Version classiqueVersion mobile

Nicholas Georgescu-Roegen, pour une révolution bioéconomique

 | 
Antoine Missemer

De la science économique à la bioéconomie par Nicholas Georgescu-Roegen (1978)

De la science économique à la bioéconomie

Nicholas Georgescu-Roegen

Texte intégral

À Henri Guitton,
En hommage au savant
et à l’homme.

I. Introduction1

  • 1 Je tiens spécialement à exprimer ici ma sincère gratitude à M. Jean-Alain Héraud pour sa dévouée et (...)
  • 2 Ce terme pour décrire ma vision de la nature du processus économique m’a été suggéré par Jiří Zeman (...)

1Le problème des relations de l’homme avec l’environnement ne peut être réduit à celui de savoir ce que devra être le prix de l’essence demain ou combien la France et les États-Unis, par exemple, devront importer de pétrole en l’an 2000. Ce problème n’est pas économique, dans ce sens étroit. Sa nature est bioéconomique2, car il concerne le mode de vie particulier de l’humanité en tant qu’espèce biologique. Les choses vues dans cette perspective pourraient apparaître au premier abord comme une mosaïque sans structure. Mais dès que les relations entre tous les éléments afférents auront été établies et analysées, l’unité du tableau bioéconomique surgira d’elle-même en pleine vue.

2C’est seulement en adoptant cette perspective plus large que nous pourrons guider nos pas vers l’avenir incertain, en pleine connaissance de la nature des problèmes dont nous avons pris conscience tout récemment sous la pression des événements, même si nous n’avons pas encore réalisé toute leur ampleur. En effet, tout semble indiquer que le moment présent de l’évolution de l’humanité peut constituer un des tournants décisifs pour notre mode de vie – dans une perspective plus longue, pour l’existence même de notre espèce.

3Pendant les deux cents dernières années (environ) une fantastique abondance minéralogique – de charbon, de pétrole, et d’une longue série de minerais – a permis à quelques pays d’atteindre un niveau industriel fabuleux. Parce que l’idée en est fort désagréable, il pourrait être difficile de penser que cette abondance n’est qu’un épisode unique dans l’évolution de l’humanité. C’est pourtant la perspective la plus probable. L’ère du combustible fossile approche rapidement de sa fin.

4Cette fois-ci, le problème de ce qui adviendra, non seulement dans le proche mais également dans le très lointain futur, se dresse devant nous presque opaque et dans toute sa dimension. Il nous force à nous engager dans la voie épineuse, dangereuse même, qui est celle de prédire des phases évolutives non encore observées par un esprit humain. Combien de prévisions – a dit une fois Lee Du Bridge – faites il y a seulement cent ans se seraient avérées vraies aujourd’hui ?

  • 3 Georgescu-Roegen 1969, p. 93 ; 1971, p. 208-210 ; 1976b, p. 5.

5Avant toute chose il faut insister sur les raisons particulières qui font que toute prévision dans le domaine de l’histoire ou de l’évolution repose sur un fondement entièrement différent de celui des prévisions concernant un individu pris parmi de nombreux autres – et doit donc être considérée en conséquence. Car si nous pouvons prévoir avec assez de succès quand un chien, un être humain ou une amibe mourront, et si nous pouvons également prévoir le comportement futur de tels individus, c’est uniquement parce que nous avons observé des millions d’entre eux naître, arriver à maturité et mourir. Rassemblons toutes les lois de la matière élémentaire, elles ne pourront pas nous apprendre comment un éléphant va se comporter. Nous ne connaissons le comportement de l’éléphant que parce que nous avons observé un tel comportement de nombreuses fois de suite. Et pour ce qui concerne la difficulté du problème de l’évolution, observons aussi que la biologie est encore incapable d’expliquer pourquoi telle espèce a disparu, ni pourquoi certaines espèces sont en train de s’éteindre sous nos yeux3.

6Le sort tragique de tout « futuriste » est qu’il n’a pas été à même d’observer d’autres humanités émerger sur des planètes semblables à notre Terre, ni de les voir évoluer et s’éteindre. Nous pouvons être absolument certains que le facteur temps et la barrière de l’espace interdisent à tout humain la possibilité d’observer une autre humanité. Les soleils les plus proches susceptibles de posséder une planète du genre de la Terre pourraient être atteints à la vitesse de la lumière en dix ans, à peu près.

7En dépit du tapage extraordinaire qui est fait continuellement autour du pouvoir de la science, pour ce qui est de la prévision de l’évolution, nous ne pouvons pas espérer mieux qu’une perspective d’un ver avançant à tâtons ; et encore cet espoir doit-il être atténué par une bonne dose de prudence. C’est seulement du passé que nous pouvons avoir une perspective analogue à celle d’un oiseau volant à grande altitude. Et c’est sur cette base que nous pouvons espérer arriver à une prévision acceptable dans notre difficile travail d’exploration du futur proche.

8Dans une perspective plus générale nous pouvons au moins nous regarder nous-mêmes de la même façon que nous regardons les autres espèces biologiques. En effet, en ce qui nous concerne, rien n’est plus sûr que nous sommes une espèce biologique – une espèce unique, il est vrai, mais une espèce tout de même, qui comme toutes les autres espèces terrestres, est confinée dans un environnement limité et à l’intérieur duquel elle est soumise aux contraintes imposées par les lois physico-chimiques. C’est pour cela que je maintiens que nous comprendrons mieux beaucoup de débats et que nous verrons les réponses à beaucoup plus de problèmes si nous découvrons d’abord en quoi nous sommes réellement différents des autres espèces, en quoi l’humanité est une espèce terrestre unique.

II. La genèse et la nature du processus économique

9Toutes les espèces, y compris l’espèce humaine, arrivent à se maintenir en vie, à se reproduire et à se défendre avec les organes dont chacun de leurs individus est doué biologiquement à la naissance. Pour reprendre un terme d’Alfred Lotka, nous pouvons qualifier ces organes d’endosomatiques. Toutes les espèces, y compris l’espèce humaine, se sont aussi adaptées de mieux en mieux à la vie grâce à des mutations biologiques avantageuses (bien qu’il en existe qui sont défavorables). Mais toutes ces mutations se produisent sporadiquement, sans même une régularité stochastique, et de plus, à une vitesse fantastiquement lente par rapport au sens humain de l’écoulement du temps. Il n’a pas fallu moins de quarante-cinq millions d’années à l’Eohippus (un animal qui à l’ère éocène avait juste la taille d’un bigle) pour devenir le puissant animal qu’est, de nos jours, le cheval. Le caractère unique de l’espèce humaine réside dans le fait que l’humanité a transcendé la lente amélioration endosomatique. Et c’est ce fait d’évolution qui a fondamentalement changé le destin de l’homme.

10À part quelques cas d’importance marginale (le pic des îles Galapagos en est un exemple instructif), seule l’espèce humaine a commencé à utiliser et, plus tard, à produire des organes exosomatiques, c’est-à-dire des membres détachables tels les massues, les marteaux, les couteaux, les bateaux et, plus récemment, les canons, les automobiles, les avions à réaction, les cerveaux électroniques, etc. Pour autant que nous puissions en juger, tout cela commença il y a quelques vingt millions d’années lorsque quelques-uns de nos lointains ancêtres de l’espèce primate Proconsul ayant pris, par hasard, dans leurs mains une massue de la forêt, sentirent (d’une manière que l’on peut supposer) leurs bras devenir ainsi plus longs et plus puissants. Bien sûr, ce phénomène unique n’aurait guère porté à grande conséquence s’il n’avait pas été soutenu par une évolution biologique : le progrès du cerveau humain et le développement parallèle des instincts vebleniens de l’habileté manuelle et de la curiosité désintéressée. Mais, une fois que l’espèce humaine a eu atteint le point crucial à partir duquel elle devint capable de produire des organes exosomatiques, les progrès ultérieurs dans cette direction furent spectaculaires – exponentiels comme on préfère dire de nos jours. Pensons au fait qu’avec des organes détachables nous pouvons aujourd’hui voler jusqu’à la lune et courir plus vite qu’un guépard.

11De plus, un être venu d’un autre monde pourrait même ne pas faire la différence entre la main qui brise le pain et le couteau qui le coupe. D’un point de vue plus large, tous les deux sont des organes à l’aide desquels l’homme peut réaliser certaines opérations. C’est pour cela que les multiples affinités qui existent entre le processus économique et les processus vitaux d’un organisme viennent de ce que le processus économique n’est qu’une extension de l’évolution endosomatique. La célèbre opinion d’Alfred Marshall : « la biologie, et non pas la dynamique, est la véritable Mecque de l’économiste » est justifiée bien au-delà de la propre intention de Marshall et des quelques applications qu’il en a fait. Car quoique le domaine de l’évolution exosomatique soit différent de celui de l’endosomatique, les deux évolutions sont gouvernées par des lois de même forme.

  • 4 Donc, toute théorie économique qui ne tient pas compte de cette circularité ne peut pas représenter (...)

12Ainsi que Joseph A. Schumpeter l’a clairement montré, les innovations technologiques – c’est-à-dire les mutations exosomatiques – sont imprévisibles même dans le sens stochastique. Elles font aussi l’objet d’une sélection et seules celles qui sont avantageuses se diffusent. Rappelons aussi que les premières cellules vivantes ont surgi de la boue originelle, mais que toute autre cellule ultérieure a été produite par d’autres cellules (bien entendu, toujours avec un peu de « boue »). Aujourd’hui nous élevons des chevaux à l’aide de chevaux, non pas à l’aide de boue seulement. De même, les premiers organes exosomatiques ont été produits à l’aide de ressources naturelles par le travail seul. Après cette phase, tout organe exosomatique a été produit avec des ressources naturelles par le travail et d’autres organes exosomatiques. Phylogénétiquement (sic) seulement on peut dire que le capital est une accumulation de travail du passé – comme Karl Marx l’a prétendu. Le capital, une fois créé, est devenu le produit du travail et du capital4.

13La vitesse avec laquelle l’homme a inventé de nouveaux organes détachables a beaucoup varié au cours du temps, mais elle a toujours été beaucoup plus grande que celle des mutations d’égal effet qui auraient pu se produire. De plus, dans la plupart des cas, de telles mutations n’auraient même pas pu se produire pour des raisons purement physico-chimiques. Par exemple, des muscles assez puissants pour permettre à l’homme de courir aussi vite qu’une automobile sur de longs trajets auraient demandé un squelette si immense et lourd qu’ils auraient fait de l’individu un animal encore plus lent, peut-être un animal physiquement impossible.

14Le progrès technique – dans la mesure où on peut sans réserve l’appeler progrès – est un autre nom de cette évolution qui constitue le fondement du processus économique. Il a permis au moins à une partie de l’humanité de jouir du confort fantastique offert par l’existence exosomatique. Mais, curieusement, nous n’avons pas réalisé que ce changement n’a pas été une bénédiction pure et simple pour l’humanité. L’évolution exosomatique a aussi assujetti l’humanité à plusieurs vicissitudes qui sont plutôt irréductibles.

15La première vicissitude découle de notre attachement pathologique au confort et surtout aux délices extravagants offerts par les organes exosomatiques. Il est de même nature que l’attachement à l’air de certaines espèces de poissons qui se sont mués petit à petit en reptiles terrestres et s’y sont ainsi assujettis. Et comme ce dernier attachement, l’attachement de l’homme aux organes exosomatiques est essentiellement irrévocable. Que l’on songe aux apocalyptiques convulsions de crise de manque qui s’ensuivraient si l’usage des organes détachables nous était soudain complètement interdit.

16Mais pour produire des organes exosomatiques, l’homme doit employer les ressources en énergie et en minerais qui se trouvent dans les entrailles de la terre. C’est pour cela que l’homme est devenu un véritable agent géologique qui fouille et disloque maintenant le sous-sol du matin au soir. N’en doutons pas, nous ne vivons pas seulement de pain ; il nous faut aussi des ressources minérales qui, malheureusement, sont à la fois limitées et, comme nous l’apprend la thermodynamique, irrévocablement épuisables.

17Notre attachement à la jouissance exosomatique est vraiment un vice unique. Personne n’en est encore mort à la suite d’une dose excessive ! Nous n’en voulons pour preuve que le cas des pays surdéveloppés où les gens poussent leur vice exosomatique si loin que, parfois, ils consomment cent fois plus que d’autres nations. Néanmoins, ils se portent encore très bien – ou du moins, c’est ce que nous nous plaisons à croire.

18Cela nous amène à la deuxième vicissitude qui a ses racines dans l’évolution exosomatique. Comme toute évolution organique, celle-ci a divisé l’humanité en espèces exosomatiques aussi différentes que les espèces biologiques. L’humanité a été, et est encore, divisée en races. Cela signifie que deux de ces divisions peuvent toujours fusionner biologiquement sans le moindre obstacle. Mais le cas des espèces exosomatiques est différent. Pendant que les Égyptiens construisaient des pyramides qui encore aujourd’hui soulèvent notre admiration, les populations de l’Europe centrale vivaient dans une économie de type Cro-Magnon. De telles différences existent toujours et, dans certains cas, sont mêmes plus grandes. Comparons le mode de vie des Américains avec celui des Bushmen du Kalahari. Exosomatiquement, même l’Homo Indicus est un individu entièrement différent de l’Homo Americanus. L’Homo Indicus voyage principalement à pied, au mieux, dans une petite charrette tirée par un âne, et il fait sa cuisine dans un hibachi primitif en brûlant d’habitude du fumier séché. L’Homo Americanus voyage en automobile, si ce n’est en avion, et il fait sa cuisine dans un four à démarrage, arrêt et nettoyage automatiques. La séparation est plus profonde et plus solide même que celle qui sépare des espèces biologiques d’un même genre – disons le tigre et le lion.

