Version classiqueVersion mobile

Propos d’étymologie sociale. Tome 3

 | 
Maurice Tournier

De la schismogenèse en langue. Le « Naven » du Père Peinard1

Texte intégral

Structuralistes et sociolinguistes

  • 1 Texte paru dans G. Dotoli (dir.), Studi in onore di Vito Carofiglio, Fasano, Schena Editore, 1998, (...)
  • 1 F. de Saussure, Cours de linguistique générale, Paris, Payot, 1967, p. 43, 116, 124, 155, 159 etc.

1Les sociolinguistes ont beau attirer l’attention sur les variations, les mélanges et les à-peu-près des échanges langagiers, l’idée demeure que la Langue est fermée : « système de pures valeurs », « qui ne connait que son ordre propre », c’est-à-dire interne et spécifique, « dont tous les termes sont solidaires et où la valeur de l’un ne résulte que de la présence simultanée des autres »1, bref un trésor de consensus organisés sur les formes et les sens, pris pour le bon terrain linguistique. Ce qui n’entre pas dans ce cadre consensuel est taxé de fautif, d’étranger, d’original ou d’hérétique et ne se trouve, à la rigueur, pris en compte qu’en annexe de la description. Il y a une frontière, quelques marges tolérées et des exclus. La Langue systémique est ainsi taillée dans les possibilités de communication, à coups de contraintes obéies, de grammaticalités ou d’acceptabilités, de règles d’engendrement... ou d’oukases purificateurs.

  • 2 Adverbe tiré de Jacques Toubon, auteur de la « Loi Toubon » purificatrice du français, promulguée l (...)

2Une telle vision homogénéisante est souvent – curieuse collusion des structuralistes et des normatifs – celle des grammairiens pédagogues, des dictionnaristes et des terminologues, de tous les mainteneurs aussi, que leur purisme aille de mon jargon local ou groupai à la norme officielle et nationale, voire « tout bonnement »2 nationaliste. L’idéologie partagée est celle de la sécurisation et de la paix entre soi. L’immobilité synchronique de la langue chez F. de Saussure, simple (et forte) hypothèse de recherche, débouche sans crier gare sur les raisons qui ont pu conduire N. Chomsky à considérer des données naturelles comme « dégénérées ». Dans les deux cas, il y a élection d’une excellence qui n’admet que son ordre « propre », au sens cette fois-ci de pur.

3Cette idéologie conclut qu’il y a transcendance de l’entité linguistique, une et neutre, au-delà des conflits qui divisent ses parleurs. Produit d’un statuquo généralisé, synchronique et « relativement », reconnait Saussure lui-même, pérennisé, la langue n’est-elle pas déléguée à l’espace public des paroles intercomprises ? Dans les représentations du réel qu’elle véhicule (paix de la transparence du signifié, statique derrière le signifiant), dans l’expression de l’un vers l’autre (paix, chez Chomsky, d’un locuteur-auditeur idéal, déconnecté des situations encombrantes), dans l’accord social qui s’identifie à l’espace public, chez Habermas (paix de la « rationalité communicationnelle »).

4Confrontée à cet idéal d’une normativité démocratique (le code inculqué-imposé au sein de rapports de force étant idéalement assimilé à un simple parler entre égaux...), que viendrait faire la notion d’une schismogenèse constitutive de la langue ? Toute différence nait, affirme-t-on, de la variation des agencements, mais, rassurez-vous, le système des éléments, lui, descriptible dans son intangilibité, demeure. Ne suffit-il pas de l’ajout d’une particule négative pour qu’un sens s’inverse ? Et pourtant...

