Version classiqueVersion mobile

Propos d’étymologie sociale. Tome 3

 | 
Maurice Tournier

« Madame la marquise »*

Texte intégral

  • * Article paru dans Hommage à Nina Catach, Paris, Champion, 2001, p. 101-118. Une courte chronique s (...)
  • 1 Malgré l’Académie, le titre d’académicienne est revenu tout naturellement dans les journaux, à la s (...)

1Quelques académiciens et une académicienne (terme attesté dès 1701, date à laquelle la poétesse Antoinette-Thérèse Deshoulières a reçu de ses pairs arlésiens des « Lettres d’académicienne »)1 ont jugé bon, l’an dernier, de jeter l’opprobe sur la « féminisation » des titres, des grades et des noms de profession ou, plus largement, des mots porteurs d’un statut social. L’occasion : le culot manifesté par la ministre Martine Aubry, la secrétaire d’État Marie-George Buffet, la garde (ou gardienne) des sceaux Elizabeth Guigou, la ministre déléguée Ségolène Royal, la porte-parole, à l’époque, Catherine Trautmann, les députées socialistes. Il faudrait saluer ces dames, selon nos immortels, avec des « Madame le... », pour respecter, assurent-ils, la tradition, l’usage, la norme, la logique, l’euphonie, le neutre, la grammaire, bref la démocratie ! Autant d’erreurs manifestes, dignes de certaines lubies administratives qui ne remontent guère au-delà de la 3e République. Évoquons ces prétextes avant d’envisager les solutions possibles à certains cas de féminisation.

2La tradition ! Mais elle ne peut que rebrousser le poil de nos académiciens en colère, tant elle joue en sens inverse du leur. De « Madame la logeuse » à « Madame la reine », les appellations d’Ancien Régime possèdent toutes leur féminin, dès que le besoin d’une reconnaissance sociale s’en est fait ressentir : « Tout va très bien, Madame la marquise ! » Plus largement, l’attribution à la femme d’un statut ou d’une qualité s’est souvent accompagnée, dans les langues romanes, d’une féminisation nominale. On le constate dès le latin avec accusatrix, auctrix, balneatrix, cantatrix, civis romana, clienta, conductrix, curatrix, deprecatrix, domina, famulatrix, genitrix, herois/heroina, imperatrix, moderatrix, négociatrix, neptis, pro-pugnatrix, quasillaria, poetria, regina, serva, spectatrix, vaticinatrix, etc. Dans l’aire des langues romanes, professeur possède son double féminin usuel non seulement en espagnol (professera), en portugais (professora), en italien (professoressa), mais en français québécois et belge (où s’impose peu à peu une professeure) et en Suisse (où l’on commence à dire une professeur). Ce n’était pas de l’article la que Balzac se gaussait mais de la parade d’une épouse, lorsqu’il décrivait « la femme d’un gendarme à qui on dit Madame la mairesse gros comme le bras ». C’est la prétention féministe que visait Mérimée quand il évoquait « de vieilles et laides femmes toutes sénatrices et députées ». Commentaire des grammairiens qui les citent : « Le temps et les circonstances aidant, ces féminins sont devenus des formes normales » (Wagner et Pinchon, 1962). Quoi qu’en disent les académiciens, la tradition, c’est bel et bien Madame la...

  • 2 Th. Gautier et Ch. Baudelaire célébraient en Mme Sabatier, l’inspiratrice qui présidait l’assemblé (...)
  • 3 On trouve dans l’Heptaméron de Marguerite de Navarre : « La lieutenande et son mary ».

3Tel est aussi l’usage populaire. Qu’apparaissent un métier, une fonction, un grade ou un titre sociologiquement féminisables, le nom féminin suit toujours, à plus ou moins longue échéance, s’intégrant dans la langue sans autre problème que la résistance masculine : soldate (1617), ouvrière (1751), infirmière (1765), citoyenne (1789), institutrice (1793), camarade (1848), bachelière (1867), électrice (1890), en sont autant de bornes témoins, ces apparitions officielles du féminin étant d’ailleurs vécues chaque fois comme une conquête. Tant il est vrai que la langue interprète la société. Le temps est révolu où l’étudiante (Acad. 1740) était la grisette de l’étudiant, la pharmacienne (Acad. 1935) l’aide du pharmacien et l’ambassadrice (Acad. 1694) l’épouse de l’ambassadeur... D’ailleurs, une présidente n’est-elle pas depuis l’origine, dès le 13e siècle, et encore chez Gautier et Baudelaire2, non la femme du président (cf. Laclos) mais « celle qui préside une réunion » ? La Satyre Ménippée ne saluait-elle pas avec « Madame la lieutenande »3 une femme remplissant une fonction partagée en hommes et femmes ?

4Monosyllabes, raccourcis nominaux et argotismes ne sont-ils pas aussi le lieu immédiat de féminins ? Une finale écrite en e muet ne s’avère même pas nécessaire, ainsi que l’attestent une anar, la chef, une collabo, la dirlo, une fan’, une flic, une instit’, une intello, une OS, une parano, une pro, la prof, une psy, une toubib, une vamp ?

