Version classiqueVersion mobile

Propos d’étymologie sociale. Tome 3

 | 
Maurice Tournier

L’accent circonflexe : une fonction sociale*

Texte intégral

  • * Une première version de cette chronique (ici revue) a paru dans Mots, 28, septembre 1991, p. 101-1 (...)

1Faut-il l’appeler « circonflexe », cet accent au fléchage contradictoire, penché à la fois vers la gauche et vers la droite ? Ainsi ont fait, à l’instar de l’humaniste italien Alde Manuce qui l’a apprivoisé dans l’imprimerie, les grands réformateurs de la graphie française du 16e siècle, qui s’en servaient soit pour couvrir des timbres diphtongués et des hiatus (boîs, maîstre, pleîn écrivait Jacques Dubois, dit Jacobus Sylvius), soit pour tenir lieu d’un e muet intérieur. Etienne Dolet l’imprimait entre vrai et ment : vraiment, soit pour suppléer, sur les voyelles nasalisées, un tilde absent des casses Pierre de la Ramée écrivait mêtât pour mentant. Il servait ainsi à toutes sortes de suppléances vocaliques. Vous n’y êtes pas !...

  • 1 Nina Catach, Les Délires de l’orthographe, Paris, Plon, 1989.

2Le circonflexe, mais c’est un « petit signe ailé qui fait voyager l’imagination », un « précieux stigmate de l’histoire », un « précieux témoin de l’étymologie », répondent les esthètes pour qui l’essentiel réside dans la « dimension poétique » de la marque graphique. Vous rendez-vous compte que, sans cette vaguelette d’air, sans cette hirondelle sur le dos, gout s’écrirait comme ragout, abime renoncerait à ce que cime lui a, dit-on, légué (l’espoir de s’en sortir ?), la voute ne serait qu’une arcade menaçant ruine, la chaine n’aurait plus son maillon cassé, la *forèt aurait perdu une moitié de sa feuille et le *pècher de son fruit ! Sans ce « supplément d’âme », on ne sent plus la brulure d’aout Quant à l’ile, où est son petit nuage ? Kolossales finesses ou « délires » de l’orthographe, comme dirait Nina Catach1... Mais qu’ils écrivent donc, ces poètes, en gothique, avec des culs-de-lampes, des ligatures élégantes, des i à queue et des y de majesté ! Les copistes de la fin du Moyen Âge en ont plein la plume à leur service. Placé sur ce faux terrain des divagations sentimentales ou du plaisir de l’œil, le débat autour de l’accent circonflexe ne concerne plus la transcription utile de la langue mais le seul jeu des arbitraires mondains. Cherchons ailleurs à quoi il sert.

3L’utilité d’un signe graphique s’apprécie selon quatre fonctions, à distinguer absolument l’une de l’autre. On peut parler de fonction phonologique lorsqu’une différence de prononciation produit une différence de sens (cf. l’opposition prés/près), « graphologique » – faute d’un meilleur terme – lorsque, pour une même prononciation, deux graphies conduisent à distinguer deux mots différents (près/prêt), morphologique quand un signe joue un rôle grammatical (il prit/qu’il prît), archéologique s’il est la trace systématique d’un caractère dont on tient à conserver la mémoire (praestus>prest>prêt). Personne n’avance l’idée d’une fonction politique et sociale, à utilité conservatrice et hiérarchiste. Et pourtant...

Le circonflexe : un accent « phonologique » ?

  • 2 Dans dix cas seulement une ambigüité sémantique pourrait naitre d’une absence de différence entre (...)

