Version classiqueVersion mobile

Propos d’étymologie sociale. Tome 3

 | 
Maurice Tournier

Discours politique et stratégies d’appropriation. Le cas Chirac*

Texte intégral

  • * Contribution au colloque « La communication politique. Aspects sociolinguistiques et pragmatiques (...)

1Le discours politique se veut fondamentalement perlocutoire, voire performatif ; il donne des ordres, il peut être ordre lui-même, pour être obéi, mais cela dans l’interaction langagière de l’espace public, donc à l’aide de modalisations et processus par lesquels il s’efforce de mettre au service de son but – maintenir ou conquérir des pouvoirs – à la fois la scène, les symboles et les actants socio-mémoriels présents dans l’espace public interactif.

2Détaillons cette définition, avant de citer en exemple les stratégies du discours chiraquien aux présidentielles de 1988 et de 1995.

L’énonciation politique : un acte d’appropriation

3Entre les deux autismes que sont, d’un côté, le bruit des armes autoritaires et, de l’autre, le mutisme servile, s’étend un certain espace dialoguai où les conflits se posent et se résolvent, en apparence du moins, sur le plan de la communication entre énonciateurs et auditoires. Mais comment un discours politique s’insère-t-il dans cette communication aux fins de conquérir ou maintenir le droit de gérer la communauté concernée par ces conflits ? Grâce à un triple acte d’appropriation.

Appropriation de la parole

4Il s’agit d’abord de « prendre la parole », c’est-à-dire d’avoir fait reconnaitre quelque part son droit à être présent ou présenté aux heures de grande écoute. C’est cette conquête qui assoit aujourd’hui, en Occident du moins, l’énonciateur politique. Celui-ci s’efforce d’occuper les médias légitimants, en particulier la télévision, et d’imposer à travers eux une image valorisée de soi, tout en disqualifiant discours et images adverses, les brouillant, les réduisant à du bruit, voire au silence. La lutte pour la médiatisation fait, plus que jamais, partie de la lutte pour le pouvoir.

5La première victoire de Le Pen et du Front national, malgré la résistance de quelques journalistes, s’inscrit là, très consciemment ; ils passent aujourdhui usuellement à la télévision ; on parle d’eux, ne serait-ce qu’en mal ; leur discours circule ; on le discute ; bref, ils se sont légitimés. La défaite des écologistes s’inscrit également là ; ils ne « passent » pas. Question d’audimat, de groupe de pression, de financement occulte, de facilité populiste, de xénophobies latentes partagées ?

6Rentabilité aussi. Quand la démocratie fait un effort en faveur d’une certaine égalité officielle des chances entre candidats – je pense aux prestations octroyées à chaque présidentiable, quel qu’il soit – les temps de passage à la télévision les plus importants sont relégués au petit matin, et personne n’y prête attention. Aux heures vraies de l’écoute, la parole ne se distribue plus ni gratis ni égalitairement. Prendre la parole devant les masses vaut de plus en plus cher ; à la limite (cf. les milliards dépensés dans une présidentielle américaine), cela se vend au plus offrant. Et l’« image candidate » est le produit de la médiatisation obtenue.

  • 1 Cf. Marlène Coulomb-Gully, « Une rhétorique du plus », dans Présidentielle. Regards sur les discou (...)

7Cela signifie-t-il que l’élu sera celui qui aura saturé les médias et les ondes ? En démocratie, ce n’est pas si simple. Souvenons-nous de l’élection présidentielle de 1988 en France : F. Mitterrand avait plutôt pratiqué une stratégie personnelle de distance, de retard, parfois de discrétion. Certes on parlait de lui, mais il parlait peu. Il savait même manipuler l’art de se faire prier... À l’inverse, J. Chirac pratiquait une stratégie de présence tous azimuts1. Ce n’est pas le second qui fut élu. Prendre la parole ne suffit pas. Il faut d’autres appropriations.

