Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Propos d’étymologie sociale. Tome 3

 | 
Maurice Tournier

Europe, terme et terre d’immigration*

Texte intégral

  • * Chronique dans Mots, 63, juillet 2000, p. 141-146.

« Allons, enfants de l’Europe métisse ! »
(André Laurens, Le Monde, mars 1990)

  • 1 Dit « protosinaïtique » en fonction du lieu de sa découverte (cf. Marc-Alain Ouaknin, Les Mystères (...)

1Tout en haut des escaliers de l’histoire, les drames de la Bosnie puis du Kosovo nous rappellent ce que l’Europe doit au Moyen-Orient et, plus largement, à l’Orient. Sur le plan culturel et religieux, il s’agit certes du christianisme puis de l’islam. Mais il est des marches plus anciennes encore, dont les fondations sont tellement profondes qu’on les croit indigènes. Citons l’importation de la fonte des métaux (des cuivres du Sinaï, d’Anatolie et de Chypre au « fer durci » des hittites), l’art monumental minoen puis l’urbanisation thébaine, les lois de Minos, les techniques d’irrigation apportées par Danaos, lui aussi venu de Phénicie... et n’oublions pas l’expansion européenne, via la Crète et la Grèce, des lettres phéniciennes (elles-mêmes issues d’un alphabet protosémitique1) plus d’un millénaire avant J.-C, d’où découle notre propre écriture.

  • 2 Robert Lafon, Nous, peuple européen, Paris, Kimé, 1991.
  • 3 Martin Bernal, Black Athena, London, Free Association Books, 1987, vol. 1 : « The Fabrication of A (...)
  • 4 Jean Humbert, Histoire de la langue grecque, Paris, PUF, 1972, p. 10.
  • 5 Voir Merritt Rulhen, L’Origine des langues. Sur les traces de la langue mère, Paris, Belin, 1997, (...)
  • 6 R. Lafont, p. 44. Pour Hérodote, demi-phénicien, la Grèce devait tout à l’Egypte.

2Quant à la langue... Robert Lafont va jusqu’à parler pour le grec, comme pour l’anglais, de « langue mixte »2. Certains de ses mots les plus anciens, toponymes, noms d’outils, désignants sociaux, signes religieux, ne seraient-ils pas d’origine orientale ? Exemples de toponymes : Mycènes l’ancienne, plutôt qu’un nom du champignon, pourrait venir du duel sémitique Mahanayim (deux camps) ; Karyai, où l’on voyait la désignation des noyers, pourrait simplement remonter à la racine pan-sémitique *qrt-, (ville), qu’on trouve dans Carthage. Exemple de nom d’outil : harma (le filet, l’arme) s’originerait dans la racine sémitique *hrm. Désignants sociaux : xénos (étranger) viendrait du sémitique *sn’ (ennemi), doûlos (esclave) s’apparente au cananéen dal (pauvre), etc. Signes religieux : le néktar versé aux dieux trouverait son étymon dans le sémitique *niqtar (vin aux aromates), haîma (sang) correspond au cananéen hayîm (vie) et sêma lui-même (signe, marque) au cananéen sêm (marque, nom)... Pour R. Lafont, et plus encore pour Martin Bernai dont il s’inspire3, il y aurait là un phénomène d’acculturation. Les Hélènes primitifs, descendus du Nord, auraient tout appris des civilisations urbaines de l’Est, peut-être même jusqu’à la notion si grèque de polis. Les Achéens découvrant la mer l’ont appelée thalassa, mot qui n’est pas indo-européen mais d’usage crétois4. Plus anciens encore des rapprochements entre racines protosémitiques et proto-indoeuropéennes pourraient faire douter de l’arbre des langues traditionnellement admis... Le *tauro- lui-même ne s’apparente-t-il pas au *thawr-(taureau, bœuf) protosémitique ? Il en va de même pour *woino- proche de *wajn- (vin, vigne), pour *haster- (étoile), assimilable à *astar-, l’étoile du berger, etc5. Pour tous ces termes archaïques, s’agit-il d’emprunts, de substrat ou bien d’une identité de filiation ?À tout le moins faut-il en conclure : « Nous voici héritiers, par les Grecs, des Sémites et peut-être de ces Nubiens de race noire qui ont fait l’Égypte »6.

