Version classiqueVersion mobile

Historiographie de la littérature belge

 | 
Björn-Olav Dozo
, 
François Provenzano

III. Vivre la société

Périphérie : Jean-Marie Klinkenberg

1981

Texte intégral

KLINKENBERG (Jean-Marie), « La production littéraire en Belgique francophone. Esquisse d’une sociologie historique », Littérature, n° 44, décembre 1981, p. 33-50.

La production littéraire en Belgique francophone. Esquisse d’une sociologie historique

0.1. Légitimité et ensembles littéraires

  • 1 J. Dubois, L’institution de la littérature, Paris, Bruxelles, Nathan, Labor, 1978, p. 16.

1On sait aujourd’hui que la littérature n’est pas cette activité gratuite et désincarnée que les idéologues symbolistes nous ont présentée, pratique solitaire où l’écrivain se retrouverait seul face à sa feuille blanche et son inspiration, et que le résultat de cette activité ne se réduit pas à la somme des « œuvres » produites. On sait que la littérature est une pratique sociale parmi d’autres. « Dès que l’on appréhende la littérature dans ses usages, elle sort de sa pureté idéale pour s’affirmer comme tributaire d’une insertion historique et sociale1 ». Donner cette noble impureté à la littérature, c’est d’abord la considérer, elle et ses produits, comme un jeu de forces s’exerçant dans un ensemble de champs, et prenant pour objet des biens. Biens commerciaux qui, comme tels, sont produits, stockés, consommés. Ces derniers procès sont bien connus des économistes mais, dans le cas présent, ils se compliquent du fait que le lien se caractérise non seulement par sa valeur proprement marchande, mais aussi par des indices de valeur symbolique.

2C’est ici qu’il faut souligner une chose : ce n’est pas seulement le livre isolé qui se voit ainsi le jouet de forces que l’on avait coutume jusqu’à présent de dire extérieures à la littérature. Ce sont des blocs entiers, des pans de littérature, que l’idéologie appréhende dans leur globalité après avoir tracé dans le champ de la production écrite les frontières qui les isolent. Blocs des genres, blocs des périodes, blocs des écritures, qui se voient tour à tour frappés d’illégitimité ou décrétés légitimes par des instances dont la fonction est d’assurer la prééminence culturelle de fractions de classes. La chose, une fois encore, est bien connue. Ce qui a, par contre, été moins étudié, c’est l’existence et le fonctionnement de blocs ou d’ensembles géographiques.

0.2. Lettres belges : le problème de la légitimation

  • 2 M. Condé, P. Popovic, M.-P. Remacle, L’édition du livre dans la communauté française de Belgique, U (...)
  • 3 « Pour des agents périphériques, la “scène parisienne” n’est accessible qu’à des outsiders qui ne s (...)
  • 4 Idem, p. 74.

3Nous proposerons ici une première approche de l’étude de ces blocs, en prenant pour objet la littérature écrite en langue française en Belgique. Littérature dont le statut est tout entier déterminé par sa position relative vis-à-vis de la littérature de l’Hexagone, elle-même déterminée par l’instance parisienne. Grosso modo, on peut dire que c’est la machine parisienne qui anime le champ de production restreinte et hautement légitime, alors que l’acteur belge doit se rabattre sur des productions faiblement légitimes, ce qui confère ipso facto à la littérature qu’il produit un statut globalement second. Qui dit légitimité dit instance légitimante et signifie ainsi discours produisant cette légitimité. Ce discours, c’est sur la « scène parisienne » qu’il s’énonce. Scène « hégémonique par rapport aux autres champs, c’est-à-dire que les verdicts posés par cette « scène parisienne» sont relayés par les autres instances, alors que le verdict d’un champ périphérique ne sera pas nécessairement repris par le champ central2 ». Toute la stratégie de la littérature en Belgique sera donc ordonnée autour d’un axe : ruser avec l’illégitimité ou, ce qui revient au même, s’attribuer de la légitimité. De nombreuses tactiques peuvent assurer cette stratégie. Deux de ces tactiques sont bien connues et ont en commun de contenir en elles leur propre échec. C’est d’une part l’autonomisation d’un champ littéraire distinct, qui annule la hiérarchie, donc la légitimité ; c’est de l’autre l’effort d’assimilation au champ parisien ou le désir de reconnaissance de la part des instances de consécration de ce centre ; cet effort ne peut par définition être le fait d’une collectivité admise comme telle (ce serait contradictoire avec le principe d’hégémonie), mais ne peut aboutir que pour les individus isolés3. Ces deux solutions ne sont évidemment pas mutuellement exclusives. Les attitudes effectives tiennent le plus souvent de l’une et de l’autre. De sorte que l’on assiste à des phénomènes de partage : « l’oligopole parisien occupe massivement (mais non exclusivement) le champ de production restreinte et hautement légitime, tandis que les éditeurs en province (et en Wallonie) se rabattent sur des biens culturels peu légitimes4 », comme par exemple la bande dessinée.

  • 5 Voir notre article programmatique « Pour une histoire de la littérature française en Belgique », da (...)

4Mais ce ne sont pas les stratégies d’émergence en elles-mêmes que nous envisagerons ici, mais bien leur successivité. À côté de la relation avec Paris, il convient donc d’introduire dans le modèle descripteur de la littérature de Belgique un second paramètre : les bouleversements sociaux vécus dans le cadre territorial belge, appréhendés à travers leurs superstructures culturelles et politiques. Cette histoire sociale de la littérature de Belgique est, à ce jour, largement inexistante, comme si l’exiguïté et la non-autonomie relatives de l’échantillon avaient totalement empêché la prise en compte du second paramètre5.

5Il nous faut donc quitter provisoirement la littérature pour nous pencher sur les facteurs socio-historiques qui ont affecté sa production en Belgique. Provisoirement, mais longuement : la présentation détaillée (quoique condamnée à rester schématique aux yeux de l’historien) de ces facteurs se justifie par le principe même de la non-autonomie de la sphère littéraire. C’est également ce principe qui sous-tendra la structure de l’exposé : structure en miroir, où correspondront d’une part les complexes de faits constituant les principes explicatifs les plus forts du développement littéraire belge (chap. 1) et, d’autre part, les faits saillants de celui-ci, autant que possible débarrassés des éléments ponctuels que sont les noms, les dates, les titres, etc. (chap. 2). Que l’on ne croie pas à mon exhaustivité dans cette énumération de quelques équivalences médiates entre faits littéraires et faits sociaux : la présente contribution constitue avant tout un plan de recherches.

  • 6 Nous utilisons ici le terme rendu usuel par la tradition canadienne en politologie et en sociolingu (...)
  • 7 Sur les différents aspects du problème, voir la bibliographie raisonnée de A. Verdoodt, Les problèm (...)

6Au tout premier rang des facteurs ayant déterminé la double stratégie de l’écrivain belge, il faut citer la situation de pluriculturalisme6 vécue par son pays, bien plus complexe que ne le laissent croire les échos perçus en France d’une querelle qui n’est pas que linguistique7. Nous verrons que l’évolution de cette situation a, en cent cinquante ans, bouleversé radicalement la structure politique et institutionnelle du pays, et combien les phases du développement littéraire en Belgique épousent étroitement ces modifications sociales. Ce qui pourrait apparaître comme un paradoxe aux yeux des tenants de la sociologie du reflet. Car il y a peu d’exemples d’une littérature aussi « désengagée », où il soit aussi peu question des problèmes affectant les collectivités au sein desquelles elle s’élabore (cf. 2.2.2.2.).