  • 4 Nous nous appuierons ici sur la grande enquête menée par l’équipe HESO (CNRS), sous la direction d (...)

5Dernier argument : renversons les perspectives et les données. Si tel statut social jusque-là cantonné à la femme devenait accessible à l’homme, une masculinisation ne se produirait-elle pas dans tous les cas ? Le nom de prostituée a été suivi dans l’usage par le masculin prostitué, signe d’officialisation. Puéricultrice a engendré puériculteur. S’adresserait-on à Monsieur la directrice de l’école maternelle ? Dans la série des dictionnaires de l’Académie française4, damoiselle (Acad. 1549) a précédé damoiseau (1606) ; veufue (fém. 1549) est antérieur à veuf (1694) ; et même garce (1694) a été reconnu avant gars (1798 – mais après garson (1549), qui n’a donné garçonne qu’en 1922). Ces successions « à l’envers » ne disent rien sur la formation des noms mais elles renseignent sur la pénétration consensuelle des mots dans l’usage reconnu et recommandé.

  • 5 Trésor de la langue française. Dictionnaire de la langue du 19e et du 20e siècle, Paris, CNRS-Gall (...)
  • 6 Où l’on peut lire cette remarque : « Il existe une tendance à rester dans le masculin quand il s’a (...)
  • 7 Grammaire Larousse du français contemporain, Paris, Larousse, 1961, p. 167.

6Ni la tradition ni l’usage ne plaidant en faveur de l’hégémonie du masculin, on se retranche derrière la « norme ». Mais qui fait la loi en ce domaine ? Est-ce l’enregistrement dans les dictionnaires de langue ? Référez-vous au Robert historique et surtout au Dictionnaire historique de V orthographe française déjà invoqué : l’enregistrement des féminins pour les titres et les métiers s’y fait de plus en plus évident (alors que les premiers dictionnaires ne notaient guère les féminins sociaux, tant ils allaient de soi). Le plus grand de nos dictionnaires généraux, le TLF5 traite la question sous le seul sous-titre de « Madame la + subst. », arguant de « Madame la préfète » chez Balzac (1843) et de « Mme la docteur » chez Gobineau (1874). Le seul exemple en sens inverse est extrait d’un article de 19766... La norme viendrait-elle alors de l’Académie, mais quand a-t-elle énoncé des règles claires à ce propos, en dehors de ses propos bougons ? Féminiser ou non serait-il du ressort de la mission confiée au Conseil supérieur de la langue française ? J’imagine mal MM. Quemada ou Cerquiglini à la remorque des préjugés académiciens... Les manuels alors ? Quelques grammairiens mentionnent la question, mais fort tard, dans les années 1950. Seule, à ma connaissance, la Grammaire Larousse du français contemporain parait pencher en faveur de « Madame le » que, dit-elle, « l’usage d’aujourdhui semble préférer », quitte à aller en sens contraire pour « avocate » lorsqu’elle affirme : « Avocat est le terme officiel mais avocate s’emploie couramment »7. Aucune règle, en tous cas, ne peut se tirer des quelques exemples contradictoires que citent les manuels.

  • 8 Texte du projet dans La docteure Michèle Dayras éd., Liberté, Égalité... et les Femmes ?, Paris, É (...)
  • 9 Première mention d’une directrice au ministère : « Mme Marie-France Moraux, chef de service, est n (...)

7Si donc ni les dictionnaires, ni l’Académie ou le CSLF, ni les manuels n’abondent, sauf piques momentanées, dans le sens de « Madame le », serait-ce l’État qui ferait la norme ? Piège. Constatons simplement que ses dernières interventions sont plutôt allées dans le sens progressiste. Il suffit de rappeler les décrets Roudy sur la féminisation des « noms de métier, de fonction ou de titre »8 (JO du 11 mars 1986). Quand l’État intervient aujourdhui au sein de l’usage administratif, c’est bien en faveur de la féminisation, qu’il s’agisse de la circulaire Jospin du 6 mars 1998 (JO du 8 mars, p. 3565), laquelle annonce un guide de « recommandations » ou qu’il s’agisse, tout simplement, de décrets de nomination, signés Chirac, qui mettent en place de nouvelles directrices au plus haut niveau9.

8Quant à la logique... Envisageons la formule « Madame le ». Tout cartésien sent bien, dans la corrélation très étroite d’un féminin et d’un masculin, quelque chose d’inadéquat, voire d’inconvenant. L’énoncé y subit deux discordances, entre le genre et le sexe et dans la liaison syntaxique elle-même. La bonne vieille Grevisse, qui fait le compte des usages et contre-usages dans l’immédiat après-guerre, ne propose aucune règle pour ce cas d’espèce. Il s’agit d’une sorte d’apposition proche du type tant discuté « ce fripon d’enfant ». Maurice Grevisse constate une tendance à faire converger les deux termes vers un même genre : « une coquine de servante » (Molière) ; « une grande diablesse de femme » (Mme de Sévigné) ; « cette diable de Vendée » (Hugo). La discordance est possible : « une espèce de maure » (Hugo), « cette canaille de Briand » (Léautaud). Mais la pression en faveur de la concordance est si forte qu’il peut se produire que le genre s’« anticipe », comme le disait déjà K. Nyrop : M. Grevisse relève quelques exemples du type « un espèce de murmure » (Bernanos).

