Version classiqueVersion mobile

Propos d’étymologie sociale. Tome 3

 | 
Maurice Tournier

Les mots fascistes, du populisme à la dénazification*

Texte intégral

  • * Chronique parue dans Mots, 55, juin 1998, p. 153-168.

1Les désignants populisme et populiste ont au moins trois sites d’usage, sur le terrain fluctuant de leurs emplois historiques contradictoires, sur celui banal du discours courant, sur celui qui devrait être fixe et abstrait de la terminologie scientifique.

2Le terme s’est, à différentes reprises, trouvé affronté à l’histoire et connoté en positif ou en négatif, comme l’idéologie ou les actes qu’il avait pour tâche de définir. Sa reprise par les commentateurs porte au fond de soi un jugement. Populisme peut ainsi inclure aussi bien les sèmes « naïveté » et « pacifisme » que les sèmes « violence » et « terrorisme ».

  • 1 Histoire du parti communiste (bolchevik) de l’URSS, Moscou, Éditions en langues étrangères, 1949, (...)
  • 2 Calque du russe Narodnitchestvo de Narod, peuple, terme usité en 1868 par Nekrassov dans la revue (...)

3A titre d’exemple, voici ce que disait, vers 1930, le marxisme « orthodoxe » du populisme russe des années 1866-1876 : « La jeunesse intellectuelle révolutionnaire, revêtue de l’habit paysan, s’en était allée dans les campagnes, au peuple comme on disait alors. D’où le nom de populistes »1. On sait que, de Herzen et Nekrassov à Lavrov puis à Tolstoï, le fil va courir, malgré les échecs. Populisme2 pointe ici l’acte vain d’« aller vers » des moujiks illettrés pour les amener à l’instruction ou à la révolution. On le voit, la signification est déjà seconde par rapport à la connotation : « Les populistes russes, continue le manuel marxiste, considéraient à tort que la principale force révolutionnaire était non pas la classe ouvrière, mais la paysannerie ».

4Mais voici que la connotation change avec le mouvement lui-même. De la valeur de naïveté, l’usage du mot dévie vers la dénonciation du terrorisme qui a succédé, pour certains, entre 1876 et 1885, à la croisade vers le peuple : « La politique de terreur individuelle s’inspirait de la fausse théorie populiste des héros actifs et de la foule passive [...]. Aussi le marxisme ne peut-il croitre et se fortifier en Russie qu’en luttant contre le populisme ». Les mots, disait Bakhtine, sont « habités ». Qui habite donc le terme populisme, les humanitaires ou les terroristes, Lavrov ou Tkatchev, Plekhanov ou Jeliabov ?

  • 3 Cf. Marie-Anne Paveau, « Le roman “populiste” : enjeux d’une étiquette littéraire », Mots, 55, jui (...)
  • 4 Sur ce terme, voir M. Tournier, Des mots en politique. Propos d’étymologie sociale, 2, Paris, Klin (...)
  • 5 « La réplique populiste d’Eric Raoult », Libération, 13 février 1997.

5Loin de ces modèles historiques contradictoires, qui ont pu prêter aux pires amalgames, loin aussi d’un emploi littéraire dû à la création d’un Prix populiste en 19293, le même mot sert de nos jours, dans le discours courant, à signaler une certaine manière d’agir qui viserait l’attention, l’oreille ou le porte-monnaie du « vulgum pecus ». Témoin, ce journaliste notant : « The Independent nomme une rédactrice en chef [...]. Rosie Boycott, qui vient de la presse magazine et tabloïd, devrait tenter une relance plus populiste » (Libération, 2 février 1998). Il faut voir, dans ce type d’emploi, l’idée simple de conquête du plus grand nombre (de lecteurs et d’acheteurs, pour le journal relancé, ou d’applaudissements, d’audimat, de disciples, de votants, dans d’autres cas). Populiste, à la poursuite de la popularité4 et des faveurs du grand public, veut dire « racoleur », en terme politique « démagogue ». On se le lance et relance au visage. C’est ainsi, il y a peu, que le populisme (disons « laxiste ») de l’appel des cinéastes à désobéir à la loi Debré contre les clandestins s’est affronté au populisme (disons « xénophobe ») du ministre des banlieues, Eric Raoult, invitant ces « gens qui compatissent à la misère humaine » (ainsi que les nomme le garde des sceaux Jacques Toubon) à venir habiter les 66 quartiers difficiles de la Seine-Saint-Denis5. Plus populiste que toi, je meurs...

  • 6 P.-A. Taguieff, « Le populisme », Encyclopaedia Universalis, 1996, p. 118-125.

6Sortons du journalistique pour le méta-politique et sa terminologie. C’est pour trouver le terme emmêlé non seulement dans les connotations mais dans les définitions elles-mêmes. Se tirer de ce traquenard exige toute la finesse des distinctions de Pierre-André Taguieff, lequel opte pour une typologie de « populismes » au pluriel et caractérise le « national-populisme » de Le Pen comme « un mélange de bonapartisme, de populisme réactionnaire à dominante nationale-xénophobe, voire raciste, de démocratie populiste à la Suisse et de populisme des politiciens »6. Il est bien évident que, faisant cela, P.-A. Taguieff ne s’attaque pas au terme lui-même mais aux choses que celui-ci a, plus ou moins, recouvertes. Ce faisant aussi, le jeu se développe à la fois sur le contenant occasionnel (le mot habille qui, quand, pour qui, pour quoi ?) et sur le contenu définitoire (qu’y a t-il à l’intérieur ?). Et il peut arriver que l’on ne sache plus très bien où l’on en est : à un mot analysé ou à un mot analyseur ?

7La quatrième façon de procéder – facilité du lexicologue ! – consiste enfin à faire du terme un invariant sémantique, arbitraire quoiqu’informé, donc arbitral, à l’inclure dans une terminologie politique où il s’équilibrerait avec d’autres, sans le façonner ou le laisser refaçonner au gré de l’histoire des courants politiques. On ne joue plus avec ses connotations, si faciles à inverser, comme dans la polémique. On ne le banalise plus, comme dans certains usages populaires. On ne s’efforce plus de coller à l’histoire des idéologies, comme en science politique. On pose une borne, au moins provisoirement indéplaçable, sur le chemin du discours et on mesure ce qui se passe avec le mot, à l’aune de cet étalonnage.

