Version classiqueVersion mobile

Propos d’étymologie sociale. Tome 3

 | 
Maurice Tournier

De participation à solidarité, de coopération à mutualité. Le vocabulaire solidariste dans le discours syndical1

Texte intégral

  • 1 Extrait d’une contribution donnée au colloque sur les dictionnaires, Université de Cergy-Pontoise, (...)
  • 1 Logiciel LEXICOl mis au point au Laboratoire de Saint-Cloud par André Salem. Pour la méthodologie, (...)

1Le corpus de données textuelles (751 119 occurrences) comprend toutes les résolutions confédérales votées en congrès national au sein des quatre centrales ouvrières françaises de 1971 à 1990. Les noms abstraits qui touchent à la solidarité (de fréquence supérieure à 50) seront confrontés les uns aux autres, du point de vue de leurs emplois en quantité et en contexte. On espère ainsi traquer l’émergence du sens par l’analyse externe d’une part des spécificités statistiques et d’autre part de leurs spécifications d’entourage. L’application du module « Spécificités » du logiciel LEXICO1 a permis une probabilisation systématique des fréquences obtenues selon deux types de partition :

  • une comparaison inter-confédérale, obtenue en divisant l’espace temporel en deux périodes de dix ans (1971-1980 et 1981-1990), regroupant ainsi les résolutions de chaque centrale en deux « textes », d’où un corpus total découpé en 8 textes (appelés successivement CFDT 1, CFDT2, CFTC1, CFTC2, CGT1, CGT2, FOI, FO2) ;
  • quatre comparaisons intra-confédérales, pour rechercher à part l’évolution interne, de congrès à congrès, propre à chacun des corpus confédéraux.

Les spécificités statistiques

  • 2 Est nommée « segment répété » ou SR toute séquence de plusieurs formes, quel qu’en soit le nombre, (...)

2L’indexation d’un corpus de textes (T) consiste à inventorier toutes les formes graphiques ou tous les segments de formes contigües2 qui s’y répètent ; ces éléments sont dotés chacun d’une fréquence totale (F) ainsi que de toutes les fréquences locales observées dans chaque texte. L’ordinateur ou plutôt les programmes qui les commandent, en s’appuyant sur les chiffres qu’il a déterminés (T, t, F, f), construit, grâce à un calcul hypergéométrique (T !/t ! (T-t) !), l’ensemble de toutes les combinaisons équiprobables qui soient mathématiquement possibles ; puis il détermine la place que la réalité de la fréquence locale f occupe dans cet univers de possibles. Cette proportion du réel constaté sur le potentiel total est très exactement la probabilité associée à f et aux fréquences qui la suivent. Plus cette proportion est grande, à partir et au-delà de 5 % par exemple, plus le constat sera déclaré sans grande pertinence statistique. Plus, en sens inverse, elle est faible (inférieure à 5 %), plus le constat sera jugé mathématiquement inattendu et déclaré « spécifique », donc susceptible d’être commenté.

3Cette sorte de jugement en probabilité p sur chaque fréquence locale f joue dans les deux sens du suremploi ou du sousemploi dans un texte par rapport aux autres emplois dans les autres textes.

4Quatre cas peuvent alors se présenter :

  • ou bien le terme (forme ou segment) possède dans un texte t une fréquence f très supérieure à celle que l’on aurait attendue (étant donnés T, t et F) : il est alors considéré comme suremployé localement et un indice + (signe de spécificité positive) lui est attribué ;
  • ou bien le terme possède une fréquence très inférieure à celle qui serait attendue et il est considéré comme sousemployé localement ; en conséquence, un indice – (signe de spécificité négative) lui est attribué ;
  • ou bien la fréquence f obtient 5 % de probabilité ou davantage et le terme concerné est considéré comme d’emploi banal, digne d’un indice b, sans spécificité statistiquement discernable. (Il peut se produire, même si toutes les fréquences f s’avèrent supérieures à zéro, qu’aucune ne soit jugée en position de suremploi ou de sousemploi. Elles sont, dans ce cas, toutes notées b et le terme caractérisé comme d’emploi « banal partout » ; ses fréquences recueillent un indice global B, signe des termes de Base du corpus dans la partition considérée.).
  • enfin, une fréquence zéro sans spécificité négative ne pouvant être dite banale, le jugement est suspendu et aucun indice ne lui est attribué.