4Cet accent intervient dans le domaine de la prononciation de trois manières. Il ouvre le E, ainsi que le fait l’accent grave sur le (è), en opposition à (é) fermé et il recule l’articulation du A, en opposition au (a) antérieur (pâte/patte), tandis qu’il fermerait le O (sans vraie opposition à o sans accent, puisque celui–ci se réalise selon les régions soit ouvert, soit fermé, soit moyen)2. Pour les â indispensables, l’accent grave pourrait fort bien se proposer, puisqu’il existe dans les casses : il suffirait à l’opposition du type acre/àcre, année/ànée, bat/bàt, pale/pàle, qui serait ainsi conservée. En ce qui concerne le (eu), un accent grave, à la limite, pourrait lui aussi fermer la voyelle, si l’on tient à garder la distinction rarissime jeune/jeune.... Dans tous les autres cas, pour les sons-voyelles restants, la présence ou l’absence du circonflexe n’entraine aucun changement de prononciation ni sur le (i), ni sur le (ou), ni sur (oi), ni sur (ou), ni sur (in). Par conséquent, à l’exception des dix cas cités pour le ô, le circonflexe est phonologiquement inutile, puisqu’il pourrait être relayé par l’accent grave.

5Il suffirait, en effet, pour ceux qui en sentent la nécessité ou le désir, de remplacer le circonflexe par son compère, l’accent grave, beaucoup plus fréquent, pour que se produisent à l’oreille les distinctions nécessaires (au sens) dans : péché/pécher, pré/prêt, Anne/àne, bailler/bàiller, chasse/chàsse, hale, halle/hàle, mal, malle/màle, mater/màter, tache/tàche, etc. (L’accent « grave » mériterait ainsi pleinement son appellation). D’ailleurs, en toute franchise, comment prononcez-vous, les uns et les autres, les syllabes (à voyelle pourtant chapeautée) des mots âge, câblage, châtelaine, côcher, côlon, dégât, flâneur, gâterie, hôpital, pâtisserie, rôti, rôtisserie, vêture : fermées, ouvertes, entre les deux ? Est-ce que la rose porte un chapeau pour éviter le soleil ? Sans chapeau, chez Ronsard, avec un (o) de cour très fermé, elle rougissait presque... Des différences se font entendre là, non seulement d’une région à l’autre (opposant le Nord et le Midi) mais d’un instant à l’autre d’une conversation. Où est la « bonne » prononciation ? Dans fêlure n’entend-on pas sonner « félure » ? C’est, en fait, le problème de l’existence sociale d’un standard phonique du français qu’il faudrait poser. On plaisantera à Paris d’un Roussillonnais qui roule ses (r) ou d’un Lyonnais qui articule jeune et vote avec des voyelles fermées ; on ne leur refusera pas pour cela l’honneur de s’exprimer en français. Une variation de prononciation est acceptable dans la langue, on le sent bien. À plus forte raison une latitude graphique dans la notation des sons variables !

Le circonflexe : un accent « graphologique » ?

6Phonologiquement sans objet ou remplaçable par l’accent grave dans 99 % des cas où il serait utile, l’accent circonflexe correspondrait-il davantage à une fonction « graphologique », en entendant par là l’apport de sens produit par une seule et simple différence graphique ? Une vingtaine de couples de formes quasi-homographes dans toute la langue française répondent à l’appel : jeune/jeûne, tète/tête, gène/gêne, pèche/pêche, cocher/cocher, colon/côlon, cote/côte, coté/côté, rot/rôt, roder/rôder, faite/faîte, parait /paraît, boite/boîte, croit/croît, gite/gîte, gitons/gîtons, mat/mât, mimes/mîmes, primes/prîmes, rimes/rîmes.

7Les distinctions grapho-sémantiques n’ont dans tous les autres cas jamais besoin du supplément du circonflexe ; car là encore, pour un son identique,

  • ou bien cette accentuation s’avère superflue, d’autres graphes effectuant la différenciation : près/pret, grasse/grace, haute/hote/ote, cou/coud/coup/cout, il/ile, mettre/mètre/maître, plaie/plait/plaid...,
  • ou bien l’accent grave suffirait aux distinctions, et on pourrait avoir : foret et forèt, belle et bèle, freine et frène, bas et bàt, moud/mou/mout/ moue et moùt, du et dù, mur et mùr, sur et sùr, etc.