8C’est ainsi que « populisme » a vu passer fascisme. Revenons à la querelle des banlieues dans le Libération du 13 février 1997 : « Dire que l’Etat actuel tend vers le fascisme me semble plus intéressant que de verser des larmes », écrit Christian Boltanski. De quel fascisme est-il là question ? En quoi la protestation des cinéastes et les répliques des Toubon et Raoult peuvent-elles être dites populistes ? Vous voyez bien que mes propres mots jouent sur deux portées. Pour définir deux termes l’un par l’autre, ici fascisme et « populiste », il en faut au moins un d’immobile.

9Fixons donc « populisme » pour le court temps de cet article. On entendra par ce terme tout discours qui, en vue de la conquête ou de la conservation du pouvoir, vise les masses populaires, en pratiquant à leur endroit une manipulation qui les pousse à une méfiance, une hostilité, voire une haine à l’égard d’une entité sociale particulière rendue responsable de leurs difficultés à vivre. Nous situons ainsi le « populisme » à la jointure de six thèmes : pouvoir politique, masses populaires, frustrations, propagande, hostilité, bouc émissaire. Définition elle-même connotée ? Bien entendu ! mais péché avoué et conséquent avec lui-même, objectivité possible...

10Les mots peuvent naitre plusieurs fois, sans changer de peau. On pourrait distinguer au moins cinq étapes dans l’« étymologie sociale » de la famille française de fascisme, celle des premières résurgences Au faisceau à la fin du 19e siècle, celle de la diffusion du modèle italien au début des années 1920, celle des amalgames, diversions et confusions politiques des années trente, celle de la dérive collaborationiste et de l’assimilation au nazisme, de 1939 à 1945, celle enfin de la banalisation dans l’invective d’aujourdhui. Les mots en ont profité non pour élaborer un nouveau sens mais pour muer dans leurs valeurs et leur extension. D’un usage revendicatif au départ et glorieusement renouvelé, ils se sont à tel point chargés d’histoire que les voici de nos jours, plus ou moins pénétrés des connotations malignes de l’hitlérisme, réduits à injurier n’importe qui.

Du fascio autoritaire au faisceau populiste des années 1920

  • 7 C’est-à-dire « verges » (d’un bas-latin oral *fascia, verge). L’orthographe du verbe fesser (Acad. (...)

11Il ne dénonçait personne, au départ, il affirmait brutalement le pouvoir romain, le fascis, devenu en français faix ou faisceau (faissel au Moyen Âge, issu d’un diminutif latin de fascis). Ce fagot de fesces7 en bois de bouleau, ligaturées autour d’une hampe par des lanières de cuir, d’où sortait sur le côté le fer d’une hache préposée aux exécutions capitales, était porté par les licteurs, dont la file précédait, dans les cérémonies, les hauts magistrats de la Rome antique. Vieux symbole punitif emprunté aux Étrusques, il a pu désigner aussi, sous la République romaine, non seulement l’autorité des chefs mais le peuple soudé. C’est cette image des forces populaires convergeant sous la poigne des dictateurs puis des consuls que Virgile célèbre dans les « Populi fasces ».

  • 8 Annie Jourdan, « L’allégorie révolutionnaire », Dix-huitième siècle, 27, 1995, p. 510-511.

12De signe d’autorité, le faisceau est ainsi devenu signe de masse et d’unité, et c’est bien ce symbolisme que la Révolution française va réactiver dans sa panoplie allégorique. Les emblèmes républicains substitués officiellement à ceux de la monarchie comprennent, en effet, « le faisceau de l’Union et le bonnet de la Liberté », qui paraissent l’emporter sur le triangle et sur le niveau de l’égalité, comme dans le décret du 21 septembre 1792. Les sceaux de l’administration publique porteront à partir de cette date « la figure d’une femme appuyée d’une main sur un faisceau et de l’autre tenant la lance surmontée d’un bonnet de la Liberté »8. Le faisceau est donc, en France, très attaché à la symbolique démocratique.

13Avec la reprise de ce signe « fraternitaire » par le mouvement ouvrier (agricole et industriel) italien vers 1871, le Fascio Operaio, le « Faisceau ouvrier », met aussi en avant l’assemblage des énergies populaires qu’il se donnait mission d’incarner. Car le mot renait « à gauche » à la fin du 19e siècle. Des Fasci syndicalistes révolutionnaires ou petits paysans, en guerre contre les injustices propagées par le libéralisme de l’industrialisation, reprennent le terme-image pour s’en revendiquer dans les années 1892-1894, en Sicile en particulier, mais aussi en France. Comme le dira Gentile, le fascisme est, d’origine, anti-libéral, c’est-à-dire anti-individualiste et anti-bourgeois.

  • 9 Sur la période qui va jusqu’à la Grande guerre, malgré ses analogies trop systématiques, c’est La (...)

14Sans remonter jusqu’au boulangisme, « première suture de nationalisme et de radicalisme social » selon Zeev Sternhell9, il existait bien en France, à la fin du 19e siècle, un pré-fascisme nationaliste et anticapitaliste (en paroles, du moins) qui a fait que des maximalistes comme Lagardelle, Hervé ou Sorel (et, plus tard, Déat, Marquet, Loustau, Doriot) se sont « tout naturellement » fascisés, se retournant contre le socialisme parlementaire (Jaurès, Blum) et le marxisme français (Guesde, Thorez).

  • 10 Le Secret des changes, Marseille, Imprimerie marseillaise, 1894, p. 84.

15C’est cette contradiction de naissance qui explique que le faisceau ait été en même temps, au tournant des siècles, le symbole d’une certaine révolte populaire contre le capitalisme et celui du recours à l’idéologie nationaliste contre la démocratie, deux raisons invoquées par certains en faveur de l’antisémitisme qui les cimenterait. Et c’est sous ce triple signe, révolutionnaire, nationaliste et xénophobe, que le mot-image a réapparu dans la « doctrine du Faisceau » (1896) du marquis de Morès10. D’où à la fois son thème de la défense du « travail national » contre les étrangers et son refus solidariste de la lutte des classes. Mot d’ordre : « supprimer le prolétariat, assurer la paix de la nation ». Barrès, à la même époque, ne disait pas autre chose.

  • 11 Marquis de Morès, Rothschild, Ravachol et compagnie, Paris, Rue du Mont-Thabor, 1892, p. 19.
  • 12 Discours au premier banquet des Jaunes de France, L’Union ouvrière, 22 février 1902. Cf. Sternhell (...)