3Le Bosphore (ou « Portage du bœuf ») a dû se franchir par vagues répétées d’invasions de tous types et, plus encore, la mer entre Phénicie, Chypre et Crète puis entre Crète et Grèce, obstacle moindre que la montagne. Tout cela peut se rattacher, sous le signe taurin du zodiaque, l’aleph originel, à la légende d’Europe et de Cadmos. Le mythe d’Europe ne serait-il pas alors une figuration de synthèse, mémoire fusionnelle et mythologisée, de la conquête du territoire pré-hellénique par les civilisations issues du Moyen-Orient ou transitant par lui ?

  • 7 Il s’agit, en arabe, de dérivations à partir du mosdar (racine verbale) et d’un préfixe ma- format (...)

4Fille d’Agénor, roi de Tyr, la belle Europe est enlevée par Zeus, lequel, transformé en taureau blanc, l’emporte sur son dos en Crète (où elle enfante Minos et Rhadamante, qui seront faits juges de l’Enfer avec Eaque, autre fils jupitérien) ; le périple d’Europe se terminera au centre de la Grèce. Suivant le même trajet maritime, il est plus que probable que le nom d’Europe soit, lui aussi, d’origine phénicienne. Ereb, nom phénicien de l’Occident, mort du soleil, par opposition à l’Orient, naissance du soleil, fait présager, en effet, l’opposition arabe entre Maghreb7, pays du Couchant, et Mashrek, pays du Levant. Eurus désigne le vent qui va d’Est en Ouest.

  • 8 Ce nom serait apparu, selon Maspéro, plus de 4 000 ans avant J.-C. Cf. Gabriel Hanotaux, Les Ville (...)

5Revenons au mythe. Le frère d’Europe, Cadmos (nom d’origine sémitique), parti à sa recherche et conseillé par l’oracle de Delphes, poursuit la « vache errante » – encore un signe bovin – à travers la Thrace puis la Phocide. Cette quête le conduit en Béotie, au cœur de la Grèce continentale, où il fonde Thèbes, du nom de la capitale pharaonique, cette « ville aux cent portes » que chantait Homère (T’ape, en ancien égyptien8), en semant les dents d’un dragon fils de Mars et de Vénus. La lignée œdipienne avec ses tragédies vient de là. C’est de là aussi qu’est venue la première dénomination géographique d’Europe. Elle semble avoir désigné, au 7e siècle av. J.-C, tout ce qui, pour les Grecs, n’était pas « barbaros », c’est-à-dire étranger bredouillant, sans culture ni langue. Europe, invasions et conquêtes de la civilisation, qu’elles viennent d’Égypte, de Babylonie, d’Anatolie, d’Aram ou de Phénicie, semblent donc liées d’origine. « La tyrienne Europe était de naissance asiatique », écrit Hésiode, au 5e siècle av. J.-C.

6Ensuite, le regard a porté de plus en plus loin. Europe elle-même (dont le nom « grec », osent encore répéter certains dictionnaires, combinerait eurus, large et ops, œil) n’aurait-elle pas eu de grands yeux ? Quoi qu’il en soit, cette appellation s’est progressivement étendue, de la Grèce aux provinces du Nord (Hérodote fait aller l’Europe jusqu’au Don), à la Sarmatie puis à l’Atlantique. Le voyageur et géographe grec Strabon voit le règne de Rome, au premier siècle avant J.-C. s’étendre à « presque toute l’Europe, excepté les pays au-delà de l’Ister [Danube] et ceux bordant l’Océan [Baltique ?] entre le Rhin et le Tanaïs [Don] ».

