Version classiqueVersion mobile

L’auteur à l’œuvre

Hamlet et son Autre

Hamlet and his Other

Robert Silhol

Résumé

Au-delà du thème populaire de la vengeance, au-delà de la structure triadique plusieurs fois répétée dans la pièce, schéma œdipien qui commande toute une partie des mouvements de la tragédie, la relation au père mort – qui peut se lire « assassiné » ou simplement « diminué », « castré » – apparaît bien comme un des ressorts les plus profonds de la pièce, « profond » parce que parmi les premiers dans la chronologie de l’histoire du sujet. C’est dire que dans l’Œdipe, si fortement mis en scène ici, le rapport au père n’est pas toujours simple et ne saurait en dernière analyse être compris, chez certains sujets en tout cas, comme simplement antagonique. Dans Hamlet, le fantôme est une représentation parfaite de ce que nous appellerons l’Autre d’Hamlet.

Texte intégral

  • 1 Voir Robert Silhol, « C’est à quel sujet ? », Le Sens, Cahiers Charles V, 16, Paris, automne 1993.

1Dans Hamlet, tout se joue dès les premières minutes ; à la fin du premier acte, lorsque se retire le fantôme, tout, sans doute, est déjà joué. C’est en tout cas la lecture que je fais de la pièce de Shakespeare, ou plus exactement l’analyse, puisque les deux choses, autant que cela se peut, doivent être conçues comme distinctes1.

2Que se passe-t-il donc dans ces premiers moments de la tragédie, dans ce premier acte ? À peine les acteurs ont-ils échangé quelque vingt répliques – vingt lignes qui placent au reste le décor et parlent de relève, ce qui est tout de même un des thèmes centraux de la pièce – qu’on mentionne la « chose » :

What, has this thing appeared again to-night?
(Alors, est-ce que la chose est encore apparue, ce soir ?)

3C’est le sage Horatio, celui qui croit en la raison, qui pose la question. Les autres l’ont invité : si l’« apparition » se présente à nouveau, peut-être pourra-t-il lui parler et il verra bien, en tout cas, qu’ils n’ont rien inventé et qu’est bien réel l’effrayant spectacle (dreaded sight) dont ils ont été les témoins.

  • 2 Though yet of Hamlet our dear brother’s death
    The memory be green. (I, ii, 1-2)
    Tis sweet and commend (...)
  • 3 (…) There – my blessing with thee.
    And these few precepts in thy memory
    Look thou character. (Poloniu (...)

4Ce qu’ils ont vu, c’est le fantôme, spectre qui ne tarde d’ailleurs pas à réapparaître et qui va ensuite hanter tout le premier acte. Car lorsque Shakespeare ne le met pas directement en scène, les conversations lui restent obstinément liées. À la scène deux, scène de deuil, en partie, on ne parle guère que du père mort et de la mort des pères2 ; et si ensuite, à la scène trois, ce sont Ophélie, Laerte et Polonius qui paraissent, le registre ici étant plus clairement celui de la triade œdipienne, on verra que le père, en distribuant des conseils de morale à ses deux enfants, ne se conduit pas si différemment du fantôme3. Le voilà d’ailleurs revenu en scène, notre fantôme, juste après (scène IV), surmoi que tout à l’heure j’appellerai grand Autre.

  • 4 Cf. Harley Granville-Barker : « A unity of dramatic action for the first act (…) was not hard to fi (...)
  • 5 (…) which is no other. (…)
    But to recover of us by strong hand
    And terms compulsatory, those foresaid (...)

5Telle est l’extraordinaire cohérence de l’œuvre4 que même l’intrigue secondaire, celle qui introduit Fortinbras, est encore une histoire de père et de fils où le fils veut reprendre les terres perdues par le père mort, dans une entreprise qui a tous les traits de la vengeance5.

