Version classiqueVersion mobile

Propos d’étymologie sociale. Tome 3

 | 
Maurice Tournier

Petite note sur l’origine de Faire la grève*

Texte intégral

  • * Texte à paraitre dans Hommages offerts à René Moureaux, Paris, Syllepse, 2002.
  • 1 « Faire grève vx : se tenir sur la place de Grève en attendant de l’ouvrage... » (Littré).
  • 2 C’est en 1700 qu’un arrêt du Châtelet désigne officiellement la place de Grève comme « lieu d’asse (...)
  • 3 . Voir la carte de Rouen aux 13e-15e siècles dans Jean-Pierre Leguay, La Rue au Moyen Âge, Rennes, (...)

1Avec la « Place de Grève » de Paris, les dictionnaires étymologiques croient avoir tout révélé sur l’origine de faire la grève. Cette expression signifiait à l’origine, ajoutent-ils, venir en place de Grève pour y trouver du travail1. Mais de quelles origines, de quelle grève s’agit-il ? Et si d’autres places de ville et de village s’étaient appelées « grève » elles aussi, si la « place commune » et autres lieux de rassemblement, de foire, d’exécutions et d’embauche avaient été des « grèves » pour les gens du coin et d’alentour ?... Cela depuis des siècles... On y serait venu chercher du travail, bien avant que la Grève de Paris ne devienne centrale ou officielle2. A l’intérieur même des remparts, bien des lieux se dénomment « La Grève » ailleurs qu’à Paris, ne serait-ce que dans le quartier d’Outre-Seille, à Rouen, au 13e siècle3... Tel est le problème que posent certaines attestations du Moyen Âge. Elles feraient reculer de plusieurs générations l’usage et le sens premier de l’expression « faire la grève ». Nous allons étudier un exemple du 12e siècle.

2Pour enseigner le français aux Anglais – ou inversement – des linguistes du 12e siècle confectionnaient, entre autres manuels, traités de grammaire et « manières » de bien dire, des glossaires de plusieurs types. L’un de ces types, bilingue, consiste en répertoires, rangés le plus souvent par matières, de termes glosés à l’aide de proverbes ou de dictons suffisamment connus pour que la signification d’un terme illustré soit immédiatement perceptible. La bonne prononciation y prenant autant d’importance que la compréhension, l’effort pédagogique va jusqu’à mettre en œuvre toutes sortes de moyens mnémotechniques pour faciliter la tâche de l’apprenant, jeux sur les mots, métrique et versification par exemple.

  • 4 Claude Buridant, « Lexicographie et glossographie médiévales. Esquisse de bilan et perspectives de (...)
  • 5 Ibid. p. 15 : « (afin) que les enfants puissent savoir les particularités des choses qu’ils voient (...)
  • 6 Sur ces deux racines pré-indoeuropéennes, on pourrait utilement confronter les hypothèses de Paul (...)
  • 7 C. Buridant, Lexique, 4, p. 16.

3Le traité de Walter de Bibbesworth (qu’on date des années 1180-1190) est de cette veine4. N’est-il pas écrit pour les enfants de nobles anglais ? « Ke les enfauns pussent saver les propretz des choses ke veyunt et kaunt dire moun et ma, soun et sa, le et la, moy et jo »5. C’est dans cet ouvrage qu’on trouve une glose qui concerne le mot grève (du nom pré-celtique grava, sur les racines archaïques *kar>gar et *ava, les pierres de l’eau6), une fois éliminées les significations d’homophones directement issus de l’adjectif latin gravis, dur, lourd, raide, pénible, blessant. Voici le passage7 :

Fetes la greve au laver,
the feldfare
E mangez la grive au diner.

4Un vrai rébus ! Avec le vieil anglais correspondant glissé entre les énoncés français (feldfare), des jeux proverbiaux, les sonorités distinctives (greve/grive), l’analogie phonétique (laver au lieu de lever). Avant de traduire l’ensemble, franchissons les écueils l’un après l’autre, en commençant par le plus difficile.

