Version classiqueVersion mobile

Goldoni. Le petit théâtre de société

 | 
Carlo Goldoni

Le Tour payé de retour

Acte II

Traduction de Jean-François LATTARICO, François REVARDEAUX et Constance JORI

Texte intégral

– Scène 1 – 

Agapito seul

Il ouvre la porte avec la clef, et entre tout doucement, en regardant ici et là s’il n’y a personne ; il regarde dans la pièce du fond, c’est-à-dire par la porte de ladite pièce, sans entrer ; il regarde ensuite vers la scène, là où Gottardo disait que se trouvait la cave, et, rassuré, il avance et dit :

agapito. Il est parti ; il n’y a personne. Je vais pouvoir prendre ma clef. (Il la cherche sur la table et par terre.) Diable, ma clef n’y est plus : ou bien Gottardo l’a rangée quelque part, ou bien il l’a mise dans sa poche en croyant que c’était la sienne. Je regrette pour ma montre, mais peu importe, pour aujourd’hui je m’en passerai ; et ce soir si je n’ai pas ma clef, je me ferai ouvrir par un serrurier, et je ferai changer le verrou demain. En attendant, je veux profiter de l’occasion. Pour l’heure je suis le maître des lieux, et je compte bien m’amuser aux dépens de ce fieffé grigou. Eh, Berto. (Il appelle à la porte.)

– Scène 2 – 

Le même et Berto

berto. Monsieur.

agapito. Je voulais t’envoyer chez moi pour y prendre ma montre, mais j’ai changé d’avis. À présent, je veux t’envoyer ailleurs. Va chez l’aubergiste de La Fortune et dis au patron qu’il vienne immédiatement ici, chez monsieur Gottardo, le tisserand en lin, indique-lui le chemin s’il ne le connaît pas, et dis-lui que c’est monsieur Gottardo en personne qui le demande et qu’il doit lui préparer un repas. Conduis-le ici, et attends-moi au café d’à côté. Fais soigneusement ce que je t’ai ordonné.

berto. Ne craignez rien, vous serez servi point par point. (Il part.)

– Scène 3 – 

Agapito, puis Roberto

agapito. Oh, si tout se passe comme prévu, ce sera la plus belle scène du monde. Mais ça m’ennuie pour ma clef. Voyons si elle ne se trouve pas dans le tiroir. (Il regarde dans le petit tiroir de la table.) Il n’y a absolument rien. Gottardo l’a prise pour la sienne. C’est aussi bien, s’il n’en a pas d’autre, il ne pourra pas entrer chez lui. (On frappe à la porte.) On a frappé. Voyons un peu qui est là. Oh, monsieur Roberto ! Diantre, il a fait vite pour venir ! (Il ouvre.)

roberto. Me voici, prêt à accueillir les grâces de monsieur Gottardo.

agapito. Mais cher monsieur Roberto, il reste encore deux ou trois heures avant l’heure du repas.

roberto. Oui, mais ne m’avez-vous pas dit que mademoiselle Costanza devait être là. Je suis venu en avance pour avoir le plaisir de rester avec elle.

agapito. Il n’y a encore personne ; et puis nous ne sommes pas sûrs que monsieur Pandolfo et mademoiselle Costanza viennent.

roberto. Cher monsieur Agapito, si vous n’êtes pas sûr que mademoiselle Costanza vienne, pourquoi m’avez-vous fait venir déjeuner chez monsieur Gottardo ? J’estime jusqu’à un certain point monsieur Gottardo, mais croyez-moi, sans mademoiselle Costanza je n’ai que faire de lui.

agapito. Et moi je me flatte de la présence de mademoiselle Costanza, car je vais aller de ce pas chez monsieur Pandolfo, et je l’inviterai lui et sa fille à déjeuner au nom de monsieur Gottardo, et je m’engage à les faire venir.

roberto. Très bien. En ce cas, je serai votre obligé, et je serai obligé envers monsieur Gottardo de m’inviter à dîner chez lui.

