Version classiqueVersion mobile

Intellectuels empêchés

 | 
Brigitte Gaïti
, 
Nicolas Mariot

Partie 1. Écroulement. Persévérer contre l’empêchement

Chapitre 3

La persistance à étudier en contexte de « rééducation ». Le cas d’un jeune instruit envoyé à la campagne dans la Chine de la Révolution culturelle

Olivier Marichalar

Texte intégral

Vous autres intellectuels, vous êtes tous les jours dans vos bureaux de fonctionnaires, bien nourris, bien habillés, et ne faisant même pas un peu de marche à pied – c’est pour ça que vous tombez malade. Les vêtements, la nourriture, le logement et l’exercice sont les quatre causes de la maladie. Si d’une vie de coq en pâte, vous passez à des conditions un peu moins confortables, si vous participez à la lutte des classes, si vous vous retrouvez au beau milieu des « quatre assainissements » et des « cinq antis » et vous vous endurcissez pendant quelque temps, alors vous autres intellectuels, vous aurez une tout autre allure.
Mao Zedong, « Entretien sur des questions de philosophie »

Un des jeunes instruits, Li Li, était grand amateur de lectures. Parmi ses bagages se trouvait une grosse malle remplie de livres. Elle ne pouvait être déplacée que par quatre personnes à la fois. Nous étions fort respectueux de cette malle car nous avions tous fréquenté l’école. Nous la transportâmes avec grand soin en nous interpellant sans cesse : « Attention ! Attention ! »
A Cheng, « Le roi des arbres »

  • 1 Sur les débuts de la Révolution culturelle, on pourra se reporter à Roderick MacFarquhar et Michae (...)
  • 2 La quasi-totalité des anciens se rappellent cette date ainsi que l’appel de Mao mot pour mot.
  • 3 Roderick MacFarquhar et Michael Schoenhals, La dernière révolution de Mao, ouvr. cité, p. 318.

1Révolution dans la révolution, la Grande Révolution culturelle prolétarienne (ci-dessous Révolution culturelle) fut lancée en août 1966, au cours de la dix-septième année d’établissement du nouveau régime communiste, et dura officiellement dix ans1. Le 21 décembre 1968, les « directives au sommet » (zui gao zhishi) du président Mao publiées en une du Quotidien du Peuple appelaient tous les « jeunes instruits à partir à la campagne, se faire rééduquer par les paysans pauvres et moyens-inférieurs »2, provoquant grâce à la mobilisation qui s’ensuivit un considérable flux d’envoi de la ville vers la campagne pendant la décennie suivante. Au total, entre 1968 et 1980, ce sont en effet près de 17 millions d’élèves et d’étudiants qui sont partis s’insérer dans les fermes militaires (bingtuan), fermes d’État (nongchang), et équipes de production rurales (chadui) de différentes provinces, parfois à plusieurs milliers de kilomètres des villes de départ. Partis sans terme prescrit, et encouragés à « prendre racine » (zhagen) à la campagne, certains jeunes instruits parvinrent à rentrer en ville après quelques années par des voies officielles ou clandestines, tandis que d’autres durent attendre la fin du mouvement décrétée en 1980, au terme notamment d’une grande mobilisation de jeunes instruits dans la province du Yunnan. Les jeunes instruits passèrent en moyenne sept ans à la campagne sous ce statut, avec des écarts importants dans la durée du séjour, compris entre un et onze ans. Pour les historiens Roderick MacFarquhar et Michael Schoenhals, cette politique d’envoi « avait compté parmi les toutes premières mesures discutées dans le contexte de ce que pouvait impliquer une Révolution culturelle »3.

2Conçu puis rendu massif pour répondre à plusieurs préoccupations politiques et économiques du pays, l’envoi des jeunes instruits à la campagne est l’unique vecteur de la Révolution culturelle œuvrant à la formation de « successeurs révolutionnaires » (geming jiebanren), l’un des objectifs centraux du mouvement, ciblant la jeunesse. Derrière le vocable directeur de la « pratique », environ une moitié des jeunes urbains furent extraits de leur milieu jugé favorisé pour rejoindre un monde rural en partie mythifié et participer à la formation d’un hybride révolutionnaire nouveau. Brisant les rouages familiaux et scolaires de la reproduction sociale, ce mouvement constitua un barrage au devenir intellectuel, tel qu’il était jusque-là, à travers l’éloignement des centres urbains et le ciblage politique en fonction des origines, la disponibilité exclusive de matériaux diffusant un savoir appliqué au détriment des autres savoirs, la promiscuité, le travail manuel qui occupait les journées et la fatigue physique engendrée. La suppression du concours d’entrée à l’université (gaokao) entre 1966 et 1977, alors remplacé par un recrutement plus limité sur recommandation et évaluation du capital politique, rendait impossible la projection de soi dans une carrière intellectuelle classique. Les pratiques culturelles nombreuses des jeunes instruits à la campagne – lecture, musique, arts – illustrées depuis dans de nombreuses œuvres littéraires et cinématographiques témoignent des restes d’une éducation urbaine et d’un entre-soi jeune instruit dans les villages. Mais l’entêtement au devenir intellectuel, bravant l’empêchement mis en place, est beaucoup plus rare ; tout au plus observe-t-on des formes de bachotage à la veille du rétablissement du concours d’entrée à l’université.

  • 4 En vue de préserver l’anonymat de cet enquêté, dont nous exploitons par ailleurs des données d’ent (...)
  • 5 Cette rencontre a donné lieu à un entretien de trois heures trente.
  • 6 Le Journal de jeune instruit de Hong Yi a été publié fin 2013 et comprend 471 pages. Il s’agit d’u (...)

3C’est pourquoi la trajectoire de Hong Yi4, jeune instruit de Chengdu, parti en 1972 dans le Yunnan occidental, proche de la frontière birmane, qui persiste méthodiquement à vouloir se former en dépit des difficultés, est atypique. Rencontré en août 2014 à son domicile de la capitale du Sichuan où il s’est réinstallé à la fin du mouvement d’envoi en 19805, il nous offre plusieurs de ses livres dont un journal tenu pendant toute la durée de son envoi (1972-1979), transcrit fidèlement, quarante ans plus tard, à partir de onze petits cahiers6. À la fois compte rendu des journées, journal intime et moyen de supervision d’un programme d’études qu’il se fixe, ce journal rend compte des conditions de l’empêchement du devenir intellectuel à travers les stratégies d’un jeune persistant dans cette voie.

4Nous nous intéressons dans un premier temps à l’intégration des relevés de lecture au journal de Hong Yi et à ce que cela révèle sur les modalités de dépassement de l’empêchement. Puis nous envisageons les conditions sociales particulières pouvant rendre compte de sa persévérance inhabituelle à étudier seul, à l’encontre des directives. Enfin, nous verrons comment l’intérêt pour la politique de Hong Yi motive ses lectures tout en renforçant son sentiment d’éloignement et d’inutilité. L’expérience des huit années d’envoi met à l’épreuve ses convictions sans toutefois les renverser, jusqu’à son retour.

Un journal pour résister à l’empêchement

  • 7 On se reportera à Carin Graminius, « Building a New China. Hukou Investigation Practices in Beijin (...)
  • 8 Jean-Pierre Maurer, notice « LEI Feng 雷鋒 », version mise en ligne et modifiée pour la dernière foi (...)