16Dès cette époque aussi, pour eux, l’ennemi premier : les Juifs, mais en tant que « maitres de presque toute la production française »11. Au 1er congrès national des « Jaunes de France » en mars 1902, un disciple de Morès, Paul Lanoir, proclame sa volonté « d’unir en faisceau » la « grande famille du travail »12. Le symbole, on le voit, ne met pas en avant la valeur punitive des Étrusques mais bien une valeur d’union populaire ; il s’accompagne aussi, déjà, des deux thèmes à fortes connotations que nous retrouverons sous Pétain : antisémitisme patriotard et discours populiste en termes de collaboration des classes. On ne s’étonnera pas que le slogan lancé par Lanoir soit très exactement, en 1902 : « Patrie, famille, travail ». Faisceau : symbole et terme dévoyés du mouvement ouvrier révolutionnaire par les nationalismes autoritaires.

  • 13 Le voici en Allemagne et en France : « Le fascisme en Allemagne. [...] Le péril fasciste est réel (...)
  • 14 « Le 15 février 1924, à la Chambre, Daudet avait parlé du fascisme comme d’un phénomène dangereuse (...)
  • 15 Maurras décrit dès l’abord le fascisme comme un « courant radical-national » : « Les historiens du (...)
  • 16 La Droite révolutionnaire, p. 399. Voir aussi Z. Sternhell, Ni droite ni gauche. L’idéologie fasci (...)

17Le fascio réapparait comme symbole glorieux dans l’Italie mussolinienne du début des années 1920. Les noms que le mouvement mussolinien engendre (fascismo, fascista) se retrouvent aussitôt en français13. L’Action française elle-même, malgré ses réserves14, n’est-elle pas tentée d’effectuer le pas du corporatisme étroit des La Tour du Pin ou Bacconnier au fascisme de masse à l’italienne ? Ce pas, Georges Valois le franchit en premier, vite rejoint dans son admiration pour Mussolini par Charles Maurras lui-même15, et d’autant plus facilement que le nationalisme populiste italien (de Coppola ou D’Annunzio à Labriola et Papini) s’inspire directement des théories anti-démocrates de l’Action française ou du Cercle Proudhon. « Nous prenons notre bien chez nous !», revendique même Valois devant les légions du « Faisceau des combattants et des producteurs », qu’il crée en novembre 1925, puis tout au long de son livre-programme de 1927, Le Fascisme. Selon Z. Sternhell, « loin d’être une vague imitation du Fascio italien, le Faisceau s’inscrit dans la plus pure tradition du socialisme national français »16.

  • 17 Cité par Domenico D’Oria, « Du mot fascisme », dans Actes du 2e colloque de lexicologie politique (...)
  • 18 Cf. Nicos Poulantzas, Fascisme et dictature, Paris, Seuil-Maspero, 1974, p. 152.
  • 19 W. Stoecker, 7 juin 1923, cité par André Marty, dans Antimilitarisme et Révolution, tome 2, Paris, (...)

18Certes l’étiquette demeure surtout, deux très courtes années, l’apanage des Italiens. Attestée en 1921 (dans L’Humanité du 15 mai), sa première mention dans un dictionnaire français, le Larousse mensuel illustré publié en février 1923, définit le fascisme, en toute sympathie d’ailleurs, comme un « mouvement d’idées et parti politique visant à unir tous les Italiens pour la lutte contre les forces de désorganisation sociale (contre le bolchevisme en particulier) et pour la pleine réalisation de la victoire » 17Mais les noms ont débordé aussi bien les 870 militants des Fasci di combattimento, les « Faisceaux italiens de combat » de 1919 (qui se retrouvent 200 000 deux ans plus tard)18, qu’ils déborderont le Faisceau français de 1925, preuve que la famille fasciste s’est très vite transformée en modèle socio-politique à large application. Fasciste ne vise-t-il pas des bandes pré-hitlériennes dans l’Allemagne occupée de 1923 ? « En certains endroits, les soldats français nous sont très favorables. À Gelsenkirchen par exemple, lors de la dernière provocation fasciste, de nombreux soldats ont fait cause commune avec les ouvriers et ont aidé ces derniers à chasser et abattre les fascistes »19.

  • 20 « Au-dessus de la droite et de la gauche, au-dessus des partis et des classes, nous faisons appel (...)
  • 21 Le Nouveau Siècle, 31 aout 1925, cité par Vito Carofiglio et Ana Boschetti, « Pour une analyse du (...)

19À cette époque, l’étiquette fasciste sert surtout, dans l’extrême-droite française, à nommer son rejet verbal de la ploutocratie bourgeoise. L’essentiel est là, jusqu’à la confusion : « Fascisme et bolchevisme sont une même réaction contre l’esprit bourgeois et ploutocratique. Au financier, au pétrolier, à l’éleveur de porcs qui se croient les maitres du monde [...] le bolcheviste et le fasciste répondent en levant l’épée » (Valois, La Révolution nationale, 1924). Si le fascisme de Valois entend se situer « au-dessus des partis et des classes »20, la cible première de sa propagande est le « travailleur », le « producteur » – ce vieux terme saint-simonien que Doriot reprendra en 1936 dans son Manifeste du PPF- qu’il dresse à la fois contre ses maitres de la droite et du centre et ses faux amis de gauche avec cet appel : « Travailleur français ! La droite t’ignore, le centre te méprise, la gauche te trahit et le communisme te berne. Viens au Faisceau !»21.

  • 22 Sur ce thème, relancé par les Maurrassiens et utilisé, dans les années trente, par la gauche comme (...)
  • 23 Maurice Thorez, La hutte pour le pain, 11 juin 1936, cité par V. Carofiglio et A. Boschetti, p. 15
  • 24 « Le Faisceau, à bien des égards, est un symbole de la confusion politique qui règne tant dans les (...)

20Ce fascisme se présentera toujours comme « au-delà » ou « au-dessus », prônant encore, dix ans plus tard, un « Ordre nouveau, symbole de l’universalité » (Bucard, Le Franciste, 29 septembre 1934), en fait curieux mélange de capitalisme et d’ouvriérisme, à l’imitation du modèle corporatiste italien de la loi Rocco de 1926, alors qu’à la même époque cette lexie d’« ordre nouveau » accompagnera les attaques de gauche contre les « deux cents familles »22 (« C’est un ordre nouveau qui nait, c’est l’ordre des travailleurs qui se prépare, en s’opposant au désordre qui résulte de l’exploitation capitaliste »)23. À en rester aux mots, ne croirait-on pas parfois entendre dans la bouche des fascistes français certains accents thoréziens ? Ce discours « populiste », à la fois anti-tout et rassembleur des exploités contre la ploutocratie, est tellement confusioniste que des esprits critiques et démocrates s’y sont laissé prendre quelques mois, tel Paul Nizan, lecteur en 1925 à la fois de la Révolution prolétarienne de Lénine et de la Révolution nationale de Valois24. Quelques années plus tard, le fascisme n’est-il pas encore pour Drieu La Rochelle un « socialisme de collaboration de classes » : « Si les chefs conscients du prolétariat, écrit-il dans La Lutte des Jeunes, le lançaient en masse dans le fascisme, on pourrait faire un fascisme qui serait plus nettement et plus rapidement destructeur du capitalisme que ne le sont mussolinisme et hitlérisme » (3 juin 1934).