agapito. Oh, c’est que monsieur Gottardo est un homme très généreux qui reçoit comme il se doit tous les gens de sa connaissance. Il s’est rappelé avoir fait avec vous quelque bonne petite affaire, il espère en faire d’autres, et veut s’attirer les bonnes grâces de tout le monde.

roberto. Bravo ! S’il agit ainsi, il aura des amis et fera bien. Mais comment a-t-il pu chercher à me faire venir avec monsieur Pandolfo et sa fille ? Sait-il que j’ai un penchant pour elle ?

agapito. Il sait tout, et il l’a fait exprès.

roberto. Bravo monsieur Gottardo ! C’est vraiment un honnête homme.

agapito. C’est le roi des honnêtes gens. Mais, par ailleurs, j’ai le mérite de le lui avoir suggéré.

roberto. Je vous remercie infiniment, je sais ce que je vous dois, et je saurai être reconnaissant.

agapito. Cher monsieur Roberto, je pense qu’en parlant ainsi vous voulez plaisanter. Vous savez que je suis un honnête homme et que je ne suis pas capable de me mêler de ces choses par intérêt. J’ai de l’estime, j’ai de l’amitié pour vous. Je cherche à vous faire plaisir, si je le peux, et je n’ai d’autre but que de faire pour autrui ce que je voudrais que l’on fît pour moi si je me trouvais dans la même situation.

roberto. Et moi, je vous l’assure, je ferais la même chose pour chacun de mes amis.

agapito. Mais permettez, de grâce, vous savez que j’ai mes entrées chez monsieur Pandolfo, et plus d’une fois vous m’avez parlé de sa fille, et vous m’avez dit que vous aviez l’intention de l’épouser.

roberto. Il est vrai ; c’est là ma seule intention.

agapito. Mais pourquoi donc n’en parlez-vous pas, ou n’en faites-vous parler à son père ? Si vous voulez, je me propose de le faire moi-même.

roberto. Je vais vous dire. Avant de franchir ce pas, je voudrais m’assurer que la jeune fille m’aime et qu’elle m’acceptera. C’est pourquoi j’ai tant désiré m’entretenir avec elle en tête à tête. Je n’ai jamais pu le faire, et aujourd’hui j’espère obtenir cette faveur grâce à vous et grâce à monsieur Gottardo.

agapito (Tout bas). Il peut dire grâce à moi seul, puisque Gottardo n’en sait rien. On a frappé. (On entend frapper.)

roberto. Ah, si c’était mademoiselle Costanza, quel bonheur !

agapito. Attendez, je vais regarder pour m’en assurer. (Tout bas.) Je ne voudrais pas que quelqu’un vînt pour m’embrouiller. (Il regarde par le trou de la serrure.) C’est monsieur Pandolfo.

roberto. Seul ?

agapito. Seul.

roberto. Mais pourquoi seul ?

agapito. Je ne sais pas ; nous allons voir. Mais faites une chose, retirez-vous dans cette pièce. Ne vous montrez pas.

roberto. Pourquoi ?

agapito. Pour que la chose ne paraisse pas concertée.

roberto. Vous avez raison. Je vais me retirer, et j’écouterai. (Il entre dans la pièce.)

– Scène 4 – 

Agapito puis Pandolfo

agapito. (On frappe à nouveau plus fort, Agapito ouvre.) Oh, excusez-moi monsieur Pandolfo. Je ne suis pas un familier de la maison ; je n’avais pas entendu.

pandolfo. Où est Gottardo ?

agapito. Il n’est pas là monsieur ; il est sorti avec sa femme pour une affaire urgente et m’a laissé ici pour vous recevoir, vous et mademoiselle Costanza. Comment se fait-il que mademoiselle Costanza ne soit pas venue ?

pandolfo. Et comment Gottardo savait-il que ma fille et moi voulions venir chez lui aujourd’hui ? Serait-ce donc vous qui le lui avez dit ?

agapito. Monsieur, je vous demande pardon ; c’est vrai je suis incapable de dire des mensonges ; c’est bien moi qui le lui ai dit.

pandolfo. Et pour quelle raison ? Je vous avais pourtant prévenu de ne rien lui dire.