6Sur la vengeance – un thème ma foi populaire à l’époque –, on a beaucoup écrit : pour en faire le ressort premier de Hamlet ou au contraire n’y voir que le véhicule de thèmes dits plus profonds, la mort, la folie, voire la nature de la réalité ? Quelle que soit l’importance que nous donnions à la vengeance dans Hamlet, cependant, nous devons bien convenir que le déroulement de la pièce, l’agencement factuel de la représentation, pour ce qui est de l’apparence, de la surface du récit au moins, dépend bien de ce thème. On connaît les sources de la pièce de Shakespeare, du Amleth de Saxo Grammaticus au « pré-Hamlet » de 1594, en passant par Le Cinquième Tome des histoires tragiques de Belleforest (1582) : dans tous les cas la vengeance occupe une place centrale. Or cette vengeance, c’est l’apparition du spectre qui en déclenche le processus. On peut même simplifier et désormais oublier ce thème particulier ; ce que je souhaitais simplement montrer c’était l’importance de l’apparition du fantôme. Sans sa rencontre avec Hamlet, il n’y a pas de tragédie. C’est sur ce déclenchement de l’action que je désire m’interroger. Non, bien entendu, pour dire le « sens » de Hamlet, ou encore définir ce qui serait le « vrai » Hamlet, mais pour tenter de pointer ce que ce matériau, si riche, contient de vérités, montrer ce que le texte de Shakespeare recèle que nous pouvons aujourd’hui analyser, vérités qui nous habitent comme elles ont habité Shakespeare et qui ont dicté son discours, qui l’ont organisé tel qu’il est.

7C’est la structure triadique, bien sûr, qui organise la pièce ; Hamlet est fait de triangles, c’est une évidence. Au-delà de ce schéma œdipien cependant (Ernest Jones), la représentation est si exacte qu’elle montre bien sur quel mode est constitué la personnalité humaine et en particulier ce « sujet » dont parle la psychanalyse. C’est cette information de première main qui sera analysée ici. Il suffit au reste d’écouter le discours dont la pièce est faite.

8Dès la première ligne, le problème est posé :

Who’s there?
(Qui va là ? ou Qui est là ?)

9J’y entends une question sur l’identité ; et peu importe que ce ne soit pas le fils du roi mort qui la prononce puisque nous nous interrogeons d’abord sur l’ensemble des signifiants produits ; qu’il nous suffise de savoir que la question d’abord a été pensée par l’auteur. C’est qu’il s’agit d’une question essentielle que nous nous sommes tous posée. Et c’est une question qui souvent ne trouve aucune réponse sauf à ce que celui ou celle qui la pose s’engage dans une psychanalyse. On l’entend bien ici, la réponse, à la deuxième ligne, c’est d’abord « Non » ; puis une injonction, qui ne fait que renvoyer la question en miroir :

Nay, answer me, Stand and unfold yourself.
(Non, toi réponds ? Montre-toi et dévoile-toi.)

  • 6 Allusion au roi, à la ligne 2 – car même s’il s’agit d’un mot de passe ou d’une formule vide (Long (...)

10« Dévoile-toi », cela se passe de commentaire. Il y a déjà beaucoup de choses dans ces vingt lignes qui précèdent la première allusion au spectre6, mais on y parle tout de même beaucoup d’identité aussi. Ainsi : Who is there ? une seconde fois, puis : What, is Horatio there ?, qui amène cette réplique, intéressante : A piece of him. (Quoi, Horatio ici ? / Un morceau.) Et si on nous dit que ces questions sur l’identité des gens ne sont pas étonnantes puisqu’il s’agit de soldats qui montent la garde, nous répondrons qu’au-delà du réalisme se pose quand même la question des conditions de production, bref de la « signification », de cette tour ou de ce chemin de ronde. Pourquoi ce lieu, d’entrée, sinon parce qu’il met en scène des gardes, des gens qui ont mission de protéger le roi, de le défendre. On va en juger, nous sommes bien dans le même registre symbolique : la mission d’Hamlet sera bien, sinon de protéger le roi défunt, du moins de défendre son nom.

