec Condorcet une correspondance importante en liaison avec l’édition de Kehl des œuvres de Voltaire24.

26Condorcet envoya à Bologne un mémoire sur la théorie des équations différentielles qui fut imprimé dans le tome VI des Commentarii de l’Académie des sciences de Bologne (1783). La dernière lettre de Canterzani concerne en effet des détails sur la publication de ce mémoire.

  • 25 « Il Carteggio Gianfrancesco Malfatti – Sebastiano Canterzani », a cura di L. Miani, I. Ventura, S. (...)

27Les travaux mathématiques de Condorcet (y compris ses articles du Supplément de l’Encyclopédie réimprimé à Livourne) furent discutés en plusieurs endroits de la correspondance de Canterzani avec Gianfrancesco Malfatti (1731-1807)25.

  • 26 L. Pepe, « Gianfrancesco Malfatti e un sodalizio culturale d’avanguardia a Ferrara tra il 1770 e il (...)

28La très riche correspondance scientifique de Canterzani est aussi la référence la plus importante pour suivre le projet d’une nouvelle encyclopédie italienne élaboré à Ferrare par Alessandro Zorzi. Pour cette encyclopédie, Canterzani fut chargé de formuler la distribution des matières pour la classe de mathématique. On peut trouver dans les manuscrits de Canterzani plusieurs articles destinés à la future encyclopédie (sérié, ricorrenti, dinamica, reciprochi, catenaria). Le projet moblisa des savants tels que Gregorio Fontana, Girolamo Tiraboschi, Gianfrancesco Malfatti et même Lagrange, qui sembla prêt à y collaborer. Mais, la publication se limita à un petit volume d’essai : Prodromo della Nuova Enciclopedia Italiana (Sienne, 1779)26.

Annexes

Annexe 1. Correspondance de Condorcet et Canterzani

Lettre 1

Condorcet à Canterzani, Paris, le 13 mars 1767

[Bologna, Accademia delle scienze dell’Istituto, archivio, lettere ricevute, titolo III]

C’est sous les auspices du père Frisi que j’ose vous prier, Monsieur, de vouloir bien présenter à l’Institut les essais que j’ai donnés au public sur le Calcul intégral et le problème des trois corps. Le premier vous est peut-être déjà parvenu. Il y a deux ans qu’ignorant absolument qui étoient les savans d’Italie dont le suffrage devoit m’être prétieux, je priai Monsieur de Lagrange mon ami de vouloir bien se charger de la distribution de quelques exemplaires que je lui adressai et depuis que le père Frisi m’a fait faire votre connoissance avec votre mérite je serais au désespoir que vous n’eussiez pas eu part à cet envoi. Peu capable du travail suivi et pour ainsi dire mécanique qui serait nécessaire pour donner des applications utiles ou curieuses des méthodes que j’ai imaginées, mes ouvrages contiennent plutôt des nouvelles vues que des découvertes, et une Théorie plus satisfaisante pour l’esprit qu’utile pour la pratique. J’ai un véritable regret d’être si peu maître de ma paresse, et je vois avec peine que mon peu de courage reconduise à présenter à une compagnie aussi respectable que l’institut des essais si informes et si peu utiles au public. Ce n’est pas là, comme vous voyez, Monsieur, chercher à donner une idée avantageuse de mon travail mais outre qui y aurait de la sottise à croire pouvoir en imposer à des savans aussi éclairés ; je pense que le mérite d’être franc vaut bien mieux que celui de passer pour avoir fait un bon ouvrage.

Permettez-moi, Monsieur, de joindre les assurances les plus sincères de l’estime, de la parfaite considération et du respect avec lesquels j’ai l’honneur d’être,

Monsieur,

Votre très humble et très obéissant serviteur

de Condorcet

à Paris ce 13 mars 1767

Lettre 2

Canterzani à Condorcet, Bologna, le 15 août 1767 (brouillon)

[Ibid., lettere missive, titolo III]

À Monsieur

Monsieur le Marquis de Condorcet à Paris

Monsieur

Le Père Frisi à son retour en Italie a envoyé de votre part à cette Académie vos deux ouvrages, l’un sur le problème des trois corps, l’autre sur le calcul intégral. J’ai eu l’honneur de présenter à l’Assemblée l’un et l’autre exemplaire ; et je lui ai communiqué la lettre qui y étoit jointe. L’Académie est très-sensible à l’honneur que vous lui faites, et m’a chargé de vous en remercier vivement, et de vous témoigner son estime singulière. Elle admire dans vos travaux l’adresse et la profondité de votre génie, et applaudit à vos rares talens. Les matières dont vous vous êtes occupé, sont de leur nature trop intéressantes, et en même tems trop épineuses, pour que tout le monde mathématicien ne doive vous savoir bon gré des lumières, que vous leur avez apportées. Ce sont des découvertes générales et vous avez franchi de grands chemins, et ceux qui voudront s’occuper des applications particulières, n’auront qu’à marcher sur vos pas. Je voudrais bien être à portée de profiter de vos travaux. Maintenant je profiterai de l’occasion que j’ai, de vous assurer de mon estime parfaite, et de vous offrir mes services pendant que j’ai l’honneur d’être avec tout le respect possible.

