Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Propos d’étymologie sociale. Tome 3

 | 
Maurice Tournier

L’étymologie sociale face au discours politique

Texte intégral

« Dans une démocratie, on gouverne par les mots. Les mots peuvent devenir des poignards, comme ils peuvent guérir. Tout dépend de la manière dont on s’en sert »
Shimon Pérès, « Sept sur sept », France 1, 12 novembre 1995

1Quel peut être un programme d’étymologie sociale dans un domaine où tout est politique et rien, au sens étroit du terme, n’est « étymologique » ? Un orateur de micro, pour être entendu, à la différence de Mallarmé ou de Perse, ne parle jamais avec les racines latines de ses mots ni avec leurs significations « classiques ». C’est la langue de son temps, immergée dans un site d’emploi daté et circonstancié, et ses propres compétences de situation qui lui permettent de répondre aux exigences de faire effet. Il y a donc, au sein des termes, un problème d’ajustement des objectifs de la recherche au terrain où elle se pratique.

Le champ politique

2Définissons d’abord ce terrain. Champ d’énonciation et espace public, le politique est, dans son essence même, propice au dialogue. Au moins potentiellement. En effet, le politique s’arrête lorsque plus aucun échange verbal n’est possible, aux deux extrêmes du bruit des armes, toute protestation cèdant à la force brutale, et du mutisme de l’obéissance, le silence faisant fonction d’acquiescement sans discussion. C’est dans l’espace intermédiaire entre la violence des ordres et le silence des servitudes, l’un et l’autre absolus, que peut s’infiltrer le politique : espace de paroles échangées.

3Le politique commence donc avec la possibilité de parler à deux voix discordantes.

Politique et violence

  • 1 « La politique repose sur un fait : la pluralité humaine », Hannah Arendt, Qu’est-ce que la politi (...)

4Le social, du clan à l’organisation des nations, est rencontre d’individus à passés, âges, intérêts et projets divers, « pluralité humaine » dirait Hannah Arendt1. D’où les problèmes d’ambitions, de besoins, de désirs et pouvoirs en concurrence. Espère-t-on régler les oppositions qui en résultent par l’harmonie des consciences, sorte de révélation immédiate de la vérité ou de la nécessité, qu’elle soit dévotion à un donneur d’ordres indiscutable ou obéissance automatique à un contrat social de lois préétablies ? Ce paradis, extra-humain, laissons-le aux utopistes. Alors, régler les conflits ou policer le chaos des différences avec le fusil, le canon, l’exil forcé, le génocide, faire place nette pour que l’obéissance s’installe, serait-ce sur un champ de ruines ? Cet enfer, inhumain, fait pourtant le fond de certaines thèses qui entent le politique sur la réalité de la violence.

  • 2 « Là où manquerait ce monopole de la violence légitime, il n’y aurait pas d’État » (M. Weber, Soci (...)
  • 3 Frédéric Bon, in Grawitz et Leca éd., Traité de science politique, Paris, PUF, 1985, p. 537-573.
  • 4 Maurice Duverger, Sociologie politique, Paris, PUF, 1968, p. 299.
  • 5 Discours du 9 Thermidor an 2, Discours et rapports, Paris, Éditions sociales, 1977, p. 212.

5Selon J. Freund, d’après Frédéric Bon, « La force est le moyen spécifique du politique, non la ruse ». Et Freund d’invoquer Max Weber. Avec justesse, F. Bon fait remarquer que Weber n’a jamais parlé, à ce propos, que de « violence légitime »2, c’est-à-dire, pour F. Bon, légitimée, reconnue ou négociée, « violence habillée, réinterprétée et magnifiée par les mots, les signes et les symboles »3. Nous y voilà : le politique est usage de signes, « violence symbolique » selon la formule de Pierre Bourdieu. Maurice Duverger oppose directement guerre et politique : « La guerre, c’est l’emploi de la violence physique pour trancher les conflits. La politique, c’est l’emploi de moyens non violents ou, plus exactement, moins violents »4. Lorsque la guerre parle seule, que la force nue décide, « pourquoi parler puisqu’elle n’a pas d’oreille ? », disait Merleau-Ponty à Sartre. A l’aide de mots différents, on pourrait en dire autant de l’acquiescement absolu, sans médiation ni mise en question, par peur, adoration ou aliénation. Saint-Just écrivait : « Le silence règne autour des trônes ; ce n’est que chez les peuples libres qu’on a souffert le droit de persuader ses semblables ».5

  • 6 H. Arendt, p. 135.

6H. Arendt de conclure pour sa part, prenant Freund à contrepied : « La politique est finalement devenue une poursuite de la guerre dans laquelle les moyens de la ruse se sont provisoirement introduits à la place des moyens de la violence »6.

7Le champ politique ménage donc un intermédiaire négociateur entre la violence subie et l’adhésion donnée. Pour être, il doit être une remise en cause des deux, perpétuellement. Le politique, dans son fondement, repose ainsi sur l’échange des discours, « parole et réplique » disait H. Arendt. Plus les signes remplacent les armes ou les évidences et s’affrontent en public, plus nous sommes dans le politique. Ni enfer ni paradis, il est le moment et le lieu où le langage écarte la démission de l’esprit et, par là, il est fusion ou affrontement différés. Accord et désaccord y sont vécus dans leur différence. Curieux espace que cet espace public en proie au politique, à la fois ouvert aux activations de l’homme et, dès l’origine, nourri de dictions et contradictions. Les mots y seraient-ils les « moyens de la ruse » ?

Politique et dialogue

  • 7 Cf. Jürgen Habermas, Théorie de l’agir communicationnel, Paris, Fayard, 1987, 2 vol. ; « Habermas, (...)

8Jürgen Habermas semble préférer à cette conception ouverte mais conflictuelle l’utopie d’une démocratie à promouvoir. À la différence des autres « agirs » humains, téléologiques (c’est-à-dire poursuivant une fin pour soi), l’« agir communicationnel » fondateur de l’espace public7 ne serait que recherche de l’« intercompréhension », ce dépassement de soi-même dans un dialogue à réciprocités qui, seul, permet aux messages de valoir et de passer. Il oppose, par exemple, cette activation désintéressée de l’homme à une série d’autres : l’« agir instrumental » de l’homme, dont l’objectif serait la réussite, le produit, au bout du travail ; l’« agir stratégique », dont le but serait la victoire en conclusion de la lutte ou du jeu, le succès de l’être ; l’« agir dramaturgique », qui aboutirait à l’expression et à la valorisation de l’acteur devant les autres, au succès du paraître ; toutes réalisations téléologiques de soi et ayant, aux deux sens du mot, une « fin ». Différent d’eux dans son principe, l’« agir communicationnel » aurait comme caractères d’être permanent et sans but immédiat, bref, toujours aux deux sens du mot, d’être « sans fin ». Seul, il permet de fonder durablement le collectif en suscitant l’espace des échanges et des négociations, identifié qu’il est avec l’intersubjectivité langagière et la rationalité sociale.

  • 8 Cité par Y. Sintomer, p. 149.

9La dynamique d’Habermas ne recouvrirait-elle pas une utopie, salutaire, sans doute, mais irréaliste dans son essence même ? Ce serait le croire bien naïf. L’agir communicationnel pur est un idéal. Car on sait bien que le discours politique n’est pas simple échange communicatif, mais qu’il est d’abord cet art de persuader et ce désir de donner à l’autre une image de soi qui cherchent à instaurer entre le parleur et le récepteur des liens d’acquiescement, qu’ils soient faits de crainte, d’admiration ou de conviction. Persuader l’autre, lui donner à voir une apparence, c’est toujours l’investir, s’imposer à lui : fonction stratégique et fonction dramaturgique de la communication politique. Derrière ces objectifs nettement téléologiques, l’enjeu des intérêts se profile. « Le langage est un médium de la communication, écrit Habermas, tandis que les acteurs, en s’entendant mutuellement pour coordonner leurs actions, poursuivent chacun des objectifs déterminés. Dans cette mesure, la structure téléogique est fondamentale pour tous les concepts d’action »8. Le parleur politique ne cherche pas à instaurer un dialogue désintéressé mais infiltre son désir de pouvoir à travers les signes.

10On pourrait ainsi définir, dans les termes mêmes de J. Habermas, l’espace du politique comme un agir communicationnel piégé par des stratégies et des dramaturgies, en fonction d’un enjeu de pouvoir qui est investissement de l’autre. Car il s’agit bien de prendre.

Politique et appropriation

11Le politique demande donc trois conditions : qu’il y ait groupement sociétal et organisation nécessaire de ce groupement, qu’il y ait, « de nature », problème entre l’ordre et l’obéissance, c’est-à-dire doute sur l’autorité et sur la contestation, enfin et surtout que l’organisation du collectif et le règlement des conflits soient confiés à la médiation du langage. La violence s’y trouve canalisée vers le discours. L’arme a reculé d’un pas. Mais, faisant cela, elle se retire au profit de la manipulation des signes. Mots et phrases y deviennent à la fois des échangeurs, des négociateurs et des armes différées.

12Dans cette optique, on comprendra que faire de la politique, pour le parleur (homme et/ou institution), c’est entrer en lutte pour l’appropriation des symboles, manier l’art du discours en vue de la prise de possession par soi (et de la dépossession des concurrents) de la parole, de la langue et, plus profondément, du langage.

13Cette lutte appropriative consiste, sur un niveau primaire, à « prendre la parole ». Tout pouvoir est, initialement, le pouvoir de dire. Cela signifie, à notre époque envahie d’une marée de signes, occuper les médias, y conquérir une place discursive et représentationnelle, couvrir le dire et le paraitre des autres et les réduire au bruit et au flou, afin de s’installer dans ces médias, et plus particulièrement à la télévision, en véritable légitimé social. N’est-ce pas eux qui, aujourdhui, attribuent le « skeptron » de celui qui a droit aux ondes et aux images ? But immédiat : être connu, premier pas pour être reconnu.

  • 9 M. Tournier, « La langue de qualité des hommes politiques », Des mots en politique. Propos d’étymo (...)

14Mais il ne suffit pas de parler en position médiatique ; il faut aussi se faire écouter, choisir l’énonciation qui permettra d’atteindre le public ciblé9, posséder les clés du discours porteur, les mots à dire et à taire et leurs échos affectifs, savoir jouer des expériences et des mythes qui les habitent, savoir user des systèmes de rationalité qui les relient, diffuser et imposer ses significations et ses symboles, bref « prendre la langue » ou, du moins, faire sien le consensus socio-langagier propre à ceux que l’on désire atteindre. Le légitimé en parole peut alors légiférer en langue, non pour innover – toute néologie ne s’incruste que sur un fond de partages – mais pour « faire la loi », au sens propre comme au sens dérivé de la loi de langue. But profond : être le dominant du consensus recherché.

15Tout cela n’est efficace que si le parleur politique sait aussi prendre le langage, en entendant par là occuper la mémoire de l’autre et les réflexes sociaux qu’elle commande, la seconde nature de ses habitudes et de ses représentations. Et nous verrons dans cet ouvrage (et ceux qui le précèdent) combien la répétition, les alliances de mots, les structures et les rythmes énonciatifs peuvent mettre en place, dans l’inconscient de la mémoire, des automatismes de langage, de pensées, d’appréciations, de gestes, de vote. Le langage n’est-il pas tissé de toute une culture éduquée, assénée, imprégnée dans la globalité de ses signes ? Rêve de conquérant : devenir l’hégémonique (à tout le moins une référence) de cette culture.

16Le discours politique peut ainsi se définir comme acte de communication visant certes l’intercompréhension mais aussi l’occupation d’une place sociale reconnue, d’une norme consensuelle maitrisée et d’une mémoire collective investie. Dans l’espace des échanges où se construit une rationalité sociale, l’agir communicationnel est en permanence infesté par les ruses de l’agir stratégique et de l’agir dramaturgique, dont les mots sont les armes.

17Sur un tel terrain, que vient faire l’étymologie ? Tout simplement faire remonter la recherche du sens à ses causes originelles. Car ses pourquoi gèrent ses comment.

L’étymologie « sociale »

Étymologie d’« étymologie »

18Venu dans le français savant du 12e siècle par la transition du latin, le mot étymologie s’origine dans deux bases grèques : logos, le « verbe », parole qui nomme, discours en mots, raison et connaissance, et etumos, « vrai », signifiant à la fois véritable et primitif. L’étymologie est étymologiquement, en grec comme en latin, l’accès au sens originel des mots. Il désigne non un discours sur la vérité (comme chez certains philosophes du Moyen Âge) mais la recherche d’une authenticité, le « vrai du discours », qui se nicherait dans la naissance même des unités de ce discours. C’est ainsi que, selon Platon, Dionysos veut d’abord dire « celui qui donne le vin ».

  • 10 « Les raccourcis que proposent les dictionnaires prétendument étymologiques et historiques ne sont (...)
  • 11 P. Guiraud, L’Étymologie, Paris, PUF, 1960, rééd. 1967, 1979 ; C. Brucker, L’Étymologie, Paris, PU (...)

19Cette triple liaison entre sens, vérité et origine s’est vu, en français, régresser du sens aux racines formelles, de la vérité sémantique à des systèmes sémiotiques et d’une histoire des naissances en discours à la description morphologique et phonétique de processus et d’étapes. Il en reste, dans nos dictionnaires étymologiques, des « raccourcis »10 qui, pour l’essentiel, partent d’une forme latine ou pseudo bas-latine, plus ou moins agrémentée d’une glose, pour aboutir au bon usage d’un terme du français classique. Les deux « Que-sais-je ? » successifs, de Pierre Guiraud et de Charles Brucker11, tracent certes à l’étymologie un programme plus ambitieux ; mais tous deux s’arrêtent en route. P. Guiraud écrit, par exemple :

  • 12 P. Guiraud, L’Étymologie, p. 6, 7.

