Version classiqueVersion mobile

Historiographie de la littérature belge

 | 
Björn-Olav Dozo
, 
François Provenzano

II. Inscrire la langue

Francophonie : Maurice Piron

1968

Texte intégral

PIRON (Maurice), « Littératures françaises hors de France. Discours de M. Maurice Piron, de l’Académie », Bulletin de l’Académie royale de langue et littérature française, no 46, 1968, p. 246-262.

Discours de M. Maurice PIRON, de l’Académie

1Les académies, nous le savons, ont parfois mauvaise presse. C’est un conformisme comme un autre. Faut-il pourtant rappeler que, sans les académies, nous n’aurions ni le Discours sur l’origine de l’inégalité, ni celui De l’universalité de la langue française ? N’est-ce pas leur mérite après tout (ce le fut en tout cas) de proposer des sujets inédits à l’attention des lettrés, des érudits, des moralistes ? Et même lorsqu’elles exercent l’apanage, qu’on leur concède volontiers, de distribuer couronnes et lauriers, il peut encore se faire qu’elles trouvent là un moyen de dépasser l’événement, de rejoindre quelque grande idée par-delà l’œuvre ou la personne qu’elles récompensent.

2Ce double objectif, il me semble que l’Académie royale de Langue et de Littérature françaises l’atteint aujourd’hui en décernant à l’un des maîtres de la critique son prix le plus important et le plus original, puisqu’il est réservé à un écrivain de langue française qui ne soit pas Français, cependant qu’elle saisit la plus favorable des occasions pour prier un illustre poète de France de nous apporter son témoignage sur les littératures françaises hors de France. Mais avant de laisser Pierre Emmanuel investir de son verbe prestigieux ce sujet et neuf et vaste, j’aurai le privilège et l’honneur d’en préparer les avenues par quelques travaux d’approche. Ceux-ci, je le crains, ne sont pas sans péril, car ils vont nous entraîner dans des chemins arides et sur des pentes abruptes.

***

3Commençons par lever l’équivoque dissimulée sous des expressions telles que : roman français, poésie française, théâtre français. En réfléchissant un peu, ce ne sont pas, ce ne sont plus si tant est qu’ils l’ont jamais été, le roman, la poésie ou le théâtre de la France. Un ouvrage tel que « La critique littéraire en France », par exemple, mutilerait ou déformerait la réalité s’il restait fidèle à son titre.

4On rougit presque de rappeler qu’« une littérature, c’est l’ensemble des ouvrages écrits dans une même langue », mais le rappel de cette évidence nous fait mieux saisir le danger de soustraire du domaine des lettres françaises certains de ses prolongements hors des frontières de France. Et puisqu’il est entendu que le concept de littérature française ne coïncide pas dans son extension avec les limites d’un État, on admettra en retour que les autres pays où le français a statut de langue maternelle ne sauraient de leur côté s’ériger en domaines littéraires autonomes.

  • 1 Ce critère, s’il est déterminant, n’est cependant pas le seul. Comme l’écrit François JOST, « l’uni (...)

5Je parle ici d’autonomie en me référant au critère de la langue1. Ces franges extérieures de la littérature française dans des pays non politiquement français soulèvent cependant, comme je me propose de le montrer, un problème d’un autre genre que celui de leur douteuse existence en tant que littératures nationales.

6Mais avant de poursuivre, qu’il me soit permis d’établir une distinction à l’intérieur du vaste ensemble qu’on a pris l’habitude, depuis 1962, d’appeler la Francophonie.

7L’historien ou le comparatiste ne peut en effet considérer d’un même regard les formes d’expression littéraire qui se sont développées, à des moments différents, en Afrique, au Proche-Orient, dans les Antilles, etc., c’est-à-dire dans des pays étrangers au domaine héréditaire du français, et les littératures qui, elles, font historiquement et comme naturellement partie de ce domaine et auxquelles je réserverai le nom de marginales parce que les territoires où elles vivent touchent à la France. Si la Belgique francophone et la Suisse romande sont indiscutablement dans ce cas, y aurait-il quelque témérité à leur associer le Canada français ? Je le crois d’autant moins que l’absence de contiguïté géographique est ici compensée par le facteur plus décisif des origines mêmes du Québec, pays de peuplement français, comme en témoigne le nom de « Nouvelle France » qu’il porta durant les deux siècles où la langue et la culture de la métropole s’y implantèrent sans avoir à subir l’influence d’un quelconque substrat indigène et avant d’avoir à se défendre de l’imprégnation anglo-américaine.

  • 2 Voir Note A en appendice.

8Limiter aux seules littératures marginales mon propos sur les littératures françaises hors de France, ce n’est point de ma part un artifice de facilité. Je voudrais plutôt, partant de ce que nous savons de ces littératures prises en particulier, mais renonçant à les considérer chacune en circuit fermé comme on l’a toujours fait jusqu’ici, rechercher s’il n’existe pas entre elles des tendances générales qui leur soient communes. L’ensemble de ces littératures se présenterait alors comme un phénomène global à interpréter selon une optique tout autre que celle de l’histoire littéraire traditionnelle2.

  • 3 À propos des récents romans de M. FALL, La plaie, A. KOUROUMA, Les soleils des indépendances et Y.  (...)