Monsieur

Votre très-humble et très-obéissant serviteur

Sébastien Canterzani Secrétaire perpétuel de l’Institut, et de l’Académie des sciences.

Bologne ce 15 août 1767.

Lettre 3

Canterzani à Condorcet, Bologna, le 8 mars 1773 (brouillon)

[Ibid., lettere missive, titolo III]

À Monsieur

Monsieur le Marquis de Condorcet

de l’Académie Royale des Sciences de Paris etc.

Rue de Bourbon-Saint-Germain à Paris

Monsieur

L’Académie de l’Institut empressée de vous marquer, Monsieur, l’estime singulière, que tant d’ouvrages de la plus sublime analyse vous ont acquise auprès d’elle, a cru ne pouvoir mieux satisfaire à son désir, qu’en vous aggrégeant à son corps. C’est ce qu’elle me charge de vous annoncer, en vous priant de rendre à vous même la justice d’approuver cette démarche, et de la regarder comme un témoignage de l’honneur, qu’elle se propose de recevoir par l’association d’un membre tel que vous. Je m’acquitte avec bien du plaisir de cette commission pour avoir l’honneur de vous témoigner, Monsieur, en mon particulier la parfaite considération, et l’attachement respectueux, avec lequel je suis

Monsieur

Bologne ce 8 mars 1773

Lettre 4

Condorcet à Canterzani, Paris, le 28 mars [1773]

[Ibid., lettere ricevute, titolo III]

Monsieur

J’ai reçu avec reconnaissance et avec respect la marque d’estime dont votre Institut m’a honoré. Je savais que mes faibles essais sur l’analyse avaient été jusqu’à Bologne. Sans doute ils y ont été jugés avec indulgence comme l’ouvrage d’un home jeune alors et qui avait osé s’exercer sur de grands objets ; mais je ne pouvais espérer que jamais ils dussent me procurer une distinction si flatteuse.

Je prends la liberté de remettre à M. le Comte Malvezzi un petit essai d’éloges académiques que je viens de publier, et je le prie de se charger de le présenter de ma part à l’Institut non come une marque de reconnaissance, elle serait trop faible, mais parce que je dois à cet illustre corps l’hommage de ce que je donne au public et je tacherai de ne jamais rien faire d’indigne des compagnies savantes qui ont bien voulu m’adopter.

J’ai l’honneur d’être avec l’attachement le plus respectueux

Monsieur

Votre très humble et très obéissant serviteur

le Marquis de Condorcet Secrétaire perpétuel en survivance de l’Académie des sciences

à Paris, rue Louis le grand, ce 28 mars

Lettre 5

Canterzani à Condorcet, Bologna, le 29 octobre 1776 (brouillon)

[Ibid., lettere missive, titolo III]

À Monsieur

Monsieur le Marquis de Condorcet

Secrétaire de l’Académie royale des sciences

rue de Louis le grand à Paris

Monsieur

Je vous demande bien pardon, Monsieur, de ce que j’ai tardé jusqu’ici de vous témoigner notre reconnoissance. L’Académie a extrêmement agréé l’excellent mémoire sur l’intégration de l’équation

a + bu + c du/dx + etc.

que vous avez bien voulu lui envoyer pour ses actes. Il y a déjà un an, que Monsieur Bonfioli né Malvezzi me le remit : mais comme nos remerciemens doivent vous avoir été comuniqués par lui, je ne me suis pas empressé de vous le confirmer plus-tôt. Le sixième tome de nos actes va paraître cet hyver ; et votre mémoire ira incessamment sous presse. Je suis beaucoup embarassé à l’égard d’une petite chose. Je vous prie, Monsieur, de m’aider à me débarasser avec votre satisfaction. Il faut placer votre nom à la tête du mémoire. Marchionis Condorcetii ne me plaît pas, d’autant plus que c’est contre la coutume de l’Académie qui ne marque jamais les titres de Comte, de Marquis, de Prélat etc. Il me plairait plus de mettre le nom de baptême, comme cela se coutume chez nous, par exemple Louis, ainsi Ludovici de Condorcet. Mais je ne sais pas vôtre nom de baptême. Je vous prie donc, Monsieur, de vouloir bien m’instruire là-dessus, et m’écrire au plutôt votre avis. J’attends avec empressement votre réponse, et en même temps vos ordres, au cas que vous ayez quelque chose à me comander à l’égard de l’édition de votre mémoire. Sur tout nous attendons, l’Académie et moi, la seconde partie du mémoire, et toutes les autres, qu’il vous plaira d’y ajouter, pour en orner le septième tome des actes, qui ne tardera guères à paraître après le sixième. Vous tenez, Monsieur, un rang trop distingué parmi les mathématiciens du siècle pour que l’Académie ne doive se croir beaucoup honorée de compter parmi les pièces qui composent ses volumes des mémoires qui portent à la tête votre illustre nom. Je saisis bien volontiers l’occasion de vous marquer en mon particulier la parfaite considération avec laquelle j’ai l’honneur d’être très-respectueusement