L’étymologie moderne est de plus en plus conçue comme une discipline autonome qui a pour objet l’étude de la formation des mots, c’est-à-dire de la chronologie et de la relation entre la forme primitive et son dérivé morphologique (de forme) ou sémantique (de sens). L’étymologie ainsi conçue a pour objectif d’établir la généalogie ou origine du mot-souche, à la date où il est entré dans la langue [...]. L’étymologie n’a pas pour but de fixer l’emploi actuel des mots12.

20De leur côté, les géolinguistes, sensibles aux constats simultanés de terrain, font disparaitre la dimension diachronique. L’étymologie sociale se situe à contre-courant de ces deux tendances ; elle pose en priorité le pro blême des valeurs prises par les mots à leurs naissances sociales et, au-delà, du sens porté par un énoncé

Étymologie du sens

  • 13 « C’est sous forme de représentations que le monde entre dans la langue » (R. L. Wagner, Les Vocab (...)
  • 14 Martin Ruhlen, L’Origine des langues. Sur les traces d’une langue-mère, Paris, Belin, 1997.

21Qu’est-ce que l’apparition d’un sens ? Après avoir appris à remonter dans le temps, il serait bon de s’attacher à redescendre au niveau des discours, seraient-ils contemporains. Tout discours n’est-il pas lieu et témoin d’une naissance, quelle que soit sa date, son auteur, sa situation de production ? Et que signifie « entrer dans la langue » ? En dépit des grands philologues restés attachés aux représentations sociales13, la phonétique historique et le structuralisme conjugués ont construit une science étymologique fort savante mais coupée de tout terrain socio-historique, escaladant en amont les frontières et les siècles. Ce n’est pas que cette étymologie soit à remettre en cause. Son exigence de scientificité est extrêmement prégnante et elle opère avec beaucoup de prudence aujourdhui, dans la remontée vers les sources, voire pour certains14 vers la source unique, où s’enracineraient les signes des langues.

22Bien plus humble, plus près des situations concrètes d’emploi, l’étymologie sociale a pour but, en renversant la tendance, d’imposer la même exigence et la même prudence à l’histoire du vocabulaire, dans la descente des siècles d’une langue. Car son projet central est de questionner l’implantation sociale des mots.

  • 15 Antoine Meillet, Linguistique historique et linguistique générale, Paris, Champion, 1975, p. 292-2 (...)

La question qu’on pose vulgairement aux linguistes, écrivait Antoine Meillet, « Quelle est l’origine d’un mot ? » n’a pas de sens précis. Ce qui est essentiel dans un dictionnaire étymologique, c’est de déterminer les voies qu’ont suivies les mots. On procède souvent comme si les changements de sens s’expliquaient par des faits psychiques. En réalité, les variations de sens sont déterminées par des circonstances de fait, de caractères infiniment divers. Pour faire l’étymologie d’un mot, il faut donc avant tout savoir comment il a pénétré en français et dans quels milieux il a été employé. Ce qui importe pour expliquer escobard escobarderie, ce n’est pas qu’Escobar ait été un casuiste espagnol du 17e siècle, c’est que Pascal en ait fait l’une des figures des Provinciales. Ce n’est pas le traité de casuistique d’Escobar qui rend compte du sens pris par le mot en français, c’est le parti qu’en a tiré Pascal et le succès des Provinciales.15

23Pourquoi tel terme, telle famille lexicale, telle micro-structure ou tel vocabulaire sont-ils venus au discours ? Dans quelle situation, à quel moment ? A quels conflits ont-ils participé et quelles traces en portent-ils ? Comment ont-ils « pris », jusqu’à devenir enjeux ou habitudes ? A quelles fonctions correspondent-ils ? De quelles représentations sont-ils la réfraction ? Quelle coloration prennent ou donnent-ils ? Bref, à quoi servent-ils et qui servent-ils ?

24Ainsi, au lieu d’analyser les unités du discours – comme les sémiologiciens – dans leur être de raison, je propose de les examiner, aujourdhui autant qu’hier, dans leurs raisons d’être. Retour à l’authenticité des naissances du signe. C’est Michel Pêcheux qui écrivait : « Le sens d’une parole n’est pas dans ce qu’elle dit, mais dans ce qui la force à être telle, dans les conditions de sa production » (Les vérités de La Palice). Il s’agit bien d’étymologie, au sens étymologique du terme.

Étymologie des raisons d’être

25Le sens étant défini, en premier, comme l’ensemble des raisons qu’un signe a d’être là, dans une situation de discours à un moment énonciatif donné, il y a trois dimensions vers lesquelles la recherche du sens doit se tourner : le passé, formes antérieures, mythes sociaux, familiaux et personnels mémorisés, le présent surtout, au sein d’une compétence de communication (où s’active un passé revisité) face aux autres d’une situation, le futur enfin, les objectifs recherchés, les rôles à jouer – car on ne parle qu’avec un projet sur l’efficience du discours.

26Si, en effet, l’étymologie sociale reste curieuse des origines possibles pour un signe donné, elle en vient vite à questionner les valeurs de son « institution » dans tel ou tel « état de parole » au sein d’une diachronie et, de façon plus précise, dans des « sites d’emploi » au sein d’une synchronie, et elle recherche au-delà les fonctions que ce signe entend remplir dans les situations d’énonciation et dans les textes énoncés. Origines formelles, valeurs sémantiques et fonctions politiques : trois directions d’enquête, aux trois étages de la mise en place d’un sens.

Des origines formelles

  • 16 « L’étymologie nous contraint, la plupart du temps, à expliquer le français par d’autres langues e (...)

27L’habitude a été prise, et tous les dictionnaires ont pour mission de s’y conformer, de faire dériver un mot d’un autre, qui a pu lui ressembler, et cela à l’infini. On a besoin d’un chapelet de termes remontant le temps16. Mythe de l’auto-engendrement linguistique. La satisfaction est complète lorsque le latin répond à l’appel, tant il parait évident que le français sort tout armé du latin... Ce serait sa noblesse.

Peut-on se fier à un étymon « sémantique » ?

  • 17 M. Tournier, « Langue française », in Encyclopédie de la culture française, Paris, Eclectis, 1991, (...)
  • 18 Arsène Darmesteter, La Vie des mots étudiée dans leurs significations, Delagrave 1887, rééd. Champ (...)
  • 19 « Un mot qui se prête à tout », disait Mirabeau (cit. dans Régine Robin, La société française en 1 (...)
  • 20 M. Tournier, Des mots sur la grève. Propos d’étymologie sociale 1 (1993), Lyon, ENS Éditions, 2002 (...)

28Je ne reprendrai pas ici la question de ce « créole à base latine et ingrédients celtes et germains »17 qui fut l’ancêtre roman du français. Bien des recherches ont montré que, sur le plan du sens, il se produit très souvent une solution de continuité entre le mot latin et son institution en français. Des linguistes ont voulu dresser la table des « mots latins qui dans leur passage au français n’ont pas changé de signification »18 ; mais, en examinant de près cette liste, on s’aperçoit que, si plusieurs dénominations – une fois mises à part les relatinisations savantes effectuées depuis le 15e siècle – renvoient à des référents constants, d’ordre naturel ou abstrait (eau, lune, porte, arbre, œuf, chien, pied, mère, miel, rire, raide, trois, cercle...), nombre de ces termes anciens ont, en fait, opéré du latin au français un décalage, voire un divorce, et un repositionnement. Comment un linguiste comme A. Darmesteter, si sensible à la « force révolutionnaire » et aux « actions infinies qui modifient les civilisations » (p. 37), a-t-il pu faire figurer dans cette liste un désignant social aussi flou19 et soumis à la mutation des référents que populum-peuple ? L’étymon latin ne dit rien du sens en roman (tribu) puis en français médiéval (paysans et déjà tiers-état). On a confondu une soi-disante « fidélité » aux significations originelles avec le simple fait que les parentés de sens sont soumises aux parentés de situation. Si une représentation sociale s’immobilise, se pérennise et se transmet d’une société à l’autre, il est normal que le nom qui la porte garde les valeurs de son « étymon ». Le cas est rarissime. Et tel n’est pas celui de peuple20. Son étymologie sociale, décalée par rapport à son origine formelle, est alors à trouver non dans le latin mais dans les « sites d’emploi » historiques où le terme français a pris nouvelles valeurs et fonctions.

29Ce qui est dit ici de peuple peut être dit de presque tout le vocabulaire, pour peu que bouge la représentation sociale de son réfèrent, chose, être vivant, collectivité, produit ou concept. C’est alors l’histoire d’une mutation culturelle qu’il faut raconter. Toute origine formelle ressentie par le parleur (et non pas reconstituée par le philologue) n’est-elle pas une étymologie populaire ? En 1848, peuplier vient de peuple, puisqu’on le plante en son honneur...

Des origines « populaires »

  • 21 G. Gougenheim, « La fausse étymologie savante », Études de grammaire et de vocabulaire français, P (...)

30Il y a autant de marge entre l’étymologie populaire (apparentement par analogie entre un mot et une famille à laquelle, morphologiquement, il n’appartient pas) et la fausse étymologie savante (filiation erronée d’un mot avec un terme plus ancien dont il viendrait) qu’entre un homme du peuple et un « savant », c’est-à-dire peu de chose. Georges Gougenheim en fournit de bons exemples avec flot, que les « personnes dites cultivées », frottées de latin comme Ménage, font dériver de fluctus, alors que le mot naturalise au 12e siècle, sous la forme fluet puis flot, un francique flôd21, et avec écaille, du francique skalia (tuile, ardoise), rattaché intuitivement au latin squama, dont il emprunte la signification. N’est-ce pas là une démarche d’étymologisme spontané tout à fait naturelle ?

  • 22 « Nous errasmes par mer... » (Ogier d’Anglure, Voyage de Jherusalem, 14e siècle).

31Ce qui est intéressant dans ces « erreurs » de rattachement n’est pas l’erreur mais sa vérité. L’histoire du vocabulaire français est pleine d’enseignements sur la force des analogies et leurs répercussions dans l’usage des mots et l’évolution des significations. On appelle cela « homophonie » (rivière est apparenté à riuus dans les gloses médiévales), « contamination » (errer, marcher, prend la valeur d’erreur, bien qu’étant issu d’iterare, voyager22), « croisement » (selon certains romanistes, otage dériverait à la fois d’obses, otage, et d’hospes, hôte), « captation » ou « attraction » (écuyer est attiré dans la série « equus » d’écurie, écuyère, bien que n’ayant rien à voir à l’origine avec le cheval), etc. Dans tous ces cas, l’analogie vient d’une proximité de sens ou de domaine d’usage jointe à une ressemblance de prononciation.

  • 23 G. Gougenheim, « Quelques faits d’étymologie seconde », Études de grammaire..., p. 229-233.

32L’étymologie par analogie est, au fond, celle qui nous arrange le mieux. D’où son succès. Un terme se trouve-t-il isolé, le besoin se fait sentir de le « remotiver » par rattachement à une série en fonction : c’est ainsi que tourbe (du latin turba), simple foule encore chez Ronsard, s’est péjoré en se fondant dans tourbe (du francique turba), sédiment de marécage (Charron : « Le peuple, nous entendons icy le vulgaire, la tourbe et lie populaire » ; Hugo « Tourbe, foule, hommes faux, cœurs morts, races déchues »). Écoutons G. Gougenheim : « Les faits d’étymologie seconde, autrefois considérés comme de simples accidents sous le nom d’étymologies populaires, font apparaitre dans les changements sémantiques l’action d’éléments formels qui provoquent la recherche d’une nouvelle motivation »23.

  • 24 J.P. Chambon, « Remarques sur la notion d’étymologie populaire », TRANEL, 11, Université de Neuchâ (...)
  • 25 Ibid. p. 40.

33Ne sommes-nous pas au cœur de l’étymologie sociale : les raisons d’être des signes, les sources du sens ? Au lieu d’être considérées comme un phénomène marginal, les motivations populaires, mêmes « secondes » par rapport à un étymon supposé initial, révèlent la nécessité de fonder les signes dans leurs valeurs actualisées. Loin de voir dans ce type d’étymologie un « phénomène pathologique » (Saussure), un « rapprochement arbitraire » (Hjemslev) ou même une simple « erreur de parole » (Vendryes), des étymologistes comme John Orr et Jean-Pierre Chambon font, avec l’intérêt porté aux étymons populaires, « entrer en scène le sujet parlant »24. Un exemple : « Du point de vue du sujet parlant, écrit Jean-Pierre Chambon, péage est un dérivé de payer » ; ne sera-t-il pas également utile au linguiste du prochain millénaire de relever cette observation de locuteur natif et d’apprendre du savant que, pour l’administration carolingienne, ce serait d’un *pedaticum bas-latin supposé que viendrait le « droit de mettre le pied » ? Concluons avec J. P. Chambon : « La notion d’étymologie populaire désigne malgré elle et cache en même temps le concept de compétence lexicale »25. Interrogez cette compétence et vous trouverez souvent une multitude d’« inventions » qui révèlent en fait ce que chacun met comme histoire et rapprochements derrière le mot qu’il emploie. Pourquoi cela serait-il faux en soi ? Autant de locuteurs, autant de fantasmes sur les origines...