8La circonflexion ne fait qu’ajouter à la complexité orthographique sans rien ajouter de spécifique à la signification des mots...

Le circonflexe : un accent « morphologique » ?

9Des grammairiens insistent sur l’intérêt du circonflexe en grammaire. Il permettrait de reconnaitre certains modes et temps, en particulier cette fameuse troisième personne singulière du subjonctif imparfait : « qu’il mourût ! ». Là encore, l’accent grave, présent sans manipulation ni double codage sur tous les è, à et ù des claviers français AZERTY, peut répondre à sa place : « ou qu’un beau désespoir alors le secourùt ! » Seul reste, en fait, en suspens le problème du î (qu’il prît, qu’il vînt). Dans ce cas, hors accent particulier, il est vrai que des indicatifs se confondent avec des subjonctifs (il mit/qu’il mît, il tint/qu’il tînt). Mais, entre nous, n’est-ce pas ce qui arrive à d’autres personnes et pour bien d’autres temps (beaucoup plus fréquemment employés, d’ailleurs) ? « Il mange » est semblable à « (qu’) il mange » ; « viens, venez » servent à l’impératif autant qu’à l’indicatif ; « déçus » se conjugue au passé simple, au participe, à l’adjectif, voire politiquement au substantif. C’est l’ensemble syntaxique ou encore l’intonation qui fournissent l’indication grammaticale indispensable. Mais le participe passé, lui, second argument fourni, comment le reconnaitre ?

10La réponse est identique aux précédentes : pourquoi ne mettrait-on pas, si on en sentait la nécessité, l’accent grave sur è, à, ù. En effet, et crù pas moins que et crû ne se confondent avec du et cru sans accent. Idem pour mùe et mue, recrùe et recrue, sùr et sur. La distinction opère là comme elle le fait pour aperçùt/aperçut, fùt/fut, plùt/plut, tùt/tut, aimàt/aima, changeàt/changea, mangeàt/mangea. Quant aux passés simples du type nous partîmes, vous allâtes, nous courûmes, la suppression du circonflexe ne les empêche pas d’arriver... Ainsi, à la seule et rarissime exception du î subjonctif (et, accessoirement, des pronoms nôtre, vôtre que certains distinguent des adjectifs), l’accent grave, apte à remplacer en cas de nécessité et sans dégat grammatical le circonflexe, pourrait faire de ce dernier un luxe grammaticalement inutile.

Un accent « archéologique » ?

11C’est donc l’Histoire qui l’imposerait ! Il s’agirait d’un héritage, trace de lettres disparues, d’étymons nobles auxquels il serait sacrilège de toucher. Attention, patrimoine ! F. Brunot parlait à son propos de « couronne mortuaire ». Cet argument mérite une longue discussion, historique.

12À la suite de Jacques Dubois, qui d’ailleurs aurait préféré l’accent grave pour cette fonction, Ronsard propose à ses imprimeurs d’utiliser le circonflexe pour noter certains sons coalescents, fondus ou allongés (âge, ô) et le tréma pour noter les sons restés distincts (poësie héroïque). Introduit dans la graphie du premier dictionnaire français monolingue, le Dictionnaire françois contenant les mots et les choses de Richelet (1680), cet accent circonflexe « montre que la silabe est longue ». On trouve ainsi chez Richelet la graphie « fantôme », alors que, dix ans plus tard, c’est encore celle de « fantosme » qui apparait dans le Furetière et dans le dictionnaire de l’Académie. Car ce graphe contracté – et correspondant à la phonation d’époque (â, ê, ô, î, û au lieu de as, es, os, is, us) était qualifié de « libertin » par les académiciens d’alors...

