Version classiqueVersion mobile

Propos d’étymologie sociale. Tome 3

 | 
Maurice Tournier

Colonie, entre le droit, les mythes et les usages*

Texte intégral

  • * Chronique parue dans Mots, 53, décembre 1997, p. 117-127.
  • 1 J. Picoche, Nouveau Dictionnaire étymologique du français, Paris, Hachette –Tchou, 1971, p. 559-56 (...)

1Dans une « colonie pénitentiaire » on tourne en rond, c’est un fait étymologique. Colonie se rattache, en effet, à une racine indo-européenne, °kwel-, qui signifie tourner à l’intérieur d’un cercle (cf. wheel, la roue, en anglais). D’où le grec kuklos, le cercle, et le nom latin colus, la quenouille, ou le verbe colere, habiter, vivre, cultiver, voire célébrer un « culte », à l’intérieur d’un espace clos1. On trouve là quelques-uns des termes de la sédentarisation. La colonia latine désignait soit le domaine exploité par un colonus soit, par métonymie, les gens mêmes à qui on confie ce domaine ou, mieux, ceux qui partent l’habiter. Les abeilles en font autant : « Emittunt progeniem in coloniam », écrivait Varron : « Elles envoient leurs enfants dans une colonie ». Le colon est donc, originairement, un laboureur ou soldat-laboureur délégué avec les siens à la fondation d’une « cité » en pays étranger. Tel est le sens général originel de colonie : « Colony, independant city founded by emigrants » (Oxford dictionary). Mais les mots n’émigrent avec les gens d’un pays à l’autre, puis d’une langue à l’autre, qu’en prenant les valeurs de leur insertion sociale. S’ils peuvent servir à dire le droit, ils n’en reflètent pas moins, dans le même temps, des usages communs. C’est donc ce temps qui compte. À deux époques, combien de « sens » ?

De la colonia de droit romain aux colonies d’exploitation

  • 2 A. Dauzat, F. Rostaing, Dictionnaire des noms de lieux en France, Paris, Guénégaud, éd. revue, 197 (...)

2La Gaule des tout premiers siècles de notre ère, en phase d’intégration à l’Empire romain, voit la fondation de grandes exploitations (agricoles, pour la plupart). Les toponymes sont nombreux, qui attestent, très anciennement, des colognes ou coulongnes (de colonia), des collonges ou coulanges (de colonica), voire des colonzelles plus petites (de colonicella)2. Que faut-il imaginer à l’origine de ces noms, bien antérieurs à colonie, forme refaite au 14e siècle sur le latin classique ? De quelle sorte de « colonie » et de « colons » s’agit-il ?

  • 3 Fustel de Coulanges, Histoire des institutions politiques de l’ancienne France. La Gaule romaine [ (...)
  • 4 F. Jacques, J. Scheid, Rome et l’intégration de l’Empire, Paris, PUF, 1990, tome 1, p. 239.
  • 5 A. Ernout, A. Meillet, Dictionnaire étymologique de la langue latine, Paris, 1959, p. 132.
  • 6 « De même que l’esclave qui entrait dans la société libre prenait le nom de celui qui l’avait fait (...)
  • 7 A. Chastagnol, « Coloni et incolœ. Note sur les différenciations sociales à l’intérieur des coloni (...)

3Théoriquement, les coloni formaient un groupe de vétérans de l’armée d’occupation, dont de très nombreux légionnaires gaulois3, auquel s’est jointe l’élite locale ayant acquis la citoyenneté romaine4. Autour d’eux gravitent des autochtones soumis au droit latin mais considérés, à l’instar des peuplades en mouvance ou sans terre, comme des étrangers, parfois chassés, parfois intégrés, toujours infériorisés : les incolœ, personnes résidant « dans » la cité sans en être ni esclaves ni complètement citoyennes. A. Ernout et A. Meillet définissent même le colonus comme un confiscateur de territoire, « habitant d’une colonie qui vient s’établir à la place des incolœ »5. Dès cette époque, le colonat, terme ultérieur (Michelet, 1855, Littré 1863), instaure donc deux classes : les colons, citoyens romains, dignes de posséder trois noms6, et les indigènes dépossédés, simples citoyens latins à deux noms, pérégrins narbonnais, Cavarres d’Orange, Salasses d’Aoste, pour citer des exemples mis en avant par A. Chastagnol7.

