Version classiqueVersion mobile

Propos d’étymologie sociale. Tome 3

 | 
Maurice Tournier

Des dictionnaires de langue aux inventaires d’usages*

Texte intégral

  • * Note extraite d’une intervention faite à la table-ronde de l’INaLF sur le Trésor de la langue fran (...)

1C’est le propre de toute société d’être perpétuellement en train de s’auto-construire en même temps que de s’autodétruire. Au fond de cet ensemble de signes et de procédures que nous appelons langue sont aux prises deux poussées contraires. Ces forces antagonistes se retrouvent dans les deux orientations sous-jacentes à la recherche linguistique : le désir d’un consensus sur les formes et sur les sens d’une part, l’activation communicationnelle étant, par l’intercompréhension qu’elle présuppose, constitutive du social (Habermas) et d’autre part la perception de dissensus déstabilisants au sein des usages et, au-delà, des concurrences et des conflits langagiers entre doxa et para-doxas (Bourdieu).

2L’examen de la première tendance à l’œuvre dans la langue fait le bonheur des normatifs, des enseignants et des structuralistes, que ces derniers soient fonctionnalistes ou universalistes ; il inspire les syntacticiens, les orthographistes et phonistes des standards, les dictionnaristes du « sens commun » ou de la « langue soutenue » et les terminologues des significations spécifiques et traductibles, pour ne rien dire des sémioticiens, lorsqu’ils sont férus de logique, bref ceux qui croient – et ils sont loin d’avoir tort ! – à l’homogénéité descriptible d’un système de signes.

Le consensus dictionnairique

  • 1 « Le dictionnaire unilingue est le livre par excellence : dépositaire du “trésor” commun que la la (...)

3De la Renaissance à nos jours, l’illusion dictionnairique s’est déplacée en France. Peut-être même s’est-elle aggravée avec la pression de l’école et des jeux sociaux sur le vocabulaire qui en ont fait le « lieu privilégié de référence »1. « C’est dans le dictionnaire » : argument devenu imparable.

4Jusqu’au 18e siècle, on voyait surtout en lui le répertoire du bon ton, voire du beau langage. Signe d’élitisme linguistique, avec lui la société se lisait et se sacralisait par le haut. On le considérait comme le suprême étage des usages constatés, le plus « correct » sinon le seul à la Cour comme à la Ville. Le bas peuple des campagnes et des faubourgs, pour dire ses labeurs et ses peines, jargonnait. Rien d’étonnant dès lors dans le fait que ce porteur et ce garant des habitudes d’élégance devienne dès Richelieu l’un des instruments de l’unité nationale. Exemple à suivre, il a passé ainsi de l’aristocratisme à la normativité, du bel usage à la loi. La Révolution française, de Domergue à Grégoire, n’a fait que persévérer dans cette voie, en en creusant la logique : à nation unie, langue unique. Le dictionnaire français un unilingue a désormais partie liée avec le pouvoir.

5Va-t-il s’émanciper au 19e siècle avec la découverte de cultures « exotiques » (régionales, argotiques et populaires) ? Suite au succès des encyclopédies cumulatives, est venu le temps des dictionnaires massifs, grand ouverts aux mots roturiers, sinon aux vulgaires et aux provinciaux. Mais ces dictionnaires-synthèses ne se sont gonflés que sous condition de marquer norme et hors-norme : des étiquettes de « niveaux de langue » stratifièrent chaque rubrique afin de conserver les distinguos nécessaires au maintien des mots à lettres de noblesse.

6Avec le structuralisme, en 50 ans, l’optique élitiste puis l’optique synthétiste (plus « laïque » mais restée hiérarchique) ont évolué. C’est un autre aspect du dictionnaire qui participe aujourdhui de l’illusion entretenue : sa neutralité. Le dictionnaire se veut au-delà des conflits et des choix idéologiques, dans l’ensoi de la langue, soit comme le « trésor » de tous, soit comme le minimum vital communautaire. Il ne prétend plus livrer le parler d’une élite, même identifiée à la loi (quoique le TLF lui-même, cet ultime géant des synthèses, avoue encore ne refléter qu’une « langue soutenue » appuyée des meilleurs écrivains) : il se veut le pédagogue d’un consensus acquis et satisfaisant, appelé le « français standard ». Illusion pire que la précédente, à cause du voile jeté sur les partis pris sociaux et politiques de cette standardisation. Le dictionnaire ne fait plus l’aveu de son camp. On le croit délégué à l’évidence.

