Version classiqueVersion mobile

L’école et la nation

 | 
Benoît Falaize
, 
Charles Heimberg
, 
Olivier Loubes

Introduction

Antoine Prost

Texte intégral

1L’intitulé de cet ouvrage repose sur une affirmation implicite : l’école joue un rôle essentiel dans la construction de la nation. C’est pour nous une évidence, qui nous semble valoir pour tous les pays. Je me propose ici de la questionner en prêtant attention à ce que cette école et cette nation ont de très particulier et en revisitant quelques idées reçues.

L’école n’est pas à l’origine de la nation

2Et d’abord, l’école n’est pour rien dans la création de la nation française. Celle-ci date de la Révolution de 1789. L’État français est plus ancien ; il s’est constitué à partir du Moyen-Âge et la monarchie l’a progressivement renforcé. Mais l’État n’est pas la nation. La nation se constitue avec la Révolution française, qui marque l’avènement d’une ère nouvelle, comme en témoigne l’apparition alors du terme d’Ancien Régime, pour désigner le passé révolu.

3La nation est une nation de citoyens. Elle se constitue dans son rapport au roi : le couple sémantique la nation / le roi est fondamental. La nation, c’est le peuple en tant qu’il a des droits antérieurs et supérieurs à ceux du roi, en tant que souverain. L’adjectif national qualifie la souveraineté et la représentation du peuple. Dans une version modérée, celle de 1789-1791, la nation est compatible avec le roi, grâce à la médiation de la loi, dans une trilogie descendante, la nation, la loi et le roi. C’est ce que symbolise le drapeau tricolore au lendemain de la prise de la Bastille, avec le bleu et le rouge de la ville de Paris, emblème du peuple, et le blanc de la cocarde royale. C’était déjà Turgot disant au roi : « votre nation n’a pas de constitution ». Dans une version proprement républicaine de 1792-1793, le roi n’a plus de place, car sa seule existence menace la souveraineté nationale. C’est Saint-Just au procès de Louis XVI : « Nul ne saurait régner innocemment, tout roi est un tyran et un usurpateur. »

4Ce point capital fait de la nation un enjeu de politique intérieure, et non extérieure. La France ne s’est pas construite contre d’autres nations, et l’enjeu des premières guerres de la Révolution est d’abord le régime politique. Les ennemis que les soldats de l’an II refoulent à Valmy envahissaient la France pour rétablir Louis XVI sur le trône. Les premières conquêtes de la Révolution visent à constituer des Républiques sœurs. Avec Napoléon, l’idéal de la grande nation, d’un ensemble de peuples débarrassés des tyrans et devenus souverains, cède la place à l’Empire, suscitant par là même un réflexe national en Europe, et notamment en Prusse, mais ce n’est pas l’inspiration de la Révolution.

5La nation française est ainsi différente des nations comme l’Allemagne ou l’Italie, qui se forment à partir de la lutte contre une domination extérieure. Elle est antérieure au mouvement des nationalités qui traverse le xixe siècle, avant d’essaimer au xxe siècle.

6C’est une nation de citoyens égaux. Dès cette époque triomphe en France un égalitarisme farouche, qu’on ne retrouve pas en Angleterre par exemple. La Révolution impose de s’appeler « citoyen, citoyenne » ; elle rend le tutoiement obligatoire. L’égalité entraîne l’abolition des privilèges, la nuit du 4 Août. C’est un changement radical dans la conception de la loi. Le privilège n’était pas en dehors de la loi : c’était la forme normale de la loi. Comme le nom l’indique, c’est une loi particulière, privata-lex, qui accorde des droits à une personne, une ville, une abbaye, une corporation. La Révolution fait prévaloir une autre normalité : la loi générale, qui ne fait pas acception des personnes et s’applique à tous uniformément.

7C’est une nation unifiée et uniforme. Elle est construite ainsi. L’uniformité n’imposait pas la centralisation, et on ne doit pas l’imputer aux seuls jacobins. Nourris des Lumières, les révolutionnaires ont conçu une administration rationnelle, identique partout, ce qui conduit à l’unification : celle des poids et mesures, celle de la monnaie, celle du fisc, avec les trésoriers payeurs généraux (TPG), et les préfets de Bonaparte. Le Code civil remplace les coutumes locales. Le droit est le même à Lille et à Montpellier. Ce n’est pas partout ainsi : une promesse de vente n’a pas la même valeur légale à Édimbourg et à Londres.