5Les indices +, -, b et B sont suivis, dans le tableau présenté plus loin, d’un coefficient à deux chiffres, qui donne une idée du degré de spécificité atteint. Ce « coefficient de spécificité » ne fait que reprendre la valeur absolue de l’exposant négatif de la probabilité ; il permet, ce faisant, de rendre compte de l’ordre de grandeur de cette probabilité. On comprendra que, plus ce nombre est élevé, plus la probabilité est infime, et donc plus la spécificité de la fréquence constatée (en positif comme en négatif) est signalée comme significative. Ainsi l’examen des fréquences se trouve remplacé par l’observation des valeurs absolues des probabilités.

6Soit, pour une fréquence donnée dans une case marquée + ou -, un coefficient de 02 indiquera une probabilité de l’ordre du centième mais inférieure à 5 %), un coefficient de 04 indiquera toute probabilité de l’ordre du dix-millième, 09 toute probabilité de l’ordre du milliardième, etc. Plus la probabilité de l’événement fréquentiel se réduit, plus son degré de spécificité est important. Que dire d’un coefficient de 65, sinon qu’il mesure une fréquence à ce point exceptionnelle qu’elle n’avait quasi aucune chance, mathématiquement parlant, de se produire aussi forte (ou aussi faible). On se donne donc le droit de l’interpréter. Le spécifique précède le spécifié.

  • 3 Quant à partenariat, il n’est pas encore d’usage courant dans le discours syndical à cette époque, (...)

7Les substantifs « solidaristes », dans le discours syndical, parlent tous d’organisation et d’action collectives en vue d’un bien commun. Les termes abstraits, à fréquence supérieure à 50, rassemblés dans le tableau page suivante, semblent donc tous, par définition, converger sémantiquement dans la désignation d’un mouvement de regroupement à visée sociale, caractérisé par des mises en commun et parfois une certaine fraternisation (bien que le mot fraternité lui-même n’ait que 10 occurrences3).

8Malgré des profils d’emploi relativement divergents et une absence de phénomènes de relai, plusieurs ressemblances statistiques sont perceptibles entre participation, solidarité et coordination, pour lesquelles CFTC et CFDT s’inscrivent en emploi banal ou positif et CGT et FO plutôt en emploi banal ou négatif, avec, en seconde période, une forte montée pour la CFTC et une forte descente pour la CGT.

9Participation, forme majeure employée par tous, est en effet plus particulièrement utilisée par la CFTC, surtout pendant la seconde période. Mais s’agit-il chaque fois du même nom ? D’emploi relativement uniforme, le verbe participer (F = 188 à l’infinitif), lui, subit beaucoup moins de fluctuations (une seule spécificité, négative, à FO2).

10Solidarité fait partie des priorités de la CFTC et de la CFDT, surtout en seconde période (avec un suremploi à FO à la même époque) ; mais, perdu dans la masse du vocabulaire cégétiste, le mot se signale, proportionnellement aux autres locuteurs, par un emploi moindre. De la même manière, solidaire (F = 47) est spécifique en positif de CFDT2 et en négatif de CGT2 et le pluriel solidarités (F = 37) est également suremployé à la CFDT2 (et à la CFTC1), alors qu’il apparait sousemployé à la CGT et banal à FO. Cette famille, sans s’absenter d’aucun congrès, aurait-elle un trait du vocabulaire « réformiste » (chargé ici d’un zeste de connotation chrétienne) qui caractérise la seconde période ?

  • 4 Le mouvement d’amplification est fort, comme le prouve le coefficient de spécificité qui passe de (...)

11Il n’en va pas de même pour coopération(s). Peu utilisé en proportion aussi bien à la CFTC et à FO qu’à la CFDT1, le terme manifeste au pluriel une quasi appropriation de son emploi par la seule CGT des années 1982-89 : 178 occurrences sur 179 pour la forme plurielle lui sont dues (d’où le coefficient de 65). L’examen des spécificités intra-confédérales nous apprend même qu’il s’agit d’une forme réservée exclusivement aux deux derniers congrès cégétistes de notre corpus, avec 66 occurrences en 1985 et 112 en 19894.

