Version classiqueVersion mobile

Propos d’étymologie sociale. Tome 3

 | 
Maurice Tournier

Étude lexicométrique des discours de Lionel Jospin*

Texte intégral

  • * Extrait d’un rapport réalisé pour le Service d’information gouvernemental (SIG) (1998).

1L’objectif de cette étude est de faire apparaitre, à travers l’analyse la plus systématique possible du vocabulaire, quel visage de présidentiable puis surtout de premier ministre Lionel Jospin entend donner de lui-même par les mots qu’il emploie lors de ses interventions télévisées, quelles représentations discursives sont présentées aux téléspectateurs, sur le plan politique mais aussi moral et humain. Qu’il s’agisse d’une stratégie voulue ou spontanée, le rapport entre le message de persuasion et la mise en scène de soi, entre, dirait J. Habermas, l’agir stratégique et l’agir dramaturgique mis en synergie dans la communication, y sera cerné par des analyses statistiques « de surface », dont on espère qu’elles n’apportent pas au portrait d’artéfacts déformants.

2Le corpus des documents se compose de neuf textes (soit 49 624 occurrences), sur lesquels plusieurs analyses s’exerceront. Six d’entre eux ont été fournis par le SIG : scripts et enregistrements télévisuels des entretiens accordés par Lionel Jospin à France 2, TF1 et France 3 entre 1997 et 1998 ; trois autres ont été enregistrés et décryptés au Laboratoire de Saint-Cloud : prestations officielles télévisées et « face-à-face » de la campagne présidentielle de 1995, discours d’investiture à l’Assemblée nationale en 1997.

Tableau 1.
Le corpus « Jospin »

Bilans généraux sur le vocabulaire

Les 60 formes majeures

3Il n’est pas sans intérêt de débuter par une comparaison avec le vocabulaire de F. Mitterrand. Ses principales prestations télévisées de 1988 ont été regroupées dans un corpus de 20 550 occurrences. A quasi dix ans d’intervalle, les prestations télévisées de L. Jospin dégagent un vocabulaire majeur (à F > 33) qui possède beaucoup de traits communs avec celui du président socialiste. En effet, sur les 60 premières formes lexicales (une fois ôtés les mêmes mots-outils de part et d’autre), 30 se révèlent identiques (faut, gouvernement, France, dire, politique, Europe, travail, pense, crois, etc. Voir tableau 2). Si l’on prenait en compte les formes éliminées, ce serait bien plus de la moitié des formes et plus des deux-tiers des occurrences qui pousseraient à la ressemblance des deux listes.

4Mais attachons-nous aux différences après consultation du tableau 2 ci-contre. On constate que, plus que tout autre domaine d’intervention, c’est celui de l’emploi qui occupe la première place dans le discours jospinien. Ce thème, initié par la promotion d’entreprises, peut se découvrir dans les formes : emplois, croissance, emploi, jeunes, chômage, économique, durée, situation, chômeurs, sociaux, solidarité, publics. À l’exception de la forme commune travail, le discours mitterrandien ne propulse pas les mots de ce thème au rang des formes d’usage majeur. Il insiste, mais d’une manière beaucoup moins centrée autour d’un sujet reconnaissable, sur des pluriels comme enfants, milliards, personnes, années, ou des entités singulières et plus abstraites telles que monde, histoire, pouvoir, raison, auxquelles viennent s’ajouter les formes communes de loi, droit et, au 68e rang, inégalité, valeur idéologique première mise en avant par F. Mitterrand.

(En italiques les formes communes aux deux listes ; en gras les formes particulières à chaque liste)
Tableau 2.
Listes des 60 formes lexicales les plus fréquentes
(après élimination des formes d’une norme-type de 333 mots-outils et des flexions d’être, avoir, faire)

5Bien évidemment, le fait de tronquer les listes à la fin de la fréquence 14 pour la première et de la fréquence 34 pour la seconde occulte d’autres ressemblances et différences (nous utiliserons plus loin des méthodes plus fines qui jouent sur l’exhaustivité du vocabulaire) : économique et entreprises arrivent, par exemple, chez Mitterrand aux 62e et 63e rangs, le thème « européen » se renforce des adjectifs présents au 63e rang chez Jospin et au 64e chez Mitterrand, etc. Mais il n’est pas sans intérêt de voir, dès les premières fréquences se dégager au moins quatre axes de recherche chez Jospin :