1.1. Arrière-fond

7Mais qu’est-ce que la Belgique ? Petit État – 30 000 km2 à peu près – bordé par la Hollande, l’Allemagne, la France et la mer du Nord, elle a une population relativement dense ; ceci en fait la pièce maîtresse de la mégalopolis européenne qui s’étend de Calais à la Rhur. Dense, sa population est relativement vieille : la main-d’œuvre représente 40 % de l’ensemble. Mais c’est ici le lieu d’insister sur un premier clivage dont nous allons retrouver maints correspondants : c’est spécialement dans la moitié Sud de l’État – de langue française – que ce vieillissement se fait sentir.

  • 8 Dont la meilleure expression se trouve dans l’œuvre classique de H. Pirenne, l’Histoire de Belgique(...)

8Au contraire de ce que soutient volontiers une histoire finaliste8 ou nationaliste, l’érection de la Belgique en État indépendant n’est, pas davantage que pour maint pays européen, ni l’aboutissement d’une volonté populaire ni la consécration politique d’une cohérence économique ou culturelle. Les régions qui la constituent aujourd’hui ont été au Moyen Âge une poussière de Principautés aux obédiences parfois très différentes et souvent très distendues (Royaume de France, Empire d’Allemagne, etc.), et l’union de ces entités n’est que la conséquence d’une politique d’acquisition personnelle menée au xve siècle par la dynastie bourguignonne. Sans cohésion interne, cet ensemble ne fera pas davantage son unité vis-à-vis de l’extérieur : il sera successivement possession espagnole – période pendant laquelle l’ensanglantent les guerres « de religion » du xvie siècle –, puis autrichienne, et trouvera enfin une certaine unité dans le cadre de l’Empire français, créateur d’une série de départements qui sont les provinces belges d’aujourd’hui. Après la chute de Napoléon, la diplomatie européenne crée, en guise de rempart contre l’impérialisme français, un Royaume des Pays-Bas correspondant plus ou moins au Benelux actuel. C’est ce Royaume qui devient l’épicentre de la révolution industrielle sur le continent. Mais l’amalgame était artificiel : un nationalisme belge naît et, en 1830, éclate une révolution vite confisquée par une bourgeoisie nouvelle (nous reviendrons sur la description de cette classe). Avec l’accord des puissances européennes, naît ainsi une Belgique indépendante apparemment peu viable.

1.2. Barrières sociales et barrières des langues

  • 9 Voir à titre d’exemple notre étude Français et parlers germaniques en Belgique orientale. Quelques (...)

9C’est à ce seuil historique qu’il convient de s’arrêter pour décrire la situation culturelle du pays. Car, on le sait assez, il n’y a pas de langue nationale en Belgique, laquelle ressortit originellement à trois groupes linguistiques distincts : au groupe néerlandais, par les dialectes flamands et limbourgeois occupant la moitié Nord du Pays, au groupe français par le Sud avec ses dialectes d’oïl – principalement le wallon – encore très vivaces au xixe siècle, au groupe germanique enfin par l’Est. Si l’on néglige cette dernière région, exiguë et posant des problèmes historiques et sociolinguistiques sui generis9, on peut dire que la Belgique est composée de deux régions linguistiques sensiblement égales, avec au Centre une ville flamande d’origine, mais largement francisée au cours du temps : Bruxelles.

  • 10 A. R. Zolberg, « Les origines du clivage communautaire en Belgique », dans Recherches sociologiques(...)

10Situation linguistique qui paraît simple mais qui s’est, dès les origines, compliquée d’une asymétrie entre parlers populaires dialectaux et parlers véhiculaires standards : à partir du xiie siècle, le français s’est répandu dans l’aristocratie d’abord, la haute bourgeoisie ensuite. Aux xviiie et xixe siècles, le français devient donc langue d’enseignement et de culture. Processus qui a cours de part et d’autre de la frontière des dialectes, de sorte que naît l’asymétrie en question : alors que la superposition du français standard au wallon se faisait sans créer de problèmes (autres que ceux qui sont d’habitude suscités par la coexistence d’un vernaculaire et d’un standard apparentés : « défense de jurer et de parler wallon »), un important clivage social se créait dans la partie Nord, la bourgeoisie se distinguant par l’usage non d’un simple registre mais d’une langue radicalement différente de celle du peuple. C’est là la source – et ici nous anticipons – de la participation flamande aux lettres françaises : cette littérature s’élabore en effet dans le groupe social au profit duquel l’État belge s’était constitué : celui des « classes nouvelles » dont Gambetta parlera en 1874 : professions libérales, moyenne bourgeoisie, magistrature, cadres. Source également d’une théorie « unitariste » de la Belgique : car c’est la « liberté d’action remarquable de cette bourgeoisie, consciente comme toutes les classes hégémoniques de ses besoins de “reproduction” par le biais du domaine culturel, qui a déterminé la spécificité des institutions belges10 ». Cette classe étant « trans-régionale » et « trans-ethnique », les institutions en question (dont la culture et la littérature) devaient s’en ressentir.

1.3. Flandre et Wallonie : cinq oppositions

  • 11 Sur l’histoire de la Wallonie, voir essentiellement La Wallonie. Le pays et les hommes, Bruxelles, (...)

11Cette idéologie unitariste devait longtemps occulter les différences – voire les oppositions – entre Nord et Sud, oppositions que nous énumérerons ici de manière fort schématique. La première, d’ordre économique, confronte une Wallonie industrielle à une Flandre rurale, sinon pastorale : ayant au xixe siècle le monopole du charbon et du fer, sans lesquels il n’y avait pas de révolution industrielle possible, la Wallonie se dota d’une industrie lourde suivant les schémas du capitalisme classique au xixe siècle. Dans la mesure où les campagnes devenaient foyer de sous-emploi, les régions industrielles attiraient évidemment le monde paysan. D’où une seconde opposition, de type écologique : de coron en faubourg et de complexe industriel en ville, se gonfle un réseau urbain important et naît, dès la fin du xixe siècle, un véritable prolétariat ouvrier. L’opposition religieuse – la troisième – se déduit aisément des précédentes : alors que la Wallonie urbaine se déchristianisait rapidement, la Flandre agricole restait pétrie d’esprit religieux. D’où une quatrième différence, idéologique, opposant une Wallonie socialiste (lisons : social-démocrate) à une Flandre conservatrice. L’opposition démographique, la dernière, se déduit également des précédentes : alors que la Flandre devait longtemps rester nataliste, le malthusianisme wallon – déjà assez sensible vers 1880 – allait aggraver le déséquilibre quantitatif entre les deux parties du pays au xxe siècle (la Wallonie intervenait pour un peu plus de 42 % dans la population du pays en 1880, pour 40 % en 1900 ; pourcentage qui tombe à 35 % en 1939 et à environ 30 % aujourd’hui)11.

12Tel est l’arrière-fond de ce que l’on a pu appeler et de ce que l’on appelle encore la guerre des Belges, guerre qui n’a pas été sans répercussions occultes sur la pratique littéraire.

1.4. En Flandre : nationalisme et unilinguisme

13Cette guerre connaît deux phases, que l’on peut distinguer sur le plan logique, mais qui s’interpénètrent chronologiquement. La première, nous la nommerons « question flamande », la seconde « question wallonne ».