12Coordination, à l’inverse des précédentes, est une forme utilisée par tout le monde en toutes époques, à l’exception d’un trop plein important à la CFTC2 compensé par un manque significatif à la CGT2.

13Mutualité, enfin, apparait en suremploi à la CGT2 et à FOI, tandis que collaboration réserve le maximum de ses emplois à la CGT des années 1972-78.

  • 5 Les calculs des probabilités n’ont évidemment rien à voir avec le champ lui-même. La définition d’ (...)

14Voilà ce qu’un balayage rapide des coefficients de spécificité permet d’observer sur les différents substantifs qui constituent le champ « solidariste »5. Des formes à forte présence (participation, solidarité, coopération) ou de grande permanence (coordination, participer) s’opposent à des formes qui paraissent davantage soumises à la conjoncture sociale et politique (coopérations, coordinations, partenaires) et à une stratégie d’invocations idéologiques (mutualité, collaboration). Des locuteurs et/ou des moments peuvent ainsi être caractérisés par tel ou tel suremploi ou sous emploi, dont il faut chercher les raisons.

15En outre, l’importance des observations que l’on peut faire à ce propos se trouve renforcée par le fait que ces formes sont accompagnées par d’autres dans le discours, identiques ou différentes elles aussi : ce ne sont pas des mots isolés mais des séquences engrappées qu’il convient d’observer dans leurs contances, leurs variations et leurs évolutions. D’où le recours systématique, dans un second temps de chaque article, à des analyses de contexte immédiat.

Spécifications contextuelles

  • 6 Ce programme existe et a servi avec fruit dans le passé (il était l’œuvre de P. Lafon, cf. Dépouil (...)

16À défaut de pouvoir mettre à profit un programme d’analyse statistique des cooccurrences6, deux perceptions du contexte immédiat seront mises ici en pratique. D’une part, un relevé systématique des segments répétés (SR) du corpus permet de rendre compte des lexies les plus soudées dans lesquelles les formes étudiées fonctionnent. D’autre part, des listes exhaustives de « concordances » (une ligne de texte avec, au centre, le mot-pivot étudié) ou de « contextes » (plusieurs lignes avant et après le mot-pivot) permettent de retrouver la forme étudiée dans son environnement immédiat. Celui-ci, dans l’exemple des termes « solidaristes », sera surtout examiné sous l’angle des spécifications qualificatives et déterminatives.

17Il existe dans nos données au moins trois réseaux de collocations pour la forme participation.

18Le plus important concerne le monde des salariés : la participation est dite active, démocratique, effective, large, réelle..., des travailleurs, de la masse des travailleurs, des syndiqués, des organisations syndicales, de la classe ouvrière, des salariés... à l’organisation de, à l’édification de, à la gestion de, à l’action, à la vie sociale, aux luttes, etc.

19Dans ce cadre, le segment participation des travailleurs obtient 40 occurrences et une séquence comme « participation... des [travailleurs]... à [une action ou un pouvoir] » une trentaine. Mais, dès ce niveau de collocation, les emplois se scindent : il y a le mot de soi (en usage syndical) et le mot de l’autre (l’Etat). Alors que, par exemple, la CFDT se déclare en faveur d’« une participation des salariés à la gestion des entreprises », FO « dénonce les fausses et dangereuses solutions dites de participation ou de démocratisation faites par les gouvernants ».

20Un second réseau déplace le sujet de la participation, des travailleurs à la France, à l’État, au patronat. Il ne s’agit plus alors d’action mais essentiellement de financement : participation (accrue, budgétaire, financière...) de l’État, de la France, patronale... aux frais de, à la formation..., prise de participation, etc. Les 8 occurrences du pluriel ont la même valeur d’engagement financier.

21Le verbe participer joue un rôle identique (au sens d’être impliqué) sur ces deux plans, actif et politique (travailleurs) ou économique et financier (État, patronat).

  • 7 Cf. « Participation des salariés aux fruits de l’expansion des entreprises », ordonnances du 17 ao (...)
  • 8 Le segment « participation des travailleurs » (F = 40) recueille un indice S+ à la CFTC 1 ; celui (...)

