Vous l’avez sans doute déjà repéré : sur la plateforme OpenEdition Books, une nouvelle interface vient d’être mise en ligne.
En cas d’anomalies au cours de votre navigation, vous pouvez nous les signaler par mail à l’adresse feedback[at]openedition[point]org.

Précédent Suivant

2. Pour une révolution bioéconomique

p. 37-55


Texte intégral

1Les contributions de Nicholas Georgescu-Roegen à la fondation d’une économie politique remodelée ne visent pas simplement à décrire de manière plus juste les processus économiques, par l’intermédiaire de nouveaux référents scientifiques plus adaptés à la véritable nature des dynamiques humaines et environnementales. Elles s’attachent également à évaluer l’ampleur des enjeux écologiques pour proposer des moyens d’action, afin de policer les rapports tendus entre activités économiques et contraintes physico-chimiques. En ce sens, le paradigme bioéconomique n’a pas seulement des velléités de compréhension ou d’explication, mais également un désir de prescription pour proposer une alternative à la lecture standard des défis écologiques. Pour Georgescu-Roegen, l’essence même de l’activité économique est d’être un catalyseur d’intrants naturels qui, transformés, deviennent des marchandises ou services de valeur, et des déchets sans valeur. Si les processus économiques ne peuvent être conçus indépendamment de l’environnement, l’environnement est également modelé par l’activité économique. L’étude de cet enchevêtrement est au cœur de la démarche bioéconomique.

2Le terme « bioéconomie » a été suggéré à Georgescu-Roegen par le philosophe Jiří Zeman pour désigner l’extension de la théorie biologique dans le champ économique, à travers l’étude de l’évolution exosomatique (Georgescu-Roegen 1975, p. 29 ; 1978a, p. 337n). Selon Georgescu-Roegen lui-même, l’idée matérialisée par le terme « bioéconomie » lui est apparue dès le début des années 1960, lorsqu’il étudiait les structures institutionnelles des économies agraires (Georgescu-Roegen 1989, p. 159). C’est cependant au milieu des années 1970 que la démarche bioéconomique trouve son point d’orgue, à partir de ses fondations épistémologiques, et grâce à l’énoncé en 19751 du « programme bioéconomique minimal » qui met en scène les propositions pratiques de Georgescu-Roegen pour assouplir les relations entre activités économiques et contraintes environnementales (Georgescu-Roegen 1975). Ce programme bioéconomique a la particularité de synthétiser en huit propositions des mesures techniques, éthiques et de régulation publique qui laissent entrevoir un avenir durable pour l’humanité. Nous examinerons ces mesures dans le détail à la fin de ce chapitre (section 2). Avant cela, notre attention se portera sur la manière dont Georgescu-Roegen conçoit la contrainte entropique sur l’activité économique. En appliquant les principes de la thermodynamique classique non seulement à l’énergie, mais aussi à la matière, il franchit un pas supplémentaire dans sa définition de la finitude du monde, et offre ainsi à la discipline économique un cadre d’analyse qui semble laisser peu de place aux issues salvatrices habituellement proposées par l’économie conventionnelle (section 1).

Les conséquences de la loi de l’entropie pour l’avenir économique

3Après plusieurs décennies d’énergie presque librement accessible et bon marché, le début des années 1970 marque un tournant dans les rapports de l’homme, en tant qu’acteur économique, avec son environnement. Le premier choc pétrolier, même s’il a des origines plus géopolitiques que proprement écologiques, souligne la dépendance des systèmes économiques les plus développés à l’énergie tirée des hydrocarbures. En l’espace de quelques mois, le renchérissement des ressources énergétiques, ajouté au scepticisme ambiant lié à la publication du rapport Meadows, fait prendre conscience aux économies industrielles que « l’ère du combustible fossile approche rapidement de sa fin » (Georgescu-Roegen 1978a, p. 338). La contrainte entropique, lubie thermodynamique largement ignorée jusqu’alors, devient sujet d’inquiétude, sans pour autant susciter l’émoi de la plupart des économistes, qui restent confiants dans leurs perspectives de croissance à long terme. Georgescu-Roegen fait alors figure de Cassandre dans la profession, mais la force de ses arguments, et la solidité des bases épistémologiques sur lesquelles ils reposent, lui permettent de faire entendre sa voix et de préciser les enjeux que la dépendance environnementale des processus économiques implique.

4Le premier de ces enjeux est assez simple et intuitif. Il concerne le premier volet de la définition que Georgescu-Roegen donne à la finitude du monde. Suite à la prise en considération du deuxième principe de la thermodynamique classique, à savoir la loi de l’entropie, force est d’admettre que l’énergie libre à la disposition des usages économiques est limitée. Bien entendu, l’énergie globale disponible dans l’espace terrestre est alimentée en entropie basse grâce aux rayonnements solaires – la Terre est un espace entropique ouvert. Mais à la suite de la Révolution industrielle, le sous-système économique a construit son régime énergétique sur les ressources fossiles (Georgescu-Roegen 1978b, p. 105). Et ces ressources, limitées, ne peuvent fournir qu’une quantité restreinte, à moyen terme, d’énergie libre. L’entropie basse, qui est à la base de l’utilité et donc de la valeur économique, fait alors figure de limite absolue à l’essor économique futur. En surexploitant les ressources fossiles, l’homme ne subit pas seulement la dégradation entropique de son système thermodynamique, il l’accélère (Georgescu-Roegen 1977, p. 268).