  • le vocabulaire de l’économie et du travail : entreprises (et un peu plus bas entreprise), emploi(s), chômage, croissance, budget...
  • le vocabulaire de la nation, de l’État républicain : gouvernement, politique, France, Français, pays, État, république, président, majorité, nationale, premier ministre,
  • le vocabulaire des « valeurs » avec : sociale, sociaux, ensemble et surtout solidarité, valeur première mise avant par L. Jospin. Signalons aussi dans les hautes fréquences les formes responsabilités (F = 28) et responsabilité (F = 23) (il n’est pas une de ses interventions ce terme où ce terme soit absent),
  • le vocabulaire du questionnement (pense, crois, problèmes, question, propose) et de l’insistance, généralisée ou particularisante, qui l’accompagne : faut, doit, notamment, cas, exemple, aujourdhui, simplement, ensemble, effectivement (62e rang). F. Mitterrand se distinguait dans ce domaine par une abondance de formes valorisantes ou radicales : vraiment, grand, grandes, vrai, bon, grande, souvent, toujours, jamais, absentes des hautes fréquences chez L. Jospin. Nous retrouverons ces perspectives de classement dans les analyses qui suivent, quelles qu’en soient les méthodes)

L’analyse factorielle des correspondances (AFC)

6Une expérience d’AFC sur l’ensemble du corpus Jospin permet de dégager deux facteurs de bonne pertinence (25,5 % pour l’axe 1 et 16,8 % pour l’axe 2, l’aléa étant à 12,5 %).

7La carte ainsi dressée (tableau 3) est très lisible ; elle met en lumière deux systèmes principaux d’opposition entre les discours successivement tenus par L. Jospin. Le plus important se trouve représenté par le premier facteur, cet axe 1, horizontal sur la carte, qui regroupe à lui seul le quart de l’information statistique.

Tableau 3.
Carte des deux premiers axes factoriels

Analyse du premier axe factoriel

8Le clivage prioritaire figuré sur cet axe affecte essentiellement le « discours d’investiture » (3DI97), qui s’oppose à presque tous les autres textes.

9Seul discours à n’être à la fois ni en position de cadrage télévisuel (sinon indirectement) ni en position de dialogue face à des partenaires s’exprimant, il est aussi, à l’inverse de tous les autres, un texte lu en fonction et en vue d’un auditoire précis, celui des députés de l’Assemblée nationale. Discours programmatique, il expose dans leurs grandes lignes l’ensemble des thèmes majeurs qui seront abordés pendant la législature.

10Refusant de s’opposer à lui sans toutefois s’apparenter, le texte des prestations officielles de l’élection présidentielle (2PO95) est, à l’instar du discours d’investiture, monologuai, programmatique et quasi lu (au téléprompteur) ; mais, inversement, le public visé par ces prestations, en image télévisuelle directe, est l’ensemble des Français et non les seuls députés, à l’instar cette fois-ci des entretiens aux JT de 20 heures. (Avec des indices nuls de corrélation et de contribution, les positions centrales des entretiens 50 997 et 80 298 ne sont susceptibles, elles, d’aucun commentaire).

11Ce premier clivage 3DI97/1FF95, 40797, 90498, 61197, 70198 serait-il dû au « genre », en entendant par là aux conditions multiples de l’énonciation : matérialité de l’énonciation, fonction du texte, canaux de communication, destinataire visé et public atteint, lieu et date, etc. ? Ou bien serait-ce la multi-thématique, que reflètent aussi bien DI97 que PO95, qui s’opposerait à des « entretiens » ou un « face-à-face » plus ciblés, à éventail restreint de thèmes ?

12Le recours au vocabulaire éclaircit un peu ce questionnement, mais « un peu » seulement. Des analyses probabilistes de « spécificité » devront venir ultérieurement conforter les observations de l’AFC en cernant chaque apport de discours de beaucoup plus près.

13Sur les sorties d’AFC, le vocabulaire qui se place franchement du côté gauche de l’axe 1, et donc concerne 3DI97 et, pour une moindre part, 2PO95, sélectionné parmi les 300 formes les plus fréquentes en-deça d’une position de –150 sur l’axe par rapport au zéro d’équilibre, regroupe les mots-outils suivants (31 formes) : de, la, l’, les, d’, du, se, être, s’, aux, notre, elle, sera, leur, nos, sans, ses, tous, son, entre, pourquoi, d’abord, sa, seront, soient, cet, lui, mieux, enfin, dès, toutes.

