Vous l’avez sans doute déjà repéré : sur la plateforme OpenEdition Books, une nouvelle interface vient d’être mise en ligne.
En cas d’anomalies au cours de votre navigation, vous pouvez nous les signaler par mail à l’adresse feedback[at]openedition[point]org.

Précédent Suivant

Introduction

p. 207-208


Texte intégral

1Les études qui illustrent ce « regard raconté » partent de l’idée que le processus du regard et sa mise en scène sont au cœur de la narration, qu’ils en conditionnent les modalités et ainsi révèlent indirectement son fonctionnement et ses enjeux.

2Marie-Françoise Notz, analysant quelques récits des Cent nouvelles nouvelles, œuvre anonyme du XVe siècle, interroge en premier lieu le sens de ce nom de « nouvelle » donné aux récits brefs de la fin du Moyen Âge et de leur spécificité par rapport au « roman ». Elle propose d’accorder à la vision et à ses mécanismes un rôle structurant qui rapprocherait ce goût de la nouvelle de l’usage nouveau de la perspective qui se fait jour à la même époque.

3Jean-Jacques Vincensini, s’appuyant essentiellement sur deux récits « mélusiniens » du XIVe siècle, celui de Jean d’Arras et celui de Coudrette, s’arrête sur le regard porté sur la merveille, l’être féérique issu d’un autre monde qui se laisse apercevoir pour mieux « s’interdire » quand il le veut et priver de sa présence l’indiscret qu’il avait séduit et fasciné. Dans ces rencontres et ces unions extraordinaires, contre nature, se déroule, en effet, le jeu de l’imaginaire et du désir. Mais, au-delà de cette dynamique subjective, la mise en scène des dispositifs scopiques prend une tout autre allure. Elle a pour vocation de symboliser la tentative illusoire de mettre en relation des termes sexuellement et ontologiquement disjoints. En ce sens les relations visuelles sont moins des actes de la perception que des opérations de la pensée, de la pensée mythique en l’occurrence.

4Dans tous les cas, qui voit qui ? qui tient l’autre ?, dans ce déploiement d’un spectacle toujours partiel quand on le croirait ou le voudrait total.

5La nouvelle érotique comme le récit mélusinien témoignent de la tentative vaine de réduire la faille qui sépare les êtres et les choses, de rapprocher les termes distants. Or les jeux de regards semblent dans un premier temps la voie privilégiée pour accéder au sens, car la vue renvoie, illusoirement, à la perception d’une globalité.

6Aussi les nouvelles mettront-elles volontiers en scène le borgne ou un personnage aveuglé au moment même où il croyait enfin saisir le tout ou le fond de l’autre. De même, l’interdit de la fée portera-t-il de préférence sur le regard, car quelque chose toujours reste inconnaissable, imperceptible ou inaccessible, le vu ne se donnant qu’en fonction d’un non-vu. Le voyeur qui aspire à connaître l’intérieur de l’autre, son envers ou son secret échoue et perd ce qu’il possédait.

7Tous ces récits, comiques ou tragiques, dénoncent donc, à l’envie, l’illusion d’une connaissance totale, d’une saisie aboutie et définitive d’un autre qui toujours se dérobe. Ils disent bien quelque chose sur l’humain, sur le rêve sans cesse renaissant, et sans cesse déçu, d’une communication parfaite et d’une union absolue.

Précédent Suivant

Le texte seul est utilisable sous licence Licence OpenEdition Books. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.