5D’autres philosophes du langage manifestent une sensibilité différente. La négation peut être présente partout, arguent-ils, jusqu’au sein du même mot dans le même emploi. À la vision consensualiste et pacifique des premiers, ils répondent polyphonie, variation, absence de frontières, distorsions et contradictions à l’intérieur des valeurs ou des règles, fluance expressive, incompréhensions, non-coïncidence jusque dans le signe, impureté du sens, flou indécidable, rapports de force, équivoque perpétuelle... Bakhtine, Barthes, Derrida, Bourdieu, Pêcheux. La langue est habitée d’histoires et accentuée de préjugés, fasciste, fractable, la langue est dominance, bref la langue est introuvable. Disons simplement qu’il n’y a rien en elle de neutre ; elle fait le terrain même des conflits, elle se génère dans et par eux ; différance et dissensus sont à sa naissance, et la norme sort en définitive du camp qui a su s’imposer.

6Derrière la face innocente du système, l’envers obscur des concurrences. À certains moments d’une polémique politique par exemple, dans l’affrontement d’une parole critique au discours de la doxa, la question peut se poser : est-on dans la même langue, dans la même organisation des signes-sens ? La réponse est non, si on définit la Langue comme système unifié, idéal et partagé ; d’où le rejet du paradoxal vers le marginal. La réponse est oui, si on accepte l’idée d’une schismogenèse de parlers en intercompréhension. Alors le discours le plus déstabilisant peut être vu comme central, dans la mesure où il révèle les hétérogénéités pertinentes qui en sont fabricatrices.

  • 3 « J’ai tendance à concevoir le statuquo comme un équilibre dynamique, où des changements se produis (...)

7Le terme de schismogenesis a été proposé en 1936 par Gregory Bateson3 dans le cadre d’une anthropologie. Partons avec lui en Nouvelle Guinée, chez les chasseurs de tête Iatmuhl. Bateson décrit les danses qui célèbrent dans leurs villages l’exploit d’un(e) enfant en racontant les rapports entre oncle maternel et neveu-nièce. Ce qui nous intéresse dans ce récit, en dehors des hypothèses socio-freudiennes que Bateson en tire, consiste dans la mise à nu des rapports humains par des phénomènes d’inversion où s’aiguise une polémique collective. Les hommes du clan concerné empruntent les habits, l’absence de pouvoir et le comportement humble des femmes (ainsi l’oncle joue la mère, habillé en veuve effondrée, et cherche son neveu à travers le village pour se soumettre à lui) et les femmes se déguisent en hommes, parées de couleurs et arrogantes, criant fort et battant leurs enfants. Inversion et empirement des attitudes : chacun interprète au pire le stéréotype qu’il a de l’autre, sous les rires ou les huées des gamins. Ce simulacre de monde à l’envers non seulement fait apparaitre le jeu habituel des dominations entre hommes et femmes, parents et enfants, mais il le remet en cause – le temps du « Naven » Iatmuhl – comme ont pu le faire le carnaval médiéval ou les utopies satiriques.

8Les anthropologues devraient, avec de tels exemples, faire prendre conscience aux linguistes que les systèmes sont piégés de l’intérieur, que c’est dans les fractures que se révèlent les structures... ainsi que les raisons et processus de leur enfantement. E. Goffman le reconnaitrait : n’est-ce pas lorsqu’on perd la face qu’apparaissent les figurations qui nous protègent ?

Le Père Peinard : un théâtre Iatmuhl

  • 4 À propos du Père Peinard, de l’anarchisme et de l’anarcho-syndicalisme à la fin du 19e siècle, voir (...)
  • 5 Cf. M. Leclercq et E. Girod de Fléaux, Ces messieurs de la CGT, Paris, Ollendorf, 1908, p. 81-97, e (...)
  • 6 Le journal, comme d’ailleurs les almanachs, d’E. Pouget semblent avoir rencontré un écho en milieu (...)

