Version classiqueVersion mobile

Historiographie de la littérature belge

 | 
Björn-Olav Dozo
, 
François Provenzano

III. Vivre la société

Système : José Lambert

1983

Texte intégral

LAMBERT (José), « L’éternelle question des frontières : littératures nationales et systèmes littéraires », dans ANGELET (Christian) et alii (éd.), Langue, dialecte, littérature. Études romanes à la mémoire de Hugo Plomteux, Leuven, UP, 1983, p. 355-370.

1Dans le présent article, nous nous proposons de mettre en question le concept des « littératures nationales », qui continue à orienter nos recherches et notre enseignement de la littérature. Nous estimons que ce concept est fondé sur une idée naïve des frontières entre les littératures, qu’elles soient de nature politique ou linguistique. – Toutefois, comme la plupart des conceptions naïves, les « littératures nationales » nous aident à déceler l’organisation des littératures et nous amènent à la reformuler en termes de « systèmes ».

L’(in)actualité du sujet

  • 1 Mentionnons par exemple: les travaux de F. Vodicka, de H.R. Jauss, un périodique comme New Literary (...)
  • 2 Et ce depuis les formalistes russes jusqu’à notre époque, le dernier sursaut spectaculaire étant la (...)

2À première vue, il n’est guère opportun d’aborder la question des frontières entre les littératures dites nationales. En effet, elle est apparemment du ressort de l’histoire littéraire et celle-ci, en dépit d’une série d’efforts récents1, a bien mal résisté aux attaques d’une certaine théorie littéraire2. En fait, s’il fallait réellement nous préoccuper de l’opportunité des sujets scientifiques, nous reconnaîtrions par la même occasion que les études littéraires suivent, elles aussi, certaines modes ; elles perdraient ainsi une part de leurs garanties d’objectivité et de sérénité.

  • 3 Il semble que cette remarque ne soit pas réellement valable pour les universités italiennes, qui se (...)

3Il serait d’ailleurs bien naïf d’exclure des réflexions théoriques le problème des littératures nationales ou celui de leur évolution. Une théorie de la littérature digne de ce nom se doit d’expliquer aussi les particularités culturelles (sur le plan synchronique et sur le plan diachronique) des phénomènes littéraires ; une interprétation historique des phénomènes implique des bases théoriques, tout comme l’interprétation théorique implique une prise de position devant l’histoire et devant la culture. On connaît, bien entendu, les difficultés d’une telle entente, qui paraît quelque peu utopique de nos jours (Lambert & Van Gorp (1981)). Au niveau des recherches comme au niveau de l’enseignement de la littérature, la théorie et l’histoire littéraires se comportent comme deux mondes séparés, qui entretiennent des rapports éphémères sinon inexistants ; les cours d’« explication de textes », heureusement, favorisent un certain rapprochement entre les deux démarches. Les cours de littérature comparée, quant à eux, optent soit pour l’orientation historique traditionnelle, soit pour l’orientation théorique, dite plus moderne. Dans la plupart des universités occidentales3, le dialogue entre historiens et théoriciens de la littérature reste essentiellement un dialogue de sourds.

4Les théoriciens éviteront, bien sûr, de nier l’existence même de « frontières » entre les littératures, ou l’existence de changements en littérature. Il s’agit là d’« évidences » dont le statut scientifique ne semble pas appeler de précisions. Il est vrai que certains traités théoriques sont consacrés essentiellement à l’évolution en littérature (songeons aux grands textes de Y. Tynjanov par exemple) ; le hasard veut qu’ils n’avaient pas manqué d’embarrasser bon nombre de théoriciens (tel Tz. Todorov, qui a aidé à diffuser les idées des formalistes russes tout en les soumettant à une réinterprétation assez unilatérale). Les dernières années, l’assouplissement des positions théoriques a eu notamment pour effet de mieux faire prendre en considération les changements, les (r)évolutions littéraires. Songeons aux travaux sur la « réception » (selon les différentes formules lancées par Jauss, Iser, Groeben et tant d’autres), ainsi qu’aux travaux d’orientation sémiotique (Eco, Lotman, Bakhtine, etc.), qui exercent une influence rajeunissante notamment sur l’étude de la périodisation (abordée désormais en termes de « code(s) »).

5Les théoriciens en question se révèlent généralement bien plus sensibles à la question des ruptures sur le plan diachronique qu’à la question des différentiations sur le plan synchronique. Citons, à titre d’exemple, le célèbre article de H.R. Jauss sur le « Traditionsbruch » à l’époque de Stendhal, de Victor Hugo et de Heine (Jauss 1971) ; qu’il y ait rupture à peu près au même moment dans différents pays européens paraît sûr, mais les traditions allemandes ne ressemblent que sur certains points aux traditions françaises…

6Les spécialistes de l’histoire littéraire (traditionnelle) ne se prononcent guère sur les principes qui les amènent à séparer une littérature déterminée d’une autre, si ce n’est pour polémiser avec ceux qui apportent des subdivisions d’une autre nature. En s’enfermant généralement à l’intérieur d’une littérature bien déterminée, ils peuvent difficilement prétendre formuler des règles universelles en ce qui concerne les limites entre les littératures « nationales ».