13Absente aujourdhui du système phonologique du français standard, la distinction entre voyelle longue et voyelle brève était à cette époque très pertinente. Au début du 17e siècle, les voyelles longues faisaient l’objet de notations diverses ; on les indiquait soit par leur redoublement (aage, beeler, roole), soit par un s muet devant consonne (aisle, asne, baston, bouschon, chasque, ceste, dosme, Estat, estre, flascon, gaster, haste, hostage, isle...), soit par la conservation écrite d’un hiatus disparu ou d’une ancienne diphtongue ou triphtongue (eu, eau) devenue voyelle presque simple dans la prononciation (aperceu, beau, bœuf, cheveleure, deu, eau, meur, reond, sceu, veu...), soit encore par rien du tout (et on a pu écrire à cet époque : ame, blanc, chose, diplome, fiz, long, mouche, nom, pole, pose, Rome, rose, throne, zone).

  • 3 Jusqu’à supprimer tous les s dans la conjugaison du verbe être : cf. c’êt, dans La Langue françois (...)

14Système complexe, que l’accent circonflexe des réformateurs a tenté d’unifier3, mais en oubliant au passage de le rajouter sur certains termes : aile, chaque, bouchon, cette, État, flacon, otage, aperçu, chevelure, rond, vu, blanc, chose, fils, long, mouche, etc. Toujours s’est ainsi écrit tousjours, à l’ancienne, toûjours, voire toûsjours, à la réformée, et toujours, à la moderne. Ainsi, « il n’est pas exact de dire que l’accent circonflexe remplace un s disparu » (N. Catach). Il date, en fait, d’un temps où les voyelles avaient multiplié leurs phonations, où il existait, par exemple, pas moins de six E différenciés (deux longs, deux brefs, le e caduc et le e sourd) contre trois seulement de nos jours (é, è, e muet). Ce qui fait que nous possédons actuellement plus d’accents graphiques que de modes d’aperture !

  • 4 L’Académie supprimera, dans son édition de 1762, le circonflexe sur le u de plusieurs participes p (...)

15Avec le temps, les préfaces des dictionnaires de l’Académie changent d’avis à propos du circonflexe, qu’elles n’acceptent que soixante années après Richelet. Celle de 1694 l’ignore totalement, lui préférant le « s » non prononcé dit étymologique ; celle de 1718 ne l’utilise que pour crû, mais marque encore les voyelles longues avec s ou e, comme en 1600 : adjouster, estre, desja, hospital, mesme, paroistre, plustost, seur, soustenu, tousjours, veuë. C’est en 1740 qu’il est enfin intégré aux graphies. Acceptant l’idée que « le changement qui survient dans la prononciation d’un terme, en opère un autre dans la manière de l’écrire » et constatant que « l’on ne pourroit apprendre qu’avec peine, à lire les livres écrits dans sa Langue maternelle, si l’usage ne changeoit pas quelque chose dans l’orthographe des mots dont il a changé la prononciation », la préface académique de 1740 recommande l’emploi du « circonflêxe » pour marquer certains u issus de l’ancien hiatus eu et les voyelles suivies d’un s qui, dit-elle, « marquoit l’allongement de la syllabe » : ce qui donne âgé, ajoûte, bientôt, être, fût (passé simple), honnête, ôté, plaît, plustôt, reçû, soûmettant, soûtenu, tâcher, toûjours, vûe4.

  • 5 Du bas-latin protirum dissimilé en *protinum, auvent devenu grille du chœur au 12e siècle (prone, (...)

