Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Bakounine jeune hégélien

 | 
Jean-Christophe Angaut

Textes de Michel Bakounine

Le communisme1

Texte intégral

2 juin 1843

  • 1 Cet article de Bakounine a paru dans le Schweizerischer Republikaner des 2, 3 et 13 juin 1843. Des (...)

1[1] Le dernier numéro du Beobachter [L’Observateur] contient un article, ou plutôt le début d’un article sur le communisme qui nous a très agréablement surpris. Il est empreint d’une dignité et d’un calme qui sont effectivement étonnants dans le Beobachter. Il y a des gens qui croient qu’un tel ton dans le Beobachter signifie toujours quelque chose de mauvais, et nous confessons avoir très souvent partagé cette opinion ; mais à présent cela nous semble être quelque chose d’autre ; il semblerait que le Beobachter, saisi par le sérieux danger du communisme, se soit maintenant décidé à laisser tomber ses manières indignes d’un homme sérieux et d’une cause sérieuse et à examiner cet objet hautement important avec dignité et conscience.

2La suite nous montrera si nous nous sommes trompés ; mais c’est un phénomène connu que rien ne peut davantage démoraliser un homme que la conscience qu’on ne le croit capable de rien de bon ni de noble ; et si le Beob. veut effectivement s’améliorer, alors nous ne voulons pas lui rendre cette amélioration impossible en jetant une suspicion prématurée sur ses fins. Au contraire, nous emploierons tous les moyens en notre pouvoir pour le maintenir sur cette meilleure voie.

3Le communisme est, il est vrai, un phénomène très important et dangereux, et par là on en dit déjà beaucoup ; car un phénomène ne peut être dangereux, effectivement dangereux pour la société, que dans la mesure où il contient en soi pour le moins une vérité relative, et trouve dans la situation de la société elle-même sa justification. La seule contingence ne peut être dangereuse pour un État bien ordonné, car toute la puissance et toute la vitalité d’un État résident précisément en ceci qu’il se maintient et peut se maintenir dans les mille contingences du quotidien ; - l’État doit et peut dominer [erhaben sein] tous les maux qui naissent de la méchanceté de quelques individus ; la police est là pour ça, les lois et les tribunaux sont là pour ça, toute son organisation est là pour ça ; un voleur, et même une grande bande de brigands, sont sans doute dangereux pour plus d’un individu dans l’État, mais pas pour l’État lui-même, aussi longtemps qu’il est un corps sain et bien organisé.

  • 2 2. Cette dernière partie de la phrase est absente de la traduction de l'IISG.

4Il en va tout autrement avec un phénomène qui a sa source, non pas dans le caprice, dans la mauvaise volonté de quelques individus, mais dans les carences de l’organisme étatique, des institutions étatiques d’un corps politique lui-même. - Un tel phénomène peut devenir effectivement dangereux pour un État, pour une société constituée unilatéralement ; mais un tel phénomène ne peut pas non plus être réprimé par la force, car il a pour soi un droit inconditionné aussi longtemps que ses demandes légitimes ne sont pas reconnues et satisfaites par l’État. Face à un tel phénomène, l’État n’a que deux issues : ou bien accueillir dans son organisme le droit qui lui est inhérent et ainsi se réformer de lui-même d’une manière pacifique2, ou bien avoir recours à la force ; mais en suivant la deuxième voie, tout État courra sûrement à sa perte [wirdjeder Staat sicher zu Grundegehen], - étant donné qu’un droit parvenu à la conscience est invincible.

5Ce sont les raisons pour lesquelles, avec le Beobachter, nous tenons le communisme pour un phénomène très important et hautement dangereux. - Pour prévenir tout malentendu, nous déclarons une fois pour toutes que, pour notre part, nous ne sommes pas des communistes ; nous pourrions tout aussi peu que ces Messieurs du Beobachter vivre dans une société organisée d’après les plans d’un Weitling ; car ce ne serait pas une société libre, pas une société effective, vivante, d’hommes libres, mais une contrainte insupportable, un troupeau rassemblé par la force de bêtes qui n’auraient en vue que ce qui est matériel et ne sauraient rien de ce qui est spirituel et de toutes les hautes jouissances de l’esprit. - Nous ne croyons pas un seul instant qu’une telle société puisse jamais se réaliser ; car nous avons une trop grande confiance dans la sainte puissance de la vérité, inhérente à tous les hommes d’une manière plus ou moins consciente, pour ne pas être parfaitement calmes à ce propos.