7Quant aux comparatistes, qui devraient en principe être beaucoup mieux situés que les historiens « nationaux », ils se sont également efforcés de développer des théories sur l’évolution littéraire plutôt que sur les découpages géographiques (politiques, etc.). Ayant été longtemps orientés par des attitudes nationalistes, ils ont fini par se rendre compte de l’insuffisance des critères politiques et/ou linguistiques. Très peu d’entre eux sont parvenus toutefois à formuler de manière explicite les principes qui les amènent à distinguer différentes littératures nationales et des groupes de littératures. Lorsque l’Association Internationale de Littérature Comparée a lancé son Histoire internationale des littératures, elle a organisé des colloques destinés à jeter des bases théoriques et méthodologiques solides ; c’est ainsi qu’elle a proposé de diviser le globe et ses unités culturelles/littéraires en « zones » (Neo-helicon 1973). Mais la difficulté fondamentale subsiste : comment distinguer une zone d’une autre ?

8Les incertitudes et silences que nous venons d’évoquer illustrent la nécessité d’une explication théorique globale du fait littéraire, qui envisagerait aussi bien ses changements sur le plan diachronique que ses variétés sur le plan synchronique, à l’intérieur d’une culture déterminée (nation, groupe, etc.) comme dans différentes zones culturelles ; pour répondre aux exigences scientifiques, elle devrait d’ailleurs interpréter aussi bien les données macro-structurelles (périodisation, genres, etc.) que les données micro-structurelles (les styles, le style d’un seul auteur, la technique des dialogues et du point de vue, la mise en scène, la versification, etc.). Si nous disposions d’une telle théorie, nous pourrions envisager sans crainte la confrontation entre historiens et théoriciens.

9Avant de désigner des théories semblables qui sont déjà systématiquement mises en pratique, nous entendons démontrer que les solutions apportées au problème dans nos manuels d’histoire littéraire – même les plus spécialisés – se révèlent décevantes.

Les manuels d’histoire littéraire

10À titre d’illustration, examinons la littérature « française », telle qu’elle est évoquée et synthétisée par les historiens. Jusqu’à une époque assez récente, il s’agit toujours de la littérature pratiquée « en France », ce qui risque de constituer un anachronisme ; il s’agit même, dans la plupart des manuels, de la littérature pratiquée à Paris. Acceptons pour l’instant, à titre d’hypothèse, le bien-fondé de ces restrictions géographiques et culturelles. Les auteurs des manuels croient pouvoir les justifier en soulignant le rayonnement de la capitale, de Louis XIV à nos jours. C’est du reste selon les mêmes principes que les lettres « françaises » du Moyen Âge et du xvie siècle se trouvent situées, par les mêmes historiens, dans de multiples centres. Mais comment interpréter dès lors la volte-face manifeste que nous pouvons enregistrer dans les ouvrages consacrés aux lettres françaises contemporaines (songeons par exemple à celui de Germaine Brée et au manuel de Bordas, dû à J. Bersani et à ses collègues : Brée (1978) ; Bersani e.a. (1970)) ? Le décentrement, la décentralisation y sont si évidents qu’on se voit obligé de parler d’une « crise de la francité ». Dans cette littérature française au visage renouvelé, la banlieue parisienne trouve une place à côté de la province (bretonne, provençale, etc.) et à côté de la Suisse, de la Belgique et du Canada francophones. La révolution se fait jour dans les flottements terminologiques : à la « littérature française à l’étranger » succèdent « les littératures françaises » désignant, à l’aide d’un pluriel, une unité géographique et culturelle fort disparate. Aux critères politiques (français) utilisés autrefois s’ajoutent ici des critères linguistiques et culturels tout nouveaux.

11Pour étudier les lettres françaises actuelles, il s’imposerait donc de dépasser les frontières politiques de la France. Il serait fâcheux, en effet, d’ignorer les mouvements de va-et-vient entre les surréalistes belges et français, ou entre les poètes suisses (tels Gustave Roud et Philippe Jaccottet) et leurs confrères provençaux ou parisiens. Et cependant, les seuls critères linguistiques ne nous autorisent pas à envisager une « francité » cohérente : les distances littéraires restent énormes entre le Canada et la Suisse, ou entre les différentes littératures françaises de l’Afrique. Ni en termes de courants ni en termes de genres ni en termes de styles, on ne peut mettre sur le même pied les phénomènes littéraires envisagés à un moment précis de l’histoire – 1980 par exemple –, tels qu’ils se présentent à Paris, en Suisse francophone ou en Algérie.