14La recherche des mots pleins les plus significatifs, du même côté et aux mêmes règles de sélection, donne la liste suivante (55 formes) : gouvernement, faut, politique, France, doit, pays, emplois, État, République, emploi, jeunes, aujourd’hui, ensemble, nationale, loi, droit, solidarité, publics, vie, action, sécurité, année, fois, développement, sens, heures, responsabilités, allons, justice, mettre, prendre, besoin, devons, peuvent, place, société, doivent, monde, projet, responsabilité, service, avenir, cadre, éducation, moyens, publique, social, égalité, familles, parfois, personnes, priorité, service, toujours.

15Face à ce vocabulaire, du côté droit de l’axe 1, toujours aux mêmes règles de sélection mais, cette fois, au-delà d’une position de +150 sur l’axe, on trouve les mots-outils suivants, qui concernent surtout le face-à-face et quatre entretiens télévisés (66 formes) : que, je, qui, il, pas, c’, ce, qu’, a, on, mais, y, vous, n’, j’, ai, donc, parce, tout, si, ou, ça, suis, cela, moi, avons, été, comme, bien, très, non, Monsieur, était, là, me, m’, certain, alors, c’est-à-dire, contre, soit, avait, avez, quand, d’ailleurs, ma, peut-être, puis, oui, peu, beaucoup, quand-même, avoir, moins, bien-sûr, eu, mes, est-ce, après, ait, comment, quelque, eh-bien, voilà, aura, avais.

16Les mots pleins les plus significatifs sont, de ce côté droit (55 formes) : fait, dire, dit, pense, crois, peut, va, façon, problèmes, cas, Chirac, président, nombre, moment, question, deux, chômage, exemple, simplement, chômeurs, concerne, savez, effectivement, point, maintenant, chose, Jacques, euro, ministres, naturellement, partir, volonté, dis, peux, train, veut, voudrais, vrai, choix, deux, mesure, sais, politiques, salariés, vue, contraire, déficit, monnaie, accord, décision, élections, lutte, parler, propositions, Amsterdam.

17Une première différence, inattendue mais évidente, entre les vocabulaires à gauche et à droite du point d’équilibre de l’axe 1, est quantitative : à gauche, on trouve 31 mots-outils pour 54 mots pleins, alors qu’à droite la proportion s’inverse, avec 66 mots-outils pour 55 mots pleins. Un doublement des mots-outils caractérise les entretiens et le face-à-face.

18Si tel est bien le premier clivage constatable, le plus important sur le plan quantitatif, quelles en peuvent être les raisons, sinon qu’avec le discours d’investiture de juin 1997 (3DI97) et, à la limite, avec les prestations officielles de la campagne présidentielle (2PO95) nous avons affaire à de l’écrit oralisé, sans aucune improvisation et, surtout, sans aucune de ces marques d’oral spontané qui articulent avec redondance les discours en situation de dialogue. Allons plus loin. En répartissant, selon certaines catégories (pronoms et adjectifs personnels ; éléments de négation, d’interrogation et d’exclamation ; éléments d’explication ou de connection, etc.), les formes outils et formes auxiliaires les plus marquantes quantitativement (situées par exemple en-deça de -100 sur la gauche de l’axe 1 et au-delà de + 100 sur sa droite), on met en évidence des systèmes d’opposition peu visibles à la lecture des textes (tableau 4).

19On constate de nettes oppositions au niveau des indicatifs personnels (notre-nos d’une part/je, moi, vous de l’autre), au niveau des éléments d’argumentation (surtout du côté droit), au niveau des articles et prépositions (surtout du côté gauche), au niveau de l’usage majeur des auxiliaires (les flexions d’avoir toutes du côté droit, les auxiliaires de l’obligation tous du côté gauche et ceux de la volonté tous du côté droit).

20Deux phénomènes sont ainsi observables d’entrée : d’une part, comme on pouvait s’y attendre, le texte plus oral des entretiens et du face-à-face met en avant le « je » et le « vous » d’un dialogue au moins mimé, alors que l’allocution officielle monologuée devant le Parlement ou à la télévision préfère le « nous » (d’emploi plus partagé, d’ailleurs) ; d’autre part, contrairement à une idée préconçue, le discours oral s’appuie sur beaucoup plus d’articulations subordonnantes et argumentatives, donc des phrases complexes, que le discours écrit, lequel préfère visiblement le recours plus synthétique à la construction prépositive. L’oral politique a besoin d’explications élaborées.

