Version classiqueVersion mobile

Propos d’étymologie sociale. Tome 3

 | 
Maurice Tournier

Jeux et enjeux de francophonie1

Texte intégral

  • 1 Chronique publiée dans Mots, 52, septembre 1997, p. 168-171, avec la collaboration de Corinne Balm (...)

1Rien de plus caractéristique que la composition métissée de francophonie, qui désigne « l’ensemble politico-culturel des peuples qui parlent le français » (Dictionnaire Hachette, 1980). Il conjugue en lui d’une part la base germanique de notre propre dénomination (Frank), latinisée au 3e siècle, attestée en français dès saint Léger et Roland (10e et 11e siècles) et monétisée à hauteur de vingt sols en 1360, d’autre part une base grèque (phonê, la voix) et enfin un suffixe nominal féminin français à valeur collective (ie). Cet hybride est dû au géographe patriote Onésime Reclus, qui célèbre, passés les désastres de Sedan et le massacre des communards, en pleine aube des conquêtes coloniales, la « France Ultramarine » :

  • 1 Le plus beau royaume sous le ciel, Paris, 1904, p. 825, 843. Cité par Simone Wion, Reflet, 28, nov (...)

Les jours approchent où s’épanchera cette pauvre francophonie, presque stagnante aujourdhui. [...] Par un audacieux miracle, des peuples vont naitre, vaillants, fourmillants, frémissants, d’une vieille race qui sentait le cadavre au printemps de 1871. Nos arrière-neveux verront le français gagner en longueur, largeur et profondeur ce qu’il lui arrivera de perdre en éclaboussement1.

2Le mot tarde à se faire reconnaitre. L’adjectif francophone est officialisé, avant lui, dans le Dictionnaire de l’Académie de 1932. Peu d’attestations jusqu’à 1961, où est fondée l’AUPELF (Association des universités partiellement ou entièrement de langue française) ; mais c’est, semble-t-il, un numéro spécial de la revue Esprit consacré au « français langue vivante », qui relance, l’année suivante, à la fois mots et concept :

  • 2 C. Bourniquel, J.-M. Domenach, Esprit, 311, novembre 1962, p. 562.

Un “fait français” enveloppe et déborde la langue [...]. L’apparition des nouveaux États francophones lui rend sa place internationale au moment où on la croyait condamnée. [...] Que naitra-t-il de tout cela ? L’avenir détient seul les réponses et il ne nous appartient pas de décider à la place de ceux qui ont désormais en mains les commandes de notre destin. Notre intention était seulement de prendre la mesure de la francophonie, sans l’enfermer dans une visée nationale, sans en faire quelque habile revanche d’une impérialisme frustré, mais au contraire en la situant d’emblée dans son contexte mondial...2

3Ces simples citations font prendre conscience que le terme même de francophonie est, de naissance (1880) comme de renaissance (1962), lieu de jeux et d’enjeux, de mythifications glorieuses et de réalismes sceptiques. À partir du numéro d’Esprit, dans le contexte historique des accords d’Evian et d’une décolonisation enfin généralisée, le nom essaime dans des discours très divers, rendant de multiples services sémantiques.

  • 3 Autres exemples dans Pierre Gilbert, Dictionnaire des mots nouveaux, Paris, Hachette-Tchou, 1971, (...)

4Le voici idéaliste et moral, universel chez L. S. Senghor, inventeur de négritude (1948) mais aussi de francité (1967) : « La francophonie [...] cette symbiose des énergies dormantes de tous les continents, de toutes les races, qui se réveillent à leur chaleur complémentaire » (Esprit, novembre 1962), « La francophonie, c’est cet humanisme intégral » (Le Monde, 18 février 1969), « cette civilisation de l’universel qu’est la francophonie » (Colloque des Cent, 15 février 1986). Le voici politique : « Ce qu’ils dénomment tantôt le Commonwealth à la française [Bourguiba, 1965], tantôt la francophonie » (Le Monde, 19 janvier 1966). Le voici linguistique : « Il ne s’agit pas de l’organisation d’une chasse aux néologismes par la création d’une sorte d’Interpol de la francophonie » (Le Monde, 10 octobre 1968) ; géo-sociologique enfin : « L. V, unanimement apprécié dans toute la francophonie » (La Vie du rail, 7 septembre 1969), etc.3

  • 4 Pierre Frémont, « À la recherche d’un sens : petit florilège de la francophonie », Reflet, 28, p. (...)
  • 5 N. Kazadi, L’Afrique afro-francophone, Paris, Didier-Érudition, 1992.
  • 6 « La politique des quotas en matière de diffusion de chansons ou d’émissions audiovisuelles déchai (...)