22Le troisième réseau est bien plus rare. Il réfère au thème proprement gaulliste de « la participation » (des travailleurs « aux bénéfices de l’entreprise »)7 ; le mot est même deux fois mis entre guillemets par la CGT. Il suit, à la CFTC, le même profil d’emploi qu’intéressement8, auquel il peut servir de second. Cette dernière va jusqu’à souhaiter non seulement « un droit de participation à la définition des modalités d’organisation et d’exécution » (premier réseau), mais – rappelant l’ordonnance chiraquienne du 21 octobre 1986 – une « participation des salariés à l’accroissement du capital des entreprises » (second réseau) et, par voie de conséquence, « le développement de la participation des salariés aux bénéfices » (troisième réseau). CGT et FO s’inscrivent résolument en négatif dans leur rapport à ces thèmes : la CGT dénonce « une prétendue participation » et FO le « leurre » de la « participation des salariés à la gestion des entreprises ». L’usage de participation recouvre bel et bien un enjeu politico-idéologique.

23La forme solidarité change de collocations d’une période à l’autre, tout particulièrement à la CFDT. Entre 1973 et 1979, il n’existe chez elle qu’au singulier et il est, pour l’essentiel, dévolu au rôle d’affirmation d’un principe,

  • pour moitié au plan international (solidarité entre les peuples, internationale, syndicale mondiale, à l’échelle mondiale, des luttes des peuples du Tiers-Monde...) ;
  • pour moitié au plan ouvrier (solidarité de classe, d’intérêt, de la classe ouvrière, entre syndicats, dans les luttes, de tous les travailleurs, de tous les adhérents...).

24Ce principe est promu comme valeur dynamique. Variés sont les qualifiants qui le colorent ainsi : solidarité... active, agissante, effective, efficace ; devoir de solidarité.

  • 9 Le segment « la solidarité internationale » (F = 33) recueille un indice S+ à la CGT2 (f = 20) et (...)

25Nous trouvons, à la CGT1, un réseau semblable – quoique fusionnant souvent les deux plans international et ouvrier, avec des expressions du genre : solidarité aux travailleurs et aux peuples, solidarité internationale9 de classe, solidarité internationale des travailleurs, solidarité ouvrière internationale...).

26En revanche, la CFTC1 fait apparaitre dans ses contextes des collocations différentes, de type rarement international, touchant le plan des pratiques sociales. À 2 occurrences qui visent le niveau international répondent 31 autres, au singulier comme au pluriel, qui visent soit le Fonds national de solidarité (FNS), soit : la solidarité nationale, à l’égard des malades, pour résorber les zones de salaire, envers les plus faibles, du monde du travail, avec les plus défavorisés, pour les familles, pour assurer, garantir... ou, en position finale, le sens, le renforcement des solidarités, l’établissement de solidarités effectives...

27C’est un réseau du même type qui se découvre à FO1. À 4 exceptions près (solidarité des peuples, entre les peuples, aux travailleurs espagnols, avec les pays en voie de développement), la solidarité de FO, nationale ou ouvrière, s’applique essentiellement aux pratiques financières de la Sécurité sociale et du FNS.

28Cet aspect précis et concret de la solidarité, présent à la CFTC et à FO dès la première période, semble passer dans le discours de la CFDT (et un peu de la CGT) pendant la seconde période. On dirait, en particulier, que les valeurs pragmatiques de la CFTC1 et de FOI glissent dans les emplois du terme à la CFDT2, initiant un rapprochement sémantique. À 1 occurrence de solidarité internationale répondent en effet, dans les années 1982-1988 des congrès de cette dernière centrale, 23 occurrences du type solidarité à l’égard des chômeurs, pour l’emploi, face au chômage, entre les régimes, étendue à l’ensemble des catégories..., à quoi s’ajoutent les locutions contrats, fonds, prélèvement... de solidarité. La découverte par la CFDT du pluriel, auquel vient 5 fois s’adjoindre l’adjectif nouvelles et le verbe construire dans l’expression construire de nouvelles solidarités, va dans le même sens.

29Dans une moindre mesure, la CGT suit ce mouvement. Certes on retrouve chez elle, en seconde période, solidarité de classe, de lutte, dans les luttes et surtout solidarité internationale (des travailleurs), mais apparaissent contrats, impôt, fonds national, mécanisme, système... de solidarité, solidarité mutuelle, entre communes... Mentionnons pourtant que la locution nouvelles solidarités, qui apparait elle aussi, est prise plutôt ironiquement à la CGT2 : « sous couvert de nouvelles solidarités », « au nom de soi-disant nouvelles solidarités », sauf si elle se trouve accompagnée par lutte(s) : « toutes ces nouvelles solidarités de lutte ». L’expression en tant qu’assumée seule est donc uniquement cédétiste.