  • 1 Les chiffres qui suivent certains mots indiquent les positions sur l’axe les plus remarquables.

Tableau 4.
Répartition des « mots-outils » et auxiliaires sur l’axe 11

21Il faut savoir en outre que les deux textes présents à l’extrémité droite de l’axe 1 sont justement ceux dont un décryptage plus proche de dénonciation a été fait ou refait par visionnement direct des bandes vidéo, accentuant leur réalité orale. Cela n’a pu que renforcer l’importance prise par le « genre » dialoguai dans cette analyse.

22Mais la répartition des mots-outils n’explique pas à elle seule le clivage de cet axe 1. En comparant les deux ensembles de mots pleins, d’autres systèmes d’opposition apparaissent :

Tableau 5.
Répartition des « mots pleins » sur l’axe 1

23Si l’on compte à part une certaine surenchère sur les mots-outils par des adverbes de manière (simplement, effectivement, naturellement) et des locutions prépositives (par exemple, au contraire) ou encore l’importance donnée aux verbes énonciatifs (dire, parler), la colonne de droite apparait plus pauvre en véritables mots pleins que celle de gauche. Elle semble concentrer – effet de conjoncture sans doute, dû aux entretiens plus monothématiques – des noms comme volonté, décision, choix, propositions sur deux « problèmes » essentiels : la « lutte » contre le « chômage », l’« accord » sur 1’« euro ».

24À l’inverse, si la colonne de gauche fait l’économie de l’adverbialisation (sauf adverbes de temps), elle met en avant des mots-valeurs idéologiques et thématiques : France, République, responsabilité(s), solidarité, égalité, justice, droit, service public, sécurité, éducation, familles, elle parle projet, avenir, programme, monde, « politique européenne » et « emplois jeunes ». Nous sommes bien, de ce côté gauche de l’axe, dans le discours d’investiture prononcé au Parlement en juin 1997.

Analyse du deuxième axe factoriel

  • 2 Avec des indices de corrélation et de contribution quasi nuls, le discours d’investiture de 1997 e (...)

25Cet axe (vertical dans le graphique), pertinent lui aussi (avec 12 % d’information), oppose le face-à-face et les prestations de l’élection présidentielle de 1995 à tous les entretiens télévisés de 1997-1998, en particulier à 80298, puis à 70198, 50997 et 90498. On remarque le clivage particulièrement net qui se dégage entre textes de 1995 et textes de 19982. Cette opposition concerne principalement les mots suivants (sélectionnés à – 100 au bas de l’axe ou +100 au haut de l’axe parmi les 200 formes les plus fréquentes) :

Tableau 6.
Répartition des formes sur l’axe 2

26On retrouve, au niveau des mots-outils, un clivage semblable à celui qui construisait l’axe 1 et plus clair encore (opposition « je »- » vous »/« nous »), avec déplacement cette fois du « on » ambivalent plutôt du côté du « nous ». La parole à la première personne est donc une caractéristique du face-à-face (et cela est d’autant plus évident qu’il en est de même chez J. Chirac). On ne s’étonnera pas non plus de voir, face aux enjeux de l’élection présidentielle et aux valeurs de la République, s’accentuer les allusions à l’action du nouveau gouvernement, aux ministres, à la majorité et aux réalités économiques du côté des entretiens. L’analyse du vocabulaire de chacun d’entre eux viendra affiner cette opposition entre le candidat et le gestionnaire.

Hypothèses de recherche

27Dès maintenant, une évidence apparait : c’est l’importance de la variable « genre » qui s’avère dominante dans le présent corpus. Le problème sera donc d’en prendre la mesure, puis de concentrer l’attention sur le reste du vocabulaire.

28Une seconde hypothèse de recherche pourrait être chronologique. Une évolution parait en effet s’esquisser sur le second axe avec l’opposition des textes de 1995 à ceux de 1997-1998. Cette hypothèse pourrait se formuler ainsi : comment le discours jospinien « digère »-t-il le pouvoir ? Avec quelles différences et sur quel registre se marque le changement de statut ?

