Version classiqueVersion mobile

Propos d’étymologie sociale. Tome 3

 | 
Maurice Tournier

Des usages au corpus, aller-retour*

Texte intégral

  • * Texte paru, avec quelques changements, dans la brochure Les concepts opératoires de l’INaLF, Paris (...)

1Arrive-t-il que deux individus « parlant la même langue », dit-on, ne communiquent pas ? Oui. Peut-il arriver que deux interlocuteurs au fait des mêmes emplois langagiers situés et référenciés n’échangent rien ? Non, par définition. La notion d’usage transcende celle de code. La compétence de situation prime la connaissance des normes. Le principe majeur de toute sociolinguistique peut ainsi s’énoncer, très simplement : Le meilleur outil langagier est, dans chaque situation, celui qui permet la meilleure communication. En second pourrait être avancé le corollaire suivant : Toute donnée naturelle, dans ce domaine, est belle et bonne, donc juste. Mais n’est-ce pas rayer en deux coups, de la carte des observations sociales, la notion même de « langue » ?

2Acceptons en effet ces deux principes, et il n’y a plus place (dans la description de l’existant) pour l’étude prioritaire d’un système d’abstractions hors situation. Dans cette optique, le linguiste n’a pas pour tâche première de déterminer ce que serait « le français » en soi, mais à rechercher comment des hommes, dans une situation donnée, plus ou moins largement définie, s’y prennent pour communiquer et ce qu’ils réussissent à transmettre ou à taire. Apparaissent alors différents degrés d’intercompréhension, d’un cercle à l’autre, d’un moment à l’autre ; se dessinent des frontières ou des continuums entrecroisés ; s’effectuent des rejets et des communions, par l’entremise de signes qui n’ont plus de patron unique mais des chevauchements fonctionnels et sémantiques variables ; bref se concluent des pactes provisoires et locaux sur les formes, les sens et leurs processus d’effectuation, qui ont pour vérité toute simple d’avoir été ou de pouvoir être énoncés et reçus ensemble lors de la même occasion d’échange. C’est ce maquis des emplois en situation qu’il faut d’abord prendre en compte si l’on veut y cerner des usages à décrire et, peut-être, très au-delà d’eux, certaines structures fondamentales du « français ».

Terminologie

3Afin de spécifier les termes qui cadreront notre réflexion, quelques définitions paraissent indispensables.

41. Autour de nous : l’univers des langages, en entendant par là l’ensemble du potentiel d’expression, de désignation et de communication mis à notre disposition par la nature et la société, du geste primaire à la combinatoire la plus complexe des métaphores symboliques.

52. Parmi les modes de cet univers des signaux et des signes, se proposent ces outils articulés (oraux et écrits) qu’on appelle proprement « linguistiques ». Ils sont liés, dans leur emploi possible, aux enjeux et aux projets, aux référents et aux évènements, aux héritages et aux rituels qui caractérisent la rencontre des sujets qu’ils servent ou desservent. Ils ont coutume d’être liés aussi les uns aux autres, en séries, en séquences, en grappes, en systèmes. Parmi ces usages, l’un d’eux est socialement élu comme « bon », garant d’un consensus érigé en modèle à inculquer (scolairement, académiquement, médiatiquement), érigé même, bien que parfois minoritaire dans les habitudes, en évidence hégémonique : le français standard officiel, dit la langue. Mais ce dernier terme possède tant d’autres acceptions...

6Il faudrait en distinguer au moins trois.

7On confond, en particulier, avec le « bon usage », code officiellement recommandé, tout ce qui résiste, même en synchronie longue, aux différences entre usages et qui constitue proprement le substrat linguistique où peut se reconnaitre le « français » (grandes distinctions et régularités phonologiques, morphologiques, syntaxiques...). Ce substrat peut s’inscrire dans les usages soit en positif (ainsi des anciennes oppositions binaires généralisées entre masculin et féminin, singulier et pluriel ou du système récent de formation lexicale par mot-valise) soit en négatif (ainsi de l’effacement originaire des déclinaisons ou de celui, actuel, du discordantiel dans la négation).

8Confondre une langue-standard, outil social de référence et de déférence, et la langue-structure, fonds de pertinences commun à tous les usages du français, a toujours perturbé la réflexion des linguistes. Ils peuvent alors commettre l’erreur de rechercher les structures de fond à travers le code prépondérant, comme s’il en détenait l’excellence. Or n’est-ce pas la notion même d’excellence qui est ici en cause ? La langue-standard n’est pas une application des structures « françaises » qui serait meilleure que tel usage oral de banlieue ; ce qui se trouve socialement majoré n’est pas, de nature, le terrain linguistique majeur... Bien que les codifications du standard s’infiltrent plus ou moins dans les autres usages ou qu’à l’inverse les autres usages nourrissent et renouvellent les signes déjà standardisés, il serait utile de distinguer au moins, au sein des usages, ce qui est langue française (le code officialisé) et structure du français, fortes caractéristiques à évolution si lente qu’on les prend pour permanentes, voire fondatrices.