4Retenons, à cette étape, les cinq sèmes suivants, qui circonscrivent la colonie romaine :

  • territorium. La colonie est un territoire occupé, à organiser, à mettre en exploitation et à dénommer ou renommer officiellement.
  • veterani (milites) (emeriti). Ce territoire est confié par le pouvoir impérial à des « méritants reconnus », anciens militaires venus d’ailleurs et/ou élite du cru.
  • cives romani. Le statut de ces vétérans et de cette élite est celui de citoyens romains, presque de plein droit.
  • peregrini/incolœ. Ces colons remplacent ou utilisent des indigènes qui ne possèdent pas le même statut qu’eux (cives latini).
  • urbs. Une ville s’érige ou se développe au centre de ce territoire et en fait le chef-lieu.
  • 8 Citation dans E. Littré, Dictionnaire de la langue française, Paris, Hachette, 1863, p. 669-670.

5Ce sens, dit « historique » par les dictionnaires, Bersuire le transmet, en le simplifiant : « Colonie romaine estoit aucune ville qui ou commencement avoit esté fondée et peuplée de Romains. (Bercheure, 1355) »8. Mais, depuis Bersuire, plusieurs bémols ont été mis à sa définition.

  • 9 Fustel de Coulanges, p. 98.
  • 10 Fustel de Coulanges, p. 229.

6Le premier, déjà chez Fustel de Coulanges, concerne, on l’a aperçu, la romanité toute relative de ces Romains fondateurs : « Nous n’avons aucun renseignement sur le chiffre des colons, mais il est probable qu’ils étaient peu nombreux. En sorte que, même dans les colonies, les colons ne formaient qu’un appoint à la population ; ils n’étaient pas la population même. Il faut ajouter que ces colons “citoyens romains” n’étaient pas des Romains de souche. Presque tous étaient d’anciens soldats de César, et nous avons déjà vu que César les avait recrutés dans la Gaule cisalpine et la Gaule narbonnaise »9. La romanité est donc non d’origine mais de droit. Et Fustel de Coulanges de conclure : « Ce qui distingue les cités dites colonies, c’est moins d’avoir reçu quelques colons de sang italien que d’avoir reçu de Rome leur constitution »10.

7Conséquemment, le second bémol concerne la notion de fondation. « Il faut faire attention, prévient Fustel de Coulanges, que ces villes n’ont pas été fondées et peuplées par les nouveaux colons. Elles existaient auparavant. Elles étaient déjà des centres importants sous les Gaulois ». La « fondation », elle aussi, n’est donc pas d’origine mais de droit. D’où une seconde définition de Bersuire, plus large, mais insistant toujours sur l’apport extérieur : « Colonie ou coulogne est appelée quant aucune ville est gaignée et aquise, et l’en trametoit nouvel pueple pour habiter », qui ajoutera : « Et les coulons, c’est les habitants de la ville » (in Littré).

8Enfin – et, là, c’est l’usage qui ne colle plus au droit – le nom même de colonia s’étend à d’autres cités auxquelles ne convient nullement la stricte définition juridique. Une note de Fustel de Coulanges ajoute au texte :

  • 11 Fustel de Coulanges, p. 97, note 1.

Quelques autres villes, Aix, Toulouse, Carcassonne, Nimes, Avignon, Vaison, Apt, sont parfois qualifiées colonies ; mais il ne semble pas qu’elles fussent des coloniœ deductœ, c’est-à-dire véritablement composées de colons venus du dehors. Il y a des raisons de penser que pour ces villes le terme colonia était un simple titre et qu’il existait des colonies fictives comme ils existait des Latins fictifs, un sol italique fictif11.

  • 12 Fustel de Coulanges, p. 97, p. 224-226 et note 1.

9Selon É. Desjardin (Géographie de la Gaule) et l’historien de La Cité antique, sur 89 cités ornées du titre de colonia, seulement 9 sont de véritables colonies romaines12.

10Les mots jouent donc ici, comme souvent, sur deux portées, l’une –codifiée – que nous restituent les historiens du droit, l’autre – usuelle – à laquelle sont davantage sensibles les historiens de la société.

  • 13 Fustel de Coulanges, p. 92-93, p. 124.

