Version classiqueVersion mobile

Propos d’étymologie sociale. Tome 3

 | 
Maurice Tournier

La tierce rime chez Vigny, source du sens. Quand la forme dit le fond*

Texte intégral

  • * Premier texte dans Alfred de Vigny, Les Destinées, Paris, Nouveaux Classiques Larousse, 1969, p. 3 (...)

1Les Destinées, tel un opéra tragique, débutent par une ouverture métaphysique, qui porte le titre du recueil et dont le message est difficile à décrypter si le lecteur ne prête pas attention à la forme choisie pour ce poème. Car, dans cette œuvre très élaborée, c’est la structure même des vers et de l’agencement des rimes qui détient la clé du sens. Cette structure vient tantôt en résonance tantôt en contrepoint de l’écriture. Elle participe à l’énonciation et sans doute même la domine. L’exergue fataliste tiré du Coran, « C’était écrit », était-il là pour sceller ou pour être exorcisé ? Qui du déterminisme ou de la liberté est célébré dans cette ouverture ? L’homme serait-il double, « grandeur » et « misère » disait Pascal ?

2Mais, à travers les témoignages du Journal de Vigny, situons d’abord l’œuvre dans son temps d’élaboration.

  • 1 D’éducation ultra-catholique (il savait par cœur L’Imitation de Jésus Christ), Vigny avait dévoré (...)

3L’auteur a écrit le poème des « Destinées » dans sa retraite du Maine-Giraud en 1849, la cinquantaine passée. Œuvre de l’âge mûr, longuement méditée1. Le Journal révèle les étapes de cette réflexion. Ce fut presque une hantise. En 1826, le poète s’interrogeait : « D’où vient que, malgré le christianisme, l’idée de la fatalité ne s’est pas perdue ? » Il conclut alors, en pessimiste : « La destinée emporte tout à elle seule. Il n’y a pas un lutteur qui résiste. » Une imagerie multiforme le sollicite : l’homme est pantin, marionnette, nageur ou bateau jouets des vagues et du vent... Et Dieu dans ce monde voué à ce qui nous dépasse ? Sourd aux hommes, est-il semblable aux dieux antiques ? « Fatalité et Providence, même chose », note-t-il en 1834. Cette sorte de désespoir philosophique ne cesse d’avoir ses hauts et ses bas. Nouvelle annotation en 1852 – preuve que l’angoisse n’était pas encore surmontée – : « La vie est une chaine d’heures enlacées par la force inconnue du Destin ou de la Providence, de la Fatalité ou de la Prédestination ».

  • 2 Lecteur d’Augustin, Pascal, Chateaubriand et des penseurs ultras de Bonald et de Maistre, Vigny ne (...)

4Cependant, réfléchissant sur la querelle du pélagianisme et de l’augustinisme, Vigny ne choisit pas de suivre le chemin qui conduit au jansénisme de Port-Royal, celui de Barcos de Saint-Cyran de si grande influence sur Pascal. Une ébauche de vers, dans un agenda inédit de 1836 (BN. naf. 13792), refuse toute humilité : « Je suis invulnérable, / et trois fois dans le Styx on me trempa naissant ». Écho dans le Journal : « La puissance de ma volonté est immense ». Ne note-t-il pas, toujours dans ce Journal, en 1838 puis en 1843, que saint Augustin lui-même « sentait en lui un libre arbitre » et « refusa d’abolir entièrement la liberté humaine, comme le faisaient les Prédestinations » ? Non, tout ne serait pas écrit, et Vigny proclame en 1847 : « L’homme est roi de sa vie et de sa conscience »2.