5A priori, il existe une issue possible à ce processus : puisque la Terre est un système ouvert alimenté en entropie basse par le rayonnement solaire, son sous-système économique devrait pouvoir s’affranchir en partie de la dissipation de l’énergie qui lui est nécessaire en déplaçant son levier de développement des ressources fossiles vers les rayonnements solaires. Si l’intrant énergétique de l’activité économique devenait le solaire, les limites imposées par la rareté des hydrocarbures seraient contournées. Georgescu-Roegen en est conscient, et n’hésite pas à mettre en évidence les atouts incontestables de l’énergie solaire à l’égard des besoins humains :

Seulement la moitié à peu près de la radiation solaire arrive au niveau du sol ; mais même cette quantité représente plus de dix mille fois l’énergie totale consommée pendant le même temps dans le monde entier. […] L’énergie solaire a d’autres avantages. Elle ne pollue d’aucune façon. […] Mais du point de vue de l’activité industrielle, l’énergie solaire a aussi un grand inconvénient, qui […] découle de son intensité extrêmement faible. Mais, en dépit de cet inconvénient, l’énergie solaire reste le seul bien qui peut être considéré comme un bien libre. (Georgescu-Roegen 1978a, p. 372)

6En tant que seul « bien libre », l’énergie solaire a donc pour Georgescu-Roegen un statut singulier qui tendrait à desserrer la contrainte entropique telle qu’elle est prise en considération dans la démarche bioéconomique. En réalité, ce desserrement n’est pour Georgescu-Roegen que théorique, en ce qu’il nécessiterait des technologies qui ne sont pour l’heure pas disponibles. En effet, les systèmes de concentration de l’énergie solaire nécessitent des matériaux et de l’énergie fournis par des ressources fossiles, le problème originel demeure donc (Cleveland et Ruth 1997, p. 219 ; Georgescu-Roegen 1993, p. 196). Par ailleurs, pour être durable, le solaire devrait pouvoir fournir autant d’énergie qu’il en a été nécessaire pour construire son système de captation. Or, la faiblesse persistante des rendements de l’énergie solaire semble être un obstacle difficile à surmonter (Georgescu-Roegen 1989, p. 166-167). C’est à partir de cette observation que le paradigme bioéconomique, tel qu’il est conçu par son initiateur, se dote d’une grille d’analyse pour évaluer le rôle du progrès technique dans les rapports entre activités économiques et contraintes environnementales. D’un côté sont définies des technologies dites « faisables », pour lesquelles on connaît les combinaisons de facteurs-flux et de facteurs-fonds nécessaires à leur mise en application (Georgescu-Roegen 1984, p. 29). De l’autre côté sont définies des technologies dites « viables », qui ont la propriété de maintenir intacte la structure matérielle qu’elles emploient, en respectant les contraintes naturelles (faible exploitation des ressources, technologies non polluantes), et en assurant la survie de l’humanité à long terme (Georgescu-Roegen 1984, p. 29 ; Gowdy et O’Hara 1997, p. 242). Toutes les technologies viables sont par définition faisables, dans la mesure où elles sont techniquement opérationnelles. En revanche, toutes les technologies faisables ne sont pas nécessairement viables. D’ailleurs, la plupart des technologies utilisées depuis la révolution industrielle par le système économique apparaissent comme non viables. En évaluant le progrès technique à l’aune de ses effets biophysiques, Georgescu-Roegen adopte une position critique vis-à-vis de l’optimisme conventionnel qui fait reposer une grande partie de ses prescriptions écologiques sur la mise au jour de nouvelles technologies. Dans ce diptyque faisable-viable, l’énergie solaire ne paraît pour l’instant qu’être au premier stade de son développement. Et bien que des progrès soient envisageables, force est de constater que le solaire attend son saut technologique depuis plusieurs décennies (Georgescu-Roegen 1979, p. 1055). L’espoir de contournement entropique fondé sur l’énergie solaire apparaît ainsi pour Georgescu-Roegen comme un espoir relativement vain à court terme. Surtout qu’il n’est pas certain que le problème énergétique soit le seul défi thermodynamique auquel l’activité économique ait à faire face.

7L’une des originalités principales de Georgescu-Roegen, par rapport à d’autres tentatives de réforme du paradigme économique néoclassique reposant sur l’intégration des préoccupations physico-chimiques dans les raisonnements (par exemple les approches énergétiques), réside dans l’extension du second principe thermodynamique à la matière2. En effet, dans sa version physique classique, la thermodynamique étudie les phénomènes de conservation et de dissipation de l’énergie. La matière n’intervient qu’indirectement, soit comme support de l’énergie (les hydrocarbures sont une matière exploitée pour l’énergie qu’ils contiennent), soit dans l’unique champ conceptuel, à travers la définition des différents systèmes thermodynamiques : un système fermé se distingue d’un système isolé, on le rappelle, par la possibilité qu’il a d’échanger de la matière avec son environnement. Pour franchir une étape supplémentaire dans son raisonnement, Georgescu-Roegen indique que l’énergie n’est pas la seule substance à tendre vers une dégradation entropique permanente ; la matière, elle aussi, se dégrade (Georgescu-Roegen 1976, p. xvi ; 1993, p. 197). Pour illustrer son propos, il énonce par exemple que tout objet a tendance à s’user et qu’à chaque instant, une infime partie de la matière dont il est constitué se désintègre ou s’éparpille dans la nature, sans qu’il soit possible de reconstituer toute cette matière dissipée. Ainsi observé, un système thermodynamique isolé n’est plus seulement sujet à un désordre énergétique, mais aussi à un chaos généralisé où même la matière serait insaisissable :

Il s’ensuit que la fin d’un système isolé n’est pas la mort de la chaleur – ainsi que nous l’apprend la thermodynamique – mais le chaos complet. (Georgescu-Roegen 1978a, p. 362)

8Georgescu-Roegen qualifie la dissipation de la matière de quatrième loi de l’entropie, en complément des trois premiers principes (+ le principe zéro) déjà décrits par la thermodynamique classique. Cette loi ajoute une contrainte supplémentaire au développement des processus économiques, puisqu’elle redéfinit la nature de la contrainte entropique imposée par le système-Terre à son sous-système économique. Ce dernier se retrouve limité d’une part par la quantité d’énergie libre qui lui est accessible, et d’autre part par la quantité de matière libre sur laquelle il pourrait se constituer. La matrice thermodynamique de Georgescu-Roegen, plus vaste en définitive que la matrice habituelle, impose une lecture pessimiste du progrès technique comme solution bioéconomique. Alors qu’une énergie solaire ayant atteint le stade de technologie viable aurait pu faire figure de solution partielle à la contrainte entropique, l’intégration de la matière dans le système thermodynamique déplace la problématique d’une question simplement énergétique vers une question plus large. L’usage généralisé de l’énergie solaire ne résoudrait pas les problèmes liés à la finitude du monde. La reproduction des processus économiques à long terme buterait en effet sur un manque de matière libre (Bonaiuti 2011, p. 44). Toute l’énergie du monde ne peut alimenter seule des processus économiques qui nécessitent également de la matière. Dans la mesure où tout processus est conçu dans la démarche bioéconomique comme un catalyseur de ressources naturelles – directement, ou indirectement par le capital et le travail – pour fournir des marchandises de valeur et des déchets sans valeur, on ne peut concevoir un processus qui serait dépourvu de tout support matériel. L’entropie de la matière postulée par Georgescu-Roegen finit ainsi d’assombrir une vision déjà pessimiste de l’avenir économique face aux contraintes environnementales (Georgescu-Roegen 1979, p. 1049-1050).