Votre très humble et très obéissant serviteur

Monsieur

Bologne ce 29 octobre 1776

Annexe 2. Lettres de Condorcet à Paolo Frisii

Lettre 1 [British Library, Egerton 18, ff 221-222]

Condorcet à [P. Frisi], s. d. [environ avril 1767]

Il y a plus de deux mois, Monsieur, que j’ai eu l’honneur de vous remercier de la lettre que vous avez bien voulu m’écrire. Mais je crains qu’une méprise faite à la poste ne vous ait empêché de la recevoir, et ne vous donne occasion de m’accuser d’une négligence qui vis-à-vis d’un homme comme vous ne pourroit pas être pardonnée même à un géomètre. Je vous mandois combien j’étois sensible à votre souvenir et à celui de Monsieur le Comte Verri qui sans doute est maintenant de retour auprès de ses amis27. Heureux ceux qui en [en] réunissant un si grand nombre et de tant de mérite puissent à la fois [mot oublié : jouir ?] des douceurs de la société et des plaisirs de l’étude en sorte que ces deux choses qui se nuisent si souvent s’aident l’une l’autre. Oserois-je vous prier de vouloir bien vous charger des assurances de mes sentimens d’estime et d’amitié non seulement pour M. le Comte de Verri que j’ai eu le bonheur de connoître particulièrement mais encore pour ceux de vos amis que la lecture de leurs ouvrages m’a appris à aimer et à respecter28. Vous me parliez d’une découverte sur les différentielles qui dépendent de la rectification de l’ellipse et de l’hyperbole. Je ne me rappelle plus ce que je vous mandois mais voici ce que j’en pense. Toutes ces différentielles se [?] peuvent réduire par des substitutions à des formules qui ne contiennent plus que √x et √ax2+bx+c et faisant x=y2, on [n’]aura plus d’irrationnel que √y4+ay2+b, or il faut pour y faire une substitution qui rende y4+ay2+b un quarré parfait sans introduire de radical dans la valeur de y.

Soit donc y=u+z, j’ai par l’hypothèse

qui sera un quarré parfait soit u2+a’u+b’ sa racine, j’aurai a’= (1/2) z, b’= (6z2+a-a’2)/2, et u= (z4+az2+b-b’2)/ (2a’b’-4z3+ [– ?] 2az),

d’où [on] tirera aisément la valeur de y et z qui satisfera aux conditions demandées en sorte qu’on n’aura plus besoin pour intégrer que de la méthode des fractions rationnelles29.

Daignez me donner quelquefois de vos nouvelles, de celles de vos travaux et de ceux de vos amis, pour moi je compte faire imprimer pendant l’hyver quelques morceaux d’analyse30.

Adi[eu Mo]nsieur [tache claire ou trace de cachet], continuez moi votre amitié que je regarde comme un des plus grands avantages qu’ait pu me procurer mon goût pour les lettres et mes essais dans l’analyse. Parlez quelquefois de moi avec le Comte Verri et vos amis au milieu desquels je désirerois passer ma vie, et comptez sur les sentimens inviolables que vous a voués pour la vie, votre ami et très humble serviteur