8Ce mouvement est profond. Il n’est pas le fait d’une mince élite ou d’une poignée de révolutionnaires. Il a des relais dans tout le pays. Même à Varennes-en-Argonne où Louis XVI l’apprit à ses dépens. Il dut prêter serment à la Nation, le 14 juillet 1790, lors de la fête de la fédération qui marque symboliquement la volonté des départements de faire corps. La dissonance la plus forte vient de l’Église catholique. Fondée par Dieu, elle ne peut accepter la souveraineté de la nation qui lui impose une « constitution civile ».

9L’école ne joue aucun rôle dans ce mouvement pour la simple raison qu’elle n’existe pas comme institution unifiée. Il y a bien des écoles, dans les paroisses ou les communes, mais plus ou moins souvent suivant les régions, et elles ne forment pas un réseau. Avant que l’école ne construise la nation, la nation a construit l’école.

La nation a construit l’école à son image

10Au début du xixe siècle, l’État s’occupe de la formation des élites par les quelques lycées qu’il fonde, et par diverses écoles : écoles du gouvernement (polytechnique, génie, artillerie, ponts et chaussées), écoles de droit et de médecine, rebaptisées facultés en 1808. Il n’avait ni les finances ni l’administration nécessaires pour prendre en charge les écoles ; il les laissa donc aux communes et aux congrégations.

11Quand Guizot entreprend de les organiser en 1833, il adopte le modèle des autres administrations. Il laisse le personnel et les locaux à la charge et au choix des communes, mais il construit un encadrement, avec ce qui deviendra les inspecteurs d’académie et les inspecteurs primaires. Le pouvoir de ceux-ci se renforce tout au long du siècle, avec l’accord des instituteurs qu’ils libèrent de la tutelle du maire et du curé. La IIIe République achève cette entreprise :

  • les lois de 1881 et 1882 rendent l’enseignement primaire obligatoire, gratuit et laïc ;
  • celle de 1886 prescrit la laïcisation du personnel ;
  • celle de 1889 fait des instituteurs des fonctionnaires d’État.

12Cette école refuse tout particularisme et ne reconnaît aucun corps intermédiaire. C’est l’un des sens de la laïcité : elle défend l’individu contre la communauté la plus susceptible de l’influencer, l’Église catholique. Mais les familles sont aussi un peu suspectes. La loi de 1882 avait prévu des commissions scolaires communales pour réprimander les parents qui n’enverraient pas leurs enfants à l’école. Mais certains conseils municipaux ayant nommé dans ces commissions le curé du village, elles ont parfois refusé de sanctionner les parents qui n’envoyaient pas leurs enfants à l’école pour protester contre les livres impies qu’elle utilisait. Du coup, on a renoncé à ces commissions.

13L’existence de programmes et leur uniformité pour tout le pays sont congénitales à ce système scolaire, et c’est assurément un moyen de construire l’unité nationale. Mais on peut distinguer deux étapes. La première, ouverte par Guizot, fait prévaloir une lecture conservatrice, avec des objectifs limités. La seconde, initiée par Duruy avec l’histoire et la géographie au programme en 1867, est confirmée et renforcée par les républicains. Elle assume sans équivoque la volonté d’en finir avec l’Ancien Régime. Il s’agit désormais de former des citoyens républicains et patriotes. Ferry le dit clairement à la Chambre, le 23 décembre 1880 :

Il nous importe en effet grandement, et il importe à la sécurité de l’avenir, que la surintendance des écoles et la déclaration des doctrines qui s’y enseignent n’appartiennent pas aux prélats qui ont déclaré que la Révolution française est un déicide, qui ont proclamé […] que les principes de 1789 sont la négation du péché originel.