  • 25 Préface à H. Mau, H. Krausnick, Le National-socialisme. Allemagne, 1933-1945, Paris, Casterman, 19 (...)

21Même jeu pour d’autres mots dans l’Allemagne des années 1928-1932. L’étiquette national-socialiste y obéit à deux fonctions, selon Alfred Grosser : « National était le synonyme d’antiprolétarien et socialiste celui d’antiploutocratique »25. Atteindre le « Peuple » (classes moyennes, en même temps que chômeurs) dans sa vieille haine des riches dominateurs du marché, telle est bien la « réussite » première du fascisme populiste en Europe. Arthur Koestler écrira en 1942 à propos du « mysticisme » et du « romantisme » qui ont recouvert cette réalité :

  • 26 Dans Horizon, juin 1942, repris dans Le Yogi et le commissaire, Paris, éd. Chariot, 1946, p. 27-28

Dans les années critiques de la République de Weimar, alors que la Révolution communiste ou la Révolution fasciste semblaient également possibles et que la seule chose impossible était de voir continuer le régime existant, qui était usé, un certain Ernst Jünger lança l’expression la nostalgie anti-capitaliste des masses. Ce désir vague et violent était, en effet, partagé par des groupes de gens de tendances absolument différentes. Peut-être le dénominateur commun que nous cherchons pourrait-il s’appeler la nostalgie anti-matérialiste.26

22Contre-feu à cette propagande « populiste » : dans le discours des gauches, l’étiquette fasciste sert à stigmatiser, en sens inverse, la haute bourgeoisie des possédants et des banquiers et les bandes militarisées qui se mettent à leur service, bref la ploutocratie elle-même. Et cela dépasse l’Europe. C’est ainsi que, dès 1927, Victor Serge utilise le terme et le modèle fascistes pour illustrer les luttes autour du pouvoir en « Chine nouvelle » :

  • 27 Citations extraites de V. Serge, La Révolution chinoise, Paris, Savelli, 1977, p. 46, 59.

Il faut tenir compte de la possibilité du développement d’un mouvement inspiré du fascisme, qui recruterait ses troupes parmi les classes moyennes et, muni de fusils britanniques, fournirait à la bourgeoisie chinoise des troupes de choc, une véritable armée de classe. (Clarté, 15 mai 1927)
Celle-ci [la “Chine nouvelle”] s’efforcerait de constituer une aristocratie ouvrière et une classe de gros paysans, afin de s’en faire un double rempart contre les masses laborieuses [...] maintenues dans l’obéissance par un État aidé de formations fascistes. (Clarté, 15 aout 1927)27

Le foisonnement désignatif ambigu des années 1930

  • 28 Dans L’Humanité, 24 mai 1935. Cité dans Charles Alligier, Socialisme, bolchevisme et France, Paris (...)
  • 29 Cité dans Jean-Marc Théolleyre, Les Néo-nazis, Paris, Temps actuels, 1982, p. 234, note 19.
  • 30 Dans Le Temps, 23 septembre 1937. Cité dans H. Beuve-Méry, Réflexions politiques, 1932-1952, Paris (...)
  • 31 Cité par Serge Berstein, Jean-Jacques Becker, Histoire de l’anticommunisme en France, Paris, Orban (...)

23Les mots ont donc très tôt échappé aux Italiens. Pour passer à la désignation des hitlériens, dès 1923 (« Le péril fasciste est réel en Allemagne du Sud », L’Humanité, 6 janvier), des Polonais de J. Pilsudski, et de bien d’autres par la suite, Oustachis croates, Heimwehren autrichiens, Garde de fer roumaine, « Croix fléchées » de Hongrie, « Croix de tonnerre » en Lettonie, rexistes belges, « British Union of Fascists » de Mosley en Angleterre... Témoin, M. Thorez : « Les dangers qui menacent l’Union soviétique sont graves. Elle est menacée à l’Ouest par le fascisme hitlérien qui essaie d’entrainer à sa suite le fascisme polonais, et à l’Est par le Japon impérialiste »28. Les fascismes peuvent dès lors se décliner au pluriel : « L’Union des fascismes fera la paix du monde », proclame Marcel Bucard29 ; « Les fascismes n’ont gagné de vitesse le socialisme que par une vertu révolutionnaire plus agissante », constate Thierry Maulnier (La Revue universelle, 15 avril 1935). Autre témoin, Hubert Beuve-Méry écrit, au moment de la mort de Tomas Mazaryk (1937) : « Nous voici, semble-t-il, plus près de saint Thomas que de Lénine, mais surtout tout aussi loin de la conception totalitaire des fascismes. Le Führer et le Duce ne s’y sont pas trompés... »30. L’usage de l’étiquette fasciste, à la veille de la guerre, est généralisée aux mouvements dictatoriaux européens pris ensemble. Ce n’est pas contre Franco seul que les brigades internationales ont lutté mais contre « le fascisme franquiste, mussolinien et hitlérien » (Bulletin de Paris, 1939)31. Malraux fait la remarque que « les communistes disent toujours de leurs ennemis qu’ils sont des fascistes » (L’Espoir, 1937).

24Les mots habillent aussi désormais, dans le discours de gauche, toute l’extrême-droite française, évoquant « ligues, cliques, hordes, bandes, troupes de choc... fascistes » (L’Humanité, Le Populaire, tout au long de l’année 1934) : Blum dénonce « les sections d’assaut royalistes et fascistes » (Le Populaire, 11 février 1934) et décrira le « fascisme français » à genoux devant le « Diktat hitlérien » (12 mars 1936).

  • 32 « Ceux qui [...] dénoncent la dictature du prolétariat acclament celle de la Chemise noire » (L’Hu (...)
  • 33 4 octobre 1938. Dans Jean-François Kahn éd., Ainsi parlait la France. Les heures chaudes de l’Asse (...)

