Version classiqueVersion mobile

Historiographie de la littérature belge

 | 
Björn-Olav Dozo
, 
François Provenzano

IV. Penser les concepts

Modernité : Michel Biron

1994

Texte intégral

BIRON (Michel), « Introduction », dans La Modernité belge. Littérature et société, Bruxelles - Montréal, Labor - Les Presses de l’Université de Montréal, coll. « Archives du futur »,1994, p. 11-16 ; 35-44.

Dès que le langage intervient, la « Société » s’interpose entre nous-même et nous
(mais ce nous en est modifié).
Paul Valéry

1Qu’ont en commun les textes de Camille Lemonnier, Émile Verhaeren, Paul Nougé, Achille Chavée, Pierre Mertens et Jean-Pierre Verheggen ? La Belgique, certes, mais il y a plus. Le naturalisme de Lemonnier, le symbolisme de Verhaeren, les surréalismes de Nougé et de Chavée, l’écriture fragmentée de Mertens et le « telquellisme » rabelaisien de Verheggen, toutes ces esthétiques ont entendu Rimbaud. Elles veulent être « absolument modernes » et de la modernité telle qu’elle se représente au même moment à Paris, la métropole littéraire de la francophonie. Certes, la plupart des littératures dites périphériques ou régionales subissent indéniablement la fascination de Paris et de sa modernité. Mais elles la ressentent très inégalement. Nulle ne l’a subie de manière aussi immédiate, aussi constante et aussi forte que la littérature belge. La Suisse romande n’a produit ni naturalisme, ni symbolisme, ni surréalisme, même si plusieurs de ses écrivains se sont ménagé, au xxe siècle, des positions enviables au sein de l’avant-garde parisienne. Le Québec a donné ses premiers romans réalistes et a connu sa propre révolution surréaliste autour de la Seconde Guerre mondiale. Quant aux autres littératures francophones, elles s’alignent plus ou moins tardivement et librement sur la littérature de la métropole. Le synchronisme des esthétiques littéraires belges et françaises est loin d’être parfait, mais il est sans équivalent dans le reste de la francophonie. De Lemonnier à Verheggen, la littérature belge n’a cessé de se penser comme la plus moderne des littératures décentrées, et la plus décentrée des littératures modernes.

2Jusqu’ici, les ouvrages consacrés à la littérature belge se sont surtout attachés à la seconde portion de ce chiasme. Parler de cette littérature comme d’un « ensemble » littéraire, c’est déjà trop dire, ou trop peu. Qu’il soit régionaliste, nationaliste ou universaliste, le chercheur est tenu d’expliciter la nature de l’objet « littérature belge » en précisant le degré de « décentrement » qu’il attribue à une série de textes appartenant au domaine plus vaste de la littérature française. C’est sans doute un signe manifeste de la précarité institutionnelle de la littérature belge que d’être obligée, avant même de se livrer au jeu de la critique, de poser la question de son existence.

3Pour être féconde cependant, cette question ne doit pas être posée dans l’absolu et l’arbitraire des définitions. Aussi notre étude l’aborde-t-elle sous l’angle particulier de la modernité. La littérature belge sera en effet examinée par rapport à sa situation périphérique et à cette exigence de modernité qu’elle a voulu faire sienne. Nous posons comme hypothèse qu’à partir du moment où cette littérature s’est réclamée de la modernité, c’est-à-dire depuis environ 1875, elle a hérité d’une double demande de sens : d’une part, il lui a fallu marquer avec vigueur en quoi sa pratique se distinguait des autres langages sociaux et pouvait se constituer en sphère autonome, et, à l’inverse, elle a dû défendre le principe d’une relation au social, malgré une volonté bien affirmée de se soustraire aux contraintes extra-littéraires. À chacune des trois périodes étudiées ici, fin du xixe siècle, entre-deux-guerres et époque contemporaine, les écrivains belges ont été confrontés à ces deux injonctions contradictoires.

4Une telle continuité n’est pas fortuite : la double demande de sens traverse l’histoire littéraire de la Belgique francophone et a des répercussions sur la forme et les thèmes des œuvres qui se réclament de la modernité. Les œuvres romanesques ou poétiques des six auteurs mentionnés ci-dessus peuvent en effet se lire comme des réponses circonstanciées à la demande de sens de la modernité telle que la véhicule et la reformule le texte social belge.