5Comment donc interpréter le poème des « Destinées », prisonnier d’une telle contradiction ? Il est à l’image du recueil ; il le préfigure. Mieux encore, il le façonne. Loin d’être un inventaire après décès, le recueil devra tenir la promesse de son ouverture. Quelle promesse ? On sait que, disciple préféré du maitre et exécuteur testamentaire, Louis Ratisbonne en publiant Les Destinées en 1864 – Vigny avait laissé des ordres exprès sur ce qu’il jugeait publiable ou non, ainsi qu’un plan du recueil rédigé en 1856 et revu en 1861 – s’est voulu extrêmement fidèle à la pensée de l’auteur. Alternent ainsi, tout au long du recueil, pesanteurs et grâces, dénonciations et louanges, faiblesses de l’homme et tension de la volonté, souffrance-soumission et orgueil de l’Esprit, scepticisme et espérance... Vigny ne parlait-il pas, en 1840, d’une « partie d’échecs » avec la Destinée qu’il n’aurait cessé de subir et de gagner ?

La tierce rime, versification dynamique

6À l’instar de son recueil et des pensées qui le sous-tendent, Vigny a hésité sur la forme de ce poème initial. Des canevas en prose apparaissent en premier sous sa plume, dont le plus ancien (juillet 1847) présente trois mouvements qui ne correspondent pas au « plan général » du recueil esquissé en avril de la même année : Les « Destinées envoyées par la Fatalité » s’unissent-elles ou s’opposent-elles aux « Destinées envoyées par la Grâce » ? La pensée flotte. Viennent ensuite des esquisses de septains d’alexandrins – la grande strophe de Vigny. Clos sur lui-même et répétitif dans l’agencement de ses rimes, ce septain devait sans doute mal convenir à ce que l’écrivain désirait faire sentir au lecteur, une alternance de la poussée et de la résistance. D’où la translation du poème et sa mise au net définitive du 27 aout 1849 dans une tierce rime exceptionnelle chez lui.

7Créée dans l’Italie de la Renaissance et renouvelée en France par Théophile Gautier (Triomphe de Pétrarque, 1836), la « terza rima » était connue du poète par sa lecture de Dante (soit dans la traduction en vers de Deschamps parue en 1829 soit dans celle de Brizeux). Gautier décrit ainsi le peintre Ribeira (Espana, 1845) :

Il est des cœurs épris du triste amour du laid : laid a masc.
Tu fus un de ceux-là, peintre à la rude brosse rosse bfém.
Que Naple a salué du nom d’Espagnolet. let a masc.

Rien ne put amollir ton âpreté féroce roce bfém.
Et le splendide azur du ciel italien ien c masc.
N’a laissé nul reflet dans ta peinture atroce. roce bfém.

Chez toi, l’on voit toujours le noir Valencien, ien c masc.
Paysan hasardeux, mendiant équivoque, etc. oque d fém.

8On remarquera chez Gautier comme un glissement d’une rime à l’autre. À la différence du quatrain, le tercet est une strophe prosodiquement incomplète. La première attend du tercet suivant son complément de rime b, qui vient combler l’attente mais se fait suivre aussitôt d’une rime étrangère c qui appelle un autre tercet, au centre duquel, à son tour, une rime d poursuivra un jeu identique, et ainsi de suite. Poétique de l’incomplétude, de la fuite vers l’avant, du processus descriptif ou de la création perpétuelle. On peut rendre compte de cette poussée dynamique par le schéma suivant :

9Dans les « Destinées », la structure est autrement complexe. L’alourdissement des accents et, dès les premiers tercets, le poids des nasales, des ou, des p, des répétition (chaque) et des rimes faussement féminines (ée, ue) confèrent à l’ensemble une tonalité grave, où l’on retrouve les imbrications dantesques et la monotonie des voyelles finales italiennes. S’il y a mouvement, ce n’est plus le glissement baroque de l’eau, mais la chorégraphie antique et ralentie d’un immense ballet réglé d’avance.

Depuis le premier jour de la création tion a masc.
Les pieds lourds et puissants de chaque Destinée née b fém.
Pesaient sur chaque tête et sur toute action tion a masc.

Chaque front se courbait et traçait sa journée née b fém.
Comme le front d’un bœuf creuse un sillon profond fond c masc.
Sans dépasser la pierre où sa ligne est bornée née b fém.

Ces froides déités liaient leur joug de plomb omb c masc.
Sur le crâne et les yeux des Hommes, leurs esclaves... aves d fém.

