Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books ENS Éditions Theoria Condorcet L’ascendance dauphinoise de Condo...

Condorcet

Aspects biographiques

L’ascendance dauphinoise de Condorcet

Condorcet’s Ancestors from Dauphine

Simone Chamoux

Résumé

On a coutume de présenter Condorcet comme un de « ces hommes des plaines du nord qui firent la Révolution française », parce qu’il est né à Ribemont, grosse bourgade du diocèse de Laon et qu’ayant eu le malheur de perdre son père peu après sa naissance, il y fut élevé par sa mère Marie Magdeleine Gaudry.
C’est faire peu de cas de sa famille paternelle, très vieille famille d’Orange et première nommée dans le « Rolle des familles nobles de la Principauté » de 1624. Établis en Dauphiné depuis 1522, les Caritat furent parmi les premiers nobles, sinon les premiers, à embrasser la Réforme. Leur engagement fut loyal et ne leur apporta ni honneurs ni richesse. Leur seule fortune fut une honnêteté sans faille et une rigueur exemplaire dans l’exercice de leur devoir. Ils méritent d’être sortis d’un oubli moins profond et surtout d’être mieux connus.

Texte intégral

Armes d’azur, au dragon ailé d’or armé et lampassé de sable ; à la bordure du même (ou d’or), réalisé par le commandant Robert Juteau

Armes d’azur, au dragon ailé d’or armé et lampassé de sable ; à la bordure du même (ou d’or), réalisé par le commandant Robert Juteau

1Le grand Condorcet, emporté par la tourmente révolutionnaire il y a tout juste deux cents ans, était né le 17 septembre 1743 à Ribemont dans le diocèse de Laon, aujourd’hui petite ville du département de l’Aisne.

  • 1 Archives départementales de la Drôme, C 31, pièce 87.
  • 2 Dans sa « Notice sur la vie et les ouvrages de Condorcet » publiée dans le Mercure français du 30 n (...)

2Pourtant, il n’était qu’à demi picard, car si sa famille maternelle, les Gaudry, était depuis longtemps établie en Picardie, sa famille paternelle était méridionale. Celui qui signait « le marquis de Condorcet » s’appelait en réalité Marie-Jean-Antoine-Nicolas Caritat de Condorcet et les Caritat étaient à l’origine des drapiers d’Orange, qui devinrent marchands drapiers puis grands propriétaires terriens. Un quartier de la ville – celui sur lequel est située la base aérienne – porte encore leur nom. Ils furent anoblis par le prince au tout début du XVe siècle et prirent le titre d’écuyer qui est comme on sait le premier échelon de la noblesse, mais aussi le plus ancien1. Les Caritat ne devinrent de Condorcet qu’en 1552, lorsque l’un d’eux, Henry, reçut cette terre en dot de Sébastienne, fille du comte Jean de Poitiers2.

3L’origine du nom « Condorcet » est difficile à cerner. Dans son ouvrage, Etymologies des noms de lieux du département de la Drôme, le baron de Coston décompose ce nom en « son » et « ors », et en fait un diminutif d’un « confluent où s’était perpétué le souvenir d’un ours ». Hypothèse assez fantaisiste, qui pourrait aussi bien s’interpréter par « le confluent du petit ours ». Au siècle dernier, J. Brun-Durand dans son Dictionnaire historique et topographique de la Drôme, fait référence à une charte du cartulaire de Cluny datée de 1023, où il est question de « Condacense in page Diense ». Cet éminent historien donne ensuite « Condorceium » cité dans un document, daté de 1295 et conservé aux Archives départementales de la Drôme, puis « Condorcesio » en 1309 (Inventaire des Dauphins), « Condorseys en Baronnies » en 1430, « Condorses » en 1576 (sans donner de source), et enfin « Condourcet » en 1644 dans le compte rendu des visites épiscopales du diocèse de Die.