Laver ou lever

5Le laver est vraisemblablement le « lever du jour ». Mais voilà une voyelle a bien incongrue ? Les philologues font grise mine à son propos. Ils connaissent pourtant bien ce que R. L. Wagner appelait, dans ses cours, un phénomène d’apophonie (variation combinatoire de la voyelle déterminant une alternance dans la conjugaison). L’exemple qu’il aimait citer concernait le verbe diner/déjeuner, disjejunare en latin, dont – l’accent tonique se déplaçant avec la pénultième – les syllabes à voyelles prétoniques internes, donc en position atone, ont disparu au cours de l’évolution du latin au français, après haplologie (fusion) de la première dans la seconde :

  • 8 Jusqu’à la Renaissance, l’heure des repas variait beaucoup. Le diner se prenait tôt, « sur le midi (...)
  • 9 Nelly Andrieux, Emmanuèle Baumgartner, Systèmes morphologiques de l’ancien français. Le verbe, Bor (...)

6L’analogie venant s’insérer dans l’usage (lequel tendra aussi à séparer un repas d’avant le midi et un d’après le midi8), la langue française aura à sa disposition deux séries morphologiques : celle de déjeuner (infinitif obtenu par analogie avec la première série) et celle de diner (infinitif en parenté avec la seconde), selon « la tendance pour ces verbes [...] à reconstituer un paradigme complet sur chacune des deux bases »9 Le diner du dicton semble correspondre à un repas d’après le midi (le déjeuner n’existant pas et le soupper n’étant souvent qu’une prise de soupe à la tombée du soir).

  • 10 Voir N. Andrieux, E. Baumgartner, p. 115 ; Claude Buridant, Grammaire nouvelle de l’ancien françai (...)

7Examinons maintenant la conjugaison de levare, lever, et celle de lavare, laver. Elles donnent10 :

  • 11 C. Buridant, Grammaire..., p. 230.

8On le voit, les conjugaisons au présent des deux verbes ont plusieurs formes en commun (en lèv-), quand on suit l’évolution phonétique normale. Cela se corrige historiquement par des « réfections analogiques » : c’est le cas, au 12e siècle, pour lève et sa série (b) qui se coulent dans le patron de lavons, lavez, laver ; ce qui donnera le paradigme je lave, tu laves, il lave... « Plus encore que les autres systèmes, le système verbal de l’ancien français n’est pas figé ; c’est un système en mouvement connaissant un large polymorphisme et marqué par des réfections analogiques »11. Les transferts de prononciations s’introduisant non seulement dans les séries mais entre des verbes phonétiquement proches, la série (a) lève a pu avoir tendance à faire comme son homophone (b) sans tenir compte du sens, entrainant par un double mouvement analogique son infinitif lever vers laver.

9Cela est d’autant plus vraisemblable qu’on sait par ailleurs que, au lieu de devenir un e sourd,

  • 12 Edouard Bourciez, Précis de phonétique française, Paris, Klincksieck, 1958, p. 95-96.

dans la syllabe initiale, un e libre ou entravé est assez fréquemment
devenu a en français, surtout devant les consonnes liquides [...]. Au 17e
siècle on hésitait encore entre fener (voir fenaison) ou faner12.

10Certes, le e de levare, n’est pas suivi d’une consonne liquide ou nasale ; mais nombreux sont, de l’ancien au moyen français, les exemples d’hésitations, quelles qu’en soient les raisons (phonétiques, analogiques ou dialectales), entre e et a en syllabe initiale : trevail et travail, merci et marci, grève et grave, nef et nave, fèvre et favre/fabre, demoiselle et damoiseau, delphine et dauphin, fène (voir féminin) et femme, chef et cap, caisse et châsse, clef et clave, mer et mare, gevele et javelle, herceler et harceler, etc.

11En conséquence, nous faisons l’hypothèse soit d’une erreur de lecture ou de transcription, toujours possible, soit d’un cas confus d’analogies. Le circonstanciel « au laver » peut donc tout à fait s’interpréter comme « au lever du jour », « dès le lever du soleil ».

Manger la grive

12Le mot grive est d’abord là pour des raisons d’enseignement : la distinction phonologique entre le i et le è français permet de distinguer deux mots quasi homophones. Très astucieusement, sa présence est due ici à une seconde raison, d’une grande importance sémantique.

  • 13 Claude Duneton date le dicton du 19e siècle. Il ajoute : « La grive, recherchée pour la finesse de (...)
  • 14 On sait qu’au Moyen Âge la chair des volatilles était davantage prisée que « les grosses chars » ( (...)

