Version classiqueVersion mobile

Goldoni. Le petit théâtre de société

 | 
Carlo Goldoni

Le Tour payé de retour

Acte IV

Traduction de Jean-François LATTARICO, François REVARDEAUX et Constance JORI

Texte intégral

– Scène 1 – 

La même pièce qu’au déjeuner. Gottardo et Placida

placida. Et bien, m’y voici, à la maison. Etes-vous content ?

gottardo. Si vous êtes à la maison, j’y suis moi aussi. Le soir approche : nous allons nous changer et nous trouverons quelque chose à faire. J’ai quelques comptes à revoir, il me faut répondre à des lettres et vous travaillerez, vous resterez avec moi et vous me tiendrez un peu compagnie.

placida. Tout cela, on pouvait le faire ce soir ; et cette heure de la journée, puisque j’était déjà dehors, il ne vous aurait rien coûté de me la laisser employer pour une visite de courtoisie.

gottardo. Et où vouliez-vous aller ?

placida. Je voulais aller chez monsieur Pandolfo. Voici plusieurs jours que je ne vois mademoiselle Costanza, et j’ai de telles obligations envers sa maison qu’il est juste que de temps en temps j’y fasse au moins quelques apparitions.

gottardo. Bien, vous irez demain.

placida. Pourquoi demain et pas aujourd’hui ?

gottardo. Parce qu’il me plaît que vous y alliez demain plutôt qu’aujourd’hui.

placida. Et voilà, il veut que tout aille à sa guise. Et moi demain, j’ai plus de choses à faire qu’aujourd’hui, et je n’irai pas.

gottardo. Eh si, vous irez.

placida. Non, je n’irai pas.

gottardo. Pour me faire plaisir je sais que vous irez.

placida. Il me faut donc y aller pour vous faire plaisir à vous, et je ne puis avoir la satisfaction de le faire quand cela me plairait à moi ? Cela veut dire que vous avez l’esprit de contradiction.

gottardo. Mais non, ce n’est pas vrai. Vous prenez toujours les choses à l’envers. Je vous dirai mes raisons. Si vous y allez aujourd’hui, vous ne trouverez pas monsieur Pandolfo chez lui, et il me tient à cœur que vous le trouviez, et demain vous le trouverez, et je souhaite que vous lui disiez quelques mots d’excuse.

placida. Quelle excuse ? Que lui avez-vous fait pour lui faire des excuses ?

gottardo. Je vais vous le dire, mais ne vous mettez pas en colère, si c’est possible. Ce matin, après votre départ pour aller voir votre mère, ce roublard d’Agapito est arrivé, et il m’a dit que monsieur Pandolfo et mademoiselle Costanza voulaient nous faire la surprise de venir déjeuner chez nous et moi, je lui ai dit que je m’étais engagé à aller déjeuner dehors...

placida. Et vous avez eu la grossièreté de refuser l’honneur que voulaient nous faire monsieur Pandolfo et mademoiselle Costanza ?

gottardo. Mais vous savez que j’étais engagé.

placida. Et pourquoi ne m’avez-vous pas fait prévenir, je serais venue, moi ?

gottardo. Et vous vouliez les recevoir, vous, sans moi ?

placida. Vous semble-t-il que c’est là une bonne façon de se conduire envers une personne qui nous protège et fait notre bien ?

gottardo. C’est bien pour cela que je veux que vous alliez lui faire mes excuses.

placida. Et quelles excuses voulez-vous que je lui fasse ? Faut-il lui dire que vous avez été déjeuner chez votre compère ? Si vous y étiez réellement allé, ce serait une bien maigre excuse, puisque vous pouviez aisément vous décommander ; mais le fait est que vous n’avez pas été chez votre compère et j’en suis certaine.

gottardo. Comment pouvez-vous dire que je ne suis pas allé chez mon compère ?

placida. Je le dis en connaissance de cause, parce que j’ai fait envoyer quelqu’un pour aller voir et l’on ne vous y a pas trouvé.

gottardo. À quelle heure l’avez-vous envoyé ?

placida. À treize heures sonnées.

gottardo. Si vous l’aviez envoyé à quatorze heures, il m’aurait trouvé et m’aurait vu à table avec mon compère.