5En même temps, la famille s’agrandit, avec Francofolies à La Rochelle, Francofaunie (« façon un peu dérisoire de désigner le “petit monde” de la francophonie »)4, non-francophone, afro-francophone5, euro-francophone (1994), Francos (habitants de la Nouvelle-Angleterre), francophonisme (Wijnands, 1993) et, bien sûr, anti-francophonie6.

  • 7 Yvette Ratanga, Gabriel Nang Mintsa, Kimaru Gicheri, « Espace francophone ou espaces francophones (...)
  • 8 Paul Wijnands, Dictionnaire des identités culturelles de la francophonie, Paris, CILF, 1993, p. 8- (...)
  • 9 Michel Guillou, « Progrès ou déclin de la francophonie. Les enjeux de la langue seconde », in Seli (...)
  • 10 Daniel Biaggioni, Roland Breton : « Cette stratégie fut initiée depuis longtemps par la France dan (...)
  • 11 Pierre Dumont, « Francophonie, francophonies », Langue française, 85, 1990, p. 35-47.

6Remarquons aussi, rare chez les noms abstraits en -ie, l’usage du pluriel, qui souligne un premier problème : Y aurait-il un « espace francophone » ou « des espaces francophones »7, une « identité culturelle francophone » ou « des identités culturelles de la francophonie »8 ? Alors que les discours officiels s’énoncent plutôt sous l’égide de l’unité lors des sommets de « La francophonie » (1986, Versailles; 1987, Québec; 1989, Dakar; 1991, Paris; 1993, Maurice; 1995, Cotonou...), certains s’interrogent sur le bien-fondé (idéologique) du singulier, lors du « Festival international des francophonies » à Limoges par exemple. Faut-il parler d’une langue d’élite, bien unifiée, ou de « francophonie différentielle », « multilatérale »9, voire « polycentrique »10, ou mieux encore de francophonies au pluriel11 ?

  • 12 Willy Bal, in André Reboullet, Michel Têtu éd., Guide culturel, Paris, 1977, p. 5-28.
  • 13 Robert Chaudenson et al., La Francophonie, représentations, réalités, perspectives, Paris, Didier- (...)
  • 14 Cité par D. Biaggioni et R. Breton, p. 900.

7Sur le plan proprement sémantique, que de jeux à pistes divergentes ! Le français, qui en est l’enjeu, est-il à considérer en tant que « langue de culture », « le fait de parler français », « un espace fruit d’un rayonnement culturel » (Bal)12, « un espace fruit d’une implantation » (Chaudenson)13, un véhiculaire ou un vernaculaire, un but, un trésor à sauvegarder ou une source pour créolophonies... ou encore, débouchant en pleine politique internationale, la « langue du non-alignement » (Boutros-Ghali)14 ? Sans oublier l’usage polémique que font du registre « francophone » certains discours d’anciens colonisés, pour lesquels ce registre rejoint dans l’opprobe celui du néocolonialisme :

  • 15 Noureddine Aba, « La francophonie dans le contexte actuel de l’Algérie », Revue IMCOM, 7, hiver 19 (...)

On parlait français, mais dans le même temps on prenait soin de proclamer d’une part son hostilité à la francophonie, perçue comme une dévoreuse d’identité, d’autre part de clamer haut et fort que l’essentiel était de penser algérien et de rester fidèle à sa vocation arabo-islamique15.