agapito. C’est vrai, mais je vais vous dire la vérité. J’ai de l’amitié pour Gottardo et cela m’ennuyait de voir ce pauvre homme dans l’embarras au cas où vous seriez arrivé à l’improviste. J’ai cru bien faire en le prévenant, mais n’ayez crainte, il ne se mettra pas en frais. Je le lui ai dit expressément, et il ne le fera pas.

pandolfo. Eh bien alors, j’ai perdu le plaisir de la surprise ; ça m’amusait de le voir embarrassé, maintenant qu’il le sait, je ne veux rien d’autre.

agapito. Oh, cher monsieur Pandolfo, ce serait là pour monsieur Gottardo une mortification infinie. Maintenant qu’il le sait, qu’il a fait quelques préparatifs…

pandolfo. Tâchez de le retrouver ; dites-lui qu’il ne fasse rien d’autre, que je ne viens pas.

agapito. En vérité le pauvre homme serait au désespoir. Il a entendu avec un tel plaisir la nouvelle que je lui ai rapportée ; et puis, pour vous dire la vérité, tous les deux, lui comme Placida, lorsqu’ils ont appris cela, ils ont invité d’autres personnes, et si mademoiselle Costanza et votre seigneurie ne venaient pas, ils seraient au désespoir.

pandolfo. C’est là une raison qui pourrait presque me convaincre, mais vous avez eu tort de parler.

agapito. C’est vrai, mais je l’ai fait parce que j’ai bon cœur.

pandolfo. Gottardo veut donc aujourd’hui se faire honneur. Il a invité du monde.

agapito. Oui monsieur, nous serons, je crois, six ou sept.

pandolfo. Et comment a-t-il pu se décider à faire cela ? Je sais qu’il a toujours été très économe.

agapito. Oh maintenant il est très généreux. Il commence à recevoir. Vous voyez, il est devenu marchand.

pandolfo. Je ne voudrais pas qu’il perdît son bon sens et qu’il devînt trop prodigue.

agapito. Oh il n’y a pas de danger, je vous l’assure.

pandolfo. Bon, pour cette fois je viendrai.

agapito. Et mademoiselle Costanza ?

pandolfo. Elle viendra aussi. Pour tout vous dire : je suis venu avant pour savoir, sous quelque prétexte, si Gottardo et Placida restaient déjeuner chez eux, pour être sûr de ne pas me tromper ; puis je serais allé vous attendre sur la place, comme nous en étions convenus, et nous serions allé chercher ma fille pour la conduire ici.

agapito. Je regrette de ne pas pouvoir m’en aller pour le moment.

pandolfo. Non, non, restez. À l’heure dite, je viendrai avec Costanza. Mais dites à Gottardo qu’il ne fasse pas de dépenses superflues.

agapito. Oui monsieur.

pandolfo. Rappelez-lui d’être économe.

agapito. Oh laissez-moi faire.

pandolfo. À tout à l’heure, bavard.

agapito. Vous avez raison. J’ai parlé et je n’aurais pas dû.

pandolfo. J’imagine que vous serez aussi parmi les invités.

agapito. Bien sûr. Quand j’ai entendu cela je ne voulais pas rester, mais Gottardo m’a tant prié.

pandolfo. Oui, c’est un homme de très bon cœur.

agapito. Oh, c’est une perle !

pandolfo. Adieu. (Il part.)

agapito. Serviteur.

– Scène 5 – 

Agapito puis Roberto

agapito. Ah quelle perle, ce Gottardo ! Quel bon cœur il a !

roberto. Oh combien je vous suis obligé mon cher Agapito ! J’ai tout entendu. Je n’oublierai jamais votre bonne amitié. (Il l’embrasse.)

agapito. Vous avez entendu quelle peine je me suis donné.

roberto. J’ai entendu.

agapito. Votre Seigneurie peut vaquer à ses affaires et puis revenir pour l’heure du repas.

roberto. Oui, vous avez raison, j’y vais et je reviens. Mais je vous ai entendu dire qu’il y aura d’autres personnes ; je ne voudrais pas qu’ils me gênent.

agapito. Je crois qu’il n’y aura personne d’autre, excepté monsieur Leandro.