6[2] D’autre part, nous sommes parfaitement convaincus que le communisme contient des éléments que nous tenons pour hautement significatifs, et même plus que pour seulement significatifs ; - les droits les plus saints, les demandes les plus humaines sont à son fondement, - et ce sont eux qui lui permettent d’exercer cette grande puissance, remarquable et même étonnamment active sur les âmes. - Les communistes eux-mêmes ne conçoivent pas cette puissance invisible qui les pousse ; - ce n’est qu’en elle et que par elle qu’ils sont quelque chose, et hors d’elle ils ne sont rien. - Cette puissance seule a élevé les communistes du néant en quelques années pour en faire un danger fort et menaçant, - car il ne faut pas se le dissimuler, le communisme est devenu maintenant une question mondiale qu’il n’est plus permis à un homme d’État d’ignorer, et que celui-ci peut encore moins réprimer par la seule force.

3 juin 1843

7[3] Le Beobachter semble croire que le communisme est une conséquence immédiate de la philosophie allemande et du radicalisme, et qu’il ne s’en différencie que par ceci qu’il a le courage et la probité d’exprimer ouvertement et clairement ces points de vue que ceux-ci ou bien enveloppent dans une langue philosophique incompréhensible, ou bien taisent totalement.

8En ce qui concerne le supposé mutisme des philosophes et des radicaux, nous ne croyons pas que le Beobachter ait exprimé cette accusation d’une manière effectivement sérieuse ; ce n’était qu’une plaisanterie de sa part, car au fond il est lui-même convaincu du contraire ; il sait fort bien que toute la puissance des radicaux réside dans la publicité et que le mutisme est le sort nécessaire du parti dénommé conservateur qui n’emploie le peuple que comme moyen et ne le considère jamais comme une « fin ». Il sait bien que l’auto-gouvernement du peuple est le principe qui est au fondement de toutes les autres vues des radicaux et que ceux-ci sont tout particulièrement préoccupés par l’amélioration des écoles et par la promotion de la formation du peuple, parce qu’ils sont convaincus que le peuple ne peut se gouverner lui-même que dans la mesure où il est majeur et autonome et qu’il ne peut être élevé à la majorité et à l’autonomie qu’à travers la formation ; en un mot, le Beobachter sait très bien que le but principal des radicaux est la libération [4] du peuple de la tutelle des grands et des riches en tant que tels, et pour cette raison nous ne nous fatiguerons pas davantage à repousser une accusation qui, de surcroît, comme on l’a dit, n’était qu’une simple plaisanterie.

9La philosophie et le radicalisme ont certes beaucoup en commun avec le communisme ; mais pour concevoir effectivement un phénomène, il ne suffit pas de mettre en relief les côtés par lesquels il est semblable à d’autres phénomènes ; - il faut encore apprendre à connaître sa différence essentielle ; sinon il nous faudrait nécessairement parvenir à cette assertion que tout est un ; - car il n’est pas une seule chose dans le monde physique et spirituel qui n’ait avec toutes les autres choses quelque chose en commun.

10En beaucoup de points, la philosophie est, il est vrai, liée au communisme ; et il ne saurait en être autrement ; la vie et le développement de l’humanité ne sont pas une réunion indifférente d’événements contingents, mais une marche nécessaire et en soi rationnellement organisée de cet Esprit qui se reflète tout à fait dans chaque manifestation particulière de son essence intérieure, de même que la vitalité générale, la sensibilité générale du corps humain s’enracine dans la plus infime de ses parties.