4Curieusement, au sud d’Avignon, les condorces, ce sont les roseaux appelés cannes de Provence, qui jusqu’à une époque récente furent très utilisées pour des usages divers : abri contre le vent de cultures basses, séchoirs à fruits, cloisons et plafonds (après assemblage et enduit de plâtre). Il s’agit sans doute d’un archaïsme provençal.

  • 3 Chronique Perrat, p. 124 (cité par Leemans).

5Jusqu’à la veille de la Révolution française, la terre de Condorcet, qui ne fut jamais un maquisat, ni même un comté quoiqu’on disent certains généalogistes et non des moindres, resta l’apanage des Caritat qui y firent de fréquents séjours, même lorsque leurs hautes fonctions les appelèrent à résider à Montélimar ou à Grenoble. Mais les Caritat restèrent toujours très attachés à leurs origines orangeoises. C’est à Orange qu’Aynemonde, fille d’Henry et de Sébastienne, fut baptisée le 30 novembre 1561 par un ministre protestant3.

  • 4 André Lacroix, L’Arrondissement de Nyons, 1.1, p. 250 et Jean Raybaut, Histoire des grands prieurs (...)

6Avant leur adhésion à la Réforme, les Caritat avaient donné deux chevaliers à l’ordre de Saint-Jean de Jérusalem. Le premier Fauquet fut nommé commandeur de Montpellier en 1517. Contrairement à ce qu’affirme Lacroix, il ne participa pas au grand siège de Rhodes en 1522, car le quinze septembre de la même année, il était à Pézenas où il signait un acte notarié. Il fut élevé à la dignité de lieutenant du Grand-Prieur de Saint-Gilles, puis à celle de Grand-Prieur de Toulouse. Les preuves de noblesse qu’il fournit lors de son admission le donnent comme fils de Guy de Caritat, écuyer, citoyen de la ville d’Orange et de Philippa de Cordière. En 1529, il fit admettre comme chevalier de l’Ordre, son neveu Louis, fils de son frère Olivier et de Marie de Vesc qui fit une carrière moins brillante4.

  • 5 Michaud, Biographie universelle, 1813, t. 9, p. 402.
  • 6 André Lacroix, L’Arrondissement de Nyons, 1.1, p. 248.

7Les Caritat furent-ils les premiers nobles à embrasser publiquement en France la Religion réformée ? Michaud l’affirme dans sa biographie5. C’est possible. En tout cas ce baptême est l’acte le plus ancien témoignant de l’engagement des Caritat vis-à-vis de la Religion réformée, religion qui deviendra bientôt la Religion permise par l’Édit. Cet engagement ne se démentit pas durant toute la période d’application de l’édit de Nantes. Pol et Jean-Louis de Caritat, fils d’Henry, combattirent pour la religion nouvelle, sans jamais s’attacher à aucun prince ni à aucun parti politique, ce qui n’était pas le moyen de faire fortune6.

  • 7 Ibid., p. 249.
  • 8 Archives municipales [A.M.] de Montélimar G.G. 7.

8Après la Révocation de l’Édit de Nantes, le petit-fils de Pol, Laurent de Caritat, essaya de rester ferme dans ses convictions. Arrêté par ordre de Louvois, sous prétexte qu’il avait gardé dans son château quelques canons et un magasin d’armes, on le mit à Lyon dans la forteresse de Pierre-Encise où quelques mois d’incarcération le déterminèrent à changer de religion7. Abjuration de principe et non de conviction puisque la sépulture ecclésiastique lui fut refusée « pour n’avoir point fait son devoir pasqual », après son décès survenu à Montélimar le 15 septembre 16938.

  • 9 A.D. de la Drôme 2E 12 671. Minutes de maître Chaulier.
  • 10 Cité par W.F. et E. Leemans, La Noblesse de la principauté d’Orange.
  • 11 A.D. du Vaucluse B 2539.
  • 12 A.D. du Vaucluse B 2546.

