Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Bakounine jeune hégélien

 | 
Jean-Christophe Angaut

Textes de Michel Bakounine

Lettre à Ruge, mai 18431

Texte intégral

  • 1 Lettre publiée dans le cadre fictif d'une correspondance à trois (Bakounine, Marx, Ruge) par le seu (...)

Ile Saint-Pierre, sur le lac de Bienne, mai 1843

1[1] Votre lettre de Berlin m’a été communiquée par notre ami Marx. À propos de l’Allemagne, vous semblez en proie au découragement. Vous ne voyez que la famille et le philistin qui est claquemuré entre ses quatre poteaux avec toutes ses pen­sées et tous ses désirs et ne voulez croire au printemps qui le tirera de son trou. Cher ami, ne perdez surtout pas la foi, surtout pas vous ! Songez que moi, le Russe, le Barbare, je n’y renonce pas, je ne renonce pas à l’Allemagne et vous, qui vous trouvez au milieu de son mouvement, vous, qui en avez vécu les prémisses et avez été surpris par son essor, voilà que vous voulez taxer d’impuissance ces mêmes pensées qu’auparavant, alors que leur puissance n’avait pas encore été mise à l’épreuve, vous croyiez capables de tout ? Oh, je le concède, il y a encore loin d’ici à ce que le 1789 allemand se fasse jour. Quand les Allemands n’ont-ils pas été en arrière de plusieurs siècles ? Mais ce n’est pas une raison pour que ce soit maintenant le moment de se croiser les bras et de désespérer lâchement. Si des hommes comme vous n’ont plus foi en l’avenir de l’Alle­magne, ne veulent plus y travailler, qui donc aura la foi, qui agira [handeln] ? J’écris cette lettre dans l’île de Rousseau, sur le lac de Bienne. Vous le savez, je ne me nourris pas de chimères ni de phrases ; mais je tressaille jusqu’à la moelle à la pensée qu’aujourd’hui même, alors que c’est à vous que j’écris, et sur un tel objet, je suis conduit en ce lieu. Oh, c’est certain, ma foi en la victoire de l’humanité sur les calotins et les tyrans est cette même foi que le grand exilé a déversée dans tant de millions de cœurs et qu’il avait aussi emportée ici avec lui. Rousseau et Voltaire, ces deux immortels, rajeunissent ; dans les têtes les plus douées de la nation allemande, ils célèbrent leur résurrec­tion ; un grand enthousiasme pour l’humanisme et pour l’État dont enfin l’homme est effectivement devenu le principe, une haine brûlante contre les prêtres et leur salissure impudente de tout ce qui est humainement grand et vrai pénètre à nouveau le monde. La philosophie jouera encore une fois le rôle qu’elle a si glorieusement mené à bien en France ; et cela ne prouve rien contre elle que sa puissance et son caractère redoutable soient devenus clairs à ses adversaires plus tôt qu’à elle-même. Elle est naïve et ne s’attend d’abord à aucun combat et à aucune persécution car elle prend tous les hommes pour des êtres rai-[2] sonnables et s’adresse à leur raison, comme si celle-ci était leur souveraine absolue. Il est tout à fait dans l’ordre des choses que nos adversaires, qui ont le front de déclarer : « nous sommes déraisonnables [unvernünftig] et voulons le rester », engagent la lutte pratique, la résistance contre la raison par des mesures déraisonnables. Cette situation ne fait que prouver la prédo­minance de la philosophie, ces cris contre elle sont déjà la vic­toire. Voltaire a dit une fois : « Vous, petits hommes, revêtus d’un petit emploi, qui vous donne une petite autorité dans un petit pays, vous criez contre la philosophie ? » En ce qui concerne l’Alle­magne, nous vivons l’époque de Rousseau et Voltaire et « ceux d’entre nous qui sont assez jeunes pour recueillir les fruits de notre travail verront une grande révolution et un temps où cela vaut la peine d’être né ». Ces paroles de Voltaire, il nous est aussi permis de les répéter sans craindre qu’elles soient moins confirmées la deuxième fois que la première par l’histoire.

2En ce moment,les Français sont encore nos maîtres [Lehrer]. D’un point de vue politique, ils ont une avance de plusieurs siècles. Et tout ce qui s’ensuit ! Cette puissante littérature, cette poésie et cet art vivants, ce façonnement [Durchbildung] et cette spiritualisation du peuple entier, de simples conditions que nous ne comprenons que de loin ! Il nous faut rattraper, il nous faut donner le fouet à notre hauteur métaphysique qui ne réchauffe pas le monde, il nous faut apprendre, il nous faut travailler jour et nuit pour parvenir à vivre comme des hommes parmi les hommes, pour être libres et rendre libres - il nous faut - j’en reviens toujours à cela, prendre possession de notre époque avec nos pensées. Au penseur et au poète il est échu d’anticiper l’avenir et de bâtir à l’intérieur du chaos de décomposition et de mort qui nous entoure, un nouveau monde de liberté et de beauté.