  • 10 Le Bon Usage. Grammaire française, Paris-Gembloux, Geuthner-Duculot, 1953.

9Si l’on examine la séquence de phrase, on s’aperçoit que, toujours selon M. Grevisse, « le nom attribut ou apposition se rapportant à Majesté, Éminence, etc., se met au genre naturel selon la personne que le titre désigne »10 : « Votre majesté, Sire, est le père de son peuple » ; « Votre Majesté, Madame, est la mère des pauvres ». Encore faut-il que la personne concernée soit citée, explicitée – ici à travers Sire et Madame. Dans le cas contraire, on dira plutôt au roi : « Votre Majesté est contente » ou à l’évêque : « Votre Eminence est-elle satisfaite ? », l’accord grammatical l’emportant alors sur la concordance référentielle. Dans les deux cas, la proximité des termes semble jouer. Inversons pourtant les rapports de genre. Dirait-on sans ironie : « Madame le ministre est-il satisfait ? », « Monsieur la star est fatiguée ? » Généraliser la formule « Madame le » pose donc le problème des illogismes syntaxiques et référentiels, internes et externes à la phrase et, loin de le résoudre, il ne fait que le compliquer. Ne vaudrait-il pas mieux faire correspondre sexe et genre, « selon la personne que le titre désigne », écrivait Grevisse ?

10Gardons en conséquence, puisque tel est, sur ce plan, l’usage dominant, le masculin lorsque la personne n’est pas mentionnée (« c’est la fonction d’un ministre de... » ; « tous les ministres doivent être prévenus que... ») ; mais – lorsque la personne est identifiable et surtout individualisée – de grâce tenons-en compte, non seulement par respect pour ces dames mais au nom du rapport logique à établir entre référent et exprimé.

11Pour se tirer de l’illogisme, les anti-féminisateurs évoquent l’euphonie, à tout le moins des difficultés de phonation. Le problème que pose professeur est de cet ordre : des prononciations en *fessrice ou bien *fessante, *fesseuse semblent impossibles, pour des raisons différentes (mais *fes-seur, remarquons-le, n’a l’air de susciter aucune gêne...). En outre, marqué « populaire », le suffixe -euse ne « rend » pas dans les hautes sphères. Quant aux suffixes -eresse, -oresse, -esse, si productifs jusqu’au 18e siècle, c’est leur archaïsme qui de nos jours disconvient (les dernières formations reconnues par l’Académie, mairesse et doctoresse, sont presque sorties de l’usage. Elles sonneraient désagréablement à l’oreille). Il s’agit là de polémique facile. De tels arguments ne valent ni pour ministre, garde, secrétaire, ni pour députée, présidente ou écrivaine, noms facilement féminisés ou féminisables... Nous verrons plus loin pour des solutions « euphoniques ».

12Le neutre ! Le genre masculin aurait en soi valeur de neutre, non sexué, bref générique (comme s’il n’y avait pas eu, dans le passé, de génériques féminins, restés sans nécessité de masculin. Duègne, filandière, fricasseuse, lingère, matrone, merveilleuse, raccomodeuse, ravaudeuse, repasseuse remplissaient bien des fonctions sociales. Parlerait-on, à leur propos de féminins-neutres ?). Cette trouvaille du masculin-neutre repose sans doute sur l’idée fausse que le neutre latin aurait abouti au masculin français. En fait, dans le passage du latin aux langues romanes, le neutre a disparu : il est devenu – par pure évolution phonétique de l’accusatif masculin au singulier et féminin au pluriel. Templum, corpus, neutres singuliers, ont donné le temple, le corps ; alors que folia, fortia, neutres pluriels, ont donné la feuille, la force. Cette « neutralisation » sur le patron du masculin serait, assure-t-on, un facteur démocratisant. Or, primo, elle n’a jamais existé en français, sinon de manière artificielle (les articles le et la, un et une ne sont jamais neutres, eux, alors que les et des, épicènes, présentent la même forme au masculin et au féminin) ; secundo, une vraie démocratisation passe d’abord par l’égalité des sexes (et des genres qui les expriment socialement) à tous les niveaux des métiers, des promotions et des honneurs. Il n’y a pas, en bonne démocratie, d’étage réservé.

13La grammaire a bon dos... Outre le neutre, le « non marqué » masculin et le « marqué » féminin et, dernière invention, un « genre fort » pseudo-masculin et un « genre faible » pseudo-féminin, certains anti-féminisateurs invoquent mille et une pseudo-lois morphosyntaxiques qui régiraient en profondeur la formation des mots. Certes, toute morphologie n’est pas viable. Une forme nouvelle s’impose d’autant mieux qu’elle vient s’insérer dans une série nombreuse et harmonieuse déjà en fonctionnement. C’est tout ce qu’un grammairien peut se permettre d’énoncer. Pourquoi, à l’occasion de la féminisation nominale, exiger péremptoirement à l’origine d’un néologisme qui un thème verbal, qui un masculin, qui un substantif d’action, etc. pour que cette création ait « droit » à l’existence ? Il n’a été besoin ni d’un verbe ni même d’un nom masculin (*linger) pour que lingère s’établisse en langue. Il a suffi de linge à laver et du suffixe bien attesté et bien vivant -ère. C’est le grammairien Albert Dauzat qui écrivait, il y a vingt ans : « Dire Madame le Docteur, c’est proclamer la supériorité du mâle dont le masculin est l’expression grammaticale ». Il est vrai qu’avec lingère la hiérarchie sociale à dominante masculine n’a rien à craindre.