11Observons l’entrée en scène de ce dernier, à la ligne 40 ; il s’agit de sa première apparition « réelle ». Et la remarque que font d’abord les témoins, c’est qu’il ressemble au roi mort :

In the same figure like the king that’s dead. (41)
(C’est la même silhouette que le roi qui vient de mourir.)

Looks’ a not like the king? Mark it Horatio. (42)
(Est-ce qu’il ne ressemble pas au roi ? Regarde Horatio.)

Most like. (43)
(Rien de plus ressemblant.)

12À plusieurs reprises, cela est dit :

Is it not like the king?
(Est-ce qu’il ne ressemble pas au roi ?)

  • 7 C’est après cette première apparition que Shakespeare change en apparence un instant de sujet en in (...)

As thou art to thyself.
(Comme tu te ressembles.)7

  • 8 Traduit en anglais par H. R., Londres, 1572.

13Certes, nous ne devons pas négliger les croyances de l’époque ; le public du Globe était accoutumé aux histoires de spectre. La dualité que je viens de souligner a pu avoir son origine dans ce qui se disait non seulement du corps et de l’âme, mais encore des démons et des anges gardiens. Traduit de Lewes Lavater, ainsi, en 1572, Of Ghosts and Spirits Walking by Night8 mentionne les anges mauvais (evils angels) qui peuvent nous ensorceler, affirmant qu’il s’agit d’âmes susceptibles d’être sauvées.

14Pourtant, il semble bien que ce qui est mis en évidence soit plus qu’une simple dualité. Que l’on décompte en effet les répétitions de like (ici « ressembler » ou « être comme ») dans ce premier acte (où likely est même mis pour like) et que l’on note de quelle manière ce thème de la ressemblance fait retour à la scène suivante. Ceci parle plus en faveur de la symétrie, que simplement de la dualité.

15Peut-être est-il normal, après tout, que cette insistance sur la ressemblance fasse suite à une question sur l’identité ? Après : « Qui est là ? » écho possible d’un « Qui suis-je ? » qui ne serait plus précis que s’il était conscient, l’idée, l’envie, de regarder dans un miroir semble on ne peut plus naturelle.

16Ce thème de la ressemblance fera retour à la scène deux, lorsqu’Horatio parlera de l’apparition à Hamlet : A figure like your father (…) I knew your father. These hands are not more like (I, ii, 199-211). Un tel recours à la symétrie me semble appeler un commentaire, d’autant plus qu’on en retrouve des traces jusque dans l’écriture :

My father – methinks I see my father. (I, ii, 184)

A was a man, take him for all in all.
I shall not look upon his like again. (187-8)

My lord, the king your father.
The king my father? (191-2)

Very like. / Stayed it long? (…) Longer, longer. (234-236)

17Ce qui aurait été fantasmé, donc, une fois la question sur l’identité posée, ç’aurait été l’apparition d’une image. Mais quelle image ? Eh bien ! le spectre tout simplement ! Le stade du miroir, on le sait, fonctionne comme une identification, et ce qui semble bien corroborer mon hypothèse, c’est que le père et le fils tous deux s’appellent Hamlet. Quoi de plus symétrique, en effet ?

  • 9 He may approve our eyes and speak to it.

18On comprendra peut-être mieux, alors, pourquoi se manifeste dans ces premières scènes une seconde insistance, à savoir ce besoin d’entrer en communication avec le fantôme, de lui parler et, surtout, de le faire parler. C’est un peu pour cela qu’on a fait venir Horatio, c’est dit à la ligne vingt-neuf9 et on le lui rappelle dès que se montre le spectre :

Thou art a scholar: speak to it Horatio. (42)

19Toi qui sais, toi qui a fait des études, parle-lui. Les références à la parole dans cette page sont légion ; le fantôme, remarque Bernardo, voudrait qu’on lui parle ; Horatio insiste : By heaven I charge thee, speak (49) (Par le ciel, je t’en conjure, parle), et même il paraît perdre patience :

Stay. Speak, speak. I charge thee, speak. (51)

20Peut-être Horatio n’a-t-il pas la manière, trop raisonnable, trop confiant dans les forces du « moi ». Quoi qu’il en soit, le fantôme disparaît un moment et Shakespeare nous laisse respirer en nous parlant d’histoire, de guerre et de politique, c’est-à-dire de Fortinbras. Ce répit de cinquante-cinq lignes passé, il remet son fantôme en scène. Et là encore, ce qu’on lui demande c’est de parler.