30Coopération apparait, dans ses contextes d’emploi, beaucoup plus technique que solidarité. Les deux mots sont d’ailleurs peu accouplés, comme dans : un tout autre avenir de coopération et de solidarité (CFDT1), ces solidarités et ces coopérations (CGT2). Une hiérarchie peut placer la solidarité comme source de la coopération : cf. une coopération fondée sur la solidarité (CGT2). Cet aspect concret, sous l’égide de l’abstrait solidarité, se constate chez les quatre confédérations. Coopération est suivi ou précédé par des adjectifs ou des compléments de type déterminatif ou localisant, dont les principaux sont :

  • coopération... économique, technique, scientifique, technique et scientifique, économique et technique, économique technique et culturelle, internationale (23 occ. à la CGT2), syndicale, intersyndicale, régionale, européenne...
  • coopération... avec le Tiers-monde, avec les peuples, entre pays, entre états, entre gouvernements, avec les syndicats, à l’égard des pays les plus pauvres, au plan communautaire, à l’étranger, au niveau national...

31À cela s’ajoutent les incitatifs et renforçatifs habituels : coopération... active et organisée, véritable, effective, efficace, accrue, nécessaire...

32Le terme est donc très rarement employé seul, très rarement aussi en fonction de sujet. Il fonctionne de préférence comme complément de nom : relations, action, politique, rapports... de coopération (exemples pris dans CFDT1) ou en position de complément direct ou indirect d’un verbe : on agit pour, préconise, développe, renforce ou altère, on établit, pratique une politive active de, on pousse à... (exemples pris dans CGT2).

  • 10 Dessinant d’ailleurs un mouvement d’amplification important, ainsi qu’en témoigne l’indice de spéc (...)

33La fréquence inattendue du pluriel à la CGT2 (dont le corrélat est son absence ailleurs) s’explique par des lexies qui relèvent d’un usage propre à ses congrès 1985 et de 198910. Dans plus des trois quarts des cas, coopérations se trouve pris dans un groupe de mots :

  • soit en couplage avec un autre substantif qui le précède, comme si coopérations représentait l’inscription dans la pratique d’un principe préalablement énoncé : échanges et coopérations, solidarités et coopérations, liens structurels et coopérations, ou dans l’alliance avec son contraire : indépendance nationale et coopérations internationales ;
  • soit en relation de déterminant (qui souligne également cet aspect réaliste) : le développement (f = 16), l’efficacité, la mise en œuvre, le renforcement, la promotion, l’instauration, les possibilités, les accords... des (de, de ces) coopérations. Il est à noter que les verbes jouent le même rôle « pratique » : développer (f = 10), promouvoir, favoriser, engager ;
  • soit en relation de déterminé (par un adjectif, postposé de préférence) : coopérations... bilatérales, multilatérales, bi- ou multilatérales, économiques, scientifiques et technologiques, syndicales.

34Par rapport au singulier, le pluriel coopérations présente quatre originalités de contexte : il peut être en position de sujet (ces coopérations... doivent impliquer, intégrer, se développer, se réaliser...) ; il est encore davantage en relation avec une notation de nouveauté ou de renouvellement : nouvelles coopérations (9 occ, comme au singulier), coopérations nouvelles (9 occ. contre 1 au singulier), inédites, de type nouveau, vers un « nouvel ordre » économique... Coopérations est aussi qualifié non seulement par les adjectifs habituels du renforcement (nécessaires, efficaces) mais par des adjectifs qui connotent un curieux désir d’équilibre : la CGT2 parle de coopérations... stables et équilibrées, constructives, mutuellement avantageuses. On dirait que les pour et contre de ces coopérations ont été longuement pesés. Ces formules nouvelles paraissent comme chargées, dès leur apparition, à la fois de nécessité et de méfiance. Enfin, plus encore que le singulier, le mot est le départ de locutions formées avec entre, inter, intra : coopérations... internationales (f = 26), entre (les) entreprises, les établissements, les États, les salariés, la France et..., interentreprises (f = 11), intra-communautaires, intra-européennes, etc.