11À cela il faut ajouter l’avancée permanente du temps et ses transformations. Que veut encore dire colonia (ou Cologne, coulonge, etc.), lorsque l’édit de Caracalla attribue à tous les hommes libres de l’Empire la citoyenneté romaine (afin de pouvoir les imposer) : « Il n’y eut plus dans l’Empire que des Romains »13, lorsque Claude, né à Lyon citoyen romain, les fait pénétrer jusqu’au Sénat, à la seule condition qu’ils parlent latin ? En outre l’Empire intégrateur va se désintégrer, et les statuts se brouiller davantage. Les mots aussi, puisqu’ils sont d’abord là pour servir aux besoins. C’est sans doute de ce brouillage que vient la définition générique que Guizot donne en 1826 des coloni du 5e siècle :

  • 14 F. Guizot, Histoire de la civilisation en France depuis la chute de l’Empire romain (Cours de 1826 (...)

Quelquefois ce sont des esclaves domestiques envoyés dans un domaine pour travailler aux champs [...]. D’autres sont de vrais serfs de la glèbe, qui ne pouvaient être vendus qu’avec le domaine ; ailleurs on reconnaît des métayers, qui cultivent à mi-fruit ; ailleurs de vrais fermiers, qui payent une redevance en argent ; d’autres paraissent des ouvriers libres, des valets de ferme employés pour un salaire. Et tantôt ces conditions très diverses semblent confondues sous la même dénomination générale de coloni, tantôt elles sont désignées par des noms différent14.

  • 15 Ibid. p. 267.

12Trois siècles plus tard, la loi salique, selon Guizot, « fait sans cesse mention des Romains [Gallo-romains], non pas comme d’habitants épars çà et là sur le territoire, mais comme d’une population nombreuse, laborieuse, agricole, déjà réduite, en grande partie du moins, à l’état de colons »15.

  • 16 J. Declareuil, Histoire générale du droit français, des origines à 1789, Paris, recueil Sirey, 192 (...)
  • 17 Ibid. p. 161.
  • 18 F. Ragueau, Glossaire du droit français, Paris, 1704, Genève, Slatkine reprints 1969, p. 132.

13La famille de mots semblera se borner, vue du 14e siècle, aux deux noms de colon, colonie et aux toponymes anciens. Le terme d’incola n’aura pas laissé de postérité française ni provençale, disparu sans doute avec l’extension du droit de cité, le développement et l’émancipation des villes ou, inversement, avec la décadence des curiales et la dégradation progressive du colonat, qui réduit le colon au travailleur agricole fixé pour jamais à la terre16. Si l’on reprend les cinq critères dégagés plus haut pour la colonie romaine, force est de constater que quatre au moins ne s’appliquent plus. Le colon n’est plus un vétéran émérite venant de l’extérieur, garde avancée de Rome ; il n’est plus question de citoyenneté (ni même de citadinité) ; la distinction entre coloni et incolœ ou peregrini a très tôt disparu ; l’urbanisation n’est plus un caractère des colonies, bien au contraire. L’usage des mots se réduit ainsi, sauf souvenirs toponymiques, au premier critère : colonie, territoire à exploiter (en zone souvent vide) par une famille ou une réunion d’individus préposés à cette exploitation, et/ou dénomination de ce groupe d’exploitants. Le colon n’est plus un bourgeois de ville ; peut-être est-il encore libre, bien qu’il ait frôlé le servage à l’époque franque17 ; il est parfois – mais pas toujours – un migrant venu d’ailleurs ; il est simplement un travailleur en famille à qui on a « baillé » une terre, sous réserve qu’il paye des droits au seigneur dont il dépend, ne serait-ce que le droit de colage (de colère, cultiver), qui l’autorise à faire travailler des bœufs de labour18. Bref, un fermier, non propriétaire à l’origine. C’est ainsi que le définit le Coutumier général : « Les colons ou conducteurs d’aucun héritage ne peuvent intervertir la possession du propriétaire » (1556, cité par Littré).

  • 19 J. Declareuil, p. 263-27.
  • 20 F. Guizot: « Les moines bénédictins ont été les défricheurs de l’Europe. [...] Une colonie, un ess (...)
  • 21 A. Neymarck, Vocabulaire manuel d’économie politique, Paris, Armand Colin, 1898, p. 88-89.
  • 22 Encore en 1956: « Ce que la colonisation romaine a jadis fait en Gaule, nous l’avons fait ici » (R (...)

