Version classiqueVersion mobile

Goldoni. Le petit théâtre de société

 | 
Carlo Goldoni

Le Tour payé de retour

Acte III

Traduction de Jean-François LATTARICO, François REVARDEAUX et Constance JORI

Texte intégral

– Scène 1 – 

Pandolfo, Costanza, Roberto, Leandro, Agapito

1Une autre pièce dans la demeure de Gottardo, avec une armoire au fond et une table dressée.

2Ils sont tous assis à table, Roberto est à côté de Costanza. Des serviteurs font le service ; la tablée en est au dessert.

agapito. Messieurs, à la santé de monsieur Gottardo. (Il boit ; tous applaudissent et boivent à la santé de Gottardo et de Placida. Roberto et Costanza parlent à voix basse entre eux, de temps à autre.)

pandolfo. Mais je ne puis me réjouir ; je suis vraiment désolé, cher monsieur Agapito, vous nous avez obligés à nous mettre à table, nous faisant espérer à tout instant que Gottardo et Placida rentreraient chez eux ; mais nous voici maintenant au dessert, le repas est fini, et on ne les voit toujours pas arriver. Je ne sais ce qu’il en est, et pour vous dire la vérité, je suis très inquiet.

agapito. Mais cher monsieur Pandolfo, je ne sais que dire, ce n’est pas ma faute. Je vous répéterai ce que j’ai déjà dit. Avant de nous mettre à table, je suis allé voir pour la deuxième fois Gottardo et Placida qui sont, comme je l’ai dit, chez monsieur Bernardo, leur compère. Ils sont occupés à établir un contrat pour une pièce de lin, ils sont en train de mettre sur pied une société pour je ne sais quelle affaire. Ils m’ont chargé de prier la compagnie de se mettre à table, ils m’ont assuré qu’ils arriveraient sous peu. S’ils ne l’ont pas fait, ce n’est point ma faute ; ce doit être la faute de leurs intérêts, de leurs affaires.

pandolfo. Mais je ne veux absolument pas partir sans les voir, sans les remercier. Faites-moi le plaisir d’envoyer quelqu’un...

agapito. Ah, voici le café. (Vers la scène.) Entrez, venez.

– Scène 2 – 

Le garçon du café et les mêmes

3Garçon du café avec cinq tasses et la cafetière. Tous se lèvent pour boire le café de ce côté-ci de la table. Celui qui le désire peut prendre une chaise et s’asseoir. Le garçon donne à chacun sa tasse ; il verse le café ; ils prennent du sucre et boivent le café.

pandolfo (Buvant son café). Mais je vous répète, monsieur Agapito, que je suis très inquiet au sujet de Gottardo et de Placida. Si vous refusez d’envoyer quelqu’un, j’irai moi-même. Vous m’avez dit qu’ils étaient...

agapito. Attendez donc un instant, que je finisse de boire mon café : j’irai moi-même encore une fois m’enquérir de leurs nouvelles, et je serai vite de retour ici avec la réponse. (En buvant.)

roberto (Tout bas à Costanza). Voici le jour qui décidera de mon vrai bonheur.

costanza (Tout bas à Roberto). S’il dépend de moi, soyez-en assuré.

agapito (Tout bas à Roberto). Comment allez-vous monsieur Roberto ?

roberto (Tout bas à Agapito). Fort bien, cela ne pourrait aller mieux.

pandolfo. Et alors, monsieur Agapito ?

agapito. J’y vais tout de suite. Avec la permission de ces messieurs. (Aux serviteurs.) Allons mes enfants, débarrassez la table : rangez tout là où je vous ai dit, et attendez-moi, car vous allez manger vous aussi.

le garçon. Monsieur, est-ce vous qui payez le café ou est-ce monsieur Gottardo qui le paiera ?

agapito. C’est monsieur Gottardo qui s’en chargera. (Il part.)

le garçon. (Il reprend ses tasses et part.)