12Que signifie dès lors le terme « littérature française » ? Selon les moments et selon les témoins interrogés – car des hésitations se font jour à propos des époques antérieures –, il s’agit d’un phénomène linguistique (essentiellement), ou d’un phénomène politico-culturel, dont les frontières et les définitions se révèlent de nature erratique.

13Les incertitudes auxquelles l’histoire littéraire est en proie se révèlent plus inquiétantes encore dès qu’on constate la présence dans ses bilans d’auteurs « étrangers » qui ne pratiquent pas le français. Dans le Manuel de J. Bersani, il est abondamment question aussi de Kafka, de Faulkner, de Bertolt Brecht, c’est-à-dire des « influences étrangères qui supplantent en quelque sorte les lettres françaises ». Le phénomène n’est pas nouveau ; de tout temps, les littératures nationales ont eu des interférences entre elles. Toutefois, le domaine linguistique français du xxe siècle est bien plus cohérent qu’il ne l’était au Moyen Âge, lorsque l’unité culturelle de l’Europe était fondée en grande partie sur l’héritage latin. Nous constatons du reste que les spécialistes de la littérature médiévale s’efforcent de prendre systématiquement en considération cette « spécificité » de la littérature médiévale ; nul ne saurait être médiéviste s’il n’était en même temps comparatiste. Ainsi le découpage des littératures européennes selon les frontières politiques qui seront de rigueur depuis le xvie siècle environ (ou plus tard) apparaît comme une absurdité. On l’a écrit maintes fois. Mais nos habitudes modernes ont eu raison des perspectives historiques : toutes les histoires des littératures « nationales » remontent loin dans le Moyen Âge, jusqu’aux origines des langues dites nationales. Ainsi, les hésitations des historiens devant la question du découpage deviennent éclatantes dès qu’on les examine sur un large plan diachronique.

14C’est à tort que nous sommes amenés à reconnaître que la littérature française du xixe siècle, par exemple, serait essentiellement la littérature de Paris. Une telle réduction géographique a été contestée à l’époque même – comme durant les siècles précédents – par les écrivains et les historiens dits « de province ».

15En vertu de considérations semblables, la carte littéraire de l’Europe et du monde s’est enrichie, à certaines époques, de littératures nouvelles. Les littératures de province, par exemple, ont pris du prestige en se vantant d’avoir eu leur histoire et leurs maîtres ; et elles se sont consacrées elles-mêmes en s’honorant de manuels destinés à traiter l’histoire littéraire locale. Parfois, de véritables littératures nationales ont surgi, telle la Belgique francophone, qui avait jusqu’alors échappé à l’attention des spécialistes de la littérature française. La grande bibliographie de Hugo P. Thieme accepte moins de dix écrivains belges parmi les centaines de Français retenus ; les histoires littéraires récentes ne se montrent pas plus généreuses devant nos régions ; seule la bibliographie courante d’Otto Klapp inscrit très officiellement « la littérature française hors de France » et donc les lettres françaises de Belgique dans ses programmes réservés à l’ensemble des lettres françaises. La Belgique s’est évidemment efforcée de réagir contre les « injustices », et elle dispose, depuis 1830, d’une série assez impressionnante d’histoires littéraires. À l’instar des autres nations, elle s’est proposée aussi d’exiger la révision de l’histoire en remontant dans le temps, et de réclamer par exemple la restitution de nos Philippe de Commines et autres Jean Lemaire de Belges, que le pays voisin entend toujours compter parmi ses illustres ancêtres. Est-il besoin de souligner à ce propos combien les découpages en termes politiques (soi-disant culturels) répondent au jeu de la politique et de l’idéologie ?

16Les écrivains français de Belgique mériteraient-ils d’être plus nombreux à figurer dans les bilans français ? Devraient-ils être traités à part dans les synthèses où les écrivains mineurs trouveraient également leur place, en vertu d’une autonomie littéraire liée à la politique (depuis 1830 et même plus tôt) ? Évitons de trancher la discussion – qui a fait beaucoup de bruit en Belgique – en faveur de l’une ou de l’autre des deux positions. La réponse au problème est liée à une difficulté bien plus embarrassante encore, qui divise les historiens des lettres depuis qu’on étudie la littérature : comment choisir les auteurs « importants », les groupes « importants », les zones importantes ? Le découpage géographique et culturel est étroitement lié à la sélection des auteurs, des groupes et des œuvres à décrire. En effet, les Belges ont été exclus des bilans historiques au même titre que les Bourguignons, les Picards et les Suisses : ils seraient moins importants sur le plan qualitatif ou, sinon, leur importance historique (leur réputation) serait moins éclatante que celle des Parisiens. – Il s’avère que les historiens des lettres ont simplement suivi sur ce point les classements proposés par les groupes dominants (situés, bien entendu, à Paris). Au lieu d’expliciter leurs propres règles, ils ont emprunté leurs normes esthétiques et littéraires à l’objet étudié.