141.4.1. Les origines de la question flamande, c’est évidemment le clivage social, puissamment symbolisé par le clivage linguistique dont nous avons parlé : le flamand à la cuisine, à l’école primaire et à la messe basse, le français au salon, à l’Université et à la grand-messe. Mais l’existence même du clivage linguistique devait profondément affecter la conception du clivage social, de sorte que la lutte sociale flamande s’est développée dans un climat très particulier : au xixe siècle, c’est un complexe de motivations romantiques, sociales, nationalistes et religieuses qui donnèrent naissance à un mouvement populiste, dont l’objectif prioritaire devint la promotion de la langue néerlandaise dans tous les secteurs de la société. L’idéologie élaborée dans cette lutte linguistique, étant à la fois sociale et nationale, a donc souvent pu être national-sociale, voire nationale-socialiste (l’écrivain Henri Conscience, héraut de la cause flamande avec son Lion des Flandres, ne prêchait-il pas la soumission des humbles aux puissants ?).

151.4.2. À l’aboutissement de cette lutte, et surtout à celui de la lutte démocratique qui s’était développée dans le sillon industriel wallon, il y eut, au début de ce siècle, l’avènement du suffrage universel pur et simple. Évènement à quoi on peut attribuer une forte signification symbolique quant à la conception de l’État. Il devait en effet aboutir, à long terme, à la disqualification de l’idéologie unitariste. C’était dans le français seul que la classe dominante trouvait au xixe siècle son expression politique (et, partant, culturelle). Le bouleversement amené dans cette expression par le nouveau mode de suffrage devait faire éclater au grand jour l’imposture unitariste et rendre manifeste la nature dualiste du pays. Prise de conscience difficile, au point que certaine phrase d’un écrivain et homme politique wallon dans sa Lettre au roi sur la séparation de la Wallonie et de la Flandre fit, bien que banale, pas mal de scandale à l’époque (1912) : il y était simplement dit que le Belge n’existait pas, et que vivaient dans ce pays deux peuples distincts. À partir de ce constat, l’issue institutionnelle de la lutte linguistique devenait claire. La structure bilingue de la Flandre devait disparaître, au nom du principe nouveau de l’unilinguisme des régions : en Flandre le seul néerlandais dans l’administration, l’enseignement, la justice, l’armée, comme en Wallonie le seul français. C’est ce principe que devait consacrer un appareil législatif élaboré au long des années trente. Bouleversement de la physionomie de l’État belge qui allait avoir de profondes répercussions sur la structure du personnel littéraire et sur la conception de ses pratiques.

  • 12 Ainsi dans le cadre du secteur privé. Une enquête sur l’emploi des langues chez les cadres supérieu (...)

161.4.3. Les séquelles de la situation antérieure sont cependant nombreuses et se trouvent en bonne partie à l’origine des problèmes actuels de l’État. Ce sont, entre autres, la suprématie démographique flamande, dont il a déjà été question ; c’est la constitution d’un nationalisme flamand, se traduisant par un dynamisme politique certain et par une affirmation culturelle d’autant plus décidée qu’elle reste soutenue par ce qui pourrait passer comme une sorte de complexe d’infériorité et par des situations objectives préoccupantes12.

1.5. En Wallonie : la double composante d’une conscience

17Passons à présent à la question wallonne. Son origine est double. Et nous verrons que cette hétérogénéité a pesé lourdement sur la physionomie de la production littéraire de Wallonie (3.2.3.). Origine double : procédant d’une part d’une conception autonome de la sphère culturelle, d’autre part d’une conception non libérale du jeu économique.

  • 13 Voir les documents réunis, dans une optique qui est précisément celle de cette intelligentsia, par (...)

181.5.1. Sur le plan culturel, on peut avancer qu’une certaine conscience wallonne a d’abord été l’apanage d’une intelligentsia se confinant dans la défense de la langue française, dont la suprématie était menacée par les exigences flamandes. Son slogan : « L’obligation pour le francophone d’apprendre le flamand ? Jamais ! » Cette position défensive s’alimentait également de toutes les images mythiques attachées à la culture française (plus raffinée, plus policée, plus universelle, etc.), renforcées ici par le caractère provincial et marginal de la francophonie belge ; et l’on sait que c’est toujours aux marches d’un empire que les atteintes à sa souveraineté sont le plus vivement ressenties13. Il est piquant de constater que c’est dans une classe sociologiquement descriptible comme équivalente à celle qui fut le siège de la première idéologie unitariste que s’est développé ce nouveau discours anti-unitariste (un ensemble important d’arguments étant d’ailleurs transférés tels quels d’un discours dans l’autre).

191.5.2. Le second ferment d’une prise de conscience wallonne, décalé chronologiquement, est d’ordre économique : c’est le déclin de la partie francophone du pays. La Flandre, que notre exposé avait laissée pastorale (cf. 1.3.), s’est en effet largement industrialisée au cours de ce siècle. Tard venue, elle a pu même bénéficier d’une infrastructure plus moderne. Alors que le capital investi en Wallonie restait aux mains des holdings nationaux traditionnels, les multinationales se devaient de favoriser une communauté leur offrant une main-d’œuvre plus jeune et moins formée à la tradition des luttes sociales, en même temps que politiquement majoritaire. Le poids de l’économie wallonne dans le cadre belge est donc allé en décroissant ; alors qu’en 1960, elle représentait 30 % du P.N.B., elle n’en fournissait plus que 25 % en 1975. Économie de sous-emploi également : alors que de 60 à 70 la Belgique créait 263.000 emplois, la Wallonie en perdait déjà 12.000. Et cela, en pleines golden sixties. Déclin inexorable, que la crise de structure actuelle devait transformer en catastrophe. Devant cette chute, répercutée sur les autres secteurs de la vie sociale et aggravée par la minorisation politique, la revendication autonomiste wallonne – exprimée très clairement au cours de grandes grèves en 1960 – apparut comme une planche de salut : devenir maître de son destin pour planifier l’économie en fonction des seuls intérêts locaux, telle est l’idée qui naquit, essentiellement dans les milieux syndicaux progressistes.

201.5.3. On conçoit que la synthèse des deux dimensions de la conscience wallonne soit tardive et malaisée, les classes qui sont le sujet des discours culturel et économique ayant des intérêts point forcément convergents. De là la confusion idéologique et les ambiguïtés dans lesquelles baigne aujourd’hui le mouvement wallon. Ambiguïtés que n’aide pas particulièrement à lever l’alliance tactique nouée ces dernières années entre la Wallonie, région de secteur secondaire en décadence, et Bruxelles, ville essentiellement tertiaire et pas spécialement déclinante. Partenaires francophones opposés au même groupe fort dans le cadre de l’État belge, leurs situations ne sont pas assimilables.

2.0. Littérature belge ou littérature française ?

21Nous voici, semble-t-il, fort loin des pratiques littéraires… En fait, toute l’histoire que nous venons de retracer sommairement connaît un répondant exact sur le plan littéraire.

22Nous avons déjà évoqué les deux attitudes possibles des agents de production littéraires belges devant l’oligopole culturel parisien (0.2) : ou bien tenter d’accréditer l’autonomie du champ belge, ou bien investir le champ parisien. Ces deux attitudes ont tour à tour dominé au cours des cent cinquante ans de l’État belge, et correspondent à des conceptions historiographiques différentes. On pourrait résumer ce qui a longtemps paru être un conflit entre ces deux conceptions par l’opposition de deux dénominations : celle de « littérature belge de langue française » et celle de « littérature française de Belgique ». Deux étiquettes qui paraîtront interchangeables à l’esprit pressé, mais qui engagent deux perspectives différentes : la première présuppose une culture belge unique en son essence, mais connaissant accidentellement des hypostases flamande et francophone, la seconde reposant sur l’idée d’une « littérature française » unique, dont la production belge participerait pleinement.