13Connaissait-on au 12e siècle le proverbe parvenu jusqu’à nos jours : « Faute de grives, on mange des merles » ? Peut-être, car il semble s’imposer en filigrane à la fin du distique13. A la différence du merle commun, facile à attraper mais dur à digérer, la grive est une espèce de merle plus sauvage et plus rare, qui se nourrit entre autres de baies parfumées (genèvrier, sorbier, myrtilles, raisin). « Manger la grive au diner » serait donc faire un bon repas, avec un mets de choix à la clé14.

14S’agirait-il d’un repas bien mérité ? Le E (« et ») en début de vers indique un lien logique, voire consécutif (surtout entre deux impératifs comme « faites », qui ordonne, et « mangez », qui autorise), du premier au second vers. Faites la grève pour manger la grive.

  • 15 Sur grive, voir Pierre Guiraud, Le Français moderne, octobre 1966, p. 280-308.

15Mais attention, prévient, disant cela, l’enseignant de français du 12e siècle, ne confondez pas la grive et la grève, comme cela pouvait se faire en normand où une graphie graive (pour grive)15 fait supposer des prononciations très proches... ou comme on le faisait peut-être en anglais à cette époque avec le mot feldfare...

16Car entre les deux vers se glisse une traduction anglaise : la clé.

The feldfare

17Absent de l’anglais moderne sinon sous la forme fieldfare (la grive des champs, la litorne), ce terme médiéval vient en lignes directes de deux étymons germaniques : feld, veld, fold, le champ, et fare (les verbes anglais to fare et allemand fahren, voyager). Un verbe de moyen et vieil anglais faren, faran signifiait aller, voyager (« to go, to travel » commentent les dictionnaires). Fare ye well, allez bien, portez-vous bien, bonne route, disait-on aux partants (Farewell !, adieu !). Le mot composé ancien feldefare (ou, comme ici, feldfare) allie ainsi les champs et le voyage. Les dictionnaires étymologiques anglais le traduisent par « field goer », celui qui va à travers champs, le chemineau. Le feldfare désigne donc celui, homme ou bête, qui a l’habitude de traverser la campagne (« Par les champs et par les grèves » écriront sept siècles plus tard Flaubert et Du Camp, alors jeunes routards...). Il n’y a pas que les grives « à l’origine » qui battaient la campagne... Passons au français.

  • 16 C. Duneton date « avoir la clef des champs », être libre, du 14e siècle, « prendre la clef des cha (...)
  • 17 Lettre des compagnons vitriers de Tours du 16 juin 1753 (citée dans J. P. Bayard, Le Compagnonnage (...)
  • 18 Jacques-Louis Ménétra, Journal de ma vie, Paris, Montalba, 1982, p. 67, 137, 139, 155.

18La liaison entre le départ et les champs y est anciennement attestée. Il se trouve qu’en langage compagnonnique, voyager, s’en aller, partir, prendre congé et reprendre la route, s’est toujours dit « battre aux champs ». On connait aussi l’expression « prendre du champ », s’éloigner, décamper, ou, plus anciennement, eschamper (en français) ou escamper (en provençal), au sens de fuir : d’où les expressions « prendre la clé d’eschamp (des champs) »16, s’enfuir, ou « prendre la poudre d’escampette », disparaitre dans la poussière du chemin. Le départ définitif, la rupture, mais aussi la fuite, l’évasion se sont exprimés de cette manière, chez les compagnons : « Nous sommes tous enfants de Maitre Jacques et estimons mieux battre aux champs que de souffrir aucune lâcheté »17. Un témoin privilégié de ces départs est, au 18e siècle, le compagnon vitrier Ménétra. Dans son journal, publié par Daniel Roche, les locutions verbales « faire la campagne », « courir les champs », « battre aux champs » se rencontrent lorsque ledit vitrier quitte une maison, un atelier, une ville, quel qu’en soit le motif : « Nous fumes courir toute la nuit les champs » ; « Nous battons aux champs » ; « Nous voilà battus aux champs chez Magny » ; « Je battis aux champs sans tambour ni sans trompette »18, etc. Rien de plus traditionnel en milieu ouvrier que cette expression de la fuite. Les textes de loi ne font qu’en reprendre l’usage, telle cette ordonnance du 11 mai 1730 contre les « compagnons menuisiers et charpentiers, tant compagnons du Devoir que ceux nommez Gavots » :

  • 19 Citée par G. Martin, p. 263.