17Les historiens utilisent généralement ces deux critères (la qualité et l’importance historique) pour justifier la sélection imposée à leur documentation. Toutefois, ils définissent de manière très capricieuse, à la fois individuelle et collective, ce qu’ils entendent par qualité et importance historique. Nous découvrons ainsi un nouveau sujet d’inquiétude à propos des méthodes de l’histoire littéraire : les cadres géographiques et chronologiques, les auteurs et les genres sont choisis en fonction de normes qui ne sont jamais explicitées, sinon en passant. Nos historiens n’étudient pas les phénomènes littéraires dans leur organisation ; ils analysent des liens entre certains phénomènes, réunis d’une façon non-systématique. Il serait rajeunissant pour l’ensemble des études littéraires de retenir par exemple l’hypothèse suivante : que l’évolution des littératures ne saurait être interprétée à partir des seuls « grands écrivains » et que seules les interactions entre écrivains originaux et moins originaux permet de décrire les changements en littérature. De manière analogue, les zones littéraires soi-disant périphériques devraient jeter une lumière nouvelle sur les grandes littératures.

Les systèmes littéraires

18Quels que soient les critères du découpage appliqué à la carte littéraire de l’Europe – ou à d’autres parties du monde –, il s’agit jusqu’ici essentiellement de critères non-littéraires : la langue ou la situation politique seraient-elles toujours et nécessairement des facteurs essentiels dans la vie littéraire d’une certaine culture ? Rien ne nous autorise à l’affirmer, sinon la seule tradition acceptée plutôt tacitement par les spécialistes des études littéraires. Serait-il donc inimaginable qu’à l’intérieur d’une seule et même zone linguistique – ou politique – deux ou plusieurs « sortes » de littératures cohabitent ; ou qu’une seule conception de la littérature se maintienne en dépit du morcellement sur le plan linguistique et – ou – politique ? Qu’est-ce qui nous permettrait d’affirmer l’existence d’une littérature italienne avant l’ère romantique, alors que ni l’unité politique ni l’unité linguistique n’était un fait ?

  • 4 Lotman estime que le système est « auto-organizing »; c’est en ces termes qu’on pourrait interpréte (...)

19C’est le concept de système qui nous fournit une clef permettant de mieux caractériser les soi-disant littératures nationales ainsi que les caprices auxquels elles semblent être soumises. En tant que système de communication, les littératures « nationales » paraissent s’organiser comme des ensembles auto-organisateurs4. Les collectivités littéraires s’organisent selon un ensemble de règles conventionnelles susceptibles d’être revues et mises au point.

20En réalité, l’idée de système a été appliquée aux phénomènes littéraires depuis bien longtemps. Cependant, il s’agissait principalement de phénomènes plus limités, moins macro-structurels, tel le texte individuel ou, à la rigueur, les genres. Ainsi les romanciers recourent à un « système narratif ». L’extension du concept de système à d’autres niveaux et à tous les niveaux du phénomène littéraire est appelée à ouvrir des perspectives révolutionnaires.

21L’application du concept de système à l’ensemble des phénomènes littéraires est évidemment une des conséquences des progrès de la sémiotique : on a cherché à cerner les constantes qui permettent de décrire l’organisation à la fois individuelle et collective des littératures et des phénomènes littéraires. C’est dire qu’on renonce à définir la littérature en termes d’essences, pour la caractériser plutôt en termes de relations (Even-Zohar (1978), Even-Zohar (1980), Toury (1974), Lambert (1982)). Et les spécialistes s’efforcent de faire le tour des constantes qui se présentent dans les différents systèmes littéraires existants (et possibles).

22Les difficultés théoriques d’une telle interprétation du fait littéraire se trouvent expliquées ailleurs. Nous nous proposons simplement d’indiquer ici en quoi elle constitue un progrès en ce qui concerne la question des littératures dites nationales.

23L’existence d’un « système littéraire » pourrait être observée dès que sont plus ou moins cohérents, à l’intérieur dudit système :
– les normes littéraires
– les modèles correspondant à ces normes
– les oppositions entre haute et basse littérature, littérature périphérique et centrale, etc.
– les relations avec les systèmes environnants.

24À l’intérieur de ce système se développent des sous-systèmes, c’est-à-dire des organisations plus limitées (p. ex. les littératures provinciales ; la littérature de jeunesse) qui acceptent implicitement – parfois explicitement – les normes et modèles du système central, qui reconnaissent son prestige, tout en prétendant représenter un secteur particulier du même système. L’idée de système et de sous-système implique dès lors l’idée de hiérarchies et d’oppositions hiérarchiques. Elle implique en outre la relativité – sur l’axe diachronique et sur l’axe synchronique – des caractéristiques du système et des sous-systèmes.