9Alors que l’on pourrait imaginer une manière de contourner cette quatrième loi en créant des passerelles entre l’énergie et la matière, Georgescu-Roegen indique qu’énergie et matière sont deux problèmes distincts que l’on ne peut pas assimiler (Georgescu-Roegen 1979, p. 1040). Croire qu’il est possible de créer de la matière à partir d’énergie est une erreur lorsque l’on étudie des échelles macroscopiques. En effet, la conversion de l’énergie en matière est une possibilité physique déjà observée en laboratoire. Mais il ne s’agit pas d’un mécanisme courant dans le monde naturel, et il est difficile d’imaginer une conversion massive d’énergie libre en matière pour compenser la dégradation entropique que celle-ci pourrait subir. La frontière entre énergie et matière paraît bel et bien imperméable.

10Afin d’évaluer les solutions communément admises pour assurer le caractère soutenable de l’activité économique à long terme, Georgescu-Roegen ne limite pas son analyse à la seule étude du progrès technique. En partant de son extension des principes thermodynamiques à la matière, il s’intéresse à plusieurs reprises à la question du recyclage (Söllner 1997, p. 188). Le recyclage, aussi bien conceptuellement que pratiquement, a pour vocation d’établir une cyclicité dans l’utilisation de la matière et de l’énergie, afin de casser la chaîne a priori immuable de la dégradation unidirectionnelle et irréversible de l’énergie (et de la matière). Pour Georgescu-Roegen, la confiance habituellement placée dans les possibilités de recyclage repose sur une erreur à la fois théorique et logique. Sur le plan théorique, le recyclage complet de la matière n’est pas possible si l’on admet l’existence de contraintes thermodynamiques sur l’activité économique (Georgescu-Roegen 1971, p. 279). En effet, compte tenu notamment de la quatrième loi proposée, les molécules dispersées dans la nature, à la suite de l’usure d’un objet, ne peuvent être rassemblées pour être recyclées. Puisque, par définition, un objet est recyclé lorsqu’il arrive à la fin de son cycle de vie, c’est-à-dire quand il est usé, cela signifie que tout recyclage ne peut être qu’un recyclage partiel de la matière initialement incorporée dans l’objet (Georgescu-Roegen 1978a, p. 365-366 ; 1993, p. 197). Même si l’on peut supposer que la matière dissipée aura tendance à s’agglomérer au fil du temps pour constituer un tout éventuellement recyclable (Ayres 1997, p. 286-287), Georgescu-Roegen rappelle que cette agglomération nécessitera un temps quasi infini. On imagine en effet assez mal les molécules dissipées d’un objet s’accumuler avec d’autres molécules dissipées pour former un agglomérat suffisamment imposant, le tout en quelques années ou quelques décennies (Georgescu-Roegen 1979, p. 1036). Le recyclage complet, à l’échelle humaine, n’est donc pas possible sur le plan théorique. Sur le plan logique maintenant, le recyclage pose un problème assez simple de régression infinie. Pour être complet, un recyclage devrait être réalisé à partir d’outils eux-mêmes susceptibles d’être recyclés à l’aide d’outils qu’il faudrait aussi recycler, etc. À moins d’imaginer un processus de recyclage immatériel, ce qui n’est pas possible compte tenu de la définition donnée aux processus par la démarche bioéconomique, le recyclage complet n’est donc pas possible non plus sur le plan logique.

11C’est en tirant les conséquences de sa quatrième loi de l’entropie que Georgescu-Roegen dresse un portrait chaotique de l’environnement physico-chimique dans lequel l’activité économique devra prendre place à très long terme. Cette quatrième loi pose cependant de sérieux problèmes car elle constitue une extension non démontrée des principes physiques classiques. Seules quelques propositions intuitives sur l’usure des objets sont exposées. En réalité, la supposée loi de dégradation de la matière mise en évidence par Georgescu-Roegen n’est pas compatible avec le corpus physique élémentaire (Cleveland et Ruth 1997, p. 211). Elle est même contredite par des principes théoriques importants : il est par exemple possible d’observer au niveau moléculaire des processus d’agglomération de matière dissipée à l’aide de grande quantité d’énergie libre. Certains cycles biochimiques participent de ces processus. Bien entendu, la question pratique de la réagrégation des molécules dissipées peut éventuellement soulever des problèmes (Bonaiuti 2011, p. 39). Mais dès lors que Georgescu-Roegen situe son analyse sur le plan conceptuel pour décrire la nature des contraintes physiques qui s’imposent à la réalité économique, force est d’admettre que la quatrième loi de l’entropie qu’il propose ne trouve pas de fondements scientifiques aussi solides que ceux sur lesquels reposent les principes premiers de la thermodynamique classique. Comme nous le verrons au moment d’étudier les héritages contemporains de la démarche bioéconomique, l’énonciation et la promotion de cette loi de dégradation de la matière ont sans doute fragilisé la crédibilité de Georgescu-Roegen dans certains milieux académiques (Bonaiuti 2011, p. 40 ; Perrings 1997, p. 303). Lui était convaincu de l’existence, à l’échelle humaine, de cette loi de dégradation matérielle, même s’il admettait qui lui fallait encore en faire la démonstration (Georgescu-Roegen 1993, p. 199). Ses opposants intellectuels, eux, ont profité de cette brèche dans l’édifice bioéconomique pour reléguer au second plan les débats nés de la reconnaissance des limites physiques à l’activité économique. À partir de l’énonciation de cette loi, Georgescu-Roegen s’est mis à occuper un terrain plus sujet à la confrontation des passions entre ceux combattant le paradigme économique conventionnel et ceux le défendant. La révolution bioéconomique a alors quitté la seule scène académique pour devenir un étendard presque polémique.