9Cette hypothèse trouve son fondement dans la comparaison avec les littératures françaises du Tiers Monde, notamment des pays aujourd’hui décolonisés, celles qu’il y a un instant je rangeais à part, du fait qu’elles sont conditionnées par une ambiance socio-culturelle étrangère à l’Occident. Dans ces pays où le français est une langue neuve, la francité ne se sent point liée à la servitude de nos rhétoriques. La langue d’adoption qui informe les produits de l’imagination et de la sensibilité africaines se rajeunit en des œuvres d’une fraîcheur, d’une résonance qui étonne et qui ravit. L’expression de la négritude aura annexé au domaine des lettres des zones qu’on ne soupçonnait pas3. Aussi, en face de ces pays à vocation nouvelle, les nôtres, les pays d’Outre-France, les vieilles terres de confins s’exposent à se voir, à la lumière de ce contraste, dévisager à leur tour.

10Le premier trait de famille des trois régions considérées est que leur appartenance linguistique et par conséquent littéraire au domaine français est antérieure de plusieurs siècles à leur intégration dans un État politique indépendant : la confédération des vingt-deux cantons suisses s’est achevée en 1815, le Royaume de Belgique est fondé en 1831 et la Confédération canadienne en 1867.

  • 4 On ne perdra cependant pas de vue — bien que ce soit tout autre chose —le rôle que la Suisse frança (...)

11Or, c’est du même xixe siècle que date, dans chacun de ces pays, le premier mouvement collectif des lettres françaises4. Développement tardif, s’il en est. Les débuts du genre romanesque sont curieux à observer à cet égard. Le premier roman belge est de 1827 (H. Moke, Les gueux de mer), le premier roman canadien, de 1837 (Philippe Aubert de Gaspé, Le chercheur de trésors ou l’influence d’un livre), et, en Suisse romande, si l’on excepte Le mari sentimental (1783) de Samuel de Constant, l’oncle de Benjamin, et les récits de Mme de Charrière, qui est d’ailleurs Hollandaise de naissance, le roman ne démarre qu’en 1839 avec Le presbytère de Töpffer, tiré d’une nouvelle du même nom (1832).

12On peut toujours rattraper un retard. En fait, cependant, ces littératures jeunes semblent paradoxalement alourdies du poids d’un passé qu’elles n’ont pas eu. C’est que, tributaires des modes de la France, elles les subissent avec le décalage d’une génération. Et même davantage si l’on considère le Québec dont l’éveil littéraire a été particulièrement lent. « Il est question déjà depuis quelque temps, dans nos journaux, de M. de Lamartine » lit-on en 1848 dans L’Aurore des Deux Canadas qui, de l’auteur de l’Histoire des Girondins, précise qu’« on ne connaît guère ses poésies ». Aussi bien, les rives du Saint-Laurent n’accueilleront le romantisme qu’après 1850, avec les poètes Octave Crémazie et Louis Fréchette, de même qu’on sera parnassien à Bruxelles, quand il n’y aura plus de parnassiens à Paris.

13Provincialisme tardigrade, dira-t-on, auquel n’échappe peut-être pas la France des sous-préfectures. Sans doute. Mais voici à présent d’autres convergences, propres, celles-ci, à nos littératures de l’extérieur.

14C’est tout d’abord la volonté qu’elles ont de se constituer en littératures nationales.

  • 5 Littérature romande et culture française, Paris, Seghers, 1963, p. 10.

15Volonté qui s’affirme en Suisse, dès la fin du xviiie siècle, avec « l’helvétisme » du doyen Bridel. On loue ses Poésies helvétiennes (1782) d’illustrer l’idée émise par lui quelques années plus tôt que « la Suisse française doit avoir une poésie nationale ». Paroles qui se répercuteront au xixe siècle avec le « Vivons de notre vie » du romantique vaudois Juste Olivier qui, lui aussi, prêchera d’exemple, et, un peu plus tard, dans la proclamation du Neuchâtelois Philippe Godet : « Que notre art demeure avec obstination national et moral ! » Au xxe siècle, des écrivains romands réagiront au point que « poser la question : la littérature romande existe-t-elle ? suscite toujours les passions », ainsi que l’a noté Gérard Tougas5.

  • 6 Cfr l’important article de J.-M. KLINKENBERG, Nouveaux regards sur le concept de « littérature belg (...)

16Même courbe d’évolution en Belgique où un feuilletoniste de l’Indépendance témoigne en 1846 : « Depuis plusieurs années, nous dirons même depuis l’accomplissement de notre révolution, nous entendons répéter continuellement qu’il faut créer une littérature nationale ». Dix ans plus tôt, en effet, la Revue Belge avait affirmé par la plume de Théodore Weustenraad : « La Belgique a conquis son indépendance politique en 1830 ; il est temps qu’elle conquière également son indépendance littéraire ». Cependant que La Revue nationale enchaînait en 1839 : « La Belgique aura une littérature du jour qu’on pourra voir dans les ouvrages de ses écrivains une représentation fidèle des qualités bonnes et mauvaises qui la distinguent des autres nations ». Et la même année, l’Anversois Buschmann orientait ce programme en donnant la civilisation germanique comme inspiratrice de la littérature nationale belge. Entre ces textes et le Manifeste du Groupe du Lundi qui, en 1937, prit résolument le contrepied des thèses nationalistes, que de témoignages on pourrait invoquer ! que de débats pour ou contre la littérature belge ! Cette querelle aujourd’hui n’intéresse plus guère les écrivains ; mais elle a rebondi depuis lors dans le camp des historiens et des sociologues, sous un aspect d’ailleurs quelque peu différent6.