Il y en eut sept décrétez de prise-de-corps qui ont battu aux champs ; on voit par expérience que ces désordres sont impunis à cause que les coupables s’évadent et ne reviennent plus19.

  • 20 Voir J. P. Bayard, p. 248.

19Il ne s’agit pas que de fuite. Dans le discours compagnonnique « battre (les/aux) champs » peut prendre d’autres valeurs, dont celle de partir pour le grand voyage, dans ce rituel mortuaire des « Indiens » (charpentiers) du Tour de France par exemple : « Il ne restera rien de celui qui bat les champs de l’Orient »20.

  • 21 Voir M. Tournier, Des mots sur la grève, Paris, Klincksieck, 1992, p. 17-63.
  • 22 Cité par G. Martin, p. 78.
  • 23 J. P. Bayard, p. 205.

20Mais la valeur de loin la mieux attestée, quoique tardivement aux 18e et 19e siècles, est celle de « s’en aller chercher du travail »21. Un jugement de 1721 contre « les nommés Niordais le Breton et autres compagnons selliers » fait « deffences aux maitres selliers de recevoir aucuns compagnons sortant de chez les autres maitres sans son consentement ou que ledit compagnon n’ayt batu aux champs pendant 3 mois »22 (c’est-à-dire n’ait cherché du travail pendant au moins un trimestre). Dans la lettre des vitriers de Tours (1753) citée plus haut, la locution « battre aux champs » ne signifierait-elle pas, plutôt que fuir, « partir chercher du travail » (sous-entendu : « en quittant le mauvais maitre ») ? Elle commute en effet dans ce texte avec « être en campagne » (en quête d’emploi) : « On nous a dit que vous étiez en campagne »23. Le menuisier Agricol Perdiguier, bon témoin des traditions, cite la chanson moqueuse qui, en 1824, avait accueilli les Gavots dans un cabaret occupés par des devoirants :

  • 24 A. Perdiguier, Mémoires d’un compagnon, Paris, UGE 10/18, 1964, p. 157.

Que diront ces fillettes [filles de joie],
Là-haut, dans leurs chambrettes ?
Elles pleurent leurs amants
Qui s’en vont battre aux champs.
Descendant sur le Rhône...24

21Piron, dit Vendôme la Clef des Cœurs, chante en 1840 :

  • 25 Chansons des compagnons des devoirs du bâtiment, Paris, Fédération compagnonnique, 1964, p. 34.

Frères, il faut battre aux champs.
Quand on voyage à notre âge,
Nos Cœurs contents sont exempts
De peines (et) de tourments.25

22Vers la même époque, Marche à Terre l’Agenais, maréchal-ferrant, convoque ses amis du Devoir à lui faire un brin de « conduite » :

  • 26 Ibid. p. 50.

Partons, chers compagnons
Profitons du beau temps
Daignez m’accompagner,
Me mettre sur les champs.26

  • 27 P. Barret, J. N. Gurgand, Ils voyageaient la France, Paris, Hachette, 1980, p. 456.

23Car la route à prendre pour les gavots comme pour les devoirants – mais non chez les ouvriers nomades non affiliés ou désaffiliés (espontons, bruleurs, margageats, renards, renégats, sarrazins) – pourra être jalonnée de « conduites en règle », ou cérémonies d’adieu qui font cortège jusqu’à la porte de la ville au compagnon « passant » en route vers une nouvelle cayenne : d’où les expressions « accompagner sur les champs », « mettre sur les champs » : « La conduite en règle ou grand battant au champs est la plus spectaculaire, celle qui honore le plus le compagnon »27. Témoin, ce salut de « Vendéen la Clé des Cœurs » :

  • 28 Ibid, p. 151.

Chers compagnons, au frère qui nous quitte
Disons adieu, mettons-le sur les champs.28

  • 29 Sur le trimard, et « sur les champs », ibid., chapitres 3 et 7, p. 61-81 et 149-184.
  • 30 Abel Boyer rappelle dans son journal un ancien refrain (le mot trimard avait déjà évolué dans un s (...)
  • 31 Un chemineur n’est-il pas un rouleur, le compagnon en cayenne chargé des rôles d’embauche ? (ibid. (...)
  • 32 Dans le Jargon de l’argot réformé (1628), on trouve ce curieux couplet, témoin des ambiguïtés de l (...)
  • 33 En outre, sous la Révolution, avec l’interdiction des corporations et des coalitions « les structu (...)