9Cette feuille anarcho-syndicaliste des années 1889-1902 met en œuvre un ensemble de valeurs inversées. Son auteur, Emile Pouget4, qui sera « l’éminence grise » de la CGT5 et le principal rédacteur de la charte d’Amiens, a fait le choix du « chambardement » jusque dans la langue, en débutant même par elle. Moyennant quoi, ce « canard à deux ronds » a été très lu et commenté en milieu ouvrier, avec parfois 20 000 exemplaires en tirage, 500 abonnements fidèles bon an mal an et surtout une diffusion répercutée par les bourses du travail et les cercles anarchistes, entre deux exils ou prisons de son auteur6. Lieu de forte intercompréhension (pour la police aussi, on s’en doute, comme pour le lecteur d’aujourdhui), tout son discours s’inspire pourtant d’un renversement de la doxa linguistique. On devrait n’y rien comprendre... La connivence, plus puissante que la force du système mis en cause, permet au contraire au lecteur complice de se régaler à plein des trouvailles du style. Nous suivons pas à pas le travail de la schismogenèse (décomposition-éclatement) au sein des valeurs les plus dominantes.

10Ce travail commence par l’inversion de l’énonciateur et a pour fin l’inversion des destinataires. Tout au bas du corps social, que trouvons-nous, dans l’imaginaire dominant ? Les pieds, et, pire que les pieds, leur chaussure, et, pire que les chaussures, le réparateur des « vieilles grolles », dirait Gnafron, le fameux cordonnier du guignol lyonnais. Le père Peinard se présente, lui, comme un « rapetasseur de savates », un gniaff, tel le savetier de La Fontaine qui donnait au financier des leçons de philosophie. Les derniers seront les premiers : agitant le skeptron de son journal, le gniaff s’érige en « conseiller du Peuple » (à l’image de Lamartine après 1848).

11À l’autre pôle du dialogue qu’il instaure entre lui et le public, c’est le renversement des dominations entre les destinataires que prône Pouget : « C’est le grand chambardement qui commence, mille tonnerres, et comme les crève-la-faim sont des gens d’attaque, c’est fini de rigoler pour les ventrus » ; « C’est la revanche qu’il nous faut ». Basculement de l’échelle sociale et inversion rêvée des rapports sociaux : « Y a assez de temps que le populo perche dans les cités infectes, dans les turnes dégoutantes ! Ce serait bien son tour de déménager à la grande cloche de bois et de venir s’installer carrément dans les palais du roi de la youtrerie ».

12À l’instar de cette voix d’en bas devenue dominante – le temps d’une lecture – son discours use d’un langage en révolte. Quelle sorte de langage ?

13La norme langagière reposant d’abord sur l’« accentuation » (bien/mal), au sens bakhtinien, le travail révolutionnaire porte pour l’essentiel sur celle-ci. Parlerait-il un français accentué à l’envers ? En un sens, oui. Là aussi, les derniers sont les premiers. Et les derniers des derniers parmi les formants lexicaux sont ceux qui tournent autour des orifices de déjection, en un mot le vocabulaire du cul. Registre majeur, s’il en est un, chez le cordonnier Peinard, établi à l’enseigne de « La botte au cul » ; il n’est guère d’article qui ne soit orné, au centre même d’une phrase, par une expression comme : pèter plus haut que son cul, se torcher le cul avec, se faire blinder le croupion, en avoir plein le cul, empoigner aux fesses, astiquer les fesses, serrer les fesses, foutre la chiasse, schlipotter, ou un désignant du type : culs-culs (idiots), culs-bénits (prêtres), plat-cul (servile), cul nu (miséreux), bas du cul (pauvre), culs terreux (paysans), culs rouges (militaires), culs noirs (jésuites), culs d’acier (cuirassiers), plat-cul (aliéné), trous du cul (prétentieux), trouducuterie (coup fourré), tirage à cul (sabottage), torche-culs (journaux), jean-le-cul, jean-fesse (bourgeois ou fonctionnaire), lèche-culs (courtisans), baise-cul (génuflexion), lècheurs de derrières (journalistes), lèche-croupions (députés), vise-au trou (médecin), pot-aux-ordures (pot-au-rose), tinette (urne), caca (discours politique), foireux, merdaille, chienlit (exploiteurs), chieur d’encre (écrivain), pète-sec (rude), pèteux (Versaillais), pestaille (police des mœurs), chiasseurs (socialistes), puanteur, pourriture (malversations), égout à paroles (bouche), tout-à-légout (Assemblée nationale), bouche d’égout (chaire), Raie publique (République), nom d’un pet !, cré pétard !, etc.