  • 7 Culture vivante, revue du Ministère des affaires culturelles du Québec, no 5 de 1967, p. 56.
  • 8 Cité par Gérard TOUGAS, Histoire de la littérature canadienne française, 4e édit., Paris, 1967, p.  (...)
  • 9 Ibid., p. 116. — À noter d’ailleurs que, par sa position spéciale en continent nord-américain, le Q (...)

17Du Canada, écoutons Jacques Brault, l’un des jeunes auteurs les plus en vue du Québec, déclarer, l’an dernier, dans une interview : « Nous avons enfin cessé de poser la question traditionnelle : Existe-t-il une littérature québécoise ? »7. Cet enfin se passe de commentaires. La réalité d’une littérature canadienne française a constamment été tantôt affirmée, tantôt niée, depuis que son père spirituel, l’abbé Casgrain, aux alentours de 1866, avait entrevu « tout ce que la consolidation du sentiment national pourrait devoir à une littérature autochtone »8. Le problème de l’autonomie littéraire a été posé, dans le Québec, en des termes fort différents, selon les hommes et les époques. Octave Crémazie, « le patriote mélancolique », supputait les chances du Canada français de produire des œuvres qui fussent assez originales pour atteindre à l’universel, et il les, trouvait tellement réduites qu’il préférait renoncer. Tout à l’opposé, un Claude-Henri Grignon, le romancier vigoureux d’Un homme et son péché (1933), ne voit d’autre salut que dans un rejet impitoyable des influences françaises, au point d’écrire : « Il reste donc à nos romanciers et à nos poètes de se servir du vocabulaire canadien qui n’existe nulle part ailleurs. C’est à ce prix, croyons-nous, et à ce prix seulement que nous établirons une littérature nationale »9.

  • 10 Charly GUYOT, dans son introduction à l’anthologie Écrivains de Suisse française, Berne, 1961, p. 1 (...)

18Le nationalisme littéraire né dans le climat des idées romantiques, voire préromantiques, s’accorde tout naturellement, chez nos marginaux, avec une méfiance de l’esprit français. « Réaction salutaire à l’influence française », note un critique neuchâtelois à propos de l’helvétisme10. Salutaire, je ne sais trop, mais réaction sûrement, comme le fait voir une mise en parallèle avec le mouvement romantique de Belgique. Si l’on se détourne alors de la France (en paroles s’entend), n’est-ce pas pour se tourner davantage vers le monde germanique ? Nulle part plus que dans le lyrisme des Van Hasselt, des Hénaux, des Wacken, on ne se montrera sensible aux attraits conjugués de la poésie allemande et des paysages rhénans. L’anti-France trouve d’ailleurs un champ d’action tout préparé dans l’utilisation du passé national par une littérature historique en prose et en vers qui, sous l’égide du Lion des Flandres, le grand succès d’Henri Conscience, va réaliser l’union-qui-fait-la-force dont se prévaudront désormais, et pour un temps qui n’est pas encore fini, les gloires belgiques proprement assimilées aux gloires flamandes.

19Au Québec, malgré un vif sentiment de la survivance française qui ne cesse de polariser les héritiers de Champlain, une situation un peu analogue va se développer à partir de la seconde moitié du xixe siècle. Mais ici l’opposition à la France se nourrit d’un sentiment religieux : ce que dénoncent les catholiques, champions de l’intégrisme contre les libéraux de l’Institut de Montréal, c’est le flot des idées subversives que répand l’impie Marianne, surtout après qu’elle s’est incarnée dans la République. Contraction de repli qui va maintenir pour longtemps les lettres canadiennes dans le conformisme et l’isolement. On se veut Canadien-français parce que la langue française offre le rempart de la tradition pour défendre la patrie et la foi des ancêtres contre l’hégémonie du bloc anglophone. Mais on affirme en même temps que la métropole spirituelle, ce n’est plus Paris : c’est Rome.

  • 11 Voir Note B en appendice.

20L’existence du français dans les pays voisins de la France pose à son tour des problèmes qui ne sont pas tous d’ordre politique. Je fais ici allusion au sentiment de l’« insécurité linguistique », commun aux pays qui ont manqué d’une solide tradition grammairienne. Les provinces romanes de Belgique et de Suisse, si elles ont appris le français presque aussi tôt que la plupart de leurs sœurs de France, ont souvent préféré faire l’école buissonnière avec leurs dialectes plutôt que venir s’asseoir à l’école du maître et du livre. Le Québec, quant à lui, a mêlé le français de terroir de ses fondateurs aux anglicismes de ses nouveaux maîtres, et l’évolution linguistique a fait le reste, c’est-à-dire le joual11. Les cent cinquante dernières années vécues dans des régimes étrangers à la vie d’une France fortement centralisée ont encore contribué au distancement de nos parlures maternelles par rapport aux milieux parisiens qui font autorité en matière d’usage. Au plan de l’expression littéraire, il en est résulté deux choses apparemment contradictoires. D’une part, la pratique d’un « français de frontières » (G. de Reynold) gauche ou imprécis : on écrit mal sans le savoir ; ou bien, rendu méfiant parce qu’on le sait, on tombe dans l’excès contraire, qui est le purisme ; et voulant châtier sa langue, on finit par châtrer son style. D’autre part, et pour vaincre cette inhibition, les Grands Bâtards de Bilinguie, comme les appelait Edmond Picard, cherchent secours dans une artisterie verbale qui chantourne la langue et la soumet aux excentricités les plus voyantes.

