Version classiqueVersion mobile

Propos d’étymologie sociale. Tome 3

 | 
Maurice Tournier

Mots indispensables et banalité spécifique du discours syndical1

Texte intégral

  • 1 Article publié dans les Mots chiffrés et déchiffrés. Mélanges offerts à Étienne Brunet, Paris, Cham (...)
  • 1 Voici, pour donner un exemple, les principales « bases » de renforcement du discours dans les édito (...)

1L’habitude de l’insistance généralisée est très ancienne dans le débat public. Par le renforcement, le surenchérissement perpétuel qu’elle introduit dans le discours, elle entraine des jugements péjoratifs : propagande, sermon, blablabla, litanie, langue de bois, etc. Tous les rapports sont circonstanciés, toutes les mesures urgentes à prendre, tous les sauveurs annoncent un vrai changement... Le laboratoire de lexicométrie politique de Saint-Cloud a constaté la présence de ce type de vocabulaire dans le discours jacobin et hébertiste de 1793, chez les quarante-huitards du siècle dernier comme chez les communistes des années 19301. Cela est attesté également, et plus encore, dans les textes lus, discutés et votés lors des congrès syndicaux. On parle alors du « ronron » syndical.

Corpus et méthode

  • 2 Les séquences de formes contigües, appelées « segments répétés », sont automatiquement déterminées (...)

2L’informatisation réalisée à Saint-Cloud d’un corpus de 751 119 occurrences, rassemblant toutes les résolutions prises en congrès national par les quatre confédérations ouvrières françaises entre 1971 et 1990, permet de comparer les fréquences de toutes les formes et suites de formes2. Nous utiliserons ici une partition en huit « textes », dus à huit émetteurs, dont voici la ventilation :

  • CFDT1, congrès de 1973, 1976, 1979 : 43 042 occurrences

  • CFDT2, congrès de 1982, 1985, 1988 : 29 704 occ.

  • CFTC1, congrès de 1971,1973, 1975 : 1977, 1979, 42 266 occ.

  • CFTC2, congrès de 1981,1984, 1987 : 1990, 92 239 occ.

  • CGT1, congrès de 1972, 1975, 1978 : 127 961 occ.

  • CGT2, congrès de 1982, 1985, 1989 : 316 352 occ.

  • FO1, congrès de 1971, 1974, 1977 : 69 613 occ.

  • FO2, congrès de 1980, 1984, 1988 : 29 942 occ.

  • 3 Cf. P. Lafon, Dépouillements statistiques en lexicométrie, Genève-Paris, Slatkine-Champion, 1984, p (...)
  • 4 Marquées dans les sorties-machine par soit un signe + (spécificité positive), en cas de suremploi, (...)

3L’instrument comparatif est connu sous le nom de « lexicométrie des spécificités »3. Il permet de probabiliser les fréquences locales (ou sous-fréquences) obtenues pour toutes les formes textuelles et pour toutes les suites de formes (nommées « segments ») qui se répètent dans le texte, puis d’en sélectionner les plus pertinentes, localement suremployées ou sousemployées4, en tablant sur un seuil minimal en Fréquence totale de 8 et sur un seuil maximal en probabilité locale de 5 %.

4Une fois sélectionnés les formes et segments dont l’une des probabilités au moins s’avère inférieure à 5 %, que reste-t-il du vocabulaire sur le tamis ?

  • d’une part, les hapax de corpus, non traités par définition,

  • d’autre part, des formes et segments pour lesquels le calcul n’aboutit à aucun indice de spécificité, dans aucune des cases du tableau des résultats.

5Dans ce dernier cas, il se rencontre des formes textuelles et des suites de formes qui, signalées mathématiquement sans spécificité (on les appelle « formes banales » et on les estampille du signe b), sont pourtant présentes chez chacun des huit émetteurs.