  • 11 Josette Rey-Debove, Le Monde de l’éducation, mai 1998, p. 17.

14En effet – et c’est ici qu’il faut trouver la raison réelle de nos raisonneurs – si la féminisation s’est répandue sans obstacle au bas de l’échelle, avec l’ouvrière, la secrétaire du patron, une ministre du culte protestant, la présidente d’une association de quartier ou d’une réunion de poètes, les travailleuses, la bouchère, une employée, elle ne saurait atteindre les échelons supérieurs : d’où, bien entendu, Madame le Député, Madame le Secrétaire d’État, Madame le Ministre, un jour peut-être Madame le Président de la République... La tradition classique, les habitudes populaires, la norme, les logiques externe et interne, la morphologie militeraient-elles en faveur de Madame la, imposant l’emploi de simples secrétaires de bureau ou directrices d’école, que la règle de bon aloi devrait être de s’en tenir à ce niveau social, classe moyenne au maximum. À l’étage du dessus, seul le masculin prévaudrait. Une directrice d’École normale supérieure tranchait ainsi la question : « Je demande Madame le directeur à l’écrit et j’accepte Madame la directrice à l’oral », signe d’une hiérarchisation entre masculin et féminin, l’écrit étant noble et exigeant et l’oral vulgaire et toléré. Phénomène inconscient de crispation sociale, cette « résistance des privilégiés masculins traditionnels qui ne veulent rien accorder aux femmes »11 et cette inculquation chez certaines femmes d’une hiérarchisation dans les genres font que le refus de féminiser s’applique au plus haut du haut ; ce qui a pour effet de masquer et protèger un rempart linguistique des supériorités masculines de classe. « Tout cela doit être balayé au profit du fonctionnement normal de la langue », conclut J. Rey-Debove.

15Les systématisateurs ont toujours tort. Il ne s’agit pas de féminiser pour le plaisir, quel que soit le prix linguistique à payer, ni d’inventer un lexique sans objet. Mais, lorsque le besoin s’en fait ressentir, il s’agit d’ouvrir la porte à des possibilités de création qui répondent à ce besoin. Comment dès lors féminiser ?

16Six cas peuvent se présenter : 1) la profession ou le titre portent un nom de forme identique (épicène) au masculin et au féminin (le ministre/la ministre) ; 2) il suffit d’ajouter à l’écrit un e muet à la terminaison « masculine » ; la prononciation ne change pas (le député/la députée) ; 3) l’ajout du e muet transforme la prononciation de la finale (un écrivain/une écrivaine) ; 4) on change de suffixe pour passer du masculin au féminin (le directeur/la directrice) ; 5) on change carrément de mot (le roi/la reine) ; 6) la voie d’adaptation n’est pas encore choisie en « français hexagonal » et tâtonne, vu les obstacles, avant de se fixer (le/la professeur(e) ?). Évoquons ces six cas dans l’ordre croissant des difficultés à féminiser.

Madame la ministre

17Voilà une appellation pour laquelle la féminisation ne se heurte à aucune espèce d’obstacle, ni d’écriture ni de prononciation. Masculin et féminin s’avèrent de forme absolument identique pour de nombreux noms dits « épicènes » : un/une adversaire, aide, antiquaire, Arabe, athlète, aveugle, Belge, bénéficiaire, bibliothécaire, camarade, claviste, collègue, complice, concierge, démocrate, diplomate, disciple, domestique, élève, émule, esclave, fonctionnaire, guide, interprète, intérimaire, Kabyle, locataire, malade, mandataire, misérable, novice, pauvre, pensionnaire, pédagogue, philosophe, propriétaire, pygmée, rebelle, révolutionnaire, Russe, secrétaire, scientifique, stagiaire, titulaire, volontaire, ainsi que pour les innombrables formations suffixées en iste ou en -ique ou encore composées avec -logue, -graphe, -mètre, -phile, -phobe, -âtre, etc. : artiste, aubergiste, biologiste, chimiste, céramiste, choriste, communiste, dentiste, fleuriste, instrumentiste, journaliste, marionnettiste, mystique, pianiste, psychanalyste, romantique, sidatique, syndicaliste, touriste, violoniste ; gériatre, pédiatre, psychiatre ; géologue, géographe, géomètre, etc. Il suffit de persévérer sur cette lancée parfaitement et généreusement intégrée en langue en lançant dans l’usage : un/une adepte, architecte, archiviste, capitaine, critique, dépositaire, despote, faussaire, garde (et garde des sceaux), gendarme, juge, légiste, libraire, maire, maitre, messie, mousse, notaire, orfèvre, peintre, pilote, secouriste... pourquoi pas ministre ? Au nom de quelle antériorité, de quel usage, de quelle norme académique, de quelle loi de langue, de quelle logique syntaxique, de quel neutre certains misogynes inconscients imposeraient-ils de dire : « Madame le secrétaire d’État », « Madame le garde des Sceaux », quand le féminin est là, prêt à servir ? Y aurait-il des positions privilégiées où il serait encore interdit de séjour ? Le Nouvel Observateur du 8 janvier 1999 écrit à propos de deux femmes en responsabilité : « Aubry-Notat [...] la ministre comme la syndicaliste auront désormais du mal à garder leur image de championnes du social ». Les académiciens qui se croient puristes pensent-ils possible d’écrire à la place pour ces deux femmes : « Aubry-Notat [...] le ministre comme la syndicaliste auront désormais du mal à garder leur image de champions du social » ?