5Deux axes de recherche orienteront ce travail, étayés par deux courants distincts de la sociologie littéraire. Le premier axe s’inspire de la théorie des positions et des prises de position des écrivains à l’intérieur d’un champ littéraire donné, qui a été conçue par Pierre Bourdieu. La notion de champ littéraire a ceci d’intéressant qu’elle introduit une médiation entre l’œuvre et la société permettant de voir dans la littérature autre chose qu’un pur reflet. Cette théorie postule que la littérature est relativement autonome par rapport à la société dans la mesure où elle s’est historiquement dégagée de la tutelle religieuse et politique et où elle s’est donné ses propres règles. Comprendre une telle évolution permet d’expliquer pourquoi, au xixe siècle, des groupes d’écrivains se sont soustraits aux lois du marché capitaliste et se sont réfugiés dans des salons et des cénacles où le capital convoité était moins d’ordre matériel que symbolique (honneurs, pouvoir de cooptation, etc.). La littérature, selon cette perspective, s’est progressivement autonomisée au point de créer un milieu hermétique au sein duquel l’écrivain et la société entretiennent l’un vis-à-vis de l’autre une perpétuelle et mutuelle incompréhension. D’un autre côté, si étanche soit-elle, cette sphère d’activité autonome communique avec un espace social beaucoup plus ouvert dans lequel l’écrivain est aussi un citoyen, c’est-à-dire une personne dont l’activité nullement spécialisée tire son sens d’une série d’évidences et de contraintes sociales. Bourdieu l’affirme très clairement à propos de la prise de position de l’écrivain dans la structure hiérarchisée des positions disponibles : la trajectoire d’un auteur est profondément déterminée par un certain nombre de dispositions acquises par lui dans la société, notamment ses habitus culturel et social.

6La présente étude voudrait cependant donner une portée plus significative à l’insertion du texte dans le social, en l’articulant plus nettement que ne le fait Bourdieu au procès d’autonomisation de la littérature.

7Au lieu de considérer systématiquement l’histoire des lettres modernes comme portée à revendiquer toujours plus d’autonomie, il paraît possible de soutenir qu’un bon nombre de textes de la modernité ont exigé, de façon contradictoire, à la fois l’autonomie de la littérature et son débordement vers le social (voire, à certaines époques, le politique).

8L’art pour l’art a amené son contraire, non pas l’art contre l’art, mais l’art utile ou l’art social, et ces deux tendances, bien qu’opposées, ont été l’une après l’autre associées à des moments privilégiés de la modernité. Il en résulte une demande de sens non seulement double, mais aporétique, puisqu’on exige en même temps que le texte moderne s’écarte des « mots de la tribu » et que son rôle soit justifié dans cette même tribu.

9La théorie du champ littéraire permet de déterminer les conditions qui régissent l’accumulation du capital symbolique chez l’écrivain : elle prend en compte l’appartenance sociale de ce dernier, la formation reçue, le crédit dont il peut jouir dans les milieux cultivés, les appareils de légitimation et de consécration dont il dépend et, ce qui est essentiel pour notre propos, ses choix d’écriture. Cet axe de recherche présente un intérêt particulier dans le cas d’une littérature périphérique aussi peu spécifique que la belge. Là aussi, on a voulu rendre la littérature autonome en l’installant à distance du social, quitte bien souvent à lui faire renoncer du même coup au national ou au régional. On n’est jamais tout à fait parvenu à surmonter l’état de dépendance du champ littéraire belge à l’égard des instances parisiennes. La situation se répète de génération en génération, mais cependant cette impasse véritable suscite des réactions très diverses de la part des écrivains. En choisissant de faire varier un élément (les stratégies d’écriture) plutôt que l’ensemble des données et des contraintes liées au champ littéraire, cette recherche s’écarte des voies suivies par une sociologie littéraire dite externe et adopte résolument le point de vue de la littérature. Il est toujours possible de présenter à l’occasion les appareils qui composent « l’institution de la littérature », notamment les maisons d’édition, les lieux de légitimation ou de consécration et les listes des gratifications offertes à l’écrivain, mais nous ne présentons pas ici une description complète du système de production littéraire belge. Pour donner une telle description, il aurait fallu pouvoir compter sur un nombre important d’études sur le champ littéraire belge à chacune des époques considérées. Or, malgré quelques travaux récents portant sur cet aspect particulier (Paul Aron et Jean-Marie Klinkenberg), les mécanismes propres à ce champ sont à peine connus à ce jour, en particulier pour les périodes postérieures au symbolisme.