25Grâce aux concepts signalés ci-dessus, nous pouvons décrire et situer les phénomènes littéraires par rapport aux phénomènes environnants, qui servent ainsi de cadre de référence. Il devient ainsi possible d’indiquer de façon fort empirique dans quelle mesure un groupe d’œuvres ou d’écrivains fait partie d’une communauté, ou fait partie de sous-groupes distincts à l’intérieur d’une même communauté. Grâce au cadre systémique, il devient possible de réaliser le rêve des comparatistes d’antan : comparer « des littératures » et des phénomènes littéraires de toute sorte.

26La validité d’un tel cadre théorique et méthodologique ne pourrait être discutée en termes purement théoriques. Il importe de le mettre à l’épreuve, voire de le compléter ou de le corriger sur certains points si cela se révèle nécessaire.

27En guise de test, il paraît opportun de choisir une situation littéraire complexe, celle de la Belgique par exemple, où les frontières politiques, linguistiques et culturelles n’ont cessé de se déplacer. Quelles seraient les conséquences littéraires des métamorphoses subies par nos régions durant les deux siècles derniers ? En quoi la littérature se définit-elle autrement, chez nous, depuis qu’existe la Belgique ? La création d’une unité politique entraîne-t-elle nécessairement la création d’une littérature « nationale » ? Nous aurons sans doute une réponse à cette question après avoir examiné dans quelle mesure les phénomènes littéraires « belges » se définissent en termes de spécificité par rapport à la littérature qui nous environne.

Un objet privilégié : la littérature en Belgique

28Limitons-nous d’abord à la critique et à la théorie littéraires des deux siècles derniers, telles qu’elles se sont développées dans nos régions. Nous examinerons ensuite dans quelle mesure elles permettent de formuler des considérations valables pour la création et pour l’ensemble de la vie littéraires en Belgique.

29Dans les commentaires critiques et théoriques en question, le problème de la « belgitude » est un problème majeur, principalement au xixe siècle, et beaucoup moins au xxe siècle ; à notre époque, il l’est resté bien plus du côté sud de la frontière linguistique que du côté nord. En exagérant quelque peu les transformations auxquelles nous faisons allusion, on pourrait estimer que le concept de « littérature belge » est devenu une absurdité, aux yeux des critiques, à notre époque, alors qu’il ne l’était nullement au xixe siècle ; d’autre part, si les critiques (et savants) francophones parlent sans difficulté des « lettres françaises de Belgique », leurs collègues flamands ne tiennent nullement à établir une équivalence en recourant à un concept comme « Nederlandstalige literatuurin België » ; ils tiennent plutôt à se mettre sur le même pied que leurs collègues néerlandais, en réclamant une place au sein d’une littérature néerlandaise (qu’on voudrait bien croire plus unifiée qu’elle ne l’est en réalité).

30Ces positions critiques sont connues de manière globale, mais non de façon vraiment synthétique, ce qui nous interdit de bien observer jusqu’à quel point elles ont évolué. Même les professeurs qui enseignent la littérature tiennent généralement à prendre position pour ou contre une littérature (francophone /néerlandophone) « de chez nous » ; contrairement à leurs collègues du siècle précédent, ils tiennent à s’intégrer à l’unité « supranationale » plutôt que de se faire taxer de provincialisme.

31Une série d’enquêtes nous permettent d’enregistrer de près les orientations de la critique face à la question de la nationalité (notamment Vlasselaers (1980) et Timmermans (1982)). Il est frappant que, au moment où notre pays se libère de la tutelle européenne, vers 1830, les critères appliqués par la critique aux œuvres littéraires changent de façon spectaculaire : le nationalisme domine brusquement dans tous les périodiques et dans les recueils critiques. Partout on entend mettre les lettres au service d’un état nouveau ; on se cherche et on invente des principes et des maîtres qui correspondent à un idéal littéraire national, et qui permettent de les opposer aux normes et modèles des pays environnants, principalement à ceux de notre ennemi par excellence, la France. Avant 1850, les Flamands n’insistent guère plus que les Wallons sur les rapports linguistiques évidents avec les voisins qui pratiquent la même ( ?) langue. Et la fierté nationale autorise les littérateurs à exalter les meilleurs d’entre eux, tel Conscience, comme des écrivains nationaux : De Leeuw Van Vlaanderen par exemple, n’est nullement interprété comme une insulte aux francophones belges, mais comme un défi lancé à l’ennemi de la patrie belge. Le cliché : « Il apprit à lire à son peuple », montre combien la fonction nationaliste détermine la réception de ses œuvres. Que ses textes aient été diffusés dans les deux langues constitue d’ailleurs un facteur favorable à ce culte. Nous avons pu observer que Conscience est moins isolé qu’il ne semble l’être à première vue. Tout au long du xixe siècle, bon nombre d’auteurs flamands sont traduits en français par des Belges et diffusés essentiellement en Belgique francophone (ce qui explique le nombre élevé d’éditions francophones de Flandre) (Lambert (1980 b)).