Madame la députée

18À la terminaison masculine, il suffit d’ajouter en finale à l’écrit un e qui reste purement graphique, simple « morphogramme » dans la terminologie de Nina Catach. Aucun changement dans la prononciation. Tel est le cas pour la série (souvent mais pas toujours tirée d’anciens participes passés) : une agrégée, aïeule, ainée, amie, apprentie (Acad. 1718, après appentive et apprentisse Acad. 1694), attachée, blessée, débauchée, déléguée, diplômée, élue, employée, ennemie, Espagnole, exilée, exclue, immigrée, Indoue, licenciée (rejetée d’une entreprise ou titulaire d’une licence), mariée, martyre, médaillée, nouveau-née (Acad. 1718), pestiférée, préposée, reléguée, retraitée, révoltée, travestie, vassale, etc. « Madame la Députée » vient s’inscrire sans aucune difficulté, à l’instar de son masculin, parmi les participes passés devenus substantifs.

Madame l’écrivaine

19Un e diacritique vient s’ajouter en finale comme dans le cas précédent, mais des conséquences plus ou moins grandes produisent à l’oral des distinctions phoniques entre terminaisons, masculines et féminines.

20C’est ainsi que des consonnes tues au masculin se trouvent réactivées au féminin, les s, t et d terminaux en particulier : agente, assistante, adjointe, avocate, badaude, batarde, bavarde, bigote, cadette, candidate, cliente, communiante, communarde, élégante, émigrante, enseignante, étudiante, galande (Acad. 1798), galante (1835), gouvernante, huguenote, intendante, lauréate, marchande, marquise, matelote, mendiante, mendigote, militante, négociante, nigaude, parente, parigote, partisante, plaignante, poissarde, préfète, présidente, prétendante, protestante, recluse, renégate, résidente, sainte, salope, savante, surveillante, tisserande, truande, vagabonde, vantarde, etc. et tous les noms géographiques du type Allemande, Anglaise, Française, Danoise, Suédoise...

21À cette série on peut ajouter les noms en -oux/ouse (époux/épouse, jaloux/jalouse) et en -eux/euse (gueux/-gueuse, lépreux/lépreuse, marmiteux/marmiteuse, miséreux/miséreuse, précieux/précieuse). La consonne finale a pu se sonoriser : le f passe à v dans Acad. 1694 : baillif/baillive, captif/captive, mestif/mestive (puis métis/métisse 1762), juif/juive, veuf/veuve) ; des voyelles se sont ouvertes : eau(el) et ou (ol) passent à elle et olle (Acad. 1549 : maquereau/maquerelle, 1694 : fou/folle). Il existe même quelques cas où c’est une consonne nouvelle qui se trouve activée, par simple épenthèse, comme pour favori/favorite (après fauorise Acad. 1549) ou socialo / socialote.

22La syllabe finale peut aussi être modifiée dans le passage au féminin (ou dans sa création), par l’ouverture de la voyelle qui accompagne la phonation de la consonne virtuelle, à l’exemple de la série, surabondante dans le domaine des métiers, des noms en -er,-ier/-ère,-ière ; Acad. 1549 : boulangiere, cousturiere, creanciere, douairiere, fripiere, huissiere, metayère, portiere, sorcière ; 1606 : chapeliere, cordouaniere, empe-riere, harangiere, iournaliere, lauandiere, meusniere, paticiere ; 1694 : banqueroutier, bouchère, bergere, boudiniere, cabaretiere, chiffonniere, conseillere, cordeliere, couteliere, drapiere, escoliere, espiciere, fermiere, ferrandiniere, ferronniere, gargottiere, heritiere, infirmiere, limonadiere, lingere, ouvriere, redevanciere, usufruitiere ; 1718 : charbonnière, chartiere, cuisiniere, jardiniere, laitiere, merciere, mesnagere, regratiere, vachere ; 1740 : charretiére, horlogère ; 1762 : prisonnière, rentière, sommelière ; 1835 : charcutière, trésorière ; 1878 : caissière, chevrière ; 1935 : bachelière, plumassière, romancière.