29Mais l’examen du vocabulaire est gêné par l’impact du « genre ». Une fois levée cette difficulté, c’est surtout avec le projet de dégager des images et des « postures » politiques (évolutives ?) que nous interrogerons les différences constatées dans les emplois des mots.

Études spécifiques du vocabulaire

30Les analyses de « spécificités » (par probabilisation des fréquences) permettent de mesurer l’impact qu’introduisent les différences de « genre » (écrit/oral, allocution, duel télévisé, entretiens) puis de dresser, à travers les mots restants, un portrait moral et politique de L. Jospin.

Pronoms et adjectifs personnels : le « genre »

31Un tableau page suivante recensant toutes les modalités des premières et secondes personnes présentes (avec une fréquence totale supérieure à 20) dans les 9 textes du corpus Jospin permet d’avoir une idée claire de leur répartition et, au-delà peut-être, des situations d’énonciation qui la commandent.

L’examen du tableau dégage trois modèles bien typés.

321. L’affirmation personnelle : le face-à-face de 1995, composant un dialogue avec un adversaire et des journalistes, fonctionne essentiellement en « je » et « vous », aux spécificités très positives, refusant un « nous » à spécificités très négatives. Il se veut échange de propos. Mais c’est aussi un candidat seul (« nous » minorisé) qui se pose en challenger pour le poste de président. D’où la floraison des couplages statistiques moi—je, qui n’est pas sans rappeler celle de J. Chirac lors du face-à-face de 1988.

  • 3 Dans les cases du tableau, le chiffre du dessus est celui de la fréquence locale et l’indication d (...)

Tableau 7.
Répartition des marques personnelles3

33Le tableau 8 est intéressant dans la mesure où il montre que le jeu de l’affirmation de soi concerne surtout celui qui se croit en position de challenger, Chirac face à Mitterrand en 1988, Jospin face à Chirac en 1995 : le besoin d’exister comme présidentiable à l’égal de l’« ancien » entraine presque un doublement de la première personne renforcée.

Tableau 8.
Les moi-je d’un face-à-face à l’autre

34D’ailleurs, loin du genre duel-débat, les prestations officielles télévisées du premier tour de l’élection présidentielle donnent une image gommée mais assez ressemblante du face-à-face : elles ont tendance, comme lui, à amoindrir significativement l’emploi du « nous » collectif et surenchérissent pareillement sur le « vous » (qui, dans leur cas, ne fait plus référence aux interlocuteurs du plateau mais directement aux électeurs eux-mêmes). Les formes du « je » s’y trouvent relativement effacées (banales), m’et mon sont mêmes absentes. L’adresse relaye le dialogue en rendant le « je » plus discret. L’engagement personnel n’y a donc pas la force affirmée dans le duel du face-à-face, mais il reste là, affrontant le « vous » de l’électorat. « Je propose » est la clé commune des deux genres.

352. La lecture d’un programme : c’est le cas du discours d’investiture lu devant le Parlement. Les formes pronominales y sont présentes, bien sûr, mais les pronoms eux-mêmes sont tous tenus dans un sousemploi net et généralisé (le je atteint même un degré de spécificité négative de 18). L’absence est totale pour des expressions habituellement fréquentes chez L. Jospin comme : « je pense, je crois, vous savez, nous allons »... Seuls les adjectifs possessifs notre et nos créent une certaine empathie avec l’auditoire : « notre pays » possède 11 occurrences dans ce texte.

363. La situation d’entretien : un profil semblable concerne quatre entretiens sur six (textes 4, 6, 8, 9). Il s’agit de surenchères conjointes sur le « je » et le « nous », l’un tirant l’autre, comme si L. Jospin se poussant sur le devant de la scène poussait en même temps toute son équipe, car il s’agit surtout d’un « nous gouvernement » (« nous avons », « nous devons », « nous allons »).

37Deux entretiens ne suivent pas ce dernier modèle : le texte 5, court, au « je » rétracté au profit d’un « nous » fortement mis en avant ; le texte 7, long, dont toutes les formes pronominales sont, par rapport aux autres interventions, d’emploi banal (et négatif quant au « vous »).