14En fait, au temps des fiefs seigneuriaux et des tenures roturières, dits fiefs vilains, vilenages ou censives, le mot colonie ne sert plus à rien sur le plan du droit, inadapté au nouveau système des liens de vassalité et des contrats de cens19. On l’emploie aussi par habitude, jusqu’à l’époque classique, pour désigner des territoires éloignés mis en exploitation et les agrégats étrangers implantés dans ces territoires : colonies de moines cénobites, novices, frères converts, défricheurs de forêts ou de marais, au travail réglé heure par heure depuis saint Benoit20, établissements pénitentiers (colony disent les Anglais à propos de Botany Bay, fondé en 1787), garnisons militaires, regroupements d’exilés, comptoirs affermés à des compagnies commerciales à partir du 16e siècle puis territoires francisés à partir du 17e, etc. Les premiers édits et règlements concernant des « colonies » maritimes implantées hors de la « métropole » remontent à 162621. C’est de ce sens banalisé, prêt à tout et donc disponible, que s’empareront les colonisateurs modernes, bardés de références phéniciennes, grèques... et romaines22. Mais pour quels usages ?

La colonisation entre les réalités et les mythes

  • 23 Fragmens sur quelques révolutions dans l’Inde et sur la mort du comte Lalli, s.l., s.e., 1775, p. (...)
  • 24 Ibid., p. 209.

15Coloniser (1790, de l’anglais colonize, 1622) et colonisation (1769 ?) dateraient, selon des dictionnaires, de la fin du 18e siècle, à la suite de colonial (1776) et coloniste (1776). Les événements colonisateurs, on le sait, sont antérieurs ; mais restons-en aux mots ; ils entérinent des états de fait. Au 18e siècle, colon, qui désignait toutes sortes d’agriculteurs partageant avec leur propriétaire le fruit de leur travail (Montesquieu parlait de « colons partiaires », calque du latin), prend à l’époque le sens d’exporté en pays étranger pour y acquérir ou conquérir un territoire facilitant l’exploitation de ce pays. Colonie devient très exactement le synonyme d’établissement : « L’histoire des grands établissements hollandais dans l’Inde, écrit Voltaire, est connue, de même que celle des colonies anglaises qui s’étendent aujourd’hui de la Jamaïque à la baye d’Hudson »23. Le mot désigne en même temps l’ensemble des « employés » qui appartiennent à la compagnie exploitrice, la Cie des Indes en l’occurrence : « C’est la forteresse de Vandavachi, écrit Voltaire, qui couvrait les établissements des Français. [...] La colonie française était encore maîtresse de cette place »24. Les mots sont pris ici dans l’optique mercantiliste d’un capitalisme commercial entrouvert.

  • 25 Cité dans Jean-Marie Goulemot, Michel Launay, Le Siècle des Lumières, Paris, Seuil, 1968, p. 205.

16Mais voici les mêmes, dans l’optique physiocratique d’une colonisation en circuit fermé (laquelle évoluera ultérieurement en pacte colonial), c’est-à-dire créatrice de richesses au seul profit de la « métropole ». On les trouve dans l’ouvrage majeur du 18e siècle sur la question, L’Histoire des deux Indes de l’abbé Raynal (1re édition 1770) : « La conquête de l’Amérique, écrit Raynal, a donné l’idée d’une nouvelle espèce d’établissement qui a pour base l’agriculture. Les gouvernements fondateurs de ces colonies ont voulu que ceux de leurs sujets qui s’y transportent ne puissent consommer que les marchandises que leur fournirait la métropole et ne puissent vendre qu’à la métropole les produits des terres qu’on leur accordait »25.

17Il y aura un troisième moment, où le circuit s’ouvrira à toutes les concurrences au nom de principes libéraux, puisque, reconnait Raynal, on « a fondé partout des colonies [sans connaître] les principes sur lesquels on doit les fonder » (p. 206), et les mots se trouveront pris, dès la fin du 18e siècle, dans l’optique « liberté de commerce, liberté civile » (p. 207), formule qui détient un ferment d’éclatement. Les condamnations morales portées par Raynal (contre la « traite », en faveur d’une colonisation « éclairée ») ne pourront rien contre la logique de ses propos, qui va jusqu’à prévoir l’enchainement de la métropole à la défense perpétuelle de colonies toujours tentées par l’indépendance : « Voilà l’arrêt que le destin a prononcé sur vos colonies. Ou vous renoncez à elles ou elles renonceront à vous » (p. 208).