11La philosophie actuelle doit de ce fait nécessairement avoir beaucoup en commun avec le communisme, étant donné que les deux sont nés de l’esprit de notre temps et qu’ils en sont les deux révélations les plus significatives. Quel est le but de la philosophie ? La connaissance de la vérité, et la vérité n’est pas chose si abstraite et si éthérée qu’elle ne puisse, et même ne doive exercer une influence significative sur les relations sociales, sur l’organisation de la société ; l’Évangile dit déjà : « ils reconnaîtront la vérité et la vérité les libérera » ; dans ces quelques mots, c’est tout l’effort de la philosophie qui est exprimé, et que cet effort ne fut pas infructueux, on peut s’en convaincre en considérant l’histoire récente de la Révolution française. Peu avant la Révolution, la meilleure partie du peuple, sa partie laborieuse, se trouvait encore en France dans la plus triste situation ; il possédait à peine le tiers du sol, son travail même, cet unique moyen de son existence, s’étiolait à travers des obstacles perturbants, et il lui fallait quand même supporter toute la charge des impôts, et en sus payer des impôts particuliers au clergé et aux aristocrates. Encore ne voulons-nous rien mentionner du tout des autres obligations très souvent humiliantes avec lesquelles le pauvre peuple était chargé ; les tribunaux étaient organisés de telle sorte que les grands messieurs dussent toujours avoir raison contre le peuple ; en un mot, le peuple, dans toutes les circonstances possibles, était foulé aux pieds par les grands messieurs ; et pourquoi cela ? Pas parce qu’il était faible, à Dieu ne plaise ! Le peuple n’est jamais faible, mais parce qu’il était ignorant et se laissait tromper par les prêtres catholiques qui lui contaient que le roi et ces Messieurs de la noblesse et du clergé étaient ses maîtres par la grâce de Dieu, et que le peuple devait les servir et s’incliner et s’humilier devant eux pour atteindre le royaume des cieux ; tu es stupide, tu es incapable de comprendre ce qui est juste, repose-toi donc sur nous, nous allons te diriger. Ainsi parlaient les prêtres au peuple et le pauvre peuple, au sein duquel repose toujours une telle faculté de croyance et d’intelligence, le peuple croyait effectivement qu’il était stupide et combattait en lui-même tout soupçon, toute pensée libératrice comme née du diable. Qui libéra alors le peuple de ce saint esclavage ? La philosophie ; sur bien des choses, les philosophes du siècle précédent se sont trompés, ils ont méconnu la beauté et la sainteté de plus d’une chose, mais leur destination [Bestimmung] providentielle, qui consistait à élever le peuple à l’estime de soi, à la conscience de sa dignité et de son droit saint et immuable, cette destination, ils l’ont fidèlement accomplie, et comme l’histoire juge toujours mieux et avec plus de magnanimité que les partis, petits, aveugles, et pour cette raison haineux, elle retiendra sans aucun doute leur nom parmi ceux des libérateurs et des meilleurs serviteurs de l’humanité.

12Et aujourd’hui encore, la philosophie poursuit sa lutte opiniâtre - sa lutte à mort - contre tous les préjugés, contre tout ce qui empêche les hommes d’atteindre leur but élevé et saint, la réalisation [ Verwircklichung] de la communauté libre et fraternelle, la réalisation du ciel sur la Terre. Elle a encore beaucoup à faire, beaucoup à combattre pour déchirer le voile du mensonge que les amis conservateurs du peuple ont étendu sur lui d’une manière intéressée. Mais elle a le courage de la vérité, elle vaincra et elle doit vaincre aussi, étant donné que la vérité, la connaissance de la vérité est sa seule arme. Elle combat à la lumière et ses ennemis dans la nuit ; ses ennemis suscitent dans le peuple les passions obscures et le démoniaque, alors qu’elle, au contraire, ne s’appuie que sur la part divine et lumineuse de la nature humaine, elle en appelle aux passions élevées de la liberté, de l’amour et de la connaissance, et Dieu, la vérité, finira quand même par remporter la victoire sur l’obscurité.