5Les écrits personnels (correspondances, journaux personnels, notes, et transcriptions personnelles) reflètent des apprentissages, normes d’écriture et diffusions de textes de références spécifiques à chaque cadre national et linguistique. Dans le contexte de la Chine d’après 1949, et en particulier celui de la Révolution culturelle, la forme et le contenu de ces écrits sont également conditionnés par la mise en place à l’échelle de la société d’un fort système de contrôle sur les biographies personnelles, notamment à l’aide des archives sur l’origine de classe des foyers, qui documentent les relations personnelles et les entourages. Comme dans le cadre soviétique dont il fut inspiré, le système chinois reposait sur des questionnaires biographiques, des autobiographies d’institution (à l’entrée dans le Parti communiste, ou à la veille de descendre à la campagne comme jeune instruit, par exemple) et des données d’enquête, comme celles réalisées par les équipes en charge de l’administration de la carte de résident (hukou)7. Pendant la Révolution culturelle, les groupes de gardes rouges établirent, au-delà du recueil matériel de données, des réputations, fondées sur des propos tenus par des membres de la famille au début de cette période, ou bien sur les descentes dans les foyers pour trouver des facteurs incriminants. Ainsi, beaucoup d’intellectuels se débarrassèrent préventivement de leurs écrits personnels qu’ils considéraient comme pouvant être retenus contre eux à cette période. Les correspondances et journaux personnels étaient écrits avec la conscience qu’ils pouvaient être ouverts et consultés, d’où un strict contrôle en amont sur ce qu’ils contenaient. Lettres et pages de journal s’ouvraient et se refermaient d’ordinaire par des marques d’allégeance convenues au président Mao, comme des vœux de longévité, mais ces formules pouvaient aussi être plus personnalisées. Par ailleurs, et particulièrement chez la génération des jeunes instruits, ces écrits étaient empreints d’une morale de l’apprentissage continu par l’expérience et notamment la fréquentation des classes laborieuses. Un journal typique relate ainsi au jour le jour les expériences vécues venant appuyer des citations du président Mao et renforçant une détermination à poursuivre dans un chemin vertueux. Outre les citations du président Mao, les références qui ont le plus influé sur la forme des entrées de journaux sont les écrits de certains travailleurs modèles qui ont été largement diffusés au début des années 1960. Au premier rang de ces écrits figure le journal de Lei Feng, jeune ouvrier modèle d’une aciérie d’Anshan, devenu soldat, qui meurt électrocuté pendant son service à l’âge de 21 ans et dont le journal dépeint dévouement au peuple et humilité8. Des écrits personnels modèles étaient diffusés aux jeunes instruits par l’intermédiaire des cadres des « groupes de réconfort » (weiwentuan) qui étaient chargés de veiller à ce que les jeunes instruits se portent bien.

6Peu de journaux de jeunes instruits ont fait à ce jour l’objet d’une publication, que ce soit sous forme papier ou dans un blog. À partir des points de comparaison dont on dispose, le journal de Hong Yi se démarque par un ton personnel affirmé, souvent critique, et fait ressortir son utilité pour l’auteur dans l’organisation de sa vie quotidienne. En guise de postface, Hong Yi rend compte de ce que représentait ce journal à ses yeux, après en avoir transcrit les pages :

L’écriture de ce journal entamé il y a plus de quarante ans procédait d’un profond sentiment de désespoir et de détresse spirituelle et visait instinctivement à vaincre la solitude et à épancher mon âme. Des notes de lecture complétaient le tout. Ce journal a servi de point d’observation et de réconfort spirituel, de miroir réfléchissant du long et difficile voyage des jeunes instruits, et j’y ai inscrit le quotidien de ces longues années douloureuses. (p. 469)

7Outil de travail à la manière des journaux personnels des écrivains de la période républicaine, le journal de Hong Yi lui permet également de consigner l’évolution de sa relation amoureuse avec une autre jeune instruite qu’il épousera, ses réjouissances et déceptions personnelles ainsi que les moments de désespoir profond que provoque sa situation d’envoyé à la campagne. Le ton du « journal intime », au sens que ce terme revêt dans la tradition occidentale, distingue ce texte pour son époque. L’auteur n’y prend aucune des précautions habituelles d’écriture, et s’il y a dans une certaine mesure mise en scène de soi, celle-ci n’obéit pas principalement à un code d’écriture politico-moral comme c’est le cas de nombreux écrits personnels de cette période. À l’inverse des textes éducatifs et vertueux qui sont diffusés comme modèles, celui de Hong Yi est parsemé de jurons. Son écriture est rapide, ne recherche pas le style, et elle est marquée par une grande régularité, rares étant les journées qui ne sont pas consignées. Chaque année, à certaines dates, Hong Yi esquisse un bilan des années passées à la campagne et tente de se projeter dans l’avenir, bien souvent sans succès. La comparaison des entrées de journal des fêtes du 1er mai et du nouvel an lunaire, ainsi que celles de son anniversaire le 20 juillet et de la date anniversaire de leur départ collectif pour le Yunnan, le 29 mars, qui fait l’objet d’une célébration, est à ce titre instructive. Après plusieurs années passées à la campagne, il écrit ainsi, un lendemain de fête célébrant leur envoi : « Jusqu’à quand vais-je écrire ces comptes rendus annuels du 29 mars ? » (p. 228). Ayant toujours souffert de son envoi à la campagne, Hong Yi devient chaque année qui passe plus pessimiste encore sur son avenir, et perd patience pour les festivités, cette « vie ennuyeuse » (p. 401), indiquant leur préférer même le travail manuel.

  • 9 Appellation de la vague collective des retours. Celle-ci a lieu au terme d’une mobilisation import (...)

8L’auteur du journal, Hong Yi, né en 1953 à Chengdu est le troisième fils de sa famille. Son père enseigne la médecine à Chengdu avant de devenir chef comptable d’une grande usine de papier à Shenyang dans le nord-est de la Chine, tandis que sa mère reste à Chengdu où elle enseigne les sciences de la terre. Hong Yi aime rappeler dans ses livres ou en situation d’entretien qu’il est issu d’une longue lignée d’intellectuels, qui comprend plusieurs médecins, et qui est originaire du côté de son père de la ville de Suzhou, connue pour sa riche histoire culturelle. Son arrière-grand-père était un calligraphe réputé. En 1949, son père, qui soutient le gouvernement nationaliste, envisage de quitter le continent chinois pour Taïwan, mais n’a pas les moyens d’acheter plus de deux billets, qu’il faut payer en lingots d’or. Or il lui faut quatre billets pour permettre à son épouse, son fils et sa mère de partir. Il décide de rester plutôt que de séparer la famille. Quelques années plus tard, après l’arrivée des communistes au pouvoir, le père de Hong Yi perd son travail, et c’est le début d’années que Hong Yi se remémore comme difficiles. Au lancement de la Révolution culturelle, ses parents sont « critiqués » par des organisations de gardes rouges en tant que membres des « cinq catégories noires ». Hong Yi, comme ses deux frères aînés avant lui, est mobilisé pour partir à la campagne à 17 ans, en tant qu’« enfant pouvant être bien rééduqué » (keyi jiaoyu hao de zinü) comme on appelait à cette période les enfants de « mauvaise » origine de classe. Il n’a alors jamais suivi de cours dans l’enseignement secondaire à cause du lancement de la Révolution culturelle. Hong Yi est envoyé dans une ferme d’État de la province du Yunnan où il reste sept ans. Il rentre à Chengdu par le « grand vent de retour en ville » (huicheng feng)9 en 1979, avec son épouse, elle aussi jeune instruite, et un fils.