10Outre qu’il touche aux contraintes matérielles qui s’exercent sur la pratique littéraire belge, ce travail privilégie un second axe de recherche qui se fonde dans une certaine mesure sur la tradition sociocritique, depuis Mikhaïl Bakhtine jusqu’à Claude Duchet. Le texte littéraire belge porte les marques de son énonciation et doit constamment composer avec sa situation périphérique, décentrée ; de même, force est de reconnaître que l’intertexte social de la littérature en Belgique n’est pas assimilable à celui de la littérature hexagonale. Pour chacune des périodes considérées, il s’agira de montrer comment certains textes littéraires associés à la modernité s’articulent à un intertexte social particulier à la Belgique.

11Il y a lieu de rappeler que toute l’historiographie littéraire belge s’est longuement demandé s’il existait une littérature propre à la Belgique francophone, et que la sociologie a beaucoup tardé à se prononcer sur cette question d’ordre souvent plus ontologique que littéraire. Dans un numéro de La Revue encyclopédique de 1897, Edmond Picard s’est attaché à définir l’essence de « l’âme belge » et Albert Mockel, quelques pages plus loin, constatait : « la littérature n’a tenté que récemment d’exprimer l’être essentiel que contient chacune de ces deux races [le Wallon et le Flamand]. » Or, c’est précisément le verbe « exprimer » qui fait problème aux yeux de la sociologie littéraire. Picard et Mockel demandent que la littérature soit l’expression de la société belge, laquelle est une et indivise selon le premier, double selon le second. Dans une perspective sociocritique, la difficulté réelle ne consiste pas à décider si la société belge est unitaire ou double, mais à mettre en question le postulat commun à Picard et Mockel : pourquoi faut-il que la littérature soit l’expression de la société ?

12Peut-on penser la littérature francophone de Belgique à partir des textes et de la société belges en postulant entre ceux-ci un rapport de sens plutôt que d’expression ? Mockel n’était pas loin de le suggérer lorsqu’il concluait, après un examen sommaire des « Lettres françaises de Belgique », qu’« il serait puéril d’imaginer une littérature belge ayant un caractère distinct » et qu’il existe en Belgique « une âme que rien jamais ne pourra tout entière exprimer ». Le célèbre historien Henri Pirenne, à l’instar de Picard et Mockel, voyait dans la civilisation belge une « fusion de romanisme et de germanisme » et présentait aussi la littérature à l’appui de sa démonstration :

  • 1 Henri Pirenne, Histoire de Belgique. De la révolution de 1830 à la guerre de 1914, t. VII, Bruxelle (...)

À tout prendre, la littérature belge de langue française, à l’époque où elle arrive enfin à la maturité, fait penser à la littérature latine qui, à la fin de l’Empire romain, se développe dans les provinces, en Gaule ou en Afrique. Comme celle-ci, elle a quelque chose de voulu, de cherché, de tendu. Dès qu’elle cesse d’imiter, elle trahit l’effort et l’outrance. Même chez son plus grand écrivain, de Coster, la langue qu’elle emploie est au fond une langue forgée. Elle est une littérature savante, une littérature de serre chaude, dédaigneuse des masses et absolument dépouillée de toute inspiration populaire. Ce sont des Belges qui s’expriment par elle, mais ce n’est pas le peuple belge1.

13Mockel laissait entendre que la littérature n’était pas parvenue à exprimer l’âme belge, contrairement à la musique et à la peinture. Pirenne va plus loin et fait de la littérature belge l’affaire d’une classe sociale plutôt que celle d’une nation ou d’un peuple. Il ajoute que cette littérature est artificielle (produite en « serre chaude ») et recherchée. La littérature belge serait donc encore à naître.

14Il manque un moyen terme à l’équation que l’histoire littéraire a cherché inlassablement à poser entre le texte et le social. Par exemple, lorsque Pirenne se refusait à croire que le seul hasard pouvait expliquer la concomitance des premières œuvres de Maeterlinck et de Verhaeren et la révision de la constitution belge, il témoignait d’un certain flair sociologique, mais il lui manquait les outils conceptuels nécessaires pour établir des médiations. Le concept d’intertextualité employé par la sociocritique permet de remédier à cette carence théorique et substitue à l’idée de reflet (texte vs société) un rapport de texte à texte.