6En utilisant, pour ainsi dire, à l’envers le programme des spécificités, on aboutira à une liste de termes (formes et segments) non spécifiques que caractériseront les critères suivants : F (totale) ≥ 8, f (locale) ≥ 1, prob. (locale) < 5 %. Nous appellerons cette liste la Base lexicale (signalée par la lettre B) des confédérations : en effet, ces termes sont employés par les émetteurs de manière suffisamment bien répartie pour que l’on puisse constater à la fois leur omniprésence et l’absence de toute spécificité les concernant. Il s’agit donc du vocabulaire le mieux partagé dans la partition choisie.

7Parmi ces « termes de base », on constate une surabondance de renforçatifs, formes adjectivales et adverbiales et segments de même type. Cela signifie que les probabilités associées à toutes leurs sous-fréquences sont égales ou supérieures à 5 %. Malgré la présence habituelle en tête des listes hiérarchiques de mots-outils et de formes à emplois spécifiques, certains de ces termes banals n’en sont pas moins fréquents : l’adjectif indispensable, par exemple, occupe le 229e rang dans l’index des 16 724 formes du corpus. Il est donc fort utilisé par tous, sans jamais marquer dans son emploi, pour aucun des huit émetteurs, une quelconque préférence.

Principaux adverbes et adjectifs « de base »

8Ne figurent dans le tableau 1 ci-dessous, avec la ventilation de leurs fréquences locales, que les formes de base à fréquence supérieure ou égale à 70. Beaucoup d’autres formes pourraient leur être agrégées, telles que : directe (F = 67), assuré (66), préalable (63), existants (61), fondamental (60), généralement, supplémentaire, (avec, en) vigueur (55), consciente (53), concrètement (49), déterminant (48), dernier, continu, (46), global (45), derniers (42) etc.

Tableau 1.
Insistance : les « formes de base »

9Si l’on en arrête le recensement aux fréquences supérieures à 50, l’ensemble des formes de ce type représente à lui seul presque un quart des formes qui constituent la « Base » lexicale des syndicats. C’est dire la lourdeur de leur répétition dans les résolutions de congrès. Il s’agit, au vu de leur convergence sémantique, d’un vocabulaire de la mise en relief. Il intervient dans la phrase soit pour appuyer une revendication, soit pour généraliser un constat ou faire nombre, soit pour mettre à part et en valeur un élément de discours, soit pour transmettre une urgence à agir.

10Examinons maintenant les segments répétés « de base », par exemple les suites de deux formes (à F > 50) dont tous les syndicats se partagent équitablement l’emploi ; on trouve parmi eux des segments renforçatifs tels que :

de tous (F = 407) nécessaire de (78)
nombre de (196) une réelle (78)
de toute (173) essentiel de (60)
est indispensable (157) notamment les (60)
dans toutes (141) un grand (60)
un véritable (137) en permanence (58)
de tout (107) de véritables (55)
notamment par (94) avant tout (55)
grand nombre (92) notamment pour (52)
notamment dans (91) notamment sur (50), etc.

11Ces figements sont suivis par des termes pleins, substantifs ou verbes, qu’ils contribuent à mettre en relief, pour les valoriser ou les disqualifier. La pêche aux clichés dans ce domaine ne saurait être que fructueuse. Tout le monde réclame : une véritable politique (F = 76), de véritables négociations, un véritable effort, une réelle volonté de faire et des mesures... indispensables, urgentes ou concrètes. Toute condition devient préalable ; on dénonce avec vigueur ; on affirme avec force (F = 49) ; on prend les choses en totalité (F = 47) ou on insiste tout particulièrement (F = 45) ou notamment sur tel ou tel point ; on ne peut que choisir librement ; on lutte efficacement ; le salarié défend ses propres intérêts, etc. Pléonasmes, redondances, amplifications à longueur de page.

12Par définition de recherche, il n’est aucune confédération qui ne soit concernée par cette analyse. Mais il est surprenant de constater à quel point aucune n’échappe à ce style perpétuellement surenchéri. Rien de plus banal et de mieux partagé en somme que le marquage renforçatif de l’énonciation. Voire...