Appropriation de la langue

8Plus sournoise est l’« occupation » de la langue. L’énonciateur politique « fait » la loi, en entendant par là que ses mots et liaisons de mots tendent à se faire prendre pour références. Jouant sur les consensus d’emploi, il construit et propage un univers de symboles et de marqueurs contre les représentations adverses. Jouant avec les valeurs de sens et les connotations, il a tendance à devenir lui-même un dictionnaire de référence : « la véritable signification de... », « pris au sens de... », « j’entends par... », « en bon français, on dira... », « ne jouons pas avec les mots... », « si l’on peut dire » parsèment son discours. Parler, c’est définir et dénommer.

  • 2 Cf. dans M. Eloy dir., La Qualité de la langue ? Le cas du français, Paris, Champion, 1995, p. 291 (...)

9Mais la langue, dans la masse de ses mots et expressions, préexiste. L’énonciateur politique se risque rarement à inventer. Les usages sont déjà là. Il s’agit de choisir. Il s’agit surtout de posséder la clé verbale de l’accès aux pairs. Jusque dans les petites bandes de jeunes et les verlans les plus retors, le chef est d’abord celui qui détient le code du groupe sur lequel se fonde le consensus groupai. Suivrait-on de préférence le manipulateur le plus habile de l’outil communicatif ? Peut-être, mais à condition que l’auditeur soit amené à reconnaitre : « il parle français » (brevet de correction), « il parle comme nous » (brevet de simplicité), « il parle franc » (brevet de clarté), « il parle bien » (brevet de compétence). À condition que son discours sache pénétrer l’auditoire jusque dans ses réactions affectives. La « langue de qualité2 » la plus académique n’entraine personne.

Appropriation du langage

10Le fondement de toute propagande consiste dans l’appropriation du langage lui-même, cet univers intériorisé des signes. Tel est l’objectif final de l’énonciateur politique. Il « dit » le sens, mais en essayant d’investir l’écoutant jusque dans ses automatismes socio-mémoriels, soit – discours critique – pour les ébranler et infléchir, soit – discours doxal –pour s’appuyer sur eux et les renforcer. L’objectif de l’énonciation n’est pas de démontrer, de convaincre, il n’est même plus de persuader, il est d’investir notre propre compétence, d’imprégner notre système de désignation, de structurer nos stéréotypes réflexifs, de déclencher dans les couches de souvenirs fantasmés certaines affectivités positives ou négatives, certaines axiologies liées aux mots.

11Pour cela, l’énonciation politique se doit de correspondre aux complicités profondes de son public, afin de les capter à son bénéfice. En position de conquête du pouvoir, on ne parle jamais vraiment pour soi mais pour l’autre, on fait le discours de l’auditoire ou, du moins attendu de lui. Aucune parole ne recueille les fruits de sa rhétorique si elle n’est ajustée à une attente.

Jacques Chirac, des stratégies ajustées

12Seul à se retrouver candidat au second tour des deux élections présidentielles, de 1988 contre le socialiste François Mitterrand et de 1995 contre le socialiste Lionel Jospin, Jacques Chirac, représentant de la même manière les partis de la droite classique, après élimination d’un concurrent de son bord (R. Barre en 1988 et E. Balladur en 1995) met en œuvre deux stratégies discursives différentes, populiste et agressive d’une part, sociale et consensuelle d’autre part.

Sur la scène médiatique

  • 3 Cf. Christine Ockrent, Duel. Comment la télévision façonne un président, Paris, Hachette, 1988.