7Or il n’y a jamais neutralité dans l’élection ou le rejet d’un mot pour peu qu’on touche à l’humain. Il n’est aucun livre qui ne s’écrive en dehors des ambigüités, pour peu qu’il effleure le social ; aucun consensus qui ne soit acquis de soi-même, hors tout rapport de forces ; aucune pédagogie qui ne soit violence au moins symbolique ; aucune évidence qui ne vienne du travestissement du culturel en naturel. Comble du système – car s’il est une reconstruction idéologique cohérente des rapports au monde, elle est bien là – dans ce comble des stratégies de pénétration innocentée qu’est l’ordre alphabétique, le dictionnaire de langue a pris le parti de la paix sociale, c’est-à-dire des valeurs dominantes. Il est fait pour ne rien remettre en cause. Il est devenu, selon un mot de Barthes, « ce qui va de soi ». Synchronie est avec lui synonyme d’immobilisme.

8Ce rôle de pédagogue au-dessus du soupçon et de mainteneur d’une société achevée peut à tout moment se trouver pris en faute. Dans l’ouvrage de Domenico d’Oria, nombreuses sont les observations judicieuses qui jettent le doute sur les outils dénominatifs et le savoir norme.

9Complice du pouvoir, le dictionnaire ? Non, certes. Aucun Richelieu ne trace plus à aucun rédacteur de mission politique. Et pourtant cet étrange rangement d’unités parcellisées s’accompagne toujours d’élections, de constructions circulaires, de traitements inégaux, de marquages, de hiérarchies, de recommandations et de tabous. Les mots n’y peuvent s’empêcher d’être d’ordre. Tel ce dictionnaire de l’Académie française en cours de préparation qui se propose d’exclure du bon français les audaces de la terminologie psychanalytique : avec raison, bien sûr, puisque tout le monde sait qu’il s’agit d’une mode passagère...

10Certains lexicographes (R. L. Wagner, A. Rey) nous ont donné l’habitude d’opposer les « mots en fonction » et les « mots en mention », les premiers saisis dans un discours et une situation qui les font être comme action prenant sens, les seconds saisis dans leur signification consensuelle, réitérable d’une situation à une autre. Cette distinction est utile dans la mesure où elle fait clairement apparaître que la signification n’est pas le sens. Or le dictionnaire ne s’en tient pas aux significations, si maigres souvent ou si floues ; il veut régenter le sens, en invoquant différents types et sites d’emploi. Faisant cela, il mélange les univers langagiers : la langue, les usages, les discours et les textes.

  • 2 Dans Dictionnaire et idéologie, D. D’Oria évoque excellemment, par exemple, « les tabous sexuels d (...)

11Le dictionnaire – structuralisme appliqué – se croit langue ; c’est-à-dire ensemble des unités disponibles hors toute situation. Blanc comme neige. Idéal comme le locuteur de Chomsky, massif comme le parleur saussurien. En fait, il est l’un des usages entendus, mais sélectionné, passé au crible de la norme dominante érigée en loi universelle. Il participe aux sollicitations à l’emploi comme aux interdits qui pèsent sur les actes de dire2. Par là, le dictionnaire est discours tenu sur la société, choix effectué par la synergie concepteur-rédacteurs au sein des représentations sociales, en fonction d’une stabilisation de structures, créées en même temps que repérées. Reflet, ou plutôt réfraction – pour reprendre le mot de Bakhtine – dans le prisme d’une reconstruction totalisante. Les « mots en mention » sont aussi et toujours des « mots en fonction ». Les pires sans doute, car ils ne le savent pas.

12D. d’Oria a su aller au-delà des mots mentionnés : pour lui, le dictionnaire est évidemment un texte en fonctionnement social. Et cette clé interprétative lui donne tous les droits d’effraction. Oui, le dictionnaire, en France mais en Italie de même, est un acteur sociologique qui participe à la structuration politique en se faisant l’écho des valeurs et contre-valeurs morales fondatrices, ne serait-ce que par ses silences pudibonds ou cette image rassasiée qu’il donne du visage humain. Oui, il sert à la promotion idéologique jusque dans l’installation connotée en langue des intrus politiques. Oui, et cyniquement plus qu’innocemment, il n’y a pas si longtemps, il a pu jouer des rôles de garde-national au nom de la pureté linguistique et orthographique. La désincarnation dictionnairique est un leurre.