Les adverbes de la caractérisation rhétorique

  • 5 Aux signes + ou – sont associés des coefficients de spécificité (qui ne sont rien moins que les val (...)

13Certaines formes ne doivent d’être absentes du tableau 1 des « formes de base » à fonction d’insistance qu’à quelques rares indices de spécificité5. La plus évidente est notamment, vu sa très haute fréquence (F = 1039) et son rang dans l’index général (73e), que seule la CGT1 emploie un petit peu plus que les autres. D’autres adverbes et plusieurs locutions adverbiales, très figées et fréquentes, jouent le même rôle dans l’accentuation particularisante ou la priorité mise en avant.

Tableau 2.
Insistance : des adverbes parfois spécifiques

  • 2 Dans le corpus confédéral, la locution adverbiale d’abord sature toutes les fréquences de la forme (...)

Note2

14Nous avons rassemblé dans ce tableau des formes adverbiales de fréquence supérieure à 60, qui jouent toutes le jeu de l’insistance spécifiante. La liste en est plus longue : on pourrait leur adjoindre d’autres adverbes, tels que principalement (F = 36), prioritairement (F = 30), spécialement (F = 28), absolument (F = 21), impérativement (F = 20). Il s’en faut de peu, d’ailleurs, que certains de ces adverbes ne soient « de base », tant ils sont uniformément usités par les confédérations et sans fluctuation temporelle évidente. D’autres, en revanche, se conduisent comme des marques d’un style confédéral : c’est le cas à la CFTC qui est seule à utiliser de manière aussi permanente, dans tous ses congrès, l’adverbe très comme augmentatif d’adjectifs et d’adverbes.

15Une bonne part de ces formes, qui viennent en renfort d’actions verbales, s’inscrivent à l’intérieur de séquences de compléments et, le plus souvent, soit en première position (cf. d’abord, en priorité) soit à l’initiale du dernier élément d’une phrase : d’où l’importance prise par certaines liaisons avec la coordination et, comme dans et notamment (F = 139, caractéristique de la CFTC), et particulièrement (F = 47), et surtout..., signes d’objets mis en relief en fin d’énumération.

16Une série de locutions joue le même rôle, munies de quelques spécificités : en particulier (F = 319, CFDT2, CFTC1), en premier (F = 53, CGT1), en priorité (F = 62, CFTC1), d’autant plus (F = 74, CGT2, FO2). S’introduisent avec elles des phénomènes de compensation : la CGT, par exemple, préfère en premier et d’autant plus (segments rejetés par la CFDT1) à en priorité, surtout et d’abord ; la CFTC focalise de préférence à l’aide de en particulier et d’abord, tandis que FO mise sur essentiellement et d’autant plus. Petites particularités à l’intérieur de la banalité renforçative ?

17Toutes les insistances ne sont pas du même type. Une gradation dans la mise en perspective d’un objet de discours est décelable dans la foison de ces emplois adverbiaux. Cela va de la simple affirmation instante, positive : absolument, impérativement, ou négative : en aucun cas (F = 50, CGT1, FO1), à la particularisation isolante : notamment (CGT1), en particulier (CFTC), tout particulièrement, spécialement, etc.

18Il y a aussi l’atteinte du degré majeur de la gradation : d’abord, surtout, avant tout, en premier, en priorité, d’autant plus, principalement, essentiellement, etc. Ces derniers adverbes non seulement portent l’attention sur un point spécifique, mais ils indiquent une valeur suprême, initiale ou finale, dans une hiérarchie d’objets de discours. La CFTC semble un peu plus coutumière de ce procédé que ses rivales.

19On peut enfin constater certains phénomènes de redoublement adverbial. Ainsi, dans le discours cégétiste de la période 1981-1990, s’additionnennent les dimensions du temps et de l’espace : « améliorer durablement et massivement », « instaurer à grande échelle et d’une manière durable »...

