Version classiqueVersion mobile

Nicholas Georgescu-Roegen, pour une révolution bioéconomique

 | 
Antoine Missemer

Nicholas Georgescu-Roegen, pour une révolution bioéconomique

3. Halte à la (dé)croissance

Texte intégral

1En choisissant d’intituler le rapport Meadows, dans sa version française, « Halte à la croissance », les éditions Fayard ont créé en 1972 un séisme médiatique et ont donné naissance à de nombreuses contributions, en marge desquelles on trouve une partie des écrits de Nicholas Georgescu-Roegen. Les suites données au premier rapport du Club de Rome et les ambitions bioéconomiques ont pourtant connu des destinées parallèles. Le débat sur la croissance, fer de lance de l’écologie politique radicale, n’est pas le débat bioéconomique. L’ampleur des sujets abordés par Georgescu-Roegen, aussi bien sur le terrain théorique que pratique, en témoigne.

2L’appel à une révolution bioéconomique connaît des héritages nombreux et hétérogènes. L’ambition de son initiateur était d’abord de voir se produire un basculement général de paradigme, une métamorphose complète des manières de concevoir la science économique, et les processus de production et de consommation au quotidien. L’idée n’était donc pas, à l’origine, de former une école de pensée, mais de convaincre ses collègues conventionnels, avec qui il avait travaillé pendant des années, qu’un changement de perspective était nécessaire. Un temps écouté avec curiosité, Georgescu-Roegen s’est vu peu à peu isolé de ses pairs, qui ne croyaient pas véritablement aux scénarios sombres que l’approche bioéconomique véhiculait. L’économie de l’environnement conventionnelle ne s’est pour autant pas complètement désintéressée de la bioéconomie, elle a simplement procédé d’un amendement modeste qui ne l’empêche pas de prêter le flanc à la critique (section 1). Puisque la révolution bioéconomique globale ne se produisait pas, les disciples de Georgescu-Roegen se sont peu à peu organisés et ont fondé un vaste courant connu aujourd’hui sous l’appellation d’économie écologique (ecological economics). Les économistes écologiques forment une coalition très éparse. Partiellement rejetés par leur inspirateur, comme nous le verrons, ils ont pris plusieurs années à trouver leur légitimité pour asseoir une vision alternative de la science économique, à côté de la méthodologie habituellement usitée pour gérer les problématiques environnementales (section 2). Reste toute une catégorie d’héritiers de la bioéconomie qui peinent à trouver une place dans le débat académique, bien que leur message soit audible sur la scène citoyenne. L’écologie radicale, dans ses formes ouvertes au dialogue comme dans ses formes extrêmes (deep ecology), revendique une filiation bioéconomique, et situe Georgescu-Roegen comme un pionnier incontestable du courant de la décroissance. Comme nous l’avons esquissé, le débat sur la décroissance est plus récent qu’il n’y paraît. Et cette filiation fait plus figure de coup de force interprétatif que de vérité transparente. C’est sans doute parce que le monde académique n’a pas reconnu à sa juste valeur l’importance des défis épistémologiques et analytiques révélés par la perspective bioéconomique, que Georgescu-Roegen a fait l’objet d’une certaine récupération radicale que lui-même a pu alimenter à la fin de sa carrière. Le débat dont il est question ici n’est pas totalement étranger aux questions bioéconomiques, mais il ne doit pas prendre l’apparence d’une interprétation incontestée. Peut-être est-il enfin temps de ne plus associer Nicholas Georgescu-Roegen aux revendications des défenseurs de la décroissance (section 3).

Un dialogue difficile avec l’économie conventionnelle

3Dès ses premiers travaux d’économiste menés à Harvard dans les années 1930, Georgescu-Roegen a entretenu des rapports ambigus avec la méthodologie standard de la science économique (réductionnisme, optimisation mathématique, hypothèse de rationalité). Lorsqu’il apporte ses dernières retouches au paradigme bioéconomique, au tournant des années 1970 et 1980, cette ambiguïté n’a pas disparu. D’un côté, Georgescu-Roegen considère qu’une réforme globale de la discipline économique est nécessaire, à travers l’usage de nouveaux référents scientifiques : la biologie évolutionniste et la thermodynamique classique. Cette réforme lui semble être à mener de l’intérieur. L’ouvrage fondamental qu’il signe en 1971 s’inscrit dans ce désir de convaincre ses collègues qu’un changement de perspective est à opérer (Georgescu-Roegen 1971). D’un autre côté, il est parfaitement conscient d’être en marge des pratiques habituelles. Au fil des années, sans doute après la publication d’Analytical Economics en 1966, il perçoit que son destin de chercheur sera bel et bien différent de ce que l’on pouvait attendre de lui lorsqu’il est arrivé aux États-Unis. Dès 1970, il se définit alors comme un « économiste non orthodoxe » (Georgescu-Roegen 1970, p. 50). Connaissant parfaitement la méthodologie néoclassique, il se trouve à la fois dans et hors de la profession, ce qui le place en quelque sorte en décalage par rapport aux débats passionnés que suscite alors la publication du rapport Meadows, bien qu’il ait été parfois partie prenante de ces débats (Levallois 2010). L’économie de l’environnement conventionnelle, qui naît sous ses traits modernes dans les années 1970, ne reste pas totalement indifférente aux conseils bioéconomiques. Elle reconnaît par exemple la problématique de la finitude du monde, c’est-à-dire le premier principe de la thermodynamique stipulant l’existence d’une quantité finie d’énergie à la disposition de l’activité économique. Mais elle refuse d’accorder une importance trop forte au deuxième principe de la thermodynamique, à savoir la loi de l’entropie (Söllner 1997, p. 182). C’est bien là que se situe le principal problème pour Georgescu-Roegen. La science économique ne peut se limiter à une prise en considération partielle des enseignements des sciences naturelles, au risque de voir sa prétention de scientificité s’effacer d’elle-même. L’économie se doit de changer, et de ne plus considérer le progrès technique comme le seul remède à tous les maux environnementaux (Georgescu-Roegen 1978b, p. 108, 113). Elle doit aussi tenir compte des générations futures dans ses calculs d’allocation (Petit 1997, p. 404). Ces recommandations sont de plus en plus intégrées dans la perspective communément adoptée. Les débats sur le taux d’actualisation, instrument permettant de tenir compte du futur lointain, en sont le signe (Touffut 2010, p. 53-54). Mais le dialogue entre les courants est souvent resté difficile. Dans un échange indirect orchestré par Herman Daly en 1997, à l’occasion d’un numéro spécial de la revue Ecological Economics, les arguments bioéconomiques de Georgescu-Roegen sont confrontés aux arguments plus conventionnels de deux fondateurs de la perspective environnementale contemporaine : Robert Solow et Joseph Stiglitz. Tandis que Daly se fait l’avocat des arguments de Georgescu-Roegen (Daly 1997a ; 1997b), en insistant sur le problème de l’entropie, sur la faiblesse de l’hypothèse de rationalité, sur l’impossibilité de substitution des facteurs de production, Solow et Stiglitz adoptent une position stricte en réaffirmant leur confiance dans les modèles économiques standard et en mettant en doute l’ampleur des réformes souhaitées par Georgescu-Roegen (Solow 1997 ; Stiglitz 1997). Il en résulte des échanges assez houleux, où les deux défenseurs de la perspective dominante adoptent une plume plutôt saillante :