placida. Ce n’est pas vrai du tout. J’ai toujours soupçonné que vous vouliez me donner à entendre une chose pour une autre, mais maintenant que j’apprends que vous avez refusé de recevoir monsieur Pandolfo et mademoiselle Costanza, je suis sûre que vous n’avez pas été chez votre compère, parce que vous vous seriez décommandé comme l’exigeaient vos obligations envers monsieur Pandolfo, et je dis et je soutiens qu’un autre engagement a dû vous entraîner, et que quelque partie de plaisir a dû vous faire commettre cette mauvaise action.

gottardo. Moi, dans une partie de plaisir ?

placida. Oui, vous, parfaitement. Pauvre petit innocent ! N’aviez-vous pas l’habitude, avant d’être marié, de fréquenter vos amis ? Et vos petites amies, vos petites amies aussi ; ça a dû être une partie avec vos amies. Il ne peut en être autrement. J’en suis certaine.

gottardo. Vous en êtes certaine ?

placida. Tout à fait certaine.

gottardo. Et moi je suis certain d’autre chose.

placida. Et de quoi, s’il vous plaît ?

gottardo. Que vous ne savez pas ce que vous dites.

placida. Suffit. Je n’ai pas encore en main ce qu’il me faut pour en être sûre. Mais je le saurai, je le saurai sans faute, et si c’est le cas, si je vous prends sur le fait, pauvre de vous !

gottardo. Pauvre de moi ?

placida. Oui, pauvre de vous

gottardo. En vérité, vous me faites rire.

placida. Riez, il y a bien de quoi rire ; mais un jour peut-être… (On frappe à la porte.)

gottardo. On frappe. Allez voir qui c’est.

placida. Je rirai un jour, moi aussi, je vous l’assure.

gottardo. Placida, allez voir qui c’est.

placida. Je suis bien bonne, mais un jour...

gottardo (En colère). Eh, finissez-en une bonne fois. Allez voir qui c’est.

placida. Ah ! Quel diable d’homme ! (Elle part pour aller ouvrir.)

– Scène 2 – 

Gottardo, puis Placida et l’aubergiste

gottardo. Par la douceur, on n’arrive à rien. On est obligé d’élever la voix.

l’aubergiste. Je suis votre très humble serviteur, mon maître.

gottardo. Je vous présente mes respects les plus dévoués.

l’aubergiste. Excusez-moi, vous êtes bien monsieur Gottardo ?

gottardo. Pour vous servir.

l’aubergiste. Je me réjouis infiniment d’avoir l’honneur de vous connaître et de vous rendre mes hommages.

gottardo. Qui est Votre Seigneurie, de grâce ?

l’aubergiste. L’aubergiste de La Fortune, pour vous obéir.

placida. (Elle marche de long en large et écoute.)

gottardo. Et en quoi puis-je vous être utile ?

l’aubergiste. Avant tout je vous prie de me dire si vous êtes satisfait de moi.

gottardo. À quel sujet, monsieur ?

l’aubergiste. À propos du repas de ce matin.

gottardo. Moi ?

placida (À Gottardo). Comment donc ! Vous êtes donc allé à l’auberge ? (À l’aubergiste.) Monsieur Gottardo est venu à votre auberge ?

l’aubergiste. Non, madame, je parle du repas que j’ai eu l’honneur d’envoyer dans sa maison ce matin.

placida. Un repas à la maison !

gottardo (À Placida). Taisez-vous donc une bonne fois. Laissez-moi parler. (À l’aubergiste.) Monsieur, je crois que vous vous trompez.

l’aubergiste. Excusez-moi mais je ne me trompe nullement. Je suis l’aubergiste de La Fortune ; je suis celui qui vous a envoyé ici, dans cette maison, un dîner pour cinq personnes, à six paoli par tête.

gottardo. À moi ?

l’aubergiste. À Vous. N’êtes-vous pas monsieur Gottardo ?

placida. Ah, voici mes soupçons confirmés. Il m’a envoyée hors de chez moi, il n’a pas voulu de monsieur Pandolfo pour offrir à manger à de la canaille.

gottardo (À Placida). Mais vous voulez me faire perdre patience. (À l’aubergiste.) Et qui vous a commandé ce repas ? Dites, parlez : est-ce moi qui vous l’ai commandé ?

l’aubergiste. Si ce n’est pas vous qui l’avez commandé, j’ai servi un repas dans cette maison, qui m’a été commandé en votre nom.