38Le « genre » n’explique donc pas tout. Il existe bien, derrière des situations de communication différentes et parfois parentes, plusieurs stratégies politiques de présentation de soi, insistantes en 1995, davantage réservées et collectives par la suite, stratégies mises en œuvre pour qu’apparaissent, à travers le discours, des images propres à un présidentiable puis à un chef de gouvernement. De simples formes pronominales les ont fait entrevoir. Que dire des autres mots ? Quels portraits dessinent-ils ?

Un portrait moral de Lionel Jospin

39Deux sortes de « valeurs » sont toujours invoquées de manière très explicite par L. Jospin, à travers certains termes statistiquement mis en relief. Ce sont souvent les mêmes expressions qui reviennent, pour caractériser soit les « valeurs républicaines » (liberté, égalité, fraternité, laïcité, justice, impartialité, indépendance, citoyen, droits, loi, progrès...), soit les « valeurs sociales » (solidarité, cohésion, humain, « social », faille, exclusion, précarité, misère, pauvreté, rupture, inégalités, chômage, détresse...). Mais elles ne sont pas portées par le discours avec une emphase égale de 1995 à 1998. On assisterait plutôt à un chassé croisé de leur importance respective.

40En 1995, ainsi que dans le discours d’investiture et le premier entretien de 1997, l’emphase concerne surtout les « valeurs républicaines ». Présentes à un niveau presque égal aux premières dès les textes de 1995 et le discours d’investiture, les « valeurs sociales » prennent le dessus par la suite dans les entretiens, les mots républicains ayant tendance à s’effacer, à l’exception toutefois du dernier et sixième entretien de notre corpus, où le respect de la loi républicaine revient avec force à propos des questions posées sur la Corse. Il arrive aussi que peu de place soit laissée à l’explicitation de ces valeurs : silence sur la République dans les 3e et 5e entretiens, silence sur la solidarité dans le 6e entretien.

  • 4 Dans ce tableau et les suivants, les mots en italiques sont des exemples tirés des concordances et (...)

Tableau 9.
Valeurs républicaines et valeurs « sociales »4

41Ces deux portraits plus ou moins mêlés dans les textes, le « républicain », le « social », pourraient être assez dissemblables si une valeur commune n’entendait les relier à tous moments, dans toutes les interventions : celle du respect en général et du respect des engagements pris en particulier, impliquant celle du sens de la responsabilité et de la volonté de transparence. Cette valeur d’homme de parole scrupuleux joue dans les deux domaines de la loi républicaine et de l’attention portée aux problèmes sociaux.

Tableau 10.
Les mots du respect, de la transparence et de la responsabilité

Un portrait politique de Lionel Jospin

42Le portrait à la fois « républicain » et « social » d’un premier ministre fidèle à ses engagements présente dans le discours d’autres aspects très contrastés, voire contradictoires en apparence : d’un côté une image volontariste, dynamique, incitative, forte, de l’autre côté une image de modestie, de prudence, de simplicité et sérieux dans le « travail » gouvernemental, plus en retrait. Cette double présentation de soi se trouve, elle aussi, différemment pondérée d’une prestation à l’autre.

43Alors que la volonté s’affiche dans toutes les interventions (et massivement dans le face-à-face de 1995 et le discours d’investiture de 1997), en revanche lors de la dernière intervention c’est l’image du travailleur modeste et sérieux qui domine, laquelle était peu évidente dans les trois premiers textes. Chassé croisé là encore, la modestie venant au fil du temps relayer le dynamisme ? Non. Ce sont en effet les 3e, 4e et 5e entretiens (textes 6, 7, 8) qui réalisent la meilleure synthèse des deux images dans le portrait du volontaire modeste et du dynamique sérieux. Qu’on en juge :

Tableau 11.
Les mots de la volonté dynamisante et de la modestie sérieuse

44Ce qui pourrait être un tiraillement entre deux attitudes politiques, risquée ou réservée, est en fait sous l’emprise de deux autres images bien assumées, qui les animent en positif : celle de la « maitrise » d’un fixateur d’objectifs et d’un donneur de « cap » et celle du chercheur perpétuel d’« équilibre » dans la marche en avant progressive de sa politique, ces deux figures marchant, évidemment, de pair. L’examen des sous-fréquences d’une vingtaine de formes à fréquence égale ou supérieure à 10, associées parfois à des indices de suremploi ou de sousemploi, suffit à caractériser l’image du volontariste fixateur d’objectifs tel qu’il s’exprime dans les textes. On pourrait certes ajouter à ce regroupement quelques formes plus rares, telles que les flexions d’engager, déterminer, fixer, cibler, atteindre, définir, ou certaines métaphores comme cap (F = 8), chemin (F = 5), route, piste, viser, piloter..., mais cela n’aurait aucune incidence sur l’interprétation du tableau.