Au nom du dissensus

13Refusant cette conception de mots sans ombre référentielle ni conflits internes, certains linguistes optent, plus ou moins consciemment, pour une orientation contraire. Avant d’être consensuelle, selon eux, la langue est, de naissance, distorsion, espace d’entrecroisements, de rencontres ratées et de patiences. On pourrait la dire toute empreinte de cette « différance » qui vient avant le code (Derrida). La communication la plus directe qui soit consisterait à faire l’amour ou la guerre, prendre, donner, partager sans barguigner, échanger un objet contre un autre, univoquement, tels ces communicateurs utopiques de Balnibarbi que Gulliver regardait troquer entre eux au lieu de parler. Le paradis doit être ainsi, à la limite de l’insignifiant, puisque lieu de l’évidence et de la « communion » immédiate...

14La langue est « péché originel ». Lieu du retard, elle nait du difficile, du malentendu, c’est-à-dire de la non-correspondance ou de la possibilité de mentir, donc de l’écart et du recul. Redondante par principe, en prenant temps de parler, elle sert également à éviter aussi bien les affrontements que les fusions trop rapides. La langue en paroles : le temps de l’humain. Ce temps est mis à profit pour faire taire les armes ou les désirs dans l’effort d’exprimer d’abord soi vers l’autre, ou d’écouter l’autre en soi, grâce à un langage proche de l’interlocuteur, mais proche seulement, équivoquement. Tout dialogue est, en cela, une rencontre de différences. Chacun possède ses amarrages et ses héritages, qui ne sont chacun ni de la même source ni à la même heure, fabriquant et se laissant fabriquer, à travers les mille pores de l’expérience et de l’inculquation, un ensemble cohéré de moyens d’expression et de décryptage. Ce sont alors les variétés émises ou reçues qui se présentent à l’attention ; et les analystes de discours, les variationistes au tout premier chef, les tenants du continuum ou les habitués des contacts de langues, les scruteurs de créoles, de pidgins, des régionalismes et des argots, les sociolinguistes enquêteurs des interactions quoditiennes, les sémanticiens du flou, du mal-nommé, de l’ambigu et de l’affect, ou des stratégies politiques qui jouent sur ces claviers des partitions métisses, font leur marché dans le foisonnement des différences.

  • 3 G. Bateson, La Cérémonie du Naven, Paris, Minuit, 1986. La réflexion sociologique de Bateson pourr (...)

15On pourrait donner des noms aux deux forces de nos langages. L’un viendrait directement du gréco-américain de Gregory Bateson : « Schismogenesis »3 acte de séparer et de prolonger les oppositions jusqu’à la fissure, d’empirer l’affrontement d’une compétition naissante jusqu’au conflit, de bousculer la société établie et ses habitudes de voir et d’agir jusqu’au changement. Ce serait grâce à cette schismogenèse, inscrite dans des temporalités diverses, que bougeraient les structures, les rituels et la langue.

16L’autre force, pourquoi pas ?, pourrait être appelée « structurogenèse » ou « systémogenèse ». Seraient désignées par ces termes à la fois la tendance ou la volonté de pacifier les esprits par la loi, en rassemblant la communauté linguistique dans un lieu de parlage accepté, majoré et relativement immobilisé, que ce modèle soit vu comme neutre ou comme dominant. Partagée entre ces deux forces de concurrence, d’ouverture, de subversion et d’innovation d’une part, d’unité, de clôture et de stabilisation d’autre part, la langue vit de leur duel, qui, dans un certaine permanence, sauvegarde adaptation et évolution.

17Axés sur la systémogenèse, dictionnaires et grammaires ne rendent compte que de l’immobile. Pour regarder vivre l’interaction linguistique, il faut descendre dans l’arène de la communication.

L’éminente dignité des usages

  • 4 Dans ses séminaires à l’ENS de Saint-Cloud et à l’École pratique des hautes études (1960-1980), Ro (...)