18La famille des mots a suivi cette évolution en s’élargissant. La première vague (18e et 19e siècles) est ascendante, avec les suffixations positives de coloniser, colonisation, colonisateur (adj., 1834, Michel Chevalier), colonisable (1838) et les lexies de colonie agraire/agricole, colonie pénitentiaire, colonie de peuplement, pacte colonial, politique coloniale, régime/système colonial, denrées coloniales, etc. Le Dictionnaire de la conversation et de la lecture (1865) distingue savamment les colonies « de conquête », « de commerce » ou « de relâche », « d’agriculture », « de plantations » et les « colonies pénales » (W. A. Duckett, tome 6, p. 66-68). Dans ce dictionnaire, l’article « Colonisation », de 6 colonnes, a été rédigé par Adolphe Thiers, « de l’Académie française ». On peut y lire un vigoureux plaidoyer colonialiste :

Soutenir qu’on ne doit plus coloniser serait nier l’un des plus puissants, des plus utiles penchants de l’espèce humaine ;
Dans nos temps de troubles, souvent produits par une exubérance, non pas de population mais d’activité et d’ambition, la ressource de la colonisation est moins à condamner que jamais ;
La colonisation ainsi entendue [émigration encouragée ou judiciairement forcée] doit, avec une sage distribution des travaux de l’État, faire partie des moyens de prévoyance d’un gouvernement habile et éclairé ; Certains économistes ont dit que c’est dans le pays même qu’il faudrait songer à coloniser, au lieu de coloniser dans les régions lointaines. [...] C’est en conséquence de cette idée qu’on a souvent proposé la colonisation agricole dans l’intérieur de la France. Sans doute, si une telle chose se pouvait, il y aurait avantage à la mettre en pratique, car il vaudrait mieux avoir chez soi que hors de chez soi ces colons, producteurs et consommateurs à la fois ;
Mais il s’agit de savoir si cet attrait du déplacement qui porte à quitter la mère-patrie, si ces espérances chimériques, si ces promesses de gains énormes [...], si tous ces motifs on pourrait les créer en faveur d’un terrain dans les Landes ou en Bretagne ;
La France n’est donc pas incapable de coloniser ; mais il faut qu’elle veille à ne pas coloniser trop loin de ses rivages ;
La destinée dans ce siècle semble lui avoir assigné l’une des plus belles tâches qui soit jamais échue à une grande nation, celle de soumettre, de civiliser le nord de l’Afrique ;
La France s’est armée de son épée et a frappé pour jamais les barbares qui désolaient la Méditerranée [...] et la voilà en possession d’un empire qui s’étend de la Méditerranée au désert du Sahara ;
Pour cela, il faut coloniser, c’est-à-dire envoyer des Français ;
Puisqu’on demandait naguère à l’État des efforts ruineux, insensés pour des œuvres contraires à tous les principes sociaux, ne serait-il pas raisonnable, prudent, humain, et surtout éminemment politique, de diriger vers ce but les forces du pays qu’on voulait égarer ailleurs ? (p. 72-74).

  • 26 Cité par Jean Ribes dans Révoltes, octobre-novembre 1956, fiche 3.
  • 27 « Les Anglais, qui cherchent tous les moyens pour prévenir les désastres que pourrait amener un tr (...)

19L’ambigüité des termes au 19e siècle, déjà réelle chez Raynal et les « philosophes », vient d’abord du fait que la colonisation s’attache avant tout à la terre (d’où, jusque chez Thiers, la notion de colonie intérieure) : « Partout où il y aura de bonnes terres et des terres fertiles, déclare Bugeaud à la Chambre, le 14 mai 1840, c’est là qu’il faut placer les colons, sans s’informer à qui elles appartiennent »26. Il s’agissait de l’Algérie – et colonisation signifiait à l’époque émigration27 –, mais les mots sont aussi bien valables pour la France. Certains idéalistes de 1848, inspirés de Fourier et de Cabet, parlaient (presque) dans les mêmes termes, qui prônaient des « colonies agricoles » pour les condamnés, les enfants trouvés, les chômeurs ou les « sectaires » (cf. la colonie fouriériste de Condé-sur-Vesgres).

  • 28 Cf. M. Tournier, Alfred de Vigny. Les Destinées, Paris, Nouveaux Classiques Larousse, 1969, p. 78- (...)