9Pendant les premières années à la campagne, il se plaint dans son journal des conditions d’éclairage et du dénuement matériel qui l’empêchent de lire autant qu’il le voudrait. Après avoir changé plusieurs fois de ferme d’affectation, il finit par s’installer plus durablement fin 1973 dans une ferme d’État où il obtient une chambre qui le satisfait. Disposant d’une petite table de bureau, d’une étagère et de meilleures conditions d’éclairage, il écrit à plusieurs reprises dans son journal qu’il n’a pas besoin de davantage de confort et qu’il se contentera aisément de ces conditions d’études pour toute sa vie. Dans son projet d’études au quotidien et sur le long terme, ce sont alors les livres qui manquent. Le 2 septembre 1973, il écrit :

J’ai lu sur mon temps libre les œuvres du grand auteur réaliste juif Cholem Aleikhem, cela renforce mon désir d’apprendre. Né dans cette grande époque, pourquoi ne pourrais-je faire tout mon possible pour étudier ? Persister sans relâche, avancer petit à petit, ne pas avoir peur des difficultés ni se décourager, voilà le précepte que je me donne pour étudier. (p. 96)

  • 10 Gérard Mauger, Claude Poliak et Bernard Pudal, Histoires de lecteurs, Bellecombe-en-Bauges, Éditio (...)
  • 11 Hong Yi indique en préface avoir restitué le journal « dans son jus » (yuan zhi yuan wei, p. I) de (...)

10Étant donné la place charnière de son journal dans l’organisation quotidienne de sa vie studieuse, ainsi que la rareté des livres qui rend leur mention d’autant plus digne d’intérêt, nous pouvons raisonnablement considérer que la quasi-totalité des livres parcourus pendant ces sept ans comme jeune instruit à la campagne figurent dans le journal. En suivant librement la démarche d’enquête originale entreprise dans l’ouvrage collectif Histoires de lecteurs10 qui vise à éclairer de façon réciproque trajectoires biographiques et itinéraires de lecture, nous avons reconstitué – à défaut de pouvoir la visiter – la bibliothèque des livres qui, lus et étudiés par le jeune instruit Hong Yi, sont mentionnés dans son journal. Leur liste, reconstituée au fil des pages du journal et rassemblée ici en annexe, comporte 108 références de genres différents. Par ailleurs, l’usage effectif des livres est perceptible à travers les mentions telles que « ai commencé à lire », « ai relu à nouveau en entier », « ai terminé de lire », « ai assez précisément lu », « ai pris des notes sur », « ai lu en entier d’une traite »11. Cela permet d’envisager une histoire matérielle des lectures réalisées par les jeunes instruits à la campagne, pour contrebalancer les discours rétrospectifs et récits romanesques sur le mouvement d’envoi exagérant parfois la part des lectures des grandes œuvres de la littérature européenne. Sont indiqués également avec précision la provenance des livres et parfois le lieu de leur future expédition, car beaucoup de ces livres étaient empruntés puis prêtés à d’autres. Ce sont sa mère, son frère et certains amis proches, eux aussi envoyés à la campagne dans d’autres villages, qui lui font parvenir le plus de livres, tandis que lui-même privilégie l’éducation de son jeune cousin à qui il transmet certains ouvrages après les avoir étudiés. La réception par courrier de nouveaux ouvrages est toujours une heureuse nouvelle, méritant d’être saluée dans le journal, car l’approvisionnement est faible. Hong Yi relit de nombreuses fois certains de ses livres, et tout particulièrement Sur le rôle de l’individu dans l’histoire de Gueorgui Plekhanov, qui rencontre, dit-il, ses sujets de questionnement pendant sa première année d’envoi, une Histoire de la littérature chinoise lue quatre fois, Sur l’art d’un auteur non spécifié, et Anna Karénine, obtenu pendant sa dernière année et d’emblée relu deux fois. Hong Yi recopie dans son journal original des passages entiers de ses lectures du jour qui l’ont marqué ou qu’il souhaite mémoriser, mais retire ces transcriptions des entrées de son journal publié. En lisant Le Taon d’Ethel Voynich, un roman publié à l’origine en 1897 et portant sur le Risorgimento, il est comme de très nombreux lecteurs chinois de l’époque marqué par la force de caractère du personnage principal et relate ses impressions :

Ce livre est si fascinant qu’il évacue chez moi l’envie de sommeil, me conduit dans des états de silence ou d’excitation et me fait même oublier le monde environnant. Il est passé deux heures du matin quand je le termine. Chaque fois que je le lis, il me met dans un état d’effervescence. Qui d’autre dans ce monde peut rivaliser avec la persistance à toute épreuve du Taon ? Même si le contexte social dans lequel je me trouve est différent du sien, il restera toujours un modèle pour moi. Dans mon parcours long et sinueux, la figure du Taon me procurera certainement de la force. (p. 148)

11Ce journal témoigne d’une lutte quotidienne pour poursuivre un projet intellectuel qui avait été empêché, l’insistance sur les textes lus et étudiés étant particulièrement forte. Les relevés de lecture et des inspirations reçues peuvent être considérés comme une socialisation anticipatrice et une projection dans un idéal d’intellectuel modelé sur celui de la période républicaine. Hong Yi se lie dans l’intimité de ce journal à un projet de transformation de soi par le savoir, qui prend le dessus sur les injonctions de réforme des jeunes instruits en « paysans d’un type nouveau ».

Les conditions d’une persévérance hors norme

12Se plaignant de son faible niveau de connaissances, Hong Yi s’impose de progresser, et se rappelle dans son journal qu’une certaine application dans la durée produira certainement ses effets. Quelques mois après son arrivée dans le village, le 4 juin 1973, il écrit :

En parcourant des essais et romans que j’ai rassemblés, particulièrement ceux de Lu Xun, j’éprouve mon manque de connaissances. Mais je ne dois pas me décourager, je dois voir le bout du tunnel, le savoir est une chose qui s’acquiert, en s’appliquant avec persévérance sans discontinuer un certain nombre d’années, il y aura certainement des résultats. (p. 71)

13L’introspection quotidienne liée à la tenue du journal permet de cadencer ce programme de travail mais aussi de se conforter dans un projet particulièrement difficile à mener à bien. Inscrite en exergue d’un nouveau cahier, la citation suivante montre que le journal permet à Hong Yi de s’auto-persuader de l’intérêt de sa démarche, en s’entourant symboliquement d’hommes de lettres : « Lorsque quelqu’un estime son niveau de connaissances comme suffisant, non seulement il ne peut plus progresser, mais il perd aussi goût pour le sel de la vie (Lu Junchao) » (p. 259). De même que le journal reflète l’empêchement du devenir intellectuel, il manifeste l’isolement dans lequel Hong Yi se trouve pour accomplir la dure tâche qu’il s’est fixée.

