Version classiqueVersion mobile

Historiographie de la littérature belge

 | 
Björn-Olav Dozo
, 
François Provenzano

IV. Penser les concepts

Réseau : Paul Aron et Benoît Denis

2006

Texte intégral

ARON (Paul) et DENIS (Benoît), « Introduction. Réseaux et institution faible », dans DE MARNEFFE (Daphné) et DENIS (Benoît) (éd.), Les réseaux littéraires, Bruxelles, Le Cri-CIEL-ULB-ULg, 2006, p. 7-18.

  • 1 Ils sont pour la plupart issus d’une rencontre scientifique qui s’est tenue à Liège en mai 2003 à l (...)

1Les textes ici rassemblés ont pour objet d’explorer la notion de réseau dans son application aux études littéraires1. Celle-ci, pour ce qui nous concerne, ne s’impose ni par le souci de renouveler la théorie littéraire, ni par un choix particulier dans les diverses approches sociologiques contemporaines. Elle résulte d’un simple constat, que nous faisons en tant que chercheurs soucieux de comprendre un objet particulier : la littérature francophone de Belgique. Ce domaine présente en effet des caractéristiques rarement prises en compte par les théories sociologiques ajustées aux nations littéraires voisines. Il convient donc, en guise d’introduction, de cerner rapidement la nature de cet ensemble littéraire, pour ensuite montrer en quoi la notion de réseau pourrait s’avérer utile à sa description. Mais il importe aussi de confronter les enjeux théoriques liés à cette notion aux avancées et aux limites que le concept peut révéler de manière plus générale, ou égard au développement de la sociologie littéraire contemporaine. C’est pourquoi la première partie de ce livre est consacrée à un débat théorique. La seconde fait écho à des recherches précises menées par des chercheurs belges, français et québécois qui en éprouvent la validité. Une bibliographie commentée clôt l’ouvrage.

Les limites d’un sous-champ

  • 2 Dans la suite, et par commodité d’expression, on utilisera les expressions « littérature belge » ou (...)

2Depuis l’origine, une question polarise les débats quant à la nature des « lettres belges2 » : celle de leur appartenance ou de leur non-appartenance (ou encore : de leur degré d’appartenance) au champ littéraire français. Ceci a débouché sur l’opposition classique dans l’historiographie littéraire belge entre « Lettres françaises de Belgique » (où l’appartenance au champ français est tenue pour première) et « Lettres belges de langue française » (où c’est, au contraire, l’appartenance nationale qui domine). Dans une perspective sociologique, la réponse à cette première question relève de l’indécidable. D’un côté, il est en effet patent que les lettres belges ne peuvent prétendre à constituer un ensemble indépendant du champ français : la contiguïté géographique, le partage d’une même langue d’écriture, de modèles esthétiques identiques ou de conceptions du littéraire analogues soulignent abondamment la dépendance des lettres belges à l’égard du champ français ; très concrètement, cela se traduit dans les trajectoires des écrivains belges, dans la plupart des cas sous-tendues par la recherche d’une reconnaissance française, laquelle se traduit souvent par la volonté d’être publié à Paris, voire, dans un certain nombre de cas, par l’installation en France. D’un autre côté cependant, il est tout aussi évident que l’existence d’une frontière politique a des incidences non négligeables sur la structuration du littéraire en Belgique : la première et la plus visible tient au développement au xixe siècle d’un programme visant à la constitution d’une « littérature nationale », censée illustrer le jeune État et le doter d’une singularité distinctive (notamment vis-à-vis de la France). Au-delà des effets idéologiques, la frontière politique induit d’autres conséquences, de nature structurelles : les différences considérables entre les systèmes scolaires français et belges doivent être prises en compte, dans la mesure où elles influencent la formation des écrivains, leur représentation de la langue et de la littérature ; de même, la Belgique n’a jamais été (et l’est de moins en moins) un État centralisé sur le modèle français et républicain : c’est dire que la concentration d’instances de consécration observable à Paris n’a pas d’équivalent en Belgique et que l’activité littéraire y est à la fois plus dispersée et moins repérable (ou identifiable à des lieux fortement dotés en capital symbolique). De tels exemples, dont la liste pourrait être allongée, montrent à l’évidence qu’« écrire en Belgique » n’est pas exactement la même chose qu’en France, et que l’écrivain belge est soumis à une série de contraintes particulières qui ont des conséquences quant à sa pratique et à la représentation qu’il s’en fait. Visibles au niveau des trajectoires individuelles, ces phénomènes sortent également leurs effets au niveau collectif, ou institutionnel, de la vie littéraire.