20L’ambigüité des mots tient ensuite au fait des connotations positives qui les accompagnent à cette époque, celles de l’impérialisme « civilisateur » étant redoublées par celles que propagent justement les utopistes. La « colonie » est, en effet, l’un des mots-mythes des communautarismes expansifs ou égalitaires rêvés aux 18e et 19e siècles. Le mot n’est quasi jamais péjoratif dans les années 1830-1850, même sous la plume des opposants, qu’ils soient humanitaires ou autarchistes. Les saint-simoniens avaient, par exemple, l’enthousiasme « colonisateur ». N’est-ce pas le « père » Enfantin qui publie en 1843 un livre qu’il croyait visionnaire La Colonisation de l’Afrique ? N’est-ce pas sous l’influence de Michel Chevalier que Vigny écrit son poème « La Sauvage » (1840), dont le colon symbolique cumule les attributs du bonnet phrygien et de la bible puritaine28, et qu’il propose à l’Académie pour son concours de poésie de 1847 le sujet suivant : « L’Algérie ou la civilisation conquérante » ?

21Mais c’est surtout de Cabet qu’il faut parler, en France, à cette époque. Le Voyage en Icarie, écrit à Londres sous l’influence d’Owen, est en effet publié à Paris à partir de 1840. Certes, les utopistes préféraient lancer des noms nouveaux, phalanges, phalanstères, villages industriels, communautés, communes, icaries, etc., mais c’est colonie qui a souvent servi sur le terrain ; et c’est un modèle colonial (mêlé à un modèle conventuel) qui est derrière la fondation, en Amérique, des « icaries » cabétiennes. En outre colonie sert très précisément, dans le texte même de Cabet, à désigner la relation civilisatrice qui lie l’icarie fondée aux « peuplades » de la région. Son acteur central n’est-il pas dénommé Colon, même s’il se mélange ?

  • 29 Étienne Cabet, Voyage en Icarie (1840), Paris, Anthropos, 1970, p. 273 (rééd. de 1848).

J’avais vu plus de 10,000 Colons à la fête, presque tous noirs, basanés ou cuivrés, raconte Lord Carisdall, l’explorateur. J’avais en outre entendu beaucoup de particularités sur les mœurs et les usages de quelques Peuples sauvages voisins d’Icarie, ainsi que sur l’étonnante rapidité de l’agrandissement des colonies icariennes ; et je priai Dinaros de nous expliquer à fond leur système de colonisation ;
Pendant longtemps, nous dit-il, nous n’avions aucun besoin de colonies. Mais, prévoyant que nous pourrions un jour avoir une population excessive, nous avons préparé de loin un établissement colonial sur un terrain fertile et presque désert, habité par de petites peuplades encore sauvages, parmi lesquelles nous voulions commencer un vaste plan de civilisation29.

22Bien sûr, cette colonie idéalisée (« Nous avons créé une magnifique Colonie aussi florissante qu’Icarie ») sert, comme dans toutes les utopies, à la satire de ce qui se passe dans la réalité et, du coup, le mot colonie se trouve pris dans la contradiction entre la célébration d’un mythe et la dénonciation de la réalité : Eugène, exilé politique français ami de Lord Carisdall, ne manque pas de s’écrier : « Et nous, Européens et chrétiens, nous qui nous vantons de notre civilisation, nous achetons des esclaves ! [...] C’est de leur sueur et de leur sang que nous tirons du sucre et du café ! [...] Nous massacrons, nous pillons, nous incendions, pour conserver une colonie et pour consolider notre pouvoir ! » (p. 274). Le terme colonie se chargerait-il, dès cette époque, de mauvaise conscience ?

23Ce ne sera évidemment pas le cas de Jules Ferry, pour lequel la colonisation est trois fois légitime : « La politique coloniale repose sur une triple base : économique, humanitaire et politique » (discours du 28juillet 1885). Plus cynique, l’animateur du « parti colonial », Eugène Etienne, proclame : « Le seul critérium à appliquer à toute entreprise coloniale est son degré d’utilité dans la somme d’avantages et de profits devant en découler pour la métropole » (Le Temps, septembre 1877).