Des origines plurielles

  • 26 P. Guiraud, Dictionnaire des étymologies obscures, Paris, Payot, 1982, p. 64.
  • 27 M. Ruhlen, L’Origine des langues, p. 255-257.

34La multiplicité vient d’une part de la diversité des origines plausibles (bafouiller peut dériver tout aussi bien de baffe (la joue) et de la finale péjorative ouille que de barfouiller, forme franco-provençale, issue d’un préfixe bar (confus) et du verbe fouiller26) et de filiations archaïques dont les divergences auraient pu converger (d’où viennent homme et humain ? de la terre [IE *dhem-, *ghem-, *ghom-], comme le redit Paul dans sa première épitre aux Corinthiens, de l’esprit [IE *men-, sanskrit manas] ou, plus simplement, d’un primitif *mano-, sanskrit manuh, gotique manna, formes analogues aux désignations de l’homme dans certaines langues bantoues et amérindiennes27 ? L’homme, mâle et esprit tiré de la terre...). Elle vient d’autre part des « croisements » envisagés pour justifier ici un sens nouveau, ici une inflexion morpho-sémantique, là une exception aux lois d’évolution phonétique, là encore un doublement de sens ou de filière lexicale ; cette multiplicité fait qu’on peut s’interroger sur l’unicité recherchée à tout prix dans la science étymologique.

35Et si les sources étaient souvent davantage plurielles qu’on ne l’assure ? Historiquement plurielles ? A propos des textes christiques et bouddhiques, Odon Vallet utilise avec perspicacité une image fluviale :

  • 28 O. Vallet, Jésus et Bouddha. Destins croisés du christianisme et du bouddhisme, Paris, Albin Miche (...)

Pour retrouver la genèse de ces discours, il faut opérer tout un travail de reconstitution fort complexe. Car remonter aux sources, d’un récit comme d’une rivière, c’est donner toute sa valeur à ce pluriel, admettre qu’il n’y a pas une origine unique, un parcours rectiligne. Il en est des textes comme des fleuves ; on peut se perdre en conjectures sur le lieu de la « vraie source » [...]. Remonter aux sources, c’est reconnaître une pluralité...28

36On devrait dire des mots ce qui est dit ici des textes. « Origines » est quasi toujours au pluriel, dès qu’il s’agit de sens (et donc de forme). Et, dans ce pluriel, il faut inclure aussi ce qui n’est pas source linguistique.

Des origines non linguistiques

  • 29 P. Guiraud, Structures étymologiques du lexique français, Paris, Larousse, 1967, p. 65-92.
  • 30 P. Guiraud estime au quart du vocabulaire français la quantité de mots d’origine inconnue. Ibid., (...)

37Les mots sans étymon, d’où sortent-ils ? Pierre Guiraud a montré l’intérêt que peut présenter la notion de « structure onomatopéique »29. Il existe aussi nombre de termes « non conventionnels » ou à « étymologie obscure »30, sur lesquels, sauf exceptions, les dictionnaires sont réservés, voire silencieux. Ils ne font pas partie du schéma latiniste... Prenons ici un troisième cas, non onomatopéique, conventionnel à souhait et pourtant sans origine linguistique. Il s’agit des signaux de la grève. Avant le mot pour la dire, il n’y avait pas de mot. Qu’existait-il donc à la source de la communication qui l’ait déclenchée ?

  • 31 Verbes latins tricari (latin vulg. *triccare), biaiser, chicaner, pour tricher et trie, trudere (l (...)

38Les étymologistes ont éprouvé toutes les peines du monde pour trouver des racines linguistiques31 à des termes usités dans ce site d’emploi (le débrayage dans un atelier ou une fabrique) du 12e au 19e siècle, et peut-être encore aujourdhui, lors de grèves sauvages. La raison en est simple. Pour ces débrayages, la parole était de trop, les meneurs de grève finissant au bout d’une corde ou aux galères. Ni écrits ni prononcés, les mots d’ordre se transmettaient autrement. Par des signaux performatifs, dont certains sont devenus signes avec leur reprise en langue.

  • 32 « Il s’agissait d’un rapide roulement de la langue dans la bouche entrouverte [...], Jusqu’à la Ré (...)
  • 33 Signalons, à la suite d’É. Coornaert, qu’une partie des imprimeurs lyonnais où le « tric » s’est o (...)
  • 34 Citation tirée d’une annotation marginale explicative à l’article 34 des statuts des libraires col (...)
  • 35 Ordonnances de 1541 et de 1544 (tric : « entente dommageable à la chose publique »), condamnations (...)
  • 36 Lazare Sainéan, Les Sources de l’argot ancien. Le 19e siècle, Genève, Slatkine reprints, 1973, vol (...)

39Le cas le plus clair est celui de tric, signal de la « mise bas », de l’« interdiction de séjour », « de l’interdit de boutique [atelier] », de la « mise à l’index », de la « damnation » d’un patron par ses compagnons. Lorsque retentissait le tric, sorte de roulement aigu et continu de la langue en zone alvéolaire, lèvres à demi-fermées32, invisible et indétectable quant à son auteur, tous les métiers s’arrêtaient, et cela dans quelque pays que ce fût en Europe du Nord et de l’Est33. On devine la cohésion de l’« assemblée » (second sens de tric d’après Littré) qu’une telle convention suppose. Détenteurs de secrets, seuls certains historiens du compagnonnage ont évoqué ce genre d’étymologie. Cela donne dans le précieux Furetière, que reprendra Littré : « Tric, est un mot inventé par les Compagnons Imprimeurs, qui leur sert de signal pour quitter leur ouvrage, et aller faire débauche... » (Dictionnaire universel, 1690)34. Ce bruit de bouche noté en premier avec quatre lettres dans les lois françaises qui le sanctionnent35, a-t-il forgé un mot sans postérité ? Et si de lui venait justement la grève, nommée le « tric » du 15e au 17e siècle : strike en anglais – où trick signifie stratagème et tricky rusé –, trekk en hollandais, Streik en allemand, straik en polonais, strajk en slovaque... ? En argot français n’avons-nous pas le tricard, interdit de séjour, et le tric ou dric, ruse36... et aussi le truc, à l’origine manière secrète d’agir, savoir-faire professionnel encore aujourdhui ?

40La profération devait être accompagnée de gestes (to strike, frapper). Topez, taquez, frappez du plat de la main... et une autre grève surgit, plus ancienne encore, celle du taquehan, pratique attestée au 13e siècle. Beaumanoir en donne la définition dans ses Coutumes de Beauvaisis (1283) : « aliance faite contre le commun profit si est quand aucunes manières de gens fiancent [assurent] ou conviennent qu’ils n’ouverront [travailleront] plus à si bas fuer [salaire] comme devant..., ains [mais] croissent [augmentent] le fuer de leur autorité et s’accordent pour ne pas ouvrer à moins ». Faut-il voir dans le terme un ordre (« Taque, Han ! » suggère W. Von Wartburg) ou un geste et le bruit du plat de la main (le « taquin » était un frappeur), ou bien encore, reliant les deux, une expression du type « I take in hande » (je prends !) ou « Strike handes » (touche là !) pour reprendre des expressions citées par Palsgrave en 1530 ? Toujours « strike », liaison curieuse du taquehan et du tric... On ne peut, pour le moment, aller plus loin dans les hypothèses. Un croisement d’étymologies plurielles n’est pas loin, cimenté par la vie elle-même. Constatons simplement qu’à l’origine de ce genre de termes se retrouvent signaux de débrayage et messages secrets derrière le brouillard des langues.

  • 37 Sur tout cela, voir M. Tournier, Des mots sur la grève, p. 33-66.

41D’autres mots évoquent des cris, à fonction identique : ainsi hare, hari, haro, harelle au 12e siècle. Ces cris de foire ou appels au secours, à voix forte, selon Grandseignes d’Hauterive (« Souef [doucement] l’apele. N’avoit son [voix] de crier harelle »), cris de la traque et du harcèlement (harier, héryer chez Froissard), cris de meute (harasser les chiens, les rameuter), ont aussi servi à nommer l’appel à la « grève » (au sens de retour à la « place commune » pour y chercher un autre travail) : « Que les valets telliers [compagnons tisseurs] aillent à l’œuvre sans place commune ni harelle », dit une ordonnance de 1311. Faire grève s’est dit aussi « faire cloque », au 18e siècle (de cloex !, autre cri entrainant l’arrêt des métiers). Un rapport administratif de 1803 rapproche le mot de « coalition » : « Ces hommes [...] forment la coalition la mieux entendue [...] tous les tondeurs faisaient ce qu’on appelle cloque [...] cessaient tout travail et recevaient du reste des coalisés une paie suffisante pour les faire vivre ». On pouvait dire aussi, à la même époque, « faire pouf » (mais il s’agit peut-être là d’un substitut – comme « machin » – qui remplacerait un mot tabou)37

42D’autres signaux ou signes de reconnaissance sont encore mentionnés ça et là : ainsi forger un « fer d’argent de petite valeur », chez les maréchaux-ferrands, et le porter au chapeau (« coutume analogue au tric », écrit Martin Saint-Léon) ; ainsi de divers « hurlements » (selon l’appellation rapportée par Agricol Perdiguier) qui caractérisaient les chiens (charpentiers Soubises), les loups (tailleurs de pierre Enfants de Salomon) et les loups-garous (tailleurs de pierre Enfants de Maitre Jacques) et de divers sifflements, dont certains auraient encore été entendus sur des chantiers du bâtiment en Mai 68...

43Cet exemple de quelques appels au débrayage n’avait pour but que de montrer la vanité d’hasardeuses reconstitutions d’étymons « de langue » (*triccare, *trudicare...) : la langue ne se source pas toujours dans la langue. Il met aussi en évidence la nécessité de fouiller les corpus d’attestations les plus larges possible à la recherche des valeurs sémantiques attachées aux signes de la vie populaire.

Des valeurs sémantiques

44Le structuralisme théoricien, en s’efforçant – aux fins de construire une linguistique autonome et des « langues » systémiques – d’éliminer le bruit de l’histoire, du dialogisme (présence perpétuelle de l’autre dans le discours), de la situation et de l’énonciation qui lui répond, des intentionnalités du sujet psychologique ou social, en réalité éliminait le sens. Pour s’en approcher au plus près – une fois effectué le travail de compétenciation du linguiste sur les étymons possibles, sur l’histoire, sur la société, les rapports et les enjeux de pouvoir, sur les sites d’emploi des mots, etc. – rien de tel qu’en venir à l’examen des « valeurs sémantiques » charriées par un texte. Mais qu’entendre par ce terme ?

  • 38 M. Bakhtine, Le Marxisme et la philosophie du langage, Paris, Éditions de Minuit, 1977, p. 143.
  • 39 Ibid., p. 151.
  • 40 Les traducteurs préfèrent le mot « thème », voire « unicité thématique » (M. Yaguello), ou bien pa (...)
  • 41 Ibid. p. 150.
  • 42 Là aussi les traductions varient. On rencontre aussi : « accent de valeur », « accent appréciatif  (...)
  • 43 Ibid. p. 150-151.

45Mikhail Bakhtine opère une distinction fort avisée entre trois types de valeurs au sein d’un signe. Les critères en sont simples. La signification représente le minimum sémantique permanent sans lequel une langue ne pourrait exister. R. L. Wagner parlait à ce propos de « noyau de sens », et les dictionnaires s’en approchent souvent avec leurs « définitions ». « Par signification nous entendons les éléments de l’énonciation qui sont réitérables et identiques chaque fois qu’ils sont réitérés »38. Rien de plus fragile, en fait, et ce ne sont pas ces conventions qui fondent les énoncés en situation. « La signification, élément abstrait égal à lui-même, est englouti par le thème et déchiré par ses contradictions vivantes, pour revenir enfin sous la forme d’une nouvelle signification, avec une stabilité et une identité toujours aussi provisoires »39. Un énoncé, au sein de ses conditions de production, prend sens en contexte ; le sens40 est alors ce qui, dans le signe effectué, est unique, circonstancié : « Le thème de l’énonciation, tout comme l’énonciation elle-même, est individuel et non réitérable. Il se présente comme l’expression d’une situation historique concrète ayant donné naissance à une énonciation »41. Une appréciation ou accentuation42 nuance moralement ou affectivement, la plupart du temps, cette matière sémantique mise en jeu par le discours social ; elle est à la fois constante, puisqu’elle va jusqu’à s’originer au cœur même de la signification, et située, puisqu’elle peut se révéler à la surface dans les marqueurs d’un discours. Autant que des connotations immédiates, elle rend compte des jugements de valeur qui accompagnent d’ordinaire les mots. Le jugement évolue-t-il, c’est toute une série de sémantismes qui peut s’en trouver déstabilisée : « Le changement de signification est toujours, en fin de compte, une réévaluation. [...] L’évolution sémantique dans la langue est toujours liée à l’évolution de l’horizon appréciatif d’un groupe social donné »43.

46Cette distinction reviendra tout au long de cet ouvrage ; nous y parlerons dans les termes de Bakhtine, sans toutefois en faire le cadre de notre réflexion. On peut rencontrer, en effet, ces types de valeurs, mêlés, aux trois niveaux de la perception du sens en discours sur lesquels doit s’exercer, à notre avis, toute recherche en étymologie sociale : l’hypo-discours des pré-requis originels, définitionnels et mémoriels, le co-discours des référents, des contextes et des cotextes, l’hyper-discours du sens créé et du désir d’agir sur l’autre révélé par le texte. Car on ne parle à l’autre qu’avec du déjà-là ; on ne parle qu’avec du partagé ; on ne parle qu’avec du motivé.