25Avec la montée des périls noir et brun32 au cours des années trente, l’aire de désignation des mots non seulement se diversifie et s’amplifie, mais s’unifie. Mussolini subventionne Primo de Rivera, Starhemberg, Mosley, Bucard... On dénonce « le fascisme international, dictature sanglante de la bourgeoisie décadente » (L’Humanité, 28 janvier 1934). C’est l’époque où le PCF reprend en mot d’ordre le titre du livre pro-fasciste de Camille Aymard (1925) « Bolchevisme ou fascisme ? Français, il faut choisir ! » : « Communisme ou fascisme ! C’est en ces termes et sous ce signe que s’annonce l’année 1934 » (L’Humanité, 1er janvier 1934). L’usage de l’expression fascisme international se généralise. C’est elle qui sera reprise à l’Assemblée, lors du débat sur l’accord de Munich, par des orateurs aussi différents que Gabriel Péri et Henri de Kérillis33 :

C’est la faute inexpiable des classes dirigeantes de ce pays [...] de procéder à la politique du lâcher-tout en 1938, alors que chaque entorse au traité [de Versailles] marque une étape dans l’exécution des desseins belliqueux du fascisme international (Péri) ;
Cette paix [de Munich] consacre le triomphe de Hitler, c’est-à-dire à la fois celui de l’Allemagne et celui du fascisme international (Kérillis).

26On chantait, depuis 1933, à l’adresse de cette menace planétaire :

  • 34 « La Chanson des Marcheurs », citée dans Robert Brécy, Florilège de la chanson révolutionnaire, Pa (...)

Le fascisme gagnant le monde
Menace aussi notre pays.
Mais partout la voix des gueux gronde,
Qui n’ont plus foi en ceux qui ont trahi.34

  • 35 Gustave Hervé : « Le chef qui émergera en France, comme il a émergé en Italie et en Allemagne » (L (...)
  • 36 « La France entre deux destins », La Revue universelle, 15 mars 1936, p. 750-751.

27Sous ces coups, dans l’esprit public, les mots semblent tourner ; ils servent de moins en moins à la célébration du chef à poigne35 et sont ressentis comme péjoratifs, insultants, dénonciateurs. On ne s’étonnera donc pas de les voir relancés vers leurs utilisateurs antifascistes comme autant d’étiquettes polémiques, à seule fin de brouiller les cartes. Et tout devient fasciste dans le discours sur l’ennemi, y compris les « antiétatistes » bien français. Témoin complice, T. Maulnier : « Cherchons à y voir clair. Parmi ceux que leurs adversaires nomment fascistes, combien de Français qui souhaitent la dictature du parti unique ? [...] Il n’y a ni fascistes vrais, ni communistes vrais dans un pays ou les fascistes sont antiétatistes »36.

  • 37 Europe, « Manifeste des intellectuels fascistes » et « Réponse aux intellectuels fascistes », nove (...)
  • 38 Titre d’un article paru dans Le Nouveau Siècle, 25 février 1928.
  • 39 Texte de 1934, dans Drieu La Rochelle. Textes retrouvés, Paris, Éditions du Rocher, 1992, p. 123.

28D’où l’avalanche, dans le « bon » sens, en sens inverse ou dans tous les sens, des : catholiques fascistes (Maurras, 1927), fascisme socialiste (Maulnier, 1932), socialisme fasciste (Jouvenel, Drieu, 1934), fascisme gouvernemental (Andreu, 1934), social-fasciste (Cahiers du bolchevisme, 1er janvier 1932) et social-fascisme (L’Humanité, 11 janvier 1934), fascisme bolchevik et fascisme socialisant (Drieu, 1934), intellectuels fascistes (désignation des signataires d’un Manifeste en novembre 1935, prise en bonne ou mauvaise part selon le camp)37, Révolution fasciste (Revue universelle, 15 septembre 1935), fascisme de droite ou fascisme de gauche (Maulnier, 1936), fascistes rouges contre fascistes blancs (Drieu), etc. Le PCF appelle déjà néo-fascistes les néo-socialistes de 1934, les « Renaudel-Déat-Marquet » (L’Humanité, 14 janvier 1934). « Il y a fascisme et fascisme », avouait Valois en 192838. Pour R. Brasillach, Renan « eut des lueurs préfascistes », et plus encore Drumont, Péguy, Proudhon et Sorel (Je suis partout, 18 juillet 1938). Et Drieu de s’emporter, de son côté, contre des « pseudo-fascistes [qui] ne sont que d’antiques réactionnaires »39.

29Ne serait-ce pas la démocratie française elle-même « qui se fascise » ? (L’Humanité, 7 février 1934). Dans la mêlée idéologique, il n’est pas jusqu’au mot fascisation qui ne cible un ennemi à large spectre. Dénonçant toute propension à la violence anti-gréviste, les expressions « fascisation de l’État » et « fascisation du régime » deviennent en 1934-1935, leitmotiv propre au PCF, un thème récurrent de propagande antigouvernementale : « La fascisation du régime n’est pas un signe de force de l’État » (P. Vaillant-Couturier, 29 janvier 1934).

  • 40 Mot créé vers 1922 (L’Écho de Paris du 30 octobre 1922 parle des « journaux antifascistes ») et d’ (...)

30De la famille qui a grandi, seule à rester au clair, l’antithèse antifascistes40, par quoi s’autodésignent les adversaires d’une extrême-droite clairement désignée. Tous les autres mots construits sur fascio se trouvent, eux, désormais pris dans la confusion sémantique de la fin des années trente. Heureusement hélas !, l’Occupation nazie va mettre de l’ordre dans tout cela...

Le fascisme nazifié des années 1940

31Par préfixation, antéposition, suffixation, la famille avait grandi : antifasciste (1922), royal-fascisme (1922), fascistissime (1925), antifascisme (1930), social-fascisme, social-fasciste (1932) puis sociaux-fascistes (1948), pré-fasciste (1934), militaro-fasciste (1934), néo-fasciste (1934), fasciser et se fasciser (1934), fascisation (Eluard, 1930), fascisant (1936), fachiste (sic. Queneau, 1938), à quoi Drieu La Rochelle ajoute pseudo-fasciste (1934) et fascistisé (1943). Qu’entendait-il, lui-même, par fascisme ? D’avantage Hitler que Mussolini.

  • 41 « Notre francisme est à la France ce que le fascisme est à l’Italie » (La Victoire, 20 aout 1933).
  • 42 Pascal Ory, Les Collaborateurs. 1940-1945, Paris, Points Seuil, 1976, p. 95-96.
  • 43 Sur ces évolutions, voir P. Ory, p. 121-127.