45Le rapport entre les totaux (avant-dernière ligne) et la longueur de chaque texte (deuxième ligne), ramené au pourcentage (dernière ligne), montre peu de différences significatives entre les textes. Le rapport général avoisine 1 % : 483/49 624 x 100 = 0,9733 %. On constate que toutes les valeurs sont proches de la moyenne, à l’exception de trois d’entre elles : en déficit, dans le second entretien, court et peu enclin à l’insistance (texte 5) ; en surplus, dans les prestations officielles de 1995 (texte 2) et le 3e entretien (texte 6), qui se caractérisent par une affirmation plus forte de la proposition et de la volonté, de la « direction vers » et de l’objectif à atteindre. A ces très relatives exceptions près, il semble bien que le lexique de l’« objectif » se trouve assez bien réparti tout au long du corpus. On remarquera pourtant que les termes eux-mêmes d’objectif(s), de décision(s) et d’engagement(s) attendent les années 1997-1998 pour se répandre, alors que ceux de la souche « proposer-proposition » s’énoncent davantage en 1995, signe du passage d’un discours de candidat à un discours de gestionnaire.

Tableau 12.
Le « fixateur d’objectifs déterminé(s) »

46Cette permanence du « fixateur d’objectifs » se double d’une image non moins généralisée de maitrise, d’équilibre, de marche progressive vers le but fixé.

Tableau 13.
Équilibre, pas à pas, durée, direction, maitrise, contrôle

47Les allusions à l’équilibre ou à sa volonté de rééquilibrer chez L. Jospin incitent à examiner de plus près les aspects « équilibrants » ou alternants de sa rhétorique. On y remarque en effet une présence inhabituelle d’adverbes et de séquences de mots répétées qui peuvent exprimer l’alternative dans l’espace ou la simultanéité dans le temps, que le balancement aille dans le sens de la concurrence ou de la synthèse.

Tableau 14.
La rhétorique de l’équilibre et de l’alternative

48Le portrait lexical et discursif de L. Jospin ressort-il, de tous ces balancements de mots et de formules, lui-même bien équilibré ? Certainement. Même les évolutions, finalement, sont moindres qu’on n’aurait pu le supposer, entre le postulant au pouvoir et le premier ministre installé.

49Cet équilibre concerne également le réalisme lui-même. Celui-ci oblige de rester à l’écoute aussi bien des demandes sociales des Français que des réalités de l’économie ou de la politique. La construction de certaines phrases se veut tellement équilibrée qu’elle va jusqu’au chiasme égalisateur de priorités : le 3e entretien (61197) préconise d’« alléger les charges mais pas au prix d’une remise en cause des avantages sociaux » et conclut en disant : « notre optique est toujours la même : une volonté sociale et la prise en compte des réalités ». Alternance du souci social et du réalisme économique, ou inversement, et l’un n’allant jamais sans l’autre. La fréquence du mot compte (F = 35) est assez étonnante à ce propos. La plupart de ses occurrences viennent des locutions prendre en compte, prise en compte, compte tenu, tenir compte de, rendre compte de, au bout du compte, c’est-à-dire d’obligations d’attention et d’action ; mais elles se partagent de façon égale, surtout dans les entretiens, entre le domaine social et le domaine économico-politique.

Tableau 15.
Tous comptes faits

50Il reste qu’un dernier personnage se silhouette derrière ce portrait nuancé, relativement dirigiste, lui, dans sa volonté de pragmatisme, technocrate parfois (la liste des chiffrages serait longue), réaliste toujours, efficace, voire « sécuritaire ». Apparu dès le début, dans les prestations officielles de 1995 puis dans le discours d’investiture, il opère par la suite, omniprésent dans les marges du discours mais massivement illustré lors du 4e entretien (70198).

