Version classiqueVersion mobile

Propos d’étymologie sociale. Tome 3

 | 
Maurice Tournier

Les mots-enjeux de l’écologie (Rio, 1992)*

Texte intégral

  • * Article paru dans les Cahiers de lexicologie (Hommage à Yves Gentilhomme), 70, 1997-2 (écrit en co (...)

1Le « Sommet de la Terre », conférence internationale sur « l’environnement et le développement », s’est tenu à Rio de Janeiro en juin 1992. Tous les pays conviés ont délégué dans le « pays-hôte », qui un chef d’État ou son représentant, qui un chef de gouvernement. Leurs allocutions – dans la traduction officielle française qui a été distribuée à Rio par chaque délégation – forment un ensemble imposant de textes, dont nous avons extrait, à des fins de confrontation lexicométrique, un corpus représentatif (de 32 306 occurrences) composé des discours de :

  • quatorze chefs d’État représentant des pays et des courants très divers : Kohl (Allemagne), Collor (Brésil), Li-Peng (Chine), Layne (Ethiopie), Mitterrand (France), Major (Grande-Bretagne et Irlande), Rao (Inde), Habibi (Iran), Mizayawa (Japon), Sidi Mohammed (Maroc), Bruntland (Norvège), Rustskoy (Russie), Diouf (Sénégal), Bush (USA),
  • et des deux pôles en principe les plus opposés sur la tenue et l’enjeu du congrès de Rio, pôles par rapport auxquels les textes précédents seront conviés à se situer : le discours d’ouverture du Dr Maurice Strong, promoteur et organisateur de la conférence au titre de l’ONU, point que nous présupposons central par rapport aux textes de Rio, et le message de ses adversaires, diffusé dans toutes les presses et signé par plusieurs Prix Nobel, connu sous le nom d’« Appel de Heidelberg », point que nous présupposons extrême dans le concert des prises de parole. Ces suppositions sont-elles fondées ? Comment les différents émetteurs se répartissent-ils dans l’espace de ces seize discours ? Quels clivages de fond et quel consensus apparaissent dans la comparaison de leurs vocabulaires ?
  • 1 L’analyse factorielle des correspondances (AFC) a été appliquée en ordinateur sur des données text (...)
  • 2 Pour atteindre les vocabulaires « spécifiques », le laboratoire de Saint-Cloud a recours à une aut (...)
  • 3 Le logiciel LEXICO1, utilisé au Laboratoire de Saint-Cloud, est l’œuvre d’André Salem. Il fonction (...)

2Une analyse multivariable, due à J. C. Benzécri et à son laboratoire, traditionnelle depuis presque trente ans en sciences humaines1, l’AFC, permet de dessiner une typologie des émetteurs en concurrence, d’après les fréquences des mots émis, sur des axes où ils viennent se positionner de manière antagonique en fonction des oppositions qui traversent les données fréquentielles. Cette méthode rend compte d’une certaine spécificité des emplois lexicaux, mais sans s’attacher à déterminer le vocabulaire proprement spécifique de chaque émetteur2. Son intérêt réside plutôt dans une série d’appréciations globales des distances inter-émetteurs et inter-émis et dans la hiérarchisation des clivages qui interviennent entre les locuteurs et les mots de leurs textes3.

Axe 1 : pour ou contre Rio

Tableau 1. Graphique du premier facteur (les émetteurs)

3Le facteur (axe) le plus important (avec 13,9 % de l’information statistique), qui prend en compte les 16 ensembles de données textuelles, voit s’établir, au niveau d’une corrélation supérieure à 30 pour mille et d’une contribution supérieure à 15 pour mille, une première opposition concernant d’un côté de l’axe, à gauche du point d’équilibre, l’Appel de Heidelberg, totalement isolé à -807, et de l’autre, sur la droite, dans l’ordre de leurs valeurs : l’Allemagne (+307), le Japon (+247), la Chine (+184) l’Iran (+180) et l’Ethiopie (+174). Les autres émetteurs ne sont pas suffisamment excentrés ou suffisamment participatifs au clivage pour que l’on puisse parler valablement de leur représentation dans cette analyse. En particulier, le discours du Dr Strong, qu’on aurait pu supposer au moins présent à l’extrémité droite de l’axe, en tant qu’opposé de principe aux signataires de l’appel de Heidelberg, n’apparait qu’à la gradation +50 et avec une contribution minime de 5 millièmes.