3Pour rendre compte de cette dialectique entre une logique propre au champ littéraire (dont le modèle est alors la France) et l’irruption d’instances hétéronomes manifestant la prégnance de cette frontière (un appareil d’État organisant la vie littéraire dans une perspective d’illustration nationale, par exemple), Pierre Bourdieu, dans un article paru en Suisse, proposait de définir la vie littéraire en Belgique comme : « un sous-champ du champ littéraire français séparé de lui par une frontière politique » (Bourdieu 1985). Cette caractérisation a l’avantage de situer d’emblée l’écrivain belge au cœur d’un « double jeu », dont les effets se manifestent à plusieurs niveaux : d’un point de vue littéraire, ils sont visibles dans sa capacité plus ou moins grande à jouer alternativement de son insertion dans le champ français et de son appartenance au sous-champ local (voir Denis 2005) ; à un niveau de généralité plus élevé, on observera une négociation permanente entre les logiques littéraire et politique. Ces ambivalences sont évidemment déterminantes dans les luttes de position repérables au sein du sous-champ belge.

4Pour autant, Pierre Bourdieu n’a guère approfondi la notion de sous-champ et, en l’absence d’une théorisation précise, il est parfois malaisé d’en faire un usage assuré et rigoureux. Toute la question est en effet de savoir ce que la notion de sous-champ est en mesure de décrire. S’il s’agit avant tout de rendre compte de la position d’un ensemble littéraire périphérique au sein du champ littéraire français, l’analyse aura pour effet principal de le caractériser par sa position dominée relativement au centre parisien : on mettra alors en évidence le moindre degré d’autonomie du sous-champ belge, sa moindre capacité à produire du capital symbolique et, par voie de conséquence, son aptitude réduite à produire des valeurs littéraires négociables auprès du centre parisien ; ou encore, on insistera sur la propension de ce sous-champ à reproduire à son échelle et pour son propre usage les modes de structuration et de hiérarchisation en vigueur dans les zones les plus légitimes du champ. Pour le dire autrement, la description s’apparentera souvent à constater des manques et donc à définir négativement l’ensemble littéraire ainsi étudié. Cette position « misérabiliste » est présente, même implicitement, dans nombre d’études sociologiques sur la littérature belge : elle n’est pas dénuée de fondement et elle permet incontestablement d’objectiver des phénomènes importants ; elle se montre en outre particulièrement ajustée pour étudier les trajectoires d’écrivains qui ont eu une carrière en France (Maeterlinck, Michaux, Plisnier, Simenon par exemple). Reste qu’une telle approche, si elle est nécessaire, ne dit pas tout de la pratique littéraire, telle qu’elle s’est instituée et développée en Belgique francophone.

5Tout autre est dès lors la question consistant à s’interroger sur les effets concrets qu’induit, en interne, la constitution d’un sous-champ : quel est son degré de fermeture par rapport au champ littéraire général ? dans quelle mesure est-il susceptible de retraduire les « règles du jeu » littéraire français dans une logique qui lui est propre (intuitivement, on peut ainsi avancer que la collectivité littéraire belge a développé une conception de l’autonomie sensiblement différente, sur certains points, de celle qui a cours en France et qui lui sert pourtant de modèle idéalisé) ? bref, quelle est l’économie interne de ce sous-champ, son organisation, ses régularités et, pour tout dire, le sens social qu’y revêt la pratique littéraire ? Il s’agit en ce cas de mettre au jour les spécificités du monde littéraire en Belgique, non pour les hypostasier ou les essentialiser, mais pour en décrire les effets. En ce sens, on le verra immédiatement, il ne s’agira pas de minimiser ou d’occulter le caractère parfois dominé ou hétéronome des pratiques considérées, mais de mettre au jour des modes de fonctionnement ou d’organisation qu’un champ fortement autonomisé tend à masquer derrière l’illusion spécifique qu’il produit en permanence et avec efficacité.

