Version classiqueVersion mobile

Goldoni. Le petit théâtre de société

 | 
Carlo Goldoni

Le Tour payé de retour

Acte V

Traduction de Jean-François LATTARICO, François REVARDEAUX et Constance JORI

Texte intégral

– Scène 1 – 

La première pièce. De nuit ; une table de chevet avec des chandelles. Placida seule

placida. Est-il possible que mon mari ait fait une chose pareille ? Qu’il ait donné un banquet à la maison, à l’insu de sa femme ? Mais les affaires de l’aubergiste qui étaient dans l’armoire... Pourtant je ne peux pas encore le croire. Il peut y avoir encore quelque tromperie. Eh ! Quelle tromperie ? C’est moi qui suis trompée, parce que j’aime trop cet ingrat, ce perfide, qui a eu le courage de me malmener, de me traiter de mauvaise femme et de menteuse. Je devrais le haïr pour cela. Mais je ne peux pas. Je l’aime. Et voilà, il est sorti sans rien me dire. Il savait que j’étais hors de moi et il ne s’est même pas soucié de venir me consoler. Je devrais être encore plus en colère contre lui, mais je ne peux pas. J’ai hâte de le voir rentrer à la maison pour l’embrasser. Oui, pour le gronder et l’embrasser. (On frappe à la porte.) On frappe. Voyons qui c’est. (Elle ouvre.)

– Scène 2 – 

Pandolfo, Costanza et la même

pandolfo. Bonjour madame Placida.

placida. Je suis votre très humble servante monsieur Pandolfo. Votre servante, madame Costanza.

costanza. Oui, oui, je suis en colère contre vous.

placida. Pourquoi madame, que vous ai-je fait ?

pandolfo. Nous avons regretté, ma fille et moi-même, que vous n’ayez pas pu passer la journée avec nous aujourd’hui.

placida. En vérité, je vous le jure, je n’en savais rien. Si vous saviez combien je me suis disputée avec mon mari.

costanza. Par trois fois nous vous avons fait appeler.

placida. Croyez bien, sur mon honneur, que je n’en ai rien su. Vous pensez bien, j’étais chez ma mère, je me serais immédiatement précipitée à la maison.

pandolfo. Mais puisque on nous a dit que vous étiez chez votre compère Bernardo pour les affaires de votre commerce.

placida. Mon mari était chez son compère, du moins c’est ce qu’il m’a laissé entendre. Moi, j’étais chez ma mère, je vous l’assure.

costanza. Ce très cher monsieur Gottardo s’amuse donc à dire des mensonges.

placida. Parfois.

pandolfo. Je ne puis vous dire combien j’ai été navré d’être privé de votre compagnie. Vous savez combien je vous aime tous deux, mari et femme également. On prévoit de manger ensemble un jour ou l’autre, je viens ici exprès et je ne puis avoir cette satisfaction.

placida. En vérité, je suis vraiment désolée, et demain je devais venir chez vous pour vous présenter les excuses de mon mari.

costanza. Il suffit. Point n’est besoin d’autres excuses, puisque votre mari a voulu nous dédommager, et nous souperons ici tous ensemble ce soir.

placida (Avec joie). Ici, chez nous ?

pandolfo. Oui, chez vous.

placida (À Costanza, avec joie). Vous souperez chez nous ?

costanza. Oui, et je m’attends que vous nous jouiez ce soir aussi le même tour.

placida. Oh, que dites-vous là. Je suis trop sensible à cet honneur. Mon mari vous a donc invités à souper chez nous ?

pandolfo. Oui, il m’a écrit un billet et m’a prié de venir avec ma fille, et moi, bien que je ne sois pas habitué à sortir le soir, je suis venu, pour qu’il ne croie pas que je lui garde rancune pour ce midi.

placida. Vous êtes la bonté même. Voici la première bonne chose faite par mon mari.

pandolfo. Je regrette seulement la double dépense qu’il devra faire. Il a fait la dépense du déjeuner et maintenant il se charge aussi de celle du souper.

placida. Comment, monsieur ! Vous aussi, vous savez que mon mari a donné un repas !

pandolfo. Elle est bien bonne ! Dans sa maison, qui peut donc offrir un repas si ce n’est lui ?