13C’est le point commun de la philosophie avec le communisme ; les deux font effort pour la libération des hommes ; mais là commence aussi leur différence essentielle ; selon son essence, la philosophie est seulement théorique, elle se meut et se développe uniquement à l’intérieur de la connaissance, le communisme en revanche est, sous sa figure actuelle, seulement pratique ; par là est exprimé l’avantage et la carence de chacun de ces phénomènes vis-à-vis de l’autre. Sans doute la pensée et l’action [die Tat], la vérité et l’éthicité [Sittlichkeit], la théorie et la praxis sont-elles en dernière instance une seule et même essence inséparable ; sans doute le plus grand mérite de la philosophie moderne consiste-t-il à avoir conçu et connu cette unité, mais avec cette connaissance elle parvient à une frontière, une frontière qu’elle ne peut franchir en tant que philosophie, car au-delà de cette frontière commence une essence plus élevée qu’elle - la communauté effective des hommes libres, animée par l’amour et née de l’essence divine de l’égalité originelle -, sa réalisation de ce côté qui constitue la propre essence du christianisme, le véritable communisme.

13 juin 1843

14[5] « Pour lui aussi (Weitling), dit le Beobachter, comme pour le Schweizerischer Republikaner, tout sentiment national est une sottise, un non-sens. Il n’y a que des hommes, et pas de peuples à proprement parler ; que des citoyens du monde, et pas de citoyens d’États. »

15Encore une mystification ! Le Beobachter est un farceur, chrétien certes, mais néanmoins un farceur ! Il plaisante parfois d’une telle façon qu’on pourrait prendre sa plaisanterie au sérieux ; mais il est trop rusé pour pouvoir avoir effectivement cette opinion du Republikaner ; et trop éthique pour exprimer avec sérieux quelque chose auquel il ne peut croire lui-même. Quoi, le Republikaner serait censé déclarer que tout sentiment national est une sottise, un non-sens ? Le Beobachter ne sait-il donc plus que le Republikaner a toujours tenu pour un crime de haute trahison, pour un exécrable et infâme crime de haute trahison le fait que quiconque, pour procurer la victoire à ses vues politiques - que ces vues soient fausses ou justes - cherche à occasionner une immixtion de l’étranger dans les affaires de sa patrie ? L’indépendance et la fière autonomie de la Suisse envers toutes les influences des gouvernements étrangers ne furent-elles pas le but permanent du Republikaner et ne l’a-t-il pas suffisamment prouvé par son attitude par exemple dans les affaires du Conseil, dans l’imbroglio causé par Louis Bonaparte et dans l’affaire Herwegh ?

16Que Weitling méconnaisse la signification de la nationalité, nous ne voulons pas le lui reprocher, c’est une erreur, mais une erreur nécessaire, une étape nécessaire dans le développement du communisme ; tout grand phénomène historique, sans même exclure le christianisme, émerge d’abord unilatéralement, seulement en tant que négation de ce qui subsiste ; ainsi le christianisme a-t-il, au début, inconditionnellement rejeté l’art, parce que l’art était alors indissociable du paganisme ; mais par la suite il a reconnu à nouveau l’art comme quelque chose de régénéré à partir du principe écrit et c’est ainsi que l’art chrétien a pris naissance. Il en va de même pour le communisme ; il désavoue maintenant toute nationalité, non pas parce que le principe de la nationalité serait mauvais en soi et pour soi ; de celui-ci, le communisme ne sait encore rien parce qu’il est encore très peu formé théoriquement et scientifiquement, parce qu’il est encore très loin d’avoir conçu son propre principe dans sa vérité et dans toute l’ampleur de ses conséquences ; mais le communisme rejette toutes les nationalités parce que telles qu’elles sont maintenant, elles ne satisfont pas à leur concept, et qu’au lieu d’être les porteuses et les organes libres et vivants de l’humanité unifiée, elles persistent étroitement et égoïstement à aller contre cette unité divine dans laquelle elles peuvent atteindre leur véritable destination.