Une « institution faible »

6Les travaux menés depuis une quinzaine d’années sur l’institution littéraire belge ont mis en lumière les traits suivants :

71°) Un faible niveau de professionnalisation sur le marché local. Très rares sont les auteurs qui vivent effectivement de leur plume en Belgique, ou même d’activités qui en sont dérivées (critique littéraire, travail dans une maison d’édition, traduction, adaptation ou scénarisation, etc.). Maurice Carême pour la poésie, quelques auteurs – metteurs en scène dans le domaine du théâtre (Fernand Crommelynck), de très rares romanciers (Camille Lemonnier, Stanislas-André Steeman, etc.) réussissent à s’investir totalement dans leur activité tout en continuant de se situer, en tout ou en partie, sur le marché local. Les autres écrivains professionnels ont soit dû se résoudre à émigrer (Henri Michaux, Georges Simenon, Amélie Nothomb aujourd’hui), soit à associer des activités professionnelles plus rentables à la pratique de l’écriture (scénarios de cinéma, par exemple). Une des conséquences de cette situation est le privilège dont jouissent les notables disposant de revenus hérités leur permettant de libérer du temps pour l’écriture (Maurice Maeterlinck, Marie Gevers, etc.). Plus largement, et comme le remarquait Biron (1995), l’autonomie en Belgique est toujours conçue comme une indépendance à l’égard du pouvoir politique, mais non comme une rupture avec l’économique, la revendication des Jeune-Belgique dans les années 1880 étant d’ailleurs de réclamer, à l’exemple de Lemonnier, une professionnalisation du métier d’écrivain, en s’insurgeant contre la littérature d’« amateurs » antérieure, laquelle se trouve encore dénoncée en 1937 dans le Manifeste du Groupe du Lundi. On constate ainsi que la division en deux sphères de production distinctes a peu de pertinence sur le marché local, lui-même trop étroit pour permettre une telle division : écrivains « purs » et écrivains « vivant de leur plume » (donc orientés vers la production d’une littérature à large diffusion) peuvent même faire cause commune contre les dilettantes amateurs ou les « écrivains du dimanche » qui leur servent de repoussoir. Ce rapport à l’économie et à la professionnalisation se ressent également dans les choix génériques, la Belgique étant parfois considérée comme « un pays de poètes », genre qui peut apparaître comme le plus objectivement ajusté aux conditions d’écriture locales.

82°) Les instances de production et de consécration littéraires sont peu émancipées des comportements politiques endogènes. La société belge repose en effet sur un équilibre permanent entre des « familles » politiques et idéologiques (chrétienne, libérale, socialiste, ces deux dernières se retrouvant dans une commune défense de la laïcité contre la première) ; traditionnellement, ces familles sont représentées à parts égales dans les institutions dépendant de l’appareil d’État et chacune a développé des instances destinées à encadrer le citoyen dans tous les aspects de sa vie sociale (syndicats, soins de santé, assurance-chômage, associations de retraités, mouvements de jeunesse et, surtout, système d’enseignement). Cette structuration verticale en piliers se reproduit également au niveau des instances du sous-champ littéraire belge. Ainsi, l’Académie royale de Langue et Littérature française de Belgique se renouvelle-t-elle par cooptation : l’examen des pratiques d’élection dans l’entre-deux-guerres montre que, très rapidement, les fauteuils vacants ont eu tendance à être attribués à des auteurs présentant des caractéristiques confessionnelles et idéologiques similaires à celles des anciens titulaires, comme si l’appartenance des défunts avait en quelque sorte déteint sur leur siège. Les revues littéraires, les associations d’écrivains et les cercles culturels sont également constitués de citoyens relativement apparentés entre eux par leurs origines et leur parcours social (voir Aron 1998).

9Au jeu complexe de ces équilibres, ajoutons celui des appartenances régionales, moins visible sans doute mais également présent : recoupant en certains cas celui des appartenances idéologiques, l’origine ou l’ancrage des auteurs interviennent également dans les clés de répartition implicites qui distribuent les postes à pourvoir dans les instances les plus officielles du sous-champ littéraire (Académie, commissions diverses, etc.).