7Il faut attendre les Carolingiens pour retrouver des souverains « européens ». Charles Martel, à Poitiers (732 ap. J.-C), menait l’armée des Europeans. Angilbert écrit (en latin) à propos de Charlemagne : « Charles [...], sommet de l’Europe, [...] est en train de tracer les murs de la Rome nouvelle » (799 ap. J.-C). Sur la Cosmographie universelle de Sebastian Munster (1544) l’Europe représentée ira de l’Espagne au Pont-Euxin [Mer Noire], de la Sicile et de la Morée aux confins de la Baltique.

8L’idée d’une Europe politique fédérée nait au 19e siècle : Saint-Simon souhaite l’établissement d’un « Parlement européen » (1814) et, peu avant le coup d’État de Napoléon 3, Hugo proclame à l’Assemblée que la Révolution de 1848 a amorcé « cet immense édifice de l’avenir qui s’appellera un jour les États-Unis d’Europe » (1851). À Genève, Briand en relancera l’idée en 1929. Signe des temps, à partir du 19esiècle, la famille lexicale en a profité pour proliférer sur cinq bases :

europe (européiser 1851, paneurope 1901, européisme 1960, européisation 1968, européiste 1979, européité 1979) ;
européenéan (européen 18e siècle, européaniser 1806, européanisme 1807, européennement 1833, paneuropéen 1901, européanisation 1911, grand européenl968, européanité 1974, européanocentrisme 1978) ;
européo (européocentrisme 1972, européocentré 1984, européo-gaulliste 1984) ;
eur (Eurasie, eurasien 1854, eurasiate, eurasiatique 1930, eurasique 1962, Eurafrique, eurafricain, 1950, Euratom 1958) ;
et surtout euro : Eurovision 1954, eurocrate 1964, eurodollar 1966, euro-centrique 1970, euromarché 1971, eurocapitalisme 1976, eurocommunisme 1976, eurosocialisme 1977, euroterrorisme 1977, eurosyndicalisme 1978, euro-révisionniste 1978, euromonnaies 1978, eurodroite 1978, euro-gauche 1980, Eurocités 1986, euro-francs 1987, Europarlement 1988, eurodéputé 1988, Eurométropoles 1990, eurocorps 1992, Europol 1994, eurosceptique 1995, euroméditerrannéen 1995, eurotechnocrate 1996, euro-mondialisme 1996, euro-optimisme, europtimisme 1998... et euro-grève (Vilvorde, 1997).

  • 9 « Réglage praxémique du sens en lexique et en discours », Courants sociolinguistiques, Paris, Publ (...)

9Bien entendu, la base préfixée ne circonscrit pas la même zone de référence à l’époque du traité de Rome et à celle de Maastricht et d’Amsterdam. D’ailleurs qu’englobe ce préfixe : une zone géographique, un marché économique, une marque de fabrique, une communauté culturelle, une entité politique supranationale ? Françoise Gardès-Madray avait fort bien souligné, il y a quelques années, la labilité et l’inconstance de ce désignant, au service de tous les réglages9.

  • 10 Sur les controverses entre Eurolande (francisation), Euroland (anglicisme) et Euralie (néologisme) (...)

10Où en sommes-nous avec cette Europe à géométrie variable ? On imagine aujourdhui une Europe à trois cercles, avec sa cuisine centrale, une antichambre et une salle d’attente. Elle s’est trouvée « à sept », à « dix » ou « onze », « à douze », « à quinze » ou « seize », à 25, 27 ou 30. Plus « grands yeux » que grand ventre ? Elle fut « charbon-acier » puis « économique-européenne », « agricole-commune », enfin « monétaire » : la base euro devenue nom (officiellement en 1996) vient de se convertir à l’usage fiduciaire : d’où pro-euro et anti-euro 1997, europhile 1997, euroréalisme 1998, Eurolande 199810. L’Europe se cherche aussi : bientôt « politique », « syndicale » (CES) et, enfin peut-être un peu, un jour, « Europe sociale », il serait temps ! En profitera-t-elle pour faire de la Méditerranée son grand lac intérieur et pour intégrer les « barbaros » venus du rivage d’en face ? Son origine légendaire et son étymologie sémitique ne disent-elles pas qu’Europe fut d’abord une terre d’immigration, bénie des dieux, où a pu prospérer l’apport des civilisations moyen-orientales et, au-delà, indiennes et nilotiques ?

