Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Bakounine jeune hégélien

 | 
Jean-Christophe Angaut

Biographie

Texte intégral

1Né le 18 mai 1814 dans une famille de la petite noblesse terrienne russe, Michel Bakounine s’initie à la philosophie à Moscou, au sein du cercle de Stankevitch, après avoir renoncé à la carrière des armes à laquelle le destinait sa famille. D’abord enthousiasmé par la lecture de Fichte (au moyen duquel il cherche à penser ses rapports avec son entourage familial et amical), il se convertit au hégélianisme en 1837. En 1840, pour approfondir sa connaissance de la philosophie de Hegel et pour s’éloigner d’un contexte familial étouffant, il part pour Berlin. Il prend d’abord des leçons sur la Logique de Hegel auprès d’un hégélien de droite, Werder, puis suit les cours de Schelling en compagnie d’Engels et de Kierkegaard à l’automne 1841. C’est à cette époque qu’il fait la rencontre d’Arnold Ruge qui détermine son passage dans la gauche hégélienne au cours des années 1842-1843.

  • 1 Tous les textes de Bakounine indiqués sans mention d’éditeur sont disponibles uniquement en version (...)

2À la suite de ses prises de position révolutionnaires (« La Réaction en Allemagne », « Le communisme »), le retour de Bakounine en Russie devient impossible et il est contraint à l’exil en Suisse, puis en France (1844), d’où il est expulsé à la demande de la Russie pour avoir attaqué publiquement le tsar et soutenu la cause polonaise (1847). En 1848, il se distingue par son activité au cours du Printemps des peuples (insurrection de Prague, « Appel aux Slaves »1), avant d’être arrêté au printemps 1849 pour sa participation à l’insurrection de Dresde. Il est alors condamné à mort par la Saxe, puis par l’Autriche, avant d’être livré en 1851 à la Russie où il passera les dix années suivantes, d’abord en forteresse, puis à partir de 1857 en Sibérie, dont il s’évade par le Japon et les Etats-Unis en 1861, pour revenir en Europe en 1862. Après l’échec de l’insurrection polonaise de 1863, Bakounine renonce définitivement aux entreprises exclusivement nationales.

  • 2 L’empire knouto-germanique et la révolution sociale, dans Œuvres complètes, vol. VIII.
  • 3 Fédéralisme, socialisme et antithéologisme, dans Œuvres, vol. I.
  • 4 Etatisme et anarchie, dans Œuvres complètes, vol. IV.

3Commence alors la période la plus connue de l’itinéraire de Bakounine, celle du socialisme libertaire, aussi bien théorique que pratique (dont il exposera les principes en 1871 dans L’empire knouto-germanique et la révolution sociale2). Après avoir tenté de réunir autour des principes qu’il défend plusieurs sociétés secrètes en Italie, puis d’y convertir la Ligue de la Paix et de la Liberté (Fédéralisme, socialisme et anti-théologisme3), Bakounine, désormais installé en Suisse pour le restant de sa vie, adhère à l’Association internationale des travailleurs en 1868. Son activité s’inscrit alors dans celle de cette organisation, mais aussi dans une relation de rivalité de plus en plus marquée avec Marx, ce qui conduit à son exclusion en 1872. Après avoir tiré le bilan de son engagement dans l’Internationale (Etatisme et anarchie4), Bakounine, malade, renonce à toute activité révolutionnaire. Il meurt à Berne le 1er juillet 1876.

Notes

1 Tous les textes de Bakounine indiqués sans mention d’éditeur sont disponibles uniquement en version électronique sur le cédérom de l’IISG signalé en bibliographie.

2 L’empire knouto-germanique et la révolution sociale, dans Œuvres complètes, vol. VIII.

3 Fédéralisme, socialisme et antithéologisme, dans Œuvres, vol. I.

4 Etatisme et anarchie, dans Œuvres complètes, vol. IV.

© ENS Éditions, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540