14Les mots-valeurs du discours dominant n’en sont pas moins présents, mais soumis parfois à une telle dépréciation qu’ils en deviennent intrinsèquement orduriers, soit par déformation morphologique (démo-crétins et crétinisme remplacent démocrates-chrétiens et christianisme), soit par exagération articulatoire (la pââtrie, la fooorme républicaine, la Frraànce, bombombarder), soit par une mise en italique (adorateurs, psychologique, syndicats mixtes) ou en relief (« l’état d’âme », la substance nom de Dieu !, Naissance de l’Amour Brrr !), soit par un usage dénonciateur permanent (et civilisation fonctionne comme « barbarie colonialiste », de la même manière que plonger dans la marchandise ou dans la confiture ne fait que rajouter à l’embrennage). La parodie empire avec son propre renversement.

15Ce déplacement des accentuations donne aussi l’importance majeure, en fait de suffixation, aux terminaisons populaires, péjoratives ou non reconnues en « français standard ». Quelques exemples seulement, tant la liste en est infinie dans Le père Peinard et les Almanachs :

16Suffixes populaires en o, aud, op, ot, ote : anarcho, anarchote, anti-sémos, blanquo, boulot, camaro, camelot, capitalo, catholos, collabo, collecto, deuxiémo, disciplote (la discipline), flingot, gargot, locato, loupiot, parigot, picolo, populo, populos (les gens), prolos, proprio, sergot, sabot, salop, salopiaud, socialo, socialote, troisiémo...

17Suffixes péjoratifs en aille, ard, asse : flicaille, frocaille, gradaille, moinaille, politicaille, radicaille, boulangeard, crapulard, opportunard, panamitard, truffard (riche), votard, bavasse, feignasse (le prêtre), gnougnasse, pétasse, pouffiasse (la République), ragougnasse (rengaine)...

18Suffixes « non français », parisiens ou argotiques en -che (cf. La Bastoche, Ménilmuche, grinche, fortiche) : adjuyache (adjudant), alboche (Allemand), aminche (ami), camerluche (camarade), campluche (campagne), campluchard (paysan), citoyoche (citoyen), idoche (idée), familiers en -isse (anarchisse, capitalisse, socialisse) ou encore pseudo-étrangers du type Russkoff, comme pour rupinskoff et Féliskoff, le président si étranger au peuple...

19Les troncations en début (cipal, cré, tafia, turellement), au milieu (ousque) ou en fin de mot (aristo, bénef, expliques, occase, réac, redingue, réflecs, vélo) participent de ce même populisme anti-académique. Tout cela donne des phrases curieuses, comme cette définition du youtre : « Le type en question est un rapia féroce, un salop qui tondrait sur un œuf, un chameau qui s’y entend à faire trimer les ouvriers, un vautour aux pattes crochues, raflant de la braise en quantité. [...] De religion, de race, il n’est plus question. Les youtres, c’est l’exploiteur, le mangeur de prolos : on peut être youtre tout en étant chrétien et protestant » (Père Peinard, 20 avril 1890).

20Si l’on marquait en positif (+) les éléments de « bon français » et en négatif (-) les éléments dits familiers ou argotiques, on verrait à l’œuvre dans l’énoncé des suites assez singulières d’alternances : rapia, salop, chameau, trimer, vautour (image du propriétaire devenue image du capitaliste), braise (argent), mis en valeur au sein d’une syntaxe sans « faute », laissent la place à des propositions d’un style plus recherché comme : « De religion, de race, il n’est plus question » ; puis reviennent des termes aux accents alternés : « Les youtres (-), c’est l’exploiteur (+), etc. » À tous moments, la prose d’E. Pouget semble se distendre entre deux sollicitations contraires, l’une respectant jusqu’à l’élégance le statuquo grammatical, voire l’élégance académique, l’autre empirant la disconvenance, voire la grossièreté, jusqu’au comique militant.

