Version classiqueVersion mobile

Propos d’étymologie sociale. Tome 3

 | 
Maurice Tournier

Race, populisme, Shoah, mots d’hier, périls de demain*

Texte intégral

Comment est venue l’idée de ce colloque dont le thème laisse percevoir un engagement politique et l’inquiétude d’une partie de la société, à laquelle vous proposez des pistes de réflexion ?

  • * Entretien avec Jane Renoux, paru dans Futurs, 189, 1er octobre 1998, p. 14-15, à l’issue du colloq (...)
  • 1 . Il s’agissait en fait des numéros : Mots, 18, Racisme et antiracisme. Frontières et recouvrements (...)

1Ce colloque est le cinquième que le laboratoire organise à Saint-Cloud. Nous l’avons tenu autour de la revue Mots, créée il y a dix-huit ans par un groupe de copains dont les affinités de recherche et de pensée se recoupaient, en particulier le désir de voir clair dans les stratégies plus ou moins retorses du discours politique. Certains sujets de recherche reviennent de façon récurrente dans la revue, dont le discours d’extrême-droite, le lepénisme, l’exclusion. Nous avons pris pour objets les thèmes des derniers numéros de la revue : « racisme », « populisme » et « Shoah »1.

Quel est le pourquoi profond de ce colloque ?

2Si nous ne parlons pas, nous chercheurs en vocabulaire, des problèmes que posent l’émergence du Front national et, de façon plus large, celle d’un mouvement raciste en France, d’autres le feront en d’autres termes. Il est bon qu’une analyse critique des discours d’aujourdhui soit faite. Lancer la discussion dans le public avec des études de spécialistes du discours me semble indispensable. Quand nous parlons de racisme, nous devons montrer ce qui se cache derrière : xénophobie, autoprotection sociale, dérivation des frustrations. Ces phénomènes expliquent la montée du racisme dans des quartiers en insécurité ou parmi des populations sans problèmes mais sensibles aux discours anti-immigrés du FN. Nous devons parler des procédés linguistiques mis en œuvre au lieu de les taire et les traiter en termes critiques, le plus possible scientifiques.

3Notre travail est de restituer l’étymologie sociale des mots. Pourquoi sont-ils nés, quels sens prennent-ils dans le discours, au service de qui ? Sur quel terreau social agissent-ils, contre qui, en faveur de quoi ? Comment passent-ils d’une main à l’autre ? Pourquoi se les dispute-t-on ou se défend-on contre eux, tel le FN refusant l’étiquette d’« extrême-droite » ?

L’utilisation du mot race a suscité, au cours du colloque, une discussion entre Simone Bonnafous et Étienne Balibar...

4La discussion a été très riche. En 1992, Bernard Herzberg a déposé, au nom d’une association, une demande auprès du Conseil d’État pour la suppression du mot race dans la Constitution. Son argument est le suivant : en disant que les Français doivent être considérés « sans distinction de race, de sexe ou de religion », nous faisons allusion à des choses qui sont reconnues comme existantes, excepté la race. Employer ce mot dans la Constitution pourrait officialiser l’existence de la chose. Les partisans du maintien de la formule répondent que des êtres humains sont bel et bien sélectionnés en fonction de ce que certains appellent « race ». Je ne crois pas qu’en supprimant le mot on supprimera cette chose sociale. D’où le débat entre racisme et racialisme repris au colloque par Pierre-André Taguieff. Qui a tort, qui a raison ? Les deux argumentations ont leur pertinence. Pour dénoncer le racisme, ne faut-il pas le nommer et dénoncer les mots dont il s’est servi ? D’ailleurs, le mot race est devenu tellement piégé que plus personne n’ose l’employer, sauf ceux qui veulent jouer avec le piège.

L’histoire même des mots, leur disparition du vocabulaire politique puis leur réapparition signaleraient des phénomènes que nous avons du mal à expliquer...

5Les mots n’ont pas de définition en soi. Ouvrir le dictionnaire ne donne pas la solution. Selon le dictionnaire, sa date, les définitions peuvent changer. La neutralité du dictionnaire n’existe pas. Soit il se complait dans le flou définitoire, soit il donne une série de définitions, méthode employée par les grands dictionnaires d’aujourdhui comme le Trésor de la langue française, soit, dernière solution, il prend position. Par exemple, la traduction française d’une encyclopédie italienne faisait de Sartre et de l’existentialisme des pervertisseurs de mentalités. La première apparition du mot fascisme dans les dictionnaires remonte à 1930, quand le Larousse mensuel en donnait une définition pro-fasciste, décrivant le mouvement « révolutionnaire » italien comme porteur d’une mission, celle d’établir la nation et de transformer le pays en éliminant les forces de « subversion », en particulier les communistes !

