Vous l’avez sans doute déjà repéré : sur la plateforme OpenEdition Books, une nouvelle interface vient d’être mise en ligne.
En cas d’anomalies au cours de votre navigation, vous pouvez nous les signaler par mail à l’adresse feedback[at]openedition[point]org.

Précédent Suivant

Résumés

p. 167-170


Texte intégral

1Barthes, Lacan, Foucault : l’auteur, la structure
François DOSSE
François Dosse revisite la période structuraliste à partir de la thématique de la négation de l’auteur. Dans des champs divers du savoir : la philosophie avec Derrida et Foucault, la psychanalyse avec Lacan et la sémiologie avec Barthes, on assiste à l’effacement du sujet au profit des seules structures. Ce qui se joue derrière cette orientation est le coup d’éclat d’une troisième culture, celle des sciences sociales en quête de légitimité, en tension entre les humanités classiques et les sciences exactes.
Après avoir décrit les diverses formes de négation de la pertinence de la notion d’auteur, François Dosse voit dans la figure dialogique, dans l’intersubjectivité, un possible déplacement de la fausse alternative entre divinisation et dissolution de l’homme.

2Hamlet et son autre
Robert SILHOL
Au-delà du thème populaire de la vengeance, au-delà de la structure triadique plusieurs fois répétée dans la pièce, schéma œdipien qui commande toute une partie des mouvements de la tragédie, la relation au père mort – qui peut se lire « assassiné » ou simplement « diminué », « castré » – apparaît bien comme un des ressorts les plus profonds de la pièce, « profond » parce que parmi les premiers dans la chronologie de l’histoire du sujet. C’est dire que dans l’Œdipe, si fortement mis en scène ici, le rapport au père n’est pas toujours simple et ne saurait en dernière analyse être compris, chez certains sujets en tout cas, comme simplement antagonique. Dans Hamlet, le fantôme est une représentation parfaite de ce que nous appellerons l’Autre d’Hamlet.

3La cruauté de Hamlet et le silence d’Harpocrate
Margaret JONES-DAVIES
La lecture intertextuelle de Hamlet, de L’Homme aux rats de Freud et de l’Isis et Osiris de Plutarque permet une interprétation de la cruauté de Hamlet que la critique traditionnelle cherchait à justifier par des explications psychologiques arbitraires. Cette cruauté s’exprime dans le silence de ce que l’on pourrait appeler un « dumb show » où Hamlet révèle à Ophélie le premier secret du message d’outre-tombe. Le silence de Hamlet est celui du doute que crée en lui la parole du fantôme, doute qui se matérialisera dans son incapacité à agir mais surtout dans l’ambivalence de sa relation avec Ophélie qui perdra cette certitude de l’amour dont Freud analyse l’affinité avec la haine. L’incarnation en Hamlet de la parole douteuse du fantôme est métaphorique des théories gréco-égyptiennes sur la relation entre le langage et le corps. Le dieu du silence Harpocrate, dont la vie rappelle les mythes fondateurs de Hamlet, s’exprime par un langage imparfait qui lui déformait le corps. Ainsi le fantôme, Hamlet et Ophélie illustrent dans leurs métamorphoses le parcours douloureux de la naissance du langage.

4Freud et l’énigme shakespearienne : le nom, la femme, la mort
Paul-Laurent ASSOUN
Cet article replace l’énigme shakespearienne dans l’économie générale de l’œuvre de Freud. Il met en évidence les liens qui relient le traitement freudien du cas Shakespeare aux problématiques du nom, de la femme et de la mort.

5Le Marchand de Venise lu par Freud : le biographique de l’interprétation
Patrick DI MASCIO
Cet article fait l’archéologie de l’interprétation freudienne du Marchand de Venise. Une telle démarche fait intervenir le texte shakespearien et le texte freudien dans sa diversité (écrits théoriques, écrits autobiographiques, correspondance). Il apparaît alors que le texte interprété n’est pas un texte « réel », mais un texte imaginaire dont l’interprète lui-même est l’auteur.

6Edgar Allan Poe : pertinence de la vie, impertinence du biographique
Henri JUSTIN
Entre le vécu et l’œuvre, Poe choisit l’œuvre. Dans la plupart de ses contes, un narrateur est le représentant grotesque ou névrosé du vivant, mais sous sa narration se compose un texte qui en sait plus que lui. C’est là, dans le texte, entre conscience et mortalité, que l’artiste approche le terrain psychique universel par couplage de forces antagonistes et complices. En cela, il est proche de Freud des années 20, – et de Lacan plus que de Marie Bonaparte. Il est, comme son Dupin, du côté de l’analyste.

7Le secret biographique, effacement et justification À propos d’Emily Dickinson
Christine SAVINEL
L’auteur analyse les implications poétiques de la grammaire du secret qui traverse « la vie et l’œuvre » d’Emily Dickinson.

Précédent Suivant

Le texte seul est utilisable sous licence Licence OpenEdition Books. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.