14Maintes fois reformulés sont les rappels à une discipline qu’il se prescrit, exigeant de lui-même d’intercaler davantage de plages d’études dans des journées déjà bien complètes. La dernière année de son envoi, le 11 mai, il précise son emploi du temps quotidien ainsi :

Chaque matin après m’être levé vers six heures, je pratique six formes en arts martiaux, et me lave à l’eau froide. Je m’efforce d’étudier au moins une demi-heure avant le travail. À midi, après avoir rangé l’équipement, mis à part les diverses obligations, j’étudie jusqu’à la reprise du travail. Après le dîner, si le ciel est dégagé, je me balade un peu, puis j’étudie ou j’écris jusqu’à minuit environ. C’est ma journée type dans cette région reculée. Persévérer, persévérer, c’est être victorieux. (p. 403)

15Hong Yi persiste à vouloir étudier au quotidien en dépit des difficultés à le faire. D’autres que lui avaient fini par interrompre leur projet d’études faute de disposer d’un entourage suffisant pour se persuader de continuer. Lors de ma rencontre avec Hong Yi à son domicile à Chengdu, en août 2014, celui-ci rend compte de cette détermination à se former intellectuellement en rappelant qu’il est issu d’une lignée de lettrés :

  • 12 Entretien réalisé en août 2014 à Chengdu au domicile de Hong Yi.

Je dois suivre les traces de mes prédécesseurs, je dois me défaire de l’ignorance, des conditions de vie barbares, je dois être le fils de mon père, le petit-fils de mon grand-père. Ma famille est une famille de lettrés, c’est une descendance lettrée sur huit siècles attestée par des documents. Le Parti ne peut pas couper ce lien, il ne peut pas tout stopper à ma génération, c’est ce que je pense intérieurement. J’en fais peut-être trop peu, et trop mal, mais je n’ai pas à avoir honte, je me suis au moins appliqué et j’ai fait tout mon possible [pour perpétrer cet héritage intellectuel].12

16Même s’il parle au présent, car il se sent marginalisé aujourd’hui, ne touchant aucun revenu pour son travail intellectuel quotidien et refusant toute forme de subvention par principe, pour préserver son autonomie, la position qu’il exprime apporte également un éclairage rétrospectif sur la détermination qui fut la sienne pour étudier à la campagne. Elle peut traduire une propension interne, possiblement dissimulée ou refoulée dans le contexte de la Révolution culturelle qui a cherché à rompre l’influence familiale. Comme beaucoup de jeunes instruits d’origine intellectuelle, Hong Yi ressent à certains moments une forme de désespoir, ne voyant aucun terme à ce programme de rééducation. Le 8 octobre 1975, il écrit ainsi : « Mes connaissances sont si pauvres… Je suis si fortement désireux de retourner à l’école, d’apprendre de nouvelles connaissances pour le pays, pour le peuple. Cependant, qui peut entendre mon désir ? » (p. 199).

17Hong Yi cherche, comme ses camarades, à savoir jusqu’à quand il doit rester à la campagne. Il formule ses conclusions sur la base de lectures historiques. Le 9 février 1973, il écrit ainsi :

D’après les nouvelles Annales historiques de la Chine, on voit que les dirigeants de plusieurs époques ont eu recours, afin de réduire l’écart ville-campagne et de contrôler l’augmentation de la population urbaine, à des politiques d’envoi de l’intérieur des terres vers les régions frontalières et faiblement peuplées. Moi, un jeune ordinaire, j’ai connu le même sort que des millions d’autres jeunes instruits, je suis arrivé dans cette région étrangère et désolée, et il s’agit d’un même type de mesure. De ce point de vue, je n’ai aucun espoir de pouvoir un jour revenir à ma terre natale. Si je ne prodigue pas suffisamment d’efforts, ou si la situation ne connaît pas de changements, c’est au barrage de Longchuan que je passerai le reste de mes jours ! De nombreux jeunes instruits arrivés avant moi ici s’y sont durablement installés. La vision de cet avenir effroyable vient régulièrement me hanter, cela m’asphyxie. Même mort, je ne serais pas satisfait. (p. 61)

18Dans son entrée de journal du 8 décembre 1977, Hong Yi décrit son projet d’études comme ce qu’il peut et doit faire dans les conditions actuelles, mais songe à ce que lui promettait sa trajectoire modale de jeune intellectuel en devenir :

Si je n’avais pas subi l’abus de « la Bande des quatre », j’aurais pu faire des études à l’université, et à mon âge, maintenant, je serais déjà un jeune diplômé aux multiples compétences sociales… Les conditions ne sont actuellement pas réunies pour reprendre des études, mais je ne dois pas attendre et regarder les choses sans agir, je dois faire tout mon possible pour étudier. Il me faut demander des dispenses de travail pour maladie sans songer aux conséquences afin de dégager du temps pour étudier. (p. 378-379)

19Cette détermination et l’importance des sacrifices concédés restent difficilement explicables en dehors du schème que donne Hong Yi lui-même au sujet de ses origines familiales. Mais l’investissement intellectuel, peut-être précisément parce qu’il était pris pour cible dans son essence par le mouvement d’envoi, fut recherché par Hong Yi pour s’échapper d’une condition qu’il supportait difficilement et qui ne laissait entrevoir aucun espoir de changement. Un soir de sa première année d’envoi, Hong Yi tente de se suicider en avalant une poignée de médicaments avec une grande quantité d’alcool, un épisode qu’il mentionne et sur lequel il ne revient plus dans la suite de son journal. « Plutôt posséder des brisures de jade qu’une brique entière en parfait état » (p. 180), écrit-il à la suite d’un désaccord avec des cadres locaux, persistant dans une position sans compromis dont le coût est élevé.

20C’est seul que Hong Yi persévère dans son projet quotidien d’études et il s’agit pour lui d’une autre difficulté qu’il tente de surmonter. Il cherche en effet à compenser le manque de structures matérielles propices aux études par la présence d’un entourage qui le stimule intellectuellement et le pousse à effectuer de nouvelles lectures. Intellectuel non formé, Hong Yi retire de la satisfaction de chacun de ces échanges, il se réjouit de trouver un nouveau compagnon d’études à l’occasion d’un transfert de jeunes instruits dans sa ferme, ce qui l’aide à persévérer dans ce choix d’étudier au quotidien en dépit des difficultés. Si « s’arracher à l’ignorance », comme il le proclame, est pour lui de haute nécessité, il voudrait aussi favoriser une telle transformation chez les personnes qui lui sont chères, un cousin dans un autre village avec qui il entretient une relation épistolaire régulière, et sa nouvelle campagne qui n’a pas bénéficié d’un environnement familial intellectuel. Au début de leur relation, Hong Yi lui recopie des passages d’ouvrages et des poèmes pour les lui offrir. Il cherchera également à lui prêter des ouvrages, mais se désole que He, sa compagne, n’en ait qu’une lecture superficielle. Le 5 mai 1976, il regrette de ne pas pouvoir entretenir de réels échanges intellectuels avec elle : « Comme je voudrais pouvoir partager mes points de vue avec He Chang, et me perfectionner grâce à des débats avec elle ! Hélas, ce n’est pas possible » (p. 235). Après six ans passés à la campagne, Hong Yi se retrouve seul à étudier au quotidien, ses camarades d’études étant partis à la suite de la restauration des concours d’entrée à l’université.