– Scène 3 – 

Pandolfo, Costanza, Roberto, Leandro, serviteurs

4Les serviteurs débarrassent la table petit à petit. Ils mettent les couverts dans un panier, le linge dans un autre, puis le tout dans l’armoire.

pandolfo. Je rentrerais bien volontiers chez moi, mais je suis curieux de savoir ce qu’il en est de ces gens qui n’arrivent toujours pas.

roberto. C’est encore tôt monsieur. En attendant le retour de monsieur Agapito, monsieur Leandro qui est un jeune homme de talent, nous fera écouter quelque chose de plaisant, quelque pièce de sa composition.

leandro. Oh, je n’ai rien qui soit digne d’être entendu.

roberto. Allons donc, nous savons qui vous êtes, nous connaissons votre génie poétique, et je sais que monsieur Pandolfo a du goût, et je sais que vous lui ferez plaisir.

pandolfo. Oui, bien sûr, j’aime la poésie. Je ne demande qu’à admirer votre talent.

leandro. À vrai dire, messieurs...

roberto (Tout bas à Leandro en montrant Costanza). Allez, allez donc le divertir, j’ai besoin de dire quelque chose.

leandro (Tout bas à Roberto). Je le ferai pour obliger un ami.

roberto. Asseyons-nous, nous serons mieux. Là, monsieur Leandro, à côté de monsieur Pandolfo. (Ils s’assoient, Pandolfo sur la première chaise, Leandro sur la deuxième, Costanza sur la troisième, Roberto sur la quatrième. Les serviteurs continuent à débarrasser la table.)

leandro (À Pandolfo, en sortant un papier). Je vous déclamerai quelques strophes.

pandolfo. Je les écouterai avec plaisir.

leandro. Le sujet est une fille respectueuse qui parle à son père bien-aimé.

pandolfo. Le sujet est très beau. Ecoutez donc, Costanza, car cela vous concerne vous aussi.

costanza. Je suis on ne peut plus attentive.

roberto (Bas à Costanza). J’aimerais vous dire deux mots.

costanza (Bas à Roberto). J’ai moi aussi des choses à vous dire.

leandro. Strophes :

« Ô père, je vous dois le beau don de mes jours.
Puisse-t-il donc vous plaire de me le conserver.
Oui, je souffre à présent, souffrirai-je toujours ?
Je suis percée d’un trait qui me met en danger.
Ô mon père pardon, je réclame pitié.
Le respect, mon devoir, je ne dois pas les taire ;
La vie que je reçus ne me peut contenter
Si mon ardent désir ne voulez satisfaire ».

pandolfo. (Écoute en bâillant et l’on voit que le sommeil le gagne.)

costanza (Fort à Leandro). Bravo.

roberto (Fort à Leandro). Bravissimo.

pandolfo (Émergeant de son sommeil). Oui, bravo. Je n’ai pas très bien saisi le sens des derniers vers.

leandro. La fille dit que la vie que lui a donnée son père serait un tourment s’il ne voulait lui donner la deuxième vie ; et vous comprenez bien de quoi il est question.

pandolfo. Oui, d’accord, mais il me semble que ce n’est pas là une composition qu’il convient de faire écouter à une jeune fille.

leandro. Pardonnez-moi, mais il n’y a rien de mal. Ecoutez une autre strophe.

pandolfo (À Costanza). Vous n’êtes pas obligée d’écouter.

costanza. Oh, je ne suis point curieuse.

roberto. Moi non plus. (Costanza se rapproche avec son siège de Roberto, Roberto s’éloigne, elle s’approche encore, et ils restent tous les deux à l’écart de Pandolfo et Leandro, et, avec plus de liberté, discutent entre eux à voix basse.)

leandro. « Les secrets de nature, vous en êtes instruit
Vous connaîtrez mon mal, mieux que par mes discours :
Sur le même chemin vous conduisit Amour
Aux juvéniles temps de la douceur amis. »

pandolfo. (Il essaie de réagir au sommeil, mais il s’endort.)

leandro. « Un seul signe de vous sur moi a tout empire,
Il peut combler d’un cœur les pudiques désirs.
L’Amour et la raison veuillez mettre en accord...
[Il se tourne vers Costanza et Roberto.]
Vous pouvez vous parler librement : le vieux dort. »

costanza. Bravissimo.

leandro. Silence.

roberto. Profitons de ces instants. Vous m’assurez donc de votre amour ?

costanza. Vous pouvez en être certain, si vos intentions sont convenables à mon rang.

roberto. Je n’oserais pas vous aimer si je n’étais résolu à me procurer tous les moyens pour vous obtenir.

costanza. Parlez-en donc à mon père.

roberto. Je n’ose le faire moi-même, mais je trouverai une personne pour lui parler au plus tôt.

costanza. Et moi je ne manquerai pas de tenir à mon père le pathétique plaidoyer contenu dans les gracieux vers de monsieur Leandro.

leandro. Pouvait-on trouver des vers plus à propos ?

roberto (À Leandro). Vous êtes l’homme le plus aimable de la terre.

costanza. Nous Vous sommes obligés, monsieur Leandro.

leandro. Vous êtes deux amoureux si vertueux que l’on peut s’y résoudre sans répugnance.

roberto. Ma chère Costanza est adorable.