La prose du Dr. Daly tend à se dissoudre en permanence dans un dense nuage de vertu. Il m’est donc très difficile de répondre rationnellement à son exposé. […] Je dresse ici quelques réponses télégraphiques aux questions pour lesquelles le Dr. Daly pense pouvoir lever une armée d’étudiants (que j’accueillerai les bras ouverts s’ils souhaitent apprendre un peu d’économie). (Solow 1997, p. 267-268)

Finalement, nous espérons avoir évoqué ici quelques points essentiels, en utilisant moins d’arbres et de ressources naturelles que Daly avec son article de quinze pages. (Stiglitz 1997, p. 270)

4Cet échange anecdotique met en évidence le difficile dialogue entre perspective conventionnelle et perspective bioéconomique. Il serait erroné de croire que ces difficultés sont le fruit d’un simple rejet de la part des économistes néoclassiques des réformes proposées par Georgescu-Roegen. Il est en effet arrivé que Georgescu-Roegen envenime lui aussi les discussions lorsque certains de ses collègues n’adoptaient pas le même point de vue que le sien, même s’il leur trouvait l’excuse de ne pas connaître grand-chose à la physique (Georgescu-Roegen 1989, p. 166). L’héritage de la bioéconomie dans le champ standard n’est donc pas véritablement visible, si ce n’est indirectement, dans l’étude des problématiques écologiques. L’intégration du temps dans les raisonnements (Gowdy et O’Hara 1997, p. 243), ou la nécessaire prise en considération conjointe de l’économie des ressources naturelles et de l’économie des externalités (Söllner 1997, p. 180), sont des idées qui font leur chemin, mais qui ne sont pas encore devenues des préalables indispensables à tout traitement économique des questions écologiques. En réalité, l’héritage bioéconomique dans les théories néoclassiques paraît bien plus important, au moins dans les intentions, lorsque l’on observe les réflexions actuelles sur les outils communs et méthodes générales de l’analyse économique.

5L’intérêt porté par l’économie conventionnelle aux travaux de Georgescu-Roegen porte essentiellement sur les propositions pré-bioéconomiques que celui-ci a formulées, dans la première partie de sa carrière. La question de la contingence institutionnelle des outils analytiques mobilisés entre dans ce cadre, de la même manière que la mise en évidence des faiblesses empiriques de la théorie microéconomique du consommateur (Georgescu-Roegen 1936 ; Maneschi et Zamagni 1997, p. 700). L’exemple le plus marquant de cet intérêt des économistes conventionnels pour les propositions premières de Georgescu-Roegen est à relier à l’attitude de Paul Samuelson. Auteur de l’avant-propos d’Analytical Economics en 1966, Samuelson a longtemps souligné que les principaux apports de Georgescu-Roegen à la théorie économique reposaient sur les réformes épistémologiques qu’il esquissait bien avant de s’attacher aux questions de bioéconomie (Bonaiuti 2011, p. 13). Pour Samuelson, ces réformes internes, visant à ouvrir l’analyse économique aux préoccupations qualitatives, évolutives et différenciées selon les cadres institutionnels, constituaient des défis bien plus grands que ce que le débat écologique présente comme incommensurable. L’alliance des concepts arithmomorphiques et dialectiques lui paraissait être une démarche ambitieuse sur le plan méthodologique, et visionnaire pour légitimer le caractère scientifique de la discipline économique (Samuelson 1966, p. vii-ix). Cette appropriation partielle des enseignements de Georgescu-Roegen pose pourtant un problème logique. Comme nous avons tenté de le montrer jusqu’à présent, les différentes contributions de Georgescu-Roegen constitue un édifice cohérent, chaque élément constituant une pierre indispensable à l’architecture du paradigme d’ensemble. L’attachement manifesté par Georgescu-Roegen aux questions écologiques, à partir de la fin des années 1960, n’est pas dû à de l’opportunisme ou à un changement soudain de programme de recherche. Comme nous l’avons vu, il s’agit plutôt d’une conséquence logique de ses travaux antérieurs. En choisissant de déplacer les référents scientifiques de l’économie pour mieux tenir compte de la réalité du monde, le paradigme bioéconomique donne forcément une place nouvelle à l’environnement dans la réflexion économique. La finitude terrestre est consubstantielle aux principes thermodynamiques qui doivent guider l’épistémologie économique. Étudier le monde sous un angle bioéconomique est donc une conséquence incontournable des réformes qui sont habituellement présentées comme pré-bioéconomiques. En s’attachant, de manière encore très modeste, à observer les propositions de Georgescu-Roegen concernant l’usage des outils analytiques en vigueur, les économistes conventionnels franchissent une première étape dans l’ensemble des réformes à mener. Georgescu-Roegen devait cependant admettre que ce n’était pas dans le camp majoritaire que ses propositions allaient trouver le plus d’écho.