21Hong Yi a quant à lui renoncé à passer ces concours, comme il l’indique le 8 décembre 1977, pour ne pas abandonner sa compagne : « Je ne peux pas laisser derrière He qui partage la même adversité. Je dois renoncer pour elle à cette opportunité. Peut-être s’agit-il là de l’erreur de toute une vie, mais je ne dois pas regretter ». Le 15 octobre 1978, il écrit ne pas savoir comment réagir au départ de ses camarades :

Lan Wa vient d’entrer à l’université Huanan, ainsi mes camarades d’études sont désormais tous partis. Mis à part He, il n’y a ici plus personne qui peut échanger avec moi sur les études. Le climat propice aux études du mois dernier n’est plus, les gens qui préparent pour les concours ne sont plus là, tout cela s’est arrêté. Je ne sais plus comment passer le temps. Il me faut continuer de progresser petit à petit, à l’image d’une fourmi. (p. 434)

  • 13 Sur ces « salons », voir Yang Guobin, The Red Guard Generation and Political Activism in China, Ne (...)

22Certains ont cherché ainsi de manière plus ou moins consciente et déterminée à recréer les conditions d’un redevenir intellectuel à la campagne, en mettant en commun les livres obtenus, voire même, comme cela a été observé, en recréant des quasi-« salons littéraires » dans les conditions de fortune de ces cadres ruraux13. Ces cercles de discussion, dont la diffusion reste néanmoins marginale, donnent une bonne indication des moyens de formation intellectuelle mis en œuvre par des jeunes héritiers culturels privés du cadre scolaire et urbain traditionnel.

Un réveil critique tardif

23De nos jours, Hong Yi est aux yeux de ses proches quelqu’un qui possède une pensée critique étayée vis-à-vis du régime politique chinois. En privé, son langage reste marqué, comme dans son journal de jeunesse, par l’utilisation récurrente de jurons, a fortiori lorsqu’il s’agit de politique. Après la lecture de son journal, à la suite de notre rencontre, nous voyons qu’à l’évidence ses positions politiques ont fortement évolué. La longue tâche de recopier fidèlement son journal quelques quarante années plus tard n’a d’ailleurs pas toujours été facile pour lui, le confrontant à des erreurs de jugement passées et à ce qu’il considérait comme de la naïveté ou de l’ignorance. Mais cette démarche de transcription fidèle à l’original se justifiait selon lui pour donner à voir « la mentalité nationale de l’époque » (dangshi guomin xintai, p. 299).

24Hong Yi est membre de la Ligue de la jeunesse communiste pendant ses années à la campagne et il assume les fonctions de chef d’équipe (banzhang) dès la première année. Après deux mois à la campagne, reconsidérant les années où l’éducation secondaire était à l’arrêt dans les villes, il écrit, le 4 avril 1972 :

Qu’est-ce que je regrette ! Pourquoi n’ai-je pas tout fait pour bien étudier dès le départ ? Maintenant, je comprends l’importance des études, hélas, les conditions ne permettent plus de les réaliser. La journée est déjà bien remplie de travail manuel, le corps en est affaibli et le temps vient à manquer, où trouver le loisir d’étudier ? Si je pouvais retourner à ma vie d’étudiant, ce serait alors un vrai bonheur. […] Ah, quel endroit ! Ce n’est pas que je rechigne aux travaux manuels, mais je ne tolère pas cette promiscuité, je hais cet endroit. Mais je sais que je dois supporter cette vie sans rien dire, pendant au moins les premiers mois je ne dois pas laisser transparaître la moindre insatisfaction. Car je suis chef d’équipe, et de plus un jeune de la ligue, je dois jouer mon rôle d’influence sur les autres. (p. 12)

25Dans les livres, Hong Yi découvre l’acharnement au travail et l’héroïsme de certains intellectuels, comme Nicolas Ostrovski, l’auteur de Et l’acier fut trempé (1932), qui souffrait d’une maladie génétique et devint aveugle à l’âge de 20 ans des suites de blessures reçues pendant la guerre civile russe. Il cherche à prendre exemple sur de telles figures intellectuelles pour persévérer dans ses études, et se montre très sévère avec lui-même chaque fois qu’il se trouve enclin à la paresse ou que pour diverses raisons il n’étudie pas pendant quelques jours. On retrouve aisément dans ce type d’écriture le volontarisme révolutionnaire diffusé largement à l’époque à travers la figure du soldat Lei Feng, mort en 1962, qui affirmait dans son journal s’appliquer à n’être qu’une simple « vis dans la machine révolutionnaire ». Les sources d’inspiration se trouvent également du côté des révolutionnaires, il écrit ainsi le 13 mars 1975 :

Ces jours-ci la lecture de Marx, Engels et le premier groupe de révolutionnaires prolétariens m’intéresse vivement. Ce premier groupe de révolutionnaires prolétariens vivait dans des conditions très difficiles mais il y avait chez eux ce feu intérieur de la lutte. Je ne peux pas m’empêcher de penser à ma propre expérience, comment vais-je passer ma propre vie ? Je pense à cette vie ennuyeuse, travailler, manger, bavarder, c’est cela ma routine. Chaque fois que cette pensée sombre pointe son nez, j’emploie ma plus grande détermination à la vaincre, mais elle revient néanmoins de manière récurrente. (p. 171)

26Ces lectures constituent, à voir le journal, la base de l’activité intellectuelle de Hong Yi à la campagne. Mais on peut relever également l’importance du cinéma parmi ses activités culturelles avec pas moins de trente-trois films relevés dans son journal, et quatre pièces d’opéra chinois ou ballets. Mis à part les films vus au cinéma lors de séjours en ville, la plupart ont été regardés lors de projections en plein air sur les places des villages. Hong Yi parcourt plusieurs fois de longues distances à pied pour assister à une projection dans un village voisin. Il s’agit de films chinois mais aussi soviétiques, albanais et nord-coréens, et tous suscitent chez lui beaucoup d’anticipation et un émerveillement durable.

27Pour Hong Yi, un des principaux sujets de mécontentement est le comportement de certains cadres, qui est loin d’être à la hauteur de la responsabilité de leur fonction selon lui. Il se reproche à plusieurs reprises dans son journal de ne pas s’être retenu de critiquer ouvertement ces cadres. Le 28 mai 1975, c’est au sujet des connaissances politiques de certains d’entre eux que Hong Yi exprime une forte insatisfaction : « Je ne peux pas m’empêcher de défier les cadres qui montrent une méconnaissance profonde du marxisme-léninisme » (p. 180). Au moment où il écrit ces lignes, Hong Yi est fermement attaché à l’esprit de la révolution communiste et à la figure tutélaire de Mao et d’autant plus déçu par le comportement qu’il observe chez les dirigeants locaux et qui en est selon lui très éloigné. Le sociologue Yang Guobin, comme Michel Bonnin avant lui, considère que les jeunes instruits de cette génération ont suivi une trajectoire intellectuelle typique, allant d’une socialisation politique inculquant une valorisation du schème communiste, à une désillusion, progressive ou soudaine, induite par des perceptions d’un réel en décalage avec les présupposés ou les attentes théoriques. La trajectoire de Hong Yi suit un tel modèle mais ladite « désillusion » semble se produire bien plus tardivement que chez d’autres cas observés par Yang et Bonnin. C’est comme si, pendant l’essentiel des années d’écriture de son journal, Hong Yi restait fidèle à l’un des préceptes justifiant la nécessité d’une « révolution culturelle », qui est le besoin de réformer des dirigeants locaux trop longtemps dissociés du projet révolutionnaire chinois.