13Les conditions de la médiatisation sont pourtant les mêmes, l’enjeu identique ; des problèmes semblables se posent aux Français, à sept ans d’intervalle ; d’ailleurs le schéma des questions à poser reste immuable : politique intérieure, champ économico-social, problèmes de société, politique extérieure et défense. Pour asseoir nos comparaisons sur un socle d’invariants encore plus homogènes, faisons le choix de ce moment très médiatisé de joute oratoire, simple, directe, égalitaire, moment très attendu entre les deux tours de l’élection et quasi immuable dans ses conditions d’énonciation qu’est le « face-à-face » télévisé d’avant le second tour, duel traditionnel d’un peu plus de deux heures entre les candidats restés en lice3. L’enjeu est lourd. L’émission, nommée « Le Débat », est suivie par plus de vingt millions de téléspectateurs. Qu’est-ce qui a donc changé pour J. Chirac, entre 1988 et 1995 ? L’adversaire ou, plus largement, le jeu interactif et le rapport des forces en présence, la position institutionnelle des locuteurs en particulier.

14En 1988, face à F. Mitterrand, déjà président en exercice, J. Chirac apparaissait en posture de challenger destiné à faire basculer le roi de son trône ; en 1995, c’est lui qui tient la vedette, face à un présidentiable socialiste fraichement et tardivement désigné par son parti, après les désistements de M. Rocard puis – à la suite d’un long suspens – de J. Delors, « bouche-trou » en somme peu connu du très grand public et sans stature internationale. Pour J. Chirac, deux adversaires différents à affronter et deux rôles différents à assumer.

  • 4 Cf. Geneviève Calbris, M. Tournier, « Chirac et Jospin face à face : des précisions gestualisées » (...)

15Il est possible de percevoir une mutation progressive des attitudes chiraquiennes au simple examen de sa gestuelle. Celle-ci évolue d’une gesticulation déjà bien maitrisée en 1988 à un raccourcissement général des mouvements, interrompus parfois en cours d’évolution, comme pour une conquête de la distanciation dans l’élocution télévisée4. Le travail de la caméra n’est pas pour rien dans cette image statufiante : il est vraisemblable qu’un mot d’ordre a été donné de cadrer les postulants au plus proche, « plan cravate » la plupart du temps. C’est qu’il s’agit de faire apparaitre chez J. Chirac non une gesticulation naturelle, même très bridée, mais l’énergie affichée du visage et la diction appliquée (ralentie dans les débuts de phrase et multipliant les consonnes finales articulées même en l’absence de liaison : « ils sont », « notamment »). Tout au long des « prestations » télévisées officielles du premier tour, émissions obligatoires proposées à tous les candidats, ce n’est d’ailleurs pas lui qui a parlé, pendant le temps d’antenne auquel il avait droit, mais ses principaux lieutenants (Juppé, Seguin, Madelin, Toubon), lesquels avaient pour tâche d’expliciter tour à tour un aspect de sa pensée, tandis que lui-même figurait à l’écran sous la forme d’une photo immobile ou sous celle d’incrustations de citations choisies. Bref, J. Chirac, en 1995, endossait l’habit d’un presque-président. Présence iconique.

16Il semble que, au cours du face-à-face de 1995, J. Chirac prenne mieux son temps pour ajuster ses effets. Plus lentes à démarrer, ses phrases perdent en spontanéité ce qu’elles gagnent en maitrise. Aucun lapsus n’en est venu ternir la rectitude ; les notes sont plus souvent consultées que d’habitude.

17À ce propos, nous avons risqué la comparaison suivante :

  • 5 Il s’agit, bien sûr, du temps observable : coups d’œil vers les notes, yeux baissés, consultation (...)

Tableau 1.
Temps de regard vers les notes5

18Les enseignements, dans ce domaine, sont fragiles, vu la difficulté du minutage et le zoom étroit des caméras sur J. Chirac en particulier. On peut cependant noter une relative augmentation du temps de consultation des notes entre 1988 et 1995, chez L. Jospin par rapport à F. Mitterrand, maitre en coups d’œil furtifs vers le bas, et surtout chez J. Chirac par rapport à lui-même. La note écrite n’est plus complexante ; elle peut même ajouter au sérieux d’un présidentiable bien documenté, prêt à répondre à tout et de manière chiffrée. J. Chirac va jusqu’à poser une main assurée sur ses statistiques. L’envie lui démange même de les asséner. Il les lira donc, puisqu’on l’en prie. Saisissons au vol quelques échanges :

chirac. Je voudrais dire enfin à M. Jospin, s’agissant des nominations, que je ne voudrais pas être cruel, mais que j’ai apporté une petite fiche, naturellement. On le fait dans ces cas-là.

jospin. Vous faites ça ?

chirac. Oui, je fais ça. J’ai apporté une petite fiche

chirac. Je veux bien sortir mes chiffres, je ne le ferai pas.

jospin. Ben, allez-y alors, puisque vous avez des chiffres !