103°) Ces structures verticales de la société belge empêchent également l’accumulation d’un capital symbolique spécifique. Dit autrement, le prestige de la littérature peut apparaître comme faible en Belgique, en regard de ce qu’il est (ou était) en France, et l’écrivain n’y jouit pas d’une autorité comparable. Ceci signifie qu’il est difficile à l’écrivain belge de mobiliser ce capital spécifique pour l’investir dans des causes diverses. Ainsi la cristallisation de l’intellectuel « à la française » y est rare, et cette difficulté est d’autant plus mal vécue que la situation française est perçue comme un modèle tout en étant pratiquement inapplicable (voir Aron & Beyen 2003 et Denis 2003). En revanche, l’intellectuel belge qui souhaite s’engager dispose d’autres types de leviers (des relations, des connivences liées à une commune appartenance, etc.) qu’il lui est loisible d’activer en certaines circonstances.

11Il semble qu’on puisse synthétiser ces traits (dont la liste n’est pas close) en avançant ici la notion d’« institution faible ». Il faut entendre par là, non un déficit d’autonomie, puisque les valeurs du monde littéraire sont globalement les mêmes que celles qui prévalent en France, mais bien la coexistence de deux logiques, une logique « sociétale » et une logique spécifiquement littéraire.

12Les auteurs belges participent donc à un double jeu. Pour une part, ils agissent dans une configuration à base locale qui reproduit, en apparence tout au moins, les appareils de tout champ littéraire national : maisons d’édition, presse spécialisée, prix littéraires, sociétés d’écrivains, académie, bourses et aides à l’édition. Mais, dans cette configuration, les effets de la logique sociétale précédemment décrite jouent à plein. Par ailleurs, et il faut y insister, le monde littéraire belge n’a jamais été coupé du monde français. Les auteurs enseignés, le canon des écrivains reconnus, les valeurs spécifiques du champ, les polémiques et les mouvements littéraires français sont parfaitement connus et intériorisés par des agents qui entendent être en phase avec le champ central et se définissent par rapport à lui (y compris entre acteurs locaux : des luttes de légitimité strictement internes au sous-champ belge peuvent avoir pour enjeu le monopole de la définition de ce que signifie « faire partie de la littérature française »). Les auteurs participent donc aux différents aspects du champ français.

13On mesure donc les tensions, individuelles et collectives, que provoque ce dispositif institutionnel : les auteurs doivent composer avec les traditions politico-culturelles locales, tout en affichant la prétention à l’universalité qui caractérise la posture de l’écrivain français, évoluant au sein d’un champ littéraire autonomisé et dénationalisé ; sur le plan matériel, l’équivoque est analogue : tant qu’ils conservent leur nationalité, les écrivains belges peuvent obtenir de l’appareil d’État local les aides qui leur permettront de rivaliser avec le professionnalisme de leurs confrères centraux ; bref, en tous domaines, ils doivent manifester les signes de leur adhésion à des univers de valeurs antinomiques. Il en résulte des attitudes et des comportements contrastés, allant de la dénégation absolue (« je suis écrivain français, un point c’est tout ») à la duplicité, inconsciente ou cynique. Il en résulte également des formations de compromis, illisibles ou simplement non signifiantes en France, mais parfaitement intelligibles dans le cadre local belge.

14Les conséquences de cet état de fait sont nombreuses, et l’on en prendra deux exemples. Le premier concerne la subjectivation des écrivains, c’est-à-dire la représentation qu’ils se font de la littérature. Une première enquête sur les autobiographies en Belgique francophone montre que les auteurs vivent la littérature sur le mode d’une découverte familiale ou scolaire et d’une participation individuelle au monde littéraire, qui tend à dénier les effets de groupe et de marginalité sociale que l’on rencontre souvent dans ce type de récit (Aron 2003). L’enquête de Klinkenberg (voir ci-après) sur les auteurs contemporains, quant à elle, montre en quoi l’émergence personnelle est toujours vécue comme première, comme si écrire suffisait à inscrire l’auteur dans le champ littéraire sans autres médiations.