18Jusqu’à présent, normativité puis structuralisme poussant, la recherche sur les mots s’est efforcée de donner des sociétés une image homogène de représentations partagées. L’ambition de l’unité en langue fait même tabler sur des synchronies larges, cette pure hypothèse de travail, comme si le lexique n’était pas soumis à des cycles parfois très courts d’évolution4. Ce faisant, on oublie les solutions de continuité et on croit que les significations s’engendrent les unes les autres par nature. On imagine une « vie » des mots hors situations et on abstrait d’en haut des contenus, comme s’il existait une vérité de Sirius, nommée langue, transcendant leurs usages... Le but d’une recherche sur eux n’est ni cet imaginaire ni cette abstraction. Les mots sont habités par l’histoire entendue, c’est-à-dire par les réfractions de conflits qu’ils ont symboliquement assumés sur le terrain, où une vraie « masse » est « parlante ».

19En venir d’emblée aux textes et aux conditions de leur énonciation est, dans cette perspective, de toute première nécessité. Cela veut dire, pour le chercheur en mots, que la langue n’est pas donnée toute faite bien faite et qu’il ne s’agit pas pour lui de la formuler sur la base d’un « français du dimanche » (Benveniste) pris pour Le Français. En venir d’emblée aux énoncés produits, quels qu’ils soient, sans tris d’acceptabilité ou de pudeur préalable, avec un minimum de règles de saisie. Les emplois avant les lexèmes, les sites d’élaboration avant le réélaboré, les raisons d’être des signes avant leur être de raison, ce qu’on nomme « effets de sens » avant les significations qu’on en abstrait, les gens avant leur grammaire, bref le discursif avant le normatif, les usages avant le bon usage. Ne travaille-t-on pas toujours sur ce donné déjà là qu’on appelle texte ou attestation ? Il suffirait d’en chercher en priorité les sources...

20Elle est parfaitement traitable aujourdhui, avec les moyens inouïs qui s’annoncent, l’accumulation documentaire qui permettra de rendre compte de tous les messages, écrits comme oraux, de tous les langages en interaction, y compris gestuels. Nous sommes à l’heure où des bilans sont enfin possibles, sommant tout ce qui ressemble de près ou de loin à de la communication médiatisée par un langage. Pour ces trésors sans moyenne ni standard préconçu, sans signe arrêté, mais par enquête tous terrains, systématisme des relevés et traitement multivariables, possibilité infinie d’archivage, de consultation, de tri, de classement, de contextualisation, de statistiques..., le temps est derrière nous où il fallait plaider pour la quantité et l’exhaustivité. Mais dira-t-on, que faire d’un fourre-tout aussi hétéroclite que la vie ?

21Ne partageons pas la panique puriste devant la « déconstruction » (Derrida). Ouvrir le « trésor » de demain aux usages les plus divers, du parler académique aux verlans des banlieues, ce sera reconnaître que l’hétérogénéité est constitutive de la réalité langagière au même titre que la cohésion culturelle, qu’elles sont également sociales, que le dissensus sur les expressions ou les référents a autant, sinon plus, d’intérêt que le consensus sur la forme et la signification. Il ne s’agit pas seulement de faire une place (chiche) à des énoncés dits marginaux. Hiérarchie de « niveaux », énoncé « inachevé », « faux-sens », tabou, bon ou mauvais français, « faute » contre la règle, écart « de style » ou « de langage », sens « propre » et sens « figuré », langue « modèle » ne sont pas des critères scientifiques d’analyse. Car il est logique de poursuivre la réflexion jusqu’à reconnaître que, pour un lexicologue, tous les usages se valent. Jugés dignes d’être inventoriés, n’est-ce pas eux qui, en définitive, occupent la majeure partie du terrain de la communication ? Cela dit, reconnaissons qu’ouvrir le trésor du « français » à la multiplicité des emplois qui en témoignent, dans la plus grande largeur de son hétérogénéité, est-ce prendre n’importe quoi sous n’importe quelle forme, accepter l’inétudiable ?