23Le fait que l’on ait tour à tour utilisé ces deux étiquettes se justifie aisément par le développement spécifique de l’institution littéraire belge, celui-ci s’expliquant à son tour par les mutations sociales que nous venons de retracer.

  • 14 Nous empruntons les deux premiers termes, en en modifiant légèrement l’acception, à Sto let bel’gij (...)

24Si l’on examine en effet la production littéraire en Belgique depuis 1830 de ce point de vue institutionnel, on peut, en simplifiant beaucoup, la diviser en trois phases, que nous appellerons phases « centripète », « centrifuge » et « dialectique »14.

2.1. Phase centripète (1830-1920)

2.1.1. Poids français, contrepoids flamand

  • 15 On n’oubliera pas à cet égard la politique élaborée par la Révolution française en matière de langu (...)
  • 16 Voir notre étude « L’idéologie de la “littérature nationale” (1830-1839) », dans Studia belgica. Au (...)
  • 17 E. Picard, « L’Ame belge », dans Revue encyclopédique Larousse, no 203, 1897.
  • 18 P. De Decker, Du pétitionnement en faveur de la langue flamande, Bruxelles, 1840, p. 44.
  • 19 Ce qui prouve bien la contradiction, c’est que ce rejet continue à s’exprimer alors que prévaut la (...)

25La première phase correspond, on le voit, à la période antérieure à l’adoption du suffrage universel pur et simple (c’est la date repère que nous avons choisie), période où prévaut le bilinguisme en Flandre et où l’unité des institutions est assurée par la suprématie de la bourgeoisie trans-ethnique que nous avons caractérisée plus haut (1.2). Comme c’est dans cette classe que s’élabore la production littéraire du xixe siècle, celle-ci devait donc se traduire par la seule langue française (et ce en dépit de mouvements flamands suscités par des sociétés comme De Tael is gansch het Volk ou Olijftak15). Cette production est soutenue par une idéologie du nationalisme littéraire – d’où le nom de phase centripète – qui s’élabore entre 1830 et 183916 et qui, assez paradoxalement, associe le rejet effectif de la langue flamande avec la valorisation symbolique de la culture qu’elle véhicule. Car si seul le français apparaît comme propre à assurer l’émancipation intellectuelle des Flandres tout en assurant l’homogénéité du pays (ce qui correspond au désir de cohésion manifesté par les classes au pouvoir), un contrepoids est nécessaire, pour manifester l’originalité de l’État face aux puissances européennes. Ce contrepoids, c’est « l’âme belge » – que rendra célèbre l’article bien postérieur d’un avocat écrivain17 –, mythe fondé sur les valeurs de « stabilité » et de « bon sens » revendiquées par la classe dont il émane. Dans ce puzzle idéologique, la culture flamande apparaît comme une pièce essentielle : véhiculant une série de valeurs qui sont la traduction culturelle de son statut socio-économique (cf. 1.3), elle joue le rôle d’un rempart contre la « lèpre républicaine » en « défendant les masses de la funeste contagion de l’erreur et du vice ; elle établit un blocus moral empêchant l’infiltration de mœurs étrangères qui ne sont propres qu’à fausser l’esprit d’un peuple et à dénaturer ses sentiments18 ». L’originalité de la littérature de l’époque réside donc en ceci que, tout en utilisant la langue et donc les écritures littéraires françaises, cette participation est vécue sur le mode de la dénégation : rejet – purement verbal – de l’influence française19, révérence particulière pour le romantisme allemand, transposition de techniques littéraires germaniques, etc.

2.1.2. Élaboration et renforcement du mythe nordique

262.1.2.1. Cette « vision nordique » va influencer tout le cours de la littérature française de Belgique jusqu’au début du xxe siècle, au point que la formule nordicité + langue française pourra être le résumé de tout le discours sur cette littérature. Un facteur important intervient pour faire de cette vision un pur mythe, dans la plénitude du terme. C’est la coupure radicale instaurée au sein même de l’ethnie flamande par le clivage des langues (cf. 1.4.), coupure propice à l’élaboration d’une imagerie complexe prenant pour support les caractéristiques projetées sur une communauté culturelle dont la couche populaire est conçue comme l’expression la plus brute (la bourgeoisie romantique était prompte à nommer Peuple dans le Livre ce qu’elle appelait populace dans la rue).

  • 20 Il est à noter que la réception française de la littérature belge continue, de nos jours, à être af (...)

272.1.2.2. La cohésion et la permanence de ce discours de la nordicité proviennent d’un autre facteur, tenant cette fois à la relation entre l’institution littéraire belge et l’oligopole parisien. Une des procédures de celui-ci pour conférer à une production culturelle une légitimité limitée, c’est la reconnaissance en elle d’une Altérité valorisée en tant que telle. (C’est le paradoxe des cultures régionales – basque, bretonne, occitane… – promues non seulement par l’activité militante des intéressés, mais aussi par la modification de statut que leur accorde l’instance centrale.) Et c’est bien en tant que flamande, ou nordique, que la littérature francophone de Belgique a été acceptée à Paris à la fin du xixe siècle, avec les Maeterlinck, Verhaeren, Eekhoud, etc.20.

2.1.3. L’écriture « belge »

  • 21 Voir notre article « La participation flamande à la littérature française aux xixe et xxe siècle : (...)

282.1.3.1. Ce n’est pas ici le lieu de s’étendre longuement sur le discours tenu par l’institution littéraire nordique21. On pourrait évidemment énumérer les éléments de la thématique qui l’exprime et lui donne consistance : thèmes naturels (l’humidité, la plaine, la brume, la mer…), thèmes historiques et architecturaux (les béguinages, les beffrois, les ports, les villes commerçantes…), les thèmes moraux (pour citer Valéry : une « race que distingue une alliance particulière de fougue et de langueur, de violente activité et de tendance contemplative, qui est ardente et patiente, sensuelle parfois jusqu’à la fureur et tantôt toute détachée du monde sensible, retirée dans les châteaux mystiques que l’âme secrètement se construit sur les confins de l’intelligence de la nuit »). On pourrait énumérer longuement les auteurs qui, de Verhaeren à Jacques Brel, en ont été les porte-parole.

292.1.3.2. Mais ce serait là céder à la facilité de l’histoire événementielle et de l’analyse contenutiste. Plus intéressant à souligner nous parait l’écriture propre à la période, écriture baroque dont l’originalité a été plus d’une fois notée (on se souviendra du « poème morne traduit du belge » d’Alphonse Allais, et du « quand j’écrivais belge » de Gide), sans que le principe rendant compte de la diversité de ses manifestations ait été clairement dégagé.

  • 22 Voir par exemple pour l’anglais le recueil Sociolinguistique de W. Labov (Paris, Éd. de Minuit, 197 (...)
  • 23 Rappelons que la Belgique est la terre de Grevisse et des « Championnats nationaux d’orthographe ». (...)
  • 24 Voir notre ouvrage Style et archaïsme dans la Légende d’Ulenspiegel de Charles De Coster, Bruxelles (...)