9Réformés, les Caritat s’allièrent par mariage à d’autres grandes familles réformées dauphinoises. Les deux fils d’Henry, Pol et Jean Louis, épousèrent l’un Olympe de Baron9, l’autre Françoise Pape de Saint-Auban, fille du célèbre capitaine Gaspard Pape et de Blanche de Poitiers, donc sa cousine germaine10. Antoine, fils de Pol, s’allia aux Martinel, famille noble de Gap, en épousant Bonne de Martinel, fille de Jacques, conseiller au parlement du Dauphiné et petite-fille de Joseph de Martinel, gouverneur de Serres11. Le petit-fils de Pol, Laurent, celui-là même qui fut enfermé à Lyon à la prison de Pierre-Encise, épousa Marie-Marguerite-Judith d’Yze de Rosans, fille de François d’Yze, conseiller au parlement du Dauphiné et à la Chambre de l’Édit, petite-fille par sa mère de Florens de Renard, conseiller du Roi et Premier Président à la Cour des Comptes du Dauphiné et arrière-petite-fille de Jean Antoine d’Yze, homme intègre s’il en fut. Dans son testament rédigé en 1612, il permet aux deux enfants d’Hélène Borel, nés du temps qu’elle était chambrière en son château, de porter son nom « pour l’honneur de Dieu »12.

  • 13 A.M. de Vienne (archives de l’Hôtel-Dieu H 298).
  • 14 A.M de Condorcet. Registre paroissial.

10Marie-Marguerite-Judith d’Yze, plus connue sous le nom de Marie d’Yze, dame de Condorcet, était également la sœur de Jacques d’Yze, président à Mortier du parlement de Grenoble. Contraint lui aussi d’abjurer, sa première épouse, Louise Perrachon, ayant sombré dans la folie après d’atroces dragonnades, ses enfants furent élevés avec rigueur dans la religion catholique. Le cadet, Jean, embrassa la prêtrise, tout d’abord chanoine à la collégiale de Grenoble, puis vicaire général du diocèse d’Aix. En 1727, lors du concile d’Embrun, il s’attacha au fameux Pierre Guérin futur cardinal de Tencin, qui le choisit avec deux autres prêtres, les abbés Alart et Delamotte, pour gouverner le diocèse de Senez pendant la suspension de l’évêque Jean Soanen. Son zèle contre les jansénistes lui valut un avancement rapide. Nommé évêque de Digne, il n’en occupa pas le siège, mais successivement ceux d’Agen et de Rodez. Il termina sa brillante carrière à Vienne dont il occupa le siège archiépiscopal jusqu’en 1751, année de sa mort13. Madame de Condorcet quant à elle n’abjura qu’à son lit de mort, le 27 février 1722, à Condorcet14.

11La plupart des frères et sœurs de Laurent de Caritat émigrèrent, les uns à Genève, les autres à Erlangen, en Allemagne. L’une des filles, Françoise, trouva refuge à Orange dans la famille de Gédéon de Julien, son époux ; le cadet, Gédéon avait, lui, trouvé la mort en 1659 au siège de Puycerda.

  • 15 A.M de Montélimar G.G. 7.

12Quelques mois avant le décès de Laurent, Antoine de Caritat, son fils, épousa Judith Amieu, fille d’un avocat consistorial de Montélimar15. La famille Amieu était originaire de Vinsobres, village voisin de Condorcet et autre fief de la Religion réformée, ce qui conduisit les deux jeunes époux à abjurer les erreurs de Calvin au matin de leurs noces, afin d’obtenir la bénédiction nuptiale de l’Église catholique romaine.

  • 16 La seule étude un peu détaillée que nous connaissions sur cet oncle de Condorcet est écrite par l’a (...)

13Leurs enfants, trois garçons et trois filles, furent élevés dans la religion catholique. La terre de Condorcet était petite et de faible revenu. Aussi seul l’aîné, Jean-Laurent, y demeura tandis que l’un des cadets, Jacques-Marie, embrassait l’état ecclésiastique. Il fut tout d’abord grand vicaire de Jean d’Yze, son oncle à la mode de Bretagne, alors évêque de Rodez. Nommé évêque de Gap puis d’Auxerre, il termina sa carrière à Lisieux où il décéda le 21 septembre 1783. Il laissa le souvenir d’un prélat exigeant mais fort charitable, ayant partout des difficultés, mais laissant partout des regrets16. Le troisième fils, Antoine, entra dans la carrière des armes. Capitaine de cavalerie au régiment de Brabançon, les campagnes militaires – et l’on sait qu’elles furent nombreuses sous le règne de Louis XV – l’éloignèrent de sa province natale sans l’en détacher tout à fait.