22Il n’est pas d’usage inétudiable. Avant et après le texte, qui est document authentifié et attestant d’une certaine intercompréhension, et à la différence du code, où des virtualités élues s’organisent en système figé, les usages peuvent se définir comme des habitudes de discours à décrire et circonscrire dans un lieu d’échange et un temps concrets. Du plus local et circonstancié au plus largement efficient, définir un usage, c’est mettre l’accent de la recherche sur la particularité d’un type d’échange. On parlera ainsi d’usages d’école, de parti, d’entreprise, de milieu, de classe, de groupe, d’usages jacobin, quarantehuitard, socialiste, gaulliste, syndical... ou, avec plus de généralité encore, d’usages sociopolitiques, régionaux, scientifiques et techniques, pédagogiques, argotiques, etc. Le problème sera donc de définir, en préalable à toute recherche, les sites d’emploi où ces usages sont effectués et repérables.

23Le langage se réalise diffracté dans des situations habituelles plus ou moins typées, dont certes la langue est à la fois cause, moyen et conséquence, mais dont le chercheur est, in fine, seul responsable. N’est-ce pas ses choix qui en déterminent le statut ? Un « site d’emploi » ne sert pas à représenter la langue mais une société parlante. C’est une certaine interaction langagière sous conditions qui est visée, selon les critères les plus aptes à faire entendre les voix sociales affrontées.

24Le meilleur accès au langagier se fait donc par la porte des conflits. Un site d’emploi représente ainsi les hypothèses que le chercheur se donne pour piéger les discours en concurrence : invariants garantissant une homogénéité suffisante au matériau à étudier (même temps, même lieu, même type d’échange, mêmes circonstants, canal, public, thématique, par exemple) et variables à plusieurs états soumis à comparaison (locuteurs différents en fonction d’intentions et de stratégies différentes, par exemple). Nous venons de définir la notion de « corpus clos ». Paradoxe : la connaissance des usages dans leur largeur sans bornes naitra – par tache d’huile – d’une multiplication d’analyses resserrées dans des paramètres socio-historiques étroitement déterminés.

25Parlons lexicométrie politique. Si le laboratoire de Saint-Cloud privilégie ce qui, dans l’étude comparative, est quantifiable (formes ou segments de texte, locutions, schèmes...), c’est qu’il présuppose non seulement la pertinence des comptages pour traiter de phénomènes de vocabulaire mais que la statistique des mots est un fait d’emplois et non de langue. Par les contrastes et les micro-systèmes dégagés des constantes, elle fait sens. Au lieu d’avoir d’entrée l’ambition d’illustrer statistiquement une entité qui serait la « langue politique », nous préférons parler de constats sur corpus et de bilans exactement situés. Certaines permanences irréductibles à la variété installée dans les discours, en caractérisant un site énonciatif, permettent d’envisager une remontée d’inférences vers l’usage propre au producteur de ces discours, qu’il soit individuel ou groupai ou sociétal. Quant à la langue elle même, cet au-delà théorique et régenté des emplois confondus, elle ne serait statistiquement atteignable que dans la permanence universelle, c’est-à-dire jamais. Étant donné qu’il est impossible d’échantillonner équitablement l’infinie variété des usages sociaux, tout dictionnaire de fréquences « en langue » ne reflète qu’un cumul bâtard de discours non situés...

Norme et normes

26Il y a toujours gestion en commun du sens, heureusement, donc normativité quelque part. L’hétérogénéité n’est pas la pagaille, puisqu’on se comprend et se trompe les uns les autres. Ce constat induit trois réflexions.

27Évacuée par la grande porte des interactions populaires au ras du quotidien, n’est-ce pas la Norme lexicale officielle qui revient par la haute fenêtre des pouvoirs et des nécessités de la régulation ? Si le respect du social est pris pour principe directeur d’une sociolinguistique des inventaires, il faut bien accepter les usages normes pour ce qu’ils sont, une réalité sociale comme une autre, à décrire en tant que telle, y compris dans son avènement historique. Le dictionnaire devient alors, à l’instar des autres discours, un terrain d’enquête, et davantage que les autres peut-être, car il est un objet ultrafabriqué et ultrasocial, donc fortement soumis à ses propres conditions de production. Mais l’impact de cette Norme, son omniprésence jusque dans l’ombre de nos conversations à règles rompues, ne lui donne aucun droit à s’ériger en directrice... de recherche. La supériorité socialement reconnue est d’un autre ordre que le choix scientifiquement défini.

  • 5 « Référence et polysémie : la mouvance des mots », note inédite (1990).