30Notre modèle explicatif rend, une fois de plus, compte de ce phénomène d’écriture. On sait que la conscience de la marginalité linguistique peut engendrer un complexe d’insécurité expressive. Phénomène sociolinguistique bien connu, mais peu étudié dans le cas du français en Europe en dépit des appels véhéments d’un Duneton22. Cette insécurité peut avoir été vécue de manière particulière par l’écrivain flamand, parce que le français est pour lui une langue qui – sans lui être étrangère puisqu’elle est maternelle – ne connaît pas tous les relais nécessaires dans son milieu ambiant. Or, une des manières de surmonter ce complexe (l’autre étant l’hypercorrectisme23) peut être d’assumer les écarts engendrés par lui en les intégrant à un dessein stylistique où dominent les écarts volontaires. De là, les archaïsmes d’un Charles De Coster24, les néologismes de Verhaeren, les cultismes de Lemonnier et, plus généralement, les artisteries dénoncées chez les Goncourt, mais qui prenaient dans le milieu dont nous nous occupons une importance telle qu’un critique a pu parler de style « macaque flamboyant ». Cette stylistique tourmentée restera un bien de l’écrivain belge des phases postérieures. Non que l’explication « flamande » puisse encore être invoquée alors (mais il y aura encore les surcharges de Ghelderode, les jeux de mots de Paul Neuhuys…) : l’explication « provinciale » ou « périphérique » suffit amplement à justifier les pastiches de Blavier, le jeu verbal de Verheggen, les pots pourris linguistiques de Marcel Piqueray.

2.2. Phase centrifuge (1920-1960)

2.2.1. La réorientation des producteurs

  • 25 Il est sans doute inutile de préciser que lorsque nous utilisons des formules générales du genre «  (...)

31Au début de ce siècle, le mythe unitaire (2.1.1.) lié au régime électoral censitaire peut enfin être dénoncé (1.4.2.). C’en était dès lors fini de la synthèse culturelle rêvée et vécue par les écrivains des générations précédentes25. Aux forces centripètes se substituaient désormais des forces centrifuges, assignant de nouvelles positions aux écrivains flamands et aux francophones. D’une part, la bourgeoisie flamande se réapproprie sa langue, et doit donc réaménager son système de références ; cette nouvelle donne devenait d’autant plus urgente que la profession d’écrivain devenait accessible à des hommes et à des femmes issus de nouvelles fractions de cette bourgeoisie. Lentement se retire donc la marée des écrivains flamands, lesquels inscrivent dorénavant leur production à l’actif de la littérature néerlandaise. Lentement : car entre les deux guerres et même après se font encore entendre des écrivains anversois ou gantois (Hellens, Ghelderode, Gevers, Baillon, Willems, Lilar, Ray, etc.). Mais leur voix est aujourd’hui quasiment éteinte.

  • 26 Franz Hellens, dans État présent des lettres françaises de Belgique (éd. par R. Bindelle), Dison, E (...)

32D’un autre côté, les écrivains francophones se retrouvent seuls, et doivent dès lors, eux aussi, réexaminer leur système de valeurs et le fonctionnement des instances devant conférer la légitimité à leur action. C’est alors que se repose en de nouveaux termes le dilemme dont nous avons traité en commençant : ou tenter d’accréditer l’existence d’un champ littéraire distinct – mais la chose ne paraissait plus possible devant le retrait de la voix flamande, dont le discours nationaliste s’était donné l’existence pour fondement (2.1.1.) – ou se faire reconnaître pleinement des instances de consécrations parisiennes en s’assimilant. C’est à cette stratégie que se consacrent désormais les écrivains francophones de Belgique. Ce qui en témoigne, ce sont par exemple ces manifestes où des auteurs, même flamands, tiennent pour assuré que « les conditions essentielles de la création littéraire ne sont pas différentes dans notre pays de ce qu’elles sont dans n’importe quel autre pays de langue française26 », ou le long débat autour du problème de l’appellation qu’il convient de réserver à la production littéraire de Belgique (2.0.).

  • 27 Sur l’Académie Royale de Langue et de Littérature françaises de Belgique, voir Un demi-siècle de Le (...)

33Ouvrons une parenthèse. On pourrait voir dans ce changement d’axe un violent paradoxe, car il survient précisément à un moment où l’idée d’une nationalité littéraire belge semble la plus généralement admise : la Grande Guerre avait solidement confirmé la place de la Belgique dans l’espace européen, ce qui n’allait pas sans garantir le discours nordique dans sa validité (on n’en veut pour preuve que le nombre de revues d’études belges créées en Europe et en Amérique à l’époque). Confirmation extérieure qui assurera la persistance de l’image nordique (2.1.2.2.) mais intérieure également, puisqu’une Académie de Lettres se crée, dont certains pouvaient croire qu’elle avait pour but de fournir la caution officielle à l’idéologie de la littérature nationale27 . Mais l’historien ne s’étonnera pas devant la contradiction : il sait que les superstructures peuvent fonctionner alors même qu’ont disparu les structures qui les ont engendrées.

  • 28 D. Laroche, « Montée de la francophonie belge », dans Art Press, no 26, mars 1979, p. 16.

34Phase centrifuge : c’est dire que le mouvement dominant de l’époque est la quête de la reconnaissance parisienne. Car au cours de cette phrase, l’écrivain est confronté à un choix tactique simple : ou il reste confiné dans un champ régional qui n’a même plus pour lui la justification du mythe unitariste (lequel pouvait faire coexister l’enracinement et une certaine forme de légitimité), et il lui faut alors pleinement assumer l’illégitimité, ou il cherche l’assimilation totale, ce qui suppose l’occultation de ses origines. Ce qu’un critique traduit joliment : « Auparavant, pour ceux qui se sentaient à l’étroit dans le ghetto belge, seul restait l’exil parisien : entre une esthétique apatride et la glorification du terroir ou du pays, il n’y avait guère de place28. » Exil : le mot n’est pas trop fort, puisque l’occultation des origines s’est souvent accompagnée d’un déracinement effectif. La liste des noms à citer pourrait être longue : H. Michaux, F. Marceau, H. Juin, Norge, A. Bosquet, F. Mallet-Joris, M. Moreau, etc.

35Les conséquences de ce choix sont fort nombreuses. Nous n’en envisagerons ici que trois, d’ailleurs liées les unes aux autres.

2.2.2. Conséquences du « lutétiotropisme »

362.2.2.1. La première est un phénomène historique notoire : c’est la participation de plus en plus poussée des producteurs belges aux milieux littéraires français et internationaux.

  • 29 Cf. A. Blavier, « Le groupe surréaliste », dans Phantomas, no 111, s.d. et Chr. Bussy, Anthologie d (...)

37Alors que les mouvements romantique, symboliste et réaliste avaient connu en Belgique une expression sui generis, on peut affirmer qu’à partir de 1920, les productions française et belge s’avancent dans un constant parallélisme : quand le surréalisme naît à Paris, un surréalisme naît à Bruxelles et dans le Hainaut, quand Tel quel occupe le devant de la scène parisienne, se créent des revues allant dans le même sens. Évidemment, des distinctions restent à faire, et on a pu noter par exemple que le surréalisme belge se démarquait du parisien sur plusieurs points importants29.

382.2.2.2. La deuxième conséquence de la réorientation de l’écrivain wallon est le désengagement de sa pratique.

  • 30 Thèse exprimée le plus souvent par les écrivains eux-mêmes. Cf. R. Andrianne, « Écriture et politiq (...)