  • 5 Comme le Manifeste du Groupe du Lundi (1937).

32Il est vrai que l’unité nationale en matière de littérature n’a jamais existé qu’à l’état d’aspiration, jamais comme une situation de fait. Mais la disparition quasi totale de ces aspirations donne à réfléchir, ainsi que la disparition fort curieuse de contacts directs entre les deux communautés littéraires. Au xixe siècle, plusieurs périodiques francophones comptaient parmi leurs collaborateurs des littérateurs d’expression néerlandaise ; la pratique du français, chez les autres littérateurs, n’était évidemment pas exceptionnelle, tout comme elle était assez courante au niveau des lecteurs. La communauté littéraire était une situation de fait, sans doute quelque peu unilatérale, mais elle favorisait les rapprochements. Au xxe siècle, les barrières linguistiques et culturelles étant devenues plus strictes, il est rare que des littérateurs ayant une renommée dans les lettres néerlandaises participent activement à la vie littéraire francophone en Belgique. Les auteurs néerlandais et flamands traduits en français sont destinés principalement aux lecteurs français (en dépit de la situation privilégiée de traducteurs comme Maurice Carême et Liliane Wouters), et exceptionnellement aux Belges. Les traductions faites à partir de la langue française sont choisies et fournies par la France, et non par la Belgique francophone. Il serait erroné de prétendre que Simenon, le seul auteur « français » d’envergure en édition néerlandaise, constitue une exception, car c’est la France qui l’a rendu célèbre. Bref, la Flandre littéraire et les lettres francophones de Belgique se sont tournées le dos. Il ne faut pas chercher loin pour localiser dans le temps les traces de cette double volte-face. C’est vers la fin du xixe siècle que La Jeune Belgique, d’une part, et le mouvement des « Tachtigers », d’autre part, ont rompu avec les ambitions nationalistes. Des deux côtés de la frontière linguistique, on relève des témoignages favorables à un renouveau qui ne devrait plus rien à l’inspiration nationale ; certains d’entre eux – ils sont parfois collectifs5 – vont jusqu’à prôner ouvertement l’union avec la culture voisine. Désormais, le Nord de la Belgique opte pour une inspiration plus nordique, le Sud pour une inspiration plus latine, bref française. Au xixe siècle, beaucoup de polémiques se rapportaient aux liens entre les cultures littéraires à l’intérieur de la Belgique ; au xxe siècle, les querelles littéraires entre les Pays-Bas et la Flandre, ou entre la France et la Belgique francophone font couler beaucoup d’encre ; cependant, ces polémiques ne se rapportent pratiquement jamais aux liens entre les francophones et les néerlandophones de Belgique. Ces liens « belges » ne constituent plus un problème, ils font partie des causes entendues.

33Les orientations que nous venons de mettre en lumière sur le plan des commentaires littéraires – au niveau de la critique et de la théorie – correspondent en partie aux orientations de la création littéraire. C’est-à-dire que les écrivains puisent leurs normes et modèles littéraires, d’abord dans le stock recommandé par la critique nationaliste, ensuite dans des stocks beaucoup plus vastes imposés essentiellement par les deux centres dominants : la France d’une part, les Pays-Bas de l’autre. Il semble toutefois que la création littéraire corresponde en partie et de façon négative aux aspirations de la critique. Avant la fin du xixe siècle, elle parvient difficilement à justifier le nationalisme littéraire préconisé par la critique, pour la bonne raison que les grands génies recherchés sont difficiles à trouver : ce qui entraîne, malgré tout, une attitude passive à l’égard de la France. En effet, les auteurs qui sont lus et imités viennent de Paris ; ils sont critiqués et adaptés au code moral de chez nous, mais ils ne cessent d’influencer l’inspiration littéraire de nos écrivains. Tout au long du xixe siècle, les deux littératures dites nationales se ressemblent le mieux dans leur attitude passive et éclectique devant les pays environnants et surtout devant la France littéraire. L’évolution littéraire, par exemple, accuse un retard évident sur les différents pays européens, du romantisme au symbolisme ; d’autre part, les mouvements novateurs venus de l’étranger (il y en a peu qui soient d’origine « autochtone ») sont assimilés de manière éclectique. Cet éclectisme est souvent justifié à l’aide d’arguments nationalistes (« il nous faut une littérature nationale ») ou sociaux.

34En dépit des volte-face signalées plus haut, les deux littératures continuent, au xxe siècle, à maintenir leur attitude passive devant l’étranger. Bien entendu, on ne cultive plus les mêmes modèles et principes des deux côtés de la frontière linguistique ; mais les modèles dominants sont toujours assimilés avec un certain retard et avec un éclectisme évident, souvent aussi, d’ailleurs, à partir de positions moralisatrices. La « belgitude » littéraire, si difficile à saisir lorsqu’on observe les lettres néerlandaises et françaises de chez nous, devient donc manifeste dès qu’on observe les interférences avec les systèmes littéraires environnants.