de Condorcet

Lettre 2 [Uppsala Universitetsbibliotek, collection Waller]31

Le 10 juin 1767 à Ribemont près St Quentin en Picardie

Je commençois à être très inquiet de ne point recevoir de vos nouvelles lorsque Mr Cousin m’adressa ici où je suis depuis le premier mai la lettre que vous m’avez fait l’honneur de m’écrire. Je suis pénétré des marques que vous m’y donnez de votre amitié et du désir de me revoir. Lorsque je serai assez heureux pour pouvoir aller en Italie soyez bien persuadé que le plaisir de vous voir, et de me lier avec votre société sera mon principal motif. J’espère qu’à son retour Monsieur le Comte de Verri voudra bien me donner de ses nouvelles, Mr le Marquis de Beccaria est trop bon de me savoir quelque gré de lui avoir fait hommage de ma dernière dissertation. C’est à moi à le remercier du plaisir que m’a fait son livre, et des connoissances que j’y ai puisées. Quoique je sois Géomètre, je ne suis pas de l’avis de Hallei qui disoit qu’il y avoit bien plus de mérite à trouver les loix du sistème du monde, qu’à en donner de bonnes à ses concitoyens. J’avois prié Mr le Comte de Verri de remettre à son ami notre ordonnance criminelle et notre code pénal afin qu’il puisse juger par lui même de la bonté et de la douceur de nos loix. Voici ce que je pense de la découverte dont vous me parlez. Les différentielles réductibles à la quadrature ou rectification des sections coniques, sont celles que par des substitutions on peut réduire à ne contenir qu’un radical de la forme √a+bx+cx2, on peut par une nouvelle substitution changer ce radical en un autre √r2-z2. Cela posé il est clair que l’intégrale ne peut être qu’un logaritme plus une quantité algébrique, et que ∫ dz/√r2-z2 étant égale à 1/√-1)[X√-1+√r2-X2], on pourra trouver une substitution qui soit telle qu’il n’y reste plus de radicaux dans la partie de l’intégrale qui sera sous le signe logaritmique, je crois donc la découverte de votre ami très possible quoiqu’il y [ait] sans doute des cas où l’on ne puisse absolument délivrer l’équation de radicaux, mais les radicaux se trouveraient dans la partie algébrique de l’équation où ils ne seraient plus si embarassans. Si j’étois à Paris je vous manderois des nouvelles toutes des plus belles de la censure de Bélisaire des quarante six propositions répréhensibles qu’y trouve la Sorbonne. Je suis parti à tems car nos docteurs ont mis si peu d’honêteté, et tant d’acharnement dans leurs procédés qu’il ne m’aurait plus été possible de ne pas me mettre en colère malgré le peu de cas que je fais du fond de la querelle. Mr de Marguerit prépare un beau livre qui sera dit-il plein de choses étonnantes. Si ce sont les choses dont il m’a parlé, elles sont réellement extraordinaires, mais il y a beaucoup que je ne crois pas vraies. Mr d’Alembert va donner deux volumes d’opuscules. J’ignore ce que fait Mr de la Grange, il a trouvé il y a quelque tems une solution générale du problème des tautocrones. Adieu mon très cher ami, je vous embrasse tendrement et désire ardemment de vous revoir. Comptez sur mes sentimens pour vous, ils dureront autant que ma vie. Parlez, je vous prie, de moi, à Monsieur le Comte de Verri lorsque vous lui écrirez et témoignez à Mr son frère et au Marquis de Beccaria le regret que j’ai de ne les connoître que par leurs écrits. Adieu encore une fois. Donnez-moi de tems en tems de vos nouvelles, on ne peut vous être plus tendrement attaché que je ne vous le suis.

de Condorcet.

Lettre 3 [Egerton 18, ff 212-213]32

Ce 30 avril 1770

Je quitte Paris mon cher et illustre ami et je n’ai pas voulu partir sans vous donner de mes nouvelles. J’ai eu ici des votres par M. de Keralio33 et j’ai su toutes les tracasseries de la Lanterna curiosa. Il y a beaucoup de sottise et de méchanceté dans le monde et il y en aura toujours quoique disent ou fassent les gens sensés, car sont ceux qui sont puissans ont intérêt que les hommes soient sots, et que les sots croient avoir intérêt à être méchants. Je ne vous verrai pas encore cette année parce que mes affaires ne me le permettent pas et je la passerai encore à calculer en Picardie où je vous prie de m’écrire. M. de Keralio me fera passer vos lettres. Comment se portent Mrs Becaria et Verri. Sont-ils toujours occupés à combattre les solides [?]. Pour moi je le suis toujours du calcul intégral pour lequel je tâche de perfectioner des méthodes générales. On érige ici une statue à Voltaire aux dépens des gens de lettres ses compatriotes et ses contemporains, elle sera de marbre et par Pigal34.

M. d’Alembert n’est point encore en état de travailler mais il n’est point malade, cette privation lui est pénible, il a besoin d’inventer pour être heureux, et il se trouve précisément comme ceux qui ont été amoureux et qui n’aiment plus rien. J’espère que le beau temps lui rendra ses forces et que les muscles qui environnent sa tête seront en état de suporter les efforts du je ne sais quoi qui est dedans. Adieu mon cher et illustre ami, consolez-vous avec les sciences de l’injustice des hommes, opposez au discours des sots l’estime et l’amitié de vos amis. Je vous embrasse et vous aime de tout mon cœur. Portez-vous bien, aimez nou[s], pensez à moi quelquefois.