Le double bind des mots-conflits

21Les tendances ennoblissantes de l’usage appelé normal se voient soumises à une dévaluation vertigineuse du fait de leur rencontre brutalisée avec les tendances contraires, dites familières, populaires, vulgaires ou argotiques dans les manuels du bon usage. Ce procédé de juxtaposition de deux accentuations en sens opposé introduit au sein de l’énoncé le germe d’une déchirure, qui va s’accentuant, avec la répétition du procédé, sur tous les barreaux de l’échelle expressive, de la phrase au mot. Schismogenèse « complémentaire », dirait Bateson, chaque élément tirant davantage soit vers le haut soit vers le bas. La déchirure des signes de la langue est au bout.

  • 7 La « double contrainte » est définie par G. Bateson comme une « distorsion en matière de types logi (...)

22C’est le cas pour la phrase et ses syntagmes. Pour reprendre des exemples déjà cités, remarquons la juxtaposition de cités infectes, expression dédaigneuse venue d’en haut, et de turnes dégoutantes, jargon dénonciateur d’en-bas, ou l’oxymore de palais du roi jumelé à de la youtre-rie. Oxymores encore, dans le sens bas/haut, pour des locutions comme : tinette (-) électorale (+), pouffiasse (-) gouvernementale (+), torcheculs (-) du flamidianisme (+), grenouilles (-) possibilistes (+), racaille (-) dirigeante (+), empapaoutés (-) du socialisme (+), turbin (-) purificateur (+), ou dans le sens haut/bas pour Palais (+) bourbeux (-), criminelle (+) trouducuterie (-), parangons (+) du patrouillotisme (-), socialistes (+) en peau de lapin (-), engeance (+) de la haute (-), société (+) anarchote (-), Grand Jour (+) de la rigolade (-). Des secousses de ce type, qui entrainent une distorsion de l’expression vers deux logiques de valeur différentes, ce double bind7, pour parler comme l’École de Palo Alto, affectent la composition même des mots.

23Mélange humoristique des registres ? Plus que cela. Serait-ce aller trop loin que voir la lutte des classes à l’œuvre à l’intérieur même des mots ? Voici quelques cas :

  • Mots à base « noble » et suffixe « vulgaire » : arist/oche, capital/isse, cardin/aille, discipl/ote, mon/ouille (argent), philosoph/ard, savant/asse...

  • Mots à base « vulgaire » et suffixe « noble » : badingu/iste (partisan de Badinguet, Napoléon 3), dégout/ation, emmerd/atoire, goupillon/ner, maboul/isme, ratichon/isme, rond-de-cuir/isme, torchecul/atif – série qui prolifère dans l’emploi à la renverse des suffixes « artistes » (c’est l’époque du style du même nom) que sont -erie, -esque et -ance : d’où gueul/erie, grosse-légum/erie, pantoufl/erie ; cafard/esque, toureiffel/esque, ratichonn/esque ; gouvern/ance, manifest/ance, rouspét/ance...

  • Mots à double suffixation, « vulgaire » et « noble » : dérouléd/ard(-)/erie(+), politic/aill(-)/erie(+), vot/aill(-)/erie(+)

  • Mots à double base, « noble » puis « vulgaire » : phénol(+)/bobeuf(-), « vulgaire » puis « noble » : sergo(-)/cratique(+), et même à triple base : lèse(+)/sergo(-)/cratie(+).

  • Mots l’un dans l’autre, par décalquage-décalage : le crétinisme, les dépotés, le galeux royal (Prince de Galles), sa Saignerie, la syphilisation...

  • 8 Cf. Almuth Grésillon, La Règle et le monstre : le mot-valise, Tübingen, Niemeyer, 1984.