12Ce n’était pourtant pas là son objectif. Son appel à plus de lucidité dans l’étude des processus économiques se voulait le plus complet possible, en restant cependant dans le cadre du débat théorique. Cette complétude, au-delà des aspects techniques ou logiques sous-tendant les relations entre activité économique et contraintes naturelles, visait également les conséquences sociales de la prise en compte des phénomènes entropiques. Jusqu’à présent, nous avons mis en évidence les enseignements tirés par la science économique du référent thermodynamique. Georgescu-Roegen étend également sa réflexion, comme nous l’avons vu, au référent de la biologie évolutionniste. Et l’une de ses innovations majeures est d’associer ces deux référents – thermodynamique et biologie évolutionniste – en mettant en exergue le lien entre évolution exosomatique et pression sur les ressources physico-chimiques. Dans la mesure où l’évolution exosomatique, qui est au cœur de la dynamique des sociétés, repose sur le développement des processus économiques, elle est largement contingente aux contraintes matérielles et énergétiques qui cadrent ces processus. En d’autres termes, puisque les processus économiques se trouvent face à une quantité limitée d’énergie de basse entropie, l’évolution des sociétés se trouve prise au piège dans une contrainte physique lourde. Il est alors fort à parier que l’évolution future de ces sociétés se matérialisera par une lutte âpre pour l’acquisition de l’énergie libre restante (Maneschi et Zamagni 1997, p. 704). En caractérisant le désir exosomatique, et la division sociale du travail qui en découle, par l’exacerbation des conflits sociaux (Georgescu-Roegen 1978a, p. 346 ; 1983, p. 143 ; 1993, p. 186), Georgescu-Roegen met en évidence le lien étroit qui existe entre crise écologique et crise de société. L’entropie, comme loi immuable de la nature, ne promet pas seulement à l’humanité des difficultés d’ordre économique, elle est aussi susceptible de créer des tensions sociales dépassant les seuls processus matériels.

13La problématique des conflits sociaux apparaît pour Georgescu-Roegen à deux niveaux : d’une part au niveau des sociétés locales, dans les rapports interindividuels face à la gestion d’une énergie libre limitée, et d’autre part à l’échelle mondiale où un contraste se manifeste entre les différents types de société qui ne répondent pas tous aux mêmes contextes institutionnels. En observant les structures des sociétés agraires, Georgescu-Roegen met en évidence la contingence historique des théories économiques (Dannequin et Diemer 2000). Un modèle reposant sur l’hypothèse d’une optimisation ne répond pas forcément à tous les schémas culturels. Le développement exosomatique des sociétés s’opère donc de manière différenciée selon les parties du globe. S’il s’agit d’un processus généralisé caractérisant l’espèce humaine, certaines sociétés paraissent plus sensibles au désir exosomatique que d’autres ; et surtout, certaines disposent de moyens économiques bien plus importants que d’autres pour satisfaire ce désir. Georgescu-Roegen va jusqu’à parler d’« espèces exosomatiques » différentes qui cohabitent mais ne voient pas le monde de la même manière :

Comme toute évolution organique, [l’évolution exosomatique] a divisé l’humanité en espèces exosomatiques aussi différentes que les espèces biologiques. […] Comparons le mode de vie des Américains avec celui des Bushmen du Kalahari. Exosomatiquement, même l’Homo Indicus est un individu entièrement différent de l’Homo Americanus. L’Homo Indicus voyage principalement à pied, au mieux, dans une petite charrette tirée par un âne, et il fait sa cuisine dans un hibachi primitif en brûlant d’habitude du fumier séché. L’Homo Americanus voyage en automobile, si ce n’est en avion, et il fait sa cuisine dans un four à démarrage, arrêt et nettoyage automatiques. La séparation est plus profonde et plus solide même que celle qui sépare des espèces biologiques d’un même genre – disons le tigre et le lion. (Georgescu-Roegen 1978a, p. 342-343)

14Face à cette différenciation, l’humanité est pourtant confrontée dans son ensemble à la contrainte entropique, quelle que soit sa position sur le globe. Les lois de la thermodynamique ne s’appliquent pas seulement à certaines sociétés, elles s’appliquent partout et toujours. Par conséquent, alors que tout le monde subit une contrainte, certains semblent mieux armer que d’autres pour surmonter partiellement les limites naturelles (Bonaiuti 2011, p. 184). La démarche bioéconomique développe sa réflexion à l’échelle globale des sociétés humaines. Elle interroge donc la question des inégalités internationales, et de l’accès différencié aux ressources, le tout dans le souci de mesurer l’ensemble des contraintes entropiques sur le plan social et politique.

15Les processus économiques s’opèrent dans un environnement physique limité. Leur développement à moyen terme dépend donc de la manière dont ils parviennent à apprivoiser cette limite. Les principes fondamentaux de la thermodynamique classique soulignent le caractère immuable de la dégradation de l’énergie disponible, ce qui invite à une lecture assez sombre de l’avenir de l’activité économique. Comme nous l’avons vu, Georgescu-Roegen évalue le progrès technique, et certaines solutions communes comme le recyclage, à l’aune d’une quatrième loi de l’entropie qui intègre la matière dans les problématiques de finitude du globe. Cette attitude, en généralisant les conséquences funestes subies par le sous-système étudié, tend à étendre la démarche bioéconomique aux domaines politiques et sociaux. C’est souvent à partir de cette lecture certes complète mais très pessimiste de l’avenir économique que l’on retient les travaux de Georgescu-Roegen. Mais son appel à une révolution bioéconomique ne se matérialise pas uniquement à travers un discours qui pourrait paraître fataliste. En décrivant un programme d’action clair donnant un sens pratique à la démarche bioéconomique, il couvre également un registre qui a le mérite d’éclaircir l’horizon en offrant un regard plus optimiste sur l’avenir de l’évolution des sociétés.