placida (À part). Ah, l’indigne ! Et il voulait me le cacher. (À. Pandolfo.) Et savez-vous qui étaient les convives ?

pandolfo. Oui, il y avait monsieur Agapito. Et il y avait...

placida. Il y avait Agapito ?

pandolfo. Oui, bien sûr qu’il y était, et il y avait... Je ne me souviens pas très bien.

costanza. Monsieur Roberto et monsieur Leandro.

placida. Bravo, c’est du propre ! Tous des gens qui viennent manger aux crochets de mon mari, et qui se moqueront de lui par la suite. Je suis certaine que de tous ceux qui ont déjeuné ici aujourd’hui, il n’y en a pas un dont on peut espérer un verre d’eau, s’il en était besoin.

pandolfo. De tous ?

placida. Oh oui, de tous. Je n’en excepte aucun.

pandolfo. Je ne crois pas que vous puissiez vous plaindre de moi.

placida. Mais je ne parle pas du souper, je parle du déjeuner.

pandolfo. Et moi je vous parle du déjeuner.

placida. Mais vous n’avez rien à voir avec ceux du déjeuner.

pandolfo. Bien sûr que j’ai à y voir, puisque ma fille et moi avons déjeuné avec eux.

placida. Où ?

pandolfo. Ici.

placida. Quand ?

pandolfo. Aujourd’hui.

placida (À Costanza). Aujourd’hui vous avez mangé ici tous les deux ?

costanza. Quelle étrange surprise ! Pourquoi donc nous avez-vous fait toutes ces excuses ?

placida. Parce que mon mari m’avait laissé entendre qu’il s’était décommandé auprès de vous sous un prétexte...

pandolfo. Non, non, il nous a magnifiquement nourris, avec pour seul regret d’être privé de sa compagnie et de la vôtre.

placida (À part). Je n’y comprends rien ; je ne sais pas pourquoi mon mari a voulu me cacher ce déjeuner.

pandolfo. Je vous prie simplement de hâter l’heure du souper, car je n’ai pas l’habitude de veiller.

placida. Je ne sais que vous dire. Mon mari ne m’a rien dit. Nous verrons quand il arrivera. Pour le moment, faites-moi la grâce de vous asseoir.

pandolfo. Dans l’autre pièce vous avez un excellent fauteuil.

placida. Vous voulez passer dans l’autre pièce ?

pandolfo. Oh oui, j’aime beaucoup ce fauteuil. Et si monsieur Leandro venait, je m’endormirais profondément. (Il entre dans l’autre pièce avec Costanza.)

– Scène 3 – 

Placida et Roberto

roberto. Mes hommages, madame Placida.

placida. Je suis votre servante.

roberto. Monsieur Gottardo est-il là ?

placida. Non, mais il arrivera bientôt.

roerto. Si vous le permettez, je l’attendrai.

placida. Excusez-moi. Etes-vous en affaires avec mon mari ?

roberto. Pas du tout, mais il est plein de bontés pour moi ; ce matin il m’a invité à déjeuner chez lui. J’y suis allé, et je n’ai pas eu le plaisir de le voir, ni lui, ni vous. Maintenant, en allant au café, j’ai trouvé un billet fort courtois où il me dit que toute la compagnie de ce matin soupera chez lui ce soir, et il me prie d’être de la partie.

placida. Je suis désolée, mais mon mari n’est pas là et il ne m’a laissé aucune instruction...

roberto. C’est sans importance, nous l’attendrons. J’aurai l’honneur de profiter de votre aimable compagnie.

placida. C’est trop d’honneur, je ne mérite pas...

roberto. Probablement monsieur Pandolfo et mademoiselle Costanza viendront aussi.

placida. Ils sont même déjà arrivés.

roberto (Avec agitation). Mademoiselle Costanza est là ?

placida. Oui monsieur.

roberto (Avec empressement). Où est-elle ? Où est-elle ?

placida. Dans cette pièce.

roberto. (Il veut courir vers la pièce.) Avec votre permission.

placida. (Elle le retient.) Monsieur. Deux mots, de grâce.

roberto. (Il revient sur ses pas.) Excusez-moi.