32Anti-munichois fascisant, rompant dès 1938 avec Doriot qu’il admirait, le voilà pro-nazi en 1940, par culte de la Force. Même recentration chez le franciste Bucard : lui qui rêvait d’être le Mussolini français41 finira en policier supplétif des forces allemandes42. Prenons l’équipe de Je suis partout : avant la guerre admiratrice du Duce, elle se voulait fasciste à son image ; elle se retrouve en 1943 à la pointe des pro-nazis. Soldat libéré, Brasillach rentre d’Allemagne « hitlérien » (« Je suis germanophile et français », écrira-t-il à Rebatet en 1943), puis, lui-même dépassé par des fascistes plus radicaux (ne prônerait-il pas en 1944 un « fascisme tolérant » ?), il laisse le journal dans leurs mains ; et ceux-ci de proclamer qui « une Europe fédérée sous la direction de l’Allemagne nationale-socialiste » (Lesca, 17 septembre 1943), qui – ceci revient au même pour eux – « Le pouvoir aux fascistes ! » (Cousteau, 17 septembre 1943)43.

33Mais il serait plus exact de dire que ce marquage hitlérien dans les valeurs du terme est aussi et d’abord le fait des adversaires : « Le fascisme hitlérien, c’est la menace contre la France » (Thorez, L’Humanité, 25 novembre 1938). À la fin des années trente, en effet, le fascisme se perçoit de plus en plus en France comme nazi ou pro-nazi. Le modèle hitlérien devenu majeur, les mots en ressortent plus clairs.

  • 44 Notre avant-guerre (1941), cité par Z. Sternhell, Ni droite, ni gauche, p. 281.

34Ils s’appuient, par exemple, beaucoup plus fortement et ouvertement sur la notion de « race ». Ce portrait du « jeune fasciste » par Robert Brasillach en 1941 veut être celui de la Jeunesse hitlérienne : « Le jeune fasciste appuyé sur sa race et sur sa nation, fier de son corps vigoureux, de son esprit lucide, méprisant des biens épais de ce monde »44. La vieille filiation lapougienne ne demandait qu’à se réanimer au frottement du racisme nazi. On ne s’étonnera pas de voir l’antisémitisme cumulé de l’extrême-droite française traditionnelle et du fascisme pro-hitlérien faire florès au pouvoir dès 1940. La haine des riches que portait en lui le fascisme « populiste » des années vingt est désormais totalement relayée par la haine des Juifs, sans relation nécessaire ou prétextée avec la richesse. Tel est le centre du virage sémantique des mots fascistes. Leur ressort « populiste » n’est plus un anti-ploutocratisme, même de propagande ; il s’appelle froidement désormais antisémitisme.

  • 45 Cité dans P. Ory, p. 269.

35Des scissions avaient épuré aussi le concept fasciste. Après avoir refusé le « fascisme réactionnaire » (1928), Valois abandonne l’étiquette, demandant même à faire partie du « Comité antifasciste » de Paul Rivet (1935). Autant que la chose, c’est l’évolution du terme qu’il refuse lorsqu’il s’emporte contre « le parti hitlérien en France »45. Devenu antifasciste par antihitlérisme, il se retrouvera au maquis et mourra en camp de concentration.

  • 46 Parti national-socialiste français, Croisade française du national-socialisme, Comité d’épuration (...)
  • 47 Cf. Pierre-Philippe Lambert, Gérard Le Marec, Partis et mouvements de la collaboration, Paris 1940 (...)

36On constate aussi une raréfaction étonnante de la famille fasciste dans ses emplois positifs. Sa péjoration est même devenue à ce point prégnante (ou son inadéquation si sensible) que, exception faite de cris provocateurs, il n’est aucun parti, mouvement, voire groupuscule qui ose, dans le cadre de la collaboration, prendre fasciste pour label dans son appellation ou pour terme dans ses slogans, ni Doriot, ni Déat, ni Bucard, ni Deloncle. Même des groupes aussi nazifiés que le PNSF, la CFNS ou le CERF46 se déclarent, se proclament nationaux-socialistes mais semblent fuir l’étiquette fasciste. Sur les insignes, le faisceau a cédé le pas à la croix gammée. Quasi seul, le petit Front Franc, muni par Boisset d’un insigne où réapparait le faisceau des licteurs surmonté d’une double francique figurant deux F dos à dos, a gardé la devise que son fondateur avait donné en 1936 à ses groupes RIF : « Racisme International Fascisme »47. Mais ce que, cinq ans plus tard, il recommande sous ces termes est désormais « l’application intégrale du national-socialisme » (JO du 23 octobre 1941 : déclaration de fondation du FF). Que deviendront alors ces mots fascistes piégés par le nazisme et finalement plutôt évités par leurs porteurs, lorsque les principales raisons de leur péjoration disparaîtront avec la guerre ?

Reste l’insulte

37Les mots suivent les hommes. C’est de ce déplacement des référents, des fasci populistes réactualisés à l’aube des années vingt aux nazis impérialistes et racistes des années d’Occupation, que les polémiques d’après-guerre hériteront, en particulier celles de la « guerre froide ». Seulement, la menace aigüe du nazisme ayant disparu, les termes en profitent pour s’émanciper, tout en conservant leur valeur infamante, vers d’autres référents, d’autres combats, et les amalgames des années trente de revenir en force, se multipliant dans les sens les plus divers. « Soustraire la République à la réaction fasciste » est encore le slogan lancé par le Comité central du PCF à Drancy, le 23 octobre 1953. La présidence finissante de Vincent Auriol serait-il fascisante, comme l’aurait été celle d’Albert Lebrun en 1934, ou bien les mots auraient-ils perdu de leur virulence ?

38Qu’est-ce, de nos jours, qu’un facho ? Tout le monde ne l’est-il pas, plus ou moins, selon l’usage courant et les circonstances ? C’est même ce que les dictionnaires retiennent aujourdhui de ces mots :

  • 48 Dictionnaire historique de la langue française, Paris, Le Robert, 1992, tome 1, p. 781.

Fascisme a pris, à partir des années 1960, des valeurs affectives dans le discours politique. Il s’emploie aujourdhui pour toute attitude politique conservatrice et autoritaire et, de façon polémique, pour toute doctrine ou comportement opposé à la “gauche”. Plus largement encore, hors de tout contexte politique, il s’utilise pour parler d’une contrainte, d’une autorité imposée.48

  • 49 Exemples dans : Partisans, « Ouvriers, étudiants, un seul combat ! », mai-juin 1968, p. 204-205.
  • 50 Hocine Aït Ahmed, L’Afro-fascisme, Paris, L’Harmattan, 1980.
  • 51 « Un provo gaullisto-fasciste armé d’un révolver... », Cahiers libres 124, Paris, Maspero, 1968, p (...)
  • 52 Cité dans Le Monde, 14-15 septembre 1997, p. 7.
  • 53 Le Nouvel Observateur, novembre 1977, p. 54.