Les adjectifs de l’amplification spécifique

Tableau 3.
Insistance : des adjectifs spécifiques

20Avec les adjectifs, la particularité de certaines rhétoriques syndicales apparait plus nettement. Ils sont même tellement nombreux à jouer ce jeu que nous n’en présenterons ici que les plus fréquents (à F > 200).

  • 6 Dont la fréquence, habituellement forte à FOI, s’explique par la lexie éducation permanente (f = 35 (...)
  • 7 Dont une occurrence à la CFDT1.

21A l’instar de notamment et de largement dans le tableau 2, une part de ces adjectifs ne doit qu’à quelques occurrences de ne pas figurer dans le tableau 1 des formes « de base ». C’est le cas d’important et de réelle. En revanche, les suremplois de grand, grands, efficace, essentiel, large caractérisent le discours cégétiste. Ce dernier apparait comme surinvestissant dans le renforcement (plus d’une dizaine d’indices positifs), surtout si on le compare au discours cédétiste, dans lequel les jugements de banalité pour ce type de vocabulaire l’emportent de très loin, et à ceux de la CFTC et de FO, marqués par de nombreux indices négatifs (à l’exception du suremploi, original à FO, de permanente6). Prenons en exemple le terme grand, objet de 5 indices de spécificité positive à la CGT. D’une part il reflète des locutions également présentes chez les autres confédérations (à F > 5) : grand nombre (F = 93), grande ampleur (F = 8), grands axes (F = 7), grande attention (F = 10), grande efficacité (F = 16), grande envergure (F = 9), grande importance (F=25), une plus grande justice (F = 14), grande majorité (F = 9), grands moyens (F = 30), grands objectifs (F = 10), grandes orientations (F = 18), grands problèmes (F = 20), grande partie (F = 22), grande responsabilité (F = 6) grand rôle (F = 8), ou des dénominations usuelles : grandes entreprises (F = 50), grandes sociétés (F = 23), grands groupes (F = 27), grande industrie (F = 11), grand marché, grand public, grandes firmes, grandes puissances, grandes surfaces, grands ensembles, grands médias, etc. D’autre part la CGT est la seule à utiliser des expressions sans doute partagées ailleurs mais qui lui sont ici statistiquement spécifiques. Il s’agit de (à F = f > 5) : grand capital (F = 52)7, grand patronat (F = 16), grandes fortunes (F = 13), grandes sociétés capitalistes (F = 8), grands capitalistes (F = 6), grand service public (F = 9), la grande masse (F = 11), grandes masses (F = 9, dont grandes masses de la population, F = 7), grande organisation (F = 7, la CGT), grandes questions (F = 10), grandes revendications (F = 7), grands équipements (F = 6), en grand (F = 14), à grande échelle (F = 9), au grand jour (F = 6), grande bourgeoisie, etc.

22À part ce déséquilibre entre la CGT et les autres centrales, dont le tableau 3 se fait l’écho, les fréquences des adjectifs de renforcement sont suffisamment nombreuses, ajoutées aux formes « de base », pour qu’une rhétorique de l’insistance apparaisse comme un trait commun du discours de congrès des quatre confédérations.

23D’ailleurs, les séquences à double voire triple renforcement ne manquent pas et pourraient apparaitre, à la limite, comme l’un des traits les plus évidents du langage syndical : « effectuer leur mise en œuvre concrète » (CFDT1), « un effort continu de contact permanent avec les salariés » (CFDT2), « atteindre la plus grande efficacité et sauvegarder la nécessaire solidarité » (CFTC1), « agir en totale solidarité avec l’ensemble des salariés » (CFTC2), « la plus large participation des travailleurs et des masses populaires à tous les niveaux » (CGT1), « la préoccupation première et permanente des travailleurs et du mouvement syndical » (CGT1), « leur droit le plus essentiel, le droit syndical » (CGT2), « des exigences de la plus grande urgence » (CGT2), « une campagne idéologique de grande ampleur et permanente » (CGT2), « réclamer avec insistance la mise en œuvre d’une véritable politique » (FO2), etc.