Le programme bioéconomique

16Les propositions bioéconomiques formulées par Georgescu-Roegen pour concrétiser les enseignements tirés de la refondation paradigmatique qu’il envisage prennent plusieurs formes. En 1975, elles apparaissent sous les traits d’un « programme bioéconomique minimal » en huit principes (Georgescu-Roegen 1975, p. 377-378). En 1978, elles prennent l’apparence d’un « ABC bioéconomique » en cette fois-ci douze principes (Georgescu-Roegen 1978a, p. 367-376). Ces deux formulations ne sont pas tout à fait équivalentes, d’abord parce que l’ABC bioéconomique se veut non seulement pratique, mais également théorique. Il tend à résumer l’ensemble des observations bioéconomiques à l’égard de la pratique économique, et vis-à-vis du cadre analytique qui l’étudie. Ensuite parce qu’on a eu coutume de retenir davantage le programme bioéconomique minimal de 1975 comme une pierre angulaire des propositions de Georgescu-Roegen, en raison de son aspect militant. Le programme bioéconomique constitue en effet un véritable projet de société qui couvre à la fois des domaines d’action technique, politique et éthique. Nous avons choisi ici de présenter les principales mesures bioéconomiques proposées par Georgescu-Roegen sans nous limiter à une simple énumération des huit mesures évoquées dans l’article de 1975. Il apparaît en effet que le programme bioéconomique s’est construit dans l’argumentaire de son auteur par coalescence de différentes contributions originales. Le programme bioéconomique, volet pratique d’un édifice d’ensemble, forme ainsi une préoccupation transversale qui fait partie intégrante de l’œuvre réformiste de Georgescu-Roegen.

17À partir de sa distinction entre recette faisable et technologie viable, Georgescu-Roegen met en évidence un premier train de mesures, d’ordre technique, dans son élaboration du programme bioéconomique. Depuis le xviiie siècle, le progrès technique s’est matérialisé par la substitution d’une recette faisable par une autre, sans considération précise donnée au problème de viabilité écologique. Pour développer un appareil économique ne précipitant pas la dégradation entropique, on doit s’attacher à mettre au point des technologies nouvelles suffisamment efficaces pour être autonomes, et suffisamment économes et propres pour s’intégrer dans le système écologique global. Le saut technologique souhaité prend une forme « prométhéenne » comme l’indique Georgescu-Roegen (1983, p. 144 ; 1989, p. 168 ; 2006, p. 210-215). À l’image du feu pendant plusieurs millénaires, puis des ressources fossiles depuis deux siècles, la source énergétique sur laquelle devra reposer le système technique futur devra être susceptible de développer une puissance suffisante pour se suffire à elle-même. En d’autres termes, une autre source d’énergie ne devra pas être nécessaire pour développer les infrastructures dont elle a besoin – c’est pour cette raison que Georgescu-Roegen ne considère pas le solaire comme une énergie viable au moment où il écrit. Par ailleurs, et c’est sans doute là le défi à relever le plus important, ce saut prométhéen devra avoir une caractéristique nouvelle : être soutenable sur le plan écologique. Or, jusqu’à présent, chaque grande technique prométhéenne, lors de son développement, a creusé sa propre tombe (Georgescu-Roegen 1989, p. 169) : l’usage du bois pour le feu a conduit jusqu’au milieu du xixe siècle à des déboisements massifs, et la raréfaction des hydrocarbures est un exemple manifeste d’une précipitation de la dégradation énergétique du système-Terre. Développer la recherche et l’ingénierie pour la mise au point de technologies de rupture est un élément essentiel du programme bioéconomique proposé par Georgescu-Roegen. Seulement, il est impératif de ne pas limiter nos efforts à de simples techniques faisables. L’exigence de viabilité constitue une étape supplémentaire souvent négligée. En témoigne l’affirmation de certains selon laquelle le solaire est déjà une technologie généralisable. Nous ne sommes en réalité, au mieux, qu’à la moitié du chemin :

Essayer avec opiniâtreté de trouver des techniques plus efficaces n’est pas seulement légitime, c’est impératif. Mais clamer haut et fort que la technologie solaire est au point, avant que ce ne soit véritablement le cas, […] ne fera que dissimuler à l’opinion publique la gravité du problème des ressources naturelles, ce qui par la suite rendra bien plus difficile toute démarche visant à mettre en place des politiques adéquates pour résoudre ce problème. (Georgescu-Roegen 1979, p. 1055)

18L’arrivée d’un nouveau Prométhée est possible, mais elle nécessitera sans doute du temps. Et il n’est pas certain que l’accélération courante de la dégradation entropique laissera suffisamment de temps et de ressources pour la mise au point – volontaire ou accidentelle – de ces techniques nouvelles (Georgescu-Roegen 1989, p. 170 ; 1993, p. 196). L’effort de recherche doit donc démarrer dès maintenant.