15Le second exemple touche à la gestion de l’argent public. L’un des grands débats qui a agité le sous-champ belge est celui de la dévolution à l’Académie royale des fonds d’aide à la littérature. Tout part de la proposition et puis de la loi portée par les députés socialistes Louis Piérard et Jules Destrée après 1945, visant à instituer un Fonds des lettres, sorte de caisse d’entraide. Au même moment, l’Académie royale organisait un mécanisme analogue, alimenté cette fois par des fonds privés. Ceci aboutira en 1947 à scinder en deux les attributions, et donc les budgets, envisagés dans la proposition de loi socialiste : d’une part, l’Académie gérera un fonds d’aide à l’édition ; d’autre part, la section belge de la SACD s’occupera de la gestion et de la redistribution des droits d’auteurs. Reste que l’Académie, si elle tient un discours visant à s’auto-instituer en organe littéraire représentatif, n’en obéit pas moins aux lois d’équilibre de la société belge. Elle intègre des notables dépourvus d’oeuvres littéraires (Lucien Christophe, Luc Hommel) et veille à équilibrer les auteurs issus des familles politiques traditionnelles. L’avant-garde en est systématiquement exclue. On assiste donc à une opposition entre administration, souvent incarnée par des écrivains-fonctionnaires (voir Vanderpelen 2001), et les organisations d’écrivains, la différence principale étant que les aides de l’État représentent souvent un budget aux attributions floues, dans lequel les cabinets ministériels peuvent intervenir pour privilégier des initiatives qui leur sont chères.

16Ces deux exemples, et plus largement tout ce qui précède, montre qu’il convient d’élaborer des hypothèses de recherche qui permettent de rendre compte de cette intrication du sociétal et du littéraire, des différents niveaux auxquels elle se manifeste et des postures de compromis qu’elle génère tant dans la pratique des écrivains que dans la représentation qu’ils s’en forment. C’est dans cette perspective que l’on voudrait examiner ici le rendement d’une notion telle que celle de réseau.

Les réseaux littéraires

17Soulignons d’emblée qu’il ne s’agira pas, dans cette introduction, de définir strictement la notion de réseau, ni de déterminer a priori ses usages ou les méthodes à suivre pour l’exploiter : les contributions qui suivent feront à ce sujet une série de propositions ou de mises en garde. On se contentera ici d’indiquer pour quelles raisons il nous est apparu que la notion de réseau pouvait être efficace pour rendre compte du fonctionnement d’une « institution littéraire faible ». On ne se dissimulera pas, cependant, qu’alléguer l’analyse réticulaire présente un risque : celui qui consisterait à opposer une notion qui par bien des aspects peut passer pour une forme spontanée du sens social – le réseau –, à la théorie des champs, qui constitue un modèle complet, épistémologiquement fondé et validé par de nombreuses recherches. L’écueil du bricolage méthodologique est donc réel ici, et il est clair qu’il faudra préalablement s’interroger sur la compatibilité entre théorie des champs et analyses de réseau. De ce point de vue, notre hypothèse s’articule sur l’idée qu’il ne s’agit pas d’utiliser une « théorie du réseau » qui se substituerait à la théorie des champs, mais qu’il s’agit de déterminer avec exactitude et précision à quel niveau de l’analyse sociologique l’instrument descriptif du réseau peut se révéler utile. En d’autres termes, quels sont les phénomènes pour lesquels une analyse en termes de réseau apporte un supplément d’intelligibilité par rapport à la théorie des champs ?