28Cette Norme, en fait, n’est pas ce qu’elle prétend. On la croit univoque ou plurivoque (un mot aurait plusieurs significations ou plusieurs entrées dans le répertoire des signes), elle est en soi équivoque. Elle recouvre des représentations qui ne s’avouent pas, faute de place, faute de temps, faute de moyens d’investigation, faute à personne. J. P. Galibert donne à ce propos le joli exemple d’un double substantif féminin : « On peut dire que cuisinière a deux sens et désigne tantôt le fourneau et tantôt celle qui l’utilise. N’est-ce pas celer que les mots les rivent ? La femme au foyer, cette norme parmi les plus fondamentales, n’est-elle pas d’avance tapie dans de telles polysémies ? »5 Le sens, en effet, ne réside pas dans les définitions mais dans l’espace qui va de l’une à l’autre et, au-delà, dans l’espace entre les mots où s’organisent les représentations sociales non dites. Et seuls des contextes d’emploi insérés dans leur site énonciatif peuvent y donner accès.

29Il convient donc d’accepter la Norme du « bon usage » pour ce qu’elle est : un ensemble d’appauvrissements arbitrairement majoré. Appauvrissement, le terme convient à toutes les rubriques : les maisons de retraite classent les vieillards qui perdent la tête dans la catégorie des désorientés : s’agit-il simplement de ceux qui « hésitent sur la marche à suivre », si l’on en croit la glose dictionnairique ? On dira « euphémisme » : non, pour le médecin. Celui-ci situe médicalement le malade. Le terme est technique. Il fonctionne donc, chez le médecin, à deux niveaux dans le même temps : terme euphémisé à dire devant le malade et sa famille, terme de classement maximisé réservé aux praticiens. On pratique ainsi souvent plusieurs valeurs à la fois. Les mots en répertoire cachent leurs schizes possibles. Illusions d’unité, ils sont aussi illusions de neutralité aussi piégeant que n’importe quel discours, et constituent l’un des procédés les plus inconscients de la facilitation dialoguale.

30Enfin, tout dissensus normatif n’est que conflit entre consensus rivaux. Une norme particulière réglant la communication – dans ses rites comme dans ses valeurs – s’établit dans chaque groupe locuteur ou chaque situation d’interaction. C’est elle, au fond, que Hymes a d’abord appelée « compétence communicative ». Le révolutionnaire Babeuf opposait un « dictionnaire des cabanes » au « dictionnaire des châteaux », où les significations s’inversaient. Lequel était le bon ? Chez les enfants des favélas brésiliennes, le désignant, hypervalorisé, du tas des ordures rend compte du lieu béni où l’on trouve à se nourrir... Derrière des mots souvent identiques, ce sont des groupes et des forces qui s’opposent, rassemblements locaux, familles d’origine, écoles de pensée, clans de pouvoir, classes d’intérêt, chacun de ces groupes générant ses propres règles de production de sens dans un système provisoirement équilibré et partagé. Pénétrer ces normes relatives et relationnées dans telle situation où elles cherchent à s’imposer sera avancer à travers le maquis des documents accumulés.

31Mais il faut bien au préalable les avoir enregistrés, ces témoignages. Sur quelle base ? Celle des besoins d’enquête.

Inventaires à inventer

32Au rebours des dictionnaires, « inventaire » veut dire humilité. Le sociolinguiste n’est pas là pour régenter les signes et les significations en croyant que le lexème porte son contenu ainsi que la mère l’enfant. Peut-être, si la réalité de référence a les angles durs d’une chaise ou le tracé unique et maitrisé d’axiomes d’une figure géométrique. Mais prenez le vocabulaire politique ! Il n’a pour source historique que les fantasmes manipulés du passé. Et qui connaît les fantasmes d’ancêtres ininterrogeables ? On ne peut jamais que soupçonner l’autre en prenant appui sur soi. D’où les malentendus à base d’anachronisme qui sollicitent le chercheur à chaque pas des textes.

33Cette humilité devant la béance du sens apparait sans doute comme une régression par rapport à l’élaboration des dictionnaires, bardée de certitudes sémantiques. Elle reporte, on l’a vu, la responsabilité d’un travail sur les textes et leurs formes à des critères situationnels fabricateurs de corpus comparatifs. Dès lors, les besoins des chercheurs peuvent s’avérer aussi multiples que les sites d’emploi à examiner et les hypothèses à vérifier, à l’infini. Dès lors aussi, l’inventaire mis en banque informatisée n’a plus rien à voir avec la dictionnairique. Il se présente comme un maximum de données dans un minimum de cadrage, mais accessible de toutes parts.