  • 2 Alain Baudot, « Vers une épistémologie des “études francophones”», dans Revue de l’Institut de soci (...)

15Picard, Mockel et Pirenne ont tous trois soutenu qu’il existait une âme belge, mais les deux derniers ont prétendu que la littérature était impuissante à l’exprimer. Depuis lors, même débarrassée de sa dimension ethnocentrique et essentialiste, cette question est au centre du débat qui oppose les tenants d’une littérature belge de langue française à ceux d’une littérature française de Belgique. Dans l’un et l’autre cas, la question posée aux textes ne relève pas d’abord des textes eux-mêmes ni des différents vecteurs de sens qui les soutiennent. En clair, on juge si la littérature belge exprime ou non la Belgique, mais on ne s’intéresse guère à la façon dont le social s’inscrit dans le littéraire, et vice versa. Faut-il alors se résigner à conclure à la normande comme le fait Alain Baudot : « ont donc également raison (ensemble et temporairement) dans leur différend – dans leur différence – ceux qui affirment qu’il y a bien une littérature belge de langue française et ceux qui disent qu’il n’existe qu’une littérature française de Belgique et ceux qui rappellent le génie de la Flandre francophone2 » ? Plutôt que d’embrasser d’abord en un seul regard toute la littérature pour examiner ensuite les œuvres, notre étude part de textes clefs de la modernité pour aménager peu à peu, sur le double plan institutionnel et social, un espace commun.

16[…]

Hypothèse et perspectives

17Selon l’hypothèse de lecture envisagée ici, l’histoire de la littérature moderne constitue une suite de réponses circonstanciées à une demande de sens aporétique formulée dès le xviiie siècle. L’expression « demande de sens » éveille sans doute l’idée d’un sujet destinateur avec lequel l’écrivain serait dans une relation dialogique. Or, il n’y a ni mécène, ni éditeur, ni instance particulière qui exprimerait une première demande de sens ; celle-ci intervient avec une remarquable continuité depuis que le mot « modernité » s’est imposé aux écrivains, sans qu’il soit possible de la dater ou de l’identifier à un acteur de premier plan. Constatons cependant qu’elle émerge à partir du moment où la littérature devient une affaire impersonnelle, c’est-à-dire un marché qui décide à la place des individus ce qui doit ou non circuler au nom de la beauté littéraire. Tout comme le marché, la demande de sens considérée est anonyme, ce qui explique le fait qu’elle est souvent présentée comme neuve ou spécifique par des groupements d’écrivains qui la tiennent pour caractéristique de leur situation. L’opposition entre une littérature irréductiblement autonome et une littérature pourvue d’une conscience historique aiguë coïncide sans doute en France avec le développement accéléré du capitalisme durant la première moitié du xixe siècle, c’est-à-dire avec le romantisme.

  • 3 Michel Condé, « La Genèse sociale de l’individualisme romantique », vol. 1, thèse de doctorat, Univ (...)

18L’individualisme romantique, selon Michel Condé, est issu de ces deux phénomènes : « La pensée romantique oscille entre une vision démocratique où chacun voit sa valeur reconnue, et une conception de l’individu supérieur qui s’isole face au monde où règne l’égalité dans la dévalorisation3. » Cette contradiction, qui résulte du nouvel « horizon de sens » engendré par les valeurs de la Révolution (égalité, liberté) et ratifié par la Constitution, accompagne toute l’évolution post-romantique et, en particulier, les littératures qui émergent à partir du xixe siècle et qui n’ont jamais connu d’autre situation d’énonciation que celle-là.

19La littérature en Belgique, dès lors qu’elle voudra se réclamer de la modernité, sera d’emblée confrontée à cette demande de sens aporétique. Son histoire est ponctuée de prises de position cherchant à concilier l’autonomie de la pratique et la nécessité de faire disparaître le cloisonnement des sphères d’activités spécialisées. D’une certaine manière, l’invention d’une littérature belge s’est toujours heurtée à l’aporie de la modernité. Nous proposons d’axer la lecture sociale diachronique de la littérature belge francophone sur cette demande de sens aporétique et d’aborder ainsi de front la problématique institutionnelle et une herméneutique sociale des œuvres. Inscrite dans la moyenne et la courte durée, cette étude tient compte à la fois des coordonnées socio-historiques spécifiques à la Belgique et de la contrainte institutionnelle propre aux littératures périphériques, de manière à produire une lecture évolutive des réponses littéraires à l’aporie postulée du projet de la modernité et à considérer cette littérature sur les plans synchronique et diachronique. Comment les textes, malgré le constant défaut de légitimité dont ils semblent souffrir, ont-ils intégré la double postulation de la modernité définie précédemment ? Comment les écrivains ont-ils composé avec cette illégitimité institutionnelle et avec l’aporie en question ? Que signifie enfin, dans ce contexte évolutif, l’emblème de la modernité ?