  • 12 Sur l’« académisme » linguistique et la réaction qu’il a suscitée en Suisse, on lira les considérat (...)

21On sait avec quelle verve Albert Giraud dénonça, dans La Jeune Belgique, le style qualifié de « macaque flamboyant » des poètes symbolards. Il serait cependant faux de croire que les diseurs de phébus ont été un monopole de nos Landerneaux ; seulement, plus qu’en France, ils y ont joui d’un prestige usurpé en s’y faisant passer pour les maîtres du beau style. De nos littératures, le Suisse Gonzague de Reynold a dit qu’elles passaient souvent pour « ennuyeuses et médiocres »12. N’est-ce pas à cause d’un conditionnement linguistique qui fait qu’entre l’indigence et la pléthore, elles trouvent avec peine le naturel de l’expression ? Ne cherchons pas ailleurs la raison principale du manque d’audience dont furent souvent victimes tant de livres frappés par la disgrâce d’une marque d’origine belge, suisse ou canadienne-française, tenue a priori pour suspecte.

22De là, par un effet secondaire, le complexe d’infériorité que nourrissent tant d’écrivains marginaux qui ont, dès lors, conscience de l’être doublement.

  • 13 Lionel LÉVEILLÉ, Vers la lumière, Montréal, 1931, p. 52.

Il aurait fait du bruit en France
Si l’opiniâtre Providence
– Elle aurait pu tout aussi bien
Avait daigné l’y faire naître,
Mais il avait la guigne d’être
Un Canayen…13

23Ainsi témoignait jadis, pour ses confrères en infortune, un modeste poète du Québec.

  • 14 Pierre KOHLER, Histoire de la littérature française, Payot, Lausanne, t. III, p. 769.

24Autre trait de convergence, et peut-être autre cause de discrédit : le régionalisme. Évoquant les récits qui ont pris à la Suisse romande leur sujet et leur décor, un historien littéraire a pu écrire : « Nos nouvelles et romans locaux ont foisonné au xixe siècle »14, et la critique précise volontiers que la plupart se recommandent moins par leur valeur littéraire que par leur intérêt ethnographique. En Belgique, sur la lancée de Camille Lemonnier, toute une génération de conteurs et de romanciers a mis en coupe réglée les terroirs de Wallonie et de Flandre. Je n’insiste pas sur un trait aussi connu, sinon pour signaler que cette prolifération fut jugée tellement envahissante et dommageable que le Groupe du Lundi, déjà cité, s’en émut et dénonça comme une anomalie des lettres belges « la prédilection pour le régionalisme au sens étroit du mot ». Avec le retard habituel que nous lui connaissons, le Québec a connu pendant l’entre-deux-guerres son âge pastoral, d’où il vient à peine de sortir. C’est le Français Louis Hémon qui ouvrit aux prosateurs canadiens, voués jusqu’alors aux sublimités du genre historique, évangélique et patriotique, une voie qui, de Maria Chapdelaine (1914) à l’épopée de Menaud, maître-draveur (1937), fut vraiment une voie royale.

  • 15 Voir Note C en appendice.

25On dira sans doute que le régionalisme a aussi marqué la France littéraire depuis les romans rustiques de la bonne dame de Nohant. Il n’a cependant pas atteint la même importance et, surtout, il n’a pas revêtu la même signification que dans les littératures marginales. De par leur position même, ces dernières connaissent un penchant naturel à tirer de leur propre fonds la matière de leurs émotions et à se complaire au miroir des originalités non pareilles qu’elles se découvrent : celles-ci les aident d’ailleurs à prendre la mesure de leur distance en face de la littérature de France. Cette dimension nouvelle donnée à l’observation des mœurs locales est particulièrement remarquable en milieu canadien-français, parce que la création littéraire y répond à une autre nécessité encore que celle d’exister sur le plan esthétique15.

26Parler du régionalisme, c’est déjà aborder de biais le phénomène de convergence le plus notable de nos trois littératures : leur renaissance littéraire. Il est frappant de constater qu’en moins de vingt-cinq ans, les lettres françaises ont pris leur élan définitif en Belgique, au Québec et en Suisse.

  • 16 P. KOHLER, op. cit., p. 732.

27C’est le mouvement de 1880 animé par La Jeune Belgique, puis par La Wallonie. C’est, à partir de 1895 et dominée par la tragique figure d’Émile Nelligan, l’École littéraire de Montréal qui ne fut pas une école au sens propre du mot, mais, comme la Jeune Belgique à l’origine, un groupe de jeunes poètes unis par un même besoin d’affirmation personnelle, dans un même dégoût des poncifs académiques. C’est enfin, en 1904, sur les bords du Léman, le départ de La voile latine, l’organe précurseur des Cahiers vaudois que Ramuz rendit célèbres, et l’aube d’un renouveau « qui a gagné toute la Romandie »16. Ces mouvements sont, du moins à leurs débuts, fort éclectiques ; ils ne se réclament d’aucune esthétique particulière et n’en fondent pas de nouvelle ; et l’on voit nettement qu’aucun d’eux ne coïncide avec les écoles littéraires que la France se donne pendant la même période.