34Ainsi, le tout-venant le plus hétérogène de textes bruts, balisés de paramètres « externes » (auteur, destinataire, date et lieu de renonciation, genre, thème, enjeu...) pourra se convertir, par la grâce des conversationnels qui les interrogent par tous les biais possibles, en banque inépuisable d’attestations au service de bilans en situation. L’affinement viendra par la suite, avec l’ajout de grilles de lecture plus ou moins fines, une fois le corpus de travail réuni. On s’apercevra alors que toute « loi de langue » est loi sociale et qu’il est dommageable pour la recherche lexicologique de confondre théorie linguistique et atteinte d’une langue en soi, analyseurs et analysés. On s’apercevra aussi que, dans leurs emplois concrets, les mots se lisent davantage les uns à travers les autres que les uns à la suite des autres, suscitant par leur moirage répété des représentations, voire des stéoréo-types sociaux (Moscovici). La définition d’un mot n’est qu’une construction partielle et résultante. On pourrait même songer à tirer de ces constats des dictionnaires dissensuels...

35La stratégie de recherche devrait ainsi s’inverser.

361. En refusant la distinction disciplinaire entre un « noyau dur » de la linguistique, grammatical et phonologique par excellence, d’une part et des sciences adventices d’autre part, à demi pardonnées d’exister. Les enquêtes de terrain, les analyses de discours, l’ethnographie de la communication, l’étude de renonciation, la lexicologie socio-historique et la lexicométrie comparative ont autant d’importance scientifique que la recherche des lois génératives ou le marquage des traits fonctionnels au sein d’un système fermé. Si ces sciences-là font douter des systèmes, c’est qu’elles ont l’œil de préférence sur la schismogenèse sociale à l’œuvre au sein des structurations du langage. Pour elles, il n’y a pas de variantes par rapport à un modèle stabilisé, centralisé, quasi éternisé dans une synchronie longue, mais des variations en compétition – d’où les constantes structurelles ne ressortent que mieux. Tout modèle n’est qu’une théorie de linguiste, même et surtout lorsqu’il se trouve présupposé comme une vérité de nature.

  • 6 R. L. Wagner : « Claude Simon est, au plus haut degré, signifiant, [...] un créateur, à tout le mo (...)
  • 7 De là vient la contradiction fondamentale qui a présidé à l’élaboration du Trésor de la langue fra (...)

372. Il n’y a pas de marginalité en linguistique : le langagier, ses actes, ses usages et ses normativités concurrentielles et incomplètes sont au cœur de la recherche, comme les conflits linguistiquement médiatisés sont au cœur des mots et des manœuvres de la parole, comme l’hétérogénéité et la compétition, mais aussi l’effort de cohérence et celui de consensualité, sont au cœur des projets sur le sens. Tout devient terrain pour les enquêtes, dès lors que les mêmes mots activent des comportements compréhensibles, semblables ou dissemblables. À la limite, ce sont les grands écrivains, solitaires, qui sont les marginaux de la langue de leur temps ; ils ont fait avec les mots leur paix à eux6. S’occuper du français pratiqué n’a plus besoin de ces lettres de noblesse7. Nous reviendrons aux crocheteurs du Port au foin.

383. Avouons aussi que le flou l’emporte sur le sûr lorsqu’on touche au social. Et, hors usage norme de règles intangibles (signaux univoques et symboles scientifiques), savoir traiter de l’à-peu-près est ce qui nous attend. Cette sémantique de l’incertain et du malléable passe par l’inventaire des signes le plus saturé possible, dans tel ou tel site de communication qu’on a déterminé comme champ d’analyse, et par la caractérisation de leur « espace de sens », c’est-à-dire des représentations où, d’après leurs contextes d’emploi, les signes viennent jouer ces rôles qu’on appelle leur sens.