If thou hast any sound or use of voice,
Speak to me. (128-9)
(Si tu peux prononcer un son, si tu as une voix, Parle-moi.)

Speak to me. (132)
O, Speak! (135)

  • 10 Or if thou hast uphoarded in thy life
    Extorted treasure in the womb of earth,
    For which, they say, yo (...)

21Il y a là, c’est certain, une interrogation sur les grands mystères de la vie et de la mort ; c’est consciemment, sans doute, que le dramaturge fait adresser par ses personnages ces questions au défunt roi Hamlet10 : Speak of it, Stay, and speak (139). Mais aussi bien il s’agit d’une question sur la nature de nos hallucinations, rêves et cauchemars, une interrogation sur nos propres fantômes. Cela n’est pas si éloigné de la question sur l’identité par quoi la pièce commence. Je tenterai de dire pour quelle raison le spectre ne peut encore parler, ou plus exactement ce qui est en jeu dans cette représentation, mais déjà on peut convenir qu’il s’agit d’une question adressée au miroir… et peut-être au parent, dont la transcription moderne pourrait être : « Ah ! Si nos cauchemars pouvaient parler, s’expliquer ! » ou, mieux encore : « Si je savais ce qui me hante, je saurais qui je suis ». S’intéressant au rêve, c’est par là, précisément, que Freud a commencé.

22Qu’il s’agit bien de ce genre d’interrogation, il n’est que de se tourner vers la première rencontre du fantôme et d’Hamlet pour s’en convaincre.

Be thou a spirit of health or goblin damned (…)
Thou com’st in such a questionable shape,
That I will speak to thee. I’ll call thee Hamlet
King, father, royal Dane. O, answer me! (I, iv, 39-45)

  • 11 Questionable soutient plusieurs significations : qui soulève des questions en nous, mais aussi : ét (...)

(Que tu sois un esprit bienveillant ou un démon damné
(…)
Tu te présentes sous une forme si étrange11,
Qu’il faut que je te parle. Je t’appellerai Hamlet,
Roi, père, royal danois. O, réponds-moi !)

23La fin de la tirade est claire : que signifient nos hallucinations (What may this mean) ou nos cauchemars (Making night hideous), et pourquoi ces mystères (thoughts beyond the reaches of our souls ?) (51-56).

24Se présente alors un début de réponse ; le spectre fait un signe :

It beckons you to go away it,
As if some impartment did desire
Toyou alone. (58-60)

(Il vous fait signe de le suivre,
Comme s’il désirait faire part de quelque chose
À vous seul.)

25Oui, to you alone, à vous seul ; on comprend peut-être mieux pourquoi le spectre n’a rien à dire à Horatio. C’est sûrement parce qu’il ne porte pas le nom d’Hamlet ! Nous revoilà face au miroir – ou au parent – et en tout cas dans la symétrie, l’identification, mais le tableau s’est enrichi d’un trait : le fantôme fait signe et même très courtoisement (Look with what courteous action / It waves you to a more removed ground) (60-61). Plus patient qu’Horatio, ou meilleur analyste, Hamlet décide de le suivre ; It will not speak ; then I will follow it (63) (Il ne veut pas parler ; alors je vais le suivre). Déjà, cela nous est une indication, d’autant plus que le verbe sera répété :

It waves me forth again. I’ll follow it. (68)
(Il me fait signe d’avancer. Je vais le suivre.)