17Il faut bien se garder de confondre le cosmopolitisme du communisme avec celui du siècle précédent ; le cosmopolitisme théorique du siècle précédent était froid, indifférent, réfléchi, sans base ni passion ; il était une abstraction morte et infructueuse, un vil ouvrage théorique qui ne contenait pas la moindre étincelle de feu productif et créateur ; contre cette ombre sans vie et sans esprit, la force négative et démoniaque de la nationalité avait un droit inconditionné et a aussi remporté sur elle une victoire complète.

18En revanche, on ne peut reprocher au communisme un manque de feu et de passion ; le communisme n’est pas un fantôme, une ombre ; il y a, cachée en lui, une chaleur, une ardeur qui tend avec force vers la lumière - une ardeur qui n’est plus à réprimer et dont la décharge peut devenir dangereuse et même terrible si les classes privilégiées et cultivées ne lui facilitent pas ce chemin vers la lumière avec amour, avec sacrifice et avec une [6] reconnaissance complète de sa mission historique mondiale. Le communisme n’est pas une ombre sans vie, il vient du peuple et une ombre ne peut jamais prendre naissance dans le peuple ; le peuple - et sous le nom de peuple je comprends le plus grand nombre, la plus grande masse, les pauvres et les opprimés - le peuple, dis-je, a toujours été l’unique base créatrice où ont pris naissance, et en elle seule, toute dignité, toutes les grandes actions historiques, toutes les révolutions délivrant le monde ; celui qui est étranger au peuple, ses faits et ses actions sont par avance affectés de la malédiction de l’impuissance ; créer, créer effectivement, on ne le peut que par un contact effectif, électrique avec le peuple ; le Christ et Luther étaient issus du peuple, du bas peuple, - et si les héros de la Révolution française ont jeté d’une main puissante le premier fondement du futur temple de la liberté et de l’égalité, ce n’est que parce qu’ils s’étaient régénérés dans l’océan tempétueux de la vie populaire.

19Ainsi la protestation du communisme contre le principe de la nationalité est beaucoup plus importante, beaucoup plus significative que celle du cosmopolitisme éclairé du siècle précédent, le communisme ne parle pas depuis la théorie mais depuis l’instinct pratique, depuis l’instinct populaire, et celui-ci ne se trompe jamais ; sa protestation est une décision souveraine de l’humanité, dont l’unité sainte et hors de laquelle il n’est point de salut [alleinseligmachende’] est encore aujourd’hui méconnue par l’égoïsme étroit des nations.

20À moins que le Beobachter ne veuille rien savoir de l’humanité ? L’idée d’humanité est-elle effectivement pour lui un non-sens, un mot vide ? Ce serait singulier ! C’est qu’il n’est pas simplement le Beobachter [L’Observateur], mais le Christlicher Beobachter [L’Observateur chrétien], et en tant que tel il devrait bien savoir que l’un des plus grands actes du christianisme consista à exprimer l’idée d’humanité contre les nations isolées et hermétiquement closes sur elles-mêmes du paganisme.

21Tous les hommes, tous sans exception, sont frères, enseigne l’Évangile, et s’ils s’aiment les uns les autres, alors seulement le Dieu invisible et la vérité rédemptrice et libératrice sont présents en eux, ajoute Jean ; par suite l’homme isolé, fût-il intentionné d’une manière si belle et si éthique, ne peut prendre part à la vérité s’il ne vit pas dans la communauté ; Dieu n’est pas présent dans l’individu isolé mais seulement dans la communauté, et ainsi la vertu d’un individu, la vertu vivante, fructueuse, n’est possible qu’à travers le lien saint et miraculeux de l’amour, que dans la communauté. Hors de la communauté, l’homme n’est rien, dans la communauté il est tout ; et lorsque la Bible parle de la communauté, elle est très loin de comprendre là-dessous des communes ou des nations isolées, étroites, se séparant des autres ; des différences nationales, le christianisme originel ne sait rien, et la communauté qu’il prône est la communauté de tous les hommes, l’humanité.