19Au cours du dernier quart de siècle, une aide financière massive a été consacrée au redressement ou au développement économique de nombreux pays. Dans quelques cas – l’Europe occidentale et le Japon – le but fut rapidement et immédiatement atteint. Dans la plupart des autres, surtout les pays les plus nécessiteux, l’effet fut presque nul en dépit d’un effort d’assistance supérieur. Ce contraste étonnant est facilement expliqué à la lumière des observations précédentes. L’Europe occidentale et le Japon appartenaient à la même espèce exosomatique que les États-Unis, le fournisseur ultime des équipements nécessaires au redressement. La plupart des pays sous-développés, par contre, appartenaient, et appartiennent encore, à des espèces exosomatiques différentes. L’équipement en provenance de l’extérieur – des États-Unis et, plus tard, d’Europe occidentale – ne pouvait pas s’ajouter à la structure exosomatique des nations sous-développées, pas plus qu’une plume prise à un oiseau ne peut devenir une meilleure nageoire pour un poisson.

20Ici, de nouveau, notre compréhension étroite (et, par force, superficielle) du processus économique dans sa structure intime nous a égarés. Un Homo Indicus criait à l’aide après que son âne soit tombé dans un fossé et se soit cassé une patte. Suivant le conseil de ses autorités économiques, l’Homo Americanus se précipita avec un pneu à carcasse radiale pour réparer la panne du « véhicule ». Je ne dis pas cela facétieusement. L’effort des agences de Recherche et Développement des pays occidentaux porte uniquement sur l’amélioration des instruments exosomatiques déjà en usage dans ces pays – dessiner un rasoir qui rase plus vite, ou un four à micro-ondes plus automatisé, ou un climatiseur plus silencieux et ainsi de suite. Une entreprise américaine se vante dans ses publicités « d’avoir révolutionné ainsi la façon américaine de faire la cuisine ». Pourtant ce qui est le plus nécessaire, c’est d’inventer un ustensile qui révolutionne la façon de faire la cuisine des pays sous-développés. Il est bien tragique qu’aucune agence de Recherche et Développement ne pense seulement à se préoccuper de ce besoin. Mettre un four électrique, un réfrigérateur et un poste de télévision en couleur dans chaque ménage du Bangladesh est un beau rêve. L’erreur vient de ceux qui ont cru que cela serait réalisable en peu de temps par un petit nombre de plans de développement et, en particulier, qu’avec de l’argent on peut tout faire.

21Les pays sous-développés ne peuvent être aidés que si l’effort des agences de Recherche et Développement des pays développés est dirigé vers l’amélioration du niveau exosomatique des premiers pays. Il est très regrettable que l’organisation du « Peace Corps », une belle idée, soit à peu près tombée dans l’oubli. Ce corps aurait dû être étendu à une « Armée de Paix » (comme je l’ai suggéré en 1965 au séminaire d’Honolulu du Conseil de développement de l’agriculture) – une armée composée de « soldats » autochtones et étrangers travaillant en étroite collaboration.

22C’est à cause de cette inégalité dans ce qu’elle a de tragique que le monde bout aujourd’hui, en proie à de sinistres agitations. Mais à la fin, cet aspect de l’inégalité exosomatique doit disparaître, que nous fassions quelque chose pour l’éliminer ou non. La diffusion accélérée par les moyens de la technologie moderne ainsi que la pression selon le gradient démographique s’en chargeront. Pourtant, cette élimination ne signifie pas que les Esquimaux, par exemple, emploieront les mêmes outils que les Indiens, ni qu’ils auront les mêmes mœurs que les Français.

23En complétant le tableau par la troisième vicissitude, nous devons souligner qu’elle a trait à certaines solutions proposées pour le bien-être éternel de l’humanité. En effet, cette vicissitude réside dans le conflit social né d’une autre inégalité, intérieure cette fois-ci à une communauté.

24En général, tout être vivant utilise seulement ses propres organes endosomatiques. Une fois de plus, la seule exception importante est l’homme. Il est également vrai que, à l’époque de l’esclavage, un humain était capable d’utiliser les organes endosomatiques d’un autre humain. Et de nos jours, il y a des hommes qui attrapent du poisson à l’aide du bec du cormoran et beaucoup qui courent avec les pattes d’un cheval.

25Mais puisque les organes endosomatiques sont la propriété naturelle de l’individu, normalement ils ne pourraient donner naissance qu’à des conflits entre un individu et un autre. Même les instruments exosomatiques ne pouvaient pas mener à un conflit social aussi longtemps que leur production et leur usage restaient confinés au cercle de la famille ou d’un clan familial. L’ère où chaque famille ou clan vivait de ce que leurs propres arcs et flèches pouvaient tuer ou de ce que leur filet de pêche pouvait attraper était l’ère du « communisme primitif », comme Karl Marx l’a appelée. En raison des liens étroits qui unissaient tous les membres de ces petites communautés, la formule « de chacun selon ses capacités et à chacun selon ses besoins » pouvait assez bien s’appliquer. Des conflits individuels, il y en avait – il suffit de penser à Caïn et Abel. Mais il n’existait pas de conflit social, il n’y avait pas encore de classes sociales.

26Cependant, la production d’instruments exosomatiques a bientôt commencé à réclamer plus de bras qu’un clan familial ne pouvait en fournir. À ce moment-là, la production dut être organisée à un niveau multi-clan : elle devint une activité sociale au lieu d’une activité de clan. Les clans eux-mêmes ont dû s’agréger ou même se fondre en un type supérieur d’existence que nous appelons couramment « société ». En même temps, comme nécessité indissolublement liée à la production socialement organisée, le travail a été divisé, non pas selon les divers types de talents (une telle division existait déjà au sein de la famille), mais en accord avec les rôles requis par l’organisation sociale. Comme cela a déjà été reconnu depuis Adam Smith et même avant, cette division est entre travail productif et improductif. Une terminologie plus large et mieux adaptée au tableau présenté ici est celle qui distingue entre « gouvernés » et « gouvernants ».

27Parallèlement, un deuxième facteur est entré en jeu. Les instruments exosomatiques qui demandent la collaboration d’un grand nombre de personnes (tels un moulin, un grand bateau ou un avion à réaction) peuvent servir directement ou indirectement à un grand nombre, mais difficilement à tous les membres de la société. Et comme les instruments exosomatiques ne sont la propriété naturelle d’aucun individu en particulier, un nouveau problème apparaît : quels membres doivent bénéficier de l’usage des instruments exosomatiques ? La réponse n’est ni simple ni directe. Cependant le conflit autour de la distribution des instruments exosomatiques et de leurs produits a suivi la division établie par les besoins de la production organisée.

28Ainsi, l’évolution exosomatique a d’abord créé une division sociale qui engendra le conflit concernant la question : qui descendrait au fond de la mine et qui en dirigerait les opérations, d’habitude, de son bureau ? Le deuxième conflit, concernant la question : qui utilisera le plus de charbon extrait ? s’établit de lui-même selon la même division sociale entre gouvernants et gouvernés.

29D’autres espèces que la nôtre vivent en sociétés basées sur une production organisée, mais ne sont affligées d’aucune sorte de conflit social. La réponse à cette apparente énigme est que ces espèces en sont venues à vivre en société par évolution endosomatique, ce qui signifie que le rôle de chaque membre dans la production est déterminé à la naissance par son « soma ». La fourmi gardienne, par exemple, est née avec une tête plate et, de plus, ses instincts sont tels qu’elle n’aime rien autant que de bloquer l’entrée de la fourmilière avec sa tête. Dans une telle société, il ne saurait y avoir de conflit « social ». Lorsque les abeilles ouvrières tuent la plupart des bourdons à l’approche de l’hiver, ce n’est pas une guerre civile ; c’est un événement biologique normal pour cette espèce.

30On voit ainsi que le conflit social dans les sociétés humaines n’existe que parce que l’espèce humaine en est arrivée à vivre en société par évolution exosomatique et non endosomatique. Rien dans le « soma » d’un nouveau-né humain ne détermine son rôle futur. Plus tard, il peut devenir un pousse-pousse tout comme un mandarin. Et le problème vient de ce que, contrairement à la fourmi gardienne, le pousse-pousse voudrait bien être mandarin et, pour une partie de ses efforts ordinaires, luttera pour échanger les rôles.

  • 5 Pour une analyse plus détaillée du fait que la classe des gouverneurs est aussi la classe privilégi (...)

31Pour toutes ces raisons, le conflit social fera malheureusement partie du lot de l’humanité aussi longtemps que notre mode de vie dépendra de la production à large échelle d’instruments exosomatiques. Contrairement à la foi fondamentale des marxistes, la socialisation des moyens de production ne peut pas mettre fin au conflit social. Là où il y a actuellement des directeurs et des présidents, on trouvera (comme nous ne le savons maintenant que trop bien) des commissaires et des secrétaires – une nouvelle classe avec les vieux privilèges. Tout ce que nous pouvons espérer est de maintenir ce conflit à feu doux grâce au droit de libre critique et au droit d’élire et de renvoyer par le vote les gouvernants et leurs mandataires5.

III. L’économie standard et le dogme mécaniste

32L’économie standard – à savoir la science économique telle qu’on l’a pratiquée depuis environ cent ans – se définit comme l’étude de la gestion des ressources rares. C’est seulement après s’être familiarisé avec les enseignements de cette discipline que l’on découvre que cette définition omet un élément très important. Par « ressource » l’économie standard comprend seulement le travail, le capital et la terre ricardienne (c’est-à-dire, la terre comme simple dimension spatiale). Le rôle joué par les ressources naturelles dans le processus économique est complètement ignoré, tout comme il l’est par la théorie économique de Karl Marx.

33Cette très étrange omission est devenue récemment une cause d’embarras pour les économistes tant standard que marxistes. Car même une lecture superficielle de l’histoire aurait dû nous apprendre que s’assurer le contrôle des ressources minérales a toujours été (et est encore) l’un des plus importants facteurs, pour ne pas dire le plus important, des conflits politiques entre nations, conflits qui ont des répercussions sociales néfastes à l’intérieur de chaque nation. En même temps nous devons admettre que les économistes, qu’ils soient standard ou marxistes, peuvent invoquer quelques circonstances atténuantes.

  • 6 Notons cet aspect vraiment curieux : le radium contredirait alors la loi de l’entropie (dont je par (...)

34La plus importante de ces raisons est que les pays où les deux écoles économiques ont vu le jour – les pays occidentaux – étaient alors, et sont restés depuis, des pays ayant un accès facile à l’abondance minéralogique mentionnée plus haut. Et lorsque le garde-manger est rempli de bien plus de denrées qu’on en peut utiliser immédiatement, on est naturellement incliné non seulement à perdre de vue la dimension finie du stock, mais aussi à croire en une disponibilité illimitée des ressources de base. L’homme a toujours nourri le mythe de son pouvoir presque divin sur la nature, au moins le mythe d’une puissance motrice sans limite. Jadis, il a cru à l’existence du mouvement perpétuel. Tôt après la découverte de l’électricité on s’est hâté de croire qu’elle constituait une source inépuisable de force motrice. Mais le plus curieux cas est celui du grand physicien Lord Kelvin qui a pu soutenir en toute confiance que la chaleur dégagée par le radium constitue un phénomène perpétuel ; le radium ne ferait pas autre chose qu’absorber de l’énergie de l’environnement et la rendre sous forme de chaleur6.

35Il ne faut pas s’étonner que Karl Marx ait pu défendre avec une insistance sans bornes l’idée que la nature ne joue aucun rôle dans le processus économique puisqu’elle nous offre ses trésors gratuitement. Dans la même veine, les économistes standard maintiennent également que tout ce que l’on a à faire pour obtenir du fer ou du charbon est de dépenser quelques « ressources » (du travail et du capital seulement) en un endroit approprié. À cause de l’abondance minéralogique, tous étaient portés à croire qu’un tel endroit pouvait être trouvé à volonté, avec seulement quelques dépenses supplémentaires des mêmes sortes de « ressources ». Encore de nos jours, beaucoup pensent que tout ce qu’il faut pour produire plus d’énergie et résoudre la crise écologique à l’aide d’un « Programme Indépendance » quelconque, c’est de disposer d’assez d’argent.

  • 7 Georgescu-Roegen 1976b. Voir aussi Infra, note 25.

36À l’heure qu’il est, la science de la thermodynamique aurait dû mettre fin à tout mythe d’une corne d’abondance perpétuelle. Pourtant de tels mythes survivent encore sous une forme ou une autre dans certains cercles, surtout dans les cercles d’économistes. Malheureusement, c’est la nouvelle thermodynamique – basée sur l’interprétation probabiliste – qui les alimente continuellement7.

37En nous tournant maintenant vers les autres facteurs responsables de l’omission des ressources naturelles dans la conception du processus économique, nous devons mentionner en premier lieu l’épistémologie mécaniste à laquelle les fondateurs de la science économique standard et tous leurs successeurs se sont accrochés avec une force aveugle. Comme on le sait, la mécanique ne considère que le changement de lieu, que la locomotion, qui est complètement réversible. En effet, les lois de la mécanique permettent à tout phénomène de se dérouler également dans le sens inverse, ainsi que le prouve directement l’exemple du pendule. Même si la Terre se déplaçait dans l’autre sens sur l’écliptique, aucune loi mécanique ne serait violée. Aucun analogue mécanique ne peut donc rendre compte de l’épuisement irrévocable des ressources.