24Il n’y aura pas non plus contradiction ni hésitation sur la valeur des termes chez les anarcho-syndicalistes antimilitaristes de la fin du 19e siècle : tous les mots claironnés par les « coloniards » (Le Parti ouvrier, 24 décembre 1897) de l’expansion coloniale (civiliser, pacifier, les colonies, pacte colonial) se chargent dans leur discours de valeurs négatives. Ecoutons Emile Pouget :

Chacun sait que les Français sont allés là-bas pour civiliser les Tonkinois : les pauvres types se seraient bougrement bien passés de notre visite [...] Il est chouette le système qu’emploient les Français pour civiliser des peuples qui ne nous ont jamais cherché de poux dans la tête [...] C’est changé maintenant, mille bombes ! Tout est pacifié et les Français se montrent doux comme des chiens enragés (Le Père Peinard, 12janvier 1890).
On sait maintenant, par les journaux de la colonie, la vérité sur le Fourmies de la Martinique [...]. L’empressement que mit la gouvernance coloniale à obtempérer aux ordres du Liotter [riche colon] prouve, pour la cent millième fois, que l’État est le gendarme des capitalos (Le Père Peinard, 5 mars 1900).
Aux quatre coins de la boule ronde, ils ouvrent des charniers coloniaux où ils expédient des navires farcis de pauvres gas. [...] Outre ce petit jeu de massacre colonial, les bourgeois ont fait un pacte avec la famine... (L’Almanach du Père Peinard pour 1898, p. 64).

  • 30 Péjoration qui s’affirme jusqu’en dictionnaire: « Colonialisme. Politique qui consiste à exploiter (...)

25Il faudra pourtant attendre le 20e siècle pour que la famille lexicale de colonie s’agrandisse à nouveau, dans une seconde vague de néologismes cette fois négatifs, avec colonialisme et colonialiste (1902) pris en mauvaise part dès 191030, puis la série des anticolonialiste (cf. l’organisation de la « semaine anticolonialiste » et d’une journée de solidarité le 21 février 1953), anticolonialisme (1952), décolonisation (1952), décoloniser (Sartre, 1961), néo-colonialisme (1955), néo-colonialiste (1956), archéocolonialisme (1964), anté-colonial (Franz Fanon, 1961), recolonisation (Tibor Mende, 1972), néo-colonies et néo-colonial (Le Monde, 4 aout 1973), colonialisation (André Robinet, 1973), coloniâtre (Le Matin, 5 juin 1978), etc. Au gré des rapports de force et du changement des mentalités, ainsi change la couleur des mots...

  • 31 « Mieux vaut lui [à la station Alpha] attribuer le rôle de relai-étape pour la colonisation lunair (...)

26Colon et colonie sont aujourdhui des termes désuets. L’infanterie de marine ne s’appelle plus « la Coloniale ». Ou bien colonie a perdu tous les sèmes liés à l’exploitation et à l’étranger (cf. « colonie de vacances », 1907) ; ou bien le mot sert à traduire les colonies des autres (ainsi des kibboutzim et des « implantations » israéliennes dans les « territoires occupés », ainsi de la colonisation du Néguev ou du quartier arabe de Jérusalem) ; ou bien, enfin, on ne s’en vante plus sur cette terre ; on parle plutôt de « colonisation lunaire » et de « colonisation martienne »31...

27Voici que, de nouveau, le cercle s’élargit.

Notes

1 J. Picoche, Nouveau Dictionnaire étymologique du français, Paris, Hachette –Tchou, 1971, p. 559-560.

2 A. Dauzat, F. Rostaing, Dictionnaire des noms de lieux en France, Paris, Guénégaud, éd. revue, 1978, p. 200-201. – La plupart du temps, le mot colonia disparait : Colonia Aquensis ou Aquae Sextiae, fondée par le consul Sextus Calvinius donne Aix, Colonia Trevirorum, chez les Trévires de Belgique, donne Trèves, Colonia Copia Claudia Augusta Lugdunum donne Lyon, etc. (Dictionnaire de la conversation et de la lecture, Paris, Didot, 1865, tome 6, p. 65).

3 Fustel de Coulanges, Histoire des institutions politiques de l’ancienne France. La Gaule romaine [1887], éd. revue par C. Jullian, Paris, Hachette, 1908, p. 49-50 et 97-98.

4 F. Jacques, J. Scheid, Rome et l’intégration de l’Empire, Paris, PUF, 1990, tome 1, p. 239.

5 A. Ernout, A. Meillet, Dictionnaire étymologique de la langue latine, Paris, 1959, p. 132.

6 « De même que l’esclave qui entrait dans la société libre prenait le nom de celui qui l’avait fait libre, de même celui qui entrait dans la société romaine prenait le nom de celui qui l’avait fait Romain. Il y avait là une sorte de génération à une existence nouvelle, et l’esprit des hommes y voyait une véritable paternité. Nous trouvons un exemple frappant de cet usage avant même le temps de César. Un Gaulois de la Narbonnaise nommé Cabur avait reçu la cité romaine par don du proconsul Caius Valerius Flaccus [83 av. J.-C.]. Il s’appela dès lors Caius Valerius Caburius » (Fustel de Coulanges, p. 104-105).