  • 4 À titre d’indications, voici quelques chiffres qui témoignent de l’expansion du secteur textile (ca (...)
  • 5 Ibid., p. 6-8.
  • 6 Roland Barthes, Le Degré zéro de l’écriture, Paris, Seuil, coll. « Points », 1972, p. 44.

20On aura compris que les lectures sociales proposées ici ne prétendent nullement constituer une histoire d’érudition. Ce sont des aperçus qui forment, au total, une histoire détaillée, mais trouée, sciemment incomplète, laquelle donne à lire l’ensemble de la modernité belge de manière décentrée, avec la distance qui sépare le centre de sa périphérie. Peu étudié, ce corpus a l’avantage d’offrir non seulement une perspective assez neuve sur l’activité littéraire francophone en région, mais aussi un regard distancé sur Paris et sur les modèles que la modernité s’est donnés à elle-même. Au moment où la littérature française accède à l’autonomie, la littérature belge vient à peine de naître. Elle subit déjà les pressions économiques et sociales qui vont aboutir, en France du moins, au cloisonnement de sphères distinctes à l’intérieur de la société. Selon Barthes, ce nouvel ordre littéraire a été amené par trois phénomènes historiques apparus vers 1850 : le renversement de la démographie européenne, la naissance du capitalisme moderne (qui se traduit entre autres par l’abandon de l’industrie textile au profit de l’industrie métallurgique) et le fractionnement social en classes et en sous-classes (la bourgeoisie recouvrant à elle seule plusieurs fractions hostiles les unes aux autres). Ces trois phénomènes ne se manifestent pas au même moment ni avec la même ampleur en Belgique. Celle-ci connaît son premier véritable essor industriel vers les années 1834-1835, juste après la crise suscitée par l’indépendance. Seconde puissance industrielle du monde en 1850 (après la Grande-Bretagne), la Belgique se dote rapidement d’une bourgeoisie industrielle capable de faire pièce à l’aristocratie et à la bourgeoisie foncière de l’époque. En fait, les deux bourgeoisies tirent chacune profit du développement industriel. La moyenne bourgeoisie, au sein de laquelle se recrutent intellectuels, fonctionnaires, enseignants, membres des professions libérales, etc., connaît depuis la révolution de 1830 une croissance importante4. C’est cette même classe moyenne intellectuelle qui a défendu le plus vigoureusement les activités révolutionnaires de 18305. Contrairement à ce qui s’est passé en France, à savoir selon Barthes « la sécession (consommée par les journées de juin 1848) de la société française en trois classes ennemies, c’est-à-dire la ruine définitive des illusions du libéralisme6 », la société belge tend vers un rapprochement important (quoique limité) de la classe dirigeante et des différentes fractions de la bourgeoisie ; de surcroît, cette société ne cesse de mettre ses espoirs dans le libéralisme, qui triomphera véritablement de 1850 à 1884. Comme l’écrit l’historienne Els Witte, le capitalisme moderne n’évolue pas du tout de la même façon en Belgique et en France :

  • 7 Jan Craeybeckx et Els Witte, op. cit., p. 53.

La politique belge ne fut pas affectée fondamentalement par les différents événements révolutionnaires de l’année 1848. Bien au contraire, la forme de gouvernement existante en sortit renforcée. Mais la stratégie du gouvernement libéral avait abouti à associer au fonctionnement du régime de nouvelles couches de la population. Aussi les années cinquante et soixante du XIXe siècle furent-elles caractérisées par le processus d’intégration de ces nouvelles couches, d’abord par le biais de différents canaux politiques, puis par leur absorption totale dans les structures de partis et les zones de conflits existantes.7

21L’histoire sociale et politique de la France et de la Belgique au xixe siècle ne sont donc pas isochrones. La Belgique a été la première à s’industrialiser, mais cependant elle a tardé à se doter de structures culturelles autonomes.

  • 8 Ce découpage s’inspire de celui que propose Klinkenberg : phase centripète (1830-1919), phase centr (...)