11Méditons, en réfléchissant au mythe indo-européen pris de nos jours pour une vérité d’évidence, ce qu’écrit R. Lafont à propos de la pensée européenne :

  • 11 R. Lafont, p. 45.
  • 12 Pierre Rossi, La Citéd’Isis. Histoire vraie des Arabes, Alger, ENAG Editions, 1991, p. 6.

L’idéologie y domine la connaissance. L’arrière-pensée contamine la pensée. Il s’agit bien, en affirmant la pureté indo-européenne et le « miracle grec », de refouler les Sémites. Derrière les Phéniciens et les Égyptiens, il y a les Juifs. Le « modèle aryen » invalide globalement l’apport sémitique à la culture. Il rencontre le racisme de Gobineau. Le thème de la « race blanche » vient nourrir l’exaltation de la blanche Hellade11. Tordant le bâton dans l’autre sens (tout viendrait de la culture « arabe », c’est-à-dire araméenne), Pierre Rossi accuse plus vertement : Prestige du verbe, orgueil de soi, volonté de surélévation : lorsque nous avons prononcé le mot Occident, nous avons tout dit, comme si l’Occident n’était autre chose que la pente déclinante de l’Orient ?12

12Europe, « fille d’Asie », « métisse » d’origine, qui embrasseras-tu ?

Notes

1 Dit « protosinaïtique » en fonction du lieu de sa découverte (cf. Marc-Alain Ouaknin, Les Mystères de l’alphabet. L’origine de l’écriture, Paris, Assouline, 1997).

2 Robert Lafon, Nous, peuple européen, Paris, Kimé, 1991.

3 Martin Bernal, Black Athena, London, Free Association Books, 1987, vol. 1 : « The Fabrication of Ancient Greece ».

4 Jean Humbert, Histoire de la langue grecque, Paris, PUF, 1972, p. 10.

5 Voir Merritt Rulhen, L’Origine des langues. Sur les traces de la langue mère, Paris, Belin, 1997, p. 205. Quoi de plus évident que la parenté entre l’Astaroth biblique et l’Astarté phénicienne, déesses de la fécondité, issues de l’Ishtar babylonienne et transformées par les Grecs en Aphrodite et par les Latins en Vénus Uranie, reine des astres ?

6 R. Lafont, p. 44. Pour Hérodote, demi-phénicien, la Grèce devait tout à l’Egypte.

7 Il s’agit, en arabe, de dérivations à partir du mosdar (racine verbale) et d’un préfixe ma- formateur du participe passif, d’où la valeur d’état de lieu ou de temps : fahala (faire) → mafael (état), hazana (poser) → mahzan (entrepôt), kataba (écrire) → maktab (lieu de l’écriture, bureau), gharaba (disparaître, mourir) → maghreb (lieu du couchant : gharb).

8 Ce nom serait apparu, selon Maspéro, plus de 4 000 ans avant J.-C. Cf. Gabriel Hanotaux, Les Villes retrouvées, Paris, Hachette, 1885, p. 38-39.

9 « Réglage praxémique du sens en lexique et en discours », Courants sociolinguistiques, Paris, Publications de l’INALF (Saint-Cloud), 1989, p. 76-82.

10 Sur les controverses entre Eurolande (francisation), Euroland (anglicisme) et Euralie (néologisme), voir Le Monde, 5 janvier 1999.

11 R. Lafont, p. 45.

12 Pierre Rossi, La Citéd’Isis. Histoire vraie des Arabes, Alger, ENAG Editions, 1991, p. 6.

Notes de fin

* Chronique dans Mots, 63, juillet 2000, p. 141-146.

© ENS Éditions, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540