placida. Vous montrez un grand empressement.

roberto. Oh oui, vraiment...

placida. Pour monsieur Pandolfo ou pour mademoiselle Costanza ?

roberto (En plaisantant). Oh, vous pouvez bien l’imaginer...

placida. Et vos natures s’accordent-elles ?

roberto. Parfaitement. J’en doutais, mais ce matin, grâce à ce déjeuner que je n’oublierai jamais, j’ai assuré mon bonheur.

placida. Et monsieur Pandolfo le sait ?

roberto. Il ne le sait pas encore, mais il le saura.

placida. Mais monsieur, vous voyez bien que ce n’est pas convenable.

roberto. Taisez-vous, de grâce, je sais ce que vous voulez me dire, je suis un honnête homme. Vous êtes jeune, mais vous savez ce que c’est que l’amour.

placida. Je vous dis, monsieur... (On frappe à la porte.) On frappe bien souvent à cette porte. (Elle va ouvrir, et Roberto court dans l’autre pièce.)

– Scène 4 – 

Placida, puis l’aubergiste et les garçons avec des paniers de linge etc…

placida. (Elle ouvre la porte, se retourne et ne voit pas Roberto.) Ah, l’impertinent s’est précipité dans l’autre pièce.

l’aubergiste. Votre très humble serviteur.

placida. Vous voici encore une fois.

l’aubergiste. Ce soir vous ne direz pas que je me trompe. Monsieur Gottardo lui-même...

placida. Je sais, je sais.

l’aubergiste. Tant mieux. Vous permettez que mes garçons commencent à dresser la table ?

placida. Oui, qu’ils fassent donc.

l’aubergiste. Entrez, vous connaissez déjà les lieux. (Les garçons entrent.) Je suis venu les accompagner moi-même afin qu’il n’y ait pas de méprise.

placida. Mais peut-on savoir qui vous commandé le repas de ce matin ?

l’aubergiste. Pardonnez-moi. Je dois aller finir de préparer le repas. Je reviendrai ici et je vous donnerai entière satisfaction. (Il sort.)

– Scène 5 – 

Placida seule

placida. Je commence à présent à comprendre la raison pour laquelle mon mari ne m’a rien dit de ce déjeuner. Il a dû se laisser convaincre par quelqu’un et il l’a fait exprès pour prêter la main à ces amours entre monsieur Roberto et mademoiselle Costanza. Il sait que je ne l’aurais point souffert, et je m’étonne que lui-même le souffre, et quand il va venir, il m’entendra. Le voici à point nommé.

– Scène 6 – 

Gottardo et la même

gottardo (Enjoué). Ah, me voici.

placida. Venez, venez monsieur, vous arrivez à point nommé.

gottardo. Ne vous tracassez plus car je vais de ce pas vous raconter toute l’affaire.

placida. Il n’est pas nécessaire que vous me la racontiez car je la connais mieux que vous.

gottardo. Ah bon. Vous savez donc l’impertinence que m’a faite Agapito ?

placida. Mais quel Agapito ? Agapito n’a rien à voir là-dedans. C’est vous qui prêtez la main à des amours illicites, à des liaisons suspectes.

gottardo. Moi ?

placida. Oh, ne faites pas l’innocent, monsieur Roberto m’a tout dit. Et il vous remercie de lui avoir permis ce matin de conter fleurette à mademoiselle Costanza tout à loisir, à l’insu de son brave homme de père.

gottardo. Cela aussi en plus ? Maudit Agapito !

placida. Mais vous voulez rejeter la faute sur Agapito.

gottardo. Oui, c’est lui qui a échangé la clef, qui a offert un repas en mon nom, qui m’a presque fait me quereller avec l’aubergiste, mais laissez-moi faire, car j’ai trouvé, moi, le moyen de me venger.

placida. Quoi qu’il en soit, dans notre maison il ne faut pas souffrir pareille intrigue et je ne la souffrirai en aucun cas. Voilà, dans cette pièce, il y a déjà monsieur Pandolfo et mademoiselle Costanza.

gottardo. Ils sont déjà arrivés ?