4L’Appel de Heidelberg apparait prendre seul le contrepied radical des discours de presque tous les autres émetteurs présents dans l’analyse (à la faible exception de la France, dont la représentation sur cet axe est de 20 pour mille). En revanche, à l’extrême droite de l’axe ce n’est pas le discours de l’organisateur de la conférence que l’on retrouve mais essentiellement d’abord ceux de deux pays industrialisés puis ceux de trois pays en voie de développement. Que dit l’analyse du vocabulaire ; sur quels mots joue ce double antagonisme ? Pour ne citer que les positions les plus pertinentes, nous ne retiendrons de chaque côté que les formes (de fréquence ≥ 10) les plus excentrées, présentes dans les tranches des valeurs absolues supérieures à 400, à 300 et à 200.

5Autant le vocabulaire présent sur la gauche de l’axe, dans ses valeurs extrêmes, représente de manière assez homogène le discours de l’Appel de Heidelberg, autant celui qui « fait » la droite de l’axe rassemble des mots d’émettteurs très différents. La volonté de brandir l’étendard de la science et du progrès et celui du bien commun de l’humanité constitue clairement l’essentiel des affirmations des Prix Nobel (avec des insistances particulières sur le primat « scientifique », sur la négation – de l’autre – et sur les démonstratifs). En revanche, il est délicat, sans un retour aux textes, de faire parler les listes inscrites en positif, tant les discours des pays développés et ceux des pays en développement mêlent, à ce niveau, leurs vocabulaires.

6On peut toutefois remarquer, dans le cumul des mots, la prégnance des grands thèmes débattus à Rio :

  • Environnement : protection, environnement, forêts, espèces, diversité, biologique, écologique(s), désertification, pollution, changements, climatiques...
  • Développement : croissance, population, sécurité, survie, pauvreté, développés, industrialisés, développement, ressources, naturelles, peuple(s)...
  • Nouvel ordre économique : dollars, économie, économique, partenariat, coopération, milliards, aide, participation, ordre...
  • Institutions : commission, gouvernement(s), Action 21, principes, droit, convention(s), programmes, État, conditions, cadre, déclaration, plan, base, mesures...
  • Avenir : processus, nouvelle, nouveau(x), (générations) futures, seront, durable...
  • Devoir et volonté : lutte, efficace, doit, doivent, devons, égard, efforts, importance, important s), action, agir, œuvre, jouer, rôle, parvenir...
  • Collectivité planétaire : nous, nos, sommes, avons, devons, mondial, internationale, responsabilités...

Tableau 2. Graphique du premier facteur (les mots émis)

7Pourrait-on en conclure que tous les émetteurs, mis à part les auteurs de l’Appel hors conférence, aient parlé le même langage avec les mêmes mots ? L’axe 2 démentirait aussitôt une telle assertion.

Axe 2 : Oppositions internes à Rio

8Les clivages manifestés par l’axe 2 sont encore très importants (avec 11,2 % de l’information). Les valeurs attribuées aux émetteurs s’échelonnent de -416 (Grande-Bretagne) à +487 (Chine). En exigeant, ainsi que précédemment, une corrélation supérieure à 30 pour mille, nous sélectionnons à + ou – 100 les intervenants suivants :

9Aux extrêmes cette fois, Occident contre Orient ? Si, sur la gauche de l’axe 2, il est aisé de repérer les quatre orateurs les plus pénétrés du discours officiel de la conférence incarné par son promoteur (Strong), son hôte à Rio (Collor) et son inspiratrice (Gro Bruntland, première ministre de la Norvège, initiatrice d’un célèbre rapport écologiste international et inventrice du concept de « développement durable »), discours sur lequel celui de J. Major semble renchérir, les émetteurs présents à droite de l’axe, tirés par la Chine aux slogans très répétitifs, forment un ensemble beaucoup moins homogène. La France, elle, n’apparait pas – moins encore que sur le premier axe – concernée par ce clivage (se situant à -69 avec une contribution de 4 millièmes seulement).