23Lorsque la syllabe finale du masculin contient une voyelle nasale, la féminisation produit une dénasalisation, ainsi dans les séries -an/-ane, anne, -ien/-ienne, -en/-enne, -in/-ine, -on/-one, onne : courtisane, gitane, partisane, paysanne, sultane, académicienne, bohémienne, Brésilienne, cartomancienne, chiromancienne, chrétienne, citoyenne, comédienne, gardienne, historienne, Indienne, Italienne, méditerranéenne, musicienne, pharmacienne, praticienne, lycéenne, sidéenne, Argentine, coquine, cousine, dauphine, héroïne, laborantine, orpheline, baronne, championne, friponne, patrone Acad. 1694 ou patronne 1762, etc.

24De cette classe fait partie la série, bien implantée dans l’usage et agréable à l’oreille des noms en -aine : chatelaine, cheftaine (ancien français : chevetain), contemporaine, foraine, mondaine, naine, puritaine, républicaine, souveraine, vilaine, où s’intègrent des noms « géographiques » : une Africaine, Américaine, Cubaine, Napolitaine, Lorraine, Romaine, Toulousaine... donc : écrivaine, ainsi que l’habitude s’en répand depuis Colette. Espérons que le machisme à la Jules Renard ne viendra pas saper la propagation de ce nom charmant : « Les femmes, écrivait ce monsieur en 1905, cherchent un féminin à auteur : il y a “bas-bleu”. C’est joli et ça dit tout. À moins qu’elles n’aiment mieux plagiaire ou écrivaine »...

Madame la directrice

  • 12 D’après N. Catach éd., Dictionnaire historique de l’orthographe française, Paris, Larousse, 1995.

25Ce cas mérite commentaire car il conduit au changement du suffixe. Mais, dès l’abord, il est visible que le français a toujours trouvé les modes de féminisation nécessaires. Voici, afin d’en prouver l’évidence, quelques suffixes « féminins » marquant la profession ou le titre constatés par l’Académie elle-même, avec leur date d’entrée dans ses propres dictionnaires12 :

  • La plus anciennement productive est la série, arrêtée de nos jours dans son expansion, voire tombée en désuétude donc susceptible de moquerie, des féminisations en -eresse, -oresse, -aresse, auxquelles se sont joints les féminins en -esse. Acad. 1549 : abbesse, chantresse, contesse, danseresse, demanderesse, devineresse, diablesse, donteresse, flateresse, gouuernesse, hostesse, inventeresse, larronnesse, maistresse, prestresse, princesse, rauauderesse, recommandaresse ; 1606 : acheteresse, chante-resse, duchesse, drolesse, haultesse, loueresse ; 1694 : altesse, bailleresse, chanoinesse, chasseresse, pecheresse, professe, prophetesse, traitresse, vicomtesse ; 1835 druidesse, pairesse ; 1935 : doctoresse. La série aujourdhui parait close. Les désignants poètesse13 et notaresse/notairesse (1841) n’ont jamais été enregistrés par l’Académie.
  • Sont venus ensuite les féminins en -trice ou -drice (le latin tendait sa finale en -trix). Acad. 1549 : spectatrice, speculatrice ; 1606 : accusatrice, imperatrice, inventrice, protectrice ; vsurpatrice ; 1694 : ambassadrice, bienfaictrice, coadjutrice, debitrice, directrice, donatrice, fondatrice, promotrice, tutrice ; 1718 : electrice, curatrice, institutrice, operatrice, persecutrice, tentatrice ; 1740 : contemplatrice ; 1762 : actrice, conductrice ; 1798 : fornicatrice, inspectrice, négociatrice ; 1835 : dénonciatrice, interrogatrice, ordonnatrice ; 1935 : auditrice, fabricatrice, narratrice, profanatrice, répétitrice, traductrice, etc.
  • La plus nombreuse est la série en -euse, en relation avec -eur, commencée au 14e siècle et souvent propre à des appellations populaires, mais peut-être aujourdhui en phase de ralentissement, où l’on trouve les noms suivants. Acad. : 1549 : plaideuse ; 1564 : traitreuse ; 1606 : coupeuse, coureuse, enioleuse, flateuse, hableuse, rauaudeuse, tricheuse, vendangeuse ; 1694 : acheteuse, balayeuse, blanchisseuse, chanteuse, coiffeuse, conteuse, corroyeuse, crieuse, danseuse, discoureuse, empoisonneuse, escornifleuse, fileuse, gageuse, gardeuse, hableuse, joueuse, nageuse, parfumeuse, patineuse, presteuse, questeuse, receveuse, rostisseuse, vendeuse, voleuse ; 1718 : chasseuse, demandeuse, flusteuse, raccommodeuse, rapporteuse ; 1740 : cardeuse, porteuse, questeuse, questionneuse, tisonneuse ; 1762 : doreuse, enlumineuse, loueuse, meneuse ; 1798 : travailleuse ; 1835 : payeuse ; 1878 : visiteuse, 1935 : disputeuse, dompteuse, émailleuse, marqueuse, semeuse, tueuse, etc.