18De ce point de vue, on en reviendra d’abord à l’idée que la théorie de Bourdieu est mieux faite pour décrire les positions dominantes en les dotant d’un contenu positif (en ce qu’elles se conforment à ou instituent du nomos) que les positions dominées, qui se caractériseront négativement, par le défaut ou le manque. En ce sens, on pourrait avancer, à titre heuristique, l’idée que le réseau s’avère un instrument particulièrement bien adapté à la description et à l’analyse des « formes » littéraires dominées (par exemple, les littératures périphériques, régionalistes, ou les paralittératures) : il ne s’agit pas ici de postuler que le réseau est le mode d’organisation et de fonctionnement spontanément choisi par les agents dominés pour faire pièce à la domination du centre, mais que la faiblesse en capital symbolique peut éventuellement se traduire par une difficulté à s’organiser sur les modèles du groupe ou de l’école, laissant la place à des formes plus souples et plus floues d’apparentement ou de structuration. Pour ne prendre qu’un exemple, il est particulièrement visible que la Belgique francophone n’a produit que très peu d’écoles ou de groupes littéraires endogènes : dans les « meilleurs » des cas, certains écrivains parviennent à s’affilier plus ou moins fortement à un groupe constitué en France (Lemonnier au naturalisme, Maeterlinck et consorts au symbolisme, Nougé au surréalisme, etc.) ; dans d’autres cas, la notion de groupe ne renvoie pas à une esthétique particulière, mais désigne une coalition souvent hétérogène d’acteurs unis par un objectif ponctuel commun, de nature généralement institutionnelle et locale (Les Jeune-Belgique et le banquet Lemonnier visant à contester l’intervention de l’État dans les affaires littéraires ; le Manifeste du Groupe du Lundi, en 1937 affirmant, contre les héritiers des Jeune-Belgique, l’appartenance les lettres belges au champ français). Cette absence de division en écoles ou en groupes ne signifie cependant pas que le sous-champ belge ne connaisse aucune forme de structuration interne. Le Groupe du Lundi à nouveau en fournit un bon exemple. À parcourir la liste des signataires du Manifeste, le lecteur ne pourra manquer d’être frappé par l’absence totale de cohérence du groupe : les disparités générationnelles, communautaires (flamands, bruxellois), sociologiques, idéologiques, confessionnelles, esthétiques sont patentes. En cela, la composition du Groupe (qui n’en est pas un d’ailleurs) semble déjouer les logiques sociales qui sont traditionnellement à l’œuvre dans ce type de circonstances. En revanche, en partant comme l’a fait Jean-Marie Klinkenberg (1992) du rôle clé joué par quelques membres du Groupe, et en examinant à la fois les réseaux que chacun a pu mobiliser et les raisons de leur association, il devient possible d’expliquer le sens et la portée du Manifeste.

19En cela, on le voit, l’analyse de réseau ne se substitue pas à la théorie des champs, mais elle doit permettre une description plus fine de certains processus à l’œuvre au sein d’un sous-champ dominé ou faiblement autonomisé. En particulier, on peut postuler qu’elle permet le mettre au jour un type particulier de capital, dont on fera l’hypothèse qu’il est puissamment mobilisé au sein des « institutions faibles » : le capital relationnel, forme de capital qu’on distinguera du capital social comme du capital symbolique, et qui pourrait schématiquement se définir comme la capacité plus ou moins grande que possède un agent d’utiliser ses liens (d’amitié, de connivence, de proximité idéologique, etc.) en vue de produire certains effets. En l’occurrence, il est clair que l’analyse ne peut se contenter ici de reconstruire, sous forme de graphe par exemple, le réseau relationnel de tel agent : il vaut encore pouvoir déterminer la « qualité » de ce réseau, c’est-à-dire le type de ressources qu’il permet de mettre en commun comme les enjeux qui commandent son activation et l’efficace qu’il produit. De même, il ne pourra être question d’établir un lien mécanique entre le capital relationnel d’un agent et son capital symbolique : l’exemple de Louis Piérard, homme de réseaux s’il en est, tant politiques que littéraires, suffit à prouver que ceux-ci ne suffisent pas pour obtenir de consécration durable au sein du champ littéraire.

20L’autre profit que l’on peut tirer de la notion de réseau appliquée à l’analyse d’une institution faible est sa relative neutralité « catégorielle » : elle permet ainsi de suspendre, provisoirement au moins, les catégories pré-construites de perception du littéraire ; pour le dire autrement, décrire les phénomènes en termes de réseau ne préjuge pas de ce qui est littéraire ou ne l’est pas. La nécessité de cette suspension du jugement a déjà été longuement exposée : il s’agit de faire droit, dans l’analyse, à l’entrecroisement complexe des logiques externes et internes au champ. On objectera à bon droit que la théorie de Bourdieu offre un modèle théorique parfaitement profilé pour penser et décrire ces phénomènes. Si ce n’est qu’elle opère à l’intérieur d’un cadre où les champs sociaux sont fortement autonomisés et donc capables de produire des formes spécifiques de capital, à partir desquelles il devient possible d’analyser l’interaction entre différentes logiques de champ. En revanche, lorsque les champs sociaux sont faiblement constitués et donc peu distincts les uns des autres (littérature-journalisme ; journalisme-politique ; littérature-politique ; etc.), l’analyse se révèle moins aisément praticable en ce qu’elle se trouve sans cesse confrontée à des phénomènes mixtes, flous et comme incomplets : les poèmes du dimanche de tel homme politique catholique, les reportages « littérarisés » sur la colonie congolaise de tel journaliste proche du Palais royal, les essais littéraires de tel universitaire professeur de lettres et militant de la cause wallonne, etc. Des cas comme ceux-ci, pris isolément, ne pourront guère apparaître que comme des idiosyncrasies peu susceptibles de dénoter une « logique de champ ». En revanche, leur mise en série à travers le concept de réseau est probablement susceptible de les doter d’une certaine intelligibilité, que les acteurs du sous-champ littéraire belge leur attribuent d’ailleurs spontanément, tout en la sachant peu communicable au-delà des limites de ce sous-champ.