  • 11 Le segment « reconquête du marché intérieur » a ses 35 occurrences à la CGT2 (indice S+ muni d’un (...)

35Outil cégétiste, récent et original, senti disponible et non piégé – à la différence de solidarité(s) – pour des relations hors frontières, maitrisables et encourageables, coopérations serait-il déjà le signe choisi et explicite d’une ouverture aux réalités mondiales du marché11 ? Assistons-nous là, tout au bout des années 80, à l’inauguration d’un nouveau discours cégétiste ?

36Coordination est un terme de CFTC2, mais sans originalité dans l’emploi par rapport aux autres centrales. Terme technique, pour l’essentiel : près de 80 % de ses occurrences sont suivies par des, entre les, inter-, avec les, au niveau, sur le plan de, etc. Il se situe au sein de processus dont il est souvent le maillon final, comme pour un aboutissement : concertation et coordination ; simplification, décloisonnement, coordination et mobilisation paritaire (CFTC) ; impulsion, soutien (ou animation) et coordination (CFDT), harmonisation et coordination (CFTC, CGT), impulsion, organisation et coordination (CGT) ; impulsion, coordination et concertation (FO). Le terme successeur peut être identique dans toutes les confédérations (coordination... de l’action, des actions) ou spécifique de la CFDT et de la CGT (... des luttes).

37Coordinations n’est pas exactement le pluriel de son singulier. On ne le trouve qu’à la CGT et en 2e période, très circonstanciel et concret : il s’agit de « coordinations syndicales » (3 occ.) ou de regroupements de travailleurs en lutte en dehors des organisations existantes (3 occ). La CGT signale d’ailleurs avec des guillemets « l’apparition de “coordinations”, “comités” ou autres ». Usage enregistré mais venu d’ailleurs.

38Le vieux terme de mutualité de même que mutuel (F = 70, pour les formes de l’adjectif et du substantif réunies) et mutualiste(s) (F = 51) servent à mentionner l’existence des organisations solidaristes traditionnelles du mouvement ouvrier et s’insère dans des séquences où l’on trouve : sécurité sociale, prévoyance, assurances chômage, protection sociale, régimes complémentaires, etc. Héritage ancien positif, toujours pris en bonne part et mis en avant par la tradition FO et CGT.

  • 12 Le segment « collaboration de classe » (F = 25) recueille un indice S+ à la CGT1 (f = 12) et un in (...)

39Quant à collaboration, terme essentiellement cégétiste, il couvre l’ensemble de la période avec l’expression collaboration de classe(s) (18 puis 16 occ. à la CGT, 1 à FO1, 0 ailleurs)12. Quasi toujours négatif, si l’on en croit ses voisins, il sert à stigmatiser les compromissions : « excluant toute attitude de collaboration », « collaboration à la politique d’austérité », « son idéologie de collaboration de classe. Elle porte atteinte... », « collaboration de classe. Elle attaque... », « le réformisme, la collaboration de classes, la résignation ». Le pluriel, rare mais présent à la CGT, ne partage pas cette connotation péjorative.

De l’emploi au sens

40Que peut-on dire sur le « sens » de tous ces mots ? Si semblables pour certains d’entre eux dans des contextes courants où ils peuvent commuter, non seulement ils divergent ici selon la répartition de leurs fréquences et leurs entourages immédiats, mais aussi selon leurs rôles et leurs référents sociaux et historiques. Certes il s’agit toujours de s’impliquer dans une activité collective, d’apporter aide ou contribution à une œuvre commune, sens-noyau ; mais que de différences entre un principe idéaliste devenu pratique valorisée comme solidarité et une attitude stigmatisée comme collaboration, entre des abstraits, techniques comme coordination ou politiques, voire géopolitiques, comme coopération, et des concrets sociaux comme coordinations ou mutualité, entre un usuel général comme coordination et une innovation stratégique comme coopérations !