  • 14 Par comparaison, un enquêté fils de deux universitaires shanghaiens, parti en Mongolie intérieure, (...)
  • 15 Li Yizhe est le pseudonyme combiné des trois auteurs Li Zhengtian, Chen Yiyang et Wang Xizhe. Le t (...)

28À la différence de certains autres enfants d’intellectuels devenus jeunes instruits, Hong Yi n’apparaît pas nécessairement mieux ou plus rapidement informé des évolutions politiques au niveau national, de même que ses lectures ne contiennent que peu de textes politiques considérés comme sensibles pour l’époque14. Très fortement insatisfait de la condition des jeunes instruits, il se contente de condamner pour cela, comme il était de bon ton à l’époque, « la clique de Lin Biao », puis la « Bande des quatre » comme responsables de cette situation. En mars 1975, il tombe sur une lecture dissidente, dont on ne sait s’il prend complètement la mesure. Il s’agit d’un texte rédigé à la fin de 1974 et largement diffusé sous forme de dazibao à Canton et au-delà sous forme recopiée, paru sous pseudonyme et ayant conquis un vaste lectorat en dépit de la campagne de suppression le visant. Ce texte qui part d’une critique du « système de Lin Biao » est précurseur des dazibaos du « mur de la démocratie » de 1978 : « Lu le texte de l’étudiant de Canton (nom de plume Li Yizhe)15 “À propos de la démocratie et de la légalité sous le socialisme” (obtenu d’une version recopiée sur un cahier) dont je trouve bon nombre d’arguments convaincants » (p. 311). Il s’en tient à ces remarques et sa vision ne s’en trouve guère affectée dans les semaines et mois qui suivent.

29Hong Yi, comme de nombreux jeunes instruits habitués dans leur jeune âge à se trouver au cœur des événements politiques, vit difficilement la situation de marginalisation contrainte par rapport à l’actualité qu’est pour lui le séjour à la campagne. Dans son entrée de journal du 7 avril 1976, il se désole de ne pas pouvoir participer plus directement à l’élan collectif que suscite l’annonce de grands changements politiques :

Le soir, j’ai entendu à la radio les communiqués du gouvernement central « À propos des événements politiques contre-révolutionnaires de la place Tiananmen », « Reconnaître Hua Guofeng comme premier secrétaire » et « Mettre un terme à toutes les fonctions intérieures et extérieures de Deng Xiaoping ». Tandis qu’à l’extérieur se produisent des changements qui ébranlent la terre, je suis moi-même terré dans cet endroit coupé du monde ! Je veux plonger tête la première dans la vigoureuse lutte politique. Ce que je vis en ce moment, c’est un supplice inqualifiable ! Dans quelle vie me trouvé-je ? Est-ce même une vie ? (p. 230)

30À la mort de Mao en septembre 1976, qu’il apprend par une émission spéciale en direct à la radio, il regrette sincèrement le dirigeant et théoricien, tout en se plongeant dans des réflexions sur l’avenir du Parti et de l’État, au point qu’il lui est reproché d’en parler trop ouvertement à son entourage.

31Hong Yi s’applique à écrire ses propres nouvelles et romans pendant son séjour à la campagne. Non-membre du Parti, il entend parler de personnes le recommandant pour y entrer, et s’inquiète à ce moment d’attirer trop l’attention. Comme beaucoup à cette époque, il embrasse la figure du « bon premier ministre du peuple » qu’est Zhou Enlai, ayant cherché à lutter contre la « Bande des quatre » sur laquelle il rejette entièrement la responsabilité de son propre malheur. Hong Yi perçoit mal les contradictions de ses positions, qui reflètent d’abord des connaissances incomplètes sur l’histoire de la période qu’il vit. Vers la fin de son séjour, le 6 mars 1978, il écrit ainsi :

C’est bien dommage que je ne puisse trouver qu’un si petit nombre de livres de référence et de « matériaux d’études » (xuexi ziliao), il y en a si peu. Ce qui m’a le plus marqué est que la plupart des écrivains contemporains sont des soi-disant « gangs noirs » et « lettrés réactionnaires ». Je suivrai [néanmoins] résolument ce chemin si cela permet à la voix du peuple de s’exprimer. (p. 392)

32Son anticipation ne s’écarte pas beaucoup de la réalité qu’il vit à son retour en ville puisqu’il travaille à la bibliothèque de l’université de Chengdu comme « homme à tout faire », selon ses termes, et s’inscrit à des cours d’université par correspondance. Malheureusement, la spécialité qu’il choisit en 1979, la sociologie, est retirée du curriculum un mois seulement après y avoir été proposée, dans le cadre d’un « mouvement contre la pollution spirituelle », et il est transféré automatiquement en « études de l’histoire du mouvement communiste international », discipline qu’il finit par abandonner après avoir lu la majeure partie des ouvrages de la bibliographie. Il annote dans son journal à ce sujet : « Ce n’est que cinq ans plus tard, lorsque j’ai étudié l’histoire du mouvement communiste international, du Parti et de l’État, que j’ai réellement perçu la nature de ce camp et des personnes et affaires de ce groupe (tuanti) » (p. 311).

33Derrière les termes généraux de « personnes », « affaires » et « groupes » réside une critique du Parti comme institution défendant ses propres intérêts. La rupture avec ses positions d’antan est consommée, mais plus tard que chez d’autres jeunes instruits pour qui ces conversions de points de vue ont pu s’opérer à la campagne. Hong Yi est, depuis, l’auteur d’une dizaine de livres qui s’appuient sur un matériau d’histoire familiale qu’il conserve chez lui (journaux personnels, correspondances, archives). Il a aussi enquêté sur le mouvement des jeunes instruits du Yunnan, et a exposé notamment certains cas de maltraitance qui ont eu des suites judiciaires. L’un de ses ouvrages l’a conduit à être mis en résidence surveillée pendant trois ans, tandis que les livres étaient pilonnés.

*

  • 16 Voir par exemple Thomas Seybolt, The Rustication of Urban Youth in China: A Social Experiment, Whi (...)

34Plusieurs travaux ont défini le mouvement d’envoi à la campagne comme une « expérience réelle » permettant d’observer à grande échelle des phénomènes de transformation sociale et leurs conséquences sur le développement de la société16. Nous le considérons ici comme un cas d’étude de ce que deviennent des enfants d’intellectuels une fois extraits de leur milieu et plongés dans des conditions de socialisation par le travail et par l’environnement radicalement différentes, qui leur font vivre un dépaysement culturel et social.