gottardo. Et qui vous l’a commandé ?

l’aubergiste. Monsieur votre frère.

gottardo. Oh, mon ami, vous vous trompez, vous rêvez ou vous avez perdu la cervelle. Je n’ai pas de frère, je ne sais rien de cette histoire, et je vous conseille de me laisser tranquille.

l’aubergiste. Ne parlez pas ainsi monsieur, puisque j’ai les moyens de vous convaincre et de me faire rendre raison.

placida. Oui, oui, il vous rendra raison quand il sera seul avec vous, ne vous inquiétez pas. Il dit cela parce que je suis là, parce qu’il a peur de moi. Il a fait passer quelqu’un pour son frère, pour couvrir sa friponnerie. Dieu sait qui est venu manger dans ma maison. Dites-moi, mon brave homme, savez-vous s’il y avait des femmes ?

l’aubergiste. Ce ne sont pas mes affaires. Je sais que j’ai préparé un repas pour cinq personnes à six paoli par tête.

gottardo. Mais qui étaient ces gens-là ? Les connaissez-vous ?

l’aubergiste. Je ne sais rien. Les garçons m’ont dit qu’il y avait quatre hommes et une femme, et je ne sais rien d’autre.

placida (À Gottardo). Une femme ! Il y avait aussi une femme ! Ah, traître ! Ah, ingrat ! Ah, perfide !

gottardo (S’échauffant). Taisez-vous, Placida, ou vous allez me faire faire quelque énormité. Monsieur l’aubergiste, je suis un honnête homme, incapable de tromper personne, et si je vous dis que je n’en sais rien c’est que je n’en sais rien.

l’aubergiste. Allons monsieur, nous en reparlerons plus tard ; pour l’instant ayez au moins l’obligeance de me rendre mon linge, mes assiettes et mes couverts en argent.

gottardo. Moi ?

l’aubergiste. Oui, vous vous en êtes servi.

gottardo. Vous allez me faire enrager pour de bon.

l’aubergiste. Comment ! En plus vous voudriez me refuser mes couverts en argent !

gottardo. Je vous dis que je suis un homme d’honneur, et que je n’en sais rien.

l’aubergiste. Et moi je vous dis qu’on m’a prévenu que mes affaires sont ici, et que tout a été rangé dans une armoire, et je parierais que c’est celle qui est là.

gottardo. Ce n’est pas vrai du tout.

placida. Voyons, voyons, voyons vite. (Elle court vers l’armoire, l’ouvre et l’on voit tout.) Ah ! Ah, monsieur mon mari !

gottardo (À part, mortifié). Je suis pétrifié.

placida (À Gottardo). Eh bien voilà : couverts, linge, assiettes, carafes, verres ; niez-le maintenant, si vous en avez le front.

gottardo. Laissez-moi tranquille. (À part.) Je ne sais plus où j’en suis.

l’aubergiste (À Gottardo). Vous permettez que je prenne mes affaires ?

gottardo. Prenez ce que diable vous voulez.

l’aubergiste. Holà, jeunes gens, venez.

– Scène 3 – 

Les garçons de l’aubergiste et les mêmes. Les garçons rentrent

l’aubergiste. Prenez toutes ces affaires et rapportez-les chez nous, mais avant vérifiez que tout y est. (L’aubergiste et les garçons vont vers l’armoire, et comptent toutes les affaires et les préparent pour les remporter.)

gottardo (À part). Sacrebleu ! Je n’arrive pas à comprendre le fond de cette histoire.

placida. Voyez si je n’ai pas des raisons de me plaindre de vous. Voilà une belle façon de me traiter après quatre jours de mariage. Riez donc, si vous avez le cœur à rire.

gottardo (À part). Oui, il ne peut en être autrement, c’est certain.

placida. Il lésine sur un paolo, pour me refuser une petite satisfaction, et puis il jette l’argent par les fenêtres et donne des repas à la maison, à l’insu de sa pauvre femme.

gottardo. Eh, que diable ! Avec toutes vos belles paroles, avec toutes vos mines exagérées, vous ne me tromperez pas. Personne d’autre que vous ne peut m’avoir joué ce tour.

placida. Moi ?

gottardo. Oui, vous ; pour me châtier de ma prétendue avarice, pour vous venger du repas que je n’ai pas voulu faire pour les noces.

placida. Moi ?