14Il y a là une conviction partagée par les conservateurs : la certitude que l’école est capable de modeler les élèves, comme une cire molle – la comparaison est récurrente –, une confiance sans doute excessive en la fonction civilisatrice de l’école. Reste à évaluer si elle a bien rempli le rôle que lui assignaient les républicains.

Le rôle de l’École

15L’école a incontestablement contribué à l’unification de la nation, mais il ne faudrait pas oublier l’influence d’autres institutions, comme le service militaire. D’autre part, l’unification économique du territoire a progressé à partir du Second Empire grâce aux chemins de fer ou au réseau bancaire. Mais l’école y a contribué de façon décisive. On oublie souvent de noter dans les programmes de Guizot la mention du « système des poids et mesures ». Elle était essentielle : des mesures communes facilitent les échanges. Des générations d’écoliers ont eu pour devoirs en calcul de transformer des arpents qui n’avaient pas partout la même surface, en ares et hectares, des pintes en litres et des livres, qui ne faisaient pas toutes 500 grammes en grammes, hectogrammes et kilogrammes.

La langue

16L’unification linguistique est évidemment la contribution majeure. Elle avait déjà été amorcée par l’Ancien Régime, mais c’est une entreprise séculaire, et l’on sait l’importance que lui accordaient les révolutionnaires. On a beaucoup souligné la rigueur avec laquelle les instituteurs se sont attachés à faire du français la langue exclusive de l’école et la sévérité avec laquelle ils ont proscrit l’usage des langues vernaculaires dans l’enceinte scolaire.

17Ce tableau demande à être partiellement reconsidéré. Il faut d’abord souligner que la plupart des langues locales n’étaient pas écrites, et qu’on ne peut apprendre à lire que sur des écrits. Les frères de Ploermel avaient bien édité des manuels en breton, mais en dehors de quelques exceptions de ce type, l’apprentissage scolaire des langues locales était impraticable.

  • 1 J.-F. Chanet, L’école républicaine et les petites patries, Paris, Aubier, 1996.

18En second lieu, on fait erreur en assimilant la généralisation du français à une entreprise coloniale. J.-F. Chanet le souligne, dans un livre qui fait date1, elle a été menée par des instituteurs recrutés dans le département, qui parlaient eux-mêmes ces langues, et qui les utilisaient éventuellement pour expliquer aux élèves le sens des mots trop nouveaux pour eux. L’usage du célèbre signal ou symbole, vanté en 1893 par un instituteur primaire pour punir les patoisants, et attesté dans de nombreuses écoles, n’était ni général ni systématique et il a été contesté sur le moment même par des inspecteurs. On trouve dans les revues officielles, par exemple dans le Bulletin pédagogique du Finistère des opinions très diverses sur les attitudes à adopter envers le breton. Dans l’enquête de J.-F. Chanet, un quart des instituteurs nés avant 1911 jugeait nécessaire de punir les patoisants, mais un autre quart s’y refusait. Beaucoup d’instituteurs ont contribué à sauver les récits folkloriques locaux. Dans les écoles normales (EN), on donnait parfois des spectacles en langue locale, et à l’EN de Draguignan, elle a même fait l’objet d’un enseignement. D’autre part, on n’a pas d’exemples de résistance des collectivités locales à l’enseignement du français ; il allait de soi. La véritable entreprise de « déculturation » qui a été perçue comme telle a été la lutte laïque. Après la Séparation, on trouve des conseils municipaux pour voter des indemnités aux curés. Je n’en connais pas qui aient protesté contre le fait que l’instituteur impose le français. Le seul épisode où les populations ont affronté l’État à propos de l’usage du français est d’ailleurs lié à la religion : il se situe en 1902 et fut provoqué par une circulaire aux préfets exigeant de ne pas payer les prêtres, alors fonctionnaires, s’ils n’enseignaient pas le catéchisme en français.

