Vous l’avez sans doute déjà repéré : sur la plateforme OpenEdition Books, une nouvelle interface vient d’être mise en ligne.
En cas d’anomalies au cours de votre navigation, vous pouvez nous les signaler par mail à l’adresse feedback[at]openedition[point]org.

Précédent Suivant

Glossaire de quelques auteurs

p. 417-420


Texte intégral

1ADDISSON Joseph (1672-1719). Journaliste, essayiste, écrivain et diplomate anglais. Fondateur du Spectator (1711-1712, 1714) avec R. Steele, journal de critique des mœurs, moraliste et humoristique, où se dessine un portrait de l’Angleterre marchande, moderne et bourgeoise, et un type : le gentleman, ancêtre du « philosophe ». Le tirage quotidien important (jusqu’à 4 000 ex.) du Spectator signale l’avènement du pouvoir de la presse et de l’opinion. Largement traduit et imité partout en Europe, le « Socrate moderne » est un des phares de la conscience civique et critique du nouveau siècle.

2ALGAROTTI Francesco (1712-1764). Essayiste, savant et écrivain italien. Ami de Voltaire et de Madame du Châtelet, protégé de Frédéric II à Berlin (1738- 1739). Auteur de récits de voyages, d’essais sur les Beaux-Arts, son adaptation de la physique de Newton, Le Newtonianisme pour les dames (1735) connut un très grand succès en Europe.

3BAUMGARTEN Alexandre (1714-1762). Philosophe allemand dans la tradition de Ch. Wolff, professeur à Halle puis à Francfort sur Oder. Sa Metaphysica (1739) est devenue le manuel classique de la philosophie rationnelle pré-kantienne (Kant lui-même l’utilisant pour ses cours), comme son Ethica philosophica (1740) et son Initia philosophiae practicae (1760). On lui doit surtout la première esthétique (Aesthetica, 1750), projet d’une étude systématique de la faculté inférieure de connaître.

4 BAYLE Pierre (1647-1706). Critique, philosophe, historien, polygraphe. Calviniste converti un temps au catholicisme, l’expérience de la persécution religieuse lui fit mesurer le prix de la tolérance. Exilé à Genève en 1670, clandestinement en France après 1674, c’est à Rotterdam où il se fixa en 1681 qu’il accomplit son œuvre critique, défendant dans ses Pensées sur la Comète (1682) la possibilité de l’existence d’un « athée vertueux » tout en attaquant la superstition. Il dénonce la révocation de l’Edit de Nantes (1685) et ses suites, mais sa grande œuvre est le Dictionnaire historique et critique (1695-1697) où il s’en prend systématiquement aux dogmes et aux traditions.

5BOYER D’ARGENS Jean-Baptiste (1703-1771). « Philosophe » et marquis, hostile au christianisme, il se retira en Hollande où il publia des pamphlets : Lettres chinoises (1739), Lettres cabbalistiques (1737), Lettres juives (1739), et surtout La philosophie du bon sens ou réflexions philosophiques sur l’incertitude des connaissances humaines à l’usage des cavaliers du beau sexe (1737). Frédéric II l’appela à Berlin en 1744 pour diriger la classe de philosophie de l’Académie de Berlin.

6ERNESTI Johann August (1707-1781). Théologien protestant et professeur de littérature ancienne à l’Université de Leipzig depuis 1742. Représentant du rationalisme de l’Aufklärung d’inspiration wolffienne, il a mené à bien un vaste travail philologique dans la lignée de l’école de Leyde, dont les résultats les plus marquants sont l’édition des œuvres de Cicéron (1737-1739) accompagnée d’un index, de Xénophon, Tacite, Suétone. Il a écrit de nombreux discours, dont le De philosophia populari (1754), une introduction à la rhétorique (Initia rhetorica, 1770), une importante herméneutique (Institutio interpretis Novi Testamenti, 1761) et de nombreux articles théologiques.

7FONTENELLE Bernard Le Bovier de (1657-1757). Écrivain et philosophe français, participant autant de l’âge classique que du siècle des Lumières, partisan décidé des « Modernes », il contribua largement à la diffusion de l’esprit nouveau, tant philosophique que scientifique, par ses Entretiens sur la pluralité des mondes (1686), chef-d’œuvre de vulgarisation scientifique. Ses Eloges et Préfaces pour l’Académie des sciences où il siège à partir de 1697) prolongent sont activité de propagateur des progrès scientifiques, mais sa fidélité à la philosophie cartésienne

8GARVE Christian (1742-1798). Philosophe populaire, journaliste et traducteur important dans son temps. Outre sa polémique avec Kant (1782) à l’occasion de la parution de la Critique de la raison pure (1781), il publia plusieurs traités de morale et de politique, de nombreux essais sur les sujets les plus divers (la patience, la mode, les paysans de Silésie, la littérature, la popularité etc.), des éditions d’Aristote et de Cicéron, et des traductions d’auteurs anglais ou Ecossais : Fergusson, Burke, Alexander Gerard, Mc Farlan, Payley, Gillies, Adam Smith. Ses écrits ont été regroupés sous le titre de Popularphilosophische Schriften (1802).