– Scène 4 – 

Agapito et les mêmes

agapito. Messieurs, me voici de retour. (Tous se lèvent.)

pandolfo (Se réveillant). Et bien, quelles nouvelles nous apportez-vous ? Viennent-ils ? Ne viennent-ils pas ? Que font-ils ?

agapito. Monsieur Gottardo et madame Placida présentent leurs humbles respects à ces messieurs ; ils vous rendent infiniment grâce de l’honneur que vous avez fait à leur maison. Ils demandent pardon mille fois de ne pas pouvoir s’acquitter en personne de leurs obligations ; la raison est qu’ils n’ont pas encore terminé cette importante affaire, et il leur faudra encore deux heures pour la mener à bien.

pandolfo. S’il en est ainsi, nous pouvons donc partir. Je regrette cette contrariété, je regrette qu’ils aient fait des dépenses, qu’ils nous aient si bien reçus, et qu’ils n’aient pas été avec nous. Transmettez-leur mes saluts amicaux et remerciez-les de ma part : quand je les verrai, je ferai mon devoir. Costanza, allons. Messieurs, je suis votre très humble serviteur.

roberto. Vous voulez déjà vous en aller ? Vous voulez partir si vite ? Monsieur Leandro a d’autres strophes.

leandro. Oui, au cas où il vous faudrait dormir encore un peu.

pandolfo. Pardonnez-moi, j’ai l’habitude de dormir après avoir mangé. Ne croyez pas que ce soit par mépris de votre superbe composition. J’ai énormément apprécié les premiers vers.

leandro. La prochaine fois je vous les lirai après que vous ayez dormi.

pandolfo. Oh oui, tôt le matin ; venez prendre un chocolat chez moi.

roberto (À Leandro). Oh oui, nous irons ensemble. (À Pandolfo.) Je viendrai aussi, si vous en êtes d’accord.

pandolfo. Vous me ferez honneur et plaisir. (À Costanza, en se mettant en route.) Allons.

costanza (Tout bas à Roberto). Adieu.

roberto (Tout bas à Costanza). Adieu.

pandolfo (En se tournant vers Costanza). Et bien, vous ne venez pas ?

costanza (À Pandolfo). J’avais oublié mon mouchoir.

(Tous se saluent. Pandolfo et Costanza partent.)

– Scène 5 – 

Roberto, Leandro, Agapito et serviteurs

agapito. Et bien, monsieur Roberto, notre affaire s’est-elle bien passée ?

roberto. Parfaitement. Grâce à mon ami Leandro, et grâce au sommeil de monsieur Pandolfo, nous avons fort bien arrangé les choses.

leandro. En badinant de la sorte, vous voulez dire que mes vers ont servi d’entremetteurs.

roberto. Ô vers si doux ! Ô mon cher ami ! Ô jour heureux pour moi ! Je vous remercie, monsieur Agapito, remerciez monsieur Gottardo. Je suis fou de bonheur. (Il part.)

– Scène 6 – 

Leandro, Agapito, les serviteurs

leandro (À Agapito). Transmettez de ma part, je vous prie, les mêmes politesses à monsieur Gottardo.

agapito. Vous serez obéi. Etes-vous satisfait du repas ?

leandro. Très satisfait. On ne peut faire mieux. On voit bien que Gottardo a du goût et qu’il est généreux.

agapito. Oui, assurément, c’est un homme très généreux.

leandro. Je vous salue, monsieur Agapito. (Il sort.)

agapito. Je suis votre serviteur.

– Scène 7 – 

Agapito et serviteurs

agapito. Mes enfants, avez-vous terminé ? Avez-vous tout rangé ? Le linge, les couverts, les assiettes sont-ils dans cette armoire ? (Ils acquiescent.) Avez-vous gardé pour vous les restes du repas ? (Ils disent que oui.) Bien, allez donc manger à votre aise et en toute liberté. (Les serviteurs partent.) Le tour est joué, il a très bien réussi, maintenant il ne reste plus qu’à voir comment Gottardo va se tirer d’affaire avec l’aubergiste.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search