8Les mythes ne manquent pas autour des mots. Ils sont même fédérés et portés par eux. Francophonie désigne à la fois toute la culture et surtout la littérature françaises : espace patrimonial et signe de distinction sociale; un idéal de solidarité Nord-Sud ou de liberté d’expression fondé sur les « valeurs républicaines » : espace idéologique et humanitaire. C’est aussi bien un lieu d’échanges ouverts pour les uns, qu’un monde passéiste se refermant sur son excellence pour les autres, qu’un espace géopolitique et, de plus en plus, géo-économique dans le cadre des rapports de forces mondialisés, etc.

9On peut enfin observer que, depuis les années 70, les institutions « francophones » se multiplient mais que peu d’entre elles utilisent l’étiquette dans leur dénomination, bien que plus de 200 se trouvent mentionnées dans le Répertoire des organisations francophones (1987) de la Documentation française. Citons le « Haut Conseil de la francophonie » (1984), sans oublier le « Secrétariat d’État » promu « ministère de la Francophonie », dont le titulaire fut Alain Decaux (1988).

10Le terme serait-il senti comme trop « politique » ? Les institutions préfèrent mettre en avant la « langue française », sa défense, sa promotion, son enrichissement, ou son prétexte peut-être. Le concret d’une langue serait-il plus neutre (ou plus dynamisant) qu’un mot-concept aux frontières sémantiques ambigües ?

Notes

1 Le plus beau royaume sous le ciel, Paris, 1904, p. 825, 843. Cité par Simone Wion, Reflet, 28, novembre 1988, p. 25.

2 C. Bourniquel, J.-M. Domenach, Esprit, 311, novembre 1962, p. 562.

3 Autres exemples dans Pierre Gilbert, Dictionnaire des mots nouveaux, Paris, Hachette-Tchou, 1971, p. 219.

4 Pierre Frémont, « À la recherche d’un sens : petit florilège de la francophonie », Reflet, 28, p. 24-25.

5 N. Kazadi, L’Afrique afro-francophone, Paris, Didier-Érudition, 1992.

6 « La politique des quotas en matière de diffusion de chansons ou d’émissions audiovisuelles déchaine de la part des tenants de l’anti-francophonie une salve de quolibets et de flèches acerbes. [...] Ce conformisme ultra-libéral, mondialiste et uniformisateur est partagé par une partie de la presse française qui reproduit avec application le moindre article anti-francophone de la presse anglo-saxonne » (Conseil de la francophonie, État de la francophonie dans le monde, Paris, Documentation française, 1994, p. 514).

7 Yvette Ratanga, Gabriel Nang Mintsa, Kimaru Gicheri, « Espace francophone ou espaces francophones ? », Reflet, 28, p. 21-23.

8 Paul Wijnands, Dictionnaire des identités culturelles de la francophonie, Paris, CILF, 1993, p. 8-14 (voir Mots, 41, décembre 1994, p. 217-222).

9 Michel Guillou, « Progrès ou déclin de la francophonie. Les enjeux de la langue seconde », in Selim Abou, Katia Haddad éd., Une francophonie différentielle, Paris, L’Harmattan, 1994.

10 Daniel Biaggioni, Roland Breton : « Cette stratégie fut initiée depuis longtemps par la France dans sa politique coloniale et post-coloniale. [...] Elle a été relayée et amplifiée par une francophonie internationale et (en principe) polycentrique... » (« Communauté(s) linguistiques(s), espace(s) francophone(s) et réseaux de communication », in D. de Robillard, M. Beniamino, éd., Le Français dans l’espace francophone, Paris, Champion, 1996, tome 2, p. 899).

11 Pierre Dumont, « Francophonie, francophonies », Langue française, 85, 1990, p. 35-47.

12 Willy Bal, in André Reboullet, Michel Têtu éd., Guide culturel, Paris, 1977, p. 5-28.

13 Robert Chaudenson et al., La Francophonie, représentations, réalités, perspectives, Paris, Didier-Érudition, 1991.

14 Cité par D. Biaggioni et R. Breton, p. 900.

15 Noureddine Aba, « La francophonie dans le contexte actuel de l’Algérie », Revue IMCOM, 7, hiver 1992, p. 16-17.

Notes de fin

1 Chronique publiée dans Mots, 52, septembre 1997, p. 168-171, avec la collaboration de Corinne Balmette.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search