9La terminologie se complique encore avec la confusion entre langue, registre et code. Le besoin social (et scientifique) de classifier est si impérieux qu’on regroupe en sélections homogènes des entités qu’on appelle aussi « langues » : langues de spécialité, langue verte, langue d’un écrivain, etc., autant de registres distingués pour notre confort intellectuel, où s’entrecroisent et se trient les usages vivants. Certains de ces registres sont l’objet de normalisations. Le « bon usage », par exemple, se donne à la fois pour un ensemble de registres (les « niveaux de langue ») et pour un code du bien-dire, socialement majoré.

10On comprend que la confusion se fasse dès lors entre langue et usage. Qu’est ce que, par exemple, la « langue » du Père Peinard d’Émile Pouget, le grand journal anarcho-syndicaliste de la fin du 19e siècle ? Elle est structure, par son respect de certaines règles grammaticales quasi intangibles du français ; elle est heurt de registres (l’écrit et l’oral, le bien-dire et l’argot, la « langue de bois » politique et le parler populaire). A la fois parodique et naturelle, elle est en soi un usage, celui qui peut être observé, dans la connaissance socio-historique des circonstances et des milieux que Pouget a rencontrés, et recevoir, tout comme un autre, sa propre codification.

11Convenons, en conséquence, de nommer usage tout ce qui est moyens linguistiques habituellement mis ou à mettre en œuvre dans des situations de communication, code tout ce que la société (ou le groupe) fabrique à titre de norme convenant à un type d’énonciation et de milieu, langue – ou, mieux, bon usage, – tout ce que la société dominante élit comme standard de référence à enseigner, registre tout ce qu’elle regroupe comme ensemble homogène de mots et tournures, structure enfin tout ce qui résiste aux variations des usages, donc des codes et des registres.

12Quels qu’ils soient, codes, registres ou structure, les usages nous sollicitent à différents degrés au moment où nous sommes en situation d’avoir à parler à autrui ou à l’écouter. Ils constituent les potentialités langagières, les compétences lexicales, rhétoriques, pragmatives et normatives auxquelles font appel nos besoins et désirs d’expression.

133. Au cœur de tous les énonciables dans ces ensembles d’habitudes qui se proposent, les énoncés actualisés prennent leur place. Nous les appellerons discours de préférence à parole, afin de marquer le caractère éminemment social, dialogique, de notre expression ordinaire. Alors que l’usage est virtuel, le discours est l’effectué, mis en œuvre dans la réponse qu’il apporte à la situation de communication que les parleurs affrontent. Effectué, donc révolu : tout état de discours est une tranche de passé communicatif soumis à examen. Effectué, donc situé, au confluent des raisons, conditions et moyens de tous ordres qui ont sollicité et façonné la production dircursive.

144. Le discours tenu représente une part du possible, dont il donne une illustration plus ou moins complète. Mais, étant donné qu’il n’existe aucune autre façon d’inventorier tel ou tel usage que recourir à lui, c’est à l’élaboration de l’illustration la plus authentique et la mieux représentative que le chercheur doit d’abord attacher son enquête. Tel est le corpus, ensemble documentaire choisi et stratifié en fonction des variables et des invariants de la situation de communication à questionner.

15Le schéma en inclusion ci-après résume cette façon de voir :

16Tout schéma... schématise. Celui-ci ne rend compte ni de l’intra-relation permanente inhérente à chaque niveau (entre le « bon » usage et les autres ; entre registres et usages ; entre systèmes de signes, codes et structure de fond), ni de l’inter-relation des divers niveaux distingués : le discours reformule les usages à chaque effectuation et suscite perpétuellement d’autres types d’emploi qui deviendront eux-mêmes habitude et, qui sait ?, peut-être un jour structure ; les usages, à leur tour, transforment les autres langages dans la synergie polysémiotique qui les unit, etc. En outre, ce schéma est clôturant, emprisonnant des domaines à l’intérieur de ses lignes continues. Or le locuteur n’est pas totalement prisonnier des usages linguistiques qui le gouvernent ; demeure toujours une possibilité d’inventivité, d’emprunt ou de hasard, que trahit toute schématisation en inclusions fermées. Le déterminisme qu’induit un tel schéma serait à tort réductioniste, eu égard à nos incessantes créativités comme à l’interaction-compétition avec des usages autres que français.