38Mais il s’est trouvé qu’au moins jusqu’à la moitié du dix-neuvième siècle le dogme mécaniste a joui d’un prestige inégalé. Rappelons que le grand Laplace (1814) se croyait entièrement en droit d’affirmer dans sa fameuse apothéose de la mécanique qu’absolument tout dans l’univers est complètement déterminé par un vaste système d’équations mécaniques. L’unique concession qu’il faisait était que seul un démiurge intellectuel serait capable de résoudre un tel système. En plus, quelques années plus tard, en 1846, un « miracle » se produisit. Urbain Leverrier (sic) découvrit la planète Neptune, non pas en scrutant le firmament à l’aide d’un puissant télescope, mais au bout de son crayon à la suite de calculs basés sur les équations de la mécanique. Ce que Laplace avait seulement prédit semblait alors se concrétiser en faits. Quel merveilleux rêve n’avait pas dû éveiller l’exploit de Leverrier (sic) pour un spécialiste des sciences sociales ! Pensons surtout à un économiste qui serait capable de calculer la position d’une certaine action sur le firmament de la Bourse un jour ou, mieux, un an à l’avance.

39Une autre cause, plus profonde, de l’adhésion exceptionnellement persistante à l’épistémologie mécaniste de la part non seulement des économistes, mais aussi des nombreux autres scientifiques, réside dans un trait durable de l’entendement humain. Comme James Mill (1844, p. 5-6) l’a remarqué, nous ne pouvons agir que de manière mécanique, en poussant ou en tirant ; les propriétés de la matière font le reste. C’est naturel que notre esprit ressente une puissante attirance pour les explications mécanistes. Ce que Lord Kelvin a admis, en expliquant sa propre façon de penser : « je ne suis jamais satisfait de moi-même avant d’avoir construit un modèle mécanique de la chose que j’étudie ».

  • 8 Einstein et Infeld 1963 ; ter Haar 1959.
  • 9 Pourtant sans aucun succès, ainsi que le montre pleinement la thermodynamique « statistique ». Infr (...)

40L’histoire de la physique du dix-neuvième siècle est très éloquente à ce propos. Une découverte après une autre – en particulier, celle de la thermodynamique et de la radioactivité – ont obligé la physique elle-même à rejeter le dogme mécaniste bien avant la fin de ce siècle8. Mais bien que cette nouvelle épistémologie ait été proclamée par tous, la plupart des physiciens sont restés mécanistes dans l’âme. Ils ont continué à penser « mécanique » et se sont efforcés sans interruption de calquer chaque théorie nouvelle sur le patron mécaniste9. En raison de tout ceci, le fait que, en général, les économistes standard soient encore affligés du complexe kelvinien ne devrait pas trop nous surprendre.

41Les fondations mécanistes de l’économie ordinaire se révèlent non seulement par les emprunts terminologiques (équilibre, élasticité, statique, dynamique, etc.), mais plus spécifiquement par la description conventionnelle du fonctionnement du marché qui suppose que les quantités échangées se déplacent réversiblement au gré des fluctuations réversibles de l’offre et de la demande. Un physicien ou un ingénieur serait surpris d’apprendre la manière par laquelle on démontre l’équilibre du marché, car cette démonstration-là est totalement identique à celle des déplacements virtuels dans l’équilibre de la mécanique statique. Tout à fait comme en mécanique, de tels changements ne laissent aucune trace de leur existence. Il n’y a donc aucun moyen par lequel une structure mécaniste puisse refléter les effets d’irréversibilité, les traces indélébiles laissées sur le processus lui-même par une période d’inflation, une sécheresse ou une guerre.

  • 10 Pour quelques références significatives, voir Georgescu-Roegen 1976b, p. 4, 60.

42Conformément à la conception standard, le processus économique est un mécanisme circulaire auto-entretenu, une sorte de manège de foire tournant entre « production » et « consommation ». Rien ne révèle mieux cette philosophie mécaniste que le diagramme bien connu (figure 1) par lequel le processus économique est décrit dans presque tous les manuels économiques, y compris ceux des plus hautes autorités de la profession10. En parfait accord avec les lois de la mécanique, on pourrait tout aussi bien inverser toutes les flèches sur ce graphique-là, il représenterait toujours le même mécanisme. C’est justement parce que l’économie standard ne tient compte d’aucun aspect évolutionniste qu’il a été possible d’y introduire partout l’instrument mathématique qui a fini par transformer cette science en un parc où tout amateur d’exercices mathématiques oisifs peut s’amuser à son gré.

43Parce que la monnaie semble tourner en rond, une autre raison qui peut expliquer la conception circulaire du processus économique est le fétichisme monétaire caractéristique de la pratique des affaires. Pourtant, les signes monétaires eux-mêmes s’usent et doivent être remplacés par de nouveaux matériaux. La leçon (quelque peu acceptable qu’elle soit par l’opinion populaire) est que l’argent, après tout, ne compte pas en ce qui concerne l’essence du processus économique.

44Les remarques précédentes suffisent déjà à nous faire entrevoir, premièrement, qu’une science économique construite sur un échafaudage mécaniste est incapable de traiter des problèmes écologiques indissolublement associés au processus économique, et deuxièmement, que l’on ne peut même pas percevoir ces problèmes si l’on n’écarte pas le voile monétaire et si l’on ne va pas bien au-delà des affaires du marché.

IV. Le processus économique et la thermodynamique

45Entre le processus économique et les processus vitaux de tout organisme il y a d’innombrables affinités. C’est que les deux processus tâchent de maintenir le fonctionnement d’un système, organique dans le cas d’un être vivant, super-organique dans le cas de l’humanité. Ils sont aussi solidement ancrés dans l’environnement matériel. Cela est certainement une constatation simple. Mais nous ne devons pas oublier le fait important que la nature de la relation entre un processus vital et l’environnement est dialectique. Les processus vitaux modifient continuellement l’environnement et subissent en retour les effets de cette modification. Cette dialectique est particulièrement visible dans le cas du processus économique des temps modernes qui implique une intervention géologique de l’homme. Pourtant, l’homme a toujours bouleversé l’environnement bien plus que toute autre espèce et, par conséquent, a subi un ricochet d’autant plus ébranlant.

  • 11 Pour citer un exemple éloquent (parce que l’auteur en question est un économiste distingué), W. J.  (...)

46Les tribus pastorales de l’Asie Centrale, par exemple, en faisant pâturer et surpâturer (sic) les steppes de la région années par années, ont causé l’appauvrissement du sol. Ce désastre écologique a déclenché la Grande Migration qui a duré presque mille ans et a changé complètement la face économique, sociale et politique de l’Europe. La pression démographique sur la terre cultivable a été aussi responsable dans une large mesure de la migration plus récente de l’Ancien au Nouveau Monde – ce qui a permis aux économistes standard de dénoncer comme fausse la théorie de Malthus. On peut aussi mentionner l’Âge du bois, avant la Révolution industrielle, pendant lequel le bois était la seule source de puissance calorique (et en grande partie, de matériel). Le vaste déboisement menait le monde occidental vers une crise sans issue qui n’a été évitée que par les inventions de la machine à vapeur et de l’usage du coke. Les historiens économiques tout comme les anthropologues ont fortement insisté sur cette évolution dialectique. Mais leurs conclusions n’ont rencontré que l’indifférence (sinon le dédain) des économistes standard11.

47Une importante articulation du processus économique tourne – comme je vais l’expliquer en détail – autour d’un fait qui graduellement s’est dégagé de l’idée révolutionnaire présentée par Sadi Carnot dans un mémoire de 1824. Ce fait est que l’univers de l’intérieur de lui-même et par lui-même subit un changement continu et irréversible dans une direction bien définie.

  • 12 Voir les articles de E. Mendoza et de Arthur Birembaut dans le volume commémoratif : Sadi Carnot et (...)

48Carnot s’intéressa non pas aux affaires célestes – comme Laplace et bien d’autres en ce temps-là – mais à un problème plutôt terre à terre : celui du rendement des machines à vapeur, de la puissance motrice du feu, comme Carnot le décrit. La machine à vapeur (une découverte aussi importante que celle du feu) a permis à l’homme de transformer la puissance calorique du feu en puissance motrice. Quoi qu’elle ait été inventée plus de cent ans auparavant, sa théorie était encore en lambeaux. Pourtant, le fait que le mémoire de Carnot soit resté sans écho pendant des années ne doit pas nous surprendre12. Mais il est intéressant de noter que cet édit de la fin de la suprématie du dogme mécaniste a été publié dix ans seulement après l’apothéose de la mécanique par Laplace et, chose curieuse, vingt-deux ans avant le haut fait de Leverrier (sic).

  • 13 Fait très curieux, six ans seulement auparavant Jevons avait exposé ses appréhensions sur l’épuisem (...)

49Des découvertes ultérieures ont renforcé cet édit, mais ce fut la thermodynamique, la science qui est née du mémoire de Carnot, qui a acculé pour la première fois les physiciens à admettre que la mécanique ne peut pas rendre compte de tout ce qui se passe dans l’univers. Pour excuser leur méconnaissance de la révolution Carnotienne, les économistes standard des temps récents ne peuvent plus invoquer aucune circonstance atténuante. En vérité, cette révolution-là était déjà un fait accompli à l’époque où W. Stanley Jevons, un des ancêtres néoclassiques, se mit à construire la science économique moderne comme « la mécanique de l’utilité et de l’intérêt privé »13.

  • 14 Georgescu-Roegen 1969 ; 1971.

50Ce qui est plus grave encore c’est que la thermodynamique, qui à cette époque-là était déjà une branche bien établie de la physique, est au fond une physique de la valeur économique, c’est-à-dire une science qui étudie les qualités physiques qui confèrent en général à certaines choses une valeur pour l’homme. De fait, dans la mesure où Carnot se proposait d’analyser quantitativement l’efficacité des machines à vapeur, il peut être considéré comme le premier véritable économètre14.

  • 15 Georgescu-Roegen 1969 ; 1971 ; 1977a.
  • 16 Par exemple, Barry Commoner 1976 et Robert Solow 1974.

51La thermodynamique et la biologie sont les flambeaux indispensables pour éclairer le processus économique et découvrir ainsi ses principales articulations, la thermodynamique, parce qu’elle nous démontre que les ressources naturelles s’épuisent irrévocablement, la biologie, parce qu’elle nous révèle la vraie nature du processus économique15. Il semble que de nos jours ce conseil soit enfin largement entendu. Nous en voulons pour preuve le fait qu’aujourd’hui, presque tout le monde – des écologistes aux défenseurs purs et durs de la conception standard – discourt longuement sur le lien entre la thermodynamique et le processus économique16. Même quelques économistes adeptes de l’idée de la corne d’abondance éternelle ont commencé à admettre que la dot en ressources accessibles de l’humanité est bien limitée. Même Anatole Aleksandrov, qui comme président de l’Académie des sciences de l’URSS est censé défendre à tout prix la position de Marx, a admis récemment (quoique implicitement) que le pétrole et le gaz deviennent de plus en plus rares, que la nature, après tout, n’était pas un pourvoyeur gratuit pour l’éternité.

52Bien que cette nouvelle orientation ait attiré un nombre fabuleux d’opportunistes de la plume, elle n’a pas été accompagnée, semble-t-il, d’une conscience très claire de l’ampleur du tourbillon de matière et d’énergie dont dépend la survie de l’humanité. Bien sûr, les principes de la thermodynamique sont, à première vue, extrêmement simples. Néanmoins, leurs implications et applications sont complexes – ce que la plupart des auteurs ne soupçonnent même pas. Aussi surprenant que cela puisse paraître, la littérature conventionnelle elle-même ne couvre pas tous les aspects qui intéressent le problème bioéconomique de l’humanité.

  • 17 Georgescu-Roegen 1976a ; 1977b. En dehors de l’univers entier, aucun autre système ne peut être qu’ (...)

53Pour une exposition élémentaire des lois thermodynamiques fondamentales, je vais utiliser l’image d’un sablier pour symboliser un système isolé, c’est-à-dire un système qui ne peut échanger ni matière ni énergie avec l’extérieur (figure 2)17. Mettons aussi que la poudre contenue dans le sablier représente la matière-énergie du système. Le simple fait que le sablier soit parfaitement scellé exprime la première loi matière-énergie. Comme dans tout sablier, dans celui de l’univers aussi, la substance intérieure coule continuellement de la partie supérieure à la partie inférieure. Cependant deux caractéristiques importantes distinguent le sablier de l’univers des sabliers ordinaires.

  • 18 Comme on le voit, cette distinction a une racine évidemment anthropomorphique, ce qui constitue la (...)

54Premièrement, au fur et à mesure qu’elle coule en bas, la matière-énergie change de qualité. Tant qu’elle se trouve en haut, elle représente de la matière-énergie disponible – c’est-à-dire, sous une forme utilisable par nous, êtres humains (aussi bien que par tout organisme vivant de notre planète). Lorsqu’elle atteint la partie inférieure du sablier, la matière-énergie perd cette importante propriété, elle devient non-disponible18.

  • 19 L’image du sablier montre ce qui se passe dans l’univers d’une façon plus saisissante, je crois, qu (...)
  • 20 Lord Kelvin qui le premier a parlé du fait que l’énergie ne disparaît pas, qu’elle devient seulemen (...)
  • 21 Cet énoncé omet le point crucial que la dégradation entropique a lieu dans le sens même du flot de (...)

55La seconde différence vient de ce que le sablier de l’univers ne peut être retourné sens dessus dessous, ce qui signifie que la matière-énergie disponible d’un système isolé est continuellement et irréversiblement dégradée en l’état non-disponible19. Rappelons-nous maintenant que la notion assez complexe d’entropie est au fond un indice relatif de la quantité d’énergie non-disponible. C’est là une formulation plus simple et plus claire de la seconde loi de la thermodynamique, la loi de l’entropie, que celle que l’on trouve d’habitude dans la littérature spécialisée20. L’énoncé habituel est que l’entropie d’un système isolé croît constamment21.

56La loi de l’entropie occupe une place unique dans les sciences de la nature. En premier lieu, comme Eddington l’a jugé, si après avoir revu nos observations et nos calculs nous trouvons que nos résultats infirment une loi naturelle quelconque, c’est la validité de cette loi qui doit être mise en doute ; mais si nos résultats contredisent la loi de l’entropie, quelque chose cloche dans notre approche. Ne pensons à rien d’autre qu’au fait que toute réfutation de la loi de l’entropie équivaudrait à une procédure pour isoler l’effet de l’attraction universelle.