19En effet, le français était perçu comme la langue de la promotion sociale, celle qui permettrait de faire carrière dans les chemins de fer, les postes, les contributions. La volonté politique est incontestable, mais l’aspiration venue d’en bas ne l’est pas moins. Nous en avons de multiples indices. En 1878, le ministère avait réuni à Paris en congrès pédagogique des instituteurs de toute la France, à raison de deux par département. À leur retour, ils rendirent compte à leurs collègues des conférences qu’ils avaient entendues. Or, dans l’une d’elles, le linguiste Michel Bréal, professeur au Collège de France, avait demandé « qu’on ait pour le patois quelque chose de cette bienveillance et de cette sollicitude que les anciens réclamaient pour l’enfance ». Mais les instituteurs du Doubs ne l’entendent pas de cette oreille, rend compte le Bulletin départemental :

  • 2 Bulletin départemental de l’Instruction primaire, 1879, p. 32-33, cité par J. Gavoille, L’école pu (...)

Nos instituteurs n’hésitent pas à en demander absolument la suppression [… Nos maîtres] pensent que les Français, ne formant qu’un seul peuple, ayant les mêmes lois, jouissant des mêmes droits, étant appelés à remplir les mêmes obligations, doivent aussi parler la même langue. […] Les familles tiennent beaucoup, de leur côté, à ce que les enfants soient exercés à parler français et ce serait aller contre leur vœu que de conserver un jargon qui diffère d’un clocher à un autre.2

La géographie et l’histoire

20L’on accorde trop d’importance à l’histoire dans la construction de la nation. « Un peuple qui n’enseigne pas son histoire est un peuple qui perd son identité » a ainsi déclaré le président Mitterrand en 1982. La France est bien le seul pays au monde où l’enseignement de l’histoire soit un sujet politique majeur, évoqué par le président et discuté en Conseil des ministres. C’est une de nos particularités. C’est surtout une erreur : ni les Britanniques, ni les Américains ne sont en manque d’identité, bien que l’histoire n’y soit enseignée qu’à dose infinitésimale.

21Ce préjugé fait oublier l’importance de la géographie. Elle est double. D’une part, elle transmet un vocabulaire abstrait, qui permet de décrire la totalité des paysages. Elle fait passer du paysage concret, de celui qu’on voit, à un espace descriptible dans un vocabulaire universel : collines, vallées, corniches, cap, péninsule, fleuves, rivières, lacs, étangs, sans compter les points cardinaux. Elle fournit une grille de lecture homogène pour organiser tous les territoires que les élèves pourront parcourir.

  • 3 B. Anderson, Imagined Communities : Reflections on the Origins and Spread of Nationalism, Londres, (...)

22C’est en second lieu un inventaire de la France, au même titre que le célèbre Tour de la France. On sourit aujourd’hui de l’apprentissage par cœur des départements, préfectures et sous-préfectures. Il est devenu inutile : les élèves arpentent la France pendant les vacances, et ils vont même au-delà. Les préfectures et sous-préfectures constituaient une liste des trajectoires professionnelles possibles pour des élèves qui n’avaient jamais quitté leur village, mais qui demain, comme facteurs, gendarmes, cheminots, etc. feraient leur carrière de poste en poste. Benedict Anderson a souligné l’importance de l’unification des trajectoires professionnelles dans la constitution de ces communautés imaginées que sont les nations, et le sort de l’Afrique française eut peut-être été différent si les fonctionnaires formés à Dakar n’avaient pas été ensuite assignés à faire carrière dans leurs territoires respectifs.3

23La représentation visuelle, cartographique de l’espace national est un autre élément essentiel dans la contribution de l’école à la construction de la nation. C’est le célèbre Hexagone. J’ai moi-même appris à dessiner la carte de France en partant d’un hexagone, et à tracer le cours des fleuves, comme la position des principales villes. C’est l’image d’une nation, et pas de n’importe laquelle : une nation achevée, terminée, qui n’a pas de revendications territoriales, ce que souligne la notion de frontières « naturelles », alors qu’on peut se demander ce qu’elle a de naturel entre la France et la Belgique. Certes, sous la IIIe République, l’hexagone est écorné, et le deuil de l’Alsace-Lorraine s’affiche par cette entaille. Mais il n’y a pas d’irrédentisme français.

