Version classiqueVersion mobile

Propos d’étymologie sociale. Tome 3

 | 
Maurice Tournier

De CNPF à MEDEF*

Texte intégral

  • * Chronique parue dans Futurs, 1998, sous le nom de Maurice Jury et avec le titre « Innocence des mo (...)

1Les patrons se sont de tous temps organisés entre eux, « coalisés » puis « syndiqués ». Et sans dommage pour eux. Alors que la chasse aux « sociétés de résistance », aux « devoirs » et autres « mutuelles ouvrières » – qu’accompagnait la pendaison de « mutins » ou le massacre des « gréveurs » – bat son plein au 19e siècle, au moins jusqu’en 1864, où les coalitions ne constituent plus un délit, voire 1884 où les « syndicats professionnels jouissent de la personnalité civile », la chasse aux coalitions patronales, elle, n’ose qu’à peine distribuer de menues réprimandes. Car ils ne font pas grève, les patrons ; tout juste se permettent-ils de licencier, de lockouter ou d’embaucher des jaunes, briseurs de grève.

2Ces coalitions patronales s’officialisent à partir de 1864, avec le Comité des forges, qui deviendra l’UIMM (Union des industries métallurgiques et mécaniques), puis, coiffant sur le tard l’ensemble des unions patronales, la CGPF de 1919 (Confédération générale de la production française), transformée après guerre, en 1946, en CNPF (Conseil national du patronat français) portant statut de « Confédération » (cf. art. 1 et 5 de ses statuts de 1969). Voici qu’à l’aube de l’an 2000, ce CNPF change de sigle à son tour (novembre 1998). Sa mue s’appelle MEDEF (Mouvement des entreprises de France). Quels changements cela annoncerait-il ? Que lire sous la mutation des mots et des lettres ?

3Deux remarques en préalable à propos du sigle lui-même : à une lecture « analytique », lettre à lettre, difficile au premier abord (C.N.P.F.) succède une lecture synthétique plus courte, facile à retenir (MEDEF, prononcé Medef). L’évolution générale de la siglaison allant dans ce sens, on ne pourrait que se réjouir de voir le patronat se rajeunir en suivant la mode. Mais cela ne va pas sans une bien curieuse insécurité sémantique. Dans le nouveau sigle, en effet, la traduction colle mal aux lettres exhibées : quel est le vrai E d’« entreprises » dans le sigle, le premier ou le second ? Que représente le D ? Serait-ce le DE de « de France » ? Mettre en valeur et faire figurer en entier une simple préposition n’est guère dans les habitudes de la siglaison française. A moins que...

4À cette insécurité sémantique portée par les lettres s’ajoute celle portée par les mots. De Conseil et de Confédération la dénomination patronale passe à Mouvement. Pour qui connait un peu l’histoire des usages dans ce domaine, il est clair qu’il y a là une volonté de désyndicalisation ! Au profit de quoi ?

  • 1 Cf. Des mots en politique. Propos d’étymologie sociale 2, Paris, Klincksieck, 1997, p. 201-218 et (...)

5On sait qu’à la fin du 19e siècle, la controverse entre les centralisateurs et les fédéralistes a abouti, sur le plan politique, à généraliser le nom de Parti1 à la tête d’une organisation unifiée, marginalisant Fédération, laissée aux organes internes, aux régions, aux anarchistes et surtout aux syndicalistes. Confédération (mot d’origine ecclésiatique puis étatique) a suivi, au niveau national et international, la même pente. Ce terme s’est de plus en plus dédié à la dénomination sociale et plus particulièrement syndicale. Une fois Parti spécialisé dans la sphère politique, les emplois majeurs de Confédération se sont orientés vers la syndicalisation générale (CGT 1895, 1906 ; CFTC 1919 ; CGT-FO 1948 ; CFDT 1964, CGCEF 1937 devenue CGC en 1944, CGPME, CISL, CMT, CES, etc.). À l’inverse, la palette de Mouvement a gardé son ambivalence du 19e siècle, aussi bien syndicale (cf. le MODEF) que politique (cf. le « Mouvement des Citoyens »). Passer de Confédération à Mouvement ne serait-il pas l’indice d’une évolution vers à la fois plus de flou et plus de politique ?