24Malgré les différences de détail et, parfois, une relative discrétion – par rapport aux suremplois de la CGT – de la CFDT, de la CFTC et de FO dans ces habitudes rhétoriques, c’est bien du même type de discours à haute teneur de renforçatifs qu’il s’agit.

Retour au ronron syndical ?

25Deux mouvements principaux, en apparence inverses, sont traduits par ce renforcement : l’un tend à l’élargissement (exemple : les segments totalisants) ; l’autre à la concentration (exemple : les segments spécifiants). En fait, aucun de ces termes renforçatifs n’a de signification propre. Auxiliaires de l’urgence et de l’insistance, ils apportent dans l’énoncé syndical non seulement l’appel renouvelé à la vigilance des récepteurs du discours, mais la tension militante interne dont ce discours se veut « profondément » porteur. Une seconde contradiction, on vient de la voir à l’œuvre, nait de l’utilisation particulière qui est parfois faite de certains de ces termes. La CGT comme la CFTC y puisent des procédés originaux d’insistance. À l’inverse, on peut constater certains manques à la CFDT et à FO.

26La rhétorique de l’insistance apporte aux catalogues revendicatifs établis dans les congrès une certaine marque de fabrique. Marque individuelle, mais surtout marque collective. Avec ces adverbes et locutions répétés, non sans nuances, s’impose, en effet, à l’oreille un certain rythme d’éléments phatiques servant à articuler les grands moments argumentatifs ou thématiques. C’est à force de vouloir appuyer ou spécifier les temps forts de son discours, afin d’attirer l’attention du public ou du pouvoir à qui il s’adresse, qu’un émetteur syndical (ou politique) finit par faire comme ses concurrents. La volonté de particularité aboutit alors à la banalité. Et le discours devient une musique de l’insistance.

Notes

1 Voici, pour donner un exemple, les principales « bases » de renforcement du discours dans les éditoriaux de L’Humanité entre 1934 et 1936 : seulement, grands, aucun, nécessité, nombreux, véritable, ouvertement, longtemps, clair, clairement, propre, particulièrement.

2 Les séquences de formes contigües, appelées « segments répétés », sont automatiquement déterminées en ordinateur par leur répétition. Tout segment, comme toute forme, possède sa Fréquence totale F, ses fréquences locales (par texte) f et leur probabilité p. Cf. P. Lafon, A. Salem, « L’inventaire des segments répétés d’un texte », Mots, 6, mars 1983.

3 Cf. P. Lafon, Dépouillements statistiques en lexicométrie, Genève-Paris, Slatkine-Champion, 1984, p. 50-85. Logiciel LEXICO1 élaboré par A. Salem (pour Macintosh).

4 Marquées dans les sorties-machine par soit un signe + (spécificité positive), en cas de suremploi, ou par un signe – (spécificité négative), en cas de sousemploi.

5 Aux signes + ou – sont associés des coefficients de spécificité (qui ne sont rien moins que les valeurs absolues des exposants négatifs des probabilités). Plus cette valeur est forte, plus la probabilité est faible, donc plus la spécificité est pertinente.

6 Dont la fréquence, habituellement forte à FOI, s’explique par la lexie éducation permanente (f = 35, sur 69 occ. de permanente dans les années 70).

7 Dont une occurrence à la CFDT1.

Notes de fin

1 Article publié dans les Mots chiffrés et déchiffrés. Mélanges offerts à Étienne Brunet, Paris, Champion, 1998, p. 305-316.

2 Dans le corpus confédéral, la locution adverbiale d’abord sature toutes les fréquences de la forme abord.

Table des illustrations

Légende Tableau 1.Insistance : les « formes de base »
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/2212/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Légende Tableau 2.Insistance : des adverbes parfois spécifiques
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/2212/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Légende Tableau 3.Insistance : des adjectifs spécifiques
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/2212/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 128k

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search