10Certes le poète semble suivre l’agencement rythmique de Gautier. Mais cela est-il tout à fait vrai ?

Force implacable des Destinées et résistance humaine

11Comme chez Gautier, le jeu des rimes pousse en avant la création poétique, selon la loi de la rime absente. Le poème pourrait continuer ainsi indéfiniment jusqu’à une clausule. Cette progression, de pas en pas, représente fort bien la force implacable qui, selon les croyances antiques, commanderait au destin de l’homme. Mais cela ne dure que six tercets. Il se produit, au bout du septième, un arrêt brutal des rimes masculines, qui demeurent sans écho. Si l’on fait abstraction des consonnes d’appui syllabique, le schéma peut se figurer ainsi :

12Outre que les rimes (pitié/humilié) ne poussent plus vers l’avant, on remarque deux entrecroisements au début et à la fin de ce premier mouvement. Quelque chose rompt l’harmonie pré-établie, dès le départ du poème. Comme un frein à l’expansion des forces fatales...

13C’est exactement ce qui se passe au cours du mouvement prosodique suivant. Cinq tercets construits selon un agencement inverse du précédent s’enchainent, eux-mêmes interrompus sur une rime ées sans prolongement. En surface, le message impose une rupture identique ; le passé simple momentané s’oppose à l’imparfait continu :

Un soir, il arriva que l’antique planète
Secoua sa poussière. Il se fit un grand cri :
« Le Sauveur est venu. Voici le jeune athlète... »

14Ce qui donne :

15On retrouve, à l’initiale de ce second mouvement, la disposition croisée déjà constatée, image d’une lutte entre deux structures. Puis c’est d’un blocage sur chaque tercet qu’il s’agit et non de l’incomplétude et de la poussée habituelles à la tierce rime. Chaque rime interne clot le jeu des rimes précédentes. Fermeture en butoir, retenue : image de la résistance de la volonté humaine...

16Les six tercets qui suivent réactivent la victoire de la Fatalité. En surface, l’arrêt se situait au tercet précédent, qui aboutissait à un point d’interrogation : « Le Destin est-il mort ? » Décalage ici entre le dit et le senti. Dans le doute réinstallé et malgré l’angoisse réapparue, l’homme résiste encore... Et si la force du destin pousse à nouveau le poème vers l’avant, c’est dans le suspens de l’interrogation christique. Deux entrecroisements de rimes (eur, ales, ir, ées) expriment à la suite le combat des « filles du destin » et du « cœur humain ».

17En fait, ce sont deux agencements inverses qui s’opposent ici : les six tercets qui imagent les « filles du destin » se trouvent bloqués par quatre tercets de structure inverse qui leur répondent aussitôt. Doute malgré l’espoir, espoir au sein du doute.

18La marche mécanique est comme suspendue (la rime ain arrive cinq fois, fermant puis ouvrant, eur et ées arrivent quatre fois, ouvrant puis fermant. On tourne en rond). En outre, la structure prosodique ne reflète plus strictement le message textuel. Les Destinées réapparaissent alors que l’espoir est encore là ; elles se réinstallent, mais dans leur propre doute. Et lorsqu’elles parlent (« Nous venons demander la Loi de l’avenir... »), n’est-ce pas l’interrogation qui persévère ? Aussi, la structure des rimes qui accompagne leurs demandes est tantôt celle qui préside à la résistance de l’homme, comme dans les quatre tercets précédents, tantôt celle qui rend compte de la marche inexorable de la fatalité, comme dans les sept tercets qui suivent :

19La structure « Gautier » –, plus prégnante que la structure inverse (le combat apparaitrait-il inégal ?) – domine à partir de là sans obstacle. Le Destin semble avoir repris son cours inexorable. L’un des premiers titres du poème était « Les inflexibles ». Le ballet imposé a repris ses figures.