gottardo. Oui, personne d’autre que vous ne pouvait entrer à la maison ; la serrure est solide, elle a des mécanismes tels que sans la bonne clef personne ne peut l’ouvrir ; vous avez la clef, c’est vous qui êtes entrée, c’est vous qui vous êtes permis cette impertinence !

placida. Grand benêt ! Moi, j’ai la clef ? Voyez comme les mensonges ont le nez long ! Vous ne vous rappelez donc pas que ce matin vous m’avez obligée à vous laisser ma clef ?

gottardo. Ah oui, c’est vrai. Je suis hors de moi. Excusez-moi, je ne m’en souvenais plus.

placida. Vous avez dû donner ma clef à quelqu’un. Dieu sait ce que vous en avez fait.

gottardo. Je ne l’ai donnée à personne. Les voilà toutes les deux. (Il sort les deux clefs et les observe.) Quoi ! Mais ce n’est pas ma clef. Celle-ci n’ouvre pas notre porte. Ah, ah, à présent je comprends la tromperie, le mauvais tour. Vous, qui m’avez jeté la clef par dépit, vous m’avez berné, vous m’avez donné une clef à la place de l’autre ! Vous vous êtes bien amusée et à présent vous vous moquez de moi.

placida. Perfide ! Méchant homme ! En plus, vous avez le front d’ajouter la calomnie à la fausseté, à l’imposture ? Il suffit ; je ne veux plus rien entendre. Je vous connais assez. Je prendrai mon parti. Je me ferai rendre justice et vous, vous... Laissez-moi, je ne peux plus vous supporter... (Elle part et va dans sa chambre.)

– Scène 4 – 

Gottardo, l’aubergiste et les garçons

gottardo. À dire vrai la bile et l’ahurissement où je suis m’ont fait tenir à ma femme des propos injurieux. Je ne la crois pas capable de cela, et elle a raison de s’échauffer ; mais moi non plus, je n’ai pas tort, si je fais le diable à quatre pour une chose pareille.

l’aubergiste. Monsieur, regardez si dans l’armoire il y a tout ce qui vous appartient.

gottardo. Je ne veux rien voir du tout. Laissez-moi en paix.

l’aubergiste. J’ai pris mes affaires.

gottardo. Oui monsieur.

l’aubergiste. Vous permettez que je les fasse renvoyer chez moi ?

gottardo. Faites ce que vous voulez.

l’aubergiste. Allez-y, mes enfants, et remettez le tout à la patronne. (Les garçons sortent.)

– Scène 5 – 

Gottardo et l’aubergiste

gottardo (À part). J’ai des soupçons, mais je ne peux en vérifier aucun.

l’aubergiste. Monsieur Gottardo, je suis votre très humble serviteur.

gottardo. Je suis le vôtre, Monsieur.

l’aubergiste. Excusez-moi, s’il vous plaît.

gottardo. Qu’y a-t-il ?

l’aubergiste. Veuillez me donner trente paoli, si vous en êtes d’accord.

gottardo. Et pourquoi dois-je vous donner trente paoli, puisque je ne sais rien de ce dîner ?

l’aubergiste. Monsieur, pardonnez-moi, je parle avec tout le respect que je vous dois ; si par hasard vous n’aviez pas l’argent sous la main à l’instant, et si vous ne vouliez pas ou ne pouviez pas me payer sur l’heure, prenez votre temps, votre parole me suffit ; mais si vous ne reconnaissez pas votre dette, avec tout le respect et toute la révérence que je vous dois, je vais de ce pas faire recours à la justice.

gottardo. Non, arrêtez-vous. Venez ici. Je vois moi aussi que j’ai été dupé, et qu’il me faut payer la supercherie. Je suis un honnête homme et je vous payerai, je vous promets que je vous payerai.

l’aubergiste. Cela me suffit.

gottardo. Mais je voudrais au moins...

l’aubergiste. Monsieur Gottardo, vous êtes le maître de tout.

gottardo. Je voudrais que vous me disiez...

l’aubergiste. Et si vous avez besoin de moi, vous n’aurez qu’à commander, je me ferai un honneur de vous servir.

gottardo. Laissez-moi parler. Vous voulez que je paye, je n’ai rien mangé, et pour trente paoli je ne pourrais même pas parler ?