  • 22 Cf. Georgescu-Roegen 1971.

57En second lieu, contrairement à la règle générale, la loi de l’entropie laisse largement indéterminée la vitesse de dégradation ainsi que la structure prochaine. C’est à cause de cette indétermination que la présence de la vie joue un rôle important du point de vue entropique. Si un rayon solaire frappe un rocher nu, son énergie se dégrade instantanément en chaleur dissipée, en énergie non disponible. Mais s’il touche une plante verte, une partie de l’énergie sera retenue comme énergie chimique, comme énergie disponible. À long terme cependant, toute énergie finira en chaleur dissipée. Une pile de charbon commence d’elle-même à dégager de la chaleur et à « transpirer », et les forêts s’incendient par combustion spontanée. Au contraire des plantes vertes, toutes les autres formes de vie – consommateurs, prédateurs et décomposeurs – accélèrent la dégradation entropique. Et ainsi que Wilhelm Ostwald l’a remarqué, c’est la même indétermination entropique qui permet à la vie d’exister sous les multiples formes que nous lui connaissons, et aux hommes de faire toutes sortes de projets et d’espérer les réaliser22.

  • 23 Cette idée remonte au moins à Ludwig Boltzmann. Mais c’est Henri Bergson qui l’a présentée d’une ma (...)

58C’est à cause de la loi de l’entropie que tout organisme vivant se dégrade entropiquement (sic) s’il est isolé de l’environnement. Mais tout organisme vivant est une structure dissipative, dans la terminologie de I. Prigogine (1974). Ce qui veut dire qu’il peut contrecarrer la dégradation entropique en absorbant de la matière-énergie disponible de l’environnement et en y rejetant la matière-énergie dégradée par le processus entropique23.

59C’est aussi ce que fait le processus économique pour maintenir en bon fonctionnement le capital humain et le capital propre, les organes endosomatiques des hommes (leurs corps) et les organes exosomatiques. Naturellement, tout ceci n’est que le côté matériel de l’affaire. Il serait absurde de penser que le processus économique existe seulement pour transformer des ressources de valeur en déchets. Le véritable produit de ce processus n’est pas un flux matériel, mais un flux immatériel qui est la jouissance de la vie. Très naturellement, une telle sensation entropique doit exister même dans les organismes très inférieurs.

60Le processus économique est donc entropique et non mécanique. Et parce que la loi de l’entropie domine toutes les transformations matérielles et vitales qui lui sont associées, ce processus se développe d’une manière irrévocable. L’épuisement des ressources ne peut pas être inversé et une bonne partie des déchets reste toujours déchet. Cette simple proposition contient la racine de la rareté vue dans une perspective écologique globale.

V. Énergie et matière : un dualisme nécessaire

61Aujourd’hui tout le monde parle de la crise d’énergie qui menace le niveau actuel de notre confort exosomatique. L’homme moyen peut invoquer l’embargo du pétrole de 1973-1974 pour justifier l’opinion générale selon laquelle absolument rien ne compte en dehors de l’énergie. Mais la littérature de spécialité n’a pas attendu cet embargo-là pour adopter la même opinion. Pour preuve, Fred Cottrell a proposé en 1955 déjà le concept d’énergie nette pour analyser l’activité économique de production, concept qui a été récemment ressuscité par H. T. Odum comme seul critère d’efficacité entropique. Puisque l’on peut toujours calculer des différences entre les éléments d’une même entité homogène, on peut évidemment dire que si une tonne de pétrole sert à obtenir dix tonnes de pétrole d’un schiste bitumeux, il en résulte une énergie nette de neuf tonnes de pétrole. Mais selon la même conception, l’extraction du cuivre devrait produire une fantastique énergie nette négative ainsi qu’une grande quantité nette de matière (cuivre). En plus, l’extraction du pétrole d’un schiste produirait non seulement une certaine énergie nette, mais également une énorme quantité nette positive de roche pulvérisée (dont on se passerait volontiers).

  • 24 C’est moi qui souligne.

62À l’argument selon lequel nous-mêmes ainsi que tout objet autour de nous sont faits de matière et que, de plus, nous ne pouvons utiliser l’énergie qu’à l’aide d’un instrument matériel (que ce soit notre propre corps ou un marteau), on oppose une autre thèse qui domine encore nos pensées sur ce sujet. C’est la thèse si bien exprimée déjà en 1957 par Harrison Brown et ses collègues (1957) : « tout ce qu’il nous faut pour obtenir n’importe quel matériel que nous désirons c’est d’ajouter assez d’énergie au système (de production) »24.

63Récemment, Kenneth Boulding a fait une affirmation beaucoup plus forte : « heureusement, il n’y a pas de loi de l’accroissement de l’entropie de la matière ». Que l’on cherche tant qu’on veut on ne trouvera rien dans la littérature à l’appui de ces vues. La seule explication possible est qu’elles reflètent le fait que la coordonnée matérielle de tout processus est ignorée complètement par la thermodynamique. En effet, le seul système étudié par la thermodynamique usuelle est le système clos, c’est-à-dire un système qui n’échange que de l’énergie avec l’extérieur. C’est l’éternel modèle d’un cylindre avec un piston par lequel on explique un cas de théorèmes sur l’énergie. Le premier est que, tant que l’énergie intérieure d’un tel système reste constante, l’énergie reçue (ou transférée à l’extérieur), E, est égale au travail, W, exécuté par (ou sur) le système :

E = W (1)

64Il en résulte que le mouvement perpétuel de première espèce (travail sans énergie) est impossible. Mais le théorème n’interdit pas la conversion réversible de l’énergie en travail et de ce travail en l’exacte quantité de l’énergie initiale. Ceci signifierait qu’un mouvement cyclique pourrait être entretenu éternellement par une quantité finie d’énergie.

  • 25 Voir, par exemple, l’ouvrage qui fait autorité : Max Planck, Leçons de thermodynamique.

65Dans les manuels usuels une idée supplémentaire est ajoutée au raisonnement sur ce point. Pour être parfaitement réversible, comme le réclame la conversion cyclique de l’énergie en travail, un système doit se mouvoir avec une vitesse infiniment lente25. La conclusion évidente, dont l’importance doit être bien retenue, est que même un très petit mouvement nécessiterait alors un temps infini pour être effectué. Cette conclusion devrait suffire à établir l’impossibilité pratique des systèmes réversibles.

66Curieusement, la vraie raison pour laquelle la théorie thermodynamique présuppose des vitesses infiniment lentes n’est pas toujours mentionnée d’une manière vraiment explicite. On veut avoir une vitesse infiniment lente pour qu’il n’y ait aucune friction. Car, ainsi que l’a remarqué récemment R. S. Silver, pour les phénomènes réels la relation (1) devrait être remplacée par :

E = Wu + Wf (2)

67où le travail total est décomposé en travail utile, Wu, et travail contre la friction, W. Mais même cela ne dit pas tout. Le tableau complet est donné par :

E = Wu + Wf +Qp (3)

68où Qp est l’énergie perdue par conduction comme chaleur dissipée.

69Cette relation montre que tout système thermodynamique réel est accompagné d’une dégradation d’énergie, parce que Wf ainsi que Qp représentent de la chaleur dissipée qui ne peut être utilisée pour produire du travail au même niveau du système considéré.

70Mais la science thermodynamique est basée sur la relation (1), qui permet à l’univers entier – le piston-cylindre et l’extérieur – de retourner en arrière à toute position initiale. C’est dans un sens tout à fait différent de (3) que la thermodynamique dit que l’énergie ne peut être complètement convertie en travail. L’idée est exprimée par la relation bien connue du cycle de Carnot :

Wu = Q1 − Q2 (4)

71où Q1 est la chaleur fournie par la chaudière, et Q2, la chaleur transférée au condenseur. Ce cycle est complètement réversible : si le piston soulève un poids, celui-ci en tombant rétablit l’état initial exact de l’univers.

72Dans ce cadre la seule contrainte est :

Q2 > 0 (5)

73Ceci nie seulement la possibilité de convertir complètement l’énergie en travail par un système réversible mais fini (qui par nécessité doit opérer en cycle). En effet, Q2 représente l’énergie convertie complètement dans le travail nécessaire pour ramener le piston à sa position initiale. Autrement, un piston dans un cylindre infini – comme l’a remarqué Max Planck – pourrait convertir complètement l’énergie en travail. Rien de surprenant, c’est justement ce qui arrive à Q1 pendant la phase expansive du cycle de Carnot. Comme on le voit, l’anthropomorphisme entre de nouveau en jeu, car un cylindre infini est au-delà de notre portée, comme êtres humains.

74L’expression de la loi de l’entropie par (5) – dont la racine se trouve dans le principe de Carnot – peut créer de la confusion. Il faut lui ajouter la formulation tellement lucide de Rudolf Clausius. Afin de bien comprendre sa signification, je propose à l’énoncer (sic) en deux temps, même si ces temps ne sont pas tout à fait indépendants :

  1. La chaleur passe toujours d’elle-même du corps plus chaud au corps plus froid ;
  2. La chaleur ne passe jamais d’elle-même du corps plus froid au corps plus chaud26.

75C’est seulement lorsqu’on tient compte de cette deuxième proposition que l’on peut conclure que le cycle ne peut pas se reproduire de lui-même : Q2 ne retourne jamais d’elle-même à la chaudière.

76Pour arriver à ces conclusions, qui certes contredisent l’expérience commune, la science thermodynamique doit supposer ou bien que le mouvement est infiniment lent, ou bien (ce qui est peut-être plus convenable), que les matériaux du système ne sont absolument pas sujets à la friction. Mais il y a plus. Ce qu’on oublie toujours de mentionner, c’est que les mêmes matériaux sont supposés être parfois complètement isolants, parfois parfaitement conducteurs de chaleur.

77La science thermodynamique, en décidant de ne s’occuper que des transformations de l’énergie en gros sous toutes formes, s’est engagée à ne pas s’occuper du tout du rôle joué par la matière dans tout processus réel. L’explication en est peut-être simple.

78L’énergie est une substance (dans le sens philosophique du mot) homogène, ainsi qu’elle apparaît dans toutes les équations thermodynamiques. Il n’en est pas de même pour la matière en gros. Chaque élément chimique a ses propres propriétés, qui, quelquefois, sont uniques. C’est cela qui complique énormément l’étude du rôle de la matière. Même si la friction n’était pas un phénomène assez peu compris (comme il l’est en fait), le terme Wf dans (3) poserait des problèmes difficiles parce qu’il dépend, entre autres, de la nature des matériaux qui se frottent. Cela vaut aussi pour le terme Qp, car la conductibilité, elle non plus, ne suit pas une loi générale.

79Ce que la science thermodynamique omet est un fait d’une importance capitale : la participation de la matière dans tout processus de transformation n’est pas neutre. Dans la réalité, il n’y a pas de matière ayant les propriétés parfaites qui sont supposées par cette science. Dans la réalité, il n’y a pas de matériaux qui ne se dissipent pas par la friction, il n’y a pas de solides indéformables, il n’y a pas de matériaux qui soient ou parfaits conducteurs ou parfaits isolants, il n’y a pas de membranes vraiment semi-perméables. II n’y a pas non plus de membranes qui ne s’obstruent avec le temps (ce qui constitue la plus importante cause de mort de tout organisme). Comme on vient de le découvrir récemment, les collecteurs solaires aussi s’obstruent graduellement.

  • 27 Georgescu-Roegen 1969, p. 77 ; 1971, p. 142.

80À cause de toutes ces « imperfections » du monde matériel, aucun piston ne peut rester identique à lui-même : on ne peut donc dire qu’il revient exactement à son état initial. Pendant que l’énergie se dissipe irrévocablement, la matière se dissipe aussi, de sorte qu’elle aussi devient non disponible. Tout chauffeur sait qu’il dissipe non seulement l’énergie de l’essence, mais aussi la matière des pneus et, quoique plus lentement, celle de l’automobile entière. Le système matériel est continuellement sujet au frottement (qui inclut toute érosion), écaillement, craquement, fendage, combustion spontanée, etc. II s’ensuit que la fin d’un système isolé n’est pas la mort de la chaleur – ainsi que nous l’apprend la thermodynamique – mais le chaos complet27.

  • 28 Georgescu-Roegen 1969, p. 96 ; 1971, p. 278.

81L’énergie dissipée sous forme de chaleur par un morceau de charbon qui brûle est irrévocablement « perdue » en ce qui nous concerne. Contrairement à l’assertion de Boulding et à la position similaire de beaucoup d’autres (comme Theodore B. Taylor, par exemple), les molécules de cuivre dispersées aux quatre vents par l’usage d’une pièce de monnaie ou d’un toit sont aussi « perdues » à jamais pour nous. C’est dans cette stricte perspective que l’on peut dire que l’énergie et la matière disponibles ne peuvent être utilisées qu’une seule fois28.

82Un rapprochement entre le concept de l’entropie et un aspect de la dissipation de la matière a été réalisé pour la première fois par J. Willard Gibbs dans ce qu’on appelle aujourd’hui son paradoxe. Il a montré que si deux gaz de même température s’entremêlent librement, l’entropie du système s’accroît de :

∆S = −R[N11n(N1 / N) + N2 1n(N2 / N)] (6)

83où N = N1 + N2 sont les nombres de moles des gaz et R est la constante de gaz. Le paradoxe vient de ce que (6) n’est applicable que si les deux gaz sont différents. Et on peut parler d’une différence justement parce que la matière, par opposition à l’énergie, se présente dans des formes discrètement distinctes.