14En garnison à Ribemont en Picardie, Antoine épousa une jeune veuve Marie Magdeleine Gaudry, elle aussi de petite noblesse, et dont le frère, Claude-Nicolas Gaudry, était trésorier de France en la généralité de Soissons. Le chevalier de Condorcet eut juste le temps de connaître son fils. Il mourut cinq semaines après la naissance de l’enfant, au cours de manœuvres, le 22 octobre 1743, à Neuf-Brisach, place forte édifiée en 1699 par Louis XIV, pour remplacer le Vieux-Brisach, cédé à l’Allemagne.

15L’enfant élevé sous l’influence exclusive de sa famille maternelle héritait cependant d’un patrimoine dauphinois, composé essentiellement de rentes perpétuelles provenant principalement de ventes parfois très anciennes et d’immeubles sis à Nyons et à Orange.

16La jeune veuve constitua pour son procureur fondé de pouvoir, pour ses affaires tant en Dauphiné qu’à Orange, maître Jean-Pierre de Chièze qu’une réelle amitié et peut-être une lointaine parenté avaient lié à son défunt mari et qui avait défendu ses intérêts lors du règlement de la succession de Jeanne-Marie épouse de Louis Dubois, sa sœur préférée.

  • 17 Cité par Jacques de Coursac, « Les attaches dauphinoises de Condorcet », Bulletin de la société arc (...)

17Le règlement de ces affaires assez embrouillées fut l’occasion d’un voyage en Dauphiné et d’une visite à l’oncle alors évêque de Gap, à qui l’enfant fit une excellente impression : « C’est de vrai, écrivait-il le 30 octobre 1753 à madame de Bois Dauphin à Orange, un aimable enfant. Le Seigneur le conserve et augmente toujours en lui les bonnes qualités dont il l’a doué en naissant17. »

18Ce fut un des points positifs du voyage. De ce jour le prélat prit soin de l’éducation de son neveu et facilita son entrée au collège de Reims d’abord, puis au collège de Navarre à Paris.

19En revanche, les affaires s’arrangèrent mal ou plutôt pas du tout, comme en témoignent de nombreux actes de « conciliation » dans les minutes des notaires de Condorcet, Nyons, Montélimar. L’entretien des immeubles vétustes ayant coûté plus que leur rapport et les rentes n’ayant pas suivi l’inflation, madame Magdeleine de Condorcet quitta le Dauphiné en procès avec à peu près toute sa famille, y compris son beau-frère Jean-Laurent, conseiller au parlement du Dauphiné, qui, dans le même temps, essayait en vain de faire entériner par le même parlement ses prétentions au titre de comte.

  • 18 Ibid.

20Procès qui ne furent éteints ni par la Révolution ni par la mort de Condorcet, mais furent repris par sa veuve et plus tard par sa fille Elisa O’Connor et dans lesquels Jean-Pierre de Chièze, puis son fils Prosper leur furent toujours « d’un bon conseil et d’un grand secours18 ».

  • 19 Acte passé chez Maître Bernier, notaire à Egreville (Seine et Marne), acte cité par J. de Coursac.

21Les attaches dauphinoises dont avait hérité la fille de Condorcet allaient vite se détendre. Réduites à une misérable question d’héritage, elles étaient devenues trop fragiles pour résister à l’usure du temps. Le règlement définitif de la succession Condorcet n’interviendra que le 10 octobre 1819 par l’acte de vente au sieur Jean Andrieu, négociant à Orange d’une terre plantée en vigne19. Désormais plus rien, hormis le nom ne reliera la mémoire du grand homme à la petite bourgade dauphinoise.