Mais comment utiliser le mot-notion populiste, un des objets d’étude de ce colloque ?

6Pierre-André Taguieff a résumé les différents types d’usage de ce mot, si différents qu’il est impossible désormais de l’utiliser de manière univoque. C’est l’étiquette qu’on projette sur le mot qui en donne le sens. Précisément, le mot populiste (calque de narodnik) a été employé pour la première fois afin de dénommer le mouvement de croisade des intellectuels (Herzen) vers la paysannerie russe (les moujiks). Dix ans plus tard, vers 1876, la jeune génération des populistes (Tkatchev), estimant qu’il n’y avait rien à tirer de ce « peuple inculte » a reconnu l’échec de ce mouvement et s’est transformée en terroristes politiques. Mais populiste a persisté, tout en désignant deux phénomènes totalement opposés. Sous la plume des journalistes aujourdhui, il en a gardé la valeur négative de « démagogique ». Cette étiquette a été appliquée à Le Pen et l’extrême-droite a été qualifiée de « mouvement populiste ». Le leader du FN a tenté alors de s’approprier cette étiquette et d’en tirer gloire en renversant sa connotation. C’est ce que j’appelle la « revectorisation » des mots : renverser en positif un vecteur de parole devenu négatif. Les mots sont ainsi tordus en sens inverse, réinsvestis, réappropriés. Ces opérations, que P. A. Taguieff appelle aussi « rétorsions », sont difficiles à réussir ; elles se produisent à tout moment dans la concurrence politique de leurs emplois.

Par exemple ?

7Le mot communiste, au départ, servait d’étiquette infamante puisqu’il désignait celui qui prônait la communauté de tout le monde. En 1831, le socialiste utopique Cabet avait été taxé de « communiste » dans le journal Le National. Il s’est réapproprié le mot dans un pamphlet célèbre à l’époque, Oui, je suis Communiste ! De la même manière, Proudhon s’est affirmé anarchiste, alors que le mot était lourd de péjoration, prenant à son compte la définition noble de celui qui refuse le pouvoir dominant, dans le respect de chacun. Mais les échecs sont nombreux et populisme n’a pas l’air de réussir (en ce moment du moins) sa revectorisation en français.

8Le mot jaune incarne l’échec total d’une revectorisation. Jusqu’avant-guerre les jaunes désignaient les briseurs de grève. Ce mot fut tellement fort à la fin du 19e siècle et au début du 20e, que les briseurs de grève se l’approprièrent pour s’en honorer. Des syndicats jaunes furent créés afin de contrer les syndicats rouges. Une confédération des Jaunes de France vit le jour.

Cet emploi infamant d’une couleur n’est-il pas l’indice d’une injure raciste ?

9Tout à fait. Certes son origine vient des guesdistes qui appelaient les briseurs de grève des « sodomistes jaunes ». Mais cette expression est à mettre en référence avec l’insulte américaine de yellow dog, ancienne expression dont la force fut décuplée avec l’arrivée d’une immigration chinoise sur le sol californien. Ainsi peut naitre et s’exprimer le racisme entre ouvriers. En France, alors que l’immigration chinoise est inexistante, le jaune a été également utilisé négativement. La guerre coloniale du Tonkin et son déferlement anti-annamite joints à la menace imaginée par la presse d’une éventuelle immigration asiatique susceptible de casser le travail des Français ont inspiré le premier « péril jaune ». Les injures racistes nées des guerres coloniales sont alors entrées dans le vocabulaire ouvrier et la violence entre travailleurs qui s’est exprimée dans le sud de la France contre la main-d’œuvre italienne se retrouve aujourdhui contre la main-d’œuvre nord-africaine.

10Mais je reste persuadé qu’un fantasme beaucoup plus ancien a rendu possible l’usage de ce type d’injures. En France, en Italie, en Espagne, l’utilisation de jaune remonte à l’Inquisition. C’est la couleur de l’exclu, la couleur [anti-renégat], anti-juif. On marquait la porte des protestants à éliminer par un badigeon jaune. Saint-Louis avait mis la rouelle jaune sur le dos des juifs. Le jaune a toujours signifié en France : « tu n’as pas ta place ici ». Le mouvement ouvrier n’est pas exempt d’utilisation d’étiquette raciste d’origine religieuse. J’en veux pour preuve l’attitude des syndicats rouges, qui placardaient les listes des renégats ou des piloris, [autres appellations des non-grévistes], pour désigner à la vindicte populaire les briseurs de grève, d’où l’expression « clouer au pilori les syndicats jaunes ».