6Le second terme qui change dans le passage de CNPF à MEDEF est celui de Patronat au profit d’Entreprises. Ce pluriel multipliant remplace un singulier unifiant. Cet anonyme encore banalisé et partagé remplace un désignant marqué.

7Certes, dans la charte du défunt CNPF, la notion d’« entreprises » était déjà très présente (cf. art. 2 des statuts de 1969) mais la faire figurer en lieu et place des « patrons » n’est pas sans signification idéologique. Patronat (de la famille de « père », protecteur de clan ou de métier, à l’origine) s’effaçant, c’est peut-être toute un ancienne figuration « lutte de classe » qui semble quitter la scène, celle des chefs d’entreprise de droit divin, des grandes familles propriétaires, des riches héritiers ou de leurs représentants rivés aux commandes. Et cela au profit de la chose elle-même, banale, à capital anonyme, sans affirmation de responsables bien authentifiés, aux prises avec la concurrence internationale et la « loi du marché ». Désyndicalisation ou, plus exactement, déresponsabilisation des « chevaliers d’industrie » ?

8Marc Blondel n’avait pas tort quand il remarquait, face à Philippe Douste-Blazy, quel danger il y avait, pour les futures négociations sociales, à descendre justement au niveau des « entreprises ». Décentralisation déclarée du pouvoir économique, boite par boite, émiettement du « dialogue », cassure de la solidarité professionnelle et interprofessionnelle, oui, il pourrait bien s’agir d’une déresponsabilisation. Avec cela, c’est tout un décrochage vis-à-vis du syndicalisme ouvrier général qui risque de s’opérer. En perspective on peut apercevoir l’instauration d’un décalage permanent entre, par exemple, des salariés désirant négocier les 35 heures branche par branche mais nationalement (voir le récent accord signé dans le textile) et un organisme certes national mais qui forcera la discussion à se concrétiser au niveau décentralisé des entreprises. Le patronat aura alors beau jeu d’accuser les syndicats d’archaïsme au nom d’un marché économico-social où il ne voudra plus reconnaître sa responsabilité collective.

9En même temps, Mouvement caractérise, davantage que Confédération plus juridique et que Conseil plus resserré, un ensemble flou mais dynamique, nasse dans laquelle le CNPF espère pouvoir attraper, pour unifier quand même les intérêts et faire nombre, les PME, les PMI, voire des artisans, des négociants. Mouvement brasse large. N’y aurait-il pas, dans le même mouvement, à la fois perte d’affirmation syndicale et de volonté négociatrice et regroupement des forces sociales économiquement propriétaires à visée politique ?

10Bref, le MEDEF remplacerait ou impulserait à long terme la droite traditionnelle. L’aspect « lutte de classe », sorti par la porte officielle du sigle, rentrerait plus pugnace encore par les fenêtres moins visibles de la protection des dominances...

11Enfin, un terme parait subsister de l’ancienne dénomination : français, France. Notons le glissement : le « patronat français » (de nationalité française donc, même lorsqu’il déborde sur l’étranger) n’est pas tout à fait la même chose que les « entreprises DE France » (terme plus géographique qu’identitaire...). Voilà sans doute une préposition qui pèse lourd dans le sigle. Certes la nation se trouve réaffirmée avec force à la fin du sigle par la seule lettre pérenne, F. Mais l’insécurité sémantique, présente dans le flou de l’affichage avec Mouvement et doublée d’un flou de la représentation avec Entreprises, révèle ici une troisième ambigüité : il s’agit de ce qui se passera « en France » (géographiquement donc) et non ailleurs. Les entreprises « françaises » à l’étranger sont ainsi mises en dehors du coup. On en restera, du point de vue compétence affichée du MEDEF, au cadre strictement national. S’agirait-il de désamorcer d’avance l’Europe sociale et les délocalisations ?

12Bizarre, ce mouvement d’inspiration libérale ouvert à la mondialisation sans frontières et refermé ainsi sur le champ de l’entreprise et sur le domaine français de France... Que de contradictions à sa naissance! Jusqu’où pourra-t-il les assumer ?

Notes

1 Cf. Des mots en politique. Propos d’étymologie sociale 2, Paris, Klincksieck, 1997, p. 201-218 et 219-240.

Notes de fin

* Chronique parue dans Futurs, 1998, sous le nom de Maurice Jury et avec le titre « Innocence des mots et des lettres ! De CNPF à MEDEF ».

© ENS Éditions, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search