  • 20 Je remercie très chaleureusement toutes les personnes qui m’ont aidée dans la réalisation de ce tra (...)

22Mais si le marquis de Condorcet fut, au siècle des Lumières, un si parfait honnête homme, ce n’est peut-être pas seulement, le fait du hasard. Par son père, il descendait d’une longue lignée d’honnêtes gens, de petite noblesse, certes, mais qui, tout en restant en contact étroit avec les réalités quotidiennes de la vie de province avaient toujours su garder une large ouverture sur le monde extérieur et les idées nouvelles20.

ASCENDANCE PATERNELLE DE CONDORCET

ASCENDANCE PATERNELLE DE CONDORCET

Bibliographie

Bibliographie

Centres d’archives et bibliothèques consultés

Archives départementales du Vaucluse, de la Drôme, des Hautes-Alpes et de l’Isère.

Archives communales d’Orange (Vaucluse), de Condorcet, Montélimar et Nyons (Drôme), de Vienne et Grenoble (Isère).

Bibliothèque municipale de Grenoble, Manuscrits et notamment les Ms 1435, 5438 et 6685.

Revues dépouillées

Bulletin de la société archéologique de la Drôme.

Bulletin de la société des amis d’Orange.

Cahiers du Centre de généalogie protestante.

Provence historique.

Livres

ALLARD (G.), Dictionnaire du Dauphiné, Genève, Slatkine reprints, 1970.

ALLEMAND (F.), Dictionnaire biographique des Hautes-Alpes, Gap, librairie Alpine, 1911.

ARNAUD (E.), Histoire des protestants du Dauphiné, Genève, Slatkine reprints, 1970.

ARTEFEUILLE (L.-V.), Histoire héroïque de la noblesse de Provence, Marseille, Laffitte reprints, 1970.

BADINTER (E. et R.), Condorcet un intellectuel en politique, Paris, Fayard, 1988.

BOLLE (P.), Le Protestantisme en Dauphiné au xviie siècle, Le Poët Laval, Curandera, 1983.

BRUN-DURAND (J.), Dictionnaire biographique et biblio-iconographique de la Drôme, Genève, Slatkine reprints, 1970.

– Dictionnaire topographique et historique de la Drôme, Nyons, Chantemerle reprints, 1973.

CHAPEAU (A.) et COMBALUZIER (F.), Episcologe français des temps modernes, Paris, Le Touzey et Ane, 1977.

CHARMA (A.), Condorcet sa vie ses œuvres, Caen, Hardel, 1863.

CHORIER (N.), Histoire générale du Dauphiné, Lyon, Thioly, 1872.

CREPEL (P.) et GILAIN (Ch.) éd., Condorcet mathématicien économiste philosophe homme politique, Paris, Minerve, 1989.

GASPARI (F.), La Principauté d’Orange au Moyen Âge, Paris, Le Léopard d’or, 1989.

HAAG (E.) et (E.), La France protestante, Genève, Slatkine reprints, 1966.

HOZIER (d’) (Ch.), Armorial général de France.

JANSSEN (J. Th.), Généalogie de la maison de Caritat, Heerlen (Hollande) 1975.

LACROIX (A.), L’Arrondissement de Nyons, Valence, Jules Céas, 1888.

LEEMANS (W.F.) et (E.), La Noblesse de la principauté d’Orange, La Haye, Société royale de généaloge et d’héraldique des Pays-Bas, 1974.

PITHON-CURT (abbé J.-A.), Histoire de la noblesse du comtat Venaissin, d’Avignon et de la principauté d’Orange, Paris, 1743-1750.

RAYBAUD (J.), Histoire des grands prieurs et du prieuré de Saint-Gilles, Nîmes, chanoine Charles Nicolas, 1904-1906.

RIVOIRE DE LA BATIE (G.), Armorial du Dauphiné, Lyon, Louis Perrin, 1863.

ROCHAS (A.), Biographie du Dauphiné, Genève, Slatkine reprints, 1971.