Des rapports ambigus avec l’économie écologique

6Rejeté par certains, Georgescu-Roegen a été élevé au rang de génie par d’autres, en étant présenté parfois comme le « Galilée de notre temps » (Grinevald 2006, p. 149). En donnant naissance, sans le vouloir, à un vaste courant dit de l’économie écologique (ecological economics), Georgescu-Roegen a laissé une postérité nombreuse qui trouve sa place dans les débats académiques. L’économie écologique construit son analyse dans une tradition ancienne (Røpke 2004, p. 297 ; Vivien 1994, p. 39-42). Elle s’organise à la fin des années 1980, avec la création de l’International Society for Ecological Economics (ISEE), autour notamment de Robert Costanza, Herman Daly ou encore Joan Martinez-Alier ; et se dote d’une revue académique, Ecological Economics, dont le premier numéro paraît en 1989 (Røpke 2004, p. 308-309). Inspirée des travaux de Georgescu-Roegen, mais aussi de ceux de Boulding, Holling, ou encore Odum (Bayon et al. 2012, p. 40 ; Douai et Vivien 2009, p. 129-130 ; Røpke 2005, p. 285), l’économie écologique construit son corpus à partir du refus de deux monismes : le monisme économique et le monisme écologique (Vivien 1994, p. 90). Alors que le monisme économique a tendance à ignorer la vraie nature – qualitative, évolutive et soumise à l’environnement – des processus, le monisme écologique repose sur une vision du monde éco-centrée où l’humain n’a pas plus d’importance que tout autre organisme vivant. Ces deux positions, qui constituent des extrêmes, ne peuvent fournir une lecture judicieuse des enjeux environnementaux. Une démarche transdisciplinaire, inspirée de la démarche bioéconomique, semble indispensable (Røpke 2005, p. 267). La constitution du courant de l’économie écologique a donné une nouvelle vigueur aux débats bioéconomiques qui avaient tendance à s’effacer dans les années 1980, Georgescu-Roegen disposant de moins en moins de soutien dans les milieux académiques (Bonaiuti 2011, p. 28). Cette santé renouvelée s’est alors grandement exprimée dans les années 1990, et Ecological Economics est ainsi devenue une revue de premier plan dans les études environnementales (Gowdy et Erickson 2008, p. 113). L’économie écologique se différencie de l’économie de l’environnement conventionnelle par sa conception des milieux naturels. Le centre d’intérêt principal de cette sous-discipline n’est pas de mesurer la valeur économique de l’environnement, mais plutôt de considérer l’environnement comme un tout autonome, qu’il ne faut pas limiter à une nomenclature de biens économiques (Venkatachalam 2007, p. 551-552). Le regard est ainsi inversé. Il ne s’agit pas d’opter pour une vision uniquement écologique des problèmes, mais simplement de rechercher une certaine neutralité axiologique à l’égard des prénotions économiques qui caractérisent bon nombre de chercheurs en sciences sociales. Le système-Terre est un système autonome dans lequel prend place l’activité humaine. Comme Georgescu-Roegen invitait à le faire, les économistes écologiques attachent ainsi une importance aux processus de coévolution entre les deux systèmes interdépendants, mais à part entière, que forment les milieux naturels et la sphère économique (Vivien 2005a, p. 59). Érigée au rang de « macroéconomie environnementale » (Harrison 2000, p. 30), l’économie écologique apparaît comme la digne héritière de la perspective bioéconomique, en adoptant une position épistémologique nouvelle, en adaptant ses méthodes à l’objet qu’elle étudie, et en mobilisant avec prudence ses outils analytiques (Gowdy et Erickson 2008 ; Kula 2001).

7Sous ses airs d’apparente homogénéité, l’économie écologique est en réalité une vaste nébuleuse, associant des chercheurs de différents horizons (Douai et Vivien 2009, p. 128). L’exigence d’interdisciplinarité afférente à la perspective bioéconomique se retrouve traduite dans des visions parfois contrastées des enjeux environnementaux. Si tous ceux qui se revendiquent de ce mouvement partagent des valeurs communes (Perrings 1997, p. 303), certains adoptent des positions plus tranchées que d’autres. Richard Petit (1997, p. 15-16) distingue ainsi deux mouvances au sein de l’économie écologique : 1) une mouvance « radicale » se réclamant directement de l’héritage de Georgescu-Roegen et souhaitant une réforme en profondeur des pratiques des économistes à l’égard des questions environnementales ; et 2) une mouvance « modérée » qui procède davantage par amendement de la théorie standard, tout en optant pour une épistémologie renouvelée sortant du cadre mécaniste. Au sein de la mouvance radicale, Petit classe la plupart des auteurs à l’origine de l’économie écologique contemporaine : Herman Daly, John Cobb, Richard Norgaard, Robert Costanza, Joan Martinez-Alier, Jacques Grinevald, mais aussi, dans un registre un peu différent, René Passet. Dans la mouvance modérée, on trouve alors des auteurs comme David Pearce, Kerry Turner, Anil Markandya ou encore Edward Barbier. Ces derniers se caractérisent par une approche plus conciliante à l’égard de l’économie de l’environnement conventionnelle. On les regroupe communément sous l’appellation d’« École de Londres ». En attachant toutes deux une importance aux enseignements bioéconomiques, ces mouvances s’inscrivent dans l’héritage de Georgescu-Roegen. Mais elles témoignent de la marge interprétative que le paradigme bioéconomique propose. Entre réforme interne substantielle de la théorie néoclassique, et révolution paradigmatique, différentes opinions peuvent se confronter. En restant largement concentrés sur la question de la croissance économique, et en reconnaissant la force des processus de progrès technique et de substitution des facteurs (Pearce et Turner 2009, p. 302 ; Petit 1997, p. 244-245), les membres de l’École de Londres paraissent proches des approches traditionnelles (Douai et Vivien 2009, p. 136 ; Røpke 2005, p. 271). Ils se revendiquent tout de même de l’économie écologique en préférant un regard critique et surtout systémique sur les interrelations entre la nature et la société. D’autres lignes de fracture que celle-ci existent au sein de l’économie écologique, notamment sur le plan géographique. Les années 1990 ont été le théâtre d’apparition de plusieurs sociétés concurrentes se revendiquant de ce nouveau champ disciplinaire. La perspective européenne a ainsi rassemblé des chercheurs proches des milieux institutionnalistes alors que la perspective américaine renforçait ses collaborations avec les milieux mainstream (Douai et Vivien 2009, p. 134 ; Røpke 2005, p. 283-284). Discipline jeune, l’économie écologique n’a pas encore tout à fait, comme on le voit ici, tracer les contours de son identité.