l’aubergiste. Pardon, excusez-moi, parlez, en quoi puis-je vous servir ?

gottardo. Je voudrais au moins savoir qui est celui qui vous a commandé le repas en mon nom.

l’aubergiste. Il me semble vous l’avoir déjà dit. C’est monsieur votre frère.

gottardo. Mais puisque je n’ai pas de frère.

l’aubergiste. Ce doit être quelqu’un qui a eu l’honneur de se faire passer pour votre frère.

gottardo. Et c’est moi qui dois payer ?

l’aubergiste. J’ai servi en votre nom, dans votre maison ; nous avons retrouvé mes affaires dans votre armoire.

gottardo. Vous avez raison et je vous payerai. Mais dites-moi, de grâce, vous ne connaissez pas celui qui a eu l’honneur de se faire passer pour mon frère ?

l’aubergiste. Monsieur, je ne l’ai jamais vu auparavant.

gottardo. Etait-il grand ou petit ?

l’aubergiste. (Il indiquera la taille d’Agapito.)

gottardo. Vêtu d’un habit... (Il décrira l’habit d’Agapito.)

l’aubergiste. Je n’y ai guère prêté attention, mais il me semble que oui.

gottardo. Avec une perruque… (Il décrira celle d’Agapito.)

l’aubergiste. En vérité, je ne m’en souviens pas.

gottardo (À part). Je soupçonne cette canaille d’Agapito, mais je n’en suis pas encore sûr.

l’aubergiste. Voulez-vous encore quelque chose ?

gottardo. Votre grâce.

l’aubergiste. Ah, monsieur ! Je suis à vos ordres. Et quand me ferez-vous l’honneur de mes trente paoli ?

gottardo. Vous les aurez, je vous les donnerai. Vous avez peur que je ne vous les donne pas ?

l’aubergiste. Oh, je vous en prie. Je suis tout à fait tranquille. Un homme comme vous ! Je vous prie de vous prévaloir de mes services. Le cas échéant, je vous supplie de penser à moi. Je vous servirai toujours avec déférence... Vous me les donnerez cette semaine, les trente paoli ?

gottardo. Mais vous êtes vraiment un raseur.

l’aubergiste. Je suis votre très humble serviteur. (Il sort.)

– Scène 6 – 

Gottardo seul

gottardo. Je parierais dix sequins que c’est ce gredin d’Agapito qui m’a fait cette friponnerie ; mais comment diable a-t-il réussi à entrer à la maison ? Comment est-il venu ici ? Il est capable d’avoir échangé la clef. Ah, si seulement je pouvais m’en assurer, je le lui ferais payer cher. Si seulement je pouvais savoir qui étaient les cinq personnes qui ont mangé ici. L’aubergiste ne sait rien, et il est difficile de le deviner.

– Scène 7 – 

Le garçon du café et Gottardo

le garçon. Votre très humble serviteur, monsieur Gottardo.

gottardo. Que se passe-t-il ? Y a-t-il quelque autre nouveauté ? Vous venez vous aussi demander de l’argent ?

le garçon. Oui, monsieur, je viens pour les cinq cafés que j’ai apportés ici aujourd’hui.

gottardo. Mais je n’étais pas là.

le garçon. Je sais fort bien que vous n’étiez pas là, et c’est bien pour cela que je suis venu vous demander si c’est vous qui allez les payer ou si je dois me les faire payer par monsieur Agapito.

gottardo. Ah, ah, c’est donc monsieur Agapito qui les a commandés ?

le garçon. Oui, monsieur, mais il m’a dit que c’est vous qui les payeriez.

gottardo. Et aujourd’hui Agapito a déjeuné ici ?

le garçon. Assurément.

gottardo. Avec d’autres personnes ?

le garçon. D’autres aussi.

gottardo. Connaissez-vous les personnes qui ont déjeuné ici ?

le garçon. Oui, monsieur, je les connais toutes.

gottardo. Bien, bien, dites voir un peu. (À part.) Mais je ne voudrais pas que Placida vienne ici me déranger au plus beau moment. Il ne faut pas de la colère, mais de l’adresse. Allons dehors, je payerai les cafés, et vous me direz... Allez, je vous suis.

le garçon. Pour vous obéir.

gottardo. Maintenant je suis content. J’ai démasqué le coquin ; je ne suis pas qui je suis si je ne me venge pas. (Il sort.)

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search