84Mais comme Max Planck l’a remarqué plus tard, la formule de Gibbs représente plutôt « la dissipation de la matière que la dissipation de l’énergie ». Cette remarque ne suffit pas pour prouver que l’addition de l’entropie usuelle de l’énergie avec l’entropie de la matière définie par (6) n’a aucun sens. Ce qui veut dire que, pratiquement, un accroissement de l’entropie de la matière ne peut pas être compensé par une diminution de l’entropie de l’énergie. La preuve, comme je vais le montrer maintenant, dérive d’un autre fait.

85Pour avoir un sens opérationnel, toute addition arithmétique doit porter sur des entités parfaitement homogènes. Mais l’énergie et la matière en macrostructures (les seules structures qui puissent être associées à la température, pression, volume, entropie et travail mécanique) ne peuvent pas être ramenées à un dénominateur commun. La raison est qu’il n’y a pas de procédure effective pour convertir ces structures l’une dans l’autre.

  • 29 Du fait que c, la vitesse de la lumière, est très grand, la perte de masse par conversion en énergi (...)

86Remarquons tout d’abord, que la fameuse formule d’Einstein, E = mc 2, s’applique en réalité à la conversion de la masse en énergie plutôt qu’à la conversion contraire. De la masse est convertie en énergie non pas seulement dans la flamme d’une allumette, mais aussi dans le soleil29. La masse peut être produite en partant de l’énergie et de la masse, comme dans la réaction qui mène au plutonium, jamais de l’énergie seule. L’énergie seule ne peut pas être transformée en masse même dans les étoiles où les conditions sont extrêmement favorables à la fusion des particules élémentaires. Et le hic est que sans masse, il n’y a pas de protons, et sans protons, il n’y a pas de matière. La preuve en est que les théories courantes placent l’origine des éléments chimiques de l’univers dans l’hydrogène et, peut-être, dans l’hélium aussi et non pas dans les photons seulement.

87Il reste un corollaire fort populaire de l’idée de Harrison Brown, déjà mentionnée. Même si l’énergie ne peut pas être convertie en matière, dans nos calculs entropiques, toute quantité de matière peut être remplacée par l’énergie nécessaire pour l’obtenir à partir de l’état in situ. Le tout serait ainsi réduit à un input d’énergie. (En vue de ce que je viens de dire plus haut, cette suggestion ne peut pas impliquer la production du cuivre sans un input de cuivre in situ.) Le corollaire se heurte à un obstacle peu soupçonné : toute production utilise de l’énergie disponible tout aussi bien que de la matière disponible. Même si nous admettons qu’il soit pratiquement possible d’extraire du cuivre d’un minerai qui contient aussi peu de cuivre qu’on veut (ainsi que le soutient Harrison Brown), l’extraction dissipera de la matière de l’équipement utilisé. À la longue, cet équipement devra être remplacé ce qui exigera des matériaux nouveaux extraits de l’environnement, dans une régression infinie dont on ne peut prédire le résultat a priori.

  • 30 Pour ce mode de représentation analytique voir Georgescu-Roegen 1971, chap. ix ; 1977b.

88Pour élucider la question, représentons sommairement la relation entre le processus économique et l’environnement par la matrice I30. Les notations sont telles que le produit P est produit par le processus (P), et :

ES = Énergie in situ.
EM = Matière in situ.
E = Énergie prête pour la consommation.
M = Matière affinée.
B = Bien général (capitaux et biens de consommation).
ED = Énergie non disponible.
MD = Matière non disponible.
D = Déchets propres.

  • 31 Le fonds F3 se maintient de lui-même, comme le fonds de marteaux qui dans un processus (K) martèler (...)

89Les huit premières lignes de la matrice représentent des flux ; la dernière ligne représente les fonds (les capitaux propres et le capital humain) qui doivent être maintenus par les flux de B31. Le processus (C) est celui de la consommation.

I. – Le multi-processus de l’économie globale

I. – Le multi-processus de l’économie globale

90L’argumentation sera plus serrée si nous la rapportons à un système stationnaire, auquel cas le problème se réduit à voir s’il est possible que SMi et SDi soient nuls. Dans ce cas, le processus (M) perd toute sa raison d’être. Bien entendu, une quantité constante de matière, toujours la même, devrait circuler dans l’économie ; ce qui veut dire que cette matière serait alors complètement et perpétuellement recyclée (mettons à l’intérieur de (K), pour ne pas compliquer inutilement notre tableau).

91Les fantaisistes mis à part, aucun auteur que je sache n’a soutenu sans réserves que le recyclage global et complet soit possible. Harrison Brown considère un tel recyclage comme une lointaine possibilité, mais il ajoute immédiatement que « dans la pratique (actuelle), évidemment, certaines pertes ne peuvent pas être éliminées complètement ». Et en contradiction avec sa thèse selon laquelle il n’y a pas de limite inférieure pour la teneur en métal d’un minerai exploitable, Brown admet que des métaux « sont perdus irrémédiablement », et même cite des exemples concrets (comme celui du fer dissipé pendant la production d’acier).

92Pour bien comprendre ce qu’implique le recyclage global et complet, prenons un cas extrêmement simple : le recyclage complet d’un collier de perles, le seul objet contenant des perles dans l’économie. Il faut souligner que dans ce cas, le recyclage complet exige qu’absolument toutes les molécules qui ont initialement appartenu au collier doivent être rassemblées où qu’elles aient été éparpillées. Sinon des molécules seraient extraites de l’environnement, ce qui signifierait que Y2 ≠ 0, contrairement à l’hypothèse faite.

93Personne ne niera que si le collier se casse et que ses perles soient ainsi répandues par terre, on pourra les ramasser toutes dans un laps de temps fini, en dépensant un peu d’énergie disponible et en usant quelques objets matériels (nos corps, en première ligne). Mais imaginons que les mêmes perles soient d’abord dissoutes dans un acide et la solution soit répandue sur la terre et dans les mers (ce qui en effet serait aussi le résultat de l’usure complète du collier). Même si nous ignorons l’usure des agents (humains et non humains) qui devront participer à l’opération de rassembler toutes les molécules ainsi dispersées, c’est un autre élément qui nous montre immédiatement que l’opération est impossible. Tout comme un système qui se meut assez lentement pour ne pas produire de friction, le recyclage des perles prendra (pour tous buts pratiques) un temps infini. En d’autres mots, la matière non disponible ne peut pas être recyclée.

  • 32 Cette loi rappelle l’idée, si souvent invoquée dans les applications de la probabilité, selon laque (...)

94Il va sans dire que si le collier était deux fois, même un million de fois plus grand, ses molécules ne pourraient encore pas être rassemblées toutes dans un laps de temps fini. Pour chaque substance et pour chaque mélange, il y a une limite de la teneur au-dessous de laquelle l’extraction de la substance n’est pas possible 32. C’est le principe énoncé par Max Planck, selon lequel on ne peut pas purifier complètement un mélange. La conséquence est qu’on ne peut pas extraire tout le métal, par exemple, contenu dans un minerai ou, ce qui est logiquement équivalent, le recyclage complet est impossible.

  • 33 Puisqu’en anglais on parle de garbage et de junk, j’ai proposé le terme « garbojunk » pour ce qu’on (...)

95La différence entre recyclage et extraction est de degré seulement : le recyclage veut dire extraction d’un mélange avec une très haute teneur de l’élément en question. Ce qu’on peut recycler c’est de la ferraille, de la friperie – en général des déchets33 – des objets qui contiennent beaucoup de matière disponible, mais qui n’ont plus une forme utile pour nous.

  • 34 En dehors des lois déjà mentionnées dans la section précédente, il y en a encore deux. La troisième (...)

96Une conséquence importante découle de l’analyse développée dans cette section. Le fait que la matière ne peut pas être recyclée complètement, conduit une nouvelle loi qui s’ajoute aux autres lois de la thermodynamique ayant trait à l’énergie seulement. On peut l’appeler la quatrième loi des phénomènes entropiques34 :

  • 35 J’ai énoncé cette loi pour la première fois en février 1976, dans une communication au congrès de l (...)

97Dans un système clos, l’entropie de la matière tend continuellement vers un maximum 35.

98Et si par mouvement perpétuel de troisième espèce on entend un système clos qui peut produire indéfiniment du travail mécanique à un taux constant, cette loi veut dire que le mouvement perpétuel de troisième espèce est impossible.

VI. L’ABC bioéconomique

99Nous sommes maintenant en état de formuler quelques principes généraux qui peuvent nous guider dans l’analyse du problème écologique de l’humanité.

  • 36 Preston Cloud, une haute autorité en minéralogie, a depuis longtemps attiré l’attention sur l’effet (...)

1001. Étant donné que la Terre constitue un système pratiquement clos, le processus économique ne peut pas se maintenir indéfiniment dans un état stationnaire. En plus, d’autres facteurs contribuent aussi à ce résultat. À cause des propriétés spécifiques et uniques de quelques éléments chimiques, l’épuisement d’un seul de ces éléments peut bouleverser la technologie à tout moment. Plusieurs éléments – qu’on appelle « éléments vitamines » – s’approchent aujourd’hui à grands pas de cette fin36. Et il est très possible que, en fin de compte, la matière s’avère un élément plus critique que l’énergie pour la technologie moderne.

  • 37 Georgescu-Roegen 1976b ; 1977c.
  • 38 Le groupe de Meadows a aussi recommandé l’état stationnaire comme la solution écologique.

101Un autre facteur est l’inégale accessibilité des ressources minérales, qui est la base de la rente différentielle dont, ceteris paribus, jouit chaque génération ; car chaque génération exploite en général les moins coûteuses des veines. Pour que l’effort moyen reste le même d’une génération à l’autre, il faudrait que par miracle le progrès technologique permette une compensation exactement égale à l’ancienne rente37. Contrairement à ce que soutiennent Kenneth Boulding et, avec plus de force, Herman Daly, qui ont repris une idée de John Stuart Mill, le salut écologique ne peut pas venir de l’état stationnaire. L’idée du salut écologique par l’état stationnaire est née – semble-t-il – d’une erreur de logique : un système qui ne croît pas doit être stationnaire38. En vérité, il ne peut y avoir de salut écologique, mais seulement une lutte acharnée avec une nature avare, lutte qui se reflète dans les conflits mentionnés dans la section II.

1022. Prenons le vieux slogan des économistes : « il n’y a pas de déjeuner gratuit ». Il représente une règle du marché, tout au plus un corollaire de la loi de conservation de la matière-énergie. C’est à tort donc que Barry Commoner (1971) a vu dans ce slogan une loi de l’écologie. La loi écologique est beaucoup plus dure. Comme il en résulte des lois de l’entropie de l’énergie et de la matière, tout ce que nous faisons se solde par un déficit en termes entropiques. Le déjeuner coûte toujours plus qu’il ne vaut.

1033. Des spécialistes en la matière soutiennent souvent que la loi de l’entropie pourrait être réfutée un beau jour, tout comme d’autres lois l’ont été dans le passé. Ils ignorent que le témoignage de la loi de l’entropie est étayé par les faits, tout aussi infailliblement que la loi d’attraction universelle. Chaque fois qu’on a lâché un objet, l’objet est tombé vers la terre. Chaque fois qu’une personne a touché un poêle chaud, c’est sa main qui a été brûlée, non le poêle !

104L’épuisement des ressources, de toutes les sortes de ressources, est donc irrémédiable. Pourtant, les idées prévalentes (sic) aujourd’hui dans la littérature, divisent les ressources naturelles en reproductibles et non reproductibles. La première catégorie comprend, en principe, les plantes vertes et les animaux utiles. Ainsi, on parle de « forêts immortelles » d’où on pourrait puiser du bois tant que le soleil brillera avec la même intensité qu’à présent. C’est qu’on oublie de nouveau la dégradation de la matière. Elle peut être découverte par quiconque regarde une rivière dont les eaux boueuses portent des éléments nutritifs du sol vers les océans, d’où ils ne retourneront presque jamais. Il est certes vrai qu’on peut, si l’on s’y met, faire croître un brin d’herbe année après année sur le même endroit (tant que le soleil rayonne encore). Mais penser qu’on peut faire cela pour tous les brins d’herbe c’est, de nouveau, raisonner en ligne droite. D’une période à une autre, le nombre total d’arbres sur la terre peut même augmenter quelquefois. Pourtant la tendance définitive est à la décroissance ; seulement, la décroissance dans une aire restreinte est si lente qu’il est difficile de la mesurer dans un laps de temps convenable. Il en va de même pour les soi-disant cycles de l’oxygène, du bioxide (sic) de carbone, de l’azote, du soufre, etc., qui ornent tout manuel d’écologie. Vu dans son ensemble, le processus de notre planète n’est pas stationnaire – avec le terme plus suggestif de Karl Marx, il ne se reproduit pas à l’identique.

105À cet égard, il faut mentionner une idée de Harry Johnson, parce qu’elle expose très clairement l’erreur de ces économistes qui prétendent (comme Hans H. Landsberg, par exemple) qu’on n’a pas besoin de la thermodynamique pour le problème des ressources naturelles. Johnson affirme que « avec un peu d’ingéniosité » on pourrait refaire les dépôts de minerais, ignorant ainsi que toute opération implique un déficit entropique quelle que soit notre ingéniosité. Car il serait absurde d’utiliser des ressources déjà disponibles pour obtenir d’autres ressources de base en moindre quantité.

1064. Une activité industrielle (comme celle de nos jours) sans pollution est une impossibilité absolue. Les effets désastreux de certaines pollutions peuvent être atténués, mais, tout comme le recyclage, une telle opération n’est pas sans coût, en énergie, matière et travail. On doit donc renoncer à d’autres avantages pour la soutenir. Des automobiles, des réfrigérateurs, des avions à réaction toujours plus grands et meilleurs – bigger and better, comme dit le slogan américain – accélèrent l’épuisement des ressources et ipso facto accroissent la pollution (traitable ou non).