8Au-delà de ces considérations, ce qui est en jeu dans la recherche d’hétérogénéité au sein même de l’économie écologique ne concerne pas véritablement les rapports entretenus avec l’économie de l’environnement conventionnelle, mais plutôt ceux entretenus avec la démarche bioéconomique dans sa version originelle. Le positionnement des économistes écologiques à l’égard du quatrième principe de la thermodynamique mis en évidence par Georgescu-Roegen est au cœur des débats (Røpke 2005, p. 274). Dans la mesure où il s’agit là d’une faiblesse de l’argumentaire bioéconomique qui en appelle à des considérations plus proches de l’intuition que de la démonstration scientifique, la légitimité académique de l’économie écologique passe forcément par une réflexion sur la place à donner à la question de la dégradation de la matière. Comme nous l’avons vu, cette question fait partie de l’édifice construit par Georgescu-Roegen car elle souligne l’illusion que serait de croire en la possibilité d’un contournement entropique, permettant de pérenniser le système économique tel qu’il existe. Parce qu’elle a des conséquences peut-être un peu moins urgentes, la dégradation de la matière occupait une place un peu moindre dans la présentation du programme bioéconomique minimal. Mais cela ne la faisait pas disparaître. S’affranchir du quatrième principe de la thermodynamique est une démarche que la plupart des économistes écologiques ont choisi d’adopter, au risque de ne s’inscrire plus que partiellement dans l’héritage de leur inspirateur (Bonaiuti 2011, p. 44-45). Mais il s’agissait d’une décision essentielle pour ouvrir le dialogue citoyen sur le développement durable, et donner un sens, au moins en partie, à la recherche d’un salut écologique provisoire. En conservant l’ensemble des fondations du paradigme bioéconomique à l’exception du caractère immuable de la dégradation de la matière, les économistes écologiques ont donné une vraie postérité aux propositions de Georgescu-Roegen. Cet héritage demeure cependant essentiellement symbolique, dans la mesure où Georgescu-Roegen, à la fin de sa carrière, n’a pas vu dans les économistes écologiques des défenseurs légitimes de son positionnement.

9Décédé en 1994, Georgescu-Roegen a connu de son vivant la naissance et les premiers développements du courant de l’économie écologique à la fin des années 1980 et au début des années 1990. Pressenti pour occuper une place stratégique au sein de l’ISEE et dans le comité de rédaction d’Ecological Economics, il décide à l’époque de rester à l’écart des travaux de ses collègues, et refuse de prendre part à l’avènement de ce mouvement (Røpke 2004, p. 310-311). Cette décision s’inscrit dans la tendance manifeste de Georgescu-Roegen à s’isoler à partir du début des années 1980. Se sentant incompris, et jugeant peut-être que sa carrière touche à sa fin, il émet alors des doutes sur la légitimité d’une association aussi large que l’ISEE pour véhiculer un message audible sur la scène académique (Bonaiuti 2011, p. 41). Pour lui, la plupart des économistes écologiques se font les défenseurs du développement durable, ou, sur un plan plus radical, de l’état stationnaire. Or, ces deux perspectives ne lui paraissent ni judicieuses, ni conformes aux enseignements bioéconomiques. En ce qui concerne l’état stationnaire, défendu par exemple un temps par Daly, il ne peut s’agir d’une solution conforme aux préceptes bioéconomiques. En effet, l’état stationnaire pèche par inconsistance logique. Croire qu’il suffit de maintenir le niveau d’activité à une certaine échelle est une erreur du même ordre que de chercher à mesurer le volume optimal d’une population sans considération pour les questions de temps. Ce n’est pas parce que la Terre peut supporter x individus à un instant donné qu’elle est capable de supporter ces mêmes x individus pendant une durée infinie. La capacité de charge instantanée du système-Terre est différente de sa capacité de charge continue (Georgescu-Roegen 1975, p. 373). L’état stationnaire raisonne dans le même cadre, il définit un niveau d’activité présenté comme soutenable par le système-Terre, sans pouvoir affirmer que ce niveau sera soutenable dans le temps. Certes, Daly propose des niveaux d’activité respectant les capacités naturelles de régénération des milieux et de reproductibilité des ressources énergétiques (Vivien 2005b, p. 90). Mais le problème de la matière reste entier. L’état stationnaire, fer de lance de certains économistes écologiques, ne s’inscrit donc pas, pour Georgescu-Roegen, dans l’héritage bioéconomique :

Contrairement à ce que soutiennent Kenneth Boulding et, avec plus de force, Herman Daly, qui ont repris une idée de John Stuart Mill, le salut écologique ne peut pas venir de l’état stationnaire. L’idée du salut écologique par l’état stationnaire est née – semble-t-il – d’une erreur de logique : un système qui ne croît pas doit être stationnaire. En vérité, il ne peut y avoir de salut écologique, mais seulement une lutte acharnée avec une nature avare […]. (Georgescu-Roegen 1978a, p. 368)

10Pour ce qui est du développement durable (ou soutenable), Georgescu-Roegen estime qu’il fait figure de réforme tiède ne trouvant des solutions à aucun des grands enjeux écologiques à venir. Tel qu’il est conçu, le développement durable vise à concilier la prospérité économique, la cohésion sociale et le respect de l’environnement. Il sous-entend que les conceptions passées du monde peuvent perdurer, en étant simplement amendées à la marge si l’on tient compte des pollutions et de la raréfaction des ressources :