22Plutôt que d’emprunter une périodisation à un autre contexte, nous avons choisi trois moments forts de l’histoire sociale de Belgique qui ont paru particulièrement significatifs sur le plan littéraire : la fin du xixe siècle, qui voit l’essor du mouvement socialiste, l’entre-deux-guerres pendant lequel apparaissent le suffrage universel masculin, les gouvernements de coalition ainsi que des mouvements d’extrême-gauche et d’extrême-droite, enfin la période contemporaine qui, à la suite des grandes grèves de 1960-1961 et de réformes constitutionnelles successives, conduit à la fédéralisation du pays et à un questionnement identitaire dont témoigne l’émergence du terme « belgitude »8. Du côté de la littérature, la première période va de 1875 à 1895, c’est-à-dire de la création de la revue L’Artiste, qui se place ostensiblement sous le signe de la modernité, jusqu’à la publication des Villes tentaculaires de Verhaeren, l’une des réalisations poétiques les plus célèbres de l’époque symboliste. La seconde période s’étend de 1920 à 1937, c’est-à-dire de la fin de la Première Guerre mondiale, qui coïncide avec l’émergence de plusieurs revues d’avant-garde ainsi qu’avec la fondation d’une académie littéraire autonome en Belgique, jusqu’à la parution du « Manifeste du Lundi ». La troisième période commence vers 1960, avec l’apparition de quelques romans d’un nouveau type, et se termine en 1980, l’année de La Belgique malgré tout, recueil important de textes littéraires portant sur l’identité nationale et régionale.

23Pour chaque période, deux types d’investigation sont mis en œuvre : le premier concerne l’ensemble des textes programmatiques (manifestes, programmes esthétiques d’une revue, etc.) et des débats esthétiques touchant à l’institution littéraire belge. S’agissant de reconnaître les principaux enjeux institutionnels, il importe de déterminer les positions et les prises de position des auteurs considérés. La notion de stratégie d’auteur, employée à ce point de l’analyse, se définit ici comme une ou plusieurs prises de décision d’un écrivain en vue d’obtenir une certaine reconnaissance symbolique ou matérielle de la part des instances de consécration. Les capitaux social et culturel de l’écrivain, le choix de l’éditeur (belge ou français), le genre de prédilection et, le cas échéant, les honneurs reçus constituent quelques indices pertinents pour construire des trajectoires d’écrivains en fonction des contraintes propres à l’institution littéraire. Étant particulièrement attentif aux multiples sens conférés à la modernité, il nous appartient de montrer que la circulation diffuse et polymorphe d’une telle enseigne esthétique répond souvent à des impératifs stratégiques au sein de la hiérarchie littéraire en Belgique. Tous les écrivains, qu’ils aient été ou non considérés comme « modernes », n’ont pas toujours eu intérêt à se déclarer tels. À certains moments, le mot a pris une connotation péjorative et a été abandonné au profit de termes plus précis. Par ailleurs, l’évolution de la structure institutionnelle est liée à l’histoire économique, politique et sociale : des événements en apparence étrangers à la littérature exercent sur elle une influence certaine. Il arrive que les opinions politiques des écrivains suscitent des affinités ou des différends qui se traduisent par des regroupements homologues au sein de l’institution littéraire. Plus généralement, la formation de groupes littéraires et les exclusions qui en résultent s’expliquent souvent par des écarts de capital social ou culturel plutôt que par des divergences strictement esthétiques.

24Le second type d’investigation s’applique aux textes romanesques et poétiques publiés au cours des trois périodes. Les textes sont choisis en fonction de deux critères : le premier, et le plus important, exige que le texte se réclame d’une manière ou d’une autre de la modernité, afin de répondre à la demande de sens aporétique que nous avons définie ; le second implique que le texte en question ait une place importante dans l’histoire littéraire de la Belgique. Il n’y a pas lieu en effet de substituer des choix personnels à ceux que donne à lire l’historiographie moderne, à l’exception toutefois des textes précédant La Jeune Belgique, lesquels ont été presque complètement oubliés par les historiens littéraires. Ces deux critères contiennent certes une bonne part d’arbitraire et laissent dans l’ombre des pans entiers de la production littéraire en Belgique ; mais la validité des coups de sonde ne dépend pas d’abord de leur représentativité. Elle tient moins au choix lui-même qu’à la lecture, dans la mesure où la démarche reposant sur un corpus réduit permet de pousser l’analyse des textes au-delà des contenus explicites et de montrer comment ceux-ci inscrivent en creux la demande de sens aporétique de la modernité. Ont par conséquent été abordés les principaux mouvements littéraires représentés dans chacune des trois périodes et associés de manière évidente à la modernité (naturalisme, symbolisme, surréalisme, telquellisme). L’analyse portera soit sur les textes où la négativité moderne s’affiche et prétend creuser le fossé qui sépare le monde vécu et la culture d’expert, soit sur les textes qui, voulant combler ce fossé, en appellent à une certaine conscience historique.