24L’enseignement de l’histoire enfin ne propose pas une analyse scientifique. Il ne faut pas apprendre l’histoire seulement par cœur, dit Lavisse, mais avec le cœur. L’objectif est de faire connaître mais plus encore aimer le passé collectif. L’histoire construit un légendaire national, fait de grandes figures, souvent mises en images : Vercingétorix, Bayard, Du Guesclin, sans oublier Jeanne d’Arc, mais aussi des savants ou des inventeurs, Bernard Palissy ou Pasteur. Ce légendaire conforte l’image d’une nation pacifique : le héros fondateur, Vercingétorix, est un vaincu ; Louis XIV a trop aimé la guerre, ce qui n’empêche pas une certaine nostalgie des victoires napoléoniennes, mais elles se terminent mal. Ce qui n’empêche pas non plus une justification de la colonisation.

25L’école républicaine diffuse donc à la Belle Époque un patriotisme incontestable, mais « défensiste ». Il n’est plus question de revanche. Elle diffuse plus encore l’idée de la marche inéluctable du progrès, une idée républicaine par excellence, qui s’enracine dans la réalité visible d’un progrès en cours et dont l’école elle-même est la preuve. Elle n’hésite pas à le proclamer, par exemple dans cette dictée de certificat d’études intitulée « Le progrès en France depuis la Révolution » :

  • 4 Dictée donnée à Pithiviers-le-Vieil, 12 juillet 1884, Bulletin de l’enseignement primaire du Loiret (...)

Les travailleurs ont une existence plus facile et plus large. Ils ont un salaire plus élevé ; ils se nourrissent et se vêtent mieux ; ils ont une part toujours croissante de rémunération dans les bénéfices d’une entreprise. Ils sont citoyens d’un État libre ; ils s’instruisent à l’école devenue gratuite pour tous ; ils peuvent, par le bulletin de vote, exercer une action sérieuse sur la marche et le contrôle du gouvernement. Par le travail, par la dignité de la vie, par l’épargne, le plus humble travailleur peut accéder à la plus haute fortune ; par l’intelligence et le talent, les fils du paysan et de l’ouvrier peuvent aspirer aux plus hauts grades de l’armée, aux plus éminentes charges de l’État.4

Marianne et la « République française »

26Ce qui se construit ainsi, par l’interaction d’évolutions politiques, administratives, économiques, sociales, culturelles, dont l’école fait évidemment partie, mais dont elle n’est qu’une partie, c’est une nation originale que résument la figure symbolique de Marianne et l’expression indissociable de République française.

27On s’exagère le jacobinisme français. La nation que construit l’école ne se résume pas à un espace unifié piloté du centre. Par souci d’équilibre, l’école de la République qui donnait aux élèves la possibilité d’émigrer hors du pays natal, et que les conservateurs critiquaient comme une fabrique de déracinés, s’est voulue enracinante. La géographie prend en compte les terroirs. Professeurs d’écoles normales et inspecteurs ont réagi à toute dépréciation du local. On demande aux instituteurs de choisir des lectures et des dictées qui le valorisent. On développe au début du xxe siècle l’enseignement de la géographie régionale. L’école valorise ainsi le culte de la petite patrie. Pour bien aimer la France, il faut d’abord aimer son village.

Pour aimer la grande patrie, commencez par aimer la patrie locale. Étudiez le sol que vous habitez, ses produits, ses richesses. Demandez-vous quels grands hommes, votre village, votre ville, votre province a vu naître

28déclare ainsi une dictée de certificat d’études.

29Mais l’amour de la patrie ne doit pas être exclusif, il doit déboucher sur l’amour de l’humanité. « Partant du foyer familial et de la société scolaire, vous élargirez le domaine de la solidarité humaine de la petite patrie à la Patrie et à l’Humanité » conseille le Code Soleil, tandis que la Ligue de l’enseignement, à son congrès de 1904 affirme :

L’éducation laïque et républicaine développe en même temps les sentiments patriotiques et les sentiments humanitaires, le devoir envers la patrie étant la première forme et la plus concrète des devoirs envers l’humanité.

30La nation que l’école commande d’aimer n’est donc pas une nation de proie, forte de ses conquêtes, agressive et insatisfaite. Elle est pacifique parce que c’est une République, et que les peuples ne peuvent vouloir la guerre, à la différence des souverains. Ce que signifie la figure de Marianne : une femme, une civile, à la différence de la Germania cuirassée, mais aussi, et paradoxalement, une citoyenne à en juger par le bonnet phrygien qu’elle porte, celui des esclaves affranchis.