21Le chantier ici esquissé est à la fois vaste et modeste : vaste parce qu’il couvre une gamme assez étendue de phénomènes, dont il faudra déterminer s’ils relèvent tous d’une analyse réticulaire ; modeste parce qu’il ne s’agit pas ici de fonder une nouvelle théorie du littéraire. Il s’agit de partir de l’observation de faits concrets, et de la résistance qu’ils opposent aux formes d’explication disponibles pour élaborer un usage à la fois puissant et circonscrit de la notion de réseau. Cette option de méthode part sans doute des spécificités de l’objet étudié (la littérature et la société belges, et notamment le rôle structurant qu’y jouent les « piliers »), mais nous faisons aussi le pari qu’elle permettra de mettre au jour des modes de fonctionnement du littéraire valables à beaucoup plus grande échelle.

Bibliographie

Aron, Paul, 1998 « Questions académiques (1920-1940) », dans Textyles, 15 : 132-141.

Aron, Paul, 2003 « La construction de l’image de soi : l’exemple des écrivains belges de la fin du XIXe siècle », dans Estrella de la Torre et Martine Renouprez ed., L’Autobiographie dans l’espace francophone. I. La Belgique, Estudios de francofonia. Universitad de Cadiz : 13-32.

Aron, Paul & Beyen, Marnix, 2003 « L’histoire des intellectuels en Belgique. Spécificités locales et actualité de la recherche », dans Leymarie, Michel et Sirinelli, Jean-François, dir., L’Histoire des intellectuels aujourd’hui, Paris, PUF : 409-425.

Aron, Paul, Saint-Jacques, Denis et Viala, Alain, dir., 2004 Le Dictionnaire du littéraire, Paris, PUF, coll. « Quadrige - Dicos poche ».

Biron, Michel, 1995 La Modernité belge. Littérature et société, Bruxelles/Montréal, Labor/Presses de l’Université de Montréal, coll. « Archives du futur ».

Bourdieu, Pierre, 1985 « Existe-t-il une littérature belge ? Limites d’un champ et frontières politiques », dans Études de lettres, III : 3-6.

Denis, Benoît, 2003 « L’intellectuel et ses fables », dans Bertrand, Jean-Pierre, Biron, Michel, Denis, Benoît et Grutman, Rainier, dir., Histoire de la littérature belge francophone, Paris, Fayard : 533-543.

Denis, Benoît, 2005 « La littérature francophone de Belgique. Périphérie et autonomie », dans Dubois, Jacques, Durand, Pascal et Winkin, Yves, dir., Le Symbolique et le Social. La réception internationale de la pensée de Pierre Bourdieu, Liège, Éditions de l’Université de Liège, coll. « Sociopolis » : 175-184.

Klinkenberg, Jean-Marie, 1992 « Lectures du “Manifeste du Groupe du lundi” (1937) », dans Trousson, Michelet Somville, Léon, éd., Lettres de Belgique. En Hommage à Robert Frickx, Köln, Janus Verlaggesellschaft : 98-124.

Vanderpelen, Cécile, 2001 « Littérature et État : l’Académie royale de langue et de littérature française de Belgique », dans Ginette Kurgan-van Hentenryk et Valérie Montens, éd., L’Argent des arts, Bruxelles, Éditions de l’Université de Bruxelles, Faculté de Philosophie et lettres : 161-176.

Notes

1 Ils sont pour la plupart issus d’une rencontre scientifique qui s’est tenue à Liège en mai 2003 à l’instigation du Centre interuniversitaire d’Étude du littéraire (CIEL).

2 Dans la suite, et par commodité d’expression, on utilisera les expressions « littérature belge » ou « lettres belges » pour désigner la production littéraire en français ici étudiée.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search