19Y aurait-il donc deux Chirac ou, du moins, deux stratégies mises en application : la prise de parole et la mise en référence, les deux étant menées conjointement en 1995, la première dans les meetings, manifestations populaires avec reprises dans les journaux télévisés (où l’on retrouve le Chirac de 1988, dynamique en diable, chaleureux et serreur de mains), la seconde réservée aux prestations règlementées, où la recherche d’image est tout autre, celle d’un candidat compétent, précis et statufié ? Examinons cela du point de vue du discours.

Sur la scène discursive

20Mesurant le choc des photos, le présidentiable saura aussi peser « le poids des mots ». Nous le ferons, quant à nous, quantitativement à l’aide d’une comparaison lexicométrique des quatre « textes » des face-à-faces. Du simple point de vue des occurrences (interventions des journalistes exclues), un premier constat s’impose : alors que F. Mitterrand et J. Chirac avaient utilisé en 1988 à peu près le même nombre de mots-occurrences, la différence est importante en 1995 entre L. Jospin (plus loquace ou doté d’un débit plus rapide ?) et J. Chirac (plus appliqué). L’émission ayant été très légèrement plus longue en 1995, ce dernier passe de 9 555 occurrences à 10 055, soit 500 mots de plus, tandis que L. Jospin renchérit sur F. Mitterrand de 2 156 occurrences, comme par besoin de remplir l’espace discursif et de s’imposer (se faire entendre et légitimer).

  • 6 L’AFC a pour but de déterminer, dans les « correspondances » quantitatives entre deux séries d’élé (...)

21Une analyse factorielle des correspondances6 prenant en charge les différences d’emploi constatées entre les quatre vocabulaires aboutit au tableau des valeurs portées sur les deux premiers facteurs, dont la carte qui suit permettra de rendre compte visuellement :

Tableau 2.
Positions des interlocuteurs sur les deux premiers facteurs

22Ce tableau met en évidence l’opposition majeure (1er F) qui passe entre les quatre textes : le clivage passe d’abord entre les deux face-à-faces. C’est un clivage secondaire qui oppose Chirac 1 et 2 à ses adversaires socialistes. La thématique d’émission ou les conditions de la conjoncture l’emporteraient-elles sur l’idéologie d’origine ? Examinons les choses de plus près.

23La carte page suivante rend tangibles, sur le premier axe (horizontal), non seulement l’opposition des deux émissions à sept ans d’intervalle mais la position occupée par chaque protagoniste. On est surpris de constater que, en projetant à la verticale leurs quatre positions sur cet axe, le plus éloigné de F. Mitterrand n’est pas son adversaire politique, J. Chirac, mais son successeur et disciple, L. Jospin ! Le candidat socialiste de 1995 chercherait-il à se démarquer d’un modèle trop encombrant ? Le candidat de droite désirerait-il, à l’inverse, s’approprier un discours déjà entendu et qui a fait ses preuves ? En outre, L. Jospin a une personnalité politique à affirmer, J. Chirac une stature de président à confirmer. Ceci expliquerait cela.