24Il s’agit du Tour de France, attesté depuis le 14e siècle, mais sans doute antérieur. Disons, selon l’ancien terme compagnonnique : le trimard29. Or qu’est-ce qu’un trimard30 ou un trimardeur, à son origine ? Quelqu’un qui trime (voyage pour travailler ?) et s’en va, le plus souvent à pied (« chemineau ») par chemins et routes, rivières aussi, à la recherche d’un emploi non agricole31. Les désignants battant aux champs et trimard(eur) ont socialement même origine ; la tradition compagnonnique annoblira le premier, l’argot perdra le second (dès le 17e siècle, où la valeur de vagabond voire de voleur de grand chemin32, dans trimard(eur), l’emportera sur celle d’homme de peine), les cayennes du Tour permettant d’éviter de plus en plus des grèves d’embauche non contrôlées, et le compagnonnage, enfoncé dans ses secrets, se séparant de la masse ouvrière33.

  • 34 Martin Nadaud évoque « les malheureux qui battaient le pavé des rues à la recherche d’un chantier (...)

25Au 12e siècle, nous n’en sommes sans doute pas là Battre aux champs, être en campagne, se mettre sur les champs, avoir campos, faire campo, partir sur le trimard, faire le trimard, mais aussi, plus récemment, battre le pavé et battre la ville34 et faire la grève – concernent le même espace de langage, quoique sur quelques siècles. The feldfare, donc : le trimardeur, le travailleur en quête d’emploi, à moins qu’il ne s’agisse de l’action et non de l’acteur, donc de la battue aux champs. Poussons plus loin le rapprochement.

Grève, la foire aux bras

  • 35 « Mille ou deux mille paysans venus d’une vingtaine de paroisses s’assemblèrent au son du tocsin d (...)
  • 36 Ducanges, Glossarium mediae et infimae latinitatis, Graz, Akademische Druck, 1954, vol. 4, p. 106.

26Grève : « place commune », lieu de réunion des citadins ou villageois et des forains, lieu des échanges, des ventes, des marchandages, y compris pour les « marchands d’hommes », des expositions (piloris) et des exécutions, des foires et des fêtes, des émotions populaires aussi. Il pouvait y en avoir plusieurs dans une grande ville. Une par paroisse ? Selon J. Y. Bercé, « capitaine de paroisse » a pu se dire au 17e siècle « caporal de la grève », et cela non pas à Paris, mais à Rennes, Nantes, Carhaix, lors de la révolte des Bonnets rouges bretons ou des Quatorze Paroisses en 167535. Avec cette clé, en remontant jusqu’au 12e siècle, on pourrait redécouvrir, même dans la littérature de cour (qui reflète si mal les usages médiévaux populaires), des cas où grève ne parait plus désigner la plage de sable ou de gravier mais, plus largement, toute étendue sableuse, « graveleuse » ou caillouteuse. Les formes en sont multiples, selon les régions : grevier, grée, groue, groie, groye, grove, gravier, gravoi, gravière, gravage, gravel, gravele, etc. Ducanges cite à la rubrique Gravairo ce texte de 1375 : « comme feust venuz et arrivez à verecq en la parroisse de Morsalmes ou [au] gravage... »36

27Ce gravage désigne-t-il un lieu d’accostage ou déjà la place du marché de Morsalmes ? La question se pose de la même manière pour l’incident suivant dont le dictionnaire de Tobler-Lommatzsch rapporte le récit en alexandrins :

  • 37 « Ils finirent par trouver à la grève un compagnon/à qui ils ont loué un cheval pour huit deniers (...)

Ils orent un vadlet en la grève trové
A cui un cheval unt pur uit deniers lue.37

  • 38 Avant d’être l’écuyer d’un seigneur ou le domestique d’un notable, le valet (ou varlet, vadlet, va (...)

28Pourquoi ce valet, sans le sou puisqu’il loue son cheval, ne serait-il pas un compagnon38 recherchant du travail en ville, sur un lieu – non parisien – réservé aux transactions et dénommé grève ?

  • 39 Ducanges, vol. 4, p. 107.

29Prenons un autre exemple, un peu plus ancien, tiré du Roman de Rou (Wace, 12e siècle) et également cité par le Glossarium de Ducanges39. À la rubrique Gravator, sont évoqués les gravereus :

Venir a fet [il a fait venir] de cest pais
Tous ses privés [familiers] et ses baillis,
Ses gravereus et ses viscomtes.