24Avec ce dernier cas, où deux systèmes de valeurs se perçoivent l’un à travers l’autre, nous rencontrons le point le plus original de l’oxymorisation morphologique et accentuelle du Père Peinard, ces « monstres de langue »8 que sont les mots-valises. Encore un procédé de formation lexicale mis à profit et à l’honneur, parce qu’officiellement rejeté de la norme !

25Autres exemples : badingueusard, bourgeoisillon, chameaucrate, chameaucratie, chameaucratique, cléricochon, cléricouillon, cléricouillard, cléricouillarderie, cléricanaille, cléricafard, crapouillard, dégueuloir, embistrouiller, foultitude, introdufibiliser, patrouillard, patrouillote, patrouillotard, patrouillotocard, patriotocard, pitriote, radigâle, radigâleux, républicanaille, votailler, etc.

  • 9 Ibid. p. 126.

26Dans la plupart des mots-valises forgés ou repris par E. Pouget (on sait que patrouillotisme vient au moins de Rimbaud et que foultitude date de 1848), ce qui est proprement polémique réside dans le téléscopage de deux termes dont l’un dénonce l’autre ; entre eux s’élargit une faille, se produit une chute sans rémission : ces admirateurs de Badingue (Napoléon 3) qui ne sont que des gueusards (fils de la Gueuse, la République), ces enfants de bourgeois qui ne sont que des oisillons, ces démocrates qui ne sont que des chameaux, ces cléricaux qui ne sont que des cochons, ces dépouilleurs (de scrutin) qui ne sont que des crapules, ce gueuloir (la tribune de l’Assemblée), où l’on ne fait que dégueuler, ces patriotes en patrouille qui n’ont que la trouille, qui ne sont que des tocards ou des pitres... La « co-prédication », pour reprendre l’excellent terme d’A. Grésillon, est ici systématiquement auto-destructrice. S’agit-il d’un « démasquage-par-le-dire », de l’impossible fusion du pouvoir et du contre-pouvoir », comme chez H. Heine9 ? Sans doute, mais faut-il pour cela parler de « scandale sémantique », de « paradoxe », de « monstruosité », de « production scandaleusement singulière par rapport à tout système linguistique » ? Ou ne vaudrait-il pas mieux, tout simplement, invoquer la langue, mais saisie vivante, au cœur même de sa schismogenèse ?

Dans quelle langue et quelle sorte de langue ?

  • 10 Gracchus Babeuf, Le Tribun du Peuple, n° 36, 20 frimaire an 4 (11 décembre 1795).

27Certes, avec la « co-prédication », la notion même de signe parait ébranlée. Disons plutôt que la paix du signe est mise en doute. Peut-être tous les signes, quels qu’ils soient, sont-ils virtuellement ouverts à des valeurs en contradiction ? Le mot-valise ne serait alors qu’un révélateur, inversant et empirant comme la cérémonie du Naven, de ces ambivalences, de cette insécurité qui sont constitutives du consensus normalisé... « Tel est le dictionnaire des palais, des châteaux et des hôtels, écrivait G. Babeuf, que les mêmes expressions offrent presque toujours l’inverse de signification qu’on leur reconnait dans les cabanes »10. Le système « stabilisé » des signes de la langue n’est pas seulement un principe arbitraire de recherche, à la Saussure, c’est d’abord et surtout l’inculcation d’une dominance sociale, si forte qu’elle va jusqu’à nous faire croire que tout signe repose structurellement sur une « iso-prédication », voire une « mono-référence ». Or ne parlons-nous pas souvent sur plusieurs plans en même temps ? Le syndicaliste lecteur de Pouget ne sait-il pas lire le mot anarchie à la fois à travers sa péjoration, codifiée comme usuelle et seule correcte selon le dictionnaire, et la valeur magnifiée proudhonienne du « Vive l’anarchie ! » ? On ne lit le paradoxe que dans la doxa, et inversement. C’est pourquoi les mots-conflits, dialogiques, les mots habités d’expériences et d’histoires contraires, n’obéissent pas aux catégories d’Aristote...

  • 11 Almanach du Père Peinard pour 1894, An 102, Paris, Aux bureaux du Père Peinard, s.d., p. 33.