28Mais, pour la première fois à la table des lettres françaises, quelques invités qu’on n’attendait pas vont prendre d’autorité une place en vue. L’heure a enfin sonné pour les littératures marginales d’affirmer leur vocation.

29Ce n’est pas le lieu de dire ou plutôt de redire la part prise par la nôtre dans l’émancipation de la poésie française amorcée à partir de Baudelaire. Le symbolisme n’aurait pas été ce qu’il est devenu sans la découverte lyrique de la Flandre, jalonnée par une suite d’œuvres qui vont de Rodenbach à Elskamp, ni, non plus, sans l’action de Mockel et de son groupe pour donner à l’esthétique de la suggestion l’orientation qui lui manquait encore. Depuis cette époque glorieuse, on pourrait suivre presque sans interruption jusqu’à nos jours les conquêtes que la Belgique française a fait faire à la poésie nouvelle. Et je ne dis rien du théâtre.

30Si nous regardons à présent du côté de la Suisse romande et du Canada français, que ce ne soit pas pour tenter l’impossible inventaire d’un demi-siècle de littérature, mais pour relever qu’ici encore, le mouvement de rénovation des années 1900 a eu des lendemains décisifs. C’est d’alors que date, comme en Belgique un peu plus tôt, la naissance d’une authentique littérature moderne. Mais celle-ci, dans son expression la plus haute, fera autre chose que ce que fait la France.

31Un nouveau trait des littératures marginales va nous être ainsi révélé, le plus positif et, à coup sûr, le plus enrichissant : l’instinct de rupture.

32Si les poètes de l’école gantoise, si la personnalité d’un Ramuz, si les écrivains contestataires du Québec ont été adoptés en France (et non toujours sans réserve), n’est-ce pas justement parce que celle-ci a découvert en eux quelque chose qui ne venait pas d’elle et que j’appellerai, faute de mieux, un exotisme de l’intérieur ? Le cas est trop évident pour Verhaeren et son paroxysme, pour le premier Maeterlinck, celui du théâtre de l’angoisse et du mystère des Douze chansons, comme il le sera, à la génération suivante, pour les audaces expressionnistes du théâtre ghelderodien. Et soit dit en passant, nous tenons ici l’explication de ce que la France a si souvent senti et défini la littérature belge dans ses valeurs les plus originales comme une littérature flamande, c’est-à-dire nourrie d’un mélange de sensualité, de mysticisme et de fantastique, héritage d’une tradition inconnue à la partie romane du pays privée de beffrois, de béguinages, de primitifs et des autres sortilèges d’une Flandre qui s’est haussée au niveau d’un mythe très productif. Aussi, manquant de décor et peut-être d’atmosphère, l’intériorité wallonne (ou simplement française de Belgique) a souvent passé inaperçue.

33Le monde puissamment diversifié qu’est l’œuvre de Ramuz a suffi pour éclipser, sur le plan de la grande notoriété, les meilleurs de ses compagnons et successeurs, les Pierre-Louis Matthey, les Edmond Gilliard, les Maurice Zermatten dont la saveur ne nous paraît si étrange que parce qu’elle est sans doute étrangère.

34Quant au Canada français, venu plus tard et de plus loin, il allait, en se libérant du joug de contraintes trop durement subies, progresser mieux que tout autre sur les chemins de l’aventure. Dans l’éclatement des formes poétiques auxquelles nous ont fait assister les prolongements du surréalisme, il y a sûrement eu un détonateur québécois. Cet un est d’ailleurs multiple. Le carré Alain Grandbois, Saint-Denys Garneau, Rina Lasnier et Anne Hébert, après avoir été l’une des avant-gardes de la poésie moderne, est aujourd’hui débordé par une aile marchante tellement soucieuse de lever tous les interdits qu’elle s’en inventerait au besoin de nouveaux : voir le roman canadien d’aujourd’hui. Et, côté théâtre, le Cid Maghané de Réjean Ducharme nous promet que nous ne perdons rien pour attendre. Mais au temps pas très éloigné du régionalisme en plein vent, alors que se préparait en douce la « révolution tranquille », il y avait déjà bien de la dissonance chez les romanciers et les poètes du Québec, et elle se trouvait heureusement ailleurs que dans l’habitude de n’aller point chercher les mots sans quelque méprise…

35Dissonance : voilà qui donne la clef des « beaux désordres » auxquels nous ont conviés les ouvriers de la onzième heure venus de leurs terroirs insolites. Littératures de dissonance, comme pour se disculper d’avoir été si longtemps des littératures de consonance, habiles, sans plus, à s’accorder aux modes et aux modèles de la métropole parisienne ! C’est une réaction assez comparable au ressort qui se détend. Et naturellement, parce qu’elles sont mues du désir plus ou moins conscient d’échapper au conformisme ambiant qui pourrait les engourdir, la Belgique, la Suisse et le Canada littéraires s’exposent davantage aux démarches hasardeuses, aux outrances. Rançon, une fois le plus, de leur défaut d’une vraie tradition classique (c’est surtout quand on voudrait s’en écarter qu’il serait bon de l’avoir connue !) Et du même coup, l’on comprend qu’à l’opposé, une contre-réaction revendique le droit de ne pas prendre de risques, de rester abonné à la tradition comme à un office de sécurité littéraire. Ainsi, la situation de la littérature marginale devient-elle ambiguë vis-à-vis de la France : à la fois un peu en avant et un peu en arrière.