  • 40 A. J. Greimas, Dictionnaire de l’ancien français, Paris, Larousse, 1969, p. 320.

30S’agit-il des graverens (percepteurs) dont parle le dictionnaire40 ? Peut-être. Mais il pourrait s’agir tout aussi bien du petit peuple de la grève en quête de travail. Dans les deux cas, les dénominations peuvent conduire à la liaison grève-paroisse, qu’il soit question d’officier collecteur ou de chômeur en attente.

  • 41 M. Tournier, Des mots sur la grève, p. 35.

31Du marché aux bestiaux à la « foire aux bras », il n’y a que peu de pas à faire au Moyen Âge ; tout se passe quasi aux mêmes endroits, en ces « places accoutumez à louer les ouvriers pour eux louer à ceux qui mestier [besoin] auront » (Jean Le Bon, 1354), ces « places communes » où avaient lieu des « harelles » (criées publiques et parfois émeutes, comme il est dit dans une ordonnance de 1311)41. Paris n’est, à l’époque médiévale, qu’un cas parmi d’autres. Si cette hypothèse se confirmait par d’autres attestations ou d’autres relectures, le dicton du 12e siècle pourrait tout à fait s’interpréter, « à l’origine », de la façon suivante :

Partez chercher du travail au petit matin
(Le « battant au champ »)
Et vous aurez pour repas un vrai festin.

  • 42 Sur les multiples « sens » de grève en 1848, voir Des mots sur la grève, p. 67-81.

32Mais qu’est-ce qu’un sens « originel » ? Il s’agit ici d’avantage d’usages que de signification. Faire la grève est une pratique avant d’être un signe. On peut en effet se rendre au marché ou à la halle pour acheter comme pour vendre, ses produits comme soi-même, se louer pour une journée, une semaine ou une tâche. Faire la grève, c’est d’abord prendre la route, marcher jusqu’à la ville, puis attendre (« être en grève »), faire la queue devant les tables d’embauche42. Si l’on n’est pas content de son employeur, on peut le quitter (« se débaucher ») et revenir en grève, ou bien, si c’est lui qui est insatisfait de l’aide qu’il a recruté, être renvoyé à la grève (« jeté sur le sable / sur le pavé / sur le carreau [du Roi] ») ; on peut aussi quitter l’atelier à plusieurs en se concertant (« cabaler »), empêcher tout compagnon d’œuvrer dans l’atelier frappé d’interdit (« damné ») et chercher meilleur salaire ailleurs, puis résister ensemble (« tric », « coalition »), en s’organisant financièrement (« boite », « caisse de résistance ») aux lois, aux tribunaux, à la police, aux renards... Tout cela constitue une pratique dont les motifs sont à la fois simples (gagner sa vie, réguler l’embauche) et confus (rapports de force dits et non dits entre « bourgeois » et compagnons), pratique qui s’est étalée sur plusieurs siècles, tout en étant complexe dès le départ.

  • 43 Archives nationales, cote Y 9949 et Y 14 575. Cité par Michael Sonenscher, dans « Journeymen, the (...)

33Il n’y a rien de linéaire dans une évolution sémantique. Tant de sens se côtoient dans cette relation primaire entre la route, le métier et le gain pour vivre. En plein 18e siècle pré-révolutionnaire, n’a-t-on pas – en milieu ouvrier s’entend – conféré à grève la valeur revendicative, volontariste et collectivement organisée que les répertoires officiels n’ont aperçue qu’en 1805 : vingt ans plus tôt, des ouvriers du bâtiment affluaient déjà place de Grève, les 2 et 21 mai 1785 par exemple, quittant leurs chantiers « pour faire ce qu’ils appellent entr’eux Grève, qui est de ne point travailler pour en faire augmenter leurs journées »43. Les dictionnaires, y compris étymologiques, sont inlassablement à revoir.

Notes

1 « Faire grève vx : se tenir sur la place de Grève en attendant de l’ouvrage... » (Littré).

2 C’est en 1700 qu’un arrêt du Châtelet désigne officiellement la place de Grève comme « lieu d’assemblée pour trouver des compagnons et les mettre au travail ». Le nom lui-même ne remonte pas au-delà du 13e siècle.

