Version classiqueVersion mobile

Popularité de la philosophie

 | 
Philip Beck
, 
Denis Thouard

Dossier. La philosophie populaire, une pratique de la philosophie

Addison

La science doit être communicative et s’exprimer d’une manière intelligible à tout le monde (1712)

Note de l’éditeur

LE SPECTATEUR, N° 231, 1712, traduction anonyme de l’édition de 1754, t. IV, Amsterdam et Leipzig, Arkste’e et Merkus, pp. 139-144.

Texte intégral

Scire tuum nihil est, nisi te scire loc sciat alter
PERS. Sat. 1.27

Votre science n’est rien, si l’on ne sait que vous en avez.

1J’ai souvent trouvé bien étrange cette maxime bizarre, qu’on a soutenu quelquefois dans les Ecoles, et qui est exprimée dans un ancien vers latin, qui nous dit, que la science d’un homme n’est rien, s’il ne la communique à un autre. Il n’y a pas de plaisir plus sensible pour un bon naturel, que celui de pouvoir satisfaire ou éclairer l’esprit des autres. Je pourrais ajouter que cet exercice est naturellement suivi de sa récompense, puisqu’il est presque impossible qu’il n’en revienne quelque avantage à celui qui le pratique. La lecture des livres, et les occurrences de la vie nous fournissent tous les jours de la matière à penser et à réfléchir. Il nous est aussi très naturel de souhaiter que nos pensées soient revêtues de mots, sans lesquels il est difficile d’en avoir nous-mêmes une idée claire et distincte : lorsqu’on les voit ainsi exprimées, il n’y a rien qui découvre mieux si elles sont justes ou fausses, que l’effet qu’elles ont sur l’esprit des autres.

2Je me flatte que, dans le cours de mes spéculations, j’ai traité divers sujets, avancé plusieurs maximes touchant la vie civile, que le gros de mes lecteurs ignorait, ou que le petit nombre de ceux qui en avaient quelque idée, le regardaient comme autant de secrets qu’ils destinaient à leur usage, et qu’ils ne voulaient jamais communiquer au public.

3Ce qui me confirme dans cette pensée, est que j’ai reçu diverses lettres de mes correspondants, qui me reprochent d’avoir abandonné la science à la discrétion du vulgaire, et d’en avoir fait, comme l’un d’eux l’énonce, une prostituée publique. Une autre m’accuse d’avoir exposé les secrets de la prudence et les ressorts de la politique aux yeux de tout le monde.

4La bassesse d’esprit, qu’on voit dans ces lettres, est d’autant moins surprenante, qu’elle a paru dans tous les siècles : nous avons encore une épitre qu’ALEXANDRE le Grand écrivit à son précepteur ARISTOTE, sur ce que ce philosophe avait publié quelques-uns de ses ouvrages ; ALEXANDRE s’y plaint de ce qu’il avait fait connaître à tout le monde ce qu’il lui avait enseigné en particulier ; et il conclut, qu’il aimerait mieux surpasser le reste des hommes en savoir qu’en puissance.

5Louise de PADILLA, Comtesse d’Aranda, qui avait beaucoup de savoir, fut aussi choquée de ce que le fameux GRACIAN avait publié son Traité du Discreto ; sous ombre qu’il y développait aux yeux du vulgaire ces maximes, qui devaient être réservées pour la connaissance des Grands.

6Plusieurs trouvent qu’il y a tant de solidité dans ces objections, que, pour justifier les auteurs que je viens de nommer, ils prétendent qu’ils ont affecté un style obscur, afin que leurs ouvrages ne pussent être entendus que d’un petit nombre de personnes.

7PERSE, le poète satirique, affectait d’être obscur par un autre motif, dont, avec tout cela, Mr. COWLEY était si choqué, qu’il en écrivit à un de ses amis en ces termes : « Vous me dites que vous ne sauriez décider si PERSE est un bon ou mauvais poète, parce que vous ne l’entendez pas ; c’est à cause de cela même que je soutiens qu’il n’est pas bon poète ». Quoi qu’il en soit, cet art d’écrire d’une manière inintelligible, a été poussée fort loin, et suivi par quantité de nos auteurs modernes. Après avoir observé le penchant universel que les hommes ont à fouiller dans un secret, et la réputation que plusieurs ont acquise à la faveur de termes obscurs et de phrases embarbouillées, dont ils ont enveloppé leurs idées, ils ont résolu, pour se rendre eux-mêmes plus obscurs, d’écrire sans aucune idée. Cet art, de la manière dont il est pratiqué aujourd’hui par une infinité de célèbres auteurs, consiste à jeter au hasard un certain nombre de mots qui forment diverses périodes, et à laisser au lecteur curieux le soin d’en pénétrer le véritable sens.

8Les Egyptiens, qui employaient des hiéroglyphes pour exprimer diverses choses, représentaient un homme, qui bornait sa science et ses découvertes en lui-même, par la figure d’une lanterne sourde fermée de tous côtés, qui, bien qu’éclairée au dedans, ne donnait pas la moindre lumière à ceux qui l’environnaient. Pour moi, disposé à communiquer de temps en temps au public tout ce qui pourra venir à ma connaissance, et qui me paraîtra digne de son estime, j’aimerais mieux qu’on me comparât à une lampe qui se consume, et qui brûle pour l’avantage de tous les passants.

9Je finirais ce discours par l’histoire du tombeau, où LA ROSE-CROIX était inhumé. Il n’y a personne qui ne sache que ce chimiste avait fondé la secte des Frères de la Rose-Croix, et que ses disciples prétendent toujours à de nouvelles découvertes, qu’ils ne doivent jamais communiquer au reste du genre humain.

10« Une certaine personne, qui eut occasion de creuser un peu profondément à l’endroit où ce philosophe était inhumé, y trouva une petite porte bordée d’une muraille à droite et à gauche. Sa curiosité naturelle et l’espérance de quelque trésor caché l’obligèrent bientôt à enfoncer la porte. Surpris tout d’un coup par l’éclat de la lumière, il découvrit une très belle voûte, au fond de laquelle il y avait la figure d’un homme armé, assis auprès d’une table, où il s’appuyait la tête sur le bras gauche. Il tenait un tronçon de la main droite, et il y avait une lampe ardente devant lui. Dès que notre curieux eut mis le pied dans la voûte, la statue se leva et se tint debout ; lorsqu’il eut fait un autre pas, elle leva la main qui tenait le tronçon ; et lorsqu’il en vint au troisième, elle frappa un terrible coup, qui brisa la lampe en mille morceaux : de sorte que le curieux fut laissé dans les ténèbres.

11« À l’ouïe de cette aventure, le peuple de la campagne se rendit au tombeau avec des lanternes et des torches allumées, et l’on découvrit que la statue, faite de bronze, n’était autre chose qu’une pièce d’horlogerie ; que le pavé de la voûte était formé de planches mobiles, et qu’il y avait au-dessous divers ressorts, qui, dès qu’on marchait sur le pavé, produisait naturellement tous les effets qui s’en étaient d’abord ensuivis. »

12« LA ROSE-CROIX, à ce que rapportent ses disciples, avait mis cette invention en usage, pour faire voir au monde qu’il avait retrouvé le secret des lampes inextinguibles des anciens, et pour empêcher qu’un autre en profitât. »

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search