107Surtout en ce qui concerne les problèmes écologiques, on doit être en garde contre le raisonnement en ligne droite. Certes, nous pouvons réoxygéner (sic) un lac pollué – comme soutient Harry G. Johnson. Mais il a tort d’en déduire qu’on peut réoxygéner (sic) tous les lacs pollués, l’un après l’autre indéfiniment. Toute opération dans un environnement limité subit une pression croissante avec l’échelle : à la fin des fins, l’opération s’écroule complètement.

1085. D’après tout ce que j’ai déjà dit dans cet article, le processus économique est entropique dans chacune de ses fibres. Mais je trouve nécessaire de souligner que cela ne veut pas dire que la valeur économique se réduit à une seule coordonnée matérielle. Il est vrai que le processus économique se nourrit d’entropie basse seulement, mais pour ce processus l’énergie et la matière restent deux entités qui ne peuvent pas se substituer l’une à l’autre. En d’autres mots, entre énergie et matière il n’y a pas de transformation suivant une loi telle que :

E = f(M) (7)

109Il s’ensuit qu’il est impossible de décider à l’aide de la physique et de la chimie, lequel de deux processus menant au même résultat est le plus efficace – celui qui utilise plus d’énergie et moins de matière ou bien celui qui utilise moins d’énergie et plus de matière. Cette décision reste du domaine économique parce qu’il faut tenir compte de la disponibilité relative des diverses ressources. La valeur économique ne pourrait se réduire à un seul élément physique, même si (7) était valable. Car cette valeur dépend aussi de la nature de nos besoins impératifs, de nos goûts acquis, et de l’effort de notre travail – éléments qui ne peuvent pas être identifiés à de simples transformations physiques.

1106. Pourtant, toute technologie est définie par une matrice de flux matériels comme celle que nous avons utilisée plus haut. Cette matrice montre que pour évaluer une technologie quelconque l’énergie nette ne suffit pas. Il faut tenir compte de l’énergie et de la matière en même temps. Tout ce que nous pouvons dire est si une technologie est accessible globalement ou non. Elle peut être inaccessible globalement par exemple, parce qu’elle nécessite une énorme quantité de matière pour produire l’énergie nécessaire à la production des organes exosomatiques choisis. C’est apparemment le cas de l’énergie solaire dans une technologie industrielle comme celle d’aujourd’hui et, peut-être, aussi des deux types d’énergies nucléaires. En effet, la quantité moyenne de matière nécessaire pour l’utilisation de l’énergie solaire ou de l’énergie nucléaire est beaucoup plus grande que celle nécessitée par les combustibles fossiles. Dans le cas de l’énergie solaire, il faut concentrer une intensité extrêmement faible ; dans le cas de l’énergie nucléaire, il faut, au contraire, empêcher une intensité mortelle de se répandre. En dehors de l’abondance minéralogique, l’Âge des combustibles fossiles jouit donc d’un autre grand avantage (qui ne semble pas avoir été relevé encore), l’avantage de nécessiter relativement peu de matière.

1117. La dot de l’humanité en basse entropie est composée de trois sources distinctes : (1) les flux de radiation reçue du soleil et d’énergie des marées, (2) le stock d’énergie terrestre disponible et accessible, comprenant les combustibles fossiles et nucléaires ainsi que l’énergie géothermique, (3) le stock terrestre de matière disponible et accessible. Entre ces trois sources il y a plusieurs asymétries qui méritent d’être soulignées.

  • 39 Heureusement qu’il en est ainsi. Sinon quelqu’un pourrait nous faire tous ou mourir de cancer de la (...)
  • 40 Un déboisement excessif peut, bien entendu, priver les générations futures d’une partie du bénéfice (...)

112En premier lieu, la quantité de radiation solaire qui tombe en moyenne sur un centimètre carré de la terre est une constante cosmologique que nous ne pouvons en aucun cas changer 39. Aucune génération ne peut donc priver les générations futures de leur revenu en énergie solaire40. Par contraste, le charbon, le fer ou tout autre minerai peuvent être consommés à notre gré. Et puisque l’énergie et la matière disponible ne peuvent être utilisées qu’une seule fois, le fer, par exemple, que nous employons aujourd’hui pour produire des Maserati, des Rolls Royce, des Cadillac, ou des Volga, signifie moins de socs de charrues pour certaines générations dans le lointain futur.

  • 41 À l’aide des surgénérateurs qui convertissent aussi les combustibles non fissibles, mais fertiles, (...)

113Une autre asymétrie existe entre les deux sources d’énergie. D’un côté, le flux de radiation solaire aux limites supérieures de notre atmosphère représente 100 Q par semaine, Q étant une unité astronomique d’énergie thermique, à savoir, Q = 1018 BTU, ou Q = 2,52 × 1030 calories. De l’autre côté, le stock de combustibles fossiles se monte d’après les estimations les plus optimistes à 200 Q seulement. Si on le brûlait avec l’intensité nécessaire, il produirait deux semaines seulement de rayonnement solaire. Et on peut en dire autant des combustibles nucléaires s’ils sont utilisés dans les réacteurs ordinaires41.

114Seulement la moitié à peu près de la radiation solaire arrive au niveau du sol ; mais même cette quantité représente plus de dix mille fois l’énergie totale consommée pendant le même temps dans le monde entier. De plus, le soleil brillera presqu’avec la même intensité, non pas pendant quelques semaines, mais pendant des millions d’années – entre quatre à cinq milliards.

115L’énergie solaire a d’autres avantages. Elle ne pollue d’aucune façon. Qu’on l’utilise ou non, son sort final est le même : la chaleur qui maintient l’équilibre thermodynamique a une température propice entre la Terre et l’espace sidéral. Mais du point de vue de l’activité industrielle, l’énergie solaire a aussi un grand inconvénient, qui, ainsi qu’on l’a vu plus haut, découle de son intensité extrêmement faible. Mais, en dépit de cet inconvénient, l’énergie solaire reste le seul bien qui peut être considéré comme un bien libre. Au contraire, l’entropie basse d’origine terrestre est un bien de grande rareté, un certain nombre d’éléments chimiques constituant de loin le plus pressant facteur écologique à la longue.

1168. La conclusion est évidente. Le premier commandement bioéconomique est de tâcher de remplacer l’énergie terrestre par l’énergie solaire toutes les fois que cela est possible. Dernièrement, l’idée est devenue partout le rêve de Recherche et Développement. Mais personne ne pense aussi à l’immense difficulté, peut-être l’impossibilité, de maintenir le niveau industriel présent à l’aide de l’énergie solaire seulement. Il n’est pas exclu que l’humanité entre dans un autre Âge du bois, différent, bien entendu, de l’ancien, mais substantiellement différent aussi de l’Âge des combustibles fossiles. S’il arrive, il amènera un grand degré de désurbanisation. Les gens ne produiront plus – ainsi qu’ils le font aujourd’hui – un supplément d’entropie haute par le fait qu’ils transportent les éléments et le bois dans les villes et les consomment là, loin du sol de la ferme et de la forêt qui les ont produits.

117Cela peut paraître étrange au premier abord, mais, au moins dans un cas extrêmement important, le progrès technique a marché contre le susdit commandement. L’agriculture organique qui dépend presqu’entièrement de l’énergie solaire a été remplacée par une agriculture mécanisée, qui en sus, utilise de plus en plus les types de céréales à haut rendement. Le prix de cette façon de « forcer » le sol à produire plus est un surplus énorme de dégradation d’énergie et de matière terrestres. On a dû l’introduire quand même pour pouvoir nourrir, tant bien que mal, une population qui semble croître sans fin. Il ne faut pas manquer d’observer aussi que 1’agriculture moderne en éliminant les meilleures cellules solaires qu’on connaisse aujourd’hui – les animaux de trait – a permis à l’homme de ne plus partager les produits de la terre avec ses anciens partenaires de travail.

118Nous avons ici un théorème dont l’aspect formel rappelle quelques théorèmes des sciences physico-chimiques. Au-delà d’une certaine taille de population globale, le coût en entropie basse terrestre pour maintenir une personne en vie croît avec la taille. On conçoit facilement qu’une population d’un milliard puisse se maintenir pendant un million d’années ; mais une population de mille milliards ne pourrait pas se maintenir pendant mille ans, quoique la quantité de vie, mesurée en homme-années, soit la même dans les deux cas.

1199. Divers auteurs ont suggéré que la terre pourrait nourrir même une population de cent milliards. Mais ils ne se sont pas demandé : « pour combien de temps ? ». Qu’on parle de la population maximum ou de la population optimale, on ne doit ignorer ni cette dernière question, ni notre théorème.

120La grandeur de la population est sujette à deux contraintes dans le temps. À tout moment, la capacité de la terre de nourrir une certaine population Pi(si) dépend non seulement de la surface cultivée, mais aussi de si, de la quantité d’entropie basse terrestre utilisée par tête d’habitant. Naturellement Pi(si) dépend de la technique utilisée dans l’année respective, i ; il y a aussi un maximum utile si, soit si0. Si S représente symboliquement le stock présent d’entropie basse terrestre, alors la quantité totale de vie de l’espèce humaine est :

0 Pi (Si) (8)

121sujette aux deux contraintes :

0 si Pi < S , Pi < Pi (si0) (9)

122La première est la contrainte des stocks terrestres, la seconde implique aussi le flux solaire. La durée de la vie de l’espèce est déterminée par (9) ; c’est un nombre N tel que Pi(si) = 0 pour tout i > N.

123On peut maintenant ajouter à (9) la condition représentée par tout critère d’optimalité. Parce que l’espèce humaine représente la merveille intellectuelle de l’existence terrestre et que normalement chacun devrait aimer, non seulement son voisin contemporain, mais aussi son « voisin » futur (c’est-à-dire l’espèce elle-même), un critère bioéconomique qui me semble tout-à-fait rationnel est celui de maximiser N. Cela implique que chaque population Pi doit être maintenue par une agriculture organique. Faute d’une percée technologique spectaculaire dans l’énergie nucléaire, cet objectif s’imposera, très probablement, sous la pression de la pénurie croissante des ressources fossiles.

12410. Le problème doit nous faire réaliser que la définition de l’économie politique omet un autre point que celui mentionné dans la section III. C’est que la définition ne précise pas que l’économie politique considère l’administration des ressources rares seulement pendant l’horizon économique d’une génération. Le problème bioéconomique, comme nous venons de le voir, concerne l’affectation des ressources dans l’intérêt, non pas d’une seule génération, mais de toutes les générations.

  • 42 Pour un échantillon convaincant, voir Barnett et Morse p.  240-241 ; Beckerman p. 337-338 ; Harry J (...)

125Quand les économistes standard se sont trouvés face à ce problème de l’affectation intergénération (sic), ils se sont retranchés derrière leur ancienne position avec un acharnement plus fort que jamais. L’un après l’autre, des économistes réputés ont soutenu que le mécanisme du marché, huilé ici et là afin que les prix soient « corrects », peut éliminer toute pénurie et par conséquent empêcher toute catastrophe écologique42. Dans l’histoire de la pensée économique, il n’y a pas de plus grande accumulation d’erreurs dans une bévue commise volontairement.

126Premièrement, les prix sont des éléments influencés par des facteurs locaux et transitoires, tels la structure des goûts, le système fiscal, la distribution des revenus ou des ressources naturelles. Que l’on pense à ce que serait le prix du pétrole aujourd’hui, si les gisements pétroliers étaient moins concentrés. Deuxièmement, pour que les prix du marché puissent servir de guide écologique, on doit connaître les prix « corrects » des ressources. Or les ressources, n’étant pas reproductibles et de ce fait n’ayant pas de coût de production, peuvent avoir seulement un prix établi aux enchères – comme c’est le cas de la Joconde de Léonard de Vinci, par exemple. C’est le principe préconisé par l’économie standard elle-même pour les biens non reproductibles. Seulement, il y a de nouveau une omission : les enchères doivent être ouvertes à tous ceux qui ont un rapport avec l’objet, sinon quelqu’un pourrait acheter la Joconde pour quelques francs seulement. Mais dans le cas des ressources, cette condition ne peut pas être remplie. Les générations futures, qui ont elles aussi le droit d’en avoir, ne peuvent pas être présentes pour participer aux enchères. Il faut que chaque génération pense pour celles qui lui succéderont.

12711. Les économistes standard prétendent que l’affectation optimale des ressources entre générations est accomplie par le mécanisme de l’intérêt sur les investissements. Mais il est évident que cela ne peut pas être vrai. L’horizon économique d’une personne, ainsi que le reconnaît Solow lui-même, n’est que de trente ans environ. Aucun conducteur ne peut tenir compte du fait qu’un pont a été balayé sur la route à cent kilomètres de distance, même s’il voit toujours cinq kilomètres devant lui.

128Il y a plus. Pour l’analyse de la distribution dans le temps d’un certain stock donné, les économistes ont dernièrement redécouvert une remarquable contribution d’économie mathématique écrite par Harold Hotelling presque cinquante ans auparavant. La solution de Hotelling est basée sur le principe commun de la théorie du consommateur individuel formulé par Jevons : l’individu sous-estime les utilités futures parce que (1) ces utilités sont incertaines, et (2) l’homme est myope. Mais ainsi que A. C. Pigou l’a admirablement relevé, l’individu rationnel ne devrait pas être myope : demain il aura faim exactement comme aujourd’hui. Il reste quand même les risques du futur pour justifier le fait que les quantités d’un stock donné affectées aux années futures, vont décroître avec le temps. Il y a une probabilité appréciable pour qu’un individu n’existe plus dans trente ans parce que l’individu est mortel.

129Mais ce qui est vrai pour un individu ne saurait être valable pour l’humanité entière, ni même pour une nation. L’humanité, si elle n’est pas immortelle, est quasi immortelle. Il s’ensuit un autre principe bioéconomique : dans toute politique bioéconomique, on ne doit sous-estimer les besoins d’aucune génération future.