placida. Oui, et ce godelureau de monsieur Roberto est arrivé aussitôt après et il se moque de moi, et il se moque de vous, et il se moque de ce pauvre monsieur Pandolfo, et il fait sa cour à mademoiselle Costanza, et dans notre maison, c’est une injure, c’est une vilenie, c’est une honte.

gottardo. Silence, ne dites rien, car l’affaire ne va pas durer longtemps.

placida. Que je ne dise rien ?

gottardo. D’autres sont arrivés ?

placida. L’aubergiste est venu ; et les garçons sont dans la salle pour dresser la table. Mais je ne veux en aucun cas donner dans cette maison un souper à des gens qui se moquent de nous, et je veux aller à l’instant même tout dévoiler à monsieur Pandolfo. (Sur le point de partir.)

gottardo. Non, venez ici ; attendez.

placida. Oh, je vais le faire. Des chaînes ne me retiendraient pas. (Elle entre dans la pièce.)

– Scène 7 – 

Gottardo, puis Leandro

gottardo. Au diable ! Qu’elle fasse ce que bon lui semble. Je regrette qu’elle risque d’empêcher le souper. Et si le souper n’a pas lieu, je perds la moitié du plaisir que je m’étais promis.

leandro. Peut-on entrer ?

gottardo. Je vous en prie.

leandro. Je vous suis très obligé de la bonté que vous me témoignez. J’ai reçu votre billet...

gottardo. Oui, monsieur. Mais vous m’avez honoré au déjeuner. Je n’ai pas pu profiter de votre compagnie, et je me suis assuré cet honneur pour ce soir.

leandro. Vous m’obligez infiniment.

gottardo. Allons voir la compagnie... Mais ils viennent ici : attendons-les.

– Scène 8 – 

Pandolfo, Costanza, Roberto, Placida et les mêmes

roberto. Mon cher monsieur Pandolfo, je vous demande pardon. Excusez l’amour...

pandolfo. Et si vous avez de l’amour pour ma fille, pourquoi ne pas agir en honnête homme ? Pourquoi ne pas me le dire, sans faire toutes ces cachotteries ?

roberto. J’avoue que j’ai eu tort ; mais le désir de m’assurer avant tout de son inclination...

costanza. Allons mon cher père, comprenez-moi et ayez pitié de moi.

pandolfo. Malheureuse ! Tu mériterais... Et vous, monsieur Gottardo, vous prêtez la main à de telles impudences ?

placida. Je le lui ai dit, je le lui ai reproché moi aussi.

gottardo. Croyez-moi monsieur Pandolfo, je ne sais rien de tout cela.

– Scène 9 – 

L’aubergiste et les mêmes

l’aubergiste. Monsieur, je suis venu vous demander quand je dois avoir l’honneur de vous servir.

gottardo. Tout est en ordre ?

l’aubergiste. Tout est prêt.

pandolfo. Avec votre permission, je veux m’en aller. (À Costanza.) Allons, en route.

gottardo. Mon cher monsieur Pandolfo, ne me faites pas cette injure.

pandolfo. Non, je veux m’en aller.

placida. Voyons monsieur Pandolfo, maintenant que tout est clair, faites-nous l’honneur de rester.

pandolfo. Je vous remercie de m’avoir éclairé, mais je veux partir.

leandro. Je vous en prie, je veux vous faire entendre un sonnet.

pandolfo. Je n’ai pas envie de dormir.

roberto. De grâce, monsieur Pandolfo.

pandolfo. Vous me surprenez vraiment.

costanza. Ah, mon cher père, pour votre fille unique, pour votre chère Costanza qui aime, il est vrai, monsieur Roberto, mais qui l’aime honnêtement, et espère pouvoir l’aimer avec votre consentement, allons, restez, allons, ne me donnez pas un chagrin si cruel, ne me faites pas pleurer, par pitié.

pandolfo. Coquine ! (À part.) Je n’ai pas le courage de la peiner. Tu sais à quel point je t’aime, et si je mérite d’être mal payé de retour. Allons, ne pleure pas, je resterai. (Tout le monde se réjouit.)

l’aubergiste (Sur le point de partir). Je vais préparer les plats.

gottardo. Attendez. Combien dois-je vous payer pour le repas de ce matin ?

l’aubergiste. Vous le savez bien. Trente paoli.