20À deux exceptions près ; mais elles sont très symboliques des intentions de Vigny. D’abord le mouvement s’interrompt sur une rime masculine en in déjà remarquée. En surface, la Grâce vient d’apparaitre. Illusion courte. Après deux tercets à rimes bloquées, la poussée prosodique reprendra. D’un fatalisme serait-on passé à un autre fatalisme ? La Bible aurait-elle menti à l’homme ? La réponse est cynique, du premier vers de ces tercets au vers qui les clot :

Retournez en mon nom, Reines, je suis la Grâce...
... Il sera plus heureux, se croyant maitre et libre...

21Aussi, malgré le « combat mauvais » soutenu par l’homme, est-ce la fatalité qui, à travers la Grâce, impose sa domination :

Et le chœur descendit vers sa proie éternelle.

22Ironie ? C’est à partir de la rime « libre » que la poussée vers l’avant est relancée de plus belle, et cela presque jusqu’à la fin du poème.

23L’agencement « Gautier » s’impose pendant une dizaine de tercets de suite : la parole des Destinées s’est faite envahissante, submergeante ; tout semble leur donner raison, face au « troupeau faible et morne », à « L’homme, notre esclave », à la béance de la « Responsabilité », au « nageur incertain », « proie éternelle », « race timide, incomplète et rebelle ». La prière même de l’homme obéit au même rythme, emportée par un mouvement qui le dépasse. Supplierait-il en vain ?...

24Le coup d’arrêt n’est donné qu’à l’extrême fin du poème. Complexe, contradictoire dans le jeu des rimes en ave, mais ferme et terminal : on y découvre un premier blocage sur une quatrième rime us, suivi d’un second sur la quatrième rime ave qui avait relancé le mouvement, puis achevé par un troisième, défintif, sur un it, qui reste sans écho. Suivons ce [i] depuis le début de ce dernier mouvement : les syllabes féminines se suivent en se fermant (ibre, ibles, imes, ie), pour aboutir au [cri] masculin final, son lui-même symbolique. La réponse est venue comme un refus.

25Cette étude nous apporte deux enseignements. Sur la façon dont Vigny conçoit et élabore ses poèmes et sur sa pensée philosophique.

26Le choix délibéré ici de la tierce rime lui permet un jeu en profondeur dont la surface textuelle ne suffisait pas à rendre compte. Après avoir clairement investi deux structures prosodiques inverses par deux images opposées (poussée du destin et résistance humaine), il travaille sur leurs affrontements et leurs entrecroisements, sur leurs mises en décalage ou en contradiction avec l’écriture, pour bloquer finalement un long mouvement à résonance fataliste par un ultime arrêt sur l’affirmation au présent d’une « réponse » de l’Occident en regard des fatalismes antiques et orientaux : la volonté, sans remise en cause, imposée par la liberté humaine. C’est pourquoi la structure prosodique dans « Les Destinées » n’est pas un simple reflet du « tourment de l’âme forte et grave » ; elle fait message en elle-même, dépassant ce tourment par la pensée d’un déterminisme butant contre l’homme responsable et par la figuration d’un Christ humain dressé face au Dieu des crédos. Le « C’était écrit » de l’exergue a été exorcisé.

Notes

1 D’éducation ultra-catholique (il savait par cœur L’Imitation de Jésus Christ), Vigny avait dévoré dans sa jeunesse la bibliothèque augustinienne de son grand oncle, l’abbé de Baraudin. Ne se rattacherait-il pas, par sa dévote mère, si impériale chez lui, à une certaine tradition janséniste ?

2 Lecteur d’Augustin, Pascal, Chateaubriand et des penseurs ultras de Bonald et de Maistre, Vigny ne cache pas son admiration, au moins passagère, pour des optimismes aussi différents que ceux de Descartes et d’Auguste Comte.

Notes de fin

* Premier texte dans Alfred de Vigny, Les Destinées, Paris, Nouveaux Classiques Larousse, 1969, p. 35-44. Voir aussi : M. Tournier « Vigny », dans P. Barbéris et C. Duchet dir., Histoire littéraire de la France (1830-1848), Paris, Éditions Sociales, 1977, p. 35-61.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search