19Pour illustrer de manière concrète ses recommandations, Georgescu-Roegen évoque deux mesures qui, dans un avenir relativement proche, dès que les techniques seront disponibles, devront être prises pour assurer l’avenir bioéconomique de l’humanité. 1) La première de ces mesures est « de remplacer l’énergie terrestre par l’énergie solaire toutes les fois que cela est possible » (Georgescu-Roegen 1978a, p. 372). Cette substitution énergétique est un impératif, elle s’imposera d’ailleurs d’elle-même si la raréfaction des hydrocarbures s’accentue (Georgescu-Roegen 1970, p. 57). L’énergie solaire a deux avantages. D’une part elle est la seule énergie véritablement libre dans la mesure où elle dépend d’un système thermodynamique exogène au système-Terre. Nous l’avons vu. D’autre part elle a la caractéristique d’être disponible sous forme de flux, et non de stock comme les ressources terrestres. Résultat : dans le temps long de l’histoire, l’énergie solaire n’est pas appropriable de la même manière que l’énergie fossile. Chaque génération bénéficie d’un rayonnement solaire égal, et une génération ne peut s’approprier le stock d’une autre génération. Un des problèmes d’équité intergénérationnels liés aux ressources naturelles est ainsi résolu par la nature même de l’énergie qui est appelée à devenir fondamentale. En étant également réparti entre les générations, le rayonnement solaire procure un double dividende : il propose une solution au volet énergétique de la dégradation entropique – la matière restant un problème – et il corrige une des conséquences sociales majeures de l’évolution exosomatique en évitant que les générations actuelles ponctionnent les ressources énergétiques de leurs descendants. 2) La deuxième mesure concrète évoquée concerne un secteur particulier de l’activité économique : l’agriculture. Si le secteur agricole est un pilier fondamental des économies agraires, encore nombreuses à l’échelle du globe, il occupe une place stratégique dans toutes les sociétés. Pour nourrir une population croissante, le secteur agricole s’est métamorphosé à plusieurs reprises au cours du xxe siècle (McNeill 2000), en intensifiant ses méthodes grâce à la pétrochimie et en s’industrialisant par l’intermédiaire de la mécanisation. Ces changements témoignent du caractère absolu de la deuxième ère prométhéenne née de la révolution industrielle : tous les secteurs, même les plus soumis au cadre naturel, ont utilisé les leviers de l’énergie fossile pour se développer. L’émancipation de l’appareil économique à l’égard des ressources hydrocarbures concerne l’ensemble des activités. Dès lors, l’agriculture doit revoir ses méthodes. Les organismes vivants se nourrissent d’entropie basse à partir du rayonnement solaire, de manière directe (photosynthèse végétale) ou indirecte (nourriture organique pour les espèces animales). Dans leurs cycles naturels, ils se plient donc à la contrainte entropique du système-Terre. Une agriculture qui tendrait à respecter ces cycles naturels s’inscrirait donc dans une perspective que l’on pourrait qualifier de bioéconomique3. Un deuxième principe fondamental du programme bioéconomique concerne ainsi la mise en place d’une agriculture uniquement biologique (organic)4. L’agriculture biologique, dont le rôle dans les efforts écologiques à venir a souvent été souligné, fait partie intégrante des propositions fortes de Georgescu-Roegen. Et en évaluant la capacité totale des terrains agricoles à fournir des denrées alimentaires à l’aide de ces méthodes sans engrais artificiel et peu mécanisées, nous nous trouvons à même de mesurer la taille soutenable de la population mondiale (Georgescu-Roegen 1975, p. 378 ; 1977, p. 270). À partir d’une mesure technique, Georgescu-Roegen investit ainsi la thématique démographique, en mettant en exergue qu’on ne peut pas chercher à décrire un avenir viable pour l’humanité sans énoncer la question du nombre d’individus que le système-Terre est capable de nourrir. Bien entendu, l’adaptation démographique ne se fera pas en un jour (Leridon 2009, p. 33), mais elle entre dans le schéma de moyen terme sous-tendu par la perspective bioéconomique. Promotion de l’énergie solaire et agriculture biologique sont donc les deux grands socles techniques du programme bioéconomique proposé par Georgescu-Roegen. Ils constituent des objectifs de moyen terme dans la mesure où la technologie solaire ne paraît pas encore viable, et en raison de l’inertie des variables démographiques qui oblige, à court terme, à maintenir des méthodes agricoles intensives pour éviter les famines. Face à l’urgence écologique mise en évidence par une lecture thermodynamique et évolutionniste du système économique, le délai nécessaire à la mise en application de ces mesures techniques souligne la nécessité d’infléchir les comportements économiques dès maintenant pour agir davantage sur le côté demande de l’évolution exosomatique, plutôt que sur le seul côté offre (Georgescu-Roegen 1989, p. 163).

20Georgescu-Roegen développe ainsi une deuxième catégorie de mesures portant sur la thématique de la régulation publique. Comme Jevons le soulignait au milieu du xixe siècle lorsqu’il s’intéressait à la question de l’épuisement du charbon, la gestion des problématiques naturelles nécessite de l’« audace » politique (Jevons 1866, p. 364-365 ; Missemer 2012). En reprenant à son compte cette exigence de volontarisme, Georgescu-Roegen milite pour deux types d’intervention publique. Le premier type concerne l’orientation des dépenses publiques. Un certain nombre de postes budgétaires n’entrent pas dans une logique de viabilité de long terme. Face à une contrainte énergétique – et matérielle – aiguë, tout gaspillage doit être évité. L’enjeu essentiel devient alors de définir ce qui tient lieu de gaspillage et ce qui tient lieu de dépense indispensable. L’arbitrage réalisé ici par Georgescu-Roegen n’est pas explicitement justifié, mais il est assez intuitif. Selon lui, la démarche bioéconomique implique un usage des ressources strictement orienté vers la survie de l’espèce humaine. Toute dépense militaire lui paraît dans ce cadre contraire aux principes qu’il défend (Georgescu-Roegen 1975, p. 377-378). En lieu et place de ces dépenses, Georgescu-Roegen souhaite que les ressources financières disponibles soient mises à la disposition d’une aide au développement massive pour les pays les moins avancés (1975, p. 378). Cette démarche vise notamment à atténuer les conséquences de la dégradation entropique en termes d’inégalités internationales. Le deuxième type d’intervention publique souhaitée s’attache à la question des réglementations de l’activité économique. Si les processus économiques persistent à s’établir dans un univers qui ne respecte pas le cadre naturel dans lequel ils prennent place, des réglementations publiques peuvent devenir nécessaires. Dans son programme bioéconomique, Georgescu-Roegen donne deux exemples de réglementation. Le premier se concentre sur la question de la durabilité des biens. Si l’état des techniques permet la fabrication de biens solides et durables, le régulateur public doit s’assurer que la logique marketing ne prendra pas le pas, et que les biens proposés au consommateur seront bel et bien durables (1975, p. 378). Le deuxième exemple explore une thématique plus large sur les instruments dont dispose le régulateur. La tendance est à la promotion d’outils incitatifs (taxes, subventions) pour orienter les comportements économiques. Mais pour Georgescu-Roegen, ces outils incitatifs sont insuffisants face aux enjeux écologiques car, en quelque sorte, qui pourra payer surexploitera les ressources, ou polluera. Si besoin, il faudra donc aller plus loin, et « restreindre l’épuisement des ressources au juste nécessaire » (1978a, p. 379), par des mesures quantitatives strictes. Et comme la question des ressources est une question globale, il sera sans doute indispensable de confier ces mesures de régulation à un organisme international unique (1978a, p. 379). En imposant certaines restrictions aux comportements des consommateurs et des producteurs, les régulations publiques occupent une place importante dans le programme bioéconomique. Elles orchestrent la mise en application du projet de société nouveau ainsi proposé. Cependant, parce qu’elles ne peuvent pas remplacer le débat démocratique, les interventions publiques ne sont que le garant d’un changement de mentalité qui doit être plus diffus et plus décentralisé, au niveau de chacun des individus qui composent la société. Le programme bioéconomique de Georgescu-Roegen comporte ainsi un volet éthique essentiel.