L’hypo-discours

47Si l’on entend par « signification » le noyau sémantique constant que possède toute effectuation d’un signe (et non un « signifié de puissance » théorique qui recouvrirait tout l’éventail de ses virtualités), il existe d’abord au cœur du signifié le minimum obligatoire pour que les mots d’un discours soient de la même langue : ce signifié minimal constant est formulable dans l’élaboration d’un dictionnaire ou dans le cernement d’un prototype. On pourrait parler à son propos de valeurs définitionnelles. Celles-ci font partie des pré-requis du sens. Certes, pour les atteindre, des enquêtes sociolinguistiques en vue du choix ou de l’établissement d’un prototype seraient préférables à la consultation des dictionnaires. Mais, de telles enquêtes n’existant qu’à peine, ces derniers constituent des témoins de langue valables, sinon fiables dans l’absolu. A plusieurs conditions toutefois : savoir que tout dictionnaire « de langue » est archaïque (à cause du corpus d’attestations « littéraires » et « classiques » sur lequel il s’appuie, à cause de la tradition de recopiage qui accentue les transmissions aux dépens de la néologie, etc.), savoir aussi que tout dictionnaire, répertoire des stabilisations sociales donc code idéologique, est un miroir où une certaine conception de la société se construit dans l’éparpillement de l’ordre alphabétique (conception du commanditaire ou résultante d’un consensus de l’équipe éditoriale), savoir enfin que, en fonction de tout cela, le dictionnaire a, le plus souvent, tendance à n’attester et ne diffuser que les valeurs dominantes d’une tradition ou d’une époque. C’est ainsi que l’appréciation qui hante au 19e siècle les tensions sociales de la grève ouvrière se traduit au niveau des désignants par une négativité généralisée : la coalition est honnie comme anti-sociale, le gréveur devenu gréviculteur puis gréviste est un fainéant ou un anarchiste, le peinard n’est plus l’homme de peine, ni même le gréviste (attablé, bien entendu, au cabaret) mais celui qui n’a plus rien à faire, la débauche n’est pas le contraire de l’embauche et le débauché, depuis longtemps, n’est plus un chômeur... Qui juge qui, dans la langue-en-soi ?

  • 44 A. Darmesteter, La Vie des mots, p. 45.

48Bien d’autres pré-requis se mêlent plus ou moins à ces définitions (orientées), qui font nos références officielles. Il y a d’abord les valeurs originelles ou ce qu’il en reste : le performatif de l’arrêt dans tric (strike), l’image du gravier de la plage ou de la place dans grève, celui qui entre le « premier » dans prince, le « père » dans pape, le « surveillant » dans évêque, le vieillard dans prêtre, le sein qui allaite dans femme, le masque de théâtre dans personne, le chevalet de torture dans travail, le crible dans crise, le moule dans réforme, le point d’appui de la marche dans base, le souci et le manque dans besogne, le feuillage dans logement, la racine dans radical, la division en deux dans discorde, le couchant du soleil dans Europe, la naissance dans nation, l’inférieur dans ministre et le supérieur dans maitre, montrer du doigt dans dire, l’acte de découper dans temps, enfoncer une borne dans pays ou fixer les choses dans paix, celui qui mange à la « gamelle » militaire dans trublion, celui qui se plie en deux tel le pli qu’il doit remettre dans diplomate, celui qui recouvre une espèce entière dans général, celui qui marche en tête de colonne dans colonel, le remplaçant dans lieutenant, l’homme payé dans soldat, etc. Ces sèmes, tellement atténués dans l’arrière sémantisme du mot qu’ils en arrivent à disparaitre, constituent le résiduel de la qualité fondatrice du signe au plus loin que l’on ait pu remonter. Que reste-t-il du sillon tracé droit délimitant l’intérieur et l’extérieur d’un territoire dans les noms du chef, rex, rix, radja, roi ? L’idée de chef est déjà une évolution. Le décalage entre la valeur supposée de l’étymon et la signification du signe est souvent énorme ; l’étymologie ne dit plus qu’un à-côté de la signification, tant il est vrai que « le déterminant qui sert à dénommer l’objet n’en exprime pas nécessairement la nature intime. Le nom n’a pas pour fonction de définir la chose mais seulement d’en éveiller l’image »44. Pourtant la recherche de ces traces sémantiques à partir des parentés-origines formelles n’est pas vaine reconstitution ; elle permet de fixer un point de départ, au moins provisoire, voire hypothétique, à l’histoire française d’un signe.

  • 45 Des mots sur la grève, p. 181-205.

49Cette histoire se charge, tout au long de son progrès (au sens étymologique concret de « marche vers l’avant »...), d’une multiplicité d’autres valeurs dont il reste des bribes socialement partagées ou/et individuellement assumées. Nous les nommerons valeurs mémorielles : signes et énoncés déjà vus ou entendus, représentations sociales et mythes inculqués, appréciations, colorations et connotations antérieures à l’instant énonciatif, expériences personnellement vécues, mémoire réactivée. Les mots d’un discours viennent de réponses données à des questions antérieures. Ils sont « déjà-habités », disait Bakhtine. Les exemples sont nombreux. N’est-ce pas à cause de fantasmes hérétiques ou racistes que la couleur jaune a pu stigmatiser les briseurs de grève45 ?

  • 46 Il ne faut pas manquer de signaler aux étudiants la possibilité de consultation par internet de la (...)

50On trouvera ces fantômes qui hantent les signes en confrontant toutes les attestations que l’on peut rassembler dans un corpus le plus ouvert possible, mais cadrées par leurs situations d’énonciation et classées à l’intérieur d’« états de parole » disait R. L. Wagner, c’est-à-dire de strates historiques délimitées et limitées. D’où le recours aux fichiers d’attestations et datations les plus divers (tels DDL et BORNEO à Nancy) et, bien sûr, aux banques de données textuelles46.

Le co-discours

  • 47 Jacqueline Authier-Revuz, « Hétérogénéité montrée et hétérogénéité constitutive : éléments pour un (...)
  • 48 Discours rapporté sans guillemets, le « ce qui va de soi » communiste est l’ensemble des stéréotyp (...)

51Ce « dialogisme » que M. Bakhtine voit à l’intérieur des signes de la langue entre leur signification et leur passé, il le voit également entre le parleur et ses écoutants, entre parleurs dans le dialogue, entre je et soi devenu l’autre dans le monologue, entre je et le groupe virtuel de référence, entre surtout les divers « parlers » qui « s’intersectent » dans la même langue nationale47. Le texte se construit sur, avec, contre d’autres textes, établissant des relations de concordance ou discordance, d’infiltration ou de rejet, de symbiose ou de concurrence, qui font la vie propre à un énoncé. Nous parlerons, à propos de ces relations, de valeurs situationnelles. L’exemple le plus patent de ce co-discours en situation est peut-être donné par Bakhtine lui-même. Prenez mes livres – semble-t-il dire parfois – et lisez-les « dialogiquement », faites la part entre mon message propre et le « skaz »48 marxiste dans lequel il est volontairement inséré. N’ont-ils pas deux auteurs, l’apparent, signataire du skaz (Volochinov, Medvedev...), et le vrai, propagateur, sous couvert de la censure, du message original bakhtinien ? Mais, si l’on s’efforce d’opérer un tel partage dans l’œuvre de Bakhtine, on se heurte vite à de l’inappréciable, triple jeu entre stéréotypes, originalités et formulations résultantes, qui aboutit à un texte jongleur où l’on ne sait plus si c’est Marx, Staline, Volochinov ou Bakhtine qui est anti-idéaliste, anti-freudien, anti-formaliste, voire anti-futuriste... « Le style, c’est l’homme, reprenait Bakhtine, mais nous pouvons dire au moins deux hommes ». Et il ne s’agit pas que de l’interlocuteur du face-à-face. Où est « je » dans ce que, moi, je dis ?

  • 49 Sur le concept de « corpus clos », voir M. Tournier, « De la politique à la lexicomélrie », Inform (...)

52De la situation dépendent aussi les relations aux référents actuels du discours (individus, groupes, objets, notions, évènements...) ; on peut les mettre à part sous le nom de valeurs référentielles. Elles représentent les relations, toujours complexes car toujours revisitées ou reformulées, entre les dénominations et les existants sociaux ou matériels. Toutes ces valeurs sont saisissables dans un corpus de textes clos et comparatif, dont l’interprétation est liée aux hypothèses de recherche qui ont servi à le constituer49.

L’hyper-discours

53Il se situe au niveau du texte réalisé, lequel révèle, dans la confrontation des mots, liaisons et silences qui le composent, un double projet sur le sens et sur l’écoutant ou le lecteur, intentionnalités s’inscrivant dans une stratégie, en vue de représentations à communiquer, de réponse à la question posée par la situation qu’on affronte, de prise ou de maintien d’un pouvoir. Bref il veut être le créé du discours. On peut l’atteindre, connaissant les valeurs précédentes mises en jeu, à travers un corpus clos et homogène, à examiner dans ses suites argumentatives ou ses associations syncrétiques. C’est prendre le discours dans sa séquence ou dans la globalité de son texte. On parlera alors de valeurs séquentielles ou textuelles.

54Les valeurs séquentielles sont à rechercher dans la séquentialité du pas à pas des énoncés, les relations morpho-syntaxiques des mots et l’agencement logique ou paralogique des énoncés ; les valeurs textuelles à saisir dans l’épaisseur du texte globalisé, à travers l’étude systématique des contextes cumulés, donc des fréquences et des cofréquences. Celles-ci font plus particulièrement l’objet de la statistique textuelle – ou analyse « lexicométrique » – que nous avons pratiquée au laboratoire de Saint-Cloud.

  • 50 Cf. M. Tournier, « Texte propagandiste et cooccurrences. Hypothèses et méthodes pour l’étude de la (...)
  • 51 Ibid. p. 156. Voir Serge Tchakhotine, Le Viol des foules par la propagande politique, Paris, Galli (...)

55Il y a en effet, deux manières – certainement concomitantes et mêlées dans la réalité – d’appréhender ce moment d’énonciation que nous appelons « texte ». La première consiste à être attentif à son « sens primaire » subi, en entendant par là les sensations, affectivités et images immédiates qui nous pénètrent au moment de la rencontre avec ce texte. Irraisonnées, voire irrationnelles, c’est-à-dire non passées au crible d’une interprétation et, encore moins, d’un décodage critique, elles sont le projet même du « propagandisme »50, c’est-à-dire de cette volonté inavouée chez le parleur de faire sentir (et agir) sans faire réfléchir ; elles font l’objet de répétitions, d’insistances, de rythmes, de stéréotypes, de liens statistiques – pas toujours visibles dans la linéarité de l’énoncé – qui peuvent appeler en mémoire des déjà-là suscitant certains réflexes mentaux. Car « cet effort trouve ses alliés au fond de nous, pulsions fondamentales, symboles déclencheurs, leviers psychiques... »51 Elle est, à la limite, ce qui reste du discours quand on n’y pense plus : une impression valorisée.

56La seconde manière d’appréhender un texte est d’en rechercher le « sens élaboré ». Sa réception ne se trouve plus hors contrôle ; la perception du dit s’y soumet, d’une manière ou d’une autre, à la raison interprétative, laquelle prête attention aux référents réels, à la nature grammaticale des mots, aux enchainements syntaxiques et aux logiques au moins apparentes. Elle ressort du domaine de la réflexion et de l’analyse des rapports entre places, alors que l’appréhension du sens primaire a plutôt affaire avec l’immédiat et le latent, le syncrétique et le cumulatif. L’exégèse se veut rationnelle ; la propagande, elle, joue sur l’inattention et l’imprégnation.

57Un programme d’étymologie sociale ne peut donc se contenter de repérer les significations linguistiques, les suites logiques ou les effets rhétoriques de l’art de persuader. Les mots sont habités d’origines formelles, plus ou moins fabulées, d’histoire, plus ou moins fantasmée, d’inculquations (scolaires et autres) plus ou moins intégrées, d’héritages transmis et d’expériences vécues : les pré-requis de l’hypo-discours. Ils répondent à des situations présentes où une intertextualité permanente tisse, dans la trame de leur mise en contexte et de leurs référenciations, un réseau complexe où s’élabore un discours propre autant à autrui qu’à soi-même : fondamentale diversité du co-discours dans l’unicité d’une parole. Ils aboutissent enfin à un créé, hyperdiscours d’un message interprétable dans ses stratégies et ses représentations propres et, par delà, ses intentions et, bien sûr, les fonctions qu’il vient remplir dans l’échange public. Car le sens d’un mot, c’est aussi de jouer un rôle social.

Des fonctions politiques

58À quoi les mots sont-ils bons, dans le jeu politique, les noms et adjectifs en particulier ? À étiqueter, à thématiser, à marquer, à agir, à échouer ou faire échouer. Pour parler de façon simpliste : dans le premier cas, le signe est au service (en positif ou en négatif) de son référent : il s’explique ainsi lui-même ; dans le second, il est au service de l’énoncé : il s’y impose comme thème discursif ; dans le troisième, il signale, renforce, stigmatise ou colore d’autres éléments du discours ; dans le quatrième, il est directement au service de la situation : il est acte en soi, par sa profération même ; dans le cinquième enfin, il n’est au service de rien, ce qui ne veut pas dire de personne : son rôle est d’annuler.