Tableau 3.
Carte visualisant le plan formé par les deux premiers axes

24Le deuxième axe (vertical) complète ces hypothèses. On s’attendait à un clivage gauche/droite. Certes il se trouve ici réalisé ; mais il est patent que l’opposition Jospin/Chirac2 de 1995 (l’écart va de –171 à +177) est beaucoup moins forte que l’opposition Mitterrand/Chirac1 de 1988 (écart de –330 à +344) : presque de moitié. L’axe est « fait » surtout par la seconde opposition (avec une contribution totale à l’axe de 766 pour mille). Chirac2 ne s’oppose vraiment à Jospin que sur un 3e axe, absent des tableaux 2 et 3, où il se rapproche de Mitterrand. Que s’est-il donc passé, au niveau du vocabulaire ?

Les spécificités lexicales

25Au laboratoire de Saint-Cloud, nous mesurons les différences d’emploi entre les vocabulaires d’auteurs ou de temps différents en comparant les fréquences locales de chaque forme assorties chacune de leur probabilité.

  • 7 Analyse propre au laboratoire de Saint-Cloud et mise au point par P. Lafon et A. Salem. Cf. P. Laf (...)

26C’est l’analyse dite des « spécificités »7, dont le tableau suivant fournit les résultats pour les 100 formes les plus fréquentes du corpus (au seuil de 5 % de probabilité).

Tableau 4.
Spécificités lexicales

27L’analyse des formes spécifiques a porté sur les 460 possédant une fréquence totale qui soit égale ou supérieure à 10, puis l’inventaire s’est poursuivi sur l’index jusqu’à la fréquence 4. Principales observations :

28Le vocabulaire « banal » se réduit à des mots-outils et des auxiliaires : de, l’, à, qui, en, pas, ce, c’, dans, ne, n’, j’, y, ai, tout, fait, sont, si, ont, moi cela, comme, se, être, etc., à quoi s’ajoutent quelques termes pleins de type :

  • « national » : Français, français, pays, nationale, assemblée,
  • « rhétorique » : problème, situation, conditions, programme, monsieur, deux, essentiel,
  • « thématique » : chômage, sociale(s), économique(s), impôts, charges, public(que), éducation, élections, institutions, lois, réduction, société, monde, droit,
  • « idéologique » : volonté, justice, solidarité, progrès.

29Bien plus intéressant est le vocabulaire suremployé. L’analyse des « spécificités » permet, en effet, de pointer parmi les formes marquées certaines cohérences d’emploi caractéristiques soit de 1988, soit de 1995.

  • 8 Dont la moitié dans la « rafale » suivante : « Il ne suffit pas de faire des incantations. Il ne s (...)
  • 9 Non compris, évidemment, les occurrences dues à « Sécurité sociale ».

Tableau 5.
Spécificités thématiques des face-à-faces
Note8
Note9

30La fréquence d’un terme ne signifie rien ; une liste commence à parler ; une grappe révèle des valeurs sous-jacentes. Comparaison fait raison. Ces listes tiennent de la grappe, c’est-à-dire d’un ensemble de signes fonctionnant en dépendance. On y trouve un commentaire thématique de l’axel de l’AFC précédente : délaissant l’Europe et la xénophobie sécuritaire, le face-à-face de 1995 se préoccupe davantage des problèmes sociaux et économiques liés à l’emploi et de questions quasi absentes du débat en 1988, telles que le logement, les essais nucléaires, la réforme de l’Etat et de la Constitution.

31Mais en quoi les positions curieuses de l’élément Chirac 2, plus proche de Mitterrand que ne l’était Jospin sur l’axe 1 et moins opposé à Jospin que Chirac 1 ne l’était à Mitterrand sur l’axe 2, enfin positionné du même côté que Mitterrand sur l’axe 3, peuvent-elles s’expliquer par des spécificités convergentes ? Peu de termes très fréquents viennent illustrer ce constat ; il s’agit plutôt d’une multitude de rapprochements, parmi lesquels on remarque – corrélativement à l’abandon du vocabulaire de type « lepéniste » –, surtout 1’appropriation par Chirac 2 de tout un vocabulaire de type social, nouveau ou parfois mitterrandien pour ne pas dire socialiste, en tous cas relativement peu présent chez le Chirac 1 du face-à-face de 1988.