22Weitling est ainsi fidèle au christianisme originel lorsqu’au nom de l’humanité une et indivisible il rejette le singulier principe de la nationalité ; le christianisme a aussi d’abord émergé unilatéralement en tant que négation, en tant que destruction de toutes les différences nationales ; par la suite, les différences nationales se sont à nouveau développées à l’intérieur du monde chrétien ; mais aussi longtemps que le christianisme fut encore puissant, il eut aussi le pouvoir, en quelques grands moments de l’histoire, d’abroger à nouveau l’isolement des nations et de toutes les unir dans un grand but commun. - Les croisades peuvent en être la meilleure preuve.

23Aujourd’hui le pouvoir du christianisme sur les États a disparu ; certes les États présents se nomment encore chrétiens, mais ils ne le sont plus ; le christianisme ne leur est plus qu’un moyen, et non plus la source et le but de leur vie ; ils vivent et agissent depuis des sources qui sont tout à fait opposées au christianisme, et qu’ils se nomment encore chrétiens est une hypocrisie, une hypocrisie plus ou moins consciente. Nous espérons dans la suite de cet article le prouver d’une manière claire et irréfutable. Nous examinerons les aspects les plus importants de la vie présente de l’État et exposerons que l’élément chrétien n’y est qu’une maigre apparence et que seul l’élément non chrétien y est effectif.

24Mais depuis que le christianisme n’est plus ce lien vivifiant et maintenant ensemble les États européens, - qu’est-ce qui les lie encore, qu’est-ce qui entretient encore en eux la consécration de l’unité et de l’amour qui avait été prononcée parmi eux par le christianisme ? Le saint esprit de la liberté et de l’égalité, l’esprit de la pure humanité, qui a été révélé à l’humanité par la Révolution française au milieu des éclairs et du tonnerre et qui a été semé partout dans la tempête des guerres révolutionnaires en tant que germe d’une nouvelle vie. La Révolution française est le début d’une nouvelle vie ; beaucoup sont si aveugles qu’ils pensent avoir vaincu et dompté son puissant esprit ; les malheureux, combien terrible sera leur réveil ! Non, le drame révolutionnaire n’est pas encore terminé. Nous sommes nés sous l’étoile de la Révolution, nous vivons et nous nous mouvons sous son influence, et nous mourrons tous, nous tous qui vivons aujourd’hui, sans exception, sous son influence. Nous sommes à la veille d’une grande transmutation historique mondiale, à la veille d’une lutte nouvelle et d’autant plus dangereuse qu’elle n’aura plus un caractère simplement politique, mais principiel, religieux. Non, il ne faut pas se faire d’illusions : il ne s’agira de rien moins que d’une nouvelle religion, de la religion de la démocratie, laquelle sous son vieux drapeau à la devise « Liberté, égalité et fraternité » livrera sa nouvelle lutte, une lutte à mort.

25C’est de cet esprit qu’est né le communisme ; cet esprit rassemble maintenant d’une manière invisible tous les peuples sans différences de nations ; à cet esprit, à ce fils sublime du christianisme s’opposent maintenant les gouvernements soi-disant chrétiens et tous les princes et détenteurs de pouvoir, républicains ou monarchiques, parce qu’ils savent bien que leur christianisme apparent, leurs menées égoïstes ne sont pas en état de rivaliser avec son image flamboyante. Et que font-ils alors, qu’utilisent-ils comme moyens pour empêcher sa victoire ? Ils cherchent à développer le sentiment national au sein du peuple, aux dépens de l’humanité et de l’amour ; eux, les gouvernements chrétiens, prêchent la haine et le meurtre au nom de la nationalité !

26Contre eux, Weitling et le communisme ont un droit inconditionné car selon les principes du christianisme même, tout ce qui s’oppose à l’esprit de l’amour doit être anéanti.

Notes

1 Cet article de Bakounine a paru dans le Schweizerischer Republikaner des 2, 3 et 13 juin 1843. Des extraits (surtout de la fin) ont été traduits en français par Jean Barrué dans Fritz Brupbacher, Bakounine ou le démon de la révolte. La traduction intégrale se trouve sur le cédérom de l'IISG, avec des défauts analogues à la traduction de « La Réaction en Allemagne ».

2 2. Cette dernière partie de la phrase est absente de la traduction de l'IISG.

© ENS Éditions, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540