41Quant à participation, le terme demeure ici essentiellement ouvrier (il s’agit de la participation des travailleurs à...), à quoi s’ajoute, technique, la prise de participation (financière) des partenaires sociaux. A la différence de la CFTC, les autres centrales semblent se méfier des autres usages du mot, trop marqués sans doute par la politique et une certaine idéologie de « collaboration de classes ». On aurait pu, en effet, attendre une plus grande fréquence conférée au slogan de « la participation » gaulliste, même à titre critique ; cela n’est jamais le cas, sauf à la CFTC.

  • 13 Un paragraphe de type historique clôt chaque rubrique du Dictionnaire des fréquences syndicales. V (...)
  • 14 « Appropriation progressive du capital des entreprises par les salariés » (Qu’est-ce que la partic (...)
  • 15 Voir André Jeanson, « Participation et contestation », Formation CFDT, 56,1964.
  • 16 « Ce qui s’impose, au total, c’est la participation », disait De Gaulle. Laquelle ?

42L’étude de ce champ sémantique montre combien le sens des mots les plus neutres en apparence ne peut être valablement défini qu’en situation d’emploi, dans son rapport aux enjeux politiques et historiques13 qui les impliquent. Pendant les années 1960, tandis que certains politiques prônaient la « participation aux fruits de l’expansion » (René Capitan, Louis Vallon) voire au « pancapitalisme » de Marcel Loichot14, d’autres, syndicalistes, utilisaient le mot dans le sens de « participation aux responsabilités économiques » (Pierre Lebrun, 1969) ou d’accession ouvrière aux pouvoirs de décision15. D’où son ambiguïté, fortement ressentie16. Edmond Maire ne prévenait-il pas ainsi ses troupes : « Méfiez-vous du mot participation. Il est enrobé dans le miel de la facilité de vocabulaire ».

Notes

1 Logiciel LEXICOl mis au point au Laboratoire de Saint-Cloud par André Salem. Pour la méthodologie, cf. P. Lafon, Dépouillements et statistiques en lexicométrie, Genève-Paris, Slatkine-Champion, 1984, p. 44-85.

2 Est nommée « segment répété » ou SR toute séquence de plusieurs formes, quel qu’en soit le nombre, qui se répète à l’identique au long d’un corpus ou d’un texte. Les SR sont susceptibles, à l’instar des formes seules, de constats fréquentiels et d’analyse en probabilité. Cf. A. Salem, Pratique des segments répétés. Essai de statistique textuelle, Paris, Klincksieck, 1987.

3 Quant à partenariat, il n’est pas encore d’usage courant dans le discours syndical à cette époque, ne recueillant dans tout le corpus que 4 occurrences (contrairement à partenaires (F =151), terme spécifique en positif de la CFTC et de FO et plus particulièrement suremployé par la CFTC pendant la seconde période, vu son coefficient de 39).

4 Le mouvement d’amplification est fort, comme le prouve le coefficient de spécificité qui passe de 4 en 1985 à 29 en 1989.

5 Les calculs des probabilités n’ont évidemment rien à voir avec le champ lui-même. La définition d’un autre champ possible (la série étymologique participation, participer, participants, par exemple) reposerait sur des coefficients de spécificité inchangés.

6 Ce programme existe et a servi avec fruit dans le passé (il était l’œuvre de P. Lafon, cf. Dépouillements…, p. 129-200) ; mais la version utilisée nécessitait un important centre de calcul (CIRCE d’Orsay puis de Montpellier). Or ces centres ont été fermés aux utilisateurs des sciences humaines… Une version pour micro-ordinateur est à l’étude. Voir La Parole syndicale…, p. 187-219, et Mots 14, p. 89-123.

7 Cf. « Participation des salariés aux fruits de l’expansion des entreprises », ordonnances du 17 aout 1967 (JO n° 67-129) ; Qu’est-ce que la participation ? (avant-propos d’Alain Peyre-fitte), Paris, Plon, 1969.

8 Le segment « participation des travailleurs » (F = 40) recueille un indice S+ à la CFTC 1 ; celui de « participation des salariés » (F = 24) le relaye avec deux indices S+, dont un coefficient de spécificité de 06 en seconde période. La forme intéressement (F = 40) recueille aussi deux indices S+ à la CFTC, pour des fréquences de 10 et de 21. Partout ailleurs, signes négatifs ou banals.

9 Le segment « la solidarité internationale » (F = 33) recueille un indice S+ à la CGT2 (f = 20) et S- à FO1 (f = 0). Dans les autres textes : emploi « banal ».