Herman Daly a proposé pour le salut écologique de l’humanité la mise en place d’un état stationnaire. Cette proposition a eu des supporters qui ont plus tard réalisé que pour une grande partie de l’humanité, comme les Bangladais par exemple, ce projet signifiait une condamnation à la misère éternelle. Du coup, ils ont choisi un nouveau et très séduisant slogan : le développement soutenable […]. Comme le message subliminal de ce slogan est en fait un appel à la croissance soutenable, héritée de l’ancienne lubie croissantiste [growthmania], il était susceptible d’être accepté par les Bangladais comme les New-Yorkais. Mais bien que ces deux projets [état stationnaire et développement soutenable] ne restent que de divertissantes théories, ils ont attiré d’abondants financements pour la mise sur pied de multiples forums mondiaux. (Georgescu-Roegen 1993, p. 194)

11Le développement durable est communément présenté comme un salut écologique absolu, ce qui est un non-sens pour Georgescu-Roegen compte tenu des principes thermodynamiques élémentaires, et surtout du quatrième principe qu’il propose. Faire mieux avec moins, tout en réduisant les inégalités sociales et en protégeant la nature, le tout pour pérenniser un modèle économique à l’infini, sans se poser de questions démographiques, constituerait plus qu’un nouveau Prométhée, ce serait l’avènement d’un monde impossible. Sans doute trop naïf, le développement durable tel qu’il se bâtit à la fin des années 1980 ne peut être un projet à soutenir pour Georgescu-Roegen.

12En adoptant une lecture des enjeux environnementaux relativement ouverte à la problématique du développement durable, les économistes écologiques ont perdu le soutien explicite de Georgescu-Roegen. Ce dernier s’est alors parfois montré critique, en ayant par exemple des mots durs envers Robert Costanza, qualifiant l’une de ses contributions dans le domaine énergétique de « tout à fait ridicule » (Georgescu-Roegen 1989, p. 165). La filiation entre paradigme bioéconomique et économie écologique apparaît donc ambiguë. D’un côté elle peut sembler évidente en raison des préoccupations communes qui les animent. D’un autre il s’agit d’une filiation en quelque sorte refusée par celui qui devait faire figure d’inspirateur, ce qui la fragilise. C’est pourtant sans doute au sein de l’économie écologique que l’on rencontre les plus fins connaisseurs des travaux de Georgescu-Roegen. Ce courant a souhaité retenir ce qui avait le plus de solidité scientifique dans la démarche bioéconomique. Il a certes construit sa matrice conceptuelle sur un système souvent épuré du quatrième principe thermodynamique concernant la dégradation de la matière. Mais en perdant un peu de conformité avec l’édifice bioéconomique d’ensemble, il a gagné en crédibilité et permis à la communauté académique de porter un regard nouveau sur les travaux de Georgescu-Roegen, en évitant les deux extrêmes que seraient le rejet total ou l’adhésion complète aux thèses bioéconomiques.

13Alors qu’il adopte des rapports assez conflictuels avec l’économie de l’environnement conventionnelle, Georgescu-Roegen ne reconnaît donc pas comme totalement légitime l’héritage dont il fait l’objet à travers le courant de l’économie écologique, bien qu’il s’agisse là de l’héritage sans doute le plus fidèle à ses thèses. Parce qu’il refusait la promotion naïve d’un développement durable de plus en plus à la mode au début des années 1990, Georgescu-Roegen a pu faire figure d’auteur plus radical encore (Bonaiuti 2011, p. i). La filiation la plus connue des enseignements bioéconomiques concerne ainsi un pan particulier de l’écologie politique, à savoir le courant hétéroclite de la décroissance. Cette filiation, elle aussi, suscite pourtant des interrogations.

Georgescu-Roegen et la décroissance, un malentendu historique ?

14L’écologie radicale est une nébuleuse diversifiée qui, derrière sa critique globale du système économique, politique et social contemporain, cache une pluralité de diagnostics et de solutions qui entrent parfois même en concurrence. En suivant la nomenclature proposée par Frédéric Dufoing dans son ouvrage de synthèse L’écologie radicale (2012), nous pouvons mettre au jour six grandes familles d’écologistes qui partagent une idée commune, à savoir l’aliénation de l’homme et de son environnement par le système industriel (Dufoing 2012) :

151) L’écologie profonde (deep ecology), d’origine anglo-saxonne, se caractérise par une dimension spirituelle, appelant l’individu à reconsidérer son rapport personnel avec la nature. Cette écologie, d’une certaine manière proche de l’hypothèse Gaïa de James Lovelock, réhabilite un transcendantalisme qui aurait disparu suite au désenchantement industriel.

162) Le biorégionalisme se construit autour de l’idée d’écosystème local. La biorégion est une unité géographique homogène qui doit être préservée et qui, grâce à des modes de production décentralisés, est susceptible d’être valorisée dans le souci de la préservation des écosystèmes.

173) L’anarcho-primitivisme, hérité des travaux de John Zerzan, allie, comme son nom l’indique, une réflexion d’ordre écologique et une réflexion d’ordre politique. Il est marqué par une certaine sacralisation des modes de vie primitifs qui lui confère un caractère antimoderne. Version parfois jugée rudimentaire de l’écologie radicale, l’anarcho-primitivisme n’en demeure pas moins un courant fécond par l’importance qu’il donne aux recherches anthropologiques dans la quête d’un salut écologique.

184) L’écologie sociale, héritée de Murray Bookchin, procède par analogie entre monde naturel et monde social pour minimiser la prédation des activités économiques sur l’environnement. Les sociétés humaines sont appelées à s’inspirer de l’auto-organisation des écosystèmes naturels pour surmonter, avec l’aide du progrès technologique, les contraintes auxquelles elles doivent faire face.

195) Les décroissantistes, ou objecteurs de croissance, sont les écologistes radicaux les plus audibles dans le monde francophone, bien qu’ils constituent une mouvance hétérogène (Dufoing 2012, p. 100-101). Appelant de leurs vœux une réduction de la taille de la sphère économique dans le monde social, ils utilisent le terme de « décroissance » comme slogan médiatique, sans toutefois désirer une « croissance négative » au sens comptable, c’est-à-dire un simple retour en arrière dans le cheminement économique (Latouche 2011, p. 31-32, 34). La décroissance est ainsi différente de l’anarcho-primitivisme puisque l’enjeu n’est pas ici un retour aux modes de vie passés, mais une sortie par le haut du productivisme, et de la société de consommation.