P.S. Je vous prie de remercier pour moi M. Moscati35, je ne suis point anatomiste, mais il ne faut pas l’être pour sentir que son ouvrage est celui d’un philosophe plein d’esprit, l’espèce humaine est si mal telle qu’elle est que je crois qu’elle n’a qu’à gagner, et je consentirais à marcher à quatre pattes pour essaier, s’il ne me sembloit que cette allure n’iroit point aux jolies femmes, et si je pouvois arranger avec des bêtes à quatre pieds un aussi joli tableau que celui d’Armide et de Renaud quand je pense à tout ce que je perdrois si la belle que je n’ai point et que je voudrais avoir marchoit à quatre pattes. Je ne puis être pour M. Moscati, et je défendrai toujours l’allure à deux pieds dut-elle me faire vivre quelques années de moins. M. d’Alembert vous a écrit il y a peu de temps et il me charge de vous le mander.

Lettre 4 [Egerton 18, ff 217-8]

À Ribemont [s. d.]36

Je viens de recevoir votre lettre, mon cher et illustre ami, je ferai ce que vous me mandez pour M. Moscati, mais je ferai l’extrait moi-même, la matière étant assez délicate et le journaliste trop peu philosophe pour se fier à lui37. Si par hasard il étoit trop tard vous verriez bien en lisant le journal que l’article ne viendroit pas de moi. Je verrai avec bien du plaisir tout ce qu’il vous plaira de m’envoier. Vous aurez sans doute parlé, dans vos additions à la première édition de votre ouvrage sur la gravité38, des pertubations des comètes et des effets de la résistance de l’éther. Je crois que ce dernier cas est le seul où il doive entrer des arcs de cercle dans les équations de l’orbite, et qu’on peut démontrer sintétiquement même avant d’avoir déterminé ces équations. Il me paraît presque impossible de décider ni par la théorie ni par les observations si les perturbations doivent produire de ces équations mais aussi il me semble qu’il est fort peu important de le savoir, en effet les équations sans arcs peuvent être pour des sinus d’arcs si petits qu’elles représentent sensiblement les observations jusqu’au point où l’on doit avoir égard à l’équation produite par la résistance de l’éther et qui doit contenir un arc. Il n’y a d’embarrassant que le cas où les arcs viendroient exactement à se détruire. Si les nouvelles mesures du méridien sont certaines le problème de la figure de la terre devient plus insoluble que jamais, vous êtes assurément capable de débrouiller ce cahos et j’attends avec impatience le résultat de vos réflexions.

Lettre de Condorcet au père P. Frisi, British Library Egerton 18, ff 217-8

Lettre de Condorcet au père P. Frisi, British Library Egerton 18, ff 217-8

J’ai sur les mathématiques pures et particulièrement sur le calcul intégral plusieurs mémoires qui paroitront avec ceux des académies de Paris et de Turin39. Si vous n’avez pas ces ouvrages, mandez le moi et dans le tems je tacherai de vous envoier des exemplaires de ce qui viendra de moi. J’ai fait quelques réflexions sur le calcul des probabilités, et je me trouve être d’un avis fort approchant de celui de M. d’Alembert40. Dites-moi ce que font le comte Verri et le marquis Beccaria, à quel ennemi de la raison et de l’humanité ont-ils déclaré la guerre. Notre parlement de Paris41 en fait une grande à présent, mais ce n’est pas aux préjugés, ses anciens et fidèles amis. Quand je le vois ainsi abandonner le jugement des affaires particulières pour reformer le gouvernement contre lequel il n’a aucunes forces, je crois voir des gens qui au lieu de réparer leurs maisons s’amuseraient à faire des chateaux de cartes. Le vent fait tomber les chateaux, et quoique dise et fasse le parlement un instant de fermeté de la part du roi fera tomber l’aristocratie pédantesque qu’il veut élever sur nos têtes.

Adieu mon cher et illustre ami, comptez toujours sur ma tendre amitié. Je prendrai toujours également part à vos travaux à vos succès, et aux tracasseries que vos ennemis vous suscitent. La nature place toujours à côté des hommes de mérite, des persécuteurs, des intriguans et des charlatans, comme elle a placé le fléau destructeur de l’humanité dans les parties même destinées à la perpétuer. Je vous embrasse et vous aime de tout mon cœur.

Lettre 5 [Egerton 18, ff 210-211]

à Monsieur

Monsieur l’abbé Frisi

Paris

1er mars 1777

J’ai l’honneur de vous présenter, mon cher et illustre ami, au nom de mes confrères et au mien le recueil de nos expériences sur la résistance des fluides42. Vous verrez que nous n’avons rien négligé pour les rendre exactes et concluantes. Elles s’accordent assez avec la théorie (pour les chocs directs) pour qu’on puisse regarder la théorie comme bien prouvée. Il n’en est pas de même pour les chocs obliques : et l’expérience ne nous a donné pour ce cas ni confirmation de la Théorie, ni moyen de faire une théorie nouvelle43.