21Il s’agit là du dernier train de mesures que met en évidence Georgescu-Roegen dans son programme bioéconomique. Bâtir une société nouvelle, tenant compte des contraintes imposées par les cycles naturels, passe également par une réflexion qui replace l’homme dans son environnement. Le salut écologique n’est pas l’apanage de mesures techniques ou de régulation publique qui viendraient presque miraculeusement éclaircir l’horizon sans que chacun n’ait à faire le moindre effort. Au contraire, le changement fondamental sous-tendu par la logique bioéconomique est un changement éthique :

Ce dont le monde a le plus besoin, c’est d’une nouvelle éthique. Si nos valeurs sont justes, tout le reste – prix, production, distribution et même pollution – doit être juste. Au commencement l’homme s’est efforcé (du moins dans une certaine mesure) d’observer le commandement : « Tu ne tueras point » ; plus tard, « Tu aimeras ton prochain comme toi-même ». Voici le commandement de cette ère-ci : « Tu aimeras ton espèce comme toi-même ». (Georgescu-Roegen 2006, p. 185)

22Le commandement nouveau invoqué ne fait pas seulement figure de pieuse maxime. Georgescu-Roegen lui donne un visage concret lorsqu’il détaille certaines prescriptions de son programme. Par exemple, en dénonçant le « cyclondrome du rasoir électrique », selon la traduction de Jacques Grinevald et Ivo Rens (Georgescu-Roegen 2006, p. 149), il met en évidence la course effrénée que chacun mène pour gagner des fractions de seconde dans son existence sans véritable but : inventer un rasoir permettant de se raser plus vite pour avoir le temps d’inventer un rasoir permettant de se raser plus vite encore, etc. (Georgescu-Roegen 1978a, p. 378). L’avenir bioéconomique passe par une remise en question de ces habitudes, et par la promotion d’une certaine sobriété dans les comportements de consommation. Le principe du « tout, tout de suite », hérité de la révolution industrielle et de la recherche incessante de gains de productivité (Georgescu-Roegen 1971, p. 297), doit être remplacé au plus vite par un principe associant justice et tempérance. Ce changement éthique paraît utopique, surtout lorsque l’on observe les obstacles institutionnels qui existent à sa mise en application5. Mais il est nécessaire, et chacun devrait, dès aujourd’hui, lui accorder toute sa place (Georgescu-Roegen 1983, p. 145 ; 1993, p. 200). En termes de rationalité économique, Georgescu-Roegen admet qu’il s’agit là d’un amendement important aux raisonnements habituellement menés. Si la maximisation de l’utilité d’aujourd’hui ne doit plus être la règle, comment peut-on mesurer l’efficacité économique ? En changeant simplement l’objet de notre attention : plutôt que de maximiser les gains présents, les économistes devraient chercher à minimiser les regrets futurs que nos actions présentes pourraient susciter (Georgescu-Roegen 1977, p. 270). Dans un contexte d’incertitude, d’irréversibilité des processus et d’évolution stochastique, nul doute que ces regrets potentiels existent et qu’ils doivent être pris en considération dans une éthique qui se veut bioéconomique. Ceci appelle le deuxième élément fondamental que Georgescu-Roegen souligne dans le domaine de la morale et des comportements. Puisque l’univers naturel évolue à une échelle différente de celle de l’activité économique, et dans la mesure où les enjeux écologiques sont transgénérationnels et pas seulement instantanés, une éthique bioéconomique doit viser à intégrer toutes les générations dans sa conception du monde :

Le problème bioéconomique […] concerne l’affectation des ressources dans l’intérêt, non pas d’une seule génération, mais de toutes les générations. (Georgescu-Roegen 1978a, p. 374)

23Cette démarche légitime en partie les critiques que Georgescu-Roegen adresse à la méthodologie économique habituelle, et plus particulièrement à la confiance placée dans les prix de marché pour allouer efficacement les ressources. En effet, les ressources naturelles épuisables, par exemple, ont la propriété de ne pas être produites, mais seulement prélevées. Leur prix ne correspond donc pas véritablement à un prix de production, mais surtout à un prix d’enchère proposé par les demandeurs. Dans toute enchère, le bien proposé – en l’occurrence ici les ressources épuisables – est alloué au plus offrant. Le problème, c’est qu’en l’état actuel de l’allocation économique des ressources, une partie des demandeurs potentiels, à savoir les générations futures, sont exclues du marché, et ne peuvent donc pas proposer leurs prix. Il en résulte une sous-estimation chronique des prix des ressources naturelles par le marché (Georgescu-Roegen 1978a, p. 375). L’analyse économique ignore souvent le très long terme et les générations qui n’existent pas encore, parce que ce sont là des données qui n’interviennent habituellement pas dans les anticipations des agents économiques. C’est en cela qu’il s’agit d’une question éthique. L’enjeu n’est pas de construire artificiellement des raisonnements économiques qui tiendraient compte d’éléments que chacun aurait plutôt tendance, individuellement, à ignorer. Au contraire, c’est en adoptant une nouvelle éthique – bioéconomique – que chacun changera sa façon de voir l’avenir. L’analyse économique changera alors simplement avec son temps.

24La sobriété et la prise en considération des générations futures sont deux changements éthiques majeurs qui, à l’instar des basculements technologiques et de régulation publique souhaités, ne pourront voir le jour instantanément. Ils doivent cependant devenir dès maintenant des objectifs incontournables. Tandis que les contraintes physico-chimiques du système thermodynamique terrestre se resserrent, nous avons, selon Georgescu-Roegen, tout intérêt à mettre en application dès que possible les différentes mesures dressées par ce programme bioéconomique minimal. L’effort, après tout, paraît raisonnable. Mais il nécessitera de renoncer en partie au confort exosomatique, et il n’est pas certain que ce modeste sacrifice soit accepté par tous (Georgescu-Roegen 1975, p. 378-379). Le volontarisme de chacun fait donc figure de préalable. L’audace nécessaire au changement ne doit pas seulement être politique, mais aussi citoyenne.