31Assurément, cette image d’elle-même que la France s’est forgée à l’école est trop parfaite. Elle oublie un peu vite, ou plutôt elle justifie au nom de la civilisation, une colonisation dont elle ne veut pas voir les aspects qui démentent le discours républicain. Il y a là aussi une formidable arrogance. La France s’estime supérieure à tous les autres pays : c’est la patrie des droits de l’homme, le phare de l’univers. Elle a réalisé un régime politique supérieur à tous les autres ; la République est l’aboutissement indépassable de la civilisation parce que l’homme n’est pleinement homme que s’il est citoyen, c’est-à-dire s’il vit en République. Et c’est la France qui a inventé la République.

32Les Français de 1914 sont fiers de leur pays parce qu’il est le seul au monde – croient-ils – qui ait réalisé cet idéal. Sous les préaux électoraux, les allusions à la guerre que pourrait déclencher le Kaiser Guillaume suscitent des sourires condescendants : comment peut-on se prétendre un pays évolué et être encore soumis au bon plaisir d’un empereur ? Il n’y a pas de cour en France, comme en Allemagne ou en Grande-Bretagne, pas d’uniformes chamarrés et d’aristocrates imbus de leur rang ou de leur famille, du moins pas au pouvoir. Inversement, la France est le seul pays qui pratique le suffrage universel masculin : nulle part les femmes ne votent, mais le corps électoral britannique est réduit par des exigences de domicile très lourdes, et l’Allemagne pratique un scrutin très inégalitaire. La France est une république égalitaire, où chaque boursier a dans sa besace son bâton de maréchal comme Pétain ou de président de la Chambre comme Herriot. Et c’est de leur régime que les Français sont fiers. Ils pensent sincèrement que c’est le meilleur du monde. Ils ont conscience d’une exceptionnalité française, de ce que le vieux sénateur de Parthenay appelle « le bonheur d’être en République ».

33Rien ne l’illustre mieux que la rencontre en août 1914, dans le train qui le conduit à Verdun, du député André Maginot et d’un de ses électeurs :

  • 5 A. Maginot, Carnets de patrouille, Paris, Fédération nationale André Maginot, 1964, p. 28. Sur la m (...)

Ce qui l’étonne, c’est d’apprendre que je suis moi-même mobilisé et surtout que je n’ai aucun grade. Il croyait que les députés ne partaient pas, et de voir un ancien sous-secrétaire d’État à la Guerre devenir soldat de deuxième classe bouleverse toutes ses notions sur la hiérarchie. Dans le fond, cela plaît à ses goûts égalitaires et il ne s’en cache pas :
– C’est tout de même beau la République, dit-il après un instant de silence.
Cette parole prononcée avec gravité me touche et me va au cœur car l’homme ne passait pas pour un fanatique du régime.5

 

34On ne comprend rien à la France d’avant 1940 si on ne comprend pas que la nation est indissociable de la République. Il ne faut pas se tromper, en effet, sur le sens de l’antiparlementarisme : s’il est fréquent, et souvent véhément, dans tous les milieux, il ne met nullement en question les grands principes, le droit de vote et les libertés fondamentales que le régime a su instituer et garantir, ni surtout l’égalité qui fonde la dignité de chacun. La République est indissociablement française, et la victoire de 1918, celle d’un régime qui a continué à fonctionner normalement malgré les circonstances exceptionnelles, rend vaines les tentatives réactionnaires pour opposer la nation à la République.