Nous avons cru devoir publier les expériences aussitôt qu’elles ont été calculées, et avec les premières conséquences qui se sont offertes à nous ; mais nous n’avons pas renoncé à en chercher de nouvelles : il a fallu songer au public avant de songer au petit honneur que [qui ?] pourrait nous revenir.

L’ouvrage excepté le morceau qui porte mon nom est en entier de l’abbé Bossut : c’est lui qui a fait, et calculé les expériences : M. d’Alembert et moi n’avons été que témoins44.

Il y a maintenant à Paris un de vos compatriotes qui y a le plus grand succès. C’est l’abbé Fontana45 ; nous sommes tous également enchantés de l’étendue de ses connaissances, de sa sagacité et de sa modestie. Il s’occupe beaucoup de ce que nous appelons air fixe, air phlogistiqué & c (car la multiplicité des noms est ici une marque de notre ignorance) ; et il a déjà publié sur cet objet des recherches très ingénieuses dont nous attendons la suite avec beaucoup d’impatience.

Adieu, mon cher et illustre ami, conservez-moi quelque part votre amitié et pardonnez-moi si je ne suis pas exact à vous remercier de ce que vous m’envoiez ou de ce que vous voulez bien me dire d’obligeant.

Le Marquis de Condorcet

Notes

1 Henry Charles éd., Lettres inédites de Mlle de Lespinasse à d’Alembert, Condorcet, etc., Paris, 1887, p. 54.

2 A.-M. Chouillet, P. Crépel, « Un voyage d’Italie manqué ou trois encyclopédistes réunis », Recherches sur Diderot et sur l’Encyclopédie, 17, 1994, p. 9-51.

3 Œuvres de Lagrange, publiées par J.-A. Serret et G. Darboux, Paris, Gauthier-Villars, t. XIII, 1882, p. 42. Ch. Gilain, « Condorcet et le calcul intégral » in R. Rashed éd., Sciences à l’époque de la Révolution française, Paris, A. Blanchard, 1988, p. 87-147.

4 R. Taton, « Le départ de Lagrange de Berlin et son installation à Paris en 1787 », Revue d’histoire des sciences, 41, 1988, p. 39-74. M.T. Borgato, L. Pepe, Lagrange, appunti per una bibliografia scientifica, Torino, La Rosa, 1990. V. Ferrone, La Nuova Atlantide e i Lumi : Scienza e politica nel Piemonte di Vittorio Amedeo II, Torino, Meyner, 1988. Le Moniteur universel, 26 février 1814.

5 F. Venturi éd., Illuministi italiani, tomo III, Milano-Napoli, Ricciardi, 1958, p. 287-382.

6 F. Venturi, « La corrispondenza letteraria di Auguste de Keralio e Paolo Frisi » in Europäische Aufklärung. Herbert Dieckmann zum 60. Geburtstag, München, Fink, 1967, p. 301-309. J. Pappas, « Les relations entre Frisi et d’Alembert », in Ideologia e scienza nell’opera di Paolo Frisi, a cura di G. Barbarisi, Milano, Angeli, 2, 1987, p. 123-174. G. Barbarisi, « Frisi e Verri : storia di una amicizia illuminista », ibid., p. 353-441. Condorcet, Arithmétique politique. Textes rares ou inédits (1767-1789), éd. par B. Bru et P. Crépel, Paris, INED, 1994. A.-M. Chouillet, P. Crépel, op. cit., n. 2.

7 Archives de l’Académie des sciences de Paris, dossier d’Alembert.

8 London, British Library, Egerton, ms n° 15.

9 S. Romagnoli éd., Illuministi settentrionali, Milano, Rizzoli, 1962, p. 441.

10 Il Caffè o sia brevi e vari discorsi già distribuiti in fogli periodici, seconda edizione, Venezia, Pizzolato, I, 1766, p. 207. « L’algebra, non essendo che un metodo preciso e speditissimo di ragionare sulle quantità, non è alla sola Geometria, od alle altre scienze matematiche che si possa applicare, ma si può ad essa sottoporre tutto cio che in qualche modo può crescere, o diminuire, tutto ciò che ha relazioni paragonabili fra di loro. Quindi anche le scienze politiche possono ad un certo segno ammetterla. Esse trattano di debiti e crediti d’una nazione, di tributi, ect. cose tutte che ammettono calcoli e nozione di quantità. »

11 Letters of Eminent Persons Adressed to David Hume, ed. by J. Hill Burton, Edinburgh-London, 1849, p. 197. Grugnetti Lucia, « “Del merito letterario e scientifico dei gesuiti” : un manoscritto inedito di Paolo Frisi », in Il pensiero matematico nella ricerca storica, a cura di G. Frosali e M. Ottaviani, Ancona, 1993, p. 107-126.

12 Voltaire, Œuvres complètes, L. Moland éd., Paris, t. 44, 1881, p. 240. Le « jeune seigneur milanais » est Alessandro Verri.