  • 10 « Les prétendants dans la valse des mots », dans L’Image candidate, p. 209-243.

32Cette arrivée, dans les fréquences moyennes et basses, d’un vocabulaire de type social trouve son écho dans d’autres analyses effectuées sur d’autres corpus10, qui font émerger, par exemple, la reprise par J. Chirac de termes idéologiques marqués à gauche comme égalité, justice sociale, laïcité, ou de lexies caractéristiques du discours socialiste comme les plus démunis, cohésion sociale, protection sociale, égalité des chances, lutte contre l’exclusion, etc. Bref, il apparait bien que l’échange du face-à-face de 1995 s’inscrit dans une stratégie lexicale très différente de celle adoptée par J. Chirac en 1988 – où il s’agissait au second tour de l’élection de « récupérer » les voix obtenues par le candidat d’extrême-droite. De quoi s’agit-il donc en 1995 ?

Tableau 6.
Le vocabulaire « social »

Jacques Chirac, un présidentiable de gauche

  • 11 Ibid.
  • 12 Cf. « Stratégie des indices de rappel... », ibid.

33Il s’agit, pour le candidat de la droite classique en position de presque-président, de ne pas laisser de place discursive à son adversaire. Avec son ouvrage La France pour tous, analysé par ailleurs11, il avait déjà mis au point ce « gauchissement » lexical. Le nouveau-venu de gauche sur la scène électorale, L. Jospin, ne pouvait que renchérir, au risque de tomber dans la démagogie verbale. Devant lui-même s’affirmer en tant que présidentiable modéré, responsable, donc réaliste, et non batteur d’estrade ou vendeur de vent, pour lui une telle position n’était pas tenable. Aussi s’est-il trouvé quasi sans « différence »12...

34Appropriation du discours attendu de l’autre, appropriation de la langue dans ses expressions « sociales », appropriation de la place dans nos mémoires faite à ce discours porteur des connotations historiques des « acquis sociaux » : nous sommes bien dans une stratégie de conquête des esprits et des sensibilités. Dans les coulisses du sens, J. Chirac s’est construit une image de garant de ces acquis. Il s’est en cela identifié à F. Mitterrand...

35Entre les deux compétiteurs, il n’y a apparemment plus de conflit. J. Chirac a joué, ce faisant, sur le stéréotype de plus en plus répandu et banalisé, aussi bien par les médias que par les « apolitismes » de droite et d’extrême-droite, qu’il n’existe plus d’opposition droite-gauche dans un monde soumis à la mondialisation comme à une évidence. C’est contre ce topos, au fond, que les socialistes se doivent d’inventer un nouveau discours différentiel.

Notes

1 Cf. Marlène Coulomb-Gully, « Une rhétorique du plus », dans Présidentielle. Regards sur les discours télévisés, Paris, Nathan-INA, 1995, p. 60-63.

2 Cf. dans M. Eloy dir., La Qualité de la langue ? Le cas du français, Paris, Champion, 1995, p. 291-304.

3 Cf. Christine Ockrent, Duel. Comment la télévision façonne un président, Paris, Hachette, 1988.

4 Cf. Geneviève Calbris, M. Tournier, « Chirac et Jospin face à face : des précisions gestualisées », dans L’Image candidate, à l’élection présidentielle de 1995. Analyse des discours dans les médias, Paris, L’Harmattan, 1999, p. 71-94.

5 Il s’agit, bien sûr, du temps observable : coups d’œil vers les notes, yeux baissés, consultation et/ou feuilletage, écriture.