35Cette construction, qui résume d’une certaine façon un siècle et demi de son histoire, s’effondre brutalement en juin 1940. Les Français ne savent plus où ils sont ni qui ils sont. Ils tiennent toujours à leurs libertés, ils ont toujours un sens aigu de l’égalité, mais le régime républicain est à terre ; il a montré ses faiblesses et ses insuffisances et perdu son crédit tandis que Vichy leur propose un régime autoritaire hiérarchique, les empêche de s’exprimer, refuse l’élection, entrave les libertés, et développe un culte des chefs difficilement acceptable par ceux qui ne sont pas chefs eux-mêmes. Où est l’issue ? Quant au patriotisme, en quoi consiste-t-il ? À faire confiance à un maréchal qui serre la main d’Hitler et prétend gouverner depuis une ville d’eaux ? Ou à un général qui parle depuis Londres et dont le mouvement dépend des finances du Royaume-Uni ? De toute façon, le pouvoir n’est que l’ombre de lui-même, et le lieu symbolique du pouvoir, la capitale, est vide.

36Ce double effondrement, du régime et de la patrie, de la République française, marque une rupture profonde. La nation qui se reconstruit depuis lors est profondément transformée par la décolonisation, par la décentralisation, par la construction européenne enfin et par les transferts de compétence qu’elle entraîne et qu’attestent entre autres l’euro comme la Cour de justice européenne. La souveraineté nationale s’exerce davantage par l’élection du président que par celle des représentants du peuple. Quant à l’école, elle s’est reconstruite autour d’un projet de démocratisation dont l’échec récurrent la fragilise tandis que l’idéologie du progrès recule devant les monstruosités sanglantes du siècle, la contestation écologique de ses dégâts et la montée des fondamentalismes religieux. L’école n’a plus de grand roman national à proposer, ni de grand dessein collectif auxquels ses agents adhèrent et qu’elle ferait partager aux élèves.

37C’est sur ce point que je conclurai. L’efficacité de l’école républicaine dans la construction de la nation, c’est celle de maîtres absolument convaincus d’œuvrer à une grande tâche parce qu’autour d’eux, la population adhérait massivement à cette tâche et œuvrait dans le même sens. C’est pourquoi ce ne fut pas seulement, ni même d’abord la sienne. L’efficacité de l’école comme institution est celle de ses maîtres. Et celle des maîtres tient en partie au soutien actif de la société, à l’adhésion de celle-ci à ses projets, à la conviction partagée de l’importance, de la nécessité et de la légitimité d’agir dans tel sens plutôt que dans tel autre. La nation, c’est d’abord un projet, comme l’école. Et vous me permettrez de laisser le dernier mot à Péguy, ce pur produit de l’école républicaine :

  • 6 Cahiers de la quinzaine, préface du deuxième cahier de la sixième série (novembre 1904).

Quand une société ne peut pas enseigner, ce n’est point qu’elle manque d’un appareil ou d’une industrie ; quand une société ne peut pas enseigner, c’est que cette société ne peut pas s’enseigner ; c’est qu’elle a honte, c’est qu’elle a peur de s’enseigner elle-même ; pour toute humanité, enseigner, au fond, c’est s’enseigner ; une société qui n’enseigne pas est une société qui ne s’aime pas ; qui ne s’estime pas ; et tel est le cas précisément de la société moderne.6

Notes

1 J.-F. Chanet, L’école républicaine et les petites patries, Paris, Aubier, 1996.

2 Bulletin départemental de l’Instruction primaire, 1879, p. 32-33, cité par J. Gavoille, L’école publique dans le département du Doubs (1870-1914), Besançon, Annales littéraires de l’université de Besançon et Paris, Les Belles Lettres, 1981, p. 401.

3 B. Anderson, Imagined Communities : Reflections on the Origins and Spread of Nationalism, Londres, Verso, 1983.

4 Dictée donnée à Pithiviers-le-Vieil, 12 juillet 1884, Bulletin de l’enseignement primaire du Loiret.

5 A. Maginot, Carnets de patrouille, Paris, Fédération nationale André Maginot, 1964, p. 28. Sur la mobilisation des députés, et l’impossibilité de la Chambre à décider si leur place était à l’Assemblée nationale ou aux armées, voir F. Bock, Un parlementarisme de guerre 1914-1919, Paris, Belin, 2002.

6 Cahiers de la quinzaine, préface du deuxième cahier de la sixième série (novembre 1904).

Auteur

Professeur émérite
Université Paris 1 – Panthéon-Sorbonne, Centre d’histoire sociale du XXe siècle

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search