Version classiqueVersion mobile

L’école et la nation

 | 
Benoît Falaize
, 
Charles Heimberg
, 
Olivier Loubes

Avant-propos

Texte intégral

1« École et nation ». La formule se donne à lire comme une évidence, celle du lien que souligne l’ordre des deux termes, école puis nation, entre la matrice scolaire et le corps national. Or cette évidence ne va pas de soi. C’est une construction historique de l’âge des États-nations qui a des implications dans le temps présent. Ce volume est ainsi le fruit d’un séminaire né en 2010 de la tension entre les débats autour du thème instrumentalisé par le champ politique et médiatique de l’« identité nationale » et les travaux de la recherche scientifique qui se préoccupent depuis très longtemps des liens entre « l’école et la nation ».

  • 1 E. Hobsbawm, T. Ranger dir., L’invention de la tradition, Paris, Éditions Amsterdam, 2006.

2En France, les interrogations sur la nation et sur sa construction scolaire émergent, en effet, au cours des années 1960 dans un contexte de disparition de la IVe République qui correspond à l’effacement du système symbolique de la IIIe République. Dans les années 1980, ces interrogations se réactualisent au moment du surgissement du Front national qui provoque autant qu’il enregistre un retour du national dans les débats publics, après des décennies de priorité accordées à la question sociale. Mais c’est dans les années 2000 que s’affirme de manière durable cette résurgence de la question nationale dans son lien avec l’école (y compris dans ses résonances les plus nostalgiques). Au delà du cas français, partout en Europe et dans le monde, la manière de faire la nation par l’école (et de faire l’école par la nation), la manière de construire les programmes d’histoire, de dire le roman national, d’« inventer la tradition »1, ne cesse désormais d’être interrogée par le champ politique, social et académique.

3Dans ce contexte de tension singulière, mais finalement classique en histoire contemporaine, trois principes ont guidé ce séminaire : le respect du temps nécessaire à la recherche dans le cadre d’un séminaire scientifique, prévu en trois lieux (Institut national de recherche pédagogique à Lyon, Université autonome de Barcelone, Université Paris-Sorbonne), sur une année pleine ; un intitulé consacré à « L’école et la nation », sans référence à « l’identité », instrumentalisée politiquement, et surtout la garantie d’un cadre international pour « dépayser » le débat franco-français afin de rendre justice à une réflexion scientifique qui pense le national et ses déconstructions par-delà les frontières depuis des années.

4Ces principes fondateurs ont entraîné le soutien de la communauté scientifique des chercheurs spécialistes de l’école, tous familiers des échanges noués sur ces thématiques au sein de l’INRP comme ailleurs, ainsi que le reflètent la composition du comité scientifique et celle des contributeurs.

  • 2 Cette dimension a donné lieu à une première publication : A. Prost, B. Falaize dir., « École, histo (...)

5Une fois le principe acquis, il nous revenait de le mettre en œuvre. Et un autre risque pointait – les lecteurs diront s’il a été pleinement surmonté –, celui de l’émiettement de la réflexion derrière la richesse de la confrontation internationale. Pour y parer, trois axes ont été choisis qui sont autant de jeux d’échelles : d’abord les temporalités du roman scolaire de la nation2 seront abordées, puis les espaces de la question de la « diversité », enfin les emboîtements de la question impériale et coloniale.

  • 3 P. L. Ballini, G. Pécout dir., Scuola e nazione in Italia e in Francia nell’Ottocento, Venise, Inst (...)

6En 2007, à la fin de l’introduction de l’ouvrage collectif du séminaire italo-français consacré à Scuola e nazione in italia e in francia, Gilles Pécout et Pier Luigi Ballini invitaient la communauté scientifique à la poursuite d’un travail international : « Acceptons l’augure que ce jalon franco-italien si bien posé soit bientôt prolongé par d’autres comparaisons européennes. »3 Espérons que ce volume puisse remplir ce rôle de nouveau jalon, et ouvrir à d’autres moments d’échanges.

Notes

1 E. Hobsbawm, T. Ranger dir., L’invention de la tradition, Paris, Éditions Amsterdam, 2006.

2 Cette dimension a donné lieu à une première publication : A. Prost, B. Falaize dir., « École, histoire et nation », Histoire de l’éducation, no 126, avril-juin 2010.

3 P. L. Ballini, G. Pécout dir., Scuola e nazione in Italia e in Francia nell’Ottocento, Venise, Instituto veneto di scienze, lettere ed arti, 2007.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search