Madame la reine

26La langue, depuis l’origine, fournit à l’usager des duos de termes dissemblables, en apparentement : père/mère, parrain/marraine, parâtre/marâtre, frère/sœur, confrère/consœur, neveu/nièce, oncle/tante, etc. Dans le domaine des fonctions et des titres, le jeu sur de tels duos est possible. Après tout, roi et reine ont bien eu des évolutions divergentes et cela sans être, malgré la loi salique ou celle de l’analogie, forcément mariés. Au valet correspond la bonne, tous deux employés de maison. Changer de registre lexical devient nécessaire, surtout quand la fonction diffère entre homme et femme. Par exemple, peut-on féminiser le mot prudhomme lui-même ? En 1848 des pétitions réclamaient la création de conseils de « prudes-femmes » qui n’ont pas « pris », ni la chose ni le mot. On admet plutôt aujourdhui un terme plus simple, du côté de conseillère. De même et inversement, comment masculiniser sage-femme ? Peut-être en cherchant du côté d’accoucheur, aide-accoucheur, de préférence au prétentieux maïeuticien proposé par l’Académie elle-même car, si elle renacle à féminiser des masculins, elle est toute prête à masculiniser des féminins.

  • 14 Mais il en était de même au féminin pour aide et au masculin, pour cadre.

27Il arrive aussi que la place du féminin soit déjà fortement occupée, sans substitut imaginable et viable. Ainsi pour médecin et médecine14 Nous arrivons aux cas résiduels.

Madame la professeur ?

28Ce cas pose problème dans la mesure où n’existe pas de forme immédiatement féminine ou féminisable pour le nom en désaccord avec le sexe de référence. Que faire avec la discordance de genre existant entre Madame et professeur (comme entre Madame et médecin) ?

29Il y a bien l’addition toujours possible du complément « femme » : R.-L. Wagner et J. Pinchon citent « une femme médecin », « une femme professeur » ou, le genre du syntagme changeant selon la loi de la proximité, « un professeur femme ». Mais comment le terme Madame pourrait-il venir s’ajouter à un groupe de mots aussi encombrant ? « Madame la femme-professeur ? » Que de redondance pour rien !

30Le problème de féminisation que pose professeur est en fait, on l’a vu, d’ordre essentiellement euphonique. Comment se tirer de ce mauvais pas ? Trois solutions se proposent à l’usage :

  • Inventer une forme féminisée en -eure, à l’imitation d’autres langues romanes. Au terme d’évolutions particulières, certains noms et adjectifs (anciens comparatifs) prennent bien une terminaison en -eure : majeure, mineure, meilleure, prieure (Acad. 1549), supérieure. C’est la solution qui présente le plus de douceur à l’oreille. Nos cousins du Québec, mais aussi de Belgique, moins bardés de préjugés, ont ouvert cette voie fort raisonnable, ajoutant au suffixe -eurle e « féminin », à l’imitation de l’utilisation que font Espagnols et Portugais de leur a « féminin » : d’où des créations comme auteure (ou autrice), docteure, ingénieure, pasteure, professeure, proviseure, recteure (ou rectrice), sculpteur (ou sculptrice), vainqueure (ou victorieuse)...
  • Changer totalement de suffixe. Les dérivations en -iste, en -ère, en -ante (cf. enseignante) étant aujourdhui très productives, on pourrait suggérer des professiste, professère, professante... Inventions proposables mais non proposées. Les changements de suffixes sont très rares (quelques échanges entre -eresse et -euse) et n’affectent quasi jamais une série entière. Faudrait-il alors changer de terme ?
  • Avant de se résoudre au duo apparenté de force, pourquoi ne pas accepter le suffixe -eur lui-même en tant que féminin ? On dirait « une professeur », comme cela se fait en Suisse romande. En français, les féminins en -eur ne manquent pas, lorsqu’il s’agit de noter des sensations, des sentiments, ou des mesures : blancheur, blondeur, couleur, douceur, douleur, grandeur, hauteur, langueur, largeur, lenteur, moiteur, noirceur, odeur, pâleur, profondeur, rougeur, terreur, valeur, verdeur... Enfin, à l’oral, -eur n’est-il pas senti autant féminin que masculin ? N’est-ce pas un peu le cas pour la major d’une promotion ? Certes, attestait M. Grevisse (p. 178) « la langue répugne à faire précéder de l’article féminin ces noms de forme masculine appliqués à des femmes (par exemple : la conservateur, une docteur) ». On pourrait lui rétorquer que plusieurs noms en -eur actuellement féminins ont pu être masculins à la Renaissance. La langue n’y a pas répugné. Contrairement à une honneur, on disait un ardeur, erreur, ferveur, horreur, humeur, odeur, rancœur, teneur15. Ce qui a été senti féminin au point de changer de genre au temps classique doit-il ne plus l’être à jamais ?... Après tout, qu’est-ce qu’une terminaison sentie masculine ? Nombre de substantifs épicènes ne portent pas au féminin le e final et se terminent « à la masculine » : un/une enfant, un/une brouillon, un/une chef, un/une dactylo, un/une paria, un/une prof, un/une prolo, un/une ronchon, un/une snob, un/une socialo, une soprano, un/une souillon, un/une témoin, etc.