7 A. Chastagnol, « Coloni et incolœ. Note sur les différenciations sociales à l’intérieur des colonies romaines de peuplement », in Splendidissima civitas, Paris, Publications de la Sorbonne, 1996, p. 14-17.

8 Citation dans E. Littré, Dictionnaire de la langue française, Paris, Hachette, 1863, p. 669-670.

9 Fustel de Coulanges, p. 98.

10 Fustel de Coulanges, p. 229.

11 Fustel de Coulanges, p. 97, note 1.

12 Fustel de Coulanges, p. 97, p. 224-226 et note 1.

13 Fustel de Coulanges, p. 92-93, p. 124.

14 F. Guizot, Histoire de la civilisation en France depuis la chute de l’Empire romain (Cours de 1826), Paris, Didier, 13e éd., 1874, p. 58. À signaler, chez Guizot, le classement des incolœ parmi les « curiales », propriétaires d’un lopin de terre, donc au-dessus des coloni, souvent simples valets de ferme (p. 54-55).

15 Ibid. p. 267.

16 J. Declareuil, Histoire générale du droit français, des origines à 1789, Paris, recueil Sirey, 1925, p. 61.

17 Ibid. p. 161.

18 F. Ragueau, Glossaire du droit français, Paris, 1704, Genève, Slatkine reprints 1969, p. 132.

19 J. Declareuil, p. 263-27.

20 F. Guizot: « Les moines bénédictins ont été les défricheurs de l’Europe. [...] Une colonie, un essaim de moines, peu nombreux d’abord, se transportaient dans des lieux incultes... Et là, missionnaires et laboureurs à la fois, ils accomplissaient leur double tâche » (p. 418).

21 A. Neymarck, Vocabulaire manuel d’économie politique, Paris, Armand Colin, 1898, p. 88-89.

22 Encore en 1956: « Ce que la colonisation romaine a jadis fait en Gaule, nous l’avons fait ici » (R. Barquisseau, Académie des Sciences coloniales, cité par Révoltes, octobre-novembre 1956, fiche 11).

23 Fragmens sur quelques révolutions dans l’Inde et sur la mort du comte Lalli, s.l., s.e., 1775, p. 138-139.

24 Ibid., p. 209.

25 Cité dans Jean-Marie Goulemot, Michel Launay, Le Siècle des Lumières, Paris, Seuil, 1968, p. 205.

26 Cité par Jean Ribes dans Révoltes, octobre-novembre 1956, fiche 3.

27 « Les Anglais, qui cherchent tous les moyens pour prévenir les désastres que pourrait amener un trop grand accroissement de population, ont senti ce qu’avait d’utile un bon système de colonisation... » (L’Écho de la fabrique – journal des canuts lyonnais – n° 28, 6 mai 1832, p. 3).

28 Cf. M. Tournier, Alfred de Vigny. Les Destinées, Paris, Nouveaux Classiques Larousse, 1969, p. 78-80.

29 Étienne Cabet, Voyage en Icarie (1840), Paris, Anthropos, 1970, p. 273 (rééd. de 1848).

30 Péjoration qui s’affirme jusqu’en dictionnaire: « Colonialisme. Politique qui consiste à exploiter les colonies au seul profit de la métropole. C’est un terme péjoratif, stigmatisant les méthodes impérialistes et égoïstes de certaines puissances coloniales » (Encyclopédie Quillet, 1953, p. 1148).

31 « Mieux vaut lui [à la station Alpha] attribuer le rôle de relai-étape pour la colonisation lunaire. » « Pour mener à bien la colonisation de Mars, il sera nécessaire d’industrialiser la Lune. » « Une fois la colonisation martienne assurée, de gigantesques spatioports, en orbite autour de la Planète Rouge, serviraient de gare de triage... » (Philippe Jamet, Fusion, 63, novembre-décembre 1996, p. 11, 12, 22)

Notes de fin

* Chronique parue dans Mots, 53, décembre 1997, p. 117-127.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search