13 London, British Library, Egerton, ms n° 15.

14 J. Pappas, op. cit. n. 6, p. 154.

15 Carteggio di Pietro e Alessandro Verri, a cura di E. Greppi e A. Giulini, vol. I, part. 1, Milano, Cogliati, 1923, p. 293. « I quattro esemplari del Caffè, l’uno a Suard, l’altro all’abate Arnaud autori della Gazette littéraire, il terzo à Watelet, il quarto a un tal marchese de Condorcet, giovane carissimo coltissimo nelle matematiche e che intende la nostra lingua. »

16 Condorcet, op. cit. n. 6, p. 29 (reproduit en annexe).

17 London, British Library, Egerton, ms n° 18 (reproduit en annexe).

18 Condorcet, op. cit. n. 6, p. 70-71 (reproduit en annexe).

19 London, British Library, Egerton, ms n° 18 (reproduit en annexe).

20 P. Verri, Memorie appartenenti alla vita e agli studi del signor don Paolo Frisi, Milano, Marelli, 1787.

21 Ibid., « Voi foste amico dell’abate Frisi : Voi Signore avete onorato la tomba di questo illustre italiano nella prefazione all’Elogio dell’Imperatrice regina Maria Teresa, elogio che avete fatto pubblicare in francese. Voi Signore, avete sottomessi alla potenza del calcolo i principi della politica, e avete aggiunto un nuovo regno alle scienze. Gli elementi che immediatemente determinano il bene o il mal essere delle intere nazioni furono sinora abbandonati alla variabile e incerta opinione : e voi, signore avete soggettati al rigore della dimostrazione i corpi politici, come il movimento de’ corpi celesti. Io pure, anni sono, ne diedi un cenno e ne credetti la possibilità, ma voi con mano maestra avete eseguito l’impresa. Possano le luminose tracce che avete segnate rivolgere le menti a tali benefiche meditazioni, e le generazioni avvenire onoreranno la memoria del Sig. Marchese di Condorcet come il Newton della politica. »

22 A.B. Malvezzi, Viaggio in Europa e altri scritti, éd. par S. Cardinali et L. Pepe, Ferrara, Università degli Studi, 1988.

23 Note à compléter

24 S. Cardinali, L. Pepe, « Les rapports de Condorcet avec l’Institut de Bologne et Alfonso Bonfioli Malvezzi », in Condorcet mathématicien, économiste, philosophe, homme politique, Paris, Minerve, 1989, p. 443-449.

25 « Il Carteggio Gianfrancesco Malfatti – Sebastiano Canterzani », a cura di L. Miani, I. Ventura, S. Giuntini, Bail. Storia Sci. Mat., 3, n° 2, 1983, pp. 13, 41-42.

26 L. Pepe, « Gianfrancesco Malfatti e un sodalizio culturale d’avanguardia a Ferrara tra il 1770 e il 1780 », in Studi sulla civiltà del secolo XVIII a Ferrara, part. 2, Ferrara, 1981, p. 107-118. M.F. Spallanzani, « La Nuova Enciclopedia Italiana del 1779 », in Gianfrancesco Malfatti nella cultura del suo tempo, Ferrara, Università degli Studi, 1982, p. 115-146.

27 Il s’agit d’Alessandro Verri, frère de Pietro. A. Verri et Paolo Frisi partent de Paris le 15 ou le 16 mars 1767. Frisi arrive à Milan le 7 avril, mais A. Verri voyage plus longtemps : il est à Turin le 31 mars, à Gênes en avril, à Florence en mai, à Rome le 19 mai. On trouvera les références à ce sujet par exemple dans S. Romagnoli, Illuministi settentrionali, Milano, Rizzoli, 1962 et A. e P. Verri, Lettere e scritti inediti (C. Casati ed.), 4 vol., Milano, 1879- 1881. Donc la lettre date environ de fin avril 1767 ; elle est par conséquent légèrement antérieure à la lettre 2, qui est du 10 juin.

28 En particulier Cesare Beccaria et Pietro Verri.

29 Ces passages mathématiques, ainsi que ceux de la lettre du 10 juin, mériteraient des commentaires techniques qui n’ont pas leur place ici.

30 Essais d’analyse, t. I, Paris, 1768.

31 Cette lettre est reproduite dans Condorcet, Arithmétique politique. Textes rares ou inédits (B. Bru, P. Crépel éd.), Paris, INED, 1994, p. 28-30, où diverses allusions sont expliquées.

32 Cette lettre autographe n’est pas signée, elle n’a pas de cachet ; à la place de l’adresse, on lit d’une écriture noire et anguleuse : « du Marquis de Condorcet. »

33 Il existe une correspondance très intéressante entre A. de Keralio et P. Frisi, qui nous instruit sur les relations entre les encyclopédistes français (d’Alembert, Condorcet...) et milanais (Beccaria, Verri...). À ce sujet, voir F. Venturi, « La corrispondenza letteraria di Auguste de Keralio e Paolo Frisi », in Europaische Aufklärung. Herbert Dieckmann zum 60. Geburtstag, München, W. Finck, 1967, p. 301-309.