Tableau 3. Graphique du second facteur (émetteurs)

10L’examen des 300 premières formes les plus fréquentes montre en effet :

  • Du côté gauche, la présence du dialogue et de la communauté réunie, avec je, j’, ai, mon, nous, notre, nos, vous, avons, sommes, conférence, terre, sommet, mondial(e), Rio, président, organisations, réunion, commission, Monsieur, intérêt, commun, général, populations, gouvernements, tous, toutes, de nombreuses marques d’affirmation et de renchérissement, d’accent souvent moral ou temporel : devons, doivent, doit, ici, maintenant, aujourdhui, jamais, déjà, plus, aussi, encore, important(s), importance, tant, indispensable, efforts..., des annonceurs d’avenir : sera, seront, nouveau(x), nouvelle(s), avenir, générations, futures, durable, objectifs, vers, siècle, ans, années, progrès, parvenir, mieux..., les désignations réalistes de l’entraide et de ses actants : aide, action, Action 21, participation, milliards, dollars, pauvres, pauvreté, riches, industrialisés, égard, vie, survie, besoin(s), climat, forêts, espèces, peut, peuvent, pourrait, possible, moyens, assurer, partenariat, décisions, permettre, engagement(s), enfin deux thèmes écologiques : climat, forêts. (L’aspect le plus original réside sans doute ici dans le suremploi combiné des exigences d’immédiateté et d’avenir : dire l’urgence d’aujourdhui pour demain.)
  • Du côté droit, une confusion de discours moins homogènes rend les regroupements plus délicats. Pourtant, vu les positions extrêmes de la Chine et de l’Iran, les mots de leur cru les plus opposés au consensus occidental sont isolables au bout de l’axe, quoique mêlés à d’autres (le discours de la science, par exemple), absents des discours adverses. De très loin, les préoccupations proprement écologiques semblent l’emporter chez eux, avec : environnement, protection, problème(s), écologique(s), respect, désertification, énergie, lutte, pollution, ressources, naturelles, mesures, et l’accent mis sur : humanité, responsabilités, peuple, principes, humain, paix, guerre... Mais les soucis du développement ne sont pas oubliés, quoique secondarisés, autour de développement, de développés et d’économie, économique(s). Reste le registre de la « coopération » internationale : international(e), mondial, politique(s), coopération, communauté, plan, droit(s), ordre, État(s), conventions...

Dénominations des pays : oppositions et consensus

11En comparant les listes, on s’aperçoit que des oppositions dénominatives, pour certaines assez inattendues, participent aux clivages. Il est ainsi curieux de constater le contraste d’emploi qui s’établit, sur l’axe 2, entre pays industrialisés, lexie qui se situe à -275 (avec 17 occurrences), et pays développés, qui s’oppose à elle et atteint la graduation +962 sur l’axe (avec une fréquence du même ordre : 16), bien (et peut-être parce) que ces deux désignants réfèrent à la même réalité socio-économique. Différence qui recoupe un clivage entre émetteurs : ce sont les lanceurs de la conférence de Rio (Major, Strong, Bruntland, Collor) qui nomment les nations riches en terme de pays industrialisés (c’est-à-dire eux-mêmes), alors que divers tenants de l’environnement lié au développement, et plus proches en cela des sous-développés, les désignent en terme de pays développés (c’est-à-dire les autres). Des locuteurs qui échappent à ce clivage, la France par exemple, préfèrent dire le Nord ou pays du Nord (en couplage fréquent avec le Sud ou pays du Sud), ou encore pays riches ou les riches (couplé avec pays pauvres ou les pauvres, voire les nantis, terme polémique). Un tableau récapitulant les différentes appellations recensées permet de faire le point sur le système des désignations de pays :

12Plusieurs observations peuvent être formulées à partir de ce tableau :

  • Il existe bien deux camps, aux appellations tranchées, comme si le monde se divisait désormais en deux. Des désignants économiques comme « pays à revenu moyen » (1 occ.) ou politiques comme « pays non alignés » (1 occ.) sont rarissimes. Le monde ex-socialiste, quant à lui, a quasiment disparu, mises à part cinq occurrences de « pays/Europe/voisins » dits « de l’Est ». Le couple oppositif Est-Ouest n’apparait que trois fois et, chaque fois, de manière positive : il y est question de « stabiliser les relations Est-Ouest » (Gro Burtland), d’unir « les riches et les pauvres, le Nord et le Sud, l’Est et l’Ouest » (Strong).
  • La notion de « misère » est relativement gommée, du moins pour ce qui concerne ce genre de désignants. On peut constater, par exemple, que l’ancienne lexie « pays sous-développés », trop péjorative, est absente de tous les discours. En outre, toute trace colonialiste du type « civilisé »/« indigène » a aussi disparu, ainsi que toute opposition, toujours sur le plan dénominatif, entre l’« Occident » et les autres cultures.
  • Enfin, le trait le plus important est peut-être l’assimilation qui sollicite les désignants de chaque camp, aux trois étages du développement et de l’industrialisation (critère technique), de la richesse/pauvreté (critère financier), du « Nord » et du « Sud » (critère pseudo-géographique). Derrière cette tendance, ne se dessinerait-il pas une sorte de consensus politique, lié au « nouvel ordre mondial » ?