26Horatio a beau mettre en garde le prince, lui parler de saut dans l’abîme, de falaise, de chute (castration), évoquer un monstre de cauchemar (horrible form), le prévenir enfin qu’il risque sa raison s’il continue ainsi, qu’il va devenir fou, rien n’y fait11. Désormais, Hamlet est comme prisonnier d’une compulsion, personne ne peut l’arrêter (Unhand me, gentlemen, 84) (Lâchez-moi). C’est que son destin l’appelle (My fate cries ont, 81) ; il le répète et cela va prendre tout son sens dans un instant : Go on, I’ll follow thee (85).

27Voilà, ils sont face à face enfin, le spectre du roi mort et le prince. Et tout de suite le ton est donné – Speak –, note déjà rencontrée dans les scènes qui ont précédé, mais ici, scène quatre, développée jusqu’à un point qui nous en dira bien davantage, ce qui éclairera les zones restées dans l’ombre. À ce « parle » du fils, le fantôme répond Mark me (Fais attention à ce que je vais dire) qui introduit un dernier thème, sans doute le plus important : prête-moi ton oreille. Dans ces trois pages, en effet, trois mots reviennent souvent : mots déjà rencontrés comme speak, parler (et aussi parole), hear, entendre (et parfois ear oreille), et enfin swear, mot nouveau, mot de la fin : jurer.

28Le fantôme va donc révéler son secret à Hamlet ; mais il ne le fait pas sans précaution et cela, d’abord, mérite examen.

Pity me not, but lend thy serions hearing
To what I shall unfold. (I, v, 5-6)
(Ne me plains pas, mais prête avec sérieux ton oreille
À ce que je vais te dévoiler.)

29J’ai essayé de traduire au plus près. Lend thy serious hearing, vous comprenez les mots : prête, sérieux, ouïe. Par ces paroles, tout est dit, ou plus exactement mis en acte, inscrit. Il s’agit pour l’enfant, ici le fils, de prêter quelque chose, son oreille. C’est peut-être parce que ces quelques mots sont si essentiels dans l’histoire du sujet que Shakespeare a répété unfold (dévoiler) déjà rencontré à la deuxième ligne de la pièce. Le dévoilement demandé d’entrée, et que la confrontation au miroir n’a pu produire – et pour cause –, va peut-être avoir lieu maintenant. Nous ne sommes plus dans le registre du « moi », mais dans celui du « sujet ». De toute façon l’enfant est sous le charme, je devrais dire aux ordres :

Speak. I am bound to hear. (5)
(Parle. Je ne peux qu’entendre.)

30Là encore, ma traduction appauvrit l’original : I am bound to hear, au fond, en dit plus qu’un long discours : je suis attaché, prisonnier, je suis obligé, il n’est pas possible que je ne t’entende pas, c’est mon destin de t’entendre. On l’a compris, je parle du discours, et du désir, de l’Autre.

31Voici la révélation, et il faudra l’analyser, car ce qui est dit a plus d’épaisseur symbolique qu’il n’y paraît :

GHOST. (…)

List, list, O, list !
If thou didst ever thy dear father love –

HAMLET.

0 God !

GHOST.

Revenge his foul and most unnatural murder. (22-25)

(Écoute, écoute, O, écoute !
Si tu as jamais aimé ton cher père –
O Dieu !
Venge son assassinat si odieux et contre nature.)

32À un niveau relativement simple, c’est du schéma œdipien qu’il s’agit et de plusieurs façons : désir d’éliminer le père d’abord ou, mieux encore, de le voir éliminé par d’autres que soi (ici Claudius), ce qui apparaît comme une stratégie de masquage de ce désir inconscient en cela que l’acte de Claudius fournit au fils l’apparence d’un mobile innocent, le déculpabilise et le laisse poursuivre de sa haine le meurtrier du père idéal. Que ce meutrier soit aussi le mari de la reine, cependant, en fait par ailleurs une figure de père, l’autre face du père, non plus parent idéal que l’enfant prend comme modèle, mais parent détesté à cause de la place qu’il occupe dans le triangle.