35Sous la contrainte d’un déplacement sans terme prescrit, condamnant de fait toute perspective de carrière intellectuelle, un de ces jeunes, Hong Yi, s’attache à se former par les livres quels qu’en soient les coûts personnel et physique ou les sanctions politiques encourues. Il se sert de son journal pour noter le progrès régulier de son travail, mais l’utilise aussi comme un moyen d’autodiscipline, se rappelant la nécessité d’étudier plus sérieusement et plus fréquemment. En présence d’un entourage intellectuel fragile et incapable de se projeter ailleurs, il s’adonne à sa tâche pour échapper à la condition de jeune instruit, mais il est également sujet à des phases récurrentes de désespoir.

  • 17 Je remercie vivement Brigitte Gaïti et Nicolas Mariot de m'avoir associé à ce projet de recherche (...)

36Après le mouvement d’envoi à la campagne, même s’il connaît à nouveau des formes d’empêchement dans son projet d’accomplissement intellectuel, comme les difficultés à reprendre des études dans la discipline de son choix et des emplois lui prenant beaucoup de son temps, aucun n’est pour lui aussi invalidant que l’expérience de jeune instruit. Hong Yi ne fait pas partie des nombreux anciens jeunes instruits qui considèrent cette expérience comme formatrice parce qu’elle a posé de nombreux défis appelant à être surmontés et, revenu de son engouement révolutionnaire, voit cette période comme une parenthèse tragique n’ayant pas réussi à mettre fin à la lignée intellectuelle pluriséculaire qu’il souhaite perpétuer. D’autres études devront prendre la mesure des effets agrégés du mouvement d’envoi à la campagne sur le détournement temporaire des trajectoires intellectuelles et le rattrapage ultérieur des « années perdues » (cuotuo suiyue) pour cette génération de Chinois nés avec le nouveau régime17.

Bibliographie

Bernstein Thomas, Up to the Mountains and Down to the Villages: The Transfer of Youth from Urban to Rural China, New Haven, Yale University Press, 1977.

Bonnin Michel, Génération perdue : le mouvement d’envoi des jeunes instruits à la campagne en Chine, 1968-1980, Paris, Éditions de l’EHESS, 2004.

Honig Emily, Xiaojian Zhao, Across the Great Divide: The Sent-Down Youth Movement in Mao’s China, 1968-1980, Cambridge, Cambridge University Press, 2019.

MacFarquhar Roderick, Schoenhals Michael, La dernière révolution de Mao : histoire de la Révolution culturelle, 1966-1976, Paris, Gallimard, 2009.

Mauger Gérard, Poliak Claude, Pudal Bernard, Histoires de lecteurs, Bellecombe-en-Bauges, Éditions du Croquant, 2010.

Pan Yihong, Tempered in the Revolutionary Furnace: China’s Youth in the Rustication Movement, Lanham, Lexington books, 2003.

Poliak Claude, La vocation d’autodidacte, Paris, L’Harmattan (Bibliothèque de l’éducation), 1992.

Seybolt Thomas, The Rustication of Urban Youth in China: A Social Experiment, White Plains (New York), M. E. Sharpe, 1977.

Walder Andrew, China Under Mao: A Revolution Derailed, Cambridge, Harvard University Press, 2015.

Yang Guobin, The Red Guard Generation and Political Activism in China, New York, Columbia University Press, 2016.

Annexes

Annexe 1 : Lectures à la campagne de Hong Yi d’après le relevé effectué dans son journal intime de « jeune instruit » (1972-1979)a

Œuvres de Lu Xun

Essais et correspondance, Lu Xun*.

Cris, Lu Xun.

Essais sur Qie Jieting, Lu Xun.

Une brève histoire du roman chinois, Lu Xun.

Deux livres, Lu Xun*.

Œuvres sur Lu Xun

Reprendre et faire avancer l’esprit révolutionnaire, Lu Xun*.

Biographie, Lu Xun*.

L’histoire de Lu Xun, Shi Yige.

Littérature russe et soviétique

La défaite, Alexandre Fadeïevb.

La jeune garde, Alexandre Fadeïev.

Anthologie de textes, Vissarion Belinski*.

L’angle d’incidence, Vsevolod Kotchetov.

L’aube du Nord, Nikolai Nikitin.

Défendre Tsaritsyne, Alexis Tolstoï.

Le chemin des tourments, Alexis Tolstoï.

Le ciment, Fedor Gladkov.

Les hivers enneigés, Ivan Shamiakin.

Anna Karénine, Léon Tolstoï.

Guerre et paix, Léon Tolstoï.

Mère, Maxime Gorki.

En gagnant mon pain, Maxime Gorki.

Poèmes, Pouchkine*.

Mémoires, Maxime Gorki.

Romans choisis, Tchekhov*.

Tévié le laitier, Cholem Aleikhem.

Le taon, Ethel Voynichc.

Notes d’un psychiatre*.

Frères*.

L’explorateur*.

Classiques de la littérature mondiale

Tess d’Urberville, Thomas Hardy.

Croc-Blanc, Jack London.

La dynastie des Forsyte, John Galsworthy.

Le comte de Monte-Cristo, Alexandre Dumas.

Nouvelles de Heine*.

Enlevé ! Robert L. Stevenson.

De l’amour, Stendhal.

Le père Goriot, Honoré de Balzac.

Théâtre de Shakespeare*.

Retour*.

Marx, Engels, Lénine, Mao

Mémoires de Lénine*.

Recueil de poèmes commentés du président Mao*.

Sur le rôle de l’individu dans l’histoire, Gueorgui Plekhanov.

Souvenirs personnels sur Friedrich Engels, Paul Lafargue.

Biographie de Marx, Franz Mehring.

Comment Lénine étudia et écrivit, Ilia Oulianov.

Sur Marx, Friedrich Engels.

De la juste solution des contradictions au sein du peuple, Mao Zedong.

Marx, Engels, et le premier groupe de révolutionnaires prolétariens*.

Le rôle du travail dans la transformation du singe en homme, Friedrich Engels.

L’origine de la famille, de la propriété privée et de l’État, Friedrich Engels.

La guerre civile en France, Karl Marx.

L’impérialisme, stade suprême du capitalisme, Vladimir Lénine.

Biographie d’Engels, Heinrich Gemkow.

Doctrine de commandement contre la bureaucratie et l’anarchie, Mao Zedong.

La vie de Lénine, Louis Fischer.

Le manifeste du Parti communiste, Marx et Engels.

Le bon premier ministre du peuple*d.

Autres textes sur le mouvement communiste

L’histoire de Lei Feng*.

Une brève histoire de l’économie du socialisme utopiste, Wu Yifeng.

La transformation socialiste de l’industrie et du commerce capitalistes, Jing Chi.

À propos de la démocratie socialiste et du système juridique, Dong Biwu.

Littérature chinoise

Le roman des trois royaumes, Luo Guanzhong.

Souvenirs épars d’un garde, Song Qiao.

Jours ensoleillés, Hao Ran.

Le rêve dans le pavillon rouge, Cao Xueqin.

Ennemi en bord de mer, Lu Yin.

Le port du bonheur, Lu Junchao.

Textes de Mao Dun*.

Textes de Guo Moruo*.

Li Zicheng, Yao Xueyin.

Poèmes de Guo Xiaochuan*.

Famille, Ba Jin.

Minuit, Ba Jin.

Nuit glacée, Ba Jin.

Théâtre choisi de Lao She*.

Le don de l’éloquence, Lao She.

Le rêve de Jinling, Tangren.