39Certes l’affectif ni l’expansion n’ont attendu 1960, on l’a vu, mais une nouvelle série de termes atteste à cette époque d’usages très généralisés. Outre les troncations facho et faf, qui se disaient chez les révoltés de Mai 6849, se multiplient les dérivés (fascistoïde 1997) et les composés (nazifasciste 1973, macro-fascisme et micro-fascisme (Libération, 8 mars 1976), Afro-fascisme50, philo-fasciste 1984, profasciste 1990, post-fasciste 1994) ; et non seulement les mots se retournent contre les gaullisto-fascistes51,les cathos-fachos (Golias, 1991), le facho-communisme (Le Monde, 18 juin 1990) ou encore le fascisme rose (Le Pen)52 ou le fascisme nouvelle vague (Le Monde, 9 janvier 1969), mais – à la grande différence des mots de la famille nazie – ils pénètrent des domaines nouveaux, tels techno-fasciste (1973), fascisme technocratique (Ivan Illitch, 1978), techno-fascisme et éco-fascisme53 : « L’écologie, écrit Libération, l’emportera un jour sur le techno-fascisme » (26 septembre 1977) et, vingt ans plus tard, le nouveau Marianne de lancer en titre : « Mégret en techno-facho populocrate » (5 mai 1997). Il n’est pas jusqu’à cette journaliste qui n’apporte sa contribution au processus de banalisation d’un fasciste dénazifié, en ironisant à une radio matinale : « Il y a des mots qu’on n’ose plus prononcer. Si Le Pen aime les bigorneaux et les moules et que vous aimez les bigorneaux et les moules, et que vous le dites, vous êtes devenu un fasciste » (Catherine Ney, Europe 1, 17 mars 1997).

40Heureusement hélas !, l’histoire a montré qu’il suffit qu’apparaissent sur la scène politique de nouveaux leaders fascisants pour que le mot s’aiguise à nouveau, prêt à mordre avec justesse...

Notes

1 Histoire du parti communiste (bolchevik) de l’URSS, Moscou, Éditions en langues étrangères, 1949, p. 13-15 (texte russe de 1938).

2 Calque du russe Narodnitchestvo de Narod, peuple, terme usité en 1868 par Nekrassov dans la revue Les Annales de la Patrie, où se prêche la « croisade pour la civilisation du peuple » (cf. Jean Pérus, À la recherche d’une esthétique socialiste, Meudon, Éditions du CNRS, 1986, p. 13.

3 Cf. Marie-Anne Paveau, « Le roman “populiste” : enjeux d’une étiquette littéraire », Mots, 55, juin 1998, p. 45-59.

4 Sur ce terme, voir M. Tournier, Des mots en politique. Propos d’étymologie sociale, 2, Paris, Klincksieck, 1997, p. 241-249.

5 « La réplique populiste d’Eric Raoult », Libération, 13 février 1997.

6 P.-A. Taguieff, « Le populisme », Encyclopaedia Universalis, 1996, p. 118-125.

7 C’est-à-dire « verges » (d’un bas-latin oral *fascia, verge). L’orthographe du verbe fesser (Acad. 1549) résulte de l’analogie avec fesse (du latin fissa, fendue). Il faut mentionner que d’autres images ont accompagné ou concurrencé le faisceau de verges, en particulier l’image militaire du faisceau d’armes en attente et celle, pacifique, de la javelle de blé. Il y aura aussi le faisceau de flèches lié en arc de cercle de la Phalange espagnole. On se demande si l’essentiel de ces symboles ne réside pas dans la ligature à quoi rien n’échappe : image de totalitarisme ?

8 Annie Jourdan, « L’allégorie révolutionnaire », Dix-huitième siècle, 27, 1995, p. 510-511.

9 Sur la période qui va jusqu’à la Grande guerre, malgré ses analogies trop systématiques, c’est La Droite révolutionnaire (1885-1914). Les origines françaises du fascisme de Zéev Sternhell qui demeure l’ouvrage majeur de référence (Paris, Seuil, 1978). Les datations qui suivent les termes cités ne prétendent pas mentionner la première apparition d’un mot ou d’une lexie ; elles certifient seulement la présence d’une attestation dans le fichier du laboratoire de Lexicométrie politique de Saint-Cloud.

10 Le Secret des changes, Marseille, Imprimerie marseillaise, 1894, p. 84.

11 Marquis de Morès, Rothschild, Ravachol et compagnie, Paris, Rue du Mont-Thabor, 1892, p. 19.

12 Discours au premier banquet des Jaunes de France, L’Union ouvrière, 22 février 1902. Cf. Sternhell, p. 402.

13 Le voici en Allemagne et en France : « Le fascisme en Allemagne. [...] Le péril fasciste est réel en Allemagne du Sud » (L’Humanité, 6 janvier 1923) ; « Le “Faisceau” de Paris est né hier. Hier, sur le coup de midi, le fascisme est venu à la vie officielle à Paris » (Le Matin, 12 novembre 1925).

14 « Le 15 février 1924, à la Chambre, Daudet avait parlé du fascisme comme d’un phénomène dangereusement populacier et, le 6 novembre 1926, Maurras accusait Valois d’être payé par les Italiens » (Henri Guillemin, Nationalistes et nationaux, Paris, Idées-Gallimard, 1974, p. 222).

15 Maurras décrit dès l’abord le fascisme comme un « courant radical-national » : « Les historiens du fascisme racontent tous comment le vaste courant radical-national créé par Mussolini reçut un jour, comme un affluent espéré, le beau fleuve, resserré mais profond et puissant, du nationalisme italien (L’Action française, 18 juillet 1923). Admiration qui se prolongera tout au long des années vingt : « La vérité toute simple et toute crue est que Mussolini est extrêmement admiré en France. Ah ! si nous avions son pareil ! C’est la naïve idée courante. Ceux qui la formulent et qui la propagent innocemment ne se rendent pas compte qu’une action d’ordre et de progrès comme celle du fascisme italien suppose une base solide et stable, que la Monarchie seule la fournit et qu’un certain degré d’aristocratie ou, si l’on veut, d’anti-démocratie doit encore la soutenir » (L’Action française, 17 mai 1928).