Notes

1 Archives départementales de la Drôme, C 31, pièce 87.

2 Dans sa « Notice sur la vie et les ouvrages de Condorcet » publiée dans le Mercure français du 30 nivose an IV, Lalande fait descendre Condorcet « d’une ancienne famille connue à Orange et dans le Dauphiné dès le dixième siècle ». Cette affirmation avait pour source le calendrier des Princes et de la Noblesse publié en 1750 et surtout l’ouvrage de Pithon-Curt, Histoire de la noblesse du comtat Venaissin, d’Avignon et de la principauté d’Orange. Elle fut maintes fois recopiée. Malheureusement, elle ne repose que sur des copies faites à la fin du xviiie siècle d’actes dont personne n’a jamais vu les originaux.

3 Chronique Perrat, p. 124 (cité par Leemans).

4 André Lacroix, L’Arrondissement de Nyons, 1.1, p. 250 et Jean Raybaut, Histoire des grands prieurs et du prieuré de Saint-Gilles.

5 Michaud, Biographie universelle, 1813, t. 9, p. 402.

6 André Lacroix, L’Arrondissement de Nyons, 1.1, p. 248.

7 Ibid., p. 249.

8 Archives municipales [A.M.] de Montélimar G.G. 7.

9 A.D. de la Drôme 2E 12 671. Minutes de maître Chaulier.

10 Cité par W.F. et E. Leemans, La Noblesse de la principauté d’Orange.

11 A.D. du Vaucluse B 2539.

12 A.D. du Vaucluse B 2546.

13 A.M. de Vienne (archives de l’Hôtel-Dieu H 298).

14 A.M de Condorcet. Registre paroissial.

15 A.M de Montélimar G.G. 7.

16 La seule étude un peu détaillée que nous connaissions sur cet oncle de Condorcet est écrite par l’abbé A.J. Rance et comprend deux parties : « Jacques-Marie de Condorcet, évêque de Gap (1741-1754) », extrait des Annales de Provence, Paris, Société générale de librairie catholique, 1885, 24 p., et « Jacques-Marie de Condorcet à Auxerre (1754-1761) », Bulletin de la société des Sciences historiques et naturelles de l’Yonne, 1890, p. 329-352. L’auteur, proche des jésuites, le présente sous un jour favorable. Les sources pro-jansénistes, les Nouvelles ecclésiastiques par exemple, en donnent une image à peu près inverse.

17 Cité par Jacques de Coursac, « Les attaches dauphinoises de Condorcet », Bulletin de la société archéologique de la Drôme, 1954.

18 Ibid.

19 Acte passé chez Maître Bernier, notaire à Egreville (Seine et Marne), acte cité par J. de Coursac.

20 Je remercie très chaleureusement toutes les personnes qui m’ont aidée dans la réalisation de ce travail, soit en m’orientant sur des pistes de recherche, soit en me communiquant des documents ou en me traduisant ceux rédigés en néerlandais. Et tout particulièrement monsieur le comte d’Aulan, monsieur Michel Hayez, directeur des Archives départementales du Vaucluse, le frère Léo Burkhard, le commandant Georges Bergoin, M. Jean-Pierre Brun, Fernand Calleron, Pierre-Henri Chaix, Pierre Crépel, Jean-Paul de Lagrave, Alexandre Vernin et Mmes Madeleine Benet de la Mothe, P. Boutin, Marie Bréguet, Kitty Crone, Christine Feuillas et Françoise Gaspari. Et tout particulièrement le commandant Robert Juteau, qui a dessiné le blason des Caritat.

Table des illustrations

Titre Armes d’azur, au dragon ailé d’or armé et lampassé de sable ; à la bordure du même (ou d’or), réalisé par le commandant Robert Juteau
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/23918/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 90k
Titre ASCENDANCE PATERNELLE DE CONDORCET
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/23918/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 53k
Titre - CARITAT -
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/23918/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 104k

Auteur

Généalogiste, Nyons (Drôme).

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search