10 Dessinant d’ailleurs un mouvement d’amplification important, ainsi qu’en témoigne l’indice de spécificité intraconfédéral qui passe, à la CGT, de 04 en 1985 à 29 en 1989.

11 Le segment « reconquête du marché intérieur » a ses 35 occurrences à la CGT2 (indice S+ muni d’un coefficient de 14).

12 Le segment « collaboration de classe » (F = 25) recueille un indice S+ à la CGT1 (f = 12) et un indice S- à la CFTC2 (f = 0).

13 Un paragraphe de type historique clôt chaque rubrique du Dictionnaire des fréquences syndicales. Voici celui de notre exemple : « Substantifs classiques, formés par des suffixes abstraits en -té ou en -ation ou à l’aide du préfixe co- (“ensemble”), les mots “solidaristes” datent soit du 14e siècle, apparus dans des traductions médiévales de textes latins (mutuel, cooperation, coordination, participer), soit du 18e dans des textes juridiques (mutualité, collaboration, solidarité). Ils ont glissé, au cours du 19e siècle, d’usages savants (coordination), juridiques et techniques (participation, collaboration, mutualité, solidarité : mise en commun de fonds, de travaux ou de biens… et de responsabilités) ou religieux (coopération de l’homme à la grâce de Dieu) à des usages beaucoup plus généraux. Mais chacun garde, plus ou moins, ses couleurs ou ses cicatrices socio-historiques. C’est à travers elles que ces mots se sont idéologisés. Les sociétés de secours mutuel, devenues les “mutuelles”, et leur mouvement, la mutualité, le mutualisme (qui a remplacé le mutuellisme), ont une longue complicité avec le mouvement ouvrier (“Mutuellistes” étaient les canuts lyonnais insurgés en 1831 et 1834). De même, coopération n’est pas sans évoquer dans la mémoire syndicale le mouvement des coopératives ouvrières. La reconnaissance d’une valeur positive, élargie aux rapports avec l’étranger, s’est de nos jours manifestée par son entrée en titre dans un ministère. La Solidarité, pour sa part, s’est trouvé entrainée dans les slogans révolutionnaires de 1848 (Certains prônaient le tryptique “Liberté, égalité, solidarité”) puis elle a été marquée par le “solidarisme” au tournant des 19 et 20e siècles (Léon Bourgeois), avant de ressortir dans le langage social-chrétien puis socialiste. Du discours sur la sécurité sociale aux slogans soixantehuitards, on peut en déceler la permanence. Participation, devenu au 19e siècle un terme économique (fonctionnant avec “association capital-travail”) est occupé par l’ancien slogan des syndicats “jaunes” qui, dans un esprit de collaboration des classes, prônaient en 1901 la “participation aux bénéfices”, thème réactivé par les gaullistes progressistes d’après-guerre puis lors du débat sur l’“intéressement” des années 1960, lequel s’est heurté à des refus syndicaux. La lexie “collaboration de classes” se maudissait dès 1920 à la CGT. Quant à “la Collaboration” tout court, elle peut évoquer – à son corps défendant – la politique pro-allemande de Vichy, valeur absente du discours syndical, mais sait-on jamais… Le mot reste parfois d’emploi délicat. Cicatrices et tabous d’emploi cousinent… » (Le Syndicalisme à mots découverts, p. 223-224).

14 « Appropriation progressive du capital des entreprises par les salariés » (Qu’est-ce que la participation ?, Paris, Plon, 1969, p. 47.

15 Voir André Jeanson, « Participation et contestation », Formation CFDT, 56,1964.

16 « Ce qui s’impose, au total, c’est la participation », disait De Gaulle. Laquelle ?

Notes de fin

1 Extrait d’une contribution donnée au colloque sur les dictionnaires, Université de Cergy-Pontoise, 20 mars 1996. L’analyse des termes « solidaristes » fait partie d’un dictionnaire des fréquences syndicales pour les années 1971-1990, publié par A.M. Hetzel, J. Lefèvre, R. Mouriaux, M. Tournier, sous le titre Le syndicalisme à mots découverts, Paris, Éditions Syl-lepse, 1998 (voir p. 219-224).

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/2214/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 100k

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search