6 L’AFC a pour but de déterminer, dans les « correspondances » quantitatives entre deux séries d’éléments : un ensemble d’émetteurs (les différents états de la variable qui partitionne le corpus en « textes ») et un ensemble de termes (le vocabulaire de ces textes), quels sont les clivages les plus pertinents. Ces clivages s’expriment sous la forme d’axes (ou facteurs) où se positionnent, les uns par rapport aux autres et en fonction d’un point d’équilibre central, tous les éléments analysés. Ces axes sont classés hiérarchiquement, du plus au moins significatif. Une carte permet de combiner les positions prises sur deux axes. Par construction d’axe, les positions mentionnées s’échelonnent – arbitrairement – à partir du point d’équilibre 0 vers l’une de ses extrémités avec des valeurs positives ou négatives. Des indices (calculés sur 1 000) mesurent la pertinence de l’observation faite : COR (corrélation de l’élément avec l’axe) indique le degré de représentation atteint, CTR (contribution au facteur) l’importance prise par l’élément mesuré dans la construction du facteur.

7 Analyse propre au laboratoire de Saint-Cloud et mise au point par P. Lafon et A. Salem. Cf. P. Lafon, Dépouillements et statistiques en lexicométrie, Genève-Paris, Slatkine-Champion, 1984. Nous avons emprunté pour toutes nos analyses les méthodes de recherche et les logiciels LEXICO élaborés à Saint-Cloud par A. Salem. Pour aider à la lecture du tableau, rappelons-en les notations : outre les fréquences locales indiquées pour chaque forme dans les colonnes représentant les 4 textes, des indices + ou –, suivis de coefficients à deux chiffres précédés par la lettre E (pour « Exposant ») sont mentionnés à droite de certaines de ces fréquences. Trois cas peuvent se produire :

  • Lorsque la probabilité de la fréquence indiquée est supérieure ou égale à 5 %, l’emploi local est considéré comme banal et aucun indice ni coefficient ne figurent ici à droite de la fréquence. Si, en outre, la forme concernée se découvre présente mais banale dans chacune des 4 cases, elle peut être considérée comme faisant partie du vocabulaire « de base » du corpus (d’où un indice B dans la marge de droite).
  • Lorsque la probabilité s’avère inférieure à 5 % et que la fréquence constatée est supérieure à la fréquence attendue (selon une répartition uniforme des occurrences), un indice + vient s’inscrire à sa droite. Il signale un suremploi statistique et le coefficient qui le suit, précédé de E, donne la mesure de cette spécificité (ce coefficient est, en fait, la valeur absolue de l’exposant négatif de la probabilité – ainsi, le coefficient E03 rend compte d’une probabilité de l’ordre du millième). Plus ce coefficient est important, plus la probabilité est faible, donc plus la spécificité (positive dans ce cas) est forte.
  • Lorsque, enfin, il s’agit d’un sousemploi caractérisé, l’indice subséquent est – et le même raisonnement s’applique au coefficient de la spécificité négative associé à la fréquence.

8 Dont la moitié dans la « rafale » suivante : « Il ne suffit pas de faire des incantations. Il ne suffit pas de dire Europe, Europe, Europe ! »

9 Non compris, évidemment, les occurrences dues à « Sécurité sociale ».

10 « Les prétendants dans la valse des mots », dans L’Image candidate, p. 209-243.

11 Ibid.

12 Cf. « Stratégie des indices de rappel... », ibid.

Notes de fin

* Contribution au colloque « La communication politique. Aspects sociolinguistiques et pragmatiques », Université La Sapienza, Rome, 9-10 mais 1997, dans LiSt, 4/5, EUROMA, 1998, p. 223-242.

Table des illustrations

Légende Tableau 1.Temps de regard vers les notes5
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/2222/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Légende Tableau 2.Positions des interlocuteurs sur les deux premiers facteurs
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/2222/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Légende Tableau 3.Carte visualisant le plan formé par les deux premiers axes
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/2222/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 34k
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/2222/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 95k
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/2222/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Légende Tableau 4.Spécificités lexicales
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/2222/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 102k
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/2222/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 111k
Légende Tableau 5.Spécificités thématiques des face-à-facesNote8Note9
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/2222/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 33k
Légende Tableau 6.Le vocabulaire « social »
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/2222/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 64k

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search