***

  • 17 Il faudrait encore noter, par exemple, leur ignorance de l’autre littérature avec laquelle elles vo (...)

36Ai-je réussi à dégager toutes les marques générales qui distinguent nos trois cadettes de leur sœur aînée ? Je n’en crois rien17. Il faudrait aussi apporter plus de nuances que je n’ai réussi à le faire dans cette esquisse et, notamment, ne pas perdre de vue le rôle des facteurs de différenciation, si importants d’un pays à l’autre. Mais le survol panoramique que nous venons d’accomplir suffit à valider l’hypothèse de travail faite en commençant. Il n’est pas douteux que chacune des trois littératures marginales présente des aspects et des tendances qui la caractérisent en caractérisant aussi les deux autres. Faisceau d’analogies rendu plus troublant encore quand on constate le caractère simultané de certains faits.

37Une explication particulière pour chaque littérature se révèle insuffisante a priori. Car ce dont il s’agit, c’est justement de déceler la raison des concordances que leur histoire fait apparaître ; et l’ensemble de celles-ci est tel qu’on ne saurait y voir le résultat de coïncidences fortuites.

  • 18 Anthropologie structurale, Paris, 1958, p. 273.

38« L’hypothèse du contact culturel, observe Claude Lévi-Strauss, est celle qui rend le plus facilement compte des ressemblances complexes que le hasard ne saurait expliquer. Mais si les historiens affirment que le contact est impossible, cela ne prouve pas que les ressemblances sont illusoires, mais seulement qu’il faut s’adresser ailleurs pour découvrir l’explication »18.

39Comme aucun contact direct ne s’est jamais produit entre les trois pays et que les influences données ou reçues l’ont toujours été en fonction de la capitale française, c’est évidemment à une explication interne qu’on songera.

40Cette explication, je ne la donnerai pas ici, pour la simple raison qu’elle est encore à chercher et qu’on ne la découvrira qu’au terme d’enquêtes à peine amorcées, dont la démarche s’inspirerait des méthodes de la littérature comparée.

41Si je n’entends pas résoudre le problème que j’ai posé, j’indiquerai tout de même que la solution devrait s’orienter vers un examen de la réalité sociologique. C’est celle-ci, plus encore que les conditions historiques, qui fournira, à mon sens, les schémas essentiels de l’explication. Le fait pour quelques millions de francophones de vivre groupés en des communautés indépendantes de la France a développé à coup sûr une série de comportements culturels dont l’étude serait fort instructive. Comment croire que l’évolution littéraire échappe à ces comportements ? Que ceux-ci, au demeurant, offrent des ressemblances d’un pays à l’autre, surprendra moins si l’on sait que des concordances naturelles existent aussi entre des langues qui ne se touchent pas, comme l’ont montré les résultats de la science étymologique.

42Le statut des littératures marginales nous invite ainsi à mettre au jour, sous les contingences nationales, un réseau de réactions collectives qui déterminent des attitudes communes en face de situations analogues ou identiques. Problème de sociologie littéraire qui, abordé sous un autre angle, devient un problème de structuralisme : ne s’agit-il pas, en définitive, de faire apparaître ce qui est solidaire entre ce qui est distinct ? Car c’est le privilège de certaines sciences humaines qu’elles nous aident à renouer le fil des unités perdues, à travers la diversité des œuvres et le foisonnement de la vie.

Maurice PIRON

Appendice

Note A

43Le problème des littératures marginales du domaine français n’a jamais, que je sache, été posé comme tel. Il semble toutefois que Gérard TOUGAS l’ait entrevu, notamment dans une page de son Histoire de la littérature canadienne-française, 4e édit., Paris, P.U.F., 1967, p. 30. Sans avoir eu conscience de ce problème, Gonzague de REYNOLD l’a frôlé de près en plusieurs endroits de son étude déjà ancienne : L’histoire de la littérature française dans les pays étrangers de langue française. Méthode et points de vue, Communication à la 3e session (Gand 1913) du Congrès International pour l’extension et la culture de la langue française, Paris-Bruxelles-Genève, 1914, 3e section, p. 1-19. Quant aux allusions à l’existence d’un cadre constitué par l’ensemble de nos trois littératures, elles sont moins rares : voir, par exemple : Jules LÉGER, Le Canada français et son expression littéraire, Paris, Nizet, 1938 (début de l’introduction) et Maurice BÉMOL, Essai sur l’orientation des littératures de langue française au xxe siècle, Paris, Nizet, 1960, p. 279-281. Ce cadre avait déjà été conçu par Virgile Rossel aux premières pages de son Histoire de la littérature française hors de France (Paris, Fischbacher, 2e éd., 1897) lorsqu’il associait Suisse romande, Belgique et Canada français, « ces trois petites France hors de France », à propos desquelles il se posait du reste certains problèmes d’ensemble : celui de leur importance dans les lettres françaises, celui de leur infériorité linguistique, etc. Mais le cadre de V. Rossel devait s’élargir et comprendre d’autres pays ayant connu, ne fût-ce que par intermittence, une tradition littéraire en français : Hollande, Allemagne, Grande-Bretagne, Russie et Roumanie.