206) L’écologisme agrairien, construit à partir des travaux de Wendell Berry, reste méconnu au-delà des frontières américaines (Dufoing 2012, p. 133). Prônant la mise en place de sociétés essentiellement agricoles, et assez proche du biorégionalisme, l’écologisme agrairien met en rapport de manière réfléchie la valorisation de la terre à travers l’agriculture, et la préservation de l’environnement.

21Si, à la manière de l’écologie politique classique, ces différents courants de l’écologie radicale insistent tous sur la notion de limite à l’activité humaine (Dufoing 2012, p. 146), ils sont radicaux dans la mesure où ils tendent à remettre en cause les institutions, valeurs et croyances existantes. Le projet de société revendiqué par l’écologie radicale est un projet d’ampleur. Et devant les nombreux défis proposés par le paradigme bioéconomique, il paraît somme toute logique d’interroger les liens qui peuvent exister entre cette écologie et les travaux de Georgescu-Roegen.

  • 1 D’autres mouvances sont cependant susceptibles de trouver des inspirations dans l’œuvre de Georgesc (...)
  • 2 Plusieurs fois réédités, ce recueil d’articles de Georgescu-Roegen porte aujourd’hui le titre La dé (...)

22À proprement dit, seuls les objecteurs de croissance revendiquent de manière explicite et récurrente un héritage bioéconomique (Bayon et al. 2012, p. 21-43, 35-36 ; Dufoing 2012, p. 100 ; Durand 2008)1. L’association du nom de Nicholas Georgescu-Roegen avec le courant de la décroissance date en toute vraisemblance de 1979, au moment où paraît l’ouvrage coordonné par Jacques Grinevald et Ivo Rens, Demain la décroissance : entropie-écologie-économie (éditions Pierre-Marcel Favre)2. Ce titre sans équivoque correspond en réalité à un coup de force des traducteurs puisque Georgescu-Roegen n’a vraisemblablement jamais utilisé précisément le terme « degrowth » dans ses écrits. Ce lien entre Georgescu-Roegen et la décroissance, que l’on retrouve régulièrement dans la littérature (Dannequin et Diemer 2004 ; Vivien 1994 ; 2005a, p. 100 ; 2005b), a parfois conduit à désigner l’inspirateur du paradigme bioéconomique comme un « auteur référence de la décroissance » (Latouche 2011, p. 145), voire comme le « maître-penseur de la décroissance » (Bürgenmeier 2008, p. 18). Cette ligne interprétative repose sur quelques occurrences, dans l’œuvre bioéconomique, qui situent la décroissance comme une éventualité à examiner. Lorsqu’il évalue la question de l’état stationnaire, Georgescu-Roegen évoque par exemple les conclusions logiques qui devraient découler du raisonnement habituellement mené pour promouvoir la stationnarité. Comme il l’indique, si le problème écologique est un problème de niveau d’activité – comme le disent les défenseurs de l’état stationnaire –, alors le cadre thermodynamique devrait inviter à la décroissance, et non à la stationnarité (Georgescu-Roegen 1975, p. 369). Il ne s’agit pourtant pas là de sa propre position, il ne fait ici que décrire les conclusions qui devraient résulter du raisonnement de certains de ses collègues. Pour évaluer ses positions personnelles à l’égard de la décroissance, il nous faut revenir à un passage relativement célèbre de son œuvre, où il évoque clairement la question :

Sans nul doute, la croissance que nous connaissons [current growth] doit cesser, voire être renversée. Mais quiconque croit pouvoir élaborer un projet assurant le salut écologique de l’espèce humaine ne comprend pas la nature de l’évolution, ou même de l’histoire – qui est celle d’une lutte permanente dans des formes constamment renouvelées […]. (Georgescu-Roegen 1975, p. 369)

  • 3 Georgescu-Roegen souligne qu’il sera sans doute nécessaire d’interroger la possibilité de perpétuat (...)

23Les observateurs de la démarche bioéconomique ont souvent retenu le renversement de croissance que Georgescu-Roegen appellerait de ses vœux dans ce passage de l’article « Energy and Economic Myths » de 1975, repris dans l’ouvrage dirigé par Grinevald et Rens (Georgescu-Roegen 2006). Ce qui est pourtant en jeu ici n’est pas une réflexion sur un état économique général atemporel. La question posée est en réalité d’ordre historique, elle est inscrite dans un contexte institutionnel donné. Le problème n’est pas la croissance in extenso, mais la croissance « actuelle », « que nous connaissons ». Il est essentiel ici de clairement identifier la cible des critiques formulées par Georgescu-Roegen. Ce dernier ne dénonce pas la croissance comme dynamique générale d’une économie, mais la croissance telle qu’elle se manifeste dans les sociétés industrielles, c’est-à-dire à travers le prisme d’une prédation excessive des ressources naturelles. Ceci nous renvoie à l’attachement fort de Georgescu-Roegen pour les problématiques de contingence institutionnelle. De la même manière qu’une théorie microéconomique ne peut s’appliquer à toutes les sociétés à partir des mêmes hypothèses de rationalité et de comportement, on ne peut concevoir un concept de croissance qu’il faudrait rejeter, ou auquel il faudrait adhérer, sans réflexion sur ce qu’il implique concrètement dans des sociétés par nature différenciées. Les modalités actuelles de la croissance économique dans les sociétés développées doivent changer, stopper leur marche en avant, et même reculer pour laisser place à de nouvelles modalités – bioéconomiques3. Mais ce n’est pas l’activité économique dans l’absolu qui doit être nécessairement remise en cause. Alors que la plupart des objecteurs de croissance estiment que la contingence historique a peu d’importance dans la problématique écologique, tant la croissance est intrinsèquement la source des problèmes environnementaux et sociaux rencontrés (Bayon et al. 2012, p. 116-117 ; Latouche 2011), interpréter ce célèbre passage de l’œuvre de Georgescu-Roegen comme un appel catégorique à la décroissance structurelle est sans nul doute le fruit d’un abus interprétatif.