11Retourner en sa faveur une étiquette chargée de tant de fantasmes s’est avéré impossible.

Pourquoi un travail si tardif sur les mots et les discours de la Shoah ?

12Il est vrai que les États-Unis et Israël n’ont pas connu la période de silence dont a souffert l’Europe et, plus particulièrement, la France. Comment expliquer ces années sans mots ? Tout d’abord par la rareté des rescapés des camps de la mort, notamment d’Auschwitz. Personne n’osait demander aux quelques rescapés de raconter cette expérience indicible.

13Cependant des témoignages existent, même si les négationnistes – mais également la société française – tentent de les rayer en disqualifiant les témoins [un juif ne peut être qu’un faux témoin...]. Il a fallu attendre les films Nuit et brouillard de Resnais en 1956, puis Holocauste, La Shoah de Lanzmann, La liste de Schindler, pour qu’en France s’ouvre le débat public. Actuellement une vaste recherche de témoignages des derniers survivants s’organise. Un grande discussion sur le roman a aussi pointé, dans ce colloque, la question de l’authenticité du témoignage. La vérité peut-elle se situer dans une fiction qui ne soit pas une affabulation ? Un récit est souvent romanesque. Quelle crédibilité peuvent avoir les romans qui ne sont pas des témoignages en soi mais écrits à partir de témoignages, eux, authentiques ?

14Et avec quel mot nommer cette tragédie ? Quels mots pour en parler ? La discussion a fait état de points de vue très différents. Pour Annette Wieviorka, auteur d’un remarquable travail d’historienne, le nom de Shoah convient le mieux : issu du yiddish, il n’est pas religieux et peu connoté politiquement. Il signifie destruction. D’autres préfèreraient les termes mêmes utilisés par les nazis : la solution finale du peuple juif (Endlösung). D’autres encore optent pour génocide, puisqu’il s’est agi de détruire une race juive. Enfin, certains parlent d’holocauste, toute une religion vouée aux flammes. Aucun de ces mots ne convient et tous conviennent. Car nommer la chose, c’est déjà entrer dans des arrière-fonds interprétatifs, valorisants ou dévalorisants, spécifiants ou banalisants, accusateurs ou déculpabilisants.

15La banalisation des mots, leur utilisation abusive constitue un autre enjeu. Employer génocide pour les massacres massifs perpétrés au Cambodge, au Rwanda, au Zaïre, mais aussi en Arménie, au Biafra, chez les Kurdes (ou chez les Indiens d’Amérique), banaliserait le génocide des juifs. Pour certains, employer ce mot revient à assimiler le génocide des juifs à un massacre parmi d’autres. En revanche, on ne pourrait parler de « Shoah » des Indiens, des Arméniens ou des Cambodgiens : ce terme exceptionnel caractérise la spécificité de l’holocauste perpétré par les nazis dans leurs camps de la mort.

La banalisation des mots est en règle générale dangereuse ?

16Oui, parce qu’elle banalise en même temps les évènements. Quand on traite quelqu’un de facho, c’est le fascisme lui-même qui se banalise. Les choses n’existent pas dans notre conscience en dehors des mots pour les dire. Les mots sont porteurs de violence et peuvent être, à force de disqualification, des outils de banalisation. Les mots peuvent « réécrire » l’histoire. C’est la méthode perverse employée par les mouvements d’extrême-droite contre l’IVG. En parlant de génocide, ils violentent et criminalisent l’interruption volontaire de grossesse et, dans le même temps, ils banalisent le génocide des juifs...

Notes

1 . Il s’agissait en fait des numéros : Mots, 18, Racisme et antiracisme. Frontières et recouvrements ; Mots 33, décembre 1992, Sans distinction de... race ; Mots, 55, juin 1998, Discours populistes ; Mots, 56, septembre 1998, La Shoah. Silence... et voix et du Mots alors en préparation, 58, paru en mars 1999, Argumentations d’extrême-droite.

Notes de fin

* Entretien avec Jane Renoux, paru dans Futurs, 189, 1er octobre 1998, p. 14-15, à l’issue du colloque « Discours racistes et d’extrême-droite. Mots d’hier, périls de demain », tenu à l’École normale supérieure de Saint-Cloud, septembre 1998.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search