44On remarquera qu’à l’exception de M. Bémol, aucun des auteurs allégués ci-dessus n’est Français.

Note B

45La question de la langue au Québec appellerait un développement particulier. L’altération que le français parlé y a subi à l’époque contemporaine a été suffisamment grave et profonde pour mettre en cause, sinon en danger, les chances d’avenir d’une production littéraire à la fois originale et compétitive. « À partir de 1860 surtout, écrit G. André VACHON, notre culture est coupée de ses sources françaises, elle tend à se provincialiser ». Il en résultera que « durant un siècle, la langue commune se sera appauvrie, de même que, chez les écrivains, la connaissance des ressources expressives du français » (Une tradition à inventer dans « Conférences J. A. de Sève », n° 10, Montréal, 1968, p. 17). Les linguistes ont souligné pour leur part le ravage exercé par un bilinguisme qui, veuille non veuille, sous-tend la langue maternelle des Québécois. Voir à ce sujet G. TOUGAS, Histoire…, p. 266-269, qui a posé avec justesse le diagnostic de ce problème au demeurant plus complexe qu’il n’y paraît. On ne saurait en effet le ramener à une affaire de « bon usage », de correction grammaticale. Un critique français, Yves BERGER, va jusqu’à déceler un drame chez beaucoup d’écrivains québécois confrontés avec la langue française « soit – dit-il – que cette langue leur paraisse étrangère, soit que, la ressentant comme la leur, ils découvrent qu’elle trahit, en les francisant, les réalités de leur vie et de leur pensée qu’ils lui donnent à charge d’exprimer » (Le Monde du 5 avril 1967). Quant au « joual », il est bien autre chose encore qu’une forme abâtardie de la langue pour ceux des jeunes poètes et prosateurs du groupe de Parti-pris qui entendent aujourd’hui s’en réclamer : « Cette sous-langue renvoie à un univers où les choses mêmes parlent anglais, où le français est disqualifié dans ce qui constitue la fonction même d’une langue : l’articulation des rapports (sociaux) des hommes entre eux et des hommes avec les choses ». (Paul CHAMBERLAND dans Écrivains du Canada, n° spécial des « Lettres Nouvelles », déc. 1966 - janv. 1967, p. 118). Son emploi littéraire (discutable autant que limité) ne correspond nullement à un désir de faire savoureux ou pittoresque en « patoisant » le style, mais exprime au contraire la volonté de se rapprocher d’un prolétariat colonisé socialement en partageant avec lui la langue-stigmate de son infamie.

Note C

46À défaut de pouvoir citer à loisir les critiques canadiens d’aujourd’hui qui se sont expliqués sur la signification de leur littérature, donnons la parole au moins à l’un d’entre eux, parmi les plus lucides, Gilles MARCOTTE :

Le francophone suisse ou belge n’éprouve pas au même degré que le Canadien-français la nécessité de se donner, par la littérature, une voix qui soit indiscutablement la sienne. Européens, ses écrivains rejoignent d’emblée le lieu commun, le lieu central de l’expérience littéraire française. Français d’Amérique, le Canadien – ou le Québécois, comme on voudra, se voit imposer un défi plus singulier, et sa littérature accompagne, révèle, active une aventure ponctuée des risques les plus graves. Ce qu’il faut dire d’abord, c’est que la littérature canadienne-française est extrêmement importante pour les Canadiens-français. Non seulement parce qu’elle témoigne de la vie d’une langue sans laquelle, sur le continent nord-américain, ils perdraient toute raison d’être collective, mais aussi parce qu’elle les révèle à eux-mêmes, parce qu’elle entretient avec les diverses formes de leur vie sociale des liens étroits. Au Québec, les œuvres en apparence les plus ésotériques, les plus exclusivement personnelles, sont perçues comme des témoignages, et toute création littéraire considérée comme œuvre de combat, de salut. (Traduit du français dans Écrivains du Canada, loc. cit., p. 79).

47Les conséquences dans la vie littéraire de cette prise de conscience ne sont pas moins intéressantes à noter. Voici à ce sujet deux témoignages récents.

48Celui de Jean-Charles FALARDEAU : « Pour eux [les critiques actuels], la littérature canadienne-française est aussi l’expression d’une tension entre l’homme et son milieu social, mais elle est surtout l’expression l’une tension entre l’homme et lui-même, entre l’homme et son festin, entre l’homme et un absolu ». Dans aucun cas, poursuit l’auteur, « la critique des œuvres canadiennes n’est une critique essentiellement esthétique. Elle est une critique sociale, psychologique ni théologique. Il en est ainsi parce que les œuvres canadiennes n’ont d’intérêt que si on les saisit à ce niveau-là ». (Notre société et son roman, Montréal, Éditions HMH, 1967, p. 58). Le jugement porté tans la dernière phrase devrait naturellement être interprété.