394. Il n’existe pas de compétence solaire du français, et ensuite des gens qui parleraient cette langue plus ou moins lunatiquement. En fait, on constate d’abord l’existence de gens qui s’expriment et se comprennent dans un univers social commun avec plus ou moins d’efficacité et, au-delà, par la suite, on imagine des systèmes de signes afin de rendre compte au mieux possible de cette interactivité. Ce qui complique les choses est le fait des conflits entre normes et de l’élection de modèles sociaux inculqués jusqu’à l’évidence, c’est-à-dire jusqu’à la croyance qu’on parle de manière innée par référence à eux : car une telle croyance conduit à considérer les données naturelles comme dégénérées (Chomsky) dans leur rapport à une compétence « idéale ».

40La démarche du sociolinguiste inverse ce rapport des règles et des données. Pour lui, et quel qu’il soit, l’acte de parole est parfait. Revenons à son mot d’ordre : toujours partir de l’énoncé primaire et des conditions de son énonciation – sans perdre la conscience qu’il s’agit déjà en partie d’une construction du chercheur –, en vue d’organiser une grammaire (dont une sémantique) provisoire des signes qui corresponde au mieux à ce qui s’est passé sur le terrain observé. Ce silhouette au loin une grammaire des grammaires (en sens inverse de Girault-Duvivier) qui aura pour tâche d’éclaicir les conflits sous-jacents aux groupes en interaction (schismogenèse) aussi bien que leurs efforts pour les surmonter par le recours, conscient ou non, à des normes hiérarchiques (systémogenèse). Bref, la question demeure, toujours et essentiellement, sociale. La linguistique du social n’est pas en bordure de celle de l’Esprit humain ; elle revendiquerait plutôt sa place au centre des sciences de l’homme.

Notes

1 « Le dictionnaire unilingue est le livre par excellence : dépositaire du “trésor” commun que la langue constitue pour les locuteurs, il en tient en quelque sorte les archives ; il est le lieu privilégié de référence à la connaissance et au savoir linguistique et culturel » (Jean Dubois, Introduction à la lexicographie : le dictionnaire, Paris, Larousse, 1971, p. 8.

2 Dans Dictionnaire et idéologie, D. D’Oria évoque excellemment, par exemple, « les tabous sexuels dans les dictionnaires monolingues français contemporains », p. 119-173.

3 G. Bateson, La Cérémonie du Naven, Paris, Minuit, 1986. La réflexion sociologique de Bateson pourrait être appliquée au langage, mais la schismogenèse y serait à examiner en tant que phénomène de groupe, voire de masse, et non seulement d’interaction entre individus. Voir note 3, page 165 de cet ouvrage.

4 Dans ses séminaires à l’ENS de Saint-Cloud et à l’École pratique des hautes études (1960-1980), Robert-Léon Wagner conseillait aux jeunes lexicologues de travailler de préférence sur des « états de parole », c’est-à-dire des synchronies courtes, au maximum le temps d’une génération. Pour nombre de faits « sociaux » quelques années suffisent en effet pour constater des mouvances profondes dans l’emploi, et cela même en terrain relativement homogène, comme celui d’une confédération syndicale ou d’un parti.

5 « Référence et polysémie : la mouvance des mots », note inédite (1990).

6 R. L. Wagner : « Claude Simon est, au plus haut degré, signifiant, [...] un créateur, à tout le moins un renouveleur de signes, tant sa prose exprime l’unicité des situations nouvelles dont lui-même est le centre. [...] Ce qui crée l’écrivain est de traduire cela non avec les signes des autres mais avec – sous une identité formelle apparente – des signes qu’il aura réinstitués à son usage » (Essais de linguistique française, Paris, Nathan, 1980, p. 40).

7 De là vient la contradiction fondamentale qui a présidé à l’élaboration du Trésor de la langue française à l’INaLF de Nancy, premier dictionnaire ouvert au quantitativisme mais resté fermé sur les attestations littéraires et l’élection d’une « langue soutenue ». Heureusement qu’il existe de mauvais écrivains, qui ne sont que l’écho des stéréotypes ingurgités ! R. L. Wagner écrivait à leur sujet : « Je sais quels auteurs “tiennent une plume”, c’est-à-dire écrivent avec des signes déjà institués, qui ne leur appartiennent pas... » (ibid., p. 41).

Notes de fin

* Note extraite d’une intervention faite à la table-ronde de l’INaLF sur le Trésor de la langue française, Nancy, 20-22 juin 1990, et d’une préface à l’ouvrage de Domenico d’Oria, Dictionnaire et idéologie, Fasano, Schéna-Nizet, 1988, p. 11-15.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search