28Mais revenons au Père Peinard. Il ne fait aucun doute qu’il parle français. Cela tient au non-bouleversement des structures à mouvance extrêmement lente (distinctions phonétiques et phonologiques, absence de déclinaisons, oppositions masculin/féminin, singulier/pluriel, ordre Sujet-Verbe-Objet, article+nom, etc.), aux intrusions rares de l’oral dans la grammaire écrite (suppressions du il neutre, du discordanciel dans la négation) ; cela tient à un espacement relatif, tout au long des phrases, des occurrences « hors norme », selon un dosage approprié au moment du texte ; cela tient aussi à des passages entiers en français « standard », qui nous reposent dans nos habitudes inculquées. Mais cela tient surtout – car cette prose était transparente aux lecteurs des bourses du travail – au fait que ce français du père Peinard a autant de droits, sinon plus, à se dire le français que toute langue de bois politique taillée dans le meilleur des dictionnaires. Simplement, son discours a socialement choisi le consensus du bas et le dissensus d’avec le haut. Laissons-lui la parole : « En ma qualité de gniaff, je ne suis pas tenu à écrire comme les niguedouilles de l’Académie : vous savez, ces quarante cornichons immortels qui sont en conserve dans un grand bocal, de l’autre côté de la Seine. Ah, non alors, que j’écrirai pas comme eux ! [...] C’est la langue du populo que je dégoise et c’est sur le même ton que nous jabottons [...]. Les types des ateliers, les gas des usines, tous ceux qui peinent dur et triment fort, me comprennent. Être compris des bons bougres, c’est ce que je veux, – pour le reste, je m’en fous ! »11

  • 12 Père Peinard, 2e année, n° 45, dimanche 12 janvier 1890, p. 6.
  • 13 Almanach du Père Peinard pour 1896. An 104, Paris, Aux bureaux de La Sociale, s.d., p. 2.

29Ni idiolecte artificiel d’écrivain, ni argotisme de petit clan anarchiste, tant sa « compétence de communication » est large à l’époque, le parler de Pouget serait-il un parler populiste ? Nous sommes bien au pôle de la parité émetteur-récepteur la plus égalitaire : ce canard, « les plumes lui poussent, il commence à voler tout seul. Et vous savez, les copains, si nous avions un canard qui fasse ses frais, bec et ongles lui pousseraient bougrement vite... »12 « A vous bons bougres et girondes copines, gas à poils et lurons à la redresse, trimardeurs, marmaillons, bas-du cul, éclopés et mistoufliers, le père Peinard vous serre la louche... »13 Langue du « peuple » ?

  • 14 « C’est la langue des ouvriers, avant tout, qui va tenir une place prédominante dans la littérature (...)
  • 15 Père Peinard, dimanche 12 janvier 1890, p. 3-4.

30Qu’on nous comprenne bien. Il ne s’agit pas de réinventer un marrisme simpliste et d’opposer une langue des ouvriers14 à une langue des intellectuels, habitées par des mémoires différentes. Nous vivons plusieurs mémoires en même temps dans la même langue, hétérogène. Le Père Peinard, lui, discours ouvriériste, se présente aussi comme un discours contre, anti-bourgeois, anti-clérical, anti-gouvernemental, anti-militariste, anti-capitaliste etc., qui s’adresse directement à ses ennemis, au plus profond de la disparité émetteur-récepteur. Le nous fraternel laisse alors la place au vous accusateur : « Sales républicains de pacotille, infâmes richards, journaleux putassiers, vous tous qui rongez le populo plus que la vermine [...] Ah ! vous n’avez pas changé ? Nous non plus. Versaillais vous êtes, Communeux nous restons ! »15.

31Revoici donc cette tension dissensuelle au cœur de la communication que nous n’avons cessé de voir à l’œuvre. Un journal pour deux publics, aimé, haï, des mots pour montrer le double fond des choses, un système linguistique faisant l’aveu des fractures qu’il dissimulait derrière les structures. On lit le Père Peinard à Langue ouverte.