49Celui de G.-André VACHON : « Autour des œuvres de création s’est développée, en grappes volontiers touffues, et à travers tout un réseau de cours, de conférences, de colloques, d’articles, de recueils d’essais, une réflexion qui porte tout autant sur la condition québécoise que sur les œuvres elles-mêmes. Tentative d’élucidation de notre destin, cette littérature critique fait désormais partie de notre patrimoine littéraire et elle est l’un des éléments les plus caractéristiques du renouveau culturel des dernières années » (op. cit., p. 7-8).

Notes

1 Ce critère, s’il est déterminant, n’est cependant pas le seul. Comme l’écrit François JOST, « l’unité de langue est une condition nécessaire mais non suffisante pour une littérature nationale. Il faut, de plus, une civilisation assez différente de celle dont une littérature donnée prétend se détacher. » C’est ainsi qu’on peut parler d’une littérature américaine distincte de la littérature anglaise, bien que l’une et l’autre usent, à d’infimes variations près, de la même langue. Mais « depuis la période que l’on a coutume d’appeler la Renaissance américaine, le Nouveau Monde a pris conscience de son individualité culturelle » (Y a-t-il une littérature suisse ? dans Essais de littérature comparée, I Helvetica, Fribourg, 1964, pp. 323 et 322). L’auteur n’a aucune peine à montrer que les deux conditions requises ne se vérifient pas plus en Suisse qu’en Belgique. Il ajoute toutefois, songeant au second critère, que le problème est « tout de nuance ». Ceci est particulièrement opportun à rappeler en présence du cas assez tangent, il faut bien le dire, que constitue la littérature canadienne-française. La particularité de cette dernière pourrait se définir assez exactement par la conscience même du drame québécois : l’insertion d’une culture de langue française dans le contexte d’une civilisation anglo-américaine.

2 Voir Note A en appendice.

3 À propos des récents romans de M. FALL, La plaie, A. KOUROUMA, Les soleils des indépendances et Y. OUOLOGUEM, Le devoir de violence, Albert GÉRARD n’hésite pas à écrire : « Ces trois œuvres donnent à penser que la littérature francophone d’Afrique est en passe de gagner la bataille de son autonomie, se créant audacieusement son propre style, en forgeant des formes inédites capables d’exprimer l’expérience de l’homme noir dans son irréductible spécificité » (La Revue Nouvelle, t. 49, Tournai, 1969, p. 204).

4 On ne perdra cependant pas de vue — bien que ce soit tout autre chose —le rôle que la Suisse française a joué au siècle de la Réforme, ni la place qu’elle a tenue dans le cosmopolitisme littéraire à l’époque des Lumières.

5 Littérature romande et culture française, Paris, Seghers, 1963, p. 10.

6 Cfr l’important article de J.-M. KLINKENBERG, Nouveaux regards sur le concept de « littérature belge » (Marche Romane, t. 18, Liège, 1968, pp. 119-132) sont commentées les vues du critique soviétique L. Gr. ANDREEV dans l'ouvrage (en russe) qu’il a consacré en 1967 à « Cent ans de littérature belge ».

7 Culture vivante, revue du Ministère des affaires culturelles du Québec, no 5 de 1967, p. 56.

8 Cité par Gérard TOUGAS, Histoire de la littérature canadienne française, 4e édit., Paris, 1967, p. 23.

9 Ibid., p. 116. — À noter d’ailleurs que, par sa position spéciale en continent nord-américain, le Québec s’inquiète de son identité littéraire tout autrement que la Suisse romande ou la Belgique francophone (cfr supra, p. 247, note).

10 Charly GUYOT, dans son introduction à l’anthologie Écrivains de Suisse française, Berne, 1961, p. 15.

11 Voir Note B en appendice.

12 Sur l’« académisme » linguistique et la réaction qu’il a suscitée en Suisse, on lira les considérations de Gilbert GUISAN, L’écrivain romand et le problème de l’expression littéraire, dans Études françaises, t. 3, Montréal, 1967, pp. 35 ss.

13 Lionel LÉVEILLÉ, Vers la lumière, Montréal, 1931, p. 52.

14 Pierre KOHLER, Histoire de la littérature française, Payot, Lausanne, t. III, p. 769.

15 Voir Note C en appendice.

16 P. KOHLER, op. cit., p. 732.

17 Il faudrait encore noter, par exemple, leur ignorance de l’autre littérature avec laquelle elles voisinent dans un même cadre politique. L’incuriosité ou l’indifférence des écrivains français de Belgique (des Wallons surtout) à l’endroit des lettres flamandes est un fait d’évidence. Pour la Suisse, je relève l’opinion de Pierre Kohler : « La littérature romande moderne n’a plus guère cherché le contact de la Suisse allemande littéraire » (op. cit., p. 730). Le Panorama des lettres canadiennes françaises de Guy SYLVESTRE (Québec, 1964) décrit, sous le titre Les deux solitudes, « l’irréductible dualité » des domaines littéraires anglophones et francophones du Canada qui restent « non pas ennemis, mais étrangers l’un à l’autre ». Nouveau démenti à ceux qui croient — ou feignent de croire (par intérêt politique) — que les pays bilingues sont des zones d’interférence où deux cultures se pénètrent pour s’enrichir mutuellement.

18 Anthropologie structurale, Paris, 1958, p. 273.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search