35Ainsi, on pourrait accepter qu’il existe bel et bien un système littéraire propre à la Belgique, au xixe comme au xxe siècle, dans la mesure où les lettres néerlandophones et francophones se comportent d’une manière parallèle par rapport aux systèmes environnants. Ce sont là des caractéristiques négatives, dira-t-on, la Belgique littéraire étant ce qui la distingue des autres littératures : c’est une littérature de transit, un « no man’s land » littéraire. De telles constatations ne devraient avoir rien de péjoratif, car l’histoire a souvent mis en évidence le rôle privilégié des zones intermédiaires. Les historiens de la politique et de la société ne seraient d’ailleurs nullement surpris d’entendre que les comportements littéraires des Belges se révèlent être en harmonie avec l’ensemble de leurs attitudes culturelles.

36Dans la mesure où les lettres néerlandaises du Nord fonctionnent actuellement dans de multiples secteurs comme un centre dominant pour les lettres en Flandre, et dans la mesure où les lettres françaises remplissent un rôle semblable pour les lettres françaises de Belgique, l’ambiguïté de notre univers littéraire devient éclatante.

Ensembles supra- et infra-nationaux

37C’est à tort qu’on interpréterait une telle crise de notre identité littéraire comme un phénomène spécifiquement belge. Il semble plutôt s’agir d’un phénomène caractérisant les littératures marginales (le terme désigne simplement des relations et des comportements) et les comportements marginaux (qui se présentent aussi au sein des littératures dominantes). Il suffit de parcourir l’histoire des grandes littératures occidentales pour relever les traces des crises de l’identité. L’Allemagne de la fin du xviiie siècle, et après elle tant de littératures romantiques, ont prétendu se libérer de la tutelle française ; – la France des années 1830, quant à elle, a tonné contre le romantisme, cette invention des esprits anglo-germaniques. La France du xxe siècle ne cesse de combattre le « franglais » et ses équivalents littéraires, surtout depuis la Seconde Guerre mondiale. – Les genres et les modes littéraires de notre époque se révèlent souvent très internationaux (le monologue intérieur ; le théâtre épique). Une certaine paralittérature (le roman policier, le roman d’espionnage, la science-fiction, la bande dessinée) s’est répandue à partir de certains foyers internationaux, ce qui ne lui interdit pas de prendre ensuite des caractéristiques locales.

38L’identité des littératures nationales semble ainsi correspondre à des réalités relatives, et nullement à une essence. Elle serait déterminée par les tendances dominantes qui orientent le système en question, qui pourraient même avoir pour effet l’auto-destruction du système (elle se présente quelque peu chez nous). Ces tendances seraient imposées par les centres dominants, qui pourraient être internes ou externes au système, de nature littéraire et/ou extra-littéraire. Ainsi s’expliquerait aussi le rôle-pilote de certains systèmes dans des ensembles macro-structurels. Le xviiie siècle européen, par exemple, subit la domination française, sur le plan littéraire comme sur le plan culturel en général ; dès les années romantiques, l’unité littéraire de l’empire français est détruite par le seul développement de foyers nouveaux (l’Angleterre et l’Allemagne littéraires, par exemple). Une telle interprétation des cadres littéraires et culturels permet, on l’imagine, d’identifier les centres dominants et les zones périphériques, sur le plan européen comme sur le plan national, même à l’intérieur de cadres plus limités.

39Le refus des options « nationalistes » nous amène à reposer la question des littératures « régionales » ou « dialectales ». – Les linguistes s’en sont préoccupés bien plus que les spécialistes de la littérature. Ils acceptent d’ailleurs sans difficulté que les frontières entre la langue et le dialecte ne correspondent pas à une essence, mais à des données culturelles, par conséquent relatives. L’existence d’une littérature écrite a souvent été acceptée comme un critère justifiant le passage d’un dialecte au statut de langue… – Les historiens de la littérature ont généralement négligé d’accorder une place aux expressions littéraires locales dans leurs synthèses nationales. C’est l’indice d’une démarche normative et, ainsi, non-structurale par définition. Une véritable analyse de la littérature dans un ensemble culturel déterminé nous impose le refus de toute sélection imposée a priori. Dans une approche structurale (systémique), le spécialiste de la littérature a pour mission de caractériser les relations entre toutes les zones appartenant à un système déterminé. Il importe d’ailleurs en tout premier lieu d’établir si et dans quelle mesure les littératures locales suivent les orientations d’un centre national ou culturel. Il existe des régions littéraires ou des pratiques littéraires qui fonctionnent en vase clos (le haïku, par exemple, qui se comporte comme un système international indépendant ; certains types de théâtre populaire ; le monde de la chanson). Le seul fait de prendre en considération les rapports entre les zones périphériques et les foyers dominants permet souvent de localiser les orientations avant-gardistes et les orientations conservatrices à l’intérieur d’un système littéraire donné. Les révolutions déclenchées par certaines zones marginales apparaissent, dans une telle perspective, non comme un fait inquiétant ou heureux, mais simplement comme un fait lié au fonctionnement des systèmes littéraires. Les littératures dialectales ou populaires apparemment autonomes se distinguent d’une manière graduelle et non d’une manière radicale des autres systèmes.