13012. Il y a encore un autre principe bioéconomique qui s’oppose à un principe économique. Ce dernier est le principe bien connu selon lequel on doit toujours maximiser l’espérance mathématique de l’utilité (pour lequel Jacob Marschak s’est battu mieux que quiconque). Mais l’espérance mathématique peut être calculée seulement si on connaît les valeurs numériques des probabilités ainsi que les événements futurs eux-mêmes. Dans le cas de l’incertitude historique, pour laquelle nous ne pouvons établir aucune distribution quantitative, le principe qui doit nous conduire est celui de minimiser les regrets futurs. C’est précisément parce que dans le passé nous avons toujours essayé de maximiser la satisfaction courante que nos regrets sont aujourd’hui tellement amers, comme c’est évident, surtout aux États-Unis, où une grande partie des ressources pétrolières a été épuisée pour des satisfactions extravagantes sinon absurdes.

VII. Quelques observations finales

131Quelques recommandations émergent de l’analyse précédente. Il y aura certes ceux qui les considéreront trop simples pour être dignes d’attention. En premier lieu, ce seront ceux, qui, s’étant nourris pendant de longues années seulement de modèles ultra-complexes sans se soucier de leur valeur pratique, ne peuvent pas concevoir qu’il puisse y avoir des résultats importants qui ne s’expriment pas par des formules éblouissantes. Les mêmes recommandations ne seront pas du goût non plus de ceux qui soutiennent que « advienne que pourra, nous trouverons un moyen pour nous en sortir », parce que – dit Wilfred Beckerman – nous avons toujours fait comme ça depuis l’époque de Périclès. Ces derniers préféreraient que quelqu’un présente une découverte d’une nouvelle ressource abondante ou, au moins, un procédé pour utiliser les ressources courantes plus efficacement.

132La simplicité des recommandations présentées ici dérive du fait qu’elles sont basées, outre l’ABC bioéconomique, sur le plus simple et aussi le plus ancien principe économique. Dans toute situation où les ressources deviennent de plus en plus rares, une sage politique consiste à agir en premier lieu sur la demande.

133Cela ne veut pas dire qu’on doit arrêter tout effort pour découvrir un moyen « pour nous en sortir ». Mais la recommandation est une conséquence directe des deux dernières observations de la section précédente. Elle vise non pas seulement le sort des générations futures, mais aussi à éviter qu’une crise sans issue se produise trop tôt, et ainsi à minimiser nos regrets possibles. Car même les croyants dans le pouvoir infaillible de l’homme de toujours s’en sortir devraient reconnaître que la recommandation signifie plus de temps, donc plus de chance, pour découvrir un nouveau moyen effectif.

134Il faut, certainement, attendre qu’on découvre un isolant de la force de gravitation avant de compter sur des maisons sans escaliers et sans ascenseurs pour conserver l’énergie. Beaucoup de dispositifs énergétiques qu’on essaye de nous vendre aujourd’hui sont comme ces maisons. La publicité en est aidée par le fait que – même si nous n’allons pas assez loin pour dire que nous sommes prêts à établir une navette entre la Lune et la Terre – nous prenons souvent un succès de laboratoire pour un succès valable à l’échelle économique.

135Si nous regardons de plus près ce qui se passe autour de nous, nous allons découvrir qu’il y a beaucoup d’éléments qui justifient l’action sur la demande d’une façon plus directe encore, indépendamment de toute autre considération. Ainsi que l’a relevé Henri Guitton, la demande actuelle comprend également un énorme gaspillage.

136En tout premier lieu il y a le plus grand crime écologique. Aujourd’hui nous forgeons des socs de charrue qui appartiennent à des générations futures en « épées » présentes, capables d’anéantir toute vie sur cette planète. C’est pure hypocrisie de jurer qu’on ne fera jamais la guerre et de continuer à gaspiller des ressources dans la fabrication des armements avec même l’autorisation d’accords internationaux.

137Vient ensuite une série de gaspillages moins graves, mais gaspillages tout de même, dont les effets cumulatifs comptent énormément. Une bonne partie est le résultat du progrès technique. Une illustration aussi éclatante qu’ignorée est offerte par des objets contradictoires comme les golf-cars ou par des gadgets extravagants comme les automobiles qui nécessitent un garage double ou celles qui atteignent deux cents kilomètres à l’heure avant que l’allume- cigare ne devienne chaud. La liste est très longue : il y a sur-chauffage, sur-conditionnement d’air, sur-éclairage, sur-accélération et nombre d’autres « sur ». On ne doit pas oublier surtout la mode, cette maladie de l’esprit humain au dire de l’abbé Fernando Galliani (sic), qui nous oblige à jeter des objets encore parfaitement utilisables.

138Le progrès technique est également responsable du fait que la plupart des objets ne peuvent pas être réparés. C’est comme si on devait jeter une paire de souliers seulement parce qu’un lacet s’est cassé. Jeter est, dans tous les pays de Cocagne le plus haut but. Dans ces pays le progrès signifie « jeter le rasoir entier quand les lames sont émoussées », et leur économie du gaspillage est fondée sur « ni consigne, ni retour ».

139Finalement, le progrès technique a influencé aussi notre façon de regarder l’existence. Dans les pays développés surtout, nous souffrons de ce que j’ai appelé « le circumdrome de la machine à raser ». C’est que nous désirons nous raser vite dans le seul but d’avoir plus de temps pour dessiner une machine qui rase encore plus vite.

  • 43 Cf. William H. Miernyck 1976.

140Bien entendu, les solutions offertes par les économistes pour protéger les générations futures ainsi que l’environnement se rapportent aux prix. Mais, en dehors de ce qu’on a dit plus haut sur les prix, l’histoire ne laisse aucun droit d’appel sur cette idée. C’est justement le mécanisme du marché qui est responsable du déboisement souvent irréparable et de la pollution qui a envahi presque tout le globe. C’est le prix du pétrole pendant des années jusqu’en 1974 qui a écarté tout souci d’économie dans le dessin des automobiles et d’amélioration de la technologie du charbon43. Toutes ces actions anti-bioéconomiques ont été non seulement arrêtées mais aussi renversées, non pas à l’aide du marché, mais seulement par des réglementations quantitatives de l’exploitation et de la pollution. « L’épuiseur payeur » (sic) et le « pollueur payeur » sont des programmes absurdes. Les ressources in situ et la pollution irrémédiable n’ont pas de coût pour savoir ce qu’on doit payer. Des taxes sur les délits bioéconomiques favorisent ceux qui peuvent les payer. L’ineptie d’une telle politique bioéconomique saute aux yeux si on pense à la répression des crimes par des taxes. Ce serait certainement alors que le crime payerait gros.

  • 44 Il y a peu de doute que cela arrivera, si l’humanité veut bien s’épargner une guerre mondiale total (...)

141La seule solution raisonnable est un double barrage de contrôle, un contrôle sur des flux de ES et MS, et un contrôle sur les flux de ED, MD et D (de la matrice de multiprocessus I). Le premier aura comme but de restreindre l’épuisement des ressources au niveau juste nécessaire ; le second, qui sera plutôt qualitatif, tendra à empêcher la pollution abusive. Il est évident que pour le premier but les ressources terrestres doivent être mises sous un contrôle unique, c’est-à-dire qu’elles doivent être mondialisées – l’extension de la nationalisation44.

142À l’intérieur du circuit de la matière et de l’énergie d’un barrage à l’autre, on doit, j’estime, laisser le marché se charger de la distribution de ces ressources. Car dans ce cas, il ne saurait être question que d’une distribution à l’intérieur d’une seule génération. Et pour cette opération, le marché (s’il est suffisamment surveillé) est supérieur à tout ordinateur.

143Deux autres points cruciaux ne doivent pas être ignorés pour le tableau complet de ce programme.

144Tout auteur qui n’a pas de parti pris sur cette question doit convenir, ainsi que nous l’avons vu, que la grandeur de la population influe substantiellement sur le gaspillage. La population du globe doit arriver à un niveau où elle puisse être nourrie d’une manière adéquate par une agriculture organique seulement. Mais une politique démographique est beaucoup plus urgente dans les pays surpeuplés pour alléger leur sort. Ceux qui nient l’effet de la surpopulation devraient penser au fait suivant, presqu’incroyable : si la population des États-Unis était aussi dense qu’au Bangladesh, elle se monterait à cinq milliards d’habitants – un milliard de plus que la population actuelle du globe.

145Le second point est presque toujours opposé au précédent dans les controverses idéologiques autour de la cause de la pauvreté dans le monde. Il concerne l’inégalité exosomatique immense entre les pays riches et les pays pauvres. Sans atténuer sensiblement ce gradient, on ne peut pas compter sur le rôle du marché mentionné quelques lignes plus haut. Un certain nivellement du standard de vie de l’humanité par une redistribution des moyens de production est tout aussi impératif que la réduction de la pression démographique. La première étape serait d’aider les pays en détresse d’une manière réellement efficace pour qu’ils puissent au moins produire eux-mêmes la nourriture et les articles de stricte nécessité. Le programme doit être : « des usines, et non pas des aliments, pour les affamés ».

146Toutes ces recommandations peuvent paraître, dans une mesure variable, utopiques. Ce sont certainement de dures mesures, car il semble improbable que les gens renoncent facilement à leurs vices engendrés par l’existence exosomatique, ni pour le bénéfice de leurs semblables futurs, ni même dans une mesure suffisante pour celui de leurs semblables contemporains. En ce qui concerne le caractère utopique, je voudrais observer que seules des idées utopiques ont fait avancer le bien-être humain. Que l’on pense aux idées qui furent utopiques en leur temps – à l’idée d’aimer son voisin comme soi-même, de libérer les esclaves et les serfs, de ne forcer personne à travailler plus de quarante heures par semaine, d’élire les représentants du pouvoir public, de nationaliser les entreprises étrangères et locales et ainsi de suite. Ce qui montre que, ainsi que Oswald Spengler l’a remarqué, « une tâche dont la nécessité est imposée par l’histoire sera accomplie, que ce soit avec nous ou contre nous ». Je suis convaincu que cela sera le cas aussi pour le programme bioéconomique.

Bibliographie

Barnett Harold J. et Morse Chandler, 1963, Scarcity and Growth, Baltimore, Johns Hopkins Press.

Baumol William J., 1970, Economic Dynamics, 3e éd., New York, MacMillan.

Beckerman Wilfred, 1972, « Economists, Scientists, and Environmental Catastrophe », Oxford Economic Papers, novembre, p. 327-344.

Boulding Kenneth, 1966, « The Economics of the Coming Spaceship Earth », Environmental Quality in a Growth Economy, J. Jarret éd., Baltimore, Johns Hopkins Press.

Bridgman Percy Williams, 1955, Reflexions of a Physicist, New York, Philosophical Society.

Brown Harrison, Bonner James, Wein John, 1957, The Next Hundred Years, New York, Viking Press.

Cloud Preston, 1971, « Mineral Resources in Fact and Faney », Environment : Resources, Pollution and Society, W.W. Murdoch éd., Stamford, Sinauer.
— 1977, « Entropy, Materials, and Posterity », communication au Congrès de la Geologische Vereiningung, RFA, février.

Commoner Barry, 1971, The Closing Cycle, New York, Knopf.
— 1976, The Poverty of Power, New York, Knopf.

Cottrell W. Frederick, 1955, Energy and Society, New York, MacGraw-Hill.

Daly Herman, 1973, Toward a Steady-State Economy, San Francisco, W. H. Freeman.

Einstein Alfred, Infeld Leopold, 1963, L’évolution des idées en physique des premiers concepts aux théories de la relativité et des quanta, Paris, Payot.

Fer Francis, 1977, L’irréversibilité, fondement de la stabilité du monde physique, Paris, Gauthiers-Villars.

Georgescu-Roegen Nicholas, 1965, « Process in Farming versus Process in Manufacturing », conférence de l’Association internationale de sciences économiques, Rome.
— 1969, La science économique : ses problèmes et ses difficultés, Paris, Dunod.
— 1970, « The Entropy Law and the Economic Problem », Distinguished Lecture Series, no 1, Alabama University.
— 1971, The Entropy Law and the Economic Process, Cambridge, Harvard University Press.
— 1976a, « A Different Viewpoint », communication au Congrès de l’AAAS, Boston, février.
— 1976b, Energy and Economic Myths, New York, Pergamon Press.
— 1977a, « What Thermodynamics and Biology Can Teach Economists », Atlantic Economic Journal, vol. V, mars, p. 13-21.
— 1977b, « The Steady State and Ecological Salvation : A Thermodynamic Analysis », Bio-Science, vol. XXVII, avril, p. 266-270.
— 1977c, « Letter to the Editor », Bio-Science, vol. XXVII, décembre, p. 771.
— 1977d, « Inequality, Limits and Growth from a Bioeconomic Viewpoint », Review of Social Economy, vol. XXXV, décembre, p. 361-375.

Gibbs J. Willard, 1948, « On Equilibrium of Heterogeneous Substances », The Collected Works of J. Willard Gibbs, vol. 1, New Haven, Yale University Press.

Grinevald Jacques, 1976, « La révolution Carnotienne, thermodynamique, économie et idéologie », Revue européenne des sciences sociales, vol. XXI, p. 39-79.

Haar D. ter, 1959, « The Quantum Nature of Matter and Radiation », Turning Points in Physics, R. J. Blin-Stoyle éd., Amsterdam, North-Holland.

Hotelling Harold, 1931, « The Economics of Exhaustible Resources », Journal of Political Economy, mars-avril, p. 137-175.

Jevons W. Stanley, 1909, La théorie de l’économie politique, Paris, Giard et Brière.

Johnson Harry G., 1973, Man and his Environment, Londres, The British-North American Committee.

Kaysen Karl, 1972, « The Computer that Printed out W*O*L*F », Foreign Affairs, juillet, p. 660-668.

Landsberg Hans H., 1975, « Growth and Resources », Mineral Resources and Environment, appendice I, Washington, National Académie of Sciences.