51Pour preuves, le tableau ci-dessous :

Tableau 16.
L’homme du pragmatisme, de l’efficacité et de l’ordre

52Au terme de cet examen de certaines redondances à échos et connotations, c’est bien un personnage complexe qui se présente à la télévision, plus complexe et surtout plus volontaire et réaliste que ses premières apparitions poétiques chez les Guignols de l’Info ne le laissaient prévoir... Une stature de chef du gouvernement cherche à s’imposer, mais, bien que moins marquée, n’était-elle pas déjà présente lors de la présidentielle de 1995 ? En tous cas, le discours d’investiture devant l’Assemblée et les caméras porte en lui tous les aspects que les tableaux précédents ont permis de dégager : républicain attaché à l’ordre et à la loi mais social et très sensible à la « solidarité » (valeur première, qu’il met en exergue), tendu vers l’objectif mais patient dans la durée (« J’ai besoin de temps »), L. Jospin met en avant le « respect » (sa seconde valeur), doté d’un sens aigu de la « responsabilité » (la sienne, mais aussi celles des autres). Cette image d’honnêteté foncière se renforce des aspects à la fois volontaristes et modestes de son discours (d’où l’impression – et l’expression – du travailleur à la fois efficace et sérieux qui en ressort). Mais, dominant le fixateur de caps et l’aménageur d’étapes progressives, c’est, si l’on en croit son vocabulaire, le personnage d’un responsable pragmatique et rigoureux (rigoriste ?) qui prend corps et pourrait s’alourdir au fil des interventions. Parfois trop spontané, qu’il ne se raidisse pas trop ! On aime bien aussi le voir sourire...

Notes

1 Les chiffres qui suivent certains mots indiquent les positions sur l’axe les plus remarquables.

2 Avec des indices de corrélation et de contribution quasi nuls, le discours d’investiture de 1997 est ici hors course, donc hors interprétation.

3 Dans les cases du tableau, le chiffre du dessus est celui de la fréquence locale et l’indication du dessous concerne sa spécificité (signes + pour le suremploi, – pour le sousemploi, suivis du « degré de spécificité », qui est en fait la valeur absolue de l’exposant négatif de la probabilité). Une probabilité de 02 est comprise entre 5 et 1 centième, une de 03 est de l’ordre du millième, une de 06 de l’ordre du millionième.

4 Dans ce tableau et les suivants, les mots en italiques sont des exemples tirés des concordances et le chiffre entre parenthèses qui suit certains indique, le cas échéant, une « rafale » d’occurrences. Les mots en romain sont extraits des analyses de spécificités et le signe + qui les suit est l’indice d’une spécificité positive (à probabilité<5 %).

Notes de fin

* Extrait d’un rapport réalisé pour le Service d’information gouvernemental (SIG) (1998).

Table des illustrations

Légende Tableau 1.Le corpus « Jospin »
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/2221/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Légende (En italiques les formes communes aux deux listes ; en gras les formes particulières à chaque liste)Tableau 2.Listes des 60 formes lexicales les plus fréquentes(après élimination des formes d’une norme-type de 333 mots-outils et des flexions d’être, avoir, faire)
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/2221/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 155k
Légende Tableau 3.Carte des deux premiers axes factoriels
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/2221/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 34k
Légende Tableau 4.Répartition des « mots-outils » et auxiliaires sur l’axe 11
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/2221/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 186k
Légende Tableau 5.Répartition des « mots pleins » sur l’axe 1
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/2221/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 118k
Légende Tableau 6.Répartition des formes sur l’axe 2
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/2221/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 75k
Légende Tableau 7.Répartition des marques personnelles3
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/2221/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Légende Tableau 8.Les moi-je d’un face-à-face à l’autre
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/2221/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/2221/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 255k
Légende Tableau 9.Valeurs républicaines et valeurs « sociales »4
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/2221/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 147k
Légende Tableau 10.Les mots du respect, de la transparence et de la responsabilité
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/2221/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 269k
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/2221/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/2221/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 243k
Légende Tableau 11.Les mots de la volonté dynamisante et de la modestie sérieuse
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/2221/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 91k
Légende Tableau 12.Le « fixateur d’objectifs déterminé(s) »
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/2221/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 119k
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/2221/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 283k
Légende Tableau 13.Équilibre, pas à pas, durée, direction, maitrise, contrôle
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/2221/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 105k
Légende Tableau 14.La rhétorique de l’équilibre et de l’alternative
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/2221/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 107k
Légende Tableau 15.Tous comptes faits
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/2221/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 158k
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/2221/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 174k
Légende Tableau 16.L’homme du pragmatisme, de l’efficacité et de l’ordre
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/2221/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 155k

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search