9HERZ Marcus (1749-1803). Philosophe et médecin allemand, ami de Kant. Il propage à Berlin la doctrine de la Dissertation de 1770 de Kant. Auteur des Considérations de philosophie spéculative (1771) et de l’Essai sur le goût et les causes de sa diversité (1790).

10JACOBI Friedrich Heinrich (1743-1819). Écrivain et philosophe allemand, il a lutté contre la philosophie rationnelle de l’Aufklärung, dont le modèle restait pour lui le système de Spinoza, au nom d’une foi immédiate, inaccessible aux raisons qui, en revanche, la présupposent toujours. Son influence sur ses contemporains fut très grande, tant à travers ses romans que par ses polémiques, dont la plus célèbre, à propos de Spinoza et de Lessing, le mit aux prises avec Mendelssohn et Kant (1782-1789) ; Lettre à M. Mendelssohn sur la doctrine de Spinoza (1785) ; Lettre à Fichte (1799).

11MAIMON Salomon (1754-1800). D’une famille juive de Lituanie, étudia le Talmud et Maimonide, Spinoza et Wolff, et fut en contact avec Mendelssohn et Moritz. Sa réputation philosophique tient surtout à son interprétation de la philosophie kantienne dans son Essai sur la philosophie transcendantale (1790). On lui doit également une Autobiographie (1793), Les catégories d’Aristote (1794), l’Essai d’une nouvelle logique ou théorie de la pensée (1794) et les Recherches critiques sur l’esprit humain (1797).

12MEIER Friedrich Georg (1718-1777). Professeur de philosophie à Halle, membre de l’Académie de Berlin, successeur et divulgateur de A. Baumgarten par ses manuels de métaphysique (1755-1759) ou d’esthétique en langue allemande (1748), en particulier sa Doctrine de la raison (Vernunftlehre, 1752) et sa Théorie de l’interprétation (1757).

13MENDELSSOHN Moïse (1729-1786). Philosophe juif ami de Lessing. Il se situe dans la lignée de Leibniz et de Wolff, mais est davantage ouvert à la philosophie anglo-saxonne que nombre de ses contemporains. Il excelle dans le genre de l’essai, souvent sur des sujets esthétiques. Ses œuvres philosophiques principales sont sa dissertation Sur l’évidence (1764), primée par l’Académie de Berlin, son adaptation du Phédon (1767) qui fut très populaire à l’époque, la Jérusalem (1783) et les Heures matinales (Morgenstunden, 1785), traité de métaphysique de mode classique.

14 MORITZ Karl-Philipp (1757-1793). Autodidacte, romancier, théoricien de l’esthétique. A fréquenté Mendelssohn, Schiller, Goethe – avec qui il était à Rome en 1786. Sa théorie du symbole, compris comme un ordre propre, transforme profondément l’esthétique allemande et prépare le romantisme. Sa Mythologie (1790) en dépend également. Moritz s’est beaucoup intéressé à la psychologie expérimentale, à travers le Magazin für Erfarhrungsseelenkunde (1783-1793). Son roman autobiographique Anton Reiser (1785-1790) présente son étonnant parcours.

15NICOLAI Friedrich (1733-1811). Libraire, publiciste et critique berlinois. Ami de Lessing et de Mendelssohn avec qui il publia les Lettres concernant la littérature (1759-1765), il fit de Berlin le foyer de l’Aufklärung avec sa revue Allgemeine deutsche Bibliothek (1765-1791), pui Neue allgemeine deutsche Bibliothek (1801-1806). Par ses nombreux pamphlets et satires, il lutta au nom de la « saine raison » contre toutes les manifestations de « superstition » ou de misologie qu’il pensait rencontrer : ainsi sa parodie du Werther de Goethe, Les joies du jeune Werther (1775) ou Eyn feyner kleyner Almanach (1777-1778) contre le culte des chants « populaires » chez Bürger et Herder.

Précédent Suivant

Le texte seul est utilisable sous licence Licence OpenEdition Books. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.