Marschak Jacob, 1951, « Why ‘Should’ Statisticians and Businessmen Maximize Moral Expectation ? », Proceedings of the Second Berkeley Symposium on Mathematical Statistics and Probability, Berkeley, University of California Press.

Meadows Donella H. et al., 1972, The Limits to Growth, New York, Universe Books.

Mill James, 1844, Elements of Political Economy, 3e éd., Londres, Bohn.

Odum Howard T., 1973, « Energy, Ecology and Economics », Ambio, vol. II, p. 220-227.

Pigou Arthur C., 1924, Welfare Economics, Londres, MacMillan.

Planck Max, 1913, Leçons de thermodynamique, Paris, Hermann.

Prigogine Ilya, 1968, Introduction à la thermodynamique des processus irréversibles, Paris, Dunod.
— 1974, « Entropie et dynamique », Entropie, mai-juin, p. 5-11.

Silver Robert S., 1971, An Introduction to Thermodynamics, Cambridge, The University Press.

Solow Robert M., 1973, « Is the End of the World at Hand », Challenge, mars-avril, p. 39-50.
— 1974, « The Economics of Resources and the Resources of Economics », American Economic Review, mai, p. 1-14.

Taylor Theodore B., 1975, « Environmental Limits to Technological Activity Within the Earth’s Biosphere », Mineral Resources and Environment, appendice I, Washington, National Académie of Science.

Wallich Henry C., « How to Live with Economic Growth », Fortune, octobre, p. 115-122.

Notes

1 Je tiens spécialement à exprimer ici ma sincère gratitude à M. Jean-Alain Héraud pour sa dévouée et patiente collaboration pour la rédaction de ce texte et pour beaucoup de suggestions utiles.

2 Ce terme pour décrire ma vision de la nature du processus économique m’a été suggéré par Jiří Zeman. (Voir mon article « Bio-Economic Aspects of Entropy », Entropy and Information in Science and Philosophy, J. Zeman éd., Amsterdam, Elsevier, 1975, ainsi que mon volume, Energy and Economic Myths, p. 25.) Ultérieurement, j’ai appris par un article de H. Scott Gordon, « The Economic Theory of a Common-Property Resource : The Fishery », Journal of Political Economy, vol. LXII, 1954, p. 124-142, que le biologiste russe T. I. Baranoff avait employé « bioéconomique » déjà en 1925 (et probablement pour la première fois). Mais Baranoff entendait par ce terme une analyse économique de certains phénomènes biologiques et non la conception du processus économique comme une extension de l’évolution biologique.

3 Georgescu-Roegen 1969, p. 93 ; 1971, p. 208-210 ; 1976b, p. 5.

4 Donc, toute théorie économique qui ne tient pas compte de cette circularité ne peut pas représenter fidèlement la réalité économique. Georgescu-Roegen 1969, p. 118 ; 1971, p. 332.

5 Pour une analyse plus détaillée du fait que la classe des gouverneurs est aussi la classe privilégiée, voir Georgescu-Roegen 1971 ; 1977d, où une théorie de la circulation des élites (différentes de celle de Vilfredo Pareto) est établie sur des bases objectives de l’évolution exosomatique.

6 Notons cet aspect vraiment curieux : le radium contredirait alors la loi de l’entropie (dont je parlerai plus bas), la loi qui doit beaucoup aux travaux de Lord Kelvin lui-même.

7 Georgescu-Roegen 1976b. Voir aussi Infra, note 25.

8 Einstein et Infeld 1963 ; ter Haar 1959.

9 Pourtant sans aucun succès, ainsi que le montre pleinement la thermodynamique « statistique ». Infra, note 25.

10 Pour quelques références significatives, voir Georgescu-Roegen 1976b, p. 4, 60.

11 Pour citer un exemple éloquent (parce que l’auteur en question est un économiste distingué), W. J. Baumol (1970) a qualifié de « vagues et impressionnistes » les œuvres de Karl Marx et Joseph A. Schumpeter.

12 Voir les articles de E. Mendoza et de Arthur Birembaut dans le volume commémoratif : Sadi Carnot et l’essor de la thermodynamique, Paris, CNRS, 1976. Pour une analyse de la place des idées de Carnot dans l’évolution de la pensée scientifique et philosophique ainsi que du passage de la technologie hydrologique à celle du vapeur, voir l’admirable essai de Jacques Grinevald (1976).

13 Fait très curieux, six ans seulement auparavant Jevons avait exposé ses appréhensions sur l’épuisement possible du charbon de l’Angleterre, dans un ouvrage assez volumineux et bien argumenté : The Coal Question.

14 Georgescu-Roegen 1969 ; 1971.

15 Georgescu-Roegen 1969 ; 1971 ; 1977a.

16 Par exemple, Barry Commoner 1976 et Robert Solow 1974.

17 Georgescu-Roegen 1976a ; 1977b. En dehors de l’univers entier, aucun autre système ne peut être qu’approximativement isolé ; il suffit de penser au nombre astronomique de neutrinos qui traverse notre planète sans la moindre difficulté. Notons aussi qu’un système est ouvert lorsqu’il peut échanger de l’énergie et aussi de la matière avec l’extérieur. Les systèmes dissipatifs étudiés par l’école de Prigogine sont surtout des systèmes ouverts et stationnaires, c’est-à-dire qui restent identiques à eux-mêmes dans le temps. Pour des raisons évidentes, un système qui échange seulement de la matière est impossible.

18 Comme on le voit, cette distinction a une racine évidemment anthropomorphique, ce qui constitue la raison du lien étroit entre la thermodynamique et la biologie. Pour cette raison des puristes on nié, à tort, à la thermodynamique le statut de science physique. Il n’y a pas de science humaine qui ne sente l’anthropomorphisme.

19 L’image du sablier montre ce qui se passe dans l’univers d’une façon plus saisissante, je crois, que la fameuse « flèche du temps » proposée par A. S. Eddington.

20 Lord Kelvin qui le premier a parlé du fait que l’énergie ne disparaît pas, qu’elle devient seulement non-disponible, a préféré ne pas faire appel au concept d’entropie. Un autre savant célèbre, Walter H. Nernst, en a fait autant dans son fameux traité de théorie chimique.

21 Cet énoncé omet le point crucial que la dégradation entropique a lieu dans le sens même du flot de notre conscience. Sans cette précision, l’expression « croît constamment » n’est pas opérationnelle. Il est donc curieux d’entendre dire souvent que le temps n’intervient pas du tout dans la thermodynamique. Ceci n’est vrai que pour les mouvements réversibles (mais fictifs) sur lesquels la théorie thermodynamique est édifiée. La vérité est que c’est dans une thermodynamique des systèmes plus proches de la réalité que le temps revêt sa caractéristique unique.

22 Cf. Georgescu-Roegen 1971.

23 Cette idée remonte au moins à Ludwig Boltzmann. Mais c’est Henri Bergson qui l’a présentée d’une manière plus articulée en soutenant que la vie est caractérisée par sa tendance à s’opposer à la dégradation entropique de la matière inerte. L’accusation de mysticisme ridicule, portée surtout par les Anglo-Saxons, est mal tombée lorsque plus tard l’autorité de Erwin Schrödinger vint justifier l’idée de Bergson en termes physiques. Il est utile d’ajouter que l’activité des organismes biologiques a toujours intrigué quelques-uns des plus grands esprits scientifiques. Herman Helmoltz pensait que la loi de l’entropie ne s’appliquerait pas à de tels organismes. Et Lord Kelvin a excepté tout système vivant dans son premier énoncé de cette loi. Pour des détails voir Georgescu-Roegen 1969, p. 82-84 et surtout 1971, p. 187-195.

24 C’est moi qui souligne.

25 Voir, par exemple, l’ouvrage qui fait autorité : Max Planck, Leçons de thermodynamique.

26 Notons que selon la thermodynamique statistique – qui est un mélange incongru de la mécanique newtonienne avec une notion mal définie de probabilité – la régénération de l’entropie basse ne serait pas impossible, mais seulement très peu probable. L’événement étant possible, on pourrait alors le produire presqu’à volonté par un truc de tricheur, Georgescu-Roegen 1976b, p. 15. C’est ce que P. W. Bridgman a dénoncé comme le rêve d’une contrebande d’entropie. Contre la critique que j’ai faite à l’interprétation statistique, en ajoutant des détails nouveaux aux arguments de Loschmidt, Zermelo et Poincaré, on a invoqué, non pas des contre-arguments, mais ce qu’on lit dans les manuels scolaires. (E. g., R. Schlegel, Journal of Economic Issues, vol. VII, 1973, p. 475-481.) Tout récemment, un autre physicien a dit sans façon que je suis « just plain wrong ». Pour se justifier il ne fait que mentionner les noms de Boltzmann, Gibbs et David Hilbert (P. L. Auer dans Prospects for Growth, K. D. Wilson éd., Praeger, 1977). Évidemment, il n’est pas allé au-delà des manuels scolaires élémentaires pour apprendre ce que les autres géants de la science ont dit sur ce sujet. Il y a Prigogine lui-même qui doit alors être « just plain wrong », parce que, dans ces derniers travaux qui lui ont valu le prix Nobel, il maintient également que le schéma statistique est contradictoire. François (sic) Fer va même plus loin que Prigogine.

27 Georgescu-Roegen 1969, p. 77 ; 1971, p. 142.

28 Georgescu-Roegen 1969, p. 96 ; 1971, p. 278.

29 Du fait que c, la vitesse de la lumière, est très grand, la perte de masse par conversion en énergie est à peine mesurable pour les combustibles ordinaires. C’est une infime fraction de 1 % pour la dynamite, mais presque 1 % pour le plutonium. À l’échelle du soleil, pourtant, une masse de quatre millions de tonnes est transformée en énergie chaque seconde !

30 Pour ce mode de représentation analytique voir Georgescu-Roegen 1971, chap. ix ; 1977b.

31 Le fonds F3 se maintient de lui-même, comme le fonds de marteaux qui dans un processus (K) martèleraient des marteaux (ce qui rappelle la production circulaire du capital mentionnée plus haut).

32 Cette loi rappelle l’idée, si souvent invoquée dans les applications de la probabilité, selon laquelle un événement de probabilité plus petite qu’un certain quantum ne se produit jamais – idée qui est tout à fait illogique : Georgescu-Roegen 1971, Appendice F. Dans le présent cas, cependant, l’existence d’une teneur minimum pour laquelle l’extraction est possible ne rencontre aucun obstacle. Il faut quand même reconnaître qu’il s’agit d’un seuil dialectique, analogue à d’autres seuils, comme celui qui sépare les microstructures des macrostructures non seulement en économie mais aussi en physique.

33 Puisqu’en anglais on parle de garbage et de junk, j’ai proposé le terme « garbojunk » pour ce qu’on peut recycler.

34 En dehors des lois déjà mentionnées dans la section précédente, il y en a encore deux. La troisième loi dit qu’on ne peut avoir un système isolé tel que toute énergie soit disponible (se trouve dans la moitié supérieure du sablier). L’autre loi, celle de la transitivité de l’équilibre thermodynamique, a été nommée « la loi zéro », parce que sa nature est plus fondamentale que les autres lois qui étaient déjà étiquetées quand sa nécessité fut reconnue. La quatrième loi est, en fait, la cinquième.

35 J’ai énoncé cette loi pour la première fois en février 1976, dans une communication au congrès de l’Association américaine pour l’avancement de la science. Georgescu-Roegen 1976a ; voir aussi Georgescu-Roegen 1977b. Notons que cette loi ne doit pas être confondue avec la loi de Clausius concernant le maximum de l’entropie d’énergie dans un système isolé.

36 Preston Cloud, une haute autorité en minéralogie, a depuis longtemps attiré l’attention sur l’effet irréparable de l’épuisement continuel de certains minerais.

37 Georgescu-Roegen 1976b ; 1977c.

38 Le groupe de Meadows a aussi recommandé l’état stationnaire comme la solution écologique.

39 Heureusement qu’il en est ainsi. Sinon quelqu’un pourrait nous faire tous ou mourir de cancer de la peau ou périr dans un immense glacier.

40 Un déboisement excessif peut, bien entendu, priver les générations futures d’une partie du bénéfice de l’énergie solaire.

41 À l’aide des surgénérateurs qui convertissent aussi les combustibles non fissibles, mais fertiles, en énergie thermique, on peut beaucoup augmenter ce bénéfice. C’est ce qu’on démonte au moins sur le papier. En tout cas, le contrat Faustien avec le plutonium comporte des risques biologiques et sociaux incalculables. Quant au contrôle de la fusion, même les avocats les plus fervents de l’idée – comme Edward Teller, par exemple – ne le considère plus comme réalisable dans le proche futur.

42 Pour un échantillon convaincant, voir Barnett et Morse p.  240-241 ; Beckerman p. 337-338 ; Harry Johnson ; Kaysen p. 553, 665 ; Solow 1973, p. 46-47 ; Wallich.

43 Cf. William H. Miernyck 1976.

44 Il y a peu de doute que cela arrivera, si l’humanité veut bien s’épargner une guerre mondiale totale. J’ai suggéré la nécessité de la mondialisation à la conférence de Dal Dong sur l’environnement (Stockholm, 1972). (À cette occasion j’ai même inventé le terme anglais « worldisation », qui, bien qu’assez gauche, a commencé à circuler.) Mais cette suggestion est restée sans écho, comme c’est arrivé à une autre de mes idées. Cette dernière concernait l’abolition des passeports. Voir Georgescu-Roegen 1976b, p. 34.

Table des illustrations

Titre Figure 1
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/2302/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 30k
Titre Figure 2
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/2302/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 29k
Titre I. – Le multi-processus de l’économie globale
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/2302/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 137k

Auteur

Faculté des sciences économiques de l’université Louis-Pasteur de Strasbourg.

© ENS Éditions, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search