Recherches

17Cela étant entendu, quelles conséquences pour des recherches, comme celles du Laboratoire de Saint-Cloud sur les vocabulaires politiques, entraine cette façon de voir ?

18Quelques principes sont bons à rappeler. En premier lieu, qu’il n’existe pas de lexique « politique », en dehors des registres fabriqués et des codifications distribuées par les auteurs de dictionnaires. En second, qu’il n’existe pas de signification globalisante, en dehors des terminologies minimales nécessaires à une gestion consensuelle de la société. En troisième lieu, qu’il n’existe pas, dans l’énonciation sociopolitique, de mots ou tournures qui soient « neutres », hors des jeux de pouvoir. Toute norme répertoriée n’est qu’un appauvrissement abstrait de la réalité conflictuelle du discours ; peut-être aussi que toute norme, y compris dictionnairique, fait partie, par la paix de langue qu’elle instaure, des forces de stabilisation sociales en opposition aux forces de déstabilisation. Même donc cette abstraction n’est pas neutre...

19Qu’existe-t-il alors ? Soyons concrets. À la tribune de la 3e République, pour prendre un exemple simple, il peut exister un usage jaurésien ou guesdiste du vocabulaire, au-delà un usage socialiste, au-delà un usage parlementaire, au-delà un usage républicain, au-delà encore un usage politique... Élargir l’aire des constats fabrique un réel nouveau. Il n’y a rien de donné ; aucune délimitation d’un usage en soi, aucun cadre tracé d’avance. C’est le chercheur qui invente et circonscrit l’usage qu’il recherche. Pour ce faire, il analysera des documents qui correspondent à une situation. Un terme revient ici, qu’il faut immobiliser à son tour dans une définition. Qu’entendre par situation ? Non pas, on le devine, la totalité à la fois polyphonique et nue d’un moment précis d’affrontement. Comme tout objet de recherche, la situation est, elle aussi, une création du lexicologue, un réel fabriqué. En fonction d’hypothèses sur les différences et les ressemblances discursives autour d’un enjeu de pouvoir, celui-ci rassemble dans un corpus-témoin les données qui lui permettront d’éclairer les stratégies, les rhétoriques et, peut-être, les idéologies en présence. Chaque mot et chaque combinaison de mots y possède alors sa « raison d’être », perception profonde des valeurs de sens. On peut en faire une description textuelle (à travers l’inventaire de leurs équivalents, leurs déterminants et qualifiants, leurs adjuvants ou opposants, leurs actants ou actions, etc.) ou une analyse extra-textuelle (interlocuteurs, enjeux, co-textes, référents, circonstances, etc.).

20On peut aussi en faire le décompte. La lexicométrie, cumulant les emplois et confrontant les expériences de « mise en situation » d’énoncés concurrents, permet d’accèder à ce que nous appelons des sites statistiques d’emploi. Il ne s’agit pas, évidemment, de fréquences « en langue », mais de comptabilisations comparées au sein de corpus (fréquences probabilisées de formes, de segments textuels, de cooccurrences, de locutions, de leurs champs et de leurs réseaux). Un usage sociopolitique – qui n’est donc pas un « domaine » tout tracé mais un type d’énonciation – peut ainsi être atteint par inférences en tant que système quantifié porteur de signes d’accords et de désaccords.

21Renversement des perspectives ? Disons déplacement. Au lieu de poser que les mots, partant d’une signification noyau, sont soumis dans le discours à des « effets de sens » dus au contexte, on pose, au contraire, que ce sont ces « effets », originaires, qui font la source du sens : les mots remplissent d’abord des fonctions sociales et s’impliquent dialogiquement dans des énoncés en concurrence. C’est postérieurement que le lexicologue se donnera le droit de réunir les faisceaux d’emploi, imaginant des registres, des codes, en puisant dans les champs et les réseaux inventoriés, pour inférer, par systématisation, vers un usage en situation (par exemple, telle ou telle énonciation politique), voire – pour répondre à des besoins de gestion communautaire – vers une « langue » codifiée hors situation, voire vers des structures linguistiques sous-jacentes et, pourquoi pas ?, des universaux : cela dépend du degré et de la nature des constantes observées. Tout sens en discours nait d’éléments de cause et engendre des constats d’usage sur le jeu des signes. Tout « noyau de sens », comme tout signe en soi, n’est qu’une abstraction de conséquences.

Notes de fin

* Texte paru, avec quelques changements, dans la brochure Les concepts opératoires de l’INaLF, Paris-Nancy, INaLF, 1995, p. 31-36.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/2223/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 75k

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search