39Les raisons ne manquaient pas aux agents culturels de se distancer des modèles littéraires élaborés au cours de la phase centripète (v. 1.3., 1.4.3.). Puisqu’il n’y a plus de « littérature belge », pas plus qu’il n’y a de nation belge, et que la condition de la légitimation par Paris est l’occultation des origines, les thèmes nationaux vont eux-mêmes être éliminés. D’où, peut-être, ce désintérêt constant des lettres de Wallonie vis-à-vis des réalités économiques, démographiques et socioculturelles de la Wallonie, désintérêt que l’on a peut-être trop facilement expliqué par « la médiocrité de notre personnel politique et de ses débats30 ». (Ce désengagement peut lui-même être, notons-le en passant, une des nombreuses sources du manque d’intérêt – voire de la méfiance – du public belge pour la production littéraire qui s’élabore autour de lui.) Les exemples ne manquent pas d’auteurs en qui vivent des hérauts de la cause wallonne et qui, par une sorte de schizophrénie inexplicable sans le recours à la sociologie, n’ont pu marquer leurs textes de leurs préoccupations militantes.

  • 31 Il peut y en avoir d’autres. Énonçons cette hypothèse, proprement sociolinguistique. Ce serait l’ab (...)
  • 32 Bien qu’il n’existe à ce jour aucune étude sur les origines de classe des écrivains wallons et brux (...)

40Une autre explication de ce désengagement31 pourrait être la contradiction qu’on trouve à la base de la prise de conscience wallonne (2.5.1.). Une des composantes de cette conscience repose, on l’a noté, sur une conception de la sphère culturelle comme autonome et est d’origine bourgeoise. Il ne faut donc pas s’étonner de ce que cette origine ait longtemps interdit le contact de la pratique littéraire, sociologiquement très délimitée32, avec la problématique wallonne essentielle, à savoir celle d’une économie en crise.

  • 33 Notamment l’édition. Voir l’ouvrage malheureusement inédit de Y. Winkin, L’or et le plomb, ou l’édi (...)

412.2.2.3. La troisième conséquence du mouvement centrifuge est mieux connue, et a été correctement décrite en certains de ses aspects33. C’est la relation de subordination qui s’est instaurée entre le champ de production littéraire français et son secteur belge. Le marché des biens culturels y est en effet relativement réduit (4 millions d’habitants ; cf. 1.3.) et présente la particularité de ne pas être autonome (comme le seraient les marchés hongrois ou finlandais). Les instances de consécration organisant ce marché étant localisées à Paris, il ne faut donc pas s’étonner de ce que la circulation des biens culturels se fasse à sens unique. L’édition belge, pour prendre celle-ci en exemple, doit donc se rabattre sur des productions culturelles peu légitimes. Ce qui renforce encore l’action des forces centrifuges : vécue comme globalement illégitime, la sphère belge tendra à être désertée par les producteurs.

  • 34 La chose peut paraitre contradictoire, puisque la tradition (scolaire notamment) semble bien faire (...)
  • 35 Cf. L. Boltanski, « La constitution du champ de la bande dessinée », dans Actes de la Recherche en (...)

42On note en tout cas que pas mal de constantes de la pratique littéraire en Belgique peuvent s’expliquer par ce schéma. Il en va ainsi des types de produits mis sur le marché par les éditeurs, dont le capital symbolique est faible : livres scolaires, religieux, « de service », de jeunesse… Ainsi des genres de prédilection de l’écrivain belge : conte fantastique, poésie34. La courbe d’évolution de la bande dessinée s’explique de la même manière : tant qu’elle restait un genre dominé culturellement, elle pouvait bien rester un monopole belge. Mais dès l’instant où se mettaient en place des instances de consécration et, chez les producteurs, des circuits d’auto-célébration, signes de l’acquisition d’une légitimité35, c’en était fini de la suprématie de l’école belge : le transfert de dominance en direction de Paris était inévitable.

3. Phase dialectique (à partir de 1960)

3.1. Repères

  • 36 D. Laroche, op. cit., p. 17. Voir aussi la formule du dramaturge québécois M. Tremblay : « Je veux (...)

43Nous nommons cette phase « dialectique » parce qu’elle semble offrir à l’observateur une synthèse de la thèse nationaliste et de l’antithèse « apatride ». Pour le critique cité plus haut, « il est crucial de retrouver – ou de ne pas perdre – le contact avec son bien et son passé propre ; et, simultanément, de ne pas s’enfermer à nouveau dans l’alibi régionaliste ou protectionniste. Cette double orientation n’est pas contradictoire […]. Il y a même, entre ces deux mouvements apparemment inverses, une étroite et profonde complémentarité36 ». Et, de fait, on a vu apparaitre récemment des œuvres d’auteurs qui, sans refuser de s’insérer dans des courants internationaux ni sans renoncer à se faire éditer à Paris, ont cessé de pratiquer le gommage des origines dont nous parlions (2.2.1.). Avec P. Mertens, J.-P. Verheggen, C. Detrez, J.-P. Otte, etc., la liste en est longue.

  • 37 Parmi ces textes rendant un son nouveau, pointons le dossier Une autre Belgique (réalisé par P. Mer (...)

44Nous faisons débuter cette phase en 1960, pour des raisons aussi symboliques que celles qui avaient présidé au choix du millésime 1920. Les grèves de 1960 (cf. 1.5.2.) ont en effet permis à de larges couches de la population de prendre conscience du déclin économique wallon et de ses raisons structurelles, et ont d’autre part contribué à précipiter la crise institutionnelle belge, plus aiguë aujourd’hui que jamais. Mais, les dates n’ayant qu’une signification toute relative, nous aurions tout aussi bien pu ramener le pivot vers un passé plus récent, et ceci pour trois raisons au moins. La première est la proportion d’œuvres marquées par la synthèse dialectique dont il est question, bien plus nombreuses durant la décennie 1970 que pendant la précédente. La seconde est la réforme de l’État, tendant à une fédéralisation du pays, qui s’élabore au cours de cette même décennie (cette décentralisation aboutit notamment – la chose n’est pas sans importance pour la suite – à un clivage Flandres vs Wallonie + Bruxelles, précipitant l’amalgame de ces deux derniers termes). La troisième raison est l’apparition d’un discours théorisant cette troisième phase37.

3.2. Quatre nouvelles lignes de force

453.2.1. La première conséquence est la disqualification du cadre belge, dans lequel le dynamisme flamand semble ne plus laisser de place à l’autre. En énonçant ceci, on pourrait laisser croire qu’on n’assiste qu’à une simple accentuation du mouvement centrifuge observé plus haut (2.2.1.). Mais nous avions noté à ce sujet que l’écrivain francophone ne pouvait totalement vivre dans l’orbe française qu’au prix d’une dissociation de personnalité assez radicale (2.2.2.2.). Or une telle position, difficile, peut être tenue tant que l’agent culturel n’est pas menacé gravement dans son auto-identification. Ce qui n’est manifestement plus le cas dans les dernières années.

  • 38 Le dramaturge J. Louvet note justement : « Le mouvement fédéral wallon repose essentiellement sur d (...)

463.2.2. Corrélativement à la liquidation du discours unitariste, on assiste donc à la recherche d’une identité culturelle : elle se traduit par un net retour à des thèmes et à des stylistiques qui lient l’écrivain aux conditions d’existence concrètes des collectivités locales, par une prise en charge explicite des réalités wallonnes et bruxelloises. Ce mouvement d’identification, encore timide38, est évidemment favorisé par un courant culturel plus général de légitimisation des « petites cultures » et de réappropriation du pouvoir par des communautés restreintes (small is beautiful) ; ce processus va ici de pair avec une participation moins chiche de l’intellectuel dans le débat social, ce qui tranche avec le désengagement caractérisant la phase centrifuge (2.2.2.2.).