  • 52 Sur ces deux termes, voir Chaïm Perelman, L’Empire rhétorique, Paris, Vrin, 1977 et C. Perelman, L (...)
  • 53 Jean-Jacques Robrieux, Éléments de rhétorique et d’argumentation, Paris, Dunod, 1993, p. 4.

59Nous laisserons de côté, provisoirement, l’importante « fonction argumentative », au jeu si complexe entre le désir de convaincre et celui de persuader52, qui fait appel, au-delà de la lexicologie et de la rhétorique, à la logique discursive ou à son apparence et à la morpho-syntaxe de la langue. Nous avons vu que ni le cri de guerre ni l’ordre aussitôt obéi ne sont en soi de la parole politique. Celle-ci nait avec le besoin de persuader, c’est-à-dire montrer un raisonnement plus que démontrer par un raisonnement. Tout au long de la chaine énoncée se mettent en place des processus captatifs, démonstratifs ou pseudo-démonstratifs qui sont là pour entrainer l’adhésion du récepteur aux mots ou au geste qu’on attend de lui. « C’est en apprenant comment un message est fabriqué, du point de vue du style, des arguments et des structures, qu’on en saisit véritablement le sens au-delà des apparences »53.

60Ce champ de l’« argumentation », dominant et labouré depuis des lustres, demanderait un long développement. Nous nous attacherons ici, toujours dans le domaine de la persuasion politique, à quelques autres fonctions auxquelles les mots obéissent.

La fonction « étiquette »

61Dans le maquis des désignations floues de la chose politique, cette fonction inclut tout ce qui affiche, unifie et officialise. Cela commence par la conceptualisation ou utilisation d’un mot existant ou d’une souche lexicale connue (bien plus rarement néologique ou empruntée) pour définir une pensée d’apparence structurée et stabilisée. Le mot devient un point de fixation idéologique ; j’entends par là qu’il dégage l’idéologique du tout-venant des emplois. Non seulement il se fonde sur un ensemble cohéré de représentations sociales, mais on peut parler en son nom. Il a acquis un statut légitimant en devenant structurant.

  • 54 Cf. Marie-France Piguet, « Classe ». Histoire du mot et genèse du concept, des physiocrates aux hi (...)
  • 55 Le Tableau économique de Quesnay date de 1759.

62Prenons l’exemple du mot classe à la fin du 18e siècle, au moment où, chez les Physiocrates, il devient mot-concept54. Les « classes » multiples (des pauvres, des tabellions, des prostituées, des bourgeois de ville, des charpentiers, des coupe-bourses, des vendeurs de coco, des talons-rouges, etc.) ne faisaient pas système. Chez Quesnay, elles se réduisent à trois sur un seul critère et selon un seul point de vue : le rôle économique de l’homme dans son rapport à la terre, source de toute richesse. Les économistes distinguent ainsi, au milieu du 18e siècle55, la classe des propriétaires terriens, celle des producteurs qui exploitent la terre et une classe dite « stérile » ou « stipendiée », qui ne fait que transformer ou vendre et se trouve donc payée par les deux autres. Exemple d’émergence, dans le fouillis des emplois, d’un terme-concept qui organise le social et explique l’histoire. Il en sera de même au siècle suivant lorsque Proudhon et Marx prendront le travail pour source des richesses : il y aura ceux qui commandent la production pour en tirer profit et ceux dont la force de travail est payée pour la faire. Leur antagonisme fera l’histoire.

  • 56 Des mots sur la grève, p. 265-272.
  • 57 Marc Angenot, « Malaise dans l’idée de Progrès, 1889 », Mots, 19, juin 1989, p. 5-22.
  • 58 Les noms de parti, combinaison de labels, peuvent être analysés de ce point de vue. Cf. Des mots e (...)

63Labellisation. La tentation est forte d’utiliser ce genre de nom pour le transformer en étiquette politique. Certes, en dehors du « classiste » marxiste, ce ne fut pas le cas de classe. Mais c’est celui de progrès, devenu concept socio-historique au 18e siècle puis mot fixateur d’un mythe optimiste (d’où les progressifs puis progressistes du milieu du 19e)56, et, encore aujourdhui, « mot-fétiche »57, malgré ses fluctuations au tournant des 19e et 20e siècles. C’est aussi le cas de communisme (utopies de la mise en commun à la fin des années 1830) et de socialisme (conceptualisé autour de la « question sociale » au début de la même décennie). Le mot devient le label de regroupements idéologiques ou politiques58. Investi et magnifié, déformé, disputé ou rejeté, il est désormais la proie de l’histoire.

  • 59 Sur la construction de « l’ennemi politique », cf. Murray Edelman, Pièces et règles du jeu politiq (...)

64... Au point de servir, parfois en même temps, de « contre-label », étiquette jetée au visage comme une insulte. Un ensemble de termes négatifs servent alors à construire « l’ennemi politique »59. Communiste et communisme ont longtemps joué ce rôle, échappant aux valeurs définitionnelles de leurs origines, puisque Proudhon, ennemi des utopistes et de tous les « sectaires » inventeurs de communautés, a été lui-même taxé de « communiste », et cela avant que Marx ne s’empare du terme, renversant ses connotations, péjoratives en français, dans le titre de son Manifeste de 1848. Le terme se charge alors d’autres valeurs et fonctions.

  • 60 « Oui, je suis Communiste ! » Procès de M. Cabet contre Le National, juin 1941. Même jeu chez Prou (...)
  • 61 Des mots sur la grève, p. 181-205.
  • 62 J. P. Sartre, Situations 3, Paris, Gallimard, p. 237.
  • 63 Cf. A. Geffroy, « Sans-culotte », Dictionnaire des usages socio-politiques, vol. 1, Paris, Publica (...)
  • 64 G. Périès applique la notion de « re-torsion » non seulement à une dénomination mais à tout un dis (...)

65Il peut se produire ainsi des renversements d’usages, par bravade, provocation ou volonté de prendre au mot le consensus dominant. Pour communisme, cela a commencé avec Cabet, lequel se targue du label infamant qu’une campagne de presse a voulu lui accrocher60. Proudhon fait de même avec anarchie ; la canaille devient « sainte », etc. En 1902, Biétry a tenté en vain de reprendre à son compte l’insulte jaunes pour en faire le drapeau des non-grévistes et de leur « Fédération nationale des Jaunes de France »61 ; Les écrivains de la négritude ont, eux, réussi à relever l’insulte comme un défi : « Le nègre, écrit Sartre, ne peut nier qu’il soit nègre. Aussi est-il acculé à l’authenticité ; insulté, asservi, il se redresse, il ramasse le mot qu’on lui a jeté comme une pierre... »62 Le Pen, après Haider en Autriche, cherche aujourdhui à retourner populiste... Nous avions nommé ce phénomène de revirement volontaire, chez le destinataire devenu émetteur, des évaluations et désignations par les termes de « revectorisation » ou « retournement d’étiquette ». Depuis, d’autres analystes ont proposé des mots moins compliqués : « retournement énonciatif » chez Annie Geffroy (lorsque l’injure sans-culottes devint un mot respectable, voire valorisé)63, « rétorsion » chez P.A. Taguieff, « retorsion » chez Michel Winock et Gabriel Périès 64 Nous nous rallierons volontiers à ce dernier terme qui est simple, imagé et non encore « occupé ».

66Qu’ils désignent un concept socio-politique, qu’ils habillent un parti (en bien ou en mal), qu’ils soient tordus et retordus dans la polémique, qu’ils passent d’une désignation à une autre, d’un propriétaire ou occupant à un autre, d’une appréciation à une autre, les noms de ce type ont pour fonction (essentielle) de labelliser les actants de la vie politique. Suivre leur histoire, dans l’analyse conjointe des discours et des référents, ne serait-ce pas proprement écrire l’histoire politique ?

La fonction « thème »

  • 65 «Les chances du Socialisme démocratique. Contribution présentée par les Amis de Michel Rocard », C (...)

67On entendra ici par thématisation l’apparition ponctuelle ou réitérée dans le texte d’un élément ou groupe d’éléments fortement accentué. Prenons le cas où cette thématisation est ponctuelle, c’est-à-dire cible un instant précis de l’énonciation. Nous la voyons particulièrement mise en valeur par ce que nous appelons à Saint-Cloud un « coup de poing fréquentiel ». Le phénomène est donc assez rare et brusque, réservé à un moment argumentatif choisi, concentré en peu de place, imposant un rythme précipité. Nous prendrons pour exemple la brochure Convaincre du courant Rocard, préparatoire au congrès socialiste de Rennes (mai 1990)65. Deux thématisations y semblent bien faites exprès pour être remarquées. Et en contre-feu d’une motion concurrente, issue du courant Fabius, qui s’intitule et donc s’approprie égalité, vieux terme guesdiste marqueur de gauche, le texte rocardien donne (p. 16) un coup de poing fréquentiel dans un paragraphe intitulé justement « Égalité », soit 9 occurrences en 2 phrases et 7 lignes. Tout à la fin du même texte, pour contrecarrer cette fois ceux qui affirment que le rocardisme ne fait plus de différence entre politiques de gauche et de droite, l’énoncé impose à 15 reprises le mot « différence » dans 14 phrases à la suite, véritable litanie d’exorcisme. Égalité et différence obéissent ici à une tactique de thématisation ponctuelle délibérée, preuve s’il en était besoin que l’appropriation des mots est bien l’un des enjeux du discours politique.

  • 66 Cf. Des mots en politique, p. 62.

68Dans la thématisation réitérée, la fréquence ne vient plus en coups de poing mais avec une régularité certaine dans sa distribution. Ainsi un mot comme décadence singularise un certain discours pessimiste d’extrême-droite. Inlassablement répété, chez Le Pen par exemple (à 24 reprises dans la brochure Les Français d’abord de 1984), il impose un thème par sa constance, par la série de ses équivalents (déchéance, déclin, décomposition, défaite, dégénérescence, dégradation, démission, désastre, désordre, etc.)66 et par leur commune relation aux mots qui les entourent.

  • 67 En entendant par ce terme non pas la recherche des seuls slogans figés mais celle de tous les phén (...)
  • 68 Cf. « Texte propagandiste et cooccurrences. Hypothèses et méthodes pour l’étude de la sloganisatio (...)

69Car, de manière plus complexe, la thématisation peut affecter toute une grappe de mots, voire plusieurs. Elle devient même si prégnante que le texte en est, pour ainsi dire, tramé. Cette multiplication de répétitions associatives est un aspect de ce que nous appelons, à Saint-Cloud, la sloganisation67. Se figent, en effet, de vrais stéréotypes textuels imbriqués qui alourdissent le discours mais entendent pénétrer en mémoire par la redondance et le figement68.

  • 69 Des tracts en Mai 68. Mesures de vocabulaire et de contenu, Paris, Presses de la FNSP, 1975, rééd. (...)
  • 70 Méthodologie de Pierre Lafon, développée sur micro-ordinateurs par André Salem et sur internet par (...)
  • 71 Cf. M. Tournier, « Approche d’une définition statistique des cooccurrences de vocabulaire », Wisse (...)

70Compactisation textuelle et répétition stéréotypique sont statistiquement décelables. Une recherche ancienne faite à Saint-Cloud sur les tracts d’extrême-gauche en Mai 6869 a permis de distinguer automatiquement des émetteurs hyper-sloganisés (maoïstes de l’UJCml, trotskystes de la FER, PCF) et des casseurs de slogans (situationnistes, trotskystes de la JCR). Il ne suffit plus dès lors de faire porter l’analyse lexicométrique sur chaque forme d’un corpus ; c’est la grappe elle-même, dans son figement, qui devient objet de mesures. Des programmes70 informatiques répondent à ce type d’analyse en prenant pour unités de comptage segments répétés et paires ou couples de mots en cooccurrence71.

  • 72 Cf. Olivier Reboul, Le Slogan, Paris, Éditions Complexe, 1975.

71Cette sloganisation ne ressortit ni n’aboutit forcément au slogan72. Ce type d’énoncé, court, scandé, isolable mais diffusé à répétition par tous les canaux de communication disponibles, joue à la fois le rôle d’étiquette et de thème. Véritable bannière lexicale, il est le mot ou le syntagme fédérateur, en négatif comme en positif, qu’on s’efforce d’infiltrer, d’imposer en mémoire. Il construit une appréciation bousculante ou rassurante. Rappelons-nous les slogans contestataires de Mai 68 (« CRS, SS », « Élections, piège à cons ! »...) et les consensuels des élections présidentielles, unificateurs de campagne (« Le changement dans la continuité », « La force tranquille »...) Leur rôle est de « frapper » (le slogan est un Schlagwort) aux fins d’entraîner l’adhésion sinon vraiment l’action, qu’ils accompagnent plutôt qu’ils ne la déclenchent, différant en cela des appels et des mots d’ordre, performatifs quant à eux (voir plus loin).

La fonction « marqueur »

72On a vu avec décadence que la thématisation d’un énoncé peut être le fait de marqueurs, en entendant par là des balises lexicales qui ponctuent volontairement l’énoncé. Celui-ci se révèle parsemé de mots dont le rôle, secondaire le plus souvent, est de s’attacher à certains éléments de cet énoncé à titre de déterminatifs et de qualificatifs, valorisants ou dévalorisants. Ces marqueurs peuvent être accentués fortement, afin de se rendre visibles, mis en avant, ou bien à l’inverse inaccentués, de façon à être ressentis sans s’afficher pour eux-mêmes dans le fil du discours, comme en retrait : nous parlerons à leur propos de marqueurs toniques ou atones.