  • 9 « Avant 1940, écrit Paul Emond, la Belgique francophone n’a jamais disposé d’une véritable scène na (...)

25De ce corpus, il a fallu retrancher le théâtre, pour des raisons d’abord d’économie, mais aussi pour des motifs historiques et méthodologiques. L’évolution du théâtre moderne en Belgique est marquée par des noms prestigieux (Maeterlinck, Crommelynck, Ghelderode), mais la mise en place de structures locales y est beaucoup plus tardive que dans le cas de la littérature romanesque ou poétique9 et la logique institutionnelle du théâtre est particulière. À la différence des autres genres, le texte théâtral ne se suffit pas à lui-même : il demande à être mis en scène et nécessite pour cela une infrastructure spécifique.

26Pour dégager le sens social des textes romanesques et poétiques retenus, une médiation supplémentaire s’impose (outre celle de l’institution littéraire) : nous l’appellerons le texte social. Ce texte auquel il a déjà été fait allusion est au centre de la méthode de lecture proposée. Les mots, dans la littérature francophone de Belgique, n’ont pas le même contenu social ou politique qu’ailleurs, les historiens littéraires l’ont souvent noté. Le contexte d’énonciation non plus institutionnel mais socio-politique doit donc être décrit pour chaque période, afin de comprendre la logique des diverses réponses poétiques ou romanesques à la demande de sens moderne.

  • 10 Voir les travaux de Régine Robin, entre autres « Extension et incertitude de la notion de littératu (...)

27Qu’entend-on par texte social ? L’expression ne se rencontre qu’accidentellement chez les sociologues de la littérature. Elle se trouve par exemple chez une certaine gauche américaine associée à la critique des idées, notamment celle qui gravite autour de la revue newyorkaise Social Text (créée en 1977). Le sens que nous lui donnons est cependant plus littéraire et se rapproche de celui que lui confère la sociocritique européenne. Puisque cette sociocritique insiste sur les diverses modalités de « mise en texte10 » et d’« intertextualité », il semble presque naturel de retrouver le mot « texte » non seulement dans l’espace littéraire mais aussi dans l’espace social. Du texte littéraire au texte social, il ne saurait y avoir de différence de nature, étant donné que le texte littéraire est toujours déjà un texte social. La différence vient de ce que l’un s’écrit dans le champ de la littérature, selon les exigences formelles et les stratégies d’auteur propres à ce champ, et l’autre dans l’espace public, en vertu de possibilités discursives qui relèvent non plus d’un champ d’activité spécialisé, mais de l’ensemble du discours social.

28C’est sous la plume de Gilles Marcotte que l’expression « texte social » a reçu pour la première fois une valeur théorique, même si celle-ci reste presque entièrement implicite :

  • 11 Gilles Marcotte, Littérature et circonstances, Montréal, L’Hexagone, coll. « Essais littéraires », (...)

En premier lieu, je pose que toute œuvre littéraire – et en particulier le roman […] – parle de la société, fait parler la société, ou que la société parle en elle. Je précise aussitôt que le rapport entre littérature et société n’est pas un rapport simple de texte à chose, entre la réalité concrète des conduites sociales et leur représentation plus ou moins fidèle dans un récit, mais qu’il est médiatisé par un autre texte, le texte social. Au niveau de généralité, d’exemplarité qu’implique la lecture sociale de la littérature, la société nue est une vue de l’esprit. Chercher dans un roman ce qu’une société dit d’elle-même, c’est d’abord, et peut-être essentiellement, essayer de découvrir le texte social auquel il se réfère11.

  • 12 Le premier roman s’intitule Poussière sur la ville (André Langevin, 1953) et le texte social est la (...)