3Et eu égard à tout cela, initié au secret des puissances éter­nelles qui font naître l’époque de leurs entrailles, vous voulez désespérer ? Si vous désespérez de l’Allemagne, c’est que vous ne désespérez pas seulement de vous-même, vous renoncez à la puissance de la vérité, à laquelle vous êtes voué. Peu d’hommes sont assez nobles pour se livrer entièrement et sans retenue au tissage et à l’action de la vérité libératrice, peu sont à même de communiquer à leurs contemporains ce mouvement du cœur et de la tête ; mais celui qui a réussi une fois à devenir la bouche de la liberté et à captiver le monde par les accents argentés [3] de cette voix, celui-là possède de la victoire de sa cause une garantie qu’un autre ne peut atteindre que par un même travail et une même réussite.

4Maintenant je le concède, il nous faut rompre avec notre propre passé. Nous avons été battus et quand bien même ce ne serait que la force brute qui faisait obstacle au mouvement de la pensée et de la poésie, cette brutalité même aurait été impossible si nous n’avions pas mené une vie isolée dans le ciel de la théorie savante, si nous avions eu le peuple de notre côté. Ce n’est pas devant lui que nous avons plaidé sa cause. Il en va autrement avec les Français. On aurait bien réprimé aussi leurs libérateurs, si on en avait été capable.

5Je le sais, vous aimez les Français, vous ressentez leur supé­riorité. Cela suffit à une forte volonté s’agissant d’une si grande cause pour être leur émule et se hisser à leur niveau. Quel senti­ment ! Quel bonheur indicible que cette aspiration et cette puis­sance ! Oh, comme je jalouse votre travail et même votre colère, car celle-ci aussi est le sentiment de toutes les nobles âmes de votre peuple. Puissé-je seulement y concourir ! Mon sang et ma vie pour sa libération ! Croyez-moi, il se lèvera et atteindra le grand jour de l’histoire humaine. Il ne tiendra pas toujours pour titre de gloire cette honte des Germains d’être les meilleurs serviteurs de toutes les tyrannies. Vous lui reprochez de n’être pas libre, de n’être qu’un peuple servile. Vous ne dites que ce qu’il est ; comment voulez-vous par là prouver ce qu’il sera ?

6N’était-ce pas tout à fait le même cas en France ? Et combien promptement la France entière est devenue un être public et ses fils des hommes politiques ! Il ne nous est pas permis de renoncer à la cause du peuple, quand bien même celui-ci l’abandonnerait. Ils nous lâchent, ces philistins, ils nous répriment : leurs enfants ne se donneront que plus fidè­lement à notre cause. Leurs pères cherchent à tuer la liberté, ils iront à la mort pour la liberté.

7Et quel avantage n’avons-nous pas sur les hommes du xviiie siècle ? Ils prêchaient depuis une époque déserte. Nous avons vivants sous les yeux les immenses résultats de leurs idées, nous pouvons entrer en contact avec eux d’une manière pratique. Allons en France, posons le pied au-delà du Rhin et nous voilà d’un seul coup au milieu de nouveaux éléments qui ne sont pas encore du tout nés en Allemagne. La diffusion de [4] la pensée politique dans tous les cercles de la société, l’éner­gie de la pensée et du discours, qui ne parvient à l’explosion dans les têtes éminentes que pour cette raison que la pression de tout un peuple s’éprouve dans chaque formule frappante - tout cela, nous pourrions maintenant l’apprendre d’un spec­tacle vivant. Un voyage en France et même un séjour prolongé à Paris nous serait de la plus grande utilité.

8La théorie allemande a amplement mérité cette chute du haut de son ciel, comme cela lui arrive à présent alors qu’elle se fait secouer par les oreilles et montrer le chemin à suivre, telle un chien de chasse, par des théologiens brutaux et des hobe­reaux stupides. Tant mieux pour elle si cette chute la guérit de son orgueil. Il dépendra entièrement d’elle de bien vouloir alors tirer cette leçon de son destin, qu’elle est abandonnée sur la sombre et solitaire hauteur et n’est en sûreté qu’au cœur du peuple. Qui gagnera le peuple, nous ou vous ? Voilà ce que crient aux philosophes ces obscurs castrats. Oh, honte sur ces faits ! Mais aussi salut et honneur aux hommes qui mènent alors à la victoire la cause de l’humanité.

9Ici, c’est ici seulement que commence la lutte, et notre cause est si forte que nous, quelques hommes éparpillés aux mains liées, avec notre seul cri de guerre nous plongeons leurs myriades dans la crainte et l’effroi. Allons, c’est le moment ! Et je veux briser vos liens, vous Germains qui voulez devenir Grecs, moi le Scythe. Envoyez-moi vos ouvrages ! Sur l’île de Rousseau je veux les imprimer et écrire une fois encore en lettres de feu dans le ciel de l’histoire : défaite aux Perses !

Notes

1 Lettre publiée dans le cadre fictif d'une correspondance à trois (Bakounine, Marx, Ruge) par le seul et unique numéro des Annales franco-allemandes à Paris en 1844. Une traduction se trouve dans l'édition française de l'ouvrage de Brupbacher citée plus haut.

© ENS Éditions, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540