13Peu nombreux sont les émetteurs qui ne jouent pas le jeu du consensus en matière de représentation des camps. Il y a guère que ceux qui évoquent les “pays de l’Est”, pour les situer à mi-chemin : « [ils] souffrent à la fois de l’industrialisation mal gérée comme le Nord et de l’absence d’infrastructures comme le Sud » (Mitterrand), ou ceux qui bousculent certains stéréotypes en dissociant l’assimilation pratiquée entre Nord et riche, Sud et pauvre, au nom d’une écologie refusant avec humour « la polarisation entre le Nord développé pauvre en espèces et le Sud riche en espèces » (Layne, Éthiopie). Tous les autres émetteurs ne remettent pas en cause la logique assimilatrice de départ : deux camps se partagent la planète.

14Cela ne veut pas dire que consensus sur les dénominations de ces deux camps égale consensus sur leur relation pacifique. Loin de là ! La conscience d’une fracture en travers du monde est bel et bien générale, chez les uns comme chez les autres. Elle concerne le développement et, plus vicieusement, l’environnement.

15Le constat d’une inégalité fondamentale entre « riches » et « pauvres » est soit passé sous silence soit partagé, jamais nié. Ce fossé que l’organisateur de la conférence affirme de manière frappante – « Chaque enfant né dans le monde développé consomme de 20 à 30 fois plus de ressources de la planète qu’un enfant du Tiers-Monde » (Strong) – ne fait même, pour certains, que s’agrandir : « Nous assistons, d’un côté, à l’enrichissement continu des pays développés et, de l’autre, à l’appauvrissement accentué de nombreux pays en développement” (Li-Peng, Chine). Et les responsables sont, à leur tour, soit passés sous silence soit carrément accusés. C’est l’occasion pour certains leaders du Tiers-Monde de retourner les arguments du clan « développé » qui crie à la déforestation des pays pauvres : «Les pays développés ont utilisé d’une façon disproportionnée les ressources de la Terre, permettant ainsi à leurs peuples de connaitre un niveau de croissance et de bien-être élevé, ce qui s’est fait au prix de la dégradation de l’environnement et de la pauvreté dans certains autres pays » (Habibi, Iran). Le rapport entre richesse et pollution (et non pas pauvreté et pollution) devient une évidence : «Les deux cinquièmes de la population de la planète ont moins de 4 % des ressources, les 20 % les plus aisés, eux, ont 82,70 % des revenus annuels. Les [trois] pays où vivent la plupart d’entre eux produisent [...] près des deux tiers de la pollution atmosphérique” (Abdou Diouf, Sénégal).

16En filigrane, s’inscrit une équation inattendue, que l’on pourrait résumer dans la formule : « Les pollueurs d’environnement (lire : les riches) doivent être les payeurs du développement (lire : des pauvres) ». C’est le discours chinois, qui le laisse entendre de façon habile à travers le lien environnement-développement :

  1. Pétition de principe : « Le gouvernement chinois estime qu’il faut établir un nouvel ordre politique et économique international qui soit juste et rationnel ».
  2. Constat : « Le problème environnemental est dû essentiellement à la sur-exploitation des ressources naturelles et au rejet en grande quantité des matières polluantes par les pays développés au cours de leur industrialisation. Aujourdhui encore, les pays développés dépassent de loin les pays en développement quant à la consommation des ressources naturelles et aux émissions de polluants ».
  3. Solution : « Les pays développés, possesseurs de plus grandes potentialités économiques et de technologies plus avancées au service de la protection de l’environnement, doivent remplir davantage d’obligations vis-à-vis de la solution du problème de l’environnement global, consentir des fonds nouveaux et supplémentaires aux pays en développement et transférer vers eux, à des conditions avantageuses, des technologies respectueuses de l’environnement... » (Li-Peng).