3 . Voir la carte de Rouen aux 13e-15e siècles dans Jean-Pierre Leguay, La Rue au Moyen Âge, Rennes, Ouest-France, 1984, p. 24.

4 Claude Buridant, « Lexicographie et glossographie médiévales. Esquisse de bilan et perspectives de recherche », Lexique, 4, Lexicographie au Moyen Âge, 1986, p. 9-46.

5 Ibid. p. 15 : « (afin) que les enfants puissent savoir les particularités des choses qu’ils voient et quand (il faut) dire mon et ma, son et sa, le et la, moi et je ».

6 Sur ces deux racines pré-indoeuropéennes, on pourrait utilement confronter les hypothèses de Paul Fouché sur la base *kara et de Merritt Ruhlen sur la racine *aq’wa. Traces de mots proto-historiques ?

7 C. Buridant, Lexique, 4, p. 16.

8 Jusqu’à la Renaissance, l’heure des repas variait beaucoup. Le diner se prenait tôt, « sur le midi » (Rabelais), « vers l’une heure après midi » (Montluc) (voir Edmond Huguet, L’Évolution du sens des mots, Genève, Droz, 1967, p. 50-51). Mais, selon le Livre rouge du Châtelet (14e siècle), étaient déjà accordées aux tondeurs de draps une demie heure pour déjeuner et une heure pour diner (voir Martin Saint Léon, Histoire des corporations de métiers (1922), Genève, Slatkine-Mégariotis reprints, 1976, p. 138, note 3).

9 Nelly Andrieux, Emmanuèle Baumgartner, Systèmes morphologiques de l’ancien français. Le verbe, Bordeaux, éditions Bière-Sobodi, 1983, p. 114.

10 Voir N. Andrieux, E. Baumgartner, p. 115 ; Claude Buridant, Grammaire nouvelle de l’ancien français, Paris, SEDES, 2000, p. 238-239.

11 C. Buridant, Grammaire..., p. 230.

12 Edouard Bourciez, Précis de phonétique française, Paris, Klincksieck, 1958, p. 95-96.

13 Claude Duneton date le dicton du 19e siècle. Il ajoute : « La grive, recherchée pour la finesse de sa chair, avait meilleure réputation que le merle, commun et grossier » (Le Bouquet des expressions imagées, Paris Seuil, 1990, p. 542).

14 On sait qu’au Moyen Âge la chair des volatilles était davantage prisée que « les grosses chars » (Deschamps) des quadrupèdes. Voir Bruno Laurioux, Le Règne de Taillevent. Livres et pratiques culinaires à la fin du Moyen Âge, Paris, Publications de la Sorbonne, 1997, p. 339-340).

15 Sur grive, voir Pierre Guiraud, Le Français moderne, octobre 1966, p. 280-308.

16 C. Duneton date « avoir la clef des champs », être libre, du 14e siècle, « prendre la clef des champs », prendre congé, du 15e siècle [en fait dès 1308] et « battre aux champs », décamper, du 17e. Sur « clé des champs », voir Gérard Brault, Romania, 82, 1961, p. 106-111.

17 Lettre des compagnons vitriers de Tours du 16 juin 1753 (citée dans J. P. Bayard, Le Compagnonnage en France, Paris, Payot, 1977, p. 204-205), en réponse à une lettre d’Orléans, où les mêmes expressions se retrouvent (citée dans Germain Martin, Les Associations ouvrières au 18e siècle, 1900, Genève, Slatkine-Megariotis reprints, 1974, p. 172-173). Ces lettres ne font que reprendre une formule consacrée chez les devoirants : le compagnon Picard le Divertissant écrivait déjà, le 21 décembre 1751 : « Nous nous disons des enfants de maitre Jacques, qui estimons mieux battre aux champs que de souffrir aucune lâcheté » (citée par G. Martin, p. 108). Mais ce « battre aux champs » signifie-t-il simplement « s’en aller » ?