 

40En termes sociolinguistiques, la littérature classique du xviie siècle français est une littérature autrefois dialectale qui a fini par s’imposer comme norme aux autres zones dialectales, et qui s’arroge ainsi le statut de littérature nationale. Il serait passionnant d’étudier dans quelle mesure les autres zones dialectales modifient, dans les siècles qui suivent, leur stratégie par rapport au centre nouveau, ainsi que de déterminer si la crise de ce centre, dès le xixe siècle, donne lieu à une réorientation de la France littéraire entière ainsi que des systèmes qu’elle n’a cessé d’influencer.

 

41La prise en considération du rôle dominant/dominé (central/ marginal) des différentes zones régionales, nationales et supra-nationales devrait nous conduire vers une vue plus organique et plus panoramique de la littérature, dans sa structuration hiérarchique comme dans son devenir.

Bibliographie

Bersani, J. e.a. (1970) La Littérature en France depuis 1945. Paris-Montréal.

Brée, G. (1978) Le XXe siècle. II. 1920-1970. Paris. (Littérature française. Collection dirigée par Claude Pichois 16).

Even-Zohar, I. (1978) Papers in Historical Poetics, Tel Aviv.

Even-Zohar, I. (1980) Polysystem Theory. Poetics Today, I, 1-2, 287-310.

Groupe du Lundi. Manifeste (1937) Bruxelles.

Jauss, R. (1971) Das Ende der Kunstperiode. – Aspekte der literarischen Revolution bei Heine, Hugo und Stendhal, Beiträge zur französischen Aufklärung und zur spanischen Literatur. Festgabe für Werner Krauss. Berlin, 141-167.

Lambert, J. (1980a) Plaidoyer pour un programme des études comparatistes. Littérature comparée et théorie du polysystème. Société Française de Littérature Générale et Comparée. Congrès 1980. Montpellier, 18-21 septembre 1980 (à paraître).

Lambert, J. (1980b) De verspreiding van Nederlandse literatuur in Frankrijk : enkele beschouwingen, Ons Erfdeel, 1 : 74-86.

Lambert, J. (1982) La littérature comme système complexe. Un modèle descriptif pour l’étude de la littérature (à paraître : Preprint, Departement Literatuurwetenschap KULeuven).

Lambert, J. & Van Gorp, H. (1981) Geschiedenis, theorie en systeem : valse dilemma’s in de literatuurwetenschap, Spektator, 514-519.

(1976) The Content and Structure of the Concept of ‘Literature’, PTL — A Journal for Descriptive Poetics and Theory of Literature I, 2 (April 1976), 339-356.

Lotman, J. (1973) Neohelicon. Acta Comparationis Literarum Universarum. I, 1-4.

Timmermans, D. (1982) La Génération de la révolution (1830-1850). La conception d’une littérature nationale dans les revues francophones en Belgique. Mémoire de licence KULeuven.

Toury, G. (1974) Literature as a Polysystem, Ha-Sifrut 18-19 (december), 1-19.

Van Gorp, H., Ghesquière, R. & Segers R.T. (1981) ed. Receptie-onderzoek : mogelijkheden en grenzen. Rezeptionsforschung : Möglichkeiten und Grenzen. Leuven.

Vlasselaers, J. (1980) De literair-esthetische en literair-theoretische opvattingen in de Vlaamse tijdschriften, 1840-1893. Aanzet tot de reconstructie van een literaire code. Thèse de doctorat KULeuven.

Notes

1 Mentionnons par exemple: les travaux de F. Vodicka, de H.R. Jauss, un périodique comme New Literary History, les congrès de l’AILC et notamment le colloque de Montréal (Renouvellements dans la théorie de l’histoire littéraire, McGill University 1982).

2 Et ce depuis les formalistes russes jusqu’à notre époque, le dernier sursaut spectaculaire étant la Nouvelle Critique française et le néo-structuralisme français.

3 Il semble que cette remarque ne soit pas réellement valable pour les universités italiennes, qui se sont familiarisées depuis des années avec les sémiotiques culturelles.

4 Lotman estime que le système est « auto-organizing »; c’est en ces termes qu’on pourrait interpréter la plupart des littératures nationales comme des systèmes relativement indépendants.

5 Comme le Manifeste du Groupe du Lundi (1937).

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search