34 À propos de la statue de Voltaire par Pigalle, on trouve toutes sortes de renseignements dans les correspondances de 1770 entre gens de lettres, par exemple in C. Henry, Correspondance inédite entre Condorcet et Turgot (1770-1779), Paris, 1883, p. 9 (lettre V, dimanche 8 avril 1770) : « Les gens de lettres veulent faire ériger à Voltaire une statue de marbre : Pigalle en doit être chargé. » Sur la langueur de d’Alembert, voir A.-M. Chouillet, P. Crépel, « Un voyage d’Italie manqué ou trois encyclopédistes réunis », Recherches sur Diderot et sur l’Encyclopédie, 17, octobre 1994, p. 9-53.

35 Pierre Moscati, Milan 1740-1824, fut professeur de médecine à l’université de Pavie. L’ouvrage (d’ailleurs anonyme) auquel il est fait allusion ici est Lettera ad un amico concernente il quesito se dalla struttura del corpo dell’uomo, possa conoscersi formata per essere bipede o quadrupede, Milano, 1770.

36 Cette lettre autographe n’est pas signée ; on lit, d’une autre écriture, p. 4 : « pour le Père Frisi », mais de toute façon, le destinataire ne fait pas de doute.

37 Nous n’avons malheureusement pas pu identifier le journal, l’extrait, le journaliste. Ce passage sur Moscati suggère que cette lettre est un peu postérieure à celle du 30 avril 1770, disons fin mai – début juin, datation compatible avec les allusions mathématiques ou politiques qu’on rencontre un peu plus loin.

38 De gravitate universali libri tres, Milano, 1768. À ce sujet, voir aussi les lettres de d’Alembert à Frisi des 30 janvier et 10 avril 1770, dans John Pappas, « Les relations entre Frisi et d’Alembert », in G. Barbarisi ed., Ideologia e scienza nell’opera di Paolo Frisi (1728-1784), Milano, Franco Angeli, 1987, p. 123-174. Condorcet fait probablement allusion un peu plus loin à la pièce de Bossut ayant remporté le prix de l’Académie des sciences en 1762 : Sur la résistance de l’éther, Charleville, 1766.

39 C. Gilain, « Condorcet et le calcul intégral », in R. Rashed dir., Sciences à l’époque de la Révolution française. Recherches historiques, Paris, A. Blanchard, 1988, p. 143.

40 Cette lettre permet de dater le premier manuscrit de Condorcet sur le calcul des probabilités de mai 1770 (et non de l’été 1772, comme on le croyait), ainsi que l’ont remarqué les éditeurs de Condorcet, Arithmétique politique. Textes rares ou inédits, ouvrage déjà cité.

41 Le parlement de Paris ne sera dissous que début 1771.

42 D’Alembert, Bossut, Condorcet, Nouvelles Expériences sur la résistance des fluides, Paris, 1977. Cet ouvrage rend compte des expériences effectuées par Bossut au cours de l’été 1775, dans le cadre d’un rapport demandé par Turgot sur les canaux.

43 Bossut continuera ses recherches à ce sujet, il les publiera dans les Mémoires de l’Académie des sciences pour 1778 (1781), p. 353-380, sous le même titre.

44 L’appendice de Condorcet est intéressant, mais n’a que des rapports lointains avec le reste de l’ouvrage. Le fait que ce livre soit entièrement de Bossut est implicite à sa lecture, ce passage le confirme.

45 Il s’agit de Félix Fontana (1730-1805), physicien et anatomiste, professeur à Pise, puis à Florence (et non du mathématicien Gregorio Fontana), qui voyage en France et en Angleterre de l’automne 1775 à janvier 1780 (Dictionary of Scientific Biography, C.C. Gillispie ed., New York, 1971, t. V, p. 55-57).

Notes de fin

i A.-M. Chouillet a retrouvé quatre lettres à la British Library, dans le fonds Egerton 18, et E. Brian une dans la collection Waller de la Uppsala Universitetsbibliotek. Les transcriptions sont d’A.-M. Chouillet. Malheureusement, les lettres de Frisi à Condorcet semblent, pour le moment, perdues (sur Frisi voir supra p. 74 et n. 6).

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/23948/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 7,2k
Titre Lettre de Condorcet au père P. Frisi, British Library Egerton 18, ff 217-8
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/23948/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 139k

Auteur

Dipartimento di matematica, Università di Ferrara (Italie).
Université di Ferrera. Recherches financées par le Comité pour les mathématiques du CNR.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search