24L’assimilation des positions de Georgescu-Roegen aux thèses de l’écologie radicale, et plus précisément de la décroissance, requiert la prise en considération d’arguments qui dépassent la seule analyse bioéconomique. Il existe certes des points communs entre le projet de Georgescu-Roegen et le projet décroissantiste. Tous deux soulignent les lacunes des modèles économiques standard dans la compréhension des dynamiques environnementales. Par exemple, les possibilités infinies de substitution des facteurs de production sont autant dénoncées dans la logique bio–économique que dans la logique décroissantiste (Bayon et al. 2012, p. 40). Au-delà, ces deux logiques manifestent la même inquiétude sur l’incompatibilité entre les modes de production actuels et la survie écologique. Comme Georgescu-Roegen, les objecteurs de croissance souhaitent un changement de paradigme dans la manière d’appréhender, de concevoir et de mettre en pratique les activités économiques (Bayon et al. 2012, p. 101 ; Dufoing 2012, p. 124). Enfin, le même scepticisme semble être exprimé de la part des deux projets envers le développement durable. Comme nous l’avons vu, Georgescu-Roegen dénonce les faux-semblants qui entourent les discours sur la soutenabilité. Derrière le développement durable ne se cacherait qu’une forme renouvelée de croissance à l’ancienne. Cette rhétorique est très proche de celle des décroissantistes qui mettent en garde contre le productivisme masqué des programmes de soutenabilité (Bayon et al. 2012, p. 87, 89-90). Mais malgré ces points communs, le projet des objecteurs de croissance est fondamentalement différent du projet bioéconomique. Comme Mauro Bonaiuti l’indique, Georgescu-Roegen fournit des éléments permettant de constituer un des piliers des théories de la décroissance, à savoir son pilier écologique (Bonaiuti 2011, p. 181). Mais il ne s’agit là que d’une contribution partielle. La décroissance est une conception du monde vaste, qui inscrit les rapports sociaux et la relation individu-institution au fondement de la réflexion écologique. Georgescu-Roegen adopte une démarche différente. Son centre d’attention part des contraintes « physico-chimiques » de l’environnement pour ne traiter des questions sociales et culturelles qu’en conséquence des enseignements thermodynamiques et biologiques. Pour intégrer Georgescu-Roegen au corpus décroissantiste, il faudrait inverser ce lien logique, partir de prénotions politiques, et reconstruire le schéma pré-analytique qui sous-tend la logique bioéconomique. En d’autres termes, il faudrait ajouter une dimension normative de philosophie sociopolitique à l’édifice bioéconomique pour que la décroissance devienne le fruit des raisonnements dressés par Georgescu-Roegen (Bonaiuti 2011, p. 48). Par ailleurs, et c’est une différence fondamentale entre les deux projets, les objecteurs de croissance estiment que leur discours est avant tout antiéconomique (Latouche 2011, p. 7, 109). On est ici très loin des objectifs premiers de Georgescu-Roegen résidant dans une réforme paradigmatique interne de la science économique. Ainsi, dès lors qu’il s’agit de justifier la filiation entre bioéconomie et décroissance, l’édifice construit par Georgescu-Roegen ne suffit pas tel quel, preuve que l’association régulière que l’on fait entre l’auteur de The Entropy Law and the Economic Process et ce courant de l’écologie radicale constitue davantage un malentendu historique, reposant sur quelques congruences, plutôt qu’une évidence.

25Pour évaluer sous un autre angle la place de la décroissance dans le raisonnement de Georgescu-Roegen, nous pouvons reprendre les différentes mesures du programme bioéconomique minimal que nous avons présentées. Puisque ces mesures constituent le projet d’avenir qui est proposé, reste à savoir si elles sont compatibles ou incompatibles avec la croissance et / ou la décroissance. Les mesures éthiques qui sont de l’ordre de la tempérance et de la prise en considération des générations futures ont sans doute pour effet d’infléchir la croissance de la production de certains biens et services, puisqu’elles visent notamment à réduire les consommations présentes jugées inutiles. Les mesures de régulation publique n’ont pas d’effet explicite sur le régime de croissance. Garantir la durabilité des biens peut être vecteur de ralentissement de l’activité, si l’on estime que le raccourcissement des cycles de produit alimentait la croissance. Mais elle peut aussi être vecteur d’activités de services, aussi bien en amont de la production des marchandises (recherche et développement, ingénierie) qu’en aval, une fois la marchandise commercialisée (réparation, entretien, recyclage partiel). L’encadrement de la consommation des ressources naturelles entre dans la même logique : certaines activités seront réduites au profit d’autres. Enfin, les mesures d’ordre technique, comme la mise en place d’une agriculture biologique ou la promotion d’un nouveau mix énergétique, ont également des effets sectoriels contrastés. En privilégiant l’énergie solaire en lieu et place des hydrocarbures, toute l’industrie énergétique devra changer de modèle, ce qui créera des baisses d’activité par-ci, et des hausses d’activité par-là (Söllner 1997, p. 183). Des questions techniques d’élasticité seraient à prendre en considération pour mesurer l’effet global sur l’activité économique de la mise en place de ces différentes mesures. À l’exception de la croissance démographique qui est appelée à être infléchie par les limites d’une agriculture uniquement biologique, force est d’admettre que l’avenir bioéconomique n’est pas nécessairement incompatible, à moyen terme, avec la croissance.