18 Jacques-Louis Ménétra, Journal de ma vie, Paris, Montalba, 1982, p. 67, 137, 139, 155.

19 Citée par G. Martin, p. 263.

20 Voir J. P. Bayard, p. 248.

21 Voir M. Tournier, Des mots sur la grève, Paris, Klincksieck, 1992, p. 17-63.

22 Cité par G. Martin, p. 78.

23 J. P. Bayard, p. 205.

24 A. Perdiguier, Mémoires d’un compagnon, Paris, UGE 10/18, 1964, p. 157.

25 Chansons des compagnons des devoirs du bâtiment, Paris, Fédération compagnonnique, 1964, p. 34.

26 Ibid. p. 50.

27 P. Barret, J. N. Gurgand, Ils voyageaient la France, Paris, Hachette, 1980, p. 456.

28 Ibid, p. 151.

29 Sur le trimard, et « sur les champs », ibid., chapitres 3 et 7, p. 61-81 et 149-184.

30 Abel Boyer rappelle dans son journal un ancien refrain (le mot trimard avait déjà évolué dans un sens péjoratif) : « Sur la rout’ nationale/Où les trimards s’en vont/Chiner de porte en porte/Pour avoir du brichon » (ibid. p. 165).

31 Un chemineur n’est-il pas un rouleur, le compagnon en cayenne chargé des rôles d’embauche ? (ibid. p. 460).

32 Dans le Jargon de l’argot réformé (1628), on trouve ce curieux couplet, témoin des ambiguïtés de la « route » : « Les premiers en liste/Sont appeliez Drilles [ex-charpentiers ?]/Les Orphelins [solitaires] suivent/Qui truche aux Entifles [mendient et volent à l’Eglise], /La flambe [arme] dessous les bras, Battent en ruine haut et bas [le haut et le bas du pavé]/ Par tous les creux [maisons] de ces vergnes [villes]/ Et dessus les grands Trimards : [routes] » (cité dans Lazare Sainéant, Les Sources de l’argot ancien, 1912, Genève, Slatkine reprints, 1973, tome 1, p. 236).

33 En outre, sous la Révolution, avec l’interdiction des corporations et des coalitions « les structures quasi syndicales des compagnonnages et les formes de placement qui y étaient liées [...] devenaient des délits. La seule forme légale de placement demeurait le marché traditionnel. Dans les villes, on appelait ces marchés grèves ou coins, à la campagne c’étaient les louées ou foires d’embauches qui se tenaient à jours fixes : Saint Jean, Saint Michel, Toussaint, etc. » (Peter Schottler, Naissance des bourses du travail, Paris, PUF, 1982, p. 195).

34 Martin Nadaud évoque « les malheureux qui battaient le pavé des rues à la recherche d’un chantier » (Mémoires de Léonard, ancien garçon maçon (1895), réédition Paris, Maspero, 1977, p. 192, « battre la ville », p. 293). Un « batteur de pavé » est déjà, chez Furetière, non seulement un vagabond mais un fainéant (sans travail).

35 « Mille ou deux mille paysans venus d’une vingtaine de paroisses s’assemblèrent au son du tocsin derrière des capitaines de paroisse (on disait ici le Caporal de la Grève de tel lieu) », dans Croquants et Nu-pieds, Paris, Gallimard-Julliard, 1974, p. 54 (capitaine et caporal sont à prendre ici au sens de « celui qui est mis à la tête de »).

36 Ducanges, Glossarium mediae et infimae latinitatis, Graz, Akademische Druck, 1954, vol. 4, p. 106.

37 « Ils finirent par trouver à la grève un compagnon/à qui ils ont loué un cheval pour huit deniers » (Alt französisches Wörterbuch, Wiesbaden, Steiner, 1960, tome 4, p. 638. Extrait de La Vie de Thomas le Martyr, fin du 12e siècle).

38 Avant d’être l’écuyer d’un seigneur ou le domestique d’un notable, le valet (ou varlet, vadlet, valeton) est un jeune homme libre qui sert d’aide à un maitre de métier. Voir Le Livre des métiers (13e siècle). Le valet fait même partie du « commun du métier », avec le droit d’élire le prudhomme juré (voir Martin Saint-Léon, p. 123, note 1).

39 Ducanges, vol. 4, p. 107.

40 A. J. Greimas, Dictionnaire de l’ancien français, Paris, Larousse, 1969, p. 320.

41 M. Tournier, Des mots sur la grève, p. 35.

42 Sur les multiples « sens » de grève en 1848, voir Des mots sur la grève, p. 67-81.

43 Archives nationales, cote Y 9949 et Y 14 575. Cité par Michael Sonenscher, dans « Journeymen, the Courts and the French Trades (1781-1791) », Past and Présent, 114, février 1987, p. 77.

Notes de fin

* Texte à paraitre dans Hommages offerts à René Moureaux, Paris, Syllepse, 2002.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search