  • 73 M. Tournier, « Stratégie des indices de rappel dans le face-à-face Chirac/Jospin », in Groupe Sain (...)

73Le marqueur atone évite de « durcir » la pâte du texte. Il n’est pas là pour se faire remarquer, mais pour signaler au passage les divers thèmes qu’il accompagne. Tel est le rôle de la différence, cette fois chez Lionel Jospin et lors du face-à-face qui l’a opposé à Jacques Chirac à la présidentielle de 1995. Nous parlerons dans ce cas d’indice de rappel73. Le balisage est généralisé, peu voyant mais obstiné. Pour contrer la stratégie de son adversaire, dont le discours visait à occuper centre et gauche (c’était le discours de la « fracture sociale ») et donc pour se faire une place discursive sur quasi le même territoire, L. Jospin souligne, chaque fois qu’il le peut, sa « différence ». Il essaie de reconquérir, ce faisant, une identité politique, alors que J. Chirac, se présentant sûr de la sienne, martèle son propre mot-clé, le « changement » (auquel, derechef, L. Jospin réplique en s’emparant du même mot). Les deux indices de rappel, l’un atone (différence), l’autre tonique (changement), se croisent ainsi dans une double tactique discursive pour imposer le sien tout en brouillant celui de l’adversaire.

  • 74 Des mots en politique, p. 42-43. Texte repris de SIDA’venture, Paris, Syllepse, 1989, p. 15-23.
  • 75 Des mots en politique, p. 145-149.

74Il est des indices volontairement plus accentués que d’autres. C’est qu’ils sont porteurs d’affects dont ils cherchent à infester leurs voisins (connotation de proximité). Telle est la fonction de la menace dans le discours lepéniste74. Nous parlerons dans ce cas d’imprégnation. Le mot n’est pas là pour lui-même mais pour la couleur qu’il confère aux mots qu’il accompagne et souvent précède dans l’énoncé. Renforcement connotatif négatif, un tel rôle joué par les mots de la famille « menacer » s’applique successivement au communisme, au fiscalisme, aux syndicats révolutionnaires, aux monopoles d’État, à la décadence, à l’explosion démographique du tiers-monde, à l’Union soviétique, à l’immigration, aux juges rouges, au chômage, etc. De l’ouvrage Les Français d’abord (1984) analysé sous cet angle, l’indice de rappel renforcé passe au laxisme moral, à la menace militaire communiste, aux immigrés surtout, enfin au sida (dans une brochure du Front national de 1988 : Le Sida menace notre société). Les programmes dont nous avons parlé plus haut peuvent aussi rendre compte de ces liaisons à courte distance. En effet des « nœuds de sloganisation » sont dégagés des graphes d’attirance automatiquement construits, et certains – c’est le cas de défense et de guerre chez Le Pen75 – introduisent dans son discours une redondance de la peur.

La fonction « acte »

75L’indice de rappel, qu’il soit identitaire (tel changement dans le discours chiraquien) ou argumentatif (nous avons vu le rôle de différence chez L. Jospin), ou, plus largement diffus, imprégnateur (c’est le cas du discours de la menace chez Le Pen), n’est pas là pour lui-même. Il s’insinue dans l’énoncé aux fins de « marquer » par contact d’autres termes. Très différente est la fonction vocative et performative des mots. Jouant ce rôle, ils deviennent eux-mêmes actes politiques par leur simple énonciation, acte d’appel, acte rituel, acte d’histoire ou d’immixtion dans le récit de l’histoire, acte de théâtre.

76Les expressions vocatives ont pour rôle de convoquer l’auditeur à l’écoute et, au-delà, à l’acte attendu de lui. Cela va de l’établissement de simples liens « phatiques » propres à attirer puis renouveler l’attention (« Écoutez ! » répète Robert Hue en répondant aux journalistes de télévision) et de l’interrogation rhétorique (« Pensez-vous que ? », « Que dirait-on si ? »), aux appellatifs nominaux qui embrayent les discours publics. La production de ces derniers dépend, plus que d’autres, des conditions de l’audition. On ne dit pas « Camarades ! » ou « Travailleuses, travailleurs ! » comme on dit « Mesdames et Messieurs ! », « Électeurs, électrices ! », « Françaises, Français ! » ou « Mes chers compatriotes », ni face au même public, ni dans le même lieu, ni selon le même média, ni pour la même occasion, ni avec le même système de rapports de forces, ni avec le même projet de persuasion ou la même accentuation, etc. Sauf provocation délibérée, l’appel s’ajuste à l’attente d’un public envisagé.

  • 76 Cf. Jean Le Dû, Yves Le Berre, « Parité et disparité : sphère publique et sphère privée de la paro (...)
  • 77 Cf. Des mots en politique, p. 175-185.

77Publics au pluriel, d’ailleurs ; c’est le vocatif qui les cible, d’entrée. L’orateur peut converser dans la « parité »76, tout proche de ses mandants (préau du village dont il est maire, réunion de militants de son parti) – et alors, avec les problèmes localement vécus, les mots du terroir, les allusions de clan, c’est le discours lui-même qui devient vocatif – ou bien il peut discourir dans la « disparité », devant le « trou noir » de la caméra, à l’instigation d’un micro impromptu – et c’est peut-être la langue d’instituteur, sinon le « français du dimanche », qui là disconvient le moins77. La plupart du temps, l’orateur politique joue de ces deux gammes ; son discours s’adresse à plusieurs publics et pratique, muni de vocatifs différents, marqueurs de niveaux, tantôt l’art de l’amplitude anonyme, tantôt celui du clin d’œil de connivence.

78Dans certains cas, le vocatif ne concerne pas un segment court, mais tout un texte. C’est le cas de l’Appel au peuple ou de l’Appel aux armes. Mais avec eux, nous entrons dans l’aire élargie du performatif.

  • 78 John Langshaw Austin, Quand dire c’est faire, Paris, Seuil, 1970.

79À la différence de l’énonciation « constative » qui ne fait qu’asserter quelque chose (statement) et pose donc le problème du vrai et du faux à propos d’un phénomène, l’énonciation « performative », d’après J. L. Austin78, consiste à « faire quelque chose par la parole elle-même » : l’exécution (performance) de l’acte de parole constitue en soi un phénomène à conséquences : dire, c’est faire. Comme le vocatif obligé, ce performatif s’insère dans un rituel ; il est souvent rituel en lui-même. Ce qui frappe dans son énonciation c’est d’abord la contrainte du préconstruit dans lequel il prend forme : procédure conventionnelle plus ou moins intangible et, à la limite, codée, ritualisation sociale dont les valeurs soient reconnues des assistants, logique de situation (« je le jure » a engagé Clinton plus loin qu’il n’aurait cru), système de pouvoirs définis et acceptés (seul un chef d’État peut dire, en étant suivi des effets attendus : « Je déclare la guerre » ; seul un juge habilité peut dire : « Je condamne » ; seul un président peut annoncer : « La séance est ouverte » ; seul un État peut décréter la « Mobilisation générale »), enfin théatralisation dans la mise en scène du performatif. Celle-ci entraine des formules certes non codées mais devenues au fil du temps quasi obligées. Ce figement rituel apparait, par exemple, lorsqu’un candidat doit annoncer officiellement qu’il postule à la magistrature suprême de la nation. « J’ai décidé d’être candidat à la Présidence de la République » (exemple : Raymond Barre, avril 1988) se nuance ainsi chez Édouard Balladur : « J’ai décidé de présenter ma candidature à la présidence de la République » (janvier 1995) et entraine des performatifs plus ou moins attendus, positifs quoique par étapes (« Je suis prêt à me porter candidat à la présidence de la République » (Jack Lang, mars 1994), voire négatifs (« J’ai décidé de ne pas présenter ma candidature à la présidence de la République » (Jacques Delors, décembre 1994). Ces performatifs portent à bout de mots l’histoire électorale elle-même. L’acte de voter et son dépouillement ne sont-ils pas faits de mots (noms propres, listes partisanes, déclaration officielle des résultats par le président de chaque bureau de vote, le maire puis par le ministre de l’intérieur) ? Le politique est bourré de performatifs rituels. Une fois prononcés, la chose est advenue.

  • 79 Cf. Jacques Guilhaumou, « La Terreur à l’ordre du jour », Dictionnaire des usages socio-politiques(...)

80Il en est d’autres qu’on pourrait nommer performatifs historiques. C’est avec le recul que l’on juge de leur activation en tant que créateurs d’évènements. De ce type font partie certaines décisions d’État qui empruntent la forme du slogan : « La terreur à l’ordre du jour », « La levée en masse », par exemple, sous la Révolution79 et, en général, tous les mots d’ordre et les appels mobilisateurs, préliminaires au déclenchement d’une action. Un certain rituel peut les accompagner, dans leur formulation et leur diffusion : un intitulé initial à majuscules (Appel, la plupart du temps, mais aussi Proclamation, Adresse, Avis, Manifeste, Lettre...), un vocatif en position d’attributif (« au Peuple », « au Peuple français », « aux Travailleurs », « à tous les citoyens », « à tous nos frères », « aux démocrates », « aux habitants de Paris », « aux Électeurs », etc., pour ne reprendre que des exemples de 1848), une diffusion médiatique forcée (bataille pour l’occupation des murs en 1851, facilement remportée par l’Appel au Peuple de Louis-Napoléon sur celui de Victor Hugo), une date devenue historique, comme le 2 décembre 1851.

81De ce type de performatifs font partie également des déclarations qui bouleversent toute contrainte, y compris légale ou diplomatique (un simple secrétaire d’État, à peine général, avait-il le « droit » de se dresser contre l’État en place, le 18 juin 1940 ?) Et pourtant de telles initiatives verbales inattendues ont reçu un grand retentissement : « J’accuse ! » de Zola ou « Vive le Québec libre ! » de De Gaulle ont ouvert, en France, une période idéologique ou diplomatique. Le performatif historique est un déclencheur d’événement par sa profération et sa réception mêmes. L’Appel au Peuple de L. N. Bonaparte a été le signal-acte d’un coup d’État ; le « J’accuse » de Zola celui d’un soulèvement intellectuel ; l’Appel du 18 juin celui de l’entrée en Résistance ; « Algérie française » le mot d’ordre du refus de la décolonisation, etc. Ils portent l’histoire, portés par elle. Ce qui les distingue des autres performatifs est le fait qu’ils sont reconnus, voire construits, parfois utilisés après-coup. On pourrait même faire la chasse aux performatifs historiques faux ou douteux fabriqués ultérieurement aux évènements pour les besoins d’une cause...

  • 80 Cf. Luce Petitjean, « Des présidentiables à l’impératif », L’Image candidate..., p. 171-182.

82On pourrait aussi faire la chasse aux performatifs de théâtre. Ils donnent des ordres de tous types, depuis « Allons, enfants de la patrie ! » ou « Debout les damnés de la terre ! » à « Dehors les sortants ! » ou « Votez pour un tel ». Ils peuvent conclure les appels au peuple par des appels aux armes. La plupart du temps, ils ne servent qu’à contribuer à la dramatisation de l’évènement. Ils adorent l’emphase oratoire : « Je condamne avec la dernière énergie, il ne saurait être question de, nous ne pouvons admettre, j’exige solennellement... » Ils font partie aussi de la mise en scène de l’injonction politique80.

83Pour quelques réussites, que faire des cas innombrables d’échecs ? Que de vocatifs qui n’ont convoqué personne, de performatifs rituels qui n’ont rien performé, de performatifs historiques sans postérité ou d’injonctifs qui se révèlent de simples exclamatifs ! Le théâtre pour le théâtre.

La fonction « échec »

84C’est la défaite du discours. Les mots ne semblent être au service de rien, tant sur le plan stratégique (on emploie un marqueur, on trouve un banaliseur), sur le plan dramaturgique (les mots ne construisent pas l’image souhaitée ; ni pour les idées, ni pour les hommes), sur le plan didactique (les mots sonnent le creux) que sur le plan communicationnel lui-même (le message ne passe pas et même ne dit rien). En quoi ces échecs constituent-ils une fonction ? Par le fait qu’ils jouent effectivement un rôle social – qui n’est pas celui qu’on aurait attendu d’eux – que cela soit ou non volontaire de la part de l’émetteur. Au lieu de parler d’une « fonction d’échec », peut-être serait-il bon de dire « contre-fonction ». Ne prend-elle pas souvent à revers l’une des fonctions politiques que nous venons d’évoquer ?

  • 81 Cf. M. Tournier, « Banalité spécifique dans le discours syndical. Adverbes et adjectifs de l’insis (...)
  • 82 A. M. Hetzel, J. Lefèvre, R. Mouriaux, M. Tournier, Le Syndicalisme à mots découverts. Dictionnair (...)
  • 83 La « banalité » est une notion statistique. Est banale toute forme ou toute lexie textuelle dont l (...)
  • 84 Sélectionnés à F (fréquence totale dans le corpus syndical) > 70.