  • 39 M. Quaghebeur, « Au pays de l’impossible identité », dans Lettres belges de langue française, Bruxe (...)

473.2.3. Que la recherche d’une identité culturelle dans ce cadre soit un procès idéologique, et non la victoire d’un « bon sens » tout « naturel » sur des perversions institutionnelles antérieures, est manifeste dans le cas belge : l’affrontement de classes traduit par la crise économique wallonne est le plus souvent occulté, pour les raisons historiques déjà observées (1.5.3.), au profit d’une vision nationaliste autorisant la collaboration de classes. C’est à cette idéologie que l’on doit l’élaboration de la notion tout officielle (elle correspond en effet à de nouvelles institutions visant à décentraliser l’État) de « Communauté française de Belgique », communauté qui rassemblerait connaturellement Wallons et Bruxellois. La lourdeur et l’imprécision de l’expression traduit l’ambiguïté sur laquelle elle repose. Cette ambiguïté est peut-être aussi à la source de ce qui semble bien être un blocage dans le processus d’auto-identification du francophone belge. Le cadre belge est certes définitivement privé de pertinence ; mais, par ailleurs, la prise en charge des réalités économiques, sociales et culturelles distinctes des wallons et des bruxellois est rendue malaisée par le nouveau discours nationaliste. D’où le caractère négatif des éléments retenus comme pertinents dans le processus d’identification culturelle : « La Belgique n’en existe pas moins comme corps enfoui, comme réel sevré de mots adéquats pour la dire […]. Ce pays, fait de contradictions en tous genres et ne disposant comme formes centripètes que d’instances perçues et vécues en creux […]. Le non-dit est ainsi devenu le substrat, voire la définition du pays39. »

483.2.4. Que les bouleversements sociaux aient amené un recentrement de l’écrivain belge sur les réalités qui lui sont proches et aient suscité un mouvement d’identification culturelle ne modifie pas fondamentalement le rapport de la sphère belge à l’instance parisienne. Plus précisément, la relation de subordination étudiée plus haut (2.2.2.3.) continue à prévaloir. Ce qui s’est par contre modifié, c’est le catalogue des biens légitimés par le discours parisien. Or dans ce catalogue figurent bien les productions reposant sur l’affirmation d’une identité régionale (c’est le paradoxe que nous avons noté en 2.1.2.2.). Ce qui explique que les écrivains dont nous avons parlé plus haut puissent à la fois refuser le lutétiotropisme caractérisant la phase centrifuge (2.2.1.) et se faire éditer et reconnaître à Paris. De nouvelles tactiques, n’excluant plus l’affirmation de l’identité, sont donc à la disposition de l’écrivain belge dans le cadre d’une stratégie qui, inchangée, reste bien la quête de la légitimité. La responsabilité qui incombe aujourd’hui aux écrivains de Bruxelles et de Wallonie constitue-t-elle également leur chance ?

Notes

1 J. Dubois, L’institution de la littérature, Paris, Bruxelles, Nathan, Labor, 1978, p. 16.

2 M. Condé, P. Popovic, M.-P. Remacle, L’édition du livre dans la communauté française de Belgique, Université de Liège, Commission Art et Société, 1980, p. 76.

3 « Pour des agents périphériques, la “scène parisienne” n’est accessible qu’à des outsiders qui ne sont reconnus que parce qu’ils n’ont qu’une caractéristique commune : celle de n’avoir rien en commun » (Condé, Popovic, Remacle, op. cit., p. 87).

4 Idem, p. 74.

5 Voir notre article programmatique « Pour une histoire de la littérature française en Belgique », dans Écritures 74, Liège, 1974. La conception de la littérature comme activité autonome préside souvent au discours de ce qui reste aujourd’hui la meilleure histoire des lettres belges (sauf pour la période postérieure à 1940) : G. Charlier et J. Hanse, Histoire illustrée des lettres françaises de Belgique, Bruxelles, Renaissance du Livre, 1958. Pour quelques périodes, il existe évidemment des travaux à perspective évènementielle qui fournissent les matériaux bruts d’une histoire sociale (nous pensons surtout à G. Charlier, Le mouvement romantique en Belgique, Bruxelles, Palais des Académies, 1948 et 1959). Les tentatives de synthèse sont rares et le plus souvent dues à des chercheurs non-belges, comme par exemple L.-G. Andreev, Sto let bel’gijskoj literatur’i [Cent ans de littérature belge], Moscou, Moskovskogo Universiteta, 1967 (voir J.-M. Klinkenberg, « Nouveaux regards sur le concept de “littérature belge”. À propos de Sto let bel’gijskoj literatur’i », dans Marche romane, 1968, no 3). Nous avons nous-même tenté de combler un certain retard en introduisant la perspective sociologique dans un manuel scolaire (R. Frickx et J.-M. Klinkenberg, La littérature française de Belgique, Paris, Nathan, coll. « Littérature et langage », 1980).

6 Nous utilisons ici le terme rendu usuel par la tradition canadienne en politologie et en sociolinguistique. Le terme de « plurilinguisme » pouvait en effet faire croire au plurilinguisme des individus, ce qui n’est guère le cas ici comme on va le voir.

7 Sur les différents aspects du problème, voir la bibliographie raisonnée de A. Verdoodt, Les problèmes des groupes linguistiques en Belgique, Université de Louvain, Cours et Documents, 1973.

8 Dont la meilleure expression se trouve dans l’œuvre classique de H. Pirenne, l’Histoire de Belgique, Bruxelles, Lamertin, 1929-1948. Cf. H. Hasquin, Historiographie et politique. Essai sur l’histoire de Belgique et la Wallonie, Charleroi, Institut Jules Destrée, 1981.

9 Voir à titre d’exemple notre étude Français et parlers germaniques en Belgique orientale. Quelques repères pour une étude sociolinguistique de la région d’Eupen, dans Langages et collectivités, Montréal, Leméac, 1981.

10 A. R. Zolberg, « Les origines du clivage communautaire en Belgique », dans Recherches sociologiques, VII, 2, 1976, p. 151.

11 Sur l’histoire de la Wallonie, voir essentiellement La Wallonie. Le pays et les hommes, Bruxelles, La Renaissance du Livre, 1975-1981.

12 Ainsi dans le cadre du secteur privé. Une enquête sur l’emploi des langues chez les cadres supérieurs dans les entreprises situées en Flandre révèle que ceux-ci utilisaient, en 1958 encore, le français pour 74 % de leurs communications avec la direction, pour 45 % avec les employés et 2 % avec les ouvriers (H. Deleeck, De Taaltoestanden in het Vlaams bedrijfsleven, Bruxelles, 1959 ; résumé français dans Septentrion, t. IV, 1, 1975, p. 55-62).

13 Voir les documents réunis, dans une optique qui est précisément celle de cette intelligentsia, par Ch.-F. Becquet, Le Différend wallo-flamand, s.l., Institut Jules Destrée, 1972 et 1977.

14 Nous empruntons les deux premiers termes, en en modifiant légèrement l’acception, à Sto let bel’gijskoj literaturi’i, déjà cité.

15 On n’oubliera pas à cet égard la politique élaborée par la Révolution française en matière de langues régionales, dont seule l’éviction au profit d’un véhicule moderne devait garantir le progrès de l’humanité (cf. M. de Certeau, D. Julia, J. Revel, Une politique de la langue : la révolution française et les patois, Paris, Gallimard, 1975, et R. Balibar et D. Laporte, Le français national, Paris, Hachette, 1974).