25Près de quarante ans après l’énonciation des prescriptions de Georgescu-Roegen, il est remarquable de constater combien le discours bioéconomique a parcouru de chemin. En son temps, Georgescu-Roegen faisait figure de trublion, refusant l’optimisme de ses pairs sans tomber dans le romantisme du Club de Rome. Son discours était profondément radical (Levallois 2010, p. 2271). En proposant des modifications dans l’appareil productif, dans le mix énergétique, dans les manières de réguler l’activité économique, dans les comportements de consommation, dans les pratiques marketing et dans les stratégies de produit, il appelait tout simplement ses contemporains à une révolution bioéconomique. Aujourd’hui, son discours est d’une actualité forte. D’abord parce que les enjeux écologiques restent à peu près les mêmes, malgré la prise de conscience internationale née du concept de développement durable, et des sommets de Rio puis Kyoto. Ensuite et surtout parce que les mesures qu’il propose sont aujourd’hui devenues en partie le b.a.-ba des leviers souvent invoqués de la transition écologique. Sobriété, durabilité des marchandises, aide au développement, agriculture biologique, énergies renouvelables, sensibilisation au destin des générations futures sont devenus les maîtres mots du discours écologique courant. La réforme souhaitée par Georgescu-Roegen était bien entendu plus large et plus ambitieuse que les mesures prises jusqu’à présent par les responsables politiques et économiques des sociétés industriellement développées. Mais elle a perdu en partie de sa radicalité, ce qui est le signe de son discret succès. L’énergie solaire, peu à peu, se rapproche de la viabilité technique (Bonaiuti 2011, p. 34), et nombreux sont les économistes de l’environnement qui reconnaissent que leur problématique n’est pas seulement affaire d’allocation efficace, mais aussi de justice (Kula 2001, p. 164 et suivantes). Encore modeste et sans doute trop partielle, la mise en application actuelle des réformes bioéconomiques de Georgescu-Roegen acquiert quoi qu’il en soit une réalité, sans qu’il soit nécessaire d’en appeler aux récupérations les plus radicales dont Georgescu-Roegen a pu faire l’objet.

26Ce second chapitre consacré aux dimensions pratiques du paradigme bioéconomique nous a permis de mettre en évidence la singularité de Nicholas Georgescu-Roegen en tant qu’économiste. Auteur complet, ce dernier n’a pas seulement dénoncé les dérives d’un système incohérent avec les principes fondamentaux de son environnement, mais il a aussi cherché à élaborer des voies de sortie, ou du moins des manières de mieux appréhender les changements écologiques à venir. En proposant un quatrième principe de la thermodynamique classique, Georgescu-Roegen a peut-être fait preuve d’une ambition excessive, bien que ses motifs puissent paraître légitimes lorsque l’on s’intéresse non pas aux systèmes physiques dans l’absolu, mais aux dynamiques propres à l’échelle humaine. En considérant que le monde ne va pas vers le désordre, mais vers le chaos généralisé, il refuse de voir comme possible l’avènement d’un salut écologique complet qu’un nouveau saut prométhéen permettrait. À moyen terme, cependant, l’existence humaine pourrait être garantie, et protégée, grâce à un ensemble de mesures bioéconomiques. Ces mesures, somme toute raisonnables rétrospectivement, nécessitent des changements de mentalité qui impliquent une réflexion à l’échelle de l’humanité tout entière. Elles forment bel et bien le complément concret des réformes paradigmatiques et méthodologiques promues par Georgescu-Roegen. Discipline récente, la bioéconomie a déjà suscité de riches commentaires. Son histoire contemporaine est plurielle, nourrie de mouvances diverses. Les héritiers de Georgescu-Roegen sont par conséquent nombreux, et ils adoptent des positions souvent différentes sur les enjeux écologiques. Certains retiennent de leur aïeul une vision sombre de l’histoire, d’autres concentrent leur attention sur l’optimisme qui se trouve derrière le programme bioéconomique. Tous reconnaissent l’ampleur des champs de recherche théoriques et des défis pratiques que Georgescu-Roegen a esquissés.

Notes de bas de page

1 L’article « Energy and Economic Myths » (1975) dans lequel on trouve le programme bioéconomique est construit à partir d’une conférence donnée par Georgescu-Roegen à l’École des forêts et des études environnementales de l’université de Yale en 1972.

2 Le premier principe, dit de conservation de l’énergie, avait déjà été étendu à la matière par R. U. Ayres et A. V. Kneese en 1969 à l’occasion de leur article « Production, Consumption and Externalities » où ils indiquaient que tout processus de production a tendance à s’articuler autour de la transformation d’une quantité donnée et immuable de matière (Ayres et Kneese 1969, p. 284). (Merci à Franck-Dominique Vivien pour m’avoir signalé ces travaux antérieurs à ceux de Georgescu-Roegen.)

3 Il est à noter que la capacité des organismes vivants à construire de l’ordre dans le désordre, c’est-à-dire à produire de l’entropie basse, est sujette à débats. Georgescu-Roegen estime que tout organisme se caractérise par un bilan entropique net négatif (2006, p. 71). Là encore, le respect des cycles naturels n’est alors qu’un ralentissement de la marche du monde vers le chaos thermodynamique. Mais ce n’est pas une solution miracle.

4 Georgescu-Roegen utilise en anglais l’expression « organic agriculture » qui peut être traduite soit par « agriculture organique » (Georgescu-Roegen 1978a, p. 372), soit par « agriculture biologique ». Nous choisissons cette deuxième expression car elle plus communément utilisée aujourd’hui que la première.

5 On notera que Georgescu-Roegen reste silencieux sur le cadre institutionnel qu’il faudrait mettre en place pour l’application de son programme bioéconomique.

Précédent Suivant

Le texte seul est utilisable sous licence Licence OpenEdition Books. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.