16À cette première série, aujourdhui très incomplète, s’ajoutent tous les mots dont les circonflexes ne sont nullement issus d’un s étymologique disparu. La liste en est longue. En voici des exemples : âcre, aîtres, alcôve, âme, arôme, août, bâcler, bâfrer, bâillon, bêler, câble, câpre, chaîne, châle, châsse, diplôme, disgrâce, dôme, drôle, empêcher, extrême, fêler, flâner, frêle, gêne, geôle, grâce, infâme, maltôte, mânes, môle, pâle, pâtir, (une) poêle, pôle, prêche, prône, râble, râle, rêne, Rhône, rôder, rôle, salpêtre, symptôme, suprême, trône, vêler. Aucune antériorité historique d’aucun « s » originel devenu muet ne justifie le moindre de ces chapeaux. Dans ce domaine, « l’étymologie n’est qu’un leurre » (N. Catach). D’où sortent-ils donc, ces circonflexes ? Seule la longueur de leur timbre sans doute les explique... au 18e siècle. Leur légitimation actuelle serait plutôt à chercher, pour une bonne part d’entre eux, dans une propension non dite à l’ennoblissement graphique (prône5 en est l’exemple le plus évident). Il y a du sacré dans le circonflexe. Car il arrive souvent avec les honneurs et déshonneurs, l’archaïsme ou la religion...

Le circonflexe : un accent de distinction sociale

17Aujourdhui que les différences de longueur passent inaperçues, même dans le Nord, la circonflexion sur voyelle a perdu presque toute légitimité. L’utilité d’un accent spécial, qui soit générateur à lui seul d’une différence de signification, peut-elle alors se résumer, tous comptes faits et refaits, à quelques cas dans toute une langue ? Son remplacement possible par l’accent grave, et seulement là où il existe sans rajout sur les claviers des machines (à, è, ù) et quand cela s’avère nécessaire, suffirait amplement à éviter les ambigüités sémantiques qui servent à le justifier.

  • 6 Rappelons pour mémoire que 46 % des « fautes » d’orthographe au baccalauréat sont dues à l’accent (...)

18À quoi sert-il donc ? Nous voilà de retour aux esthètes et poètes de la plume évoqués pour commencer. Écriture qui prend son temps, jouant à l’archaïsme et à la mémoire pseudo-historique, surenchère de l’écrit sur l’oral, complication d’autant plus belle qu’elle est devenue gratuite, pur ornement donc, l’accent circonflexe sert à la distinction sociale. Pour ceux qui désirent en marquer l’envol d’une voyelle ou le cérémonial d’un mot, libre à eux ; nous ne leur en voudrons pas. Mais qu’ils n’en infligent pas l’obligation et la sanction aux potaches de nos écoles qui ne savent trop qui saluer avec !6

19À quoi sert le circonflexe ? À se sentir un tant soit peu au-dessus des autres, gardien d’un temple orthographique qu’on confond, à tort, avec la langue française. Plus simplement, il sert à se faire plaisir.

Notes

1 Nina Catach, Les Délires de l’orthographe, Paris, Plon, 1989.

2 Dans dix cas seulement une ambigüité sémantique pourrait naitre d’une absence de différence entre o fermé et o ouvert ; il s’agit de : ôte, hôte, cône, côte, côté, khôl, môle, pôle, rôder, Saône (à cause de leur ressemblance, dans la phonation, avec les mots hotte, conne, cote, coté, colle, molle, Paul, roder, sonne). L’accent souligne la fermeture du o.

3 Jusqu’à supprimer tous les s dans la conjugaison du verbe être : cf. c’êt, dans La Langue françoise, de Jean Godard (1620).

4 L’Académie supprimera, dans son édition de 1762, le circonflexe sur le u de plusieurs participes passés : reçu, su, vu. Nous en héritons.

5 Du bas-latin protirum dissimilé en *protinum, auvent devenu grille du chœur au 12e siècle (prone, prosne), puis endroit du sermon (le prêtre « sermone à son proisne » 13e siècle), puis homélie au 17e par métonymie.

6 Rappelons pour mémoire que 46 % des « fautes » d’orthographe au baccalauréat sont dues à l’accent circonflexe (cf. Nina Catach, Les Délires de l’orthographe, p. 55).

Notes de fin

* Une première version de cette chronique (ici revue) a paru dans Mots, 28, septembre 1991, p. 101-107.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search