33Si nous analysons à présent la teneur du message par lequel Shakespeare décrit le sort subi par le roi assassiné :

Thus was I sleeping by a brother’s hand
Of life, of crown, of queen at once dispatched.
Cut off even in the blossoms of my sin.
Unhouseled, disappointed, unaneled (…) (74-77)

  • 12 Les commentateurs s’accordent pour lire dans disappointed : sans préparation (unprepared) : ne peut (...)

(Ainsi, je fus dans mon sommeil par la main d’un frère
Privé soudain de vie, de couronne, de reine,
Coupé dans la fleur même de mes péchés,
Sans sacrement, sans préparation12, sans extrême-onction (…)

34nous repérons plusieurs signifiants de la castration, de la perte : cut off, un-houseled, dis-appointed, un-aneled. Quelques lignes plus tôt, faisant parler le spectre, Shakespeare avait écrit : Brief let me be ou « bref » dit la même chose. Assassiné, privé de sa reine et de son royaume, le père mort demande vengeance à son fils. Qu’est-ce à dire ? Plus secret, plus complexe que la triangulation simple évoquée ci-dessus – et qui demeure une première analyse correcte –, cette requête du père idéal, la « mission » qu’il confie à Hamlet, cela peut je pense s’analyser comme une représentation du désir de l’Autre. La modalité selon laquelle se fait le récit du spectre va nous être un précieux indice sur la manière dont se tissent les liens entre enfant et parent.

  • 13 (…) sleeping in my orchard. / A serpent stung me. (I, v, 35-36). L’image est phallique, naturelleme (...)

35J’ai souligné l’importance de l’ouïe, de l’oreille et de la parole. Prêter l’oreille, avons-nous remarqué. Entendre, écouter, dans les scènes que nous venons de parcourir, c’est cela, c’est se prêter à l’inscription d’un désir Autre (mieux, ne pas pouvoir ne pas se prêter), le subir. On peut aller plus loin. Que penser en effet de la manière dont Claudius a tué le roi ? Il a versé le poison (leperous distilment) (64) dans l’oreille de son frère (in the porches of my ears) (63) – oui, Shakespeare a même mis le pluriel, les « oreilles » –, et le fantôme de reprendre cette image d’orifice et de parler des « portes naturelles du corps » (66). Et comme il y a également un « serpent »13, le tableau est complet.

36Comprend-on pourquoi le spectre du père demande au fils de lui prêter… son oreille (appelons-le comme ça) ? Eh bien ! c’est une façon de projeter sur l’enfant un poids impossible à porter (castration) – le mécanisme est bien connu. En lui versant son discours dans l’oreille – qui apparaît donc comme « sexualisée » mais symbolise l’inscription du désir inconscient de façon plus générale – il en fait son objet, dépose en sa mémoire ses commandements. « Souviens-toi, souviens-toi de moi », dit le spectre, Remember me, et Hamlet d’effacer tout de sa mémoire, pour ne plus vivre que par cette loi (commandment) (102), poussant même l’obéissance jusqu’à inscrire lui-même le message : My tables – meet it is I set it down (…) (Mes tablettes – il est bon que je le couche par écrit). Il parle de la découverte qu’il vient de faire, et de Claudius, c’est vrai, mais ne peut-on y voir aussi une insistance à se plier à ce désir de l’Autre dont nous parlons ? Son mot d’ordre en tout cas, plusieurs fois repris, est simple : Remember me. C’est bien d’inscription, de mémoire (inconsciente) qu’il s’agit.

37Mais n’y a-t-il pas autre chose encore ? Un deuxième sens qui viendrait sous-tendre le premier et le spécifier ? Car remember peut également être lu comme un vœu de reconstruction, de remembration. Remember me, re-membre-moi, décastre-moi : voici ce que le spectre dit aussi. Que le prince Hamlet, alors, habité par ce désir d’un Autre, soit prisonnier d’une double contrainte, cela s’explique assez bien. La clé des hésitations d’Hamlet est sans doute là en partie : se souvenir du père idéal et le venger, c’est-à-dire agir, mais en même temps reconstruire ce parent défait comme on le lui a ordonné et pour cela s’offrir à lui comme objet, ce qui implique passivité et difficulté d’un recours à l’action.