26Plus fondamentalement encore, la distinction cruciale qui existe entre le projet décroissantiste et le projet bioéconomique repose sur la place donnée à la notion de développement. Les objecteurs de croissance sont, pour la plupart, anti-développementistes, estimant que la logique du développement économique contient en son sein les germes des difficultés sociales et environnementales contemporaines (Bayon et al. 2012, p. 95-96 ; Dufoing 2012, p. 115 ; Latouche 2004). Dans l’héritage de Schumpeter, Georgescu-Roegen est au contraire loin de rejeter la notion de développement. Au moment où il écrit, la croissance et le développement sont encore perçus comme des notions presque synonymes. L’une ne va pas sans l’autre. Mais une des originalités du paradigme bioéconomique est de disjoindre ces deux notions, en soulignant le caractère quantitatif de la croissance face au visage qualitatif du développement (Bonaiuti 2011, p. 25 ; Georgescu-Roegen 1970, p. 56 ; 1976, p. 243 ; Petit 1997, p. 242). Si l’évolution exosomatique, et les processus économiques à une échelle plus courte, sont à étudier sous l’angle du changement qualitatif, comme les nouveaux référents scientifiques de la bioéconomie nous y invitent, alors toute réflexion écologique qui vise à prendre la mesure des défis à relever à l’avenir se doit de parler en termes de développement, et non de croissance. C’est sans doute en cela que la filiation entre Georgescu-Roegen et le courant contemporain de la décroissance se trouve la plus fragilisée. En insistant sur le débat croissance-décroissance, les décroissantistes assoient une bonne partie du débat écologique sur des aspects quantitatifs, alors que la perspective bioéconomique souhaite s’écarter de ce monisme analytique. L’évolution qualitative des sociétés est à envisager selon un regard épistémologique nouveau. Le prisme de la décroissance reste trop lié à une vision que l’on pourrait finalement qualifier de standard des enjeux écologiques, en termes d’équilibre et de rythme d’exploitation des ressources. En ce sens, il ne peut s’agir d’un héritage parfaitement légitime des travaux de Georgescu-Roegen, contrairement à l’opinion souvent admise des observateurs.

27Si le programme bioéconomique est peut-être compatible avec certaines formes de croissance, et si l’enjeu essentiel de la révolution paradigmatique sur lequel il repose est affaire avant tout de développement, alors on ne peut pas situer Georgescu-Roegen à une des extrémités du spectre écologique, qu’il s’agisse d’une promotion sans faille de la croissance ou d’un appel radical à la décroissance. Son positionnement paraît plus consensuel, bien qu’il soit très ambitieux sur le plan méthodologique et analytique. En fin de compte, l’obstacle principal empêchant le programme bioéconomique d’être un agenda de développement durable réside dans l’attachement de Georgescu-Roegen à son quatrième principe de la thermodynamique. Jugeant le développement durable naïf, il a préféré opter pour un discours différent. Mais au-delà des appellations, ses propositions se situent pourtant bel et bien dans cette réflexion en termes de projet de société, nécessitant un changement des mentalités. Si le développement durable est perçu comme un salut écologique absolu permettant, à l’aide de quelques mesures techniques, d’assurer la pérennité du système économique actuel sans considération démographique, alors il est contraire aux principes bioéconomiques. Mais si on le définit comme un projet global de changement social associant métamorphose de l’appareil productif et diminution des inégalités, le tout en adoptant un regard lucide sur la capacité de charge de l’environnement en termes écologiques et démographiques, alors peut-être est-il l’héritage le plus juste du projet de Georgescu-Roegen.

28L’économie de l’environnement conventionnelle, l’économie écologique, et l’écologie radicale s’inspirent toutes trois du paradigme bioéconomique, en retenant cependant des aspects différents de l’œuvre de Georgescu-Roegen. L’économie écologique apparaît sans doute comme l’héritière la plus conforme aux enseignements originels. Elle adopte une épistémologie proche des exigences bioéconomiques, mène une réflexion judicieuse sur les outils analytiques qu’elle mobilise, et veille à adopter un regard systémique sur son objet. L’économie de l’environnement conventionnelle semble avoir encore un long chemin à parcourir pour intégrer l’ensemble des propositions bioéconomiques (Söllner 1997, p. 194 ; Touffut 2010). L’écologie radicale, elle, à travers le décroissantisme, procède d’une récupération peut-être excessive de ces propositions. Ces différents acteurs de la scène académique et citoyenne étudient un objet commun : le système écologique et ses interactions avec les systèmes économiques et sociaux. Face à des enjeux immenses relevant de véritables projets de société, chacun se doit d’évaluer son propre système d’analyse, et de l’amender en tenant compte des démarches concurrentes. C’était là le projet initial de Georgescu-Roegen, avant que l’incompréhension dont il a pu faire l’objet le mène à un relatif isolement. Le monde n’est pas mécaniste, certes, mais il n’est pas non plus uniquement thermodynamique. La pluralité des points de vue, et l’interdisciplinarité, sont sans doute le gage d’un plus grand succès. Les positions mécanistes extrêmes, comme les positions thermodynamiques, sont sans doute destinées à converger à l’avenir – ou au moins à travailler ensemble – pour étudier de la manière la plus pertinente possible les problématiques environnementales (Barrett et Farina 2000, p. 312 ; Solow 1997, p. 268 ; Turner 1997, p. 299). On s’apercevra alors que les travaux de Georgescu-Roegen sont riches en enseignements au-delà du cercle restreint de ses héritiers directs (Perrings 1997, p. 304). Même si elle a déjà donné naissance à des débats féconds, la perspective bioéconomique n’en est qu’à ses débuts. Elle offre sans doute un regard nouveau non seulement sur les thématiques écologiques, mais aussi sur l’ensemble des centres d’intérêt de l’analyse économique.

Notes

1 D’autres mouvances sont cependant susceptibles de trouver des inspirations dans l’œuvre de Georgescu-Roegen. L’introspection spiritualiste chère à l’écologie profonde (deep ecology) peut, par exemple, être un écho partiel aux changements éthiques souhaités dans le programme bioéconomique.

2 Plusieurs fois réédités, ce recueil d’articles de Georgescu-Roegen porte aujourd’hui le titre La décroissance. Entropie, économie, écologie (éditions Sang de la Terre).

3 Georgescu-Roegen souligne qu’il sera sans doute nécessaire d’interroger la possibilité de perpétuation d’une croissance « de la population et des agréments matériels » (Georgescu-Roegen 1978b, p. 112). Puisque l’agriculture est appelée à devenir uniquement biologique, sans doute faudra-t-il adapter la population aux quantités de terres arables disponibles. Quant aux agréments matériels, ils devraient diminuer conformément à la critique de Georgescu-Roegen envers la dépendance exosomatique des sociétés industrielles.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search