29Sans préciser davantage le sens de la notion, le critique donne deux exemples bien différents de texte social à partir de la lecture de deux romans québécois : dans le premier cas, il s’agit d’une importante revue d’idées, dans le second, d’un slogan publicitaire célèbre au moment de la Révolution tranquille12. Ce slogan recouvre et cristallise en une formule forte un ensemble disparate d’énoncés axiologiques et idéologiques exprimés sous diverses formes. Loin de détacher ces énoncés de « l’interaction généralisée » des discours (Bakhtine) à laquelle ils se rattachent malgré tout, ou du « discours social » dans lequel ils sont immergés, une telle analyse ouvre au contraire ces « morceaux choisis » à l’ensemble des possibilités discursives du moment. Elle ne sépare pas le texte du social : elle y amène par le biais d’une médiation textuelle lisible dans l’œuvre même. Au lieu de rapporter directement un fait littéraire à un fait social, comme le proposait par exemple Pirenne (en remarquant la concomitance de l’émergence du symbolisme et de la révision constitutionnelle), il s’agira de lire le texte littéraire et le texte social, l’un en fonction de l’autre.

30Chaque chapitre présentera les grandes lignes des textes sociaux respectifs pour les trois périodes considérées. Il est impossible de décrire l’institution littéraire belge sans l’articuler à l’institution parisienne, de même en ce qui concerne le discours social. Aussi faudra-t-il déborder à certains moments le cadre géographique de la Belgique, car l’objectif ultime des lectures sociales de la littérature belge qui suivent est de donner toute leur étendue aux textes étudiés. Sans le contexte institutionnel et social belge, ces textes demeurent en partie illisibles, mais il serait dommage de s’autoriser de ceci pour les y enfermer.

Notes

1 Henri Pirenne, Histoire de Belgique. De la révolution de 1830 à la guerre de 1914, t. VII, Bruxelles, Maurice Lamertin éd., 1932, p. 262.

2 Alain Baudot, « Vers une épistémologie des “études francophones”», dans Revue de l’Institut de sociologie (« Littérature, enseignement, société»), 3-4, 1980, p. 689.

3 Michel Condé, « La Genèse sociale de l’individualisme romantique », vol. 1, thèse de doctorat, Université de Liège, 1985-1986, p. 183 ; une version abrégée de cette thèse a été publiée (Tübingen, Niemeyer, coll. « Mimesis », 1989, 151 p.).

4 À titre d’indications, voici quelques chiffres qui témoignent de l’expansion du secteur textile (capacité de production accrue de 300 p. cent à 800 p. cent de 1850 à 1884), de l’industrie charbonnière (800 p. cent entre 1830 et 1880) et de la fonte (1400 p. cent entre 1850 et 1870). « Dans les branches industrielles les plus importantes, écrit Els Witte, la Belgique présentait même par habitant la production la plus importante du continent » (Jan Craeybeckx et Els Witte, La Belgique politique de 1830 à nos jours, Bruxelles, Labor, coll. « Archives du futur », 1987, p. 55).

5 Ibid., p. 6-8.

6 Roland Barthes, Le Degré zéro de l’écriture, Paris, Seuil, coll. « Points », 1972, p. 44.

7 Jan Craeybeckx et Els Witte, op. cit., p. 53.

8 Ce découpage s’inspire de celui que propose Klinkenberg : phase centripète (1830-1919), phase centrifuge (1920-1960) et phase dialectique (depuis 1960). Toutefois il faut garder à l’esprit que la bipolarisation (ici/Paris) est une constante de l’histoire littéraire belge.

9 « Avant 1940, écrit Paul Emond, la Belgique francophone n’a jamais disposé d’une véritable scène nationale» (« Un siècle de théâtre» dans Anna Soncini, Cheminements dans la littérature française de Belgique au XXe siècle. Quaderni di Francofonia, Bologne, 4, 1987, p. 92).

10 Voir les travaux de Régine Robin, entre autres « Extension et incertitude de la notion de littérature », dans Marc Angenot, Jean Bessière, Douwe Fokkema, Eva Kushner (dir.), Théorie littéraire, Paris, P.U.F., 1989, p. 48-49.

11 Gilles Marcotte, Littérature et circonstances, Montréal, L’Hexagone, coll. « Essais littéraires », 1989, p. 153.

12 Le premier roman s’intitule Poussière sur la ville (André Langevin, 1953) et le texte social est la revue Cité libre ; le second exemple, Don Quichotte de la Démanche (Victor-Lévy Beaulieu, 1972), a pour texte social le slogan « On est six millions, faut se parler ! »

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search