38Reste que l’inscription de ce désir de l’Autre n’est efficace que si elle demeure souterraine, inconnue, secrète, et pour tout dire refoulée. Aussi l’acte va-t-il se clore par des serments.

Never make known what you have seen to-night. (I, v, 144)
(Ne révélez jamais ce que vous avez vu ce soir.)

39On va jurer, et le spectre, « sous la scène » ! à quatre reprises va joindre sa voix à celle des vivants, exigeant le secret : Swear.

Notes

1 Voir Robert Silhol, « C’est à quel sujet ? », Le Sens, Cahiers Charles V, 16, Paris, automne 1993.

2 Though yet of Hamlet our dear brother’s death
The memory be green. (I, ii, 1-2)
Tis sweet and commendable in your nature, Hamlet.
To give these mourning duties to your father.
But you must know your father lost a father.
That father lost, lost his (…) (87-90)

3 (…) There – my blessing with thee.
And these few precepts in thy memory
Look thou character. (Polonius à Laerte) (I, iii, 57-59)
Marry, I will teach you. (Polonius à Ophélie) (105)
On a remarqué l’image de l’inscription dans la mémoire : Look thou character (engrave). Attendant leur père, Laerte aussi avait fait la leçon à Ophélie (Farewell, Ophelia, and remember well / What I have said to you) et elle avait répondu : Tis in my memory locked. / And you yourself shall keep the key of it. (81-85).

4 Cf. Harley Granville-Barker : « A unity of dramatic action for the first act (…) was not hard to find : for the story, as Shakespeare tells it, carries us at a sustained stretch and upon a plainly indicated time-scheme to the Ghost’s revelation and Hamlet’s heartsick acceptance of his task. » (Preface to Hamlet, New York, Hill and Wang, 1957, p. 35.)

5 (…) which is no other. (…)
But to recover of us by strong hand
And terms compulsatory, those foresaid lands
Lost by his father. (I, ii, 21-23)

6 Allusion au roi, à la ligne 2 – car même s’il s’agit d’un mot de passe ou d’une formule vide (Long live the King), c’est une occasion de dire son nom – ; allusion à la rivalité par le biais de la belle expression : The rivals of my watch (13) ; mais surtout insistance sur relief (relève) où peuvent se lire, à côté de la formule militaire, l’idée de remplacement, de destitution (Bernardo hath his place) (16), bref le sort du roi mort, mais aussi une idée de soulagement, en définitive assez proche de la dimension qu’éclairera notre analyse de remember, plus bas.

7 C’est après cette première apparition que Shakespeare change en apparence un instant de sujet en introduisant un court débat socio-politique, écho, sûrement, de discussions contemporaines :
(…) why such daily cast of brazen cannon
And foreign mart for implements of war ; (73-74)
Là-dessus, Horatio a une opinion, et il explique les bruits de guerre en introduisant Fortinbras, ce qui est quand même une façon de revenir au thème des pères et des fils. L’interruption socio-politique, de tout façon, ne dure que cinquante-cinq vers.

8 Traduit en anglais par H. R., Londres, 1572.

9 He may approve our eyes and speak to it.

10 Or if thou hast uphoarded in thy life
Extorted treasure in the womb of earth,
For which, they say, you spirits oft walk in death

11 Questionable soutient plusieurs significations : qui soulève des questions en nous, mais aussi : étrange, équivoque.

12 Les commentateurs s’accordent pour lire dans disappointed : sans préparation (unprepared) : ne peut-on aussi y lire le sens secondaire, supplémentaire, de : qui a perdu sa place ?

13 (…) sleeping in my orchard. / A serpent stung me. (I, v, 35-36). L’image est phallique, naturellement, et on peut penser qu’elle précède ou annonce la blessure mortelle que recevra Hamlet lors du duel final puisque c’est le poison au bout de l’épée qui le fait mourir.

Auteur

Professeur à l’université de Paris VII

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search