85L’échec de l’agir stratégique se constate, par exemple, dans la banalisation. Elle prend à revers la mise en valeur. Le discours militant est coutumier du fait, et plus encore celui de la revendication syndicale81. Dans le cadre d’une étude consacrée au vocabulaire des résolutions votées pendant 20 années de congrès nationaux par les quatre confédérations ouvrières françaises82, une analyse des formes et des lexies d’emploi « banal »83 a mis en relief un registre d’adjectifs et d’adverbes dont plusieurs études précédentes (sur la révolution de 1848, sur le vocabulaire du Parti communiste...) avaient déjà fait état. Il s’agit de nombreux mots et segments textuels qui devraient, en principe, servir au renforcement du discours : indispensable, propres, mêmes, telles, importants, spécifique, importantes, efficacement, librement, véritables, constante, systématique..., de tous, nombre de, de toute, est indispensable, dans toutes, un véritable, de tout, notamment par, notamment dans, nécessaire de, une réelle, une véritable politique,84 etc. Que de marqueurs d’insistance qui aboutissent à ne rien imposer du tout ! Au lieu de réveiller l’attention, le renforcement permanent endort, comme un élément phatique manquant sa cible. Au lieu de spécifier, ce style perpétuellement surenchéri ne spécifie plus rien ni personne, sauf peut-être lorsque l’insistance redouble sur quelques mots ou segments particuliers : grand(e.s), efficace, essentiel, large, pleinement, notamment, en aucun cas à la CGT, très, d’abord à la CFTC, essentiellement, plus particulièrement à FO. Auxiliaires de l’urgence, de la massification, du martèlement ou de la spécification, ces renforçatifs ne font qu’apporter au discours avec la musique de l’amplification oratoire la tension militante qui les caractérise et les banalise à la fois.

86L’échec de l’agir dramaturgique apparaît dans la neutralisation des différences. L’image des concepts, des labels ou des locuteurs se brouille.

  • 85 Jean Dubois, Le Vocabulaire politique et social en France de 1869 à 1872, Paris, Larousse, 1962, p (...)
  • 86 .Ibid. p. 13-36.

87C’est avec le terme de « neutralisation » que Jean Dubois rend compte de ce qui peut se passer dans la variation non dominée d’unités phraséologiques complexes85. Sous la Commune, la répétition sloganisée des lexies émancipation des masses, émancipation du prolétariat, émancipation de la classe ouvrière, émancipation des travailleurs, fait perdre aux compléments déterminatifs la particularité de sens qu’ils peuvent posséder dans d’autres contextes où leur commutation est moins aisée86.

88L’idée de neutralisation sémantique peut s’élargir à tout mot-pôle trop assailli de qualificatifs et de déterminatifs. Labellisation du référent et conceptualisation de son contenu ne s’effectuent plus. Derrière l’unité phraséologique, la pensée se met à « flotter ». Reprenons l’exemple de classe, évoqué plus haut dans sa fonction de mot-concept. Lorsque se multiplient, à la fin des années 1860, autour de classe, adjectifs ou compléments qui cherchent à spécifier, il arrive que la spécification échoue, mélangeant les critères hiérarchiques, intellectuels, professionnels, affectifs, politiques, de niveau de richesse, de structuration sociale, de places dans les rapports de production, etc., sans distinguer les emplois au singulier et au pluriel ni les variations dans la substitution avec masse(s), couches, strates, milieux, populations, clans, groupes, etc., Multiplicités lexicales et contextuelles empêchent ou effacent la fixation conceptuelle du nom. Maladresses d’énonciateur ? Souvent, mais il arrive que cette multiplication cache elle-même une idéologie : c’est ainsi que le feuilletage hiérarchisé de la sociologie américaine (upper/upper-middle/middle/lower-middle... classes, etc), qui se présente comme un affinement de la structuration sociale, est en fait la négation de l’antagonisme radical « luttes de classe dans la lutte des classes ». Toute neutralisation n’est pas involontaire.

  • 87 Cf. L’Image candidate..., p. 187-188.

89Cela est si vrai qu’on peut prendre sur le fait de véritables tactiques d’annulation du discours adverse. Si l’on reprend l’exemple cité plus haut du face-à-face Jospin-Chirac de 1995, on s’apercevra que nombreuses sont les différences mises en relief par L. Jospin qui se trouvent gommées ou brouillées par des acquiescements réitérés de J. Chirac : « Je voudrais d’abord dire à M. Jospin que je suis dans le même état d’esprit que lui », « Je ne suis pas contre le quinquénat, pour le principe », « Sur ce point, nous disons la même chose », « Je partage entièrement votre sentiment »87... Un véritable jeu d’annulation de la pertinence des énoncés d’autrui accompagne donc l’effort d’implantation du sien propre. À l’issue du face-à-face de 1995, L. Jospin sort de la confrontation sans avoir pu dessiner son image politique. Il se rattrapera par la suite lors des entretiens télévisés de 1997-1998, une fois au pouvoir.

  • 88 Cf. M. Tournier, « De gauche à droite, le balancier radical », Des mots en politique..., p. 255-25 (...)

90Ce jeu n’est-il pas, plus généralement, caractéristique de la désappropriation de l’autre ? Nous disions au départ que le discours politique reposait sur l’appropriation non seulement de la parole, mais de la langue et du langage. Observez les joutes publiques. Dé-conceptualisations des idées structurantes, délabellisations des partis et des hommes : les étiquettes semblent fluctuer d’un bord à l’autre. Cela est vrai au cours de l’histoire. Prenons celle du mot radical : qui n’a-t-il pas servi ?88 De nos jours, voici le conservateur E. Balladur publiant un Dictionnaire de la réforme (1992), voici A. Juppé s’appuyant sur le pacte républicain, comme F. Mitterrand, J. P. Chévènement, puis L. Jospin, voici J. Chirac et L. Jospin évoquant en chœur la lutte contre l’exclusion, l’indépendance de la justice, etc. Qui « occupe » les mots ? Ou plutôt qui servent-ils ? Leur sens vient autant de leur fonction dans le discours que du « propriétaire » qui les revendique...

  • 89 Cf. Mots 21, décembre 1989, en particulier l’article liminaire : « De quel bois se chauffe-t-on ? (...)

91On ne s’étonnera pas que, dès lors, les mots se vident de sens pour l’écouteur. C’est alors l’agir communicationnel qui est annulé dans son essence. L’appel au changement et même au véritable changement ne produit plus d’effet, passé par la bouche de tant de présidentiables, de V. Giscard d’Estaing à J. Chirac. Le mot-annonceur n’annonce plus. Et quand la fonction échec atteint le discours politique dans son contenu même, voire dans son message affectif, c’est alors que se produit le phénomène qu’on appelle la « langue de bois »89.

  • 90 Patrick Sériot, « Langue et langue de bois en Pologne », Mots 13, octobre 1986, p. 187, « Langue d (...)

92La communication s’arrête lorsqu’il n’y a plus intercompréhension, base de la rationalité sociale pour J. Habermas. Les mots passent à côté. À côté des gens, qu’ils n’atteignent pas : absence du projet de sens. A côté des référents réels, dont ils ne rendent pas compte : absence de l’objet. A côté de l’énonciateur, qu’ils ne spécifient plus en positif : absence du sujet. D’où l’aspect froid, flou et anonyme des paroles en « langue de bois ». Certes, il ne s’agit pas là d’un concept scientifique. Dans la polémique, c’est toujours le discours adverse ou éloigné de soi qu’on qualifie ainsi. « La langue de bois, c’est la langue des autres », écrit P. Sériot90. Il n’en demeure pas moins que des traits permanents la caractérisent, dans l’esprit de ceux qui réagissent contre elle : la fausseté, erreur ou mensonge (tel le « serment de bois » que Rabelais prête à Frère Fredon), le rituel, voire la stéréotypie (Morin 1961), donc l’hypersloganisation et le manque de transparence sémantique (le « bois de la langue »), l’irréalisme, l’idéalisme (Fortini 1957), l’obéissance à des modèles imposés et la non-liberté de l’écriture (Milosz 1953), à quoi viennent s’ajouter des spécificités stylistiques, comme l’absence de temporalité, l’absence de responsable, le passif sans agent, la nominalisation...

93Et si l’échec du discours était programmé, l’échange annulé exprès et le vide sémantique intentionnel ? Un discours en « langue de bois », que celle-ci soit administrative, « idéaliste », techniciste, ou simplement tissée de formules interchangeables, peut avoir pour but d’occuper la place. Ce n’est plus alors d’un échec de la propagande qu’il faut parler mais d’un discours d’éviction en position de pouvoir.

  • 91 Eni Puccinelli Orlandi, Les Formes du silence. Éditions des cendres, 1996, p. 79-110.

94On devrait plus longuement en parler, tant une part des énoncés politiques et, parfois, l’acte même de discours ne sont là que pour faire taire. Ils imposent alors un flou désignatif, du vide sémantique, voire du non-sens ou, plus cyniquement, la censure d’énoncés interdits. Présence d’un « silenciement » négatif dans la parole, pour reprendre le terme d’Eni Orlandi91. Les mots dits ont pour fonction de réduire les mots autres au silence. Telle fut la « langue de mousse » des dictateurs brésiliens. Tels avaient été, dans un parlement démocratique héritier d’une révolution, les bavardages sentencieux qui occupèrent la tribune française pour en chasser Proudhon et même Hugo, après la répression de juin 1848. « Silence aux pauvres ! » s’écriait alors Lamennais. Il ne s’agit plus du silence positif, initial et initiateur, qu’E. Orlandi appelle « fondateur du sens », ni du non-dit, implicite sous la parole, décrit par Oswald Ducrot, ni de l’« interdiscours », le présent-absent de l’énonciation, au sens de Michel Pêcheux. Les questions que ce silenciement nous amène à poser sur sa fonction réelle sont les suivantes : Pourquoi ce discours est-il là, que masque-t-il, qu’interdit-il ? Quelles sont les paroles tues sous la parole s’imposant ? Quels signes médiateurs révèlent sa nature dénégative ? Qu’est-ce qui habite le silence au-delà du discours ?

95Des questions semblables peuvent cerner la valeur du performatif sans performation et, plus spécifiquement, de l’imperformatif volontaire. Ils sont signes de l’échec de l’agir en soi. Atteints de l’extérieur, ils rendent compte d’une crise sociale (et les soldats du 17e refusent de tirer). Vicié de l’intérieur, l’imperformatif, lui, incorpore des restrictions non dites ou des précautions performatives explicites auxquelles seul l’écoutant attentif ou critique portera attention : « si, à condition que, à moins que, dans la mesure où, sans doute, peut-être... », bref la promesse ou le mot d’ordre deviennent possibilistes. Dans ce registre, on trouve toutes sortes de modalisations des obligatifs et même des assertifs diffractant ou annulant la responsabilité : citons le transfert du je vers le nous, le on, le collectif (« Les Français doivent »), l’impersonnel (« il faut », « il est nécessaire de »), etc. Plus le performatif se modalise, plus il semble préparer un échec possible. Auditeurs des discours politiques, soyez à l’écoute des modalisations imperformatives...

96La conclusion salutaire de cette manière de prendre les origines, les valeurs et les fonctions des éléments lexicaux échangés dans l’espace public, qui constitue le programme de l’« étymologie sociale », est toujours la même : la façon dont bien des choses sont dites est plus pertinente que les choses elles-mêmes. Ce qui nous ramène à notre point de départ : analyser les divers éléments d’un texte politique conduit à s’interroger non sur leur être de raison mais sur leurs raisons d’être.

97(décembre 1999)

Notes

1 « La politique repose sur un fait : la pluralité humaine », Hannah Arendt, Qu’est-ce que la politique ?, Paris, Seuil, 1995, p. 31.

2 « Là où manquerait ce monopole de la violence légitime, il n’y aurait pas d’État » (M. Weber, Sociologie des religions).

3 Frédéric Bon, in Grawitz et Leca éd., Traité de science politique, Paris, PUF, 1985, p. 537-573.

4 Maurice Duverger, Sociologie politique, Paris, PUF, 1968, p. 299.

5 Discours du 9 Thermidor an 2, Discours et rapports, Paris, Éditions sociales, 1977, p. 212.

6 H. Arendt, p. 135.

7 Cf. Jürgen Habermas, Théorie de l’agir communicationnel, Paris, Fayard, 1987, 2 vol. ; « Habermas, l’activité communicationnelle », Les Cahiers de philosophie, 3, hiver 1986-1987 ; Yves Sintomer, La Démocratie impossible ? Politique et modernité chez Weber et Habermas, Paris, La Découverte, 1999.

8 Cité par Y. Sintomer, p. 149.

9 M. Tournier, « La langue de qualité des hommes politiques », Des mots en politique. Propos d’étymologie sociale 2 (1997), Lyon, ENS Éditions, 2002, p. 175-185.

10 « Les raccourcis que proposent les dictionnaires prétendument étymologiques et historiques ne sont que des pièges. La place qu’ils occupent diminue indument celle qui devrait être accordée à une analyse des emplois » (R. L. Wagner, Les Vocabulaires français, Didier, vol. 2, 1970, p. 8, note 5).

11 P. Guiraud, L’Étymologie, Paris, PUF, 1960, rééd. 1967, 1979 ; C. Brucker, L’Étymologie, Paris, PUF, 1988.

12 P. Guiraud, L’Étymologie, p. 6, 7.

13 « C’est sous forme de représentations que le monde entre dans la langue » (R. L. Wagner, Les Vocabulaires français, vol. 1, 1967, p. 39). Le meilleur exemple de cette philologie socio-historique demeure Le Vocabulaire des institutions indo-européennes d’Émile Benveniste, Éditions de Minuit, 2 vol., 1969.