Une révélation des cercles officiels, Li Baojia.

Poèmes de martyrs révolutionnaires, édité par Xiao San.

Études des œuvres de Hao Ran*.

Une journée de l’armée de volontaires*.

Les bonnes paroles du lac de l’Ouest, Mo Langzi.

Les fleurs heureuses s’ouvrent pour les héros, Wei Wei.

Sur Cao Cao*.

Poèmes chinois de l’Antiquité*.

Monsieur Dong Guo*.

Manuels et textes généraux

Une brève présentation de l’histoire de la philosophie européenne, Zhang Shiying.

Compendium de l’histoire chinoise*.

Histoire de la littérature chinoise*.

Dix ans de création littéraire depuis la fondation de la République populaire de Chine, Zhao Shuli.

Histoire de la Chine contemporaine, Fan Wenlan.

Les traités inégaux dans l’histoire moderne chinoise, Gu Yun dir.

L’empereur Qin Shi Huang, Hong Shidi.

Comment faudrait-il passer sa vie, Gan Feng.

Connaissance et vérité, Zhang Enci.

Ce que la jeunesse devrait exiger d’elle-même, Fan Qun.

Anthologie de la littérature chinoise ancienne*.

Histoire du développement économique des principaux pays capitalistes*.

Histoire compréhensive de la philosophie chinoise*.

Précis d’économie politique*.

Géographie chinoise*.

Histoire mondiale*.

Annales historiques de Chine*.

Syllabus de l’histoire de la littérature chinoise*.

Matériaux d’enseignement du chinois*.

Littérature mondiale*.

Sur l’art*.

Les guerres de l’opium*.

Annexe 2 : Quelques exemplaires originaux du journal de Hong Yi

Photographie prise au domicile de Hong Yi, Chengdu, août 2014.

Notes

1 Sur les débuts de la Révolution culturelle, on pourra se reporter à Roderick MacFarquhar et Michael Schoenhals, La dernière révolution de Mao : histoire de la Révolution culturelle, 1966-1976, Paris, Gallimard, 2009.

2 La quasi-totalité des anciens se rappellent cette date ainsi que l’appel de Mao mot pour mot.

3 Roderick MacFarquhar et Michael Schoenhals, La dernière révolution de Mao, ouvr. cité, p. 318.

4 En vue de préserver l’anonymat de cet enquêté, dont nous exploitons par ailleurs des données d’entretien, son nom a été changé. Pour ces mêmes raisons, le journal publié est simplement nommé Journal de jeune instruit au lieu de son titre original.

5 Cette rencontre a donné lieu à un entretien de trois heures trente.

6 Le Journal de jeune instruit de Hong Yi a été publié fin 2013 et comprend 471 pages. Il s’agit d’un des rares journaux d’époque publiés, et parmi ceux-ci, le seul à notre connaissance qui fut écrit par un jeune instruit aux dispositions intellectuelles marquées. Voir l’annexe 2 pour une photographie de quelques cahiers originaux de ce journal. Nous traduisons les extraits cités.

7 On se reportera à Carin Graminius, « Building a New China. Hukou Investigation Practices in Beijing and Tianjin, 1949-1950 », The PRC History Review, vol. 2, no 1, 2017 p. 1-10. Nous traduisons les extraits cités.

8 Jean-Pierre Maurer, notice « LEI Feng 雷鋒 », version mise en ligne et modifiée pour la dernière fois le 8 novembre 2016 : [http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article182324].

9 Appellation de la vague collective des retours. Celle-ci a lieu au terme d’une mobilisation importante des jeunes instruits du Yunnan pour « rentrer chez eux » (women yao hui jia). Hong Yi regrette de n’avoir participé qu’au début de cette mobilisation et a essayé de compenser depuis, dit-il, en publiant des ouvrages documentaires sur le sujet.

10 Gérard Mauger, Claude Poliak et Bernard Pudal, Histoires de lecteurs, Bellecombe-en-Bauges, Éditions du Croquant, 2010.

11 Hong Yi indique en préface avoir restitué le journal « dans son jus » (yuan zhi yuan wei, p. I) de l’époque et n’avoir procédé à des coupes que de manière très marginale, comme certaines notes prises sur les ouvrages lus, notamment les passages recopiés intégralement. Un système de notes signalé par une police distincte lui permet d’apporter si nécessaire quelques données de contexte, mais aussi de formuler d’éventuelles appréciations, telles que : « Je n’arrive vraiment pas à le croire : ai-je pu être aussi naïf ? » (p. 171).

12 Entretien réalisé en août 2014 à Chengdu au domicile de Hong Yi.

13 Sur ces « salons », voir Yang Guobin, The Red Guard Generation and Political Activism in China, New York, Columbia University Press, 2016, chap. 5, p. 119-141.

14 Par comparaison, un enquêté fils de deux universitaires shanghaiens, parti en Mongolie intérieure, cite un ouvrage lu à la campagne sur Gomulka comme une lecture révélatrice, l’ayant beaucoup fait réfléchir sur la nature du régime chinois.

15 Li Yizhe est le pseudonyme combiné des trois auteurs Li Zhengtian, Chen Yiyang et Wang Xizhe. Le texte est paru en français : Li Yizhe, Chinois, si vous saviez : à propos de la démocratie et de la légalité sous le socialisme, Paris, Christian Bourgois, 1976.

16 Voir par exemple Thomas Seybolt, The Rustication of Urban Youth in China: A Social Experiment, White Plains (NY), M. E. Sharpe, 1977.

17 Je remercie vivement Brigitte Gaïti et Nicolas Mariot de m'avoir associé à ce projet de recherche très stimulant, ainsi que pour leurs remarques sur ce texte. Merci également à Patrick Boucheron pour sa discussion stimulante lors du colloque, ainsi qu'à ENS éditions et particulièrement Anne-Lise Martin pour sa relecture.

a Ce relevé de références a été réalisé à partir du journal de Hong Yi. Nous avons cherché si possible à adjoindre le nom de l’auteur lorsque celui-ci n’était pas spécifié. Certains titres trop généraux pour lesquels il existe plusieurs références ne nous permettent pas d’affirmer avec certitude l’auteur de l’édition effectivement lue, et nous laissons cette donnée vacante, adjoignant dans ce cas un astérisque. De même, nous ne disposons la plupart du temps pas du nom de l’éditeur pour les recueils de textes.

b Hong Yi note qu’il s’agit de la traduction de Lu Xun (Journal, ouvr. cité, p. 48).

c L’auteure est irlandaise, mais ce livre a été introduit en Chine par le biais de l’Union soviétique, c’est pourquoi nous choisissons de le classer ici. Son adaptation soviétique au cinéma fut très largement regardée par les jeunes instruits.

d Recueil de textes en trois volumes sur le Premier ministre Zhou Enlai.

Table des illustrations

Légende Photographie prise au domicile de Hong Yi, Chengdu, août 2014.
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/22943/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 421k

Auteur

Olivier Marichalar est doctorant à l’École normale supérieure de l’université Paris sciences et lettres (ENS-PSL), rattaché au Centre Maurice Halbwachs. Sa thèse porte sur les trajectoires de reconversion des « jeunes instruits » envoyés à la campagne pendant la Révolution culturelle (Chine, de 1968 à nos jours).

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search