31Cela dit, revenons à « la professeur » et faisons le compte des avantages et inconvénients des féminins proposés :

  • *professrice : phonétiquement impossible ;
  • *professeuse : sociologiquement impossible ;
  • *professiste, *professère, *professoresse, *professante, ou autres : difficile linguistiquement mais possible ;
  • professeure : possible aussi. Avantages : à l’oral les deux formes se ressemblent ; la série existe un petit peu, grâce à d’anciens comparatifs : la prieure, la supérieure, une mineure, une inférieure ; d’autres langues romanes utilisent ce procédé (avec finale en a), ainsi que le francoquébécois ; c’est d’ailleurs la solution que recommande le décret Roudy16. Inconvénient : on ne gagne que sur le tableau de l’oral, on peut les saluer ensemble ; mais écrivez à des personnalités des deux sexes, il faudra deux noms dans l’adresse, les pluriels étant graphiquement différents ;
  • professeur : également possible. Avantages : l’épicène permet de gagner sur tous les tableaux : le pluriel et le singulier, l’oral et l’écrit ; c’est la solution suisse ; -eur peut être un suffixe féminin pour des noms abstraits. Inconvénients : cette série existante ne concerne pas encore les désignants sociaux ; enfin, « la langue répugne » à changer de genre, bien que ce n’ait pas été le cas aux 17e et 18e siècles...
  • 17 Attestation spontanée récente : « Il se souvient de sa préparation au bac avec une professeur qui (...)
  • 18 Francophonie, 3, 11 septembre 1997, p. 7.

32Avec les épicènes, la distinction de genre se reporte sur les prédéterminants singuliers, les illogismes référentiel et syntaxique sont gommés. Mais il s’agit ici de toute une famille à inventer, créer ensemble : l’auteur, la censeur, la docteur, l’ingénieur, la professeur, la proviseur... Faut-il se risquer17 ? Des sondages nous y encouragent : « En France, les enquêtes menées par la Commission de terminologie, créée en 1984, ont montré que la majorité des usagers et usagères français préféraient l’épicénie (un docteur/une docteur)... »18 Histoire à suivre, que la grammaire est loin d’être seule à écrire... Tout « usage » n’est-il pas, en définitive, un rapport de forces sociales ?

Notes

1 Malgré l’Académie, le titre d’académicienne est revenu tout naturellement dans les journaux, à la suite de la réception par Jean d’Ormesson de « Madame l’Académicien » Marguerite Yourcenar sous la Coupole le 22 janvier 1981 puis de l’édition de son œuvre dans la Pléiade. Un exemple : « [F. Weyergans] dit ici ce qu’il en pense. Sans se laisser impressionner par l’académicienne » (Le Matin des livres, 24 novembre 1982, p. 17).

2 Th. Gautier et Ch. Baudelaire célébraient en Mme Sabatier, l’inspiratrice qui présidait l’assemblée des poètes, « La Présidente ».

3 On trouve dans l’Heptaméron de Marguerite de Navarre : « La lieutenande et son mary ».

4 Nous nous appuierons ici sur la grande enquête menée par l’équipe HESO (CNRS), sous la direction de Nina Catach. Cf. N. Catach éd., Dictionnaire historique de l’orthographe française, Paris, Larousse, 1995.

5 Trésor de la langue française. Dictionnaire de la langue du 19e et du 20e siècle, Paris, CNRS-Gallimard, 17 vol. L’article Madame figure au tome 11, p. 125-127.

6 Où l’on peut lire cette remarque : « Il existe une tendance à rester dans le masculin quand il s’agit de professions supérieures, bien rémunérées et autrement prestigieuses » (E. Boel).

7 Grammaire Larousse du français contemporain, Paris, Larousse, 1961, p. 167.

8 Texte du projet dans La docteure Michèle Dayras éd., Liberté, Égalité... et les Femmes ?, Paris, Éditions du libre arbitre, vol. 2, p. 129-134.

9 Première mention d’une directrice au ministère : « Mme Marie-France Moraux, chef de service, est nommée directrice des personnels enseignants » (« Décret du 17 décembre 1997 portant nomination d’une directrice à l’administration centrale », in JO 294, 19 décembre 1997, p. 18376.

10 Le Bon Usage. Grammaire française, Paris-Gembloux, Geuthner-Duculot, 1953.

11 Josette Rey-Debove, Le Monde de l’éducation, mai 1998, p. 17.

12 D’après N. Catach éd., Dictionnaire historique de l’orthographe française, Paris, Larousse, 1995.

13 Du latin médiéval poetissa, d’où est venu poëtisse (15e siècle) et poétesse (début du 16e siècle).

14 Mais il en était de même au féminin pour aide et au masculin, pour cadre.

15 Cf. G. Gougenheim, Grammaire de la langue française du 16e siècle, Lyon, IAC, 1951, p. 44-46.

16 Journal officiel, 11 mars 1986. Voir aussi les directives de L. Jospin appuyant ses ministres.

17 Attestation spontanée récente : « Il se souvient de sa préparation au bac avec une professeur qui lui faisait traduire des textes allemands... » (Le Monde des livres, 28 octobre 1999, p. 5).

18 Francophonie, 3, 11 septembre 1997, p. 7.

Notes de fin

* Article paru dans Hommage à Nina Catach, Paris, Champion, 2001, p. 101-118. Une courte chronique sur le même sujet, signée Maurice Jury, a été publiée dans Futurs, le 5 mars 1998.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search