17Dans l’autre camp, c’est le discours anglo-américain qu’il faut savoir écouter :

  1. Pétitions de principe : « Il ne s’agit pas de traiter d’une cause nationale mais de l’avenir de notre planète » (J. Major) ; « Nous restons déterminés à jouer un rôle de chef de file et à favoriser la coopération internationale en matière d’environnement » (G. Bush) ; « Aucun point de la planète ne peut demeurer un ilot d’abondance dans un océan de misère » (M. Strong).
  2. Constat : « La plupart des dégâts causés à l’environnement sont attribuables plutôt à notre ignorance qu’à notre cupidité ou à notre malice. [...] Nous sommes conscients de l’importance des denses forêts équatoriales pour le climat, les animaux, les plantes. Nous savons les dangers de la dégradation qui résultent de la surexploitation des terres. » (J. Major) ; « Les dégâts infligés à notre planète ont été causés par inadvertance » (M. Strong).
  3. Solution : « Il nous faut trouver un équilibre entre les besoins des populations et l’environnement qui est nécessaire pour permettre aux populations de survivre et la protection de ce même environnement, qui est indispensable à leur survie » (J. Major).

18On le constate, les mots sont semblables : pays en développement, pays développés, planète, environnement, surexploitation, aide, coopération internationale, équilibre, nouvel ordre mondial... Ce ne sont pas les mots idéologiques qui font clivage mais certains termes concrets et pratiques, tels : forêts et climat d’un côté, technologies et polluants, de l’autre. Politisation évidente des mots les plus concrets de l’écologie.

19Le jeu relativement consensuel sur les dénominations accompagne ainsi des jeux argumentaires opposés bien plus importants et stratégiques, qui concernent le rapport complexe liant les notions d’environnement et de développement. Avec presque les mêmes désignants et à l’abri d’une dichotomie quasi identique (entre Nord riche et Sud pauvre) et d’une pétition de principe minimale (« Pour soutenir le développement, nous devons protéger l’environnement et, pour protéger l’environnement, nous devons soutenir le développement » – G. Bush), les uns et les autres heurtent leurs discours... et leurs intérêts. Les mots thématiques, voire techniques, qu’on attendrait les mieux partagés en deviennent les plus oppositifs. Les clivages apparus sur les axes factoriels ne nous avaient-ils pas prévenus ?

Notes

1 L’analyse factorielle des correspondances (AFC) a été appliquée en ordinateur sur des données textuelles et linguistiques dès la fin des années 1960, par exemple au 1er colloque de lexicologie politique de Saint-Cloud en avril 1968 : cf. l’intervention d’Antoine Prost, « Vocabulaire et typologie des familles politiques », dans les Cahiers de lexicologie, 14-1, 1969, p. 115-126. Voir aussi le manuel de Ludovic Lebart et André Salem, Statistique textuelle, Paris, Dunod, 1994, ch. 3, p. 79-109.

2 Pour atteindre les vocabulaires « spécifiques », le laboratoire de Saint-Cloud a recours à une autre méthode statistique. Sur un corpus du même type, voir L. Chetouani, M. Tournier, « Spécificités lexicales, spécificités politiques au “Sommet de la Terre” (Rio 1992). L’avertissement statistique », communication au colloque « Informatique et langue naturelle », Université de Nantes, 10 octobre 1996, Actes, p. 91-101.

3 Le logiciel LEXICO1, utilisé au Laboratoire de Saint-Cloud, est l’œuvre d’André Salem. Il fonctionne actuellement sur micro-ordinateur Macintosh ; des versions développées pour PC IBM (LEXICO 2 et 3) sont maintenant disponibles à l’Université Paris 3.

Notes de fin

* Article paru dans les Cahiers de lexicologie (Hommage à Yves Gentilhomme), 70, 1997-2 (écrit en collaboration avec L. Chetouani).

Table des illustrations

Légende Tableau 1. Graphique du premier facteur (les émetteurs)
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/2206/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
Légende Tableau 2. Graphique du premier facteur (les mots émis)
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/2206/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 141k
Légende Tableau 3. Graphique du second facteur (émetteurs)
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/2206/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 17k
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/2206/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 65k

© ENS Éditions, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search