14 Martin Ruhlen, L’Origine des langues. Sur les traces d’une langue-mère, Paris, Belin, 1997.

15 Antoine Meillet, Linguistique historique et linguistique générale, Paris, Champion, 1975, p. 292-293.

16 « L’étymologie nous contraint, la plupart du temps, à expliquer le français par d’autres langues encore moins connues, comme si nous avions besoin, pour parler français, de nous référer à des langues étrangères » (Josette Rey-Debove, « Un dictionnaire morphologique ? », Le Français aujourdhui, 58, juin 1982, p. 50.

17 M. Tournier, « Langue française », in Encyclopédie de la culture française, Paris, Eclectis, 1991, p. 404-409. Texte repris à la fin du présent volume.

18 Arsène Darmesteter, La Vie des mots étudiée dans leurs significations, Delagrave 1887, rééd. Champ libre 1979, p. 155-161.

19 « Un mot qui se prête à tout », disait Mirabeau (cit. dans Régine Robin, La société française en 1789, Semur en Auxois, Paris, Plon, 1970, p. 324-325).

20 M. Tournier, Des mots sur la grève. Propos d’étymologie sociale 1 (1993), Lyon, ENS Éditions, 2002, p. 281-285.

21 G. Gougenheim, « La fausse étymologie savante », Études de grammaire et de vocabulaire français, Paris, Picard, 1970, p. 220.

22 « Nous errasmes par mer... » (Ogier d’Anglure, Voyage de Jherusalem, 14e siècle).

23 G. Gougenheim, « Quelques faits d’étymologie seconde », Études de grammaire..., p. 229-233.

24 J.P. Chambon, « Remarques sur la notion d’étymologie populaire », TRANEL, 11, Université de Neuchâtel, décembre 1986, p. 39.

25 Ibid. p. 40.

26 P. Guiraud, Dictionnaire des étymologies obscures, Paris, Payot, 1982, p. 64.

27 M. Ruhlen, L’Origine des langues, p. 255-257.

28 O. Vallet, Jésus et Bouddha. Destins croisés du christianisme et du bouddhisme, Paris, Albin Michel, 1999, p. 23.

29 P. Guiraud, Structures étymologiques du lexique français, Paris, Larousse, 1967, p. 65-92.

30 P. Guiraud estime au quart du vocabulaire français la quantité de mots d’origine inconnue. Ibid., p. 7.

31 Verbes latins tricari (latin vulg. *triccare), biaiser, chicaner, pour tricher et trie, trudere (latin vulg. *trudicare), pousser violemment, pour truc, ou stringere, serrer, presser, apparenté à to strike et à strike (par le vieil anglais strican)...

32 « Il s’agissait d’un rapide roulement de la langue dans la bouche entrouverte [...], Jusqu’à la Révolution, le trie lancé tout haut dans un atelier arrêtait instantanément le travail » Émile Coornaert, Les Compagnonnages en France du Moyen Age à nos jours, Paris, Les Éditions ouvrières, 1966, p. 218). Voir aussi : Jean-Pierre Bayard, Le Compagnonnage en France, Payot, 1977, p. 228, et François Icher, Sur le chemin des compagnons, Éditions du Poliphile, 1984, p. 384

33 Signalons, à la suite d’É. Coornaert, qu’une partie des imprimeurs lyonnais où le « tric » s’est observé entre 1539 et 1572, étaient d’origine allemande

34 Citation tirée d’une annotation marginale explicative à l’article 34 des statuts des libraires colporteurs, à la date de 1620 (Martin Saint-Léon, Histoire des corporations de métiers. Depuis leurs origines jusqu’à leur suppression en 1791, Éditions de Paris, 1922, rééd. Genève, Slatkine-Megariotis Reprints, 1976, p. 481, note 3.). Littré interprètera « faire débauche » au sens courant (dominant) d’« aller boire », alors qu’il signifiait prioritairement l’inverse de l’embauche, l’abandon de l’atelier...

35 Ordonnances de 1541 et de 1544 (tric : « entente dommageable à la chose publique »), condamnations de garçons bouchers et boulangers à Paris en 1539, édit « perpétuel et irrévocable » dit « de Gaillon » (1571) et procès de Lyon (1572) contre les compagnons imprimeurs, statut des imprimeurs de 1618... Voir Des mots sur la grève, p. 45-48.

36 Lazare Sainéan, Les Sources de l’argot ancien. Le 19e siècle, Genève, Slatkine reprints, 1973, vol. 2, p. 27.

37 Sur tout cela, voir M. Tournier, Des mots sur la grève, p. 33-66.

38 M. Bakhtine, Le Marxisme et la philosophie du langage, Paris, Éditions de Minuit, 1977, p. 143.

39 Ibid., p. 151.

40 Les traducteurs préfèrent le mot « thème », voire « unicité thématique » (M. Yaguello), ou bien passent de « thème » à « sens » (T. Todorov).

41 Ibid. p. 150.

42 Là aussi les traductions varient. On rencontre aussi : « accent de valeur », « accent appréciatif », « pluri-accentuation », « orientation appréciative », « valeur appréciative », « évaluation », « valorisation », etc.

43 Ibid. p. 150-151.

44 A. Darmesteter, La Vie des mots, p. 45.

45 Des mots sur la grève, p. 181-205.

46 Il ne faut pas manquer de signaler aux étudiants la possibilité de consultation par internet de la base Frantext de l’INaLF à Nancy, l’une des plus riches du monde.

47 Jacqueline Authier-Revuz, « Hétérogénéité montrée et hétérogénéité constitutive : éléments pour une approche de l’autre dans le discours », DRLAV, Revue de linguistique, 26, 1982, p. 91-151.

48 Discours rapporté sans guillemets, le « ce qui va de soi » communiste est l’ensemble des stéréotypes constitutifs du « bon » discours marxiste.

49 Sur le concept de « corpus clos », voir M. Tournier, « De la politique à la lexicomélrie », Informutica y Lingüistica, Barcelone, 1979, p. 148-186, et « La réduction, principe de la lexi-cométrie politique », Computational lexicography and lexicology. Hommage Quemada, Pise, Giardini Editori e Stampatori, 1991, p. 277-292, textes repris dans la brochure Lexicometria, Lisbonne, Universidade Aberta, 1993.

50 Cf. M. Tournier, « Texte propagandiste et cooccurrences. Hypothèses et méthodes pour l’étude de la sloganisation », Mots, 11, octobre 1985, p. 155-187.

51 Ibid. p. 156. Voir Serge Tchakhotine, Le Viol des foules par la propagande politique, Paris, Gallimard, 1952.

52 Sur ces deux termes, voir Chaïm Perelman, L’Empire rhétorique, Paris, Vrin, 1977 et C. Perelman, L. Olbrechts-Tyteca, Traité de l’argumentation, Paris, PUF, 1958.

53 Jean-Jacques Robrieux, Éléments de rhétorique et d’argumentation, Paris, Dunod, 1993, p. 4.

54 Cf. Marie-France Piguet, « Classe ». Histoire du mot et genèse du concept, des physiocrates aux historiens de la Restauration, Lyon, PUL, 1996.

55 Le Tableau économique de Quesnay date de 1759.

56 Des mots sur la grève, p. 265-272.

57 Marc Angenot, « Malaise dans l’idée de Progrès, 1889 », Mots, 19, juin 1989, p. 5-22.

58 Les noms de parti, combinaison de labels, peuvent être analysés de ce point de vue. Cf. Des mots en politique, p. 201-218 et 219-240.

59 Sur la construction de « l’ennemi politique », cf. Murray Edelman, Pièces et règles du jeu politique, Paris, Seuil, 1991, p. 129-170.

60 « Oui, je suis Communiste ! » Procès de M. Cabet contre Le National, juin 1941. Même jeu chez Proudhon : « Je suis, dans la force du terme, un anarchiste » (1840). Cf. M. Tournier, « Étude quantitative d’une journée de 48 », Cahiers de lexicologie, 14, 1969-1, p. 91-94.

61 Des mots sur la grève, p. 181-205.

62 J. P. Sartre, Situations 3, Paris, Gallimard, p. 237.

63 Cf. A. Geffroy, « Sans-culotte », Dictionnaire des usages socio-politiques, vol. 1, Paris, Publications de l’INaLF (Saint-Cloud), 1985, p. 170.

64 G. Périès applique la notion de « re-torsion » non seulement à une dénomination mais à tout un discours (par exemple, la retorsion du discours maoïste et vietminh de la « guerre révolutionnaire » dans le discours militaire français : ce qui est combattu est pris pour modèle discursif). Cf. « L’appel à l’ennemi. Structure de la création doctrinale pendant la guerre froide », in André Thieblemont (dir.), Cultures et logiques militaires, Paris, PUF, 1999, p. 289-329.

65 «Les chances du Socialisme démocratique. Contribution présentée par les Amis de Michel Rocard », Convaincre, 5, octobre 1989.

66 Cf. Des mots en politique, p. 62.

67 En entendant par ce terme non pas la recherche des seuls slogans figés mais celle de tous les phénomènes formellement répétitifs, y compris les réseaux d’attirance cooccurrentielle et connexionelle. Cf. « Répétivité et réseau lexicométrique : deux aspects de la sloganisation en discours politique », Table ronde « Linguistique et Informatique », CNRS, Ivry, 12 mars 1974.

68 Cf. « Texte propagandiste et cooccurrences. Hypothèses et méthodes pour l’étude de la sloganisation », Mots, 11, octobre 1985, p. 155-187.

69 Des tracts en Mai 68. Mesures de vocabulaire et de contenu, Paris, Presses de la FNSP, 1975, rééd. Champ Libre, 1978, p. 284-291.

70 Méthodologie de Pierre Lafon, développée sur micro-ordinateurs par André Salem et sur internet par Serge Heiden (logiciels Lexico 1 (Mac) et Lexico 2 et 3 (PC) d’A. Salem, logiciel L’explorer de S. Heiden).

71 Cf. M. Tournier, « Approche d’une définition statistique des cooccurrences de vocabulaire », Wissenschaftliche Zeitschrift, Halle, Martin Luther Üniversität, 1970, p. 49-54 ; P. Lafon, « Analyse lexicométrique et recherche des cooccurrences », Mots, 3, octobre 1981, p. 95-148 ; P. Lafon et A. Salem, « L’inventaire des segments répétés d’un texte », Mots, 6, mars 1983, p. 161-177 ; A. Salem, Pratique des segments répétés, Paris, Klincksieck, 1987 ; S. Heiden, Lexplorer, Saint-Cloud, 1998.

72 Cf. Olivier Reboul, Le Slogan, Paris, Éditions Complexe, 1975.

73 M. Tournier, « Stratégie des indices de rappel dans le face-à-face Chirac/Jospin », in Groupe Saint-Cloud, L’Image candidate, à l’élection présidentielle de 1995. Analyse des discours dans les médias, Paris, L’Harmattan, 1999, p. 183-190.

74 Des mots en politique, p. 42-43. Texte repris de SIDA’venture, Paris, Syllepse, 1989, p. 15-23.

75 Des mots en politique, p. 145-149.

76 Cf. Jean Le Dû, Yves Le Berre, « Parité et disparité : sphère publique et sphère privée de la parole », La Bretagne linguistique, vol. 10, Brest, Université de Bretagne occidentale, 1996, p. 7-25.

77 Cf. Des mots en politique, p. 175-185.

78 John Langshaw Austin, Quand dire c’est faire, Paris, Seuil, 1970.

79 Cf. Jacques Guilhaumou, « La Terreur à l’ordre du jour », Dictionnaire des usages socio-politiques, 2, Paris, Publications de l’INaLF (Saint-Cloud), 1987, p. 127-160.

80 Cf. Luce Petitjean, « Des présidentiables à l’impératif », L’Image candidate..., p. 171-182.

81 Cf. M. Tournier, « Banalité spécifique dans le discours syndical. Adverbes et adjectifs de l’insistance ». Mots chiffrés et déchiffrés. Mélanges offerts à Etienne Brunei, Paris, Slatkine-Champion, 1998, p. 305-316. Voir plus loin dans le présent recueil.

82 A. M. Hetzel, J. Lefèvre, R. Mouriaux, M. Tournier, Le Syndicalisme à mots découverts. Dictionnaire des fréquences (1971-1990), Paris, Syllepse, 1998.

83 La « banalité » est une notion statistique. Est banale toute forme ou toute lexie textuelle dont la fréquence non nulle dans chaque partie d’un corpus est affectée d’une probabilité toujours supérieure ou égale à 5 % (modèle Lafon).

84 Sélectionnés à F (fréquence totale dans le corpus syndical) > 70.

85 Jean Dubois, Le Vocabulaire politique et social en France de 1869 à 1872, Paris, Larousse, 1962, p. 186.

86 .Ibid. p. 13-36.

87 Cf. L’Image candidate..., p. 187-188.

88 Cf. M. Tournier, « De gauche à droite, le balancier radical », Des mots en politique..., p. 255-257.

89 Cf. Mots 21, décembre 1989, en particulier l’article liminaire : « De quel bois se chauffe-t-on ? Origines et contextes de l’expression langue de bois » (voir aussi Des mots en politique, texte revu, p. 161-174).

90 Patrick Sériot, « Langue et langue de bois en Pologne », Mots 13, octobre 1986, p. 187, « Langue de bois, langue de l’autre et langue de soi », Mots, 21, p. 50-66 et « Langue de bois et discours de vent », Essais sur le discours soviétique, n° 2, Université de Grenoble 3, p. 5-39.

91 Eni Puccinelli Orlandi, Les Formes du silence. Éditions des cendres, 1996, p. 79-110.

© ENS Éditions, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540