gottardo. Il est juste que vous soyez payé et je veux vous payer.

l’aubergiste. Non, nous avons le temps. Vous paierez tout en une seule fois.

gottardo. Attendez, je veux vous payer. (Il sort sa bourse.) Voilà vos trente paoli.

l’aubergiste. Grand merci de votre obligeance. (Il veut partir.)

gottardo. Ecoutez. Combien coûtera le souper de ce soir ?

l’aubergiste. Vous êtes six. Trente-six paoli.

gottardo. Je vais vous donner les trente-six paoli.

l’aubergiste. Mais non, je vous en prie. Vous réglerez après.

gottardo. (Il met sa main dans sa bourse.) Non, je veux vous payer d’avance.

l’aubergiste. Comme monsieur voudra.

pandolfo. Je regrette que cela vous coûte tant d’argent.

gottardo. Oh, ce n’est rien, je suis un homme généreux, je donne sans compter.

placida (À part). Je ne comprends pas cette soudaine prodigalité de Gottardo.

– Scène dernière – 

Agapito et les mêmes

agapito (Agité, hagard, et cherchant des yeux ça et là s’il aperçoit sa clef). Je suis votre serviteur, messieurs.

pandolfo. Que se passe-t-il, monsieur Agapito ? Qu’avez-vous ? Vous m’avez l’air bien agité.

agapito. Monsieur, je vais vous dire... J’ai perdu la clef de ma porte d’entrée... J’ai été ici, et je suis pressé de la retrouver.

gottardo. Vous avez perdu une clef ?

agapito (Hors de lui). Oui monsieur, une clef.

gottardo. J’en ai retrouvé une. Serait-ce celle-ci, par hasard ?

agapito (En prenant la clef avec dépit et colère). Oui, c’est celle-ci, mais sacrebleu ! Il m’arrive un terrible malheur. Je suis rentré chez moi, j’ai fait ouvrir par un forgeron, et je n’ai plus retrouvé ma montre que j’avais laissée près du lit.

gottardo. Il n’y a rien d’autre de grave ?

agapito. Avec cette clef que j’ai perdue ici, je ne sais que penser, et si on ne retrouve pas ma montre...

gottardo. Du calme, nous la retrouverons votre montre dans un instant. Monsieur l’aubergiste, je viens de vous donner trente paoli pour le dîner de ce matin.

l’aubergiste. C’est tout à fait exact.

gottardo. Et maintenant voilà quarante-deux paoli pour le souper de ce soir, puisque monsieur Agapito nous fera l’honneur de sa compagnie. (Il compte l’argent pour l’aubergiste.)

l’aubergiste. C’est parfait.

gottardo. Monsieur Agapito, prenez cette bourse : elle contient vingt-huit paoli, qui sont le reste de dix écus. Allez chez le cafetier à côté et donnez-lui dix écus, il vous donnera votre montre qu’il a en gage, et vous aurez l’honneur d’avoir payé le dîner et le souper.

agapito. Comment ! Mais c’est une escroquerie !

placida. Ce que vous avez fait est honteux. Mon mari a raison, ainsi vous apprendrez à vous moquer des honnêtes gens.

pandolfo (À Agapito). Fort bien, c’est bien fait pour vous, et vous n’avez rien à dire.

roberto (À Agapito). Pour moi, je vous serai votre obligé pour tout, et principalement pour m’avoir préparé le chemin pour obtenir ma chère Costanza.

costanza (À Agapito). Oui, mon cher père est content, et nous vous serons très obligés.

leandro (À Agapito). Et moi de même, pour avoir été partie prenante de votre belle trouvaille.

gottardo (À Agapito). Vous m’avez honoré d’un tour tout à fait brillant, et je me suis cru en devoir de vous payer de retour.

agapito. Je ne sais que dire, je suis ébahi, c’est bien fait pour moi et ce qui me console c’est que mes pauvres deniers aient produit un si beau mariage.

l’aubergiste. Messieurs, le souper est prêt. J’irai le chercher si vous le désirez.

gottardo. Oui, allez-y, pendant ce temps nous nous mettrons à table, et nous souhaiterons à tous ces messieurs et à toutes ces dames une très bonne nuit.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search