Version classiqueVersion mobile

L’école et la nation

 | 
Benoît Falaize
, 
Charles Heimberg
, 
Olivier Loubes

Remerciements

Texte intégral

1Pour organiser un séminaire scientifique international en quelques semaines, inscrit dans la durée, sur trois lieux géographiques et académiques différents (Institut national de recherche pédagogique à Lyon, Université autonome de Barcelone, Université Paris-Sorbonne), il a été nécessaire de pouvoir compter sur l’engagement professionnel mais aussi personnel de beaucoup de personnes. En premier lieu, les chercheurs internationaux qui, avec une rapidité et une disponibilité rares, ont répondu à l’appel et aux exigences du séminaire, parmi lesquelles le fait d’adopter une démarche critique et scientifique, tout en intervenant en français. Qu’ils aient été intervenants, animateurs de sessions, introducteurs des débats ou requis pour une conclusion de session, chacun a participé avec enthousiasme et de façon passionnante.

2Par ailleurs, l’ensemble du comité scientifique réuni pour l’occasion doit être remercié de la disponibilité dont il a témoigné à chaque étape, de l’élaboration de la problématique générale du séminaire à la relecture critique des articles présentés ici, en passant par tous les moments d’interrogations liés à cette entreprise, et qui n’ont pas manqué. Joan Pagès y a été ici un camarade d’organisation non seulement efficace, pertinent, spirituel, mais aussi très amical et chaleureux sans lequel ce travail aurait été sans doute un peu ingrat.

3Mais un séminaire doit aussi pouvoir compter sur une institution tout entière. Et ce séminaire a fait l’expérience d’une mobilisation sans précédent de l’Institut national de recherche pédagogique (INRP), alors que celui était dans sa dernière année d’existence. Comme pour un chant du cygne, ses personnels ont répondu présents, au-delà de ce que la charge de travail demandait, à tous les niveaux, dans tous les services et métiers qui le composaient, de son directeur Jacques Moret aux personnels logistiques sous la responsabilité de Jean-Claude Vergas, en passant par le comité d’organisation dirigé par Catherine Pérotin. L’investissement qui a été le leur pendant plus d’une année a permis à tous les chercheurs d’être accueillis dans d’excellentes conditions.

4Que dire aussi de l’accueil de l’Université autonome de Barcelone, dirigée par la rectrice de l’université Ana Ripoll Aracil, avec toute l’équipe scientifique et pédagogique de Joan Pagès, solidement accompagnée de Neus Gonzàlez Monfort ? Les deux jours passés sur place dans la douceur du mois d’octobre 2010 restent un souvenir remarquable pour chacun.

5Il ne suffit pas de tenir un séminaire. Encore faut-il le publier. Ici, le travail suivi, rigoureux, empreint d’intelligence autant que d’humour, toujours, malgré les circonstances, de Sandrine Padilla, dès l’origine jusqu’à la programmation de ces Actes, aura été un soutien essentiel. Sophie Lecluse qui a eu la charge de superviser l’édition du volume n’est pas en reste. Sa rigueur dans l’élaboration des Actes, assistée par le dévouement de Marie-Aline Harizi de la Cité nationale de l’histoire de l’immigration, malgré sa charge quotidienne de travail, aura été fondamentale et très utile. À ce titre, en assurant la continuité avec l’INRP, l’ENS de Lyon a assumé sans faillir ses engagements de continuité de service public de recherche, dans la mise en œuvre de l’édition de l’ouvrage.

6Que chacun, à la place qui est la sienne, soit remercié de cette démarche académique et institutionnelle. Les personnes qui ne sont pas citées nommément ici se reconnaîtront aisément et savent la reconnaissance que chacun doit recevoir pour le travail remarquable effectué.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search