16 Voir notre étude « L’idéologie de la “littérature nationale” (1830-1839) », dans Studia belgica. Aufsätze zur Literatur und Kulturgeschichte Belgiens, Universität Marburg, 1980, p. 135-153.

17 E. Picard, « L’Ame belge », dans Revue encyclopédique Larousse, no 203, 1897.

18 P. De Decker, Du pétitionnement en faveur de la langue flamande, Bruxelles, 1840, p. 44.

19 Ce qui prouve bien la contradiction, c’est que ce rejet continue à s’exprimer alors que prévaut la pratique de la contrefaçon des revues et des livres français, pratique qui a beaucoup contribué à leur diffusion en Europe, y compris dans le pays contrefacteur... Cf. H. Dopp, La contrefaçon des livres français en Belgique, 1815-1852, Louvain, 1932.

20 Il est à noter que la réception française de la littérature belge continue, de nos jours, à être affectée par la vision nordique. C’est ce que montre notamment l’analyse du discours des revues littéraires à laquelle nous nous sommes livré pour les années 1968-1969 et 1978-1979 (étude à paraître dans les Cahiers JEB) : le caractère flamand y apparait comme une des manifestations de la provincialité légitime.

21 Voir notre article « La participation flamande à la littérature française aux xixe et xxe siècle : problèmes et limites », à paraître (en néerlandais) dans Geschiedenis van de Letterkunde der Nederlanden, t. X, Anvers, Standaard, 1982.

22 Voir par exemple pour l’anglais le recueil Sociolinguistique de W. Labov (Paris, Éd. de Minuit, 1976). Pour le français de Belgique, voir J. Pohl, Les variétés régionales du français. Études belges (1945-1977), Éditions de l’Université de Bruxelles, 1979).

23 Rappelons que la Belgique est la terre de Grevisse et des « Championnats nationaux d’orthographe ». Il n’y a à ce jour aucun travail sur le problème de la langue d’écriture en Belgique, comparable à celui de L. Gauvin, « Problématique de la langue d’écriture au Québec de 1960 à 1975 », dans Langue française, no 31, sept. 1976, p. 74-90.

24 Voir notre ouvrage Style et archaïsme dans la Légende d’Ulenspiegel de Charles De Coster, Bruxelles, Palais des Académies, 1973.

25 Il est sans doute inutile de préciser que lorsque nous utilisons des formules générales du genre « les écrivains », nous ne visons en fait que ceux qui détiennent le pouvoir symbolique et qui énoncent donc le discours dominant. Il existe évidemment à l’époque d’autres discours, dominés (tenus, notamment, par certains symbolistes), dont nous ne pouvons tenir compte ici.

26 Franz Hellens, dans État présent des lettres françaises de Belgique (éd. par R. Bindelle), Dison, EPF, 1949, p. 12. L’auteur des Réalités fantastiques fait allusion au Manifeste dit du « Groupe du Lundi » (1937).

27 Sur l’Académie Royale de Langue et de Littérature françaises de Belgique, voir Un demi-siècle de Lettres françaises en Belgique, Bruxelles, Bibliothèque Albert Ier, 1972.

28 D. Laroche, « Montée de la francophonie belge », dans Art Press, no 26, mars 1979, p. 16.

29 Cf. A. Blavier, « Le groupe surréaliste », dans Phantomas, no 111, s.d. et Chr. Bussy, Anthologie du surréalisme en Belgique, Paris, Gallimard, 1932.

30 Thèse exprimée le plus souvent par les écrivains eux-mêmes. Cf. R. Andrianne, « Écriture et politique en Belgique », dans Dossiers du CACEF, no 84, fév. 1981, p. 3-16.

31 Il peut y en avoir d’autres. Énonçons cette hypothèse, proprement sociolinguistique. Ce serait l’absence de signification politique de la langue française elle-même. La situation de l’écrivain francophone de Belgique est en effet – en dépit des parallélismes spécieux que l’on établit parfois – assez différente de celle que connait son homologue québécois. Outre-Atlantique, le français peut, en vertu de son immersion dans un cadre anglo-saxon, représenter un drapeau satisfaisant pour un particularisme politique (quel qu’en soit le contenu : réactionnaire avec le roman agriculturiste, progressiste avec la poésie des années 70). Mais parce qu’elle se vit, au cours de la phase centrifuge, comme simple marche du bloc français, la Wallonie ne peut trouver dans la langue qui fait par ailleurs son unité, une expression de ses problèmes spécifiques.

32 Bien qu’il n’existe à ce jour aucune étude sur les origines de classe des écrivains wallons et bruxellois. Une esquisse intéressante cependant chez J. De Decker, « Petite sociologie des écrivains français de Belgique », dans Dossiers du CACEF, no 69, sept. 79, p. 4-16.

33 Notamment l’édition. Voir l’ouvrage malheureusement inédit de Y. Winkin, L’or et le plomb, ou l’édition belge d’expression française. Contribution à la sociologie des modes de production de biens symboliques, Université de Liège, 1976, M. Condé, P. Popovic, M.-P. Remacle, ouvrage cité, ou le débat publié dans Les Dossiers du CACEF, no 65, fév. 1979, p. 3-31.

34 La chose peut paraitre contradictoire, puisque la tradition (scolaire notamment) semble bien faire de ce genre le parangon de toute littérature. En fait, on se trouve devant un bien dévalorisé : « l’abondance des productions poétiques (...) en fait un champ où les instances de consécration ne peuvent plus jouer constamment. La hiérarchisation, condition de la légitimité, ne se fait plus et tout le genre en est dévalué. Le signe le plus flagrant de cet état de fait est le peu de place accordé par les grandes instances critiques (...) à la poésie » (Condé, Popovic, Remacle, op. cit., p. 89).

35 Cf. L. Boltanski, « La constitution du champ de la bande dessinée », dans Actes de la Recherche en Sciences sociales, 1975, 6, p. 37-59.

36 D. Laroche, op. cit., p. 17. Voir aussi la formule du dramaturge québécois M. Tremblay : « Je veux faire partie de la culture francophone mondiale, mais je ne veux pas être un sous-français. »

37 Parmi ces textes rendant un son nouveau, pointons le dossier Une autre Belgique (réalisé par P. Mertens, Les nouvelles littéraires, no 2557, nov. 1976), les recueils Lettres françaises de Belgique : mutations (éd. par P. Edmond, Bruxelles, Éditions universitaires, 1980), La Belgique malgré tout (éd. par J. Sojcher, Presses de l’Université de Bruxelles, 1980), Terre d’écarts (Bruxelles, Éditions Universitaires, 1980), et notre manuel cité n. 97, ou l’entretien à cinq voix publié sous le titre Écrire de la Belgique (J. Dubois, J. Louvet, P. Mertens), dans Critique politique, 4, 1979, p. 17-31.

38 Le dramaturge J. Louvet note justement : « Le mouvement fédéral wallon repose essentiellement sur des urgences économiques et politiques. À ce jour, aucun parti ou mouvement se revendiquant du fédéralisme n’a sérieusement posé le problème de l’identité culturelle wallonne. Les modèles littéraires restent (…) pratiquement sans référence aucune à la civilisation wallonne » (Écrire de la Belgique, p. 21).

39 M. Quaghebeur, « Au pays de l’impossible identité », dans Lettres belges de langue française, Bruxelles, Europalia 80, 1980, p. 7 et 8. Le titre de l’excellent recueil La Belgique malgré tout pourrait également prêter à commentaires.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search