Notes

1 F. de Saussure, Cours de linguistique générale, Paris, Payot, 1967, p. 43, 116, 124, 155, 159 etc.

2 Adverbe tiré de Jacques Toubon, auteur de la « Loi Toubon » purificatrice du français, promulguée le 4 aout 1994.

3 « J’ai tendance à concevoir le statuquo comme un équilibre dynamique, où des changements se produisent continuellement : d’un côté des processus de différenciation qui tendent à accentuer le contraste éthologique, de l’autre des processus qui contrarient continuellement cette tendance à la différenciation. Je désigne ces processus de différenciation du nom de “schismogenèse” [...]. Je définis la schismogenèse comme un processus de différenciation dans les normes de comportement individuel résultant d’interactions cumulatives entre des individus » (G. Bateson, La Cérémonie du Naven, Paris, Minuit, 1986, p. 220-221).

4 À propos du Père Peinard, de l’anarchisme et de l’anarcho-syndicalisme à la fin du 19e siècle, voir Jean Maitron, Le Mouvement anarchiste en France, Paris, Maspero, 1983, et C. de Goustine, Emile Pouget. Les matins noirs du syndicalisme, Paris, Éditions de la Tête de Feuille, 1972. Un corpus (pas tout à fait complet) des livraisons du journal se trouve à la bibliothèque nationale Richelieu (cote microfilm : m. 506). En librairie : R. Langlais, Le Père Peinard d’Emile Pouget, textes choisis, Paris, Galilée, 1975, et L’Almanach du Père Peinard, 1894-1899, Paris, Papyrus, 1984.

5 Cf. M. Leclercq et E. Girod de Fléaux, Ces messieurs de la CGT, Paris, Ollendorf, 1908, p. 81-97, et E. Dolléans, Histoire du mouvement ouvrier, Paris, A. Colin, 1957, 2e vol., p. 114-116.

6 Le journal, comme d’ailleurs les almanachs, d’E. Pouget semblent avoir rencontré un écho en milieu ouvrier bien plus large que celui obtenu par les Bulletins officiels des bourses du travail ou par L’Ouvrier des deux mondes de son ami Fernand Pelloutier (cf. Peter Schöttler, Naissance des bourses du travail, Paris, PUF, 1985, p. 130-132).

7 La « double contrainte » est définie par G. Bateson comme une « distorsion en matière de types logiques ». Cf. La Nature et la pensée, Paris, Seuil, 1984, p. 133.

8 Cf. Almuth Grésillon, La Règle et le monstre : le mot-valise, Tübingen, Niemeyer, 1984.

9 Ibid. p. 126.

10 Gracchus Babeuf, Le Tribun du Peuple, n° 36, 20 frimaire an 4 (11 décembre 1795).

11 Almanach du Père Peinard pour 1894, An 102, Paris, Aux bureaux du Père Peinard, s.d., p. 33.

12 Père Peinard, 2e année, n° 45, dimanche 12 janvier 1890, p. 6.

13 Almanach du Père Peinard pour 1896. An 104, Paris, Aux bureaux de La Sociale, s.d., p. 2.

14 « C’est la langue des ouvriers, avant tout, qui va tenir une place prédominante dans la littérature, et nous pourchasserons les particularités de la langue des intellectuels » (V.P. Apte-kar, fin des années 1920). Cité par Patrick Sériot, « Le cas russe. Anamnèse de la langue et quête identitaire (la langue, mémoire du peuple) », Langages, 114, juin 1994, p. 88.

15 Père Peinard, dimanche 12 janvier 1890, p. 3-4.

Notes de fin

1 Texte paru dans G. Dotoli (dir.), Studi in onore di Vito Carofiglio, Fasano, Schena Editore, 1998, p. 393-403. Recherche faite en collaboration avec Ida Porfido (premières versions dans Des mots sur la grève, Propos d’Étymologie sociale 1, p. 237-264).

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search