16 La Droite révolutionnaire, p. 399. Voir aussi Z. Sternhell, Ni droite ni gauche. L’idéologie fasciste en France, Paris, Seuil, 1983, p. 106-135.

17 Cité par Domenico D’Oria, « Du mot fascisme », dans Actes du 2e colloque de lexicologie politique (15-20 septembre 1980, Saint-Cloud), Paris, Klinscksieck, 1982, 3 vol., p. 81-90. Cf. aussi, du même auteur : Dictionnaire et idéologie, Fasano, Schena-Nizet, 1988, p. 193. On trouve aussi royal-fascisme : « Royal-fascisme ou la double trahison de Mussolini » (L’Humanité, 17 décembre 1922).

18 Cf. Nicos Poulantzas, Fascisme et dictature, Paris, Seuil-Maspero, 1974, p. 152.

19 W. Stoecker, 7 juin 1923, cité par André Marty, dans Antimilitarisme et Révolution, tome 2, Paris, UGE 10/18, 1976, p. 132.

20 « Au-dessus de la droite et de la gauche, au-dessus des partis et des classes, nous faisons appel aux forces nationales pour la conquête de l’État » (Le Nouveau Siècle, 24 septembre 1925).

21 Le Nouveau Siècle, 31 aout 1925, cité par Vito Carofiglio et Ana Boschetti, « Pour une analyse du langage politique français. Nationalisme, fascisme, front populaire », Université di Milano, CUEM, 1973, p. 12.

22 Sur ce thème, relancé par les Maurrassiens et utilisé, dans les années trente, par la gauche comme par l’extrême-droite, voir M. Tournier, Des mots en politique, p. 117-118.

23 Maurice Thorez, La hutte pour le pain, 11 juin 1936, cité par V. Carofiglio et A. Boschetti, p. 15.

24 « Le Faisceau, à bien des égards, est un symbole de la confusion politique qui règne tant dans les esprits que sur l’échiquier national. Pour beaucoup le fascisme de Mussolini est aussi séduisant que le communisme de Lénine » (James Steel, Paul Nizan, un révolutionnaire conformiste ?, Paris, Presses de la FNSP, 1987, p. 45-46).

25 Préface à H. Mau, H. Krausnick, Le National-socialisme. Allemagne, 1933-1945, Paris, Casterman, 1962, p. 14-15.

26 Dans Horizon, juin 1942, repris dans Le Yogi et le commissaire, Paris, éd. Chariot, 1946, p. 27-28.

27 Citations extraites de V. Serge, La Révolution chinoise, Paris, Savelli, 1977, p. 46, 59.

28 Dans L’Humanité, 24 mai 1935. Cité dans Charles Alligier, Socialisme, bolchevisme et France, Paris, Cahiers Spartacus, avril 1946, p. 51.

29 Cité dans Jean-Marc Théolleyre, Les Néo-nazis, Paris, Temps actuels, 1982, p. 234, note 19.

30 Dans Le Temps, 23 septembre 1937. Cité dans H. Beuve-Méry, Réflexions politiques, 1932-1952, Paris, Éditions Le Monde, Seuil, 1951, p. 55.

31 Cité par Serge Berstein, Jean-Jacques Becker, Histoire de l’anticommunisme en France, Paris, Orban, 1987, tome 1, p. 339.

32 « Ceux qui [...] dénoncent la dictature du prolétariat acclament celle de la Chemise noire » (L’Humanité, 22 décembre 1922) ; « C’est la résistance des masses sous la direction du PCA qui a fait éclater les contradictions qui travaillent le régime de la Peste brune » (L’Humanité, 1er juillet 1934).

33 4 octobre 1938. Dans Jean-François Kahn éd., Ainsi parlait la France. Les heures chaudes de l’Assemblée nationale, Paris, Jean-Claude Simoën, 1978, p. 299, 309.

34 « La Chanson des Marcheurs », citée dans Robert Brécy, Florilège de la chanson révolutionnaire, Paris, Éditions Hier et demain, 1978, p. 271.

35 Gustave Hervé : « Le chef qui émergera en France, comme il a émergé en Italie et en Allemagne » (La Victoire, 10 janvier 1934).

36 « La France entre deux destins », La Revue universelle, 15 mars 1936, p. 750-751.

37 Europe, « Manifeste des intellectuels fascistes » et « Réponse aux intellectuels fascistes », novembre 1935.

38 Titre d’un article paru dans Le Nouveau Siècle, 25 février 1928.

39 Texte de 1934, dans Drieu La Rochelle. Textes retrouvés, Paris, Éditions du Rocher, 1992, p. 123.

40 Mot créé vers 1922 (L’Écho de Paris du 30 octobre 1922 parle des « journaux antifascistes ») et d’emploi généralisé à partir de 1934 : « Hier, 30 000 travailleurs parisiens ont acclamé le Front populaire antifasciste » (L’Humanité, 25 octobre 1934) ; « Nous élevons même le système de protection en renforçant notre front antifasciste » (Marceau Pivert, « Tribune libre », Le Populaire, 18 mars 1935).

41 « Notre francisme est à la France ce que le fascisme est à l’Italie » (La Victoire, 20 aout 1933).

42 Pascal Ory, Les Collaborateurs. 1940-1945, Paris, Points Seuil, 1976, p. 95-96.

43 Sur ces évolutions, voir P. Ory, p. 121-127.

44 Notre avant-guerre (1941), cité par Z. Sternhell, Ni droite, ni gauche, p. 281.

45 Cité dans P. Ory, p. 269.

46 Parti national-socialiste français, Croisade française du national-socialisme, Comité d’épuration de la race française.

47 Cf. Pierre-Philippe Lambert, Gérard Le Marec, Partis et mouvements de la collaboration, Paris 1940-1944, Paris, Grancher, 1993, p. 130.

48 Dictionnaire historique de la langue française, Paris, Le Robert, 1992, tome 1, p. 781.

49 Exemples dans : Partisans, « Ouvriers, étudiants, un seul combat ! », mai-juin 1968, p. 204-205.

50 Hocine Aït Ahmed, L’Afro-fascisme, Paris, L’Harmattan, 1980.

51 « Un provo gaullisto-fasciste armé d’un révolver... », Cahiers libres 124, Paris, Maspero, 1968, p. 124.

52 Cité dans Le Monde, 14-15 septembre 1997, p. 7.

53 Le Nouvel Observateur, novembre 1977, p. 54.

Notes de fin

* Chronique parue dans Mots, 55, juin 1998, p. 153-168.

© ENS Éditions, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search