roberto. Oh Leandro est mon ami, il ne m’intimide pas.

agapito. Je l’ai fait inviter exprès afin qu’il puisse vous assister si besoin est, afin qu’il fasse la conversation au père pendant que Votre Seigneurie s’entretiendra avec sa fille.

roberto. Bravo, bravissimo. Je reviendrai donc... Quelle heure est-il maintenant ?

agapito. Je ne sais pas, j’ai oublié ma montre chez moi.

roberto (Regardant sa montre). Il est presque midi. Si vous avez besoin de celle-ci.

agapito. Non, non, je vous remercie. J’ai la mienne.

roberto. Au revoir, mon ami, au revoir. (Il repart joyeux.)

– Scène 6 – 

Agapito seul

agapito. Si grande est sa joie qu’il m’aurait donné très volontiers cette montre. Mais moi je ne la prendrais pas, même si elle était sertie de diamants. Je ne veux pas qu’il puisse dire que je fais ça par intérêt. Je fais ça par simple amusement. (On entend frapper.) On frappe de nouveau. Qui diable cela peut-il être ? Ce doit être l’aubergiste. (Il regarde par le trou de la serrure.) C’est lui sans nul doute. Il faut de l’habileté pour mener la chose à bien.

– Scène 7 – 

L’aubergiste et le même

l’aubergiste. Votre très humble serviteur.

agapito. Mes respects. Vous êtes donc l’aubergiste de La Fortune ?

l’aubergiste. À votre service. Je suis ici pour recevoir vos ordres.

agapito. Il faudrait un repas pour six ou sept personnes.

l’aubergiste. Même pour seize si vous l’ordonnez. Permettez, vous êtes monsieur Gottardo ?

agapito. Je ne suis pas Gottardo, mais son frère.

l’aubergiste. Votre très humble serviteur ; je suis ravi de l’apprendre.

agapito. Vous connaissez mon frère Gottardo ?

l’aubergiste. Je n’ai pas l’honneur de le connaître en personne. Nous sommes voisins mais je n’ai jamais eu l’honneur de le voir. Je sais que c’est un homme aimable, qu’il s’est marié récemment ; je sais qu’il habite cette maison et je me réjouis d’avoir l’honneur de le servir.

agapito. Et moi j’ai l’honneur de vous dire sa volonté.

l’aubergiste. Et moi j’aurai l’honneur de l’exécuter.

agapito. Comme je vous le disais, il me faudrait pour aujourd’hui un repas pour cinq personnes. Serez-vous disposé à le préparer vite et bien ?

l’aubergiste. Tout de suite, en un instant, et j’espère qu’ils seront contents de moi. Mais dites-moi, comment voulez-vous être servi ? Combien de plats ? De quelles sortes ? De quelles qualités ?

agapito. Je vais vous dire, pour ne pas brider votre imagination, nous vous laisserons la liberté de faire ce que vous voulez. Vous apporterez tout. Pain, vin, fruits, linge, plats, couverts… Vous aurez de la vaisselle en argent ?

l’aubergiste. Oh oui, monsieur, pour soixante personnes s’il le faut.

agapito. Oh bien sûr, on sait qu’à La Fortune il ne manque rien.

l’aubergiste. Excusez-moi. À La Fortune, et au mérite.

agapito. Au mérite ?

l’aubergiste. Ce n’est pas pour dire, mais mon auberge est connue. La fortune à la porte et le mérite à la cuisine.

agapito. Fort bien. Donc vous nous donnerez tout le nécessaire. Vous nous donnerez ces plats que suggérera votre mérite et nous aurons l’honneur de vous payer à raison de six paoli par tête. Est-ce que cela ira ?

l’aubergiste. Tout ce que vous ordonnerez. Mais pour six paoli par tête, il ne peut y avoir ni grand mérite ni grande fortune.

agapito. Eh ! Monsieur l’aubergiste je m’y entends moi aussi quelque peu. Six paoli par tête pour un repas moyen.

l’aubergiste. Bien, bien, comme vous voudrez.

agapito. Courage donc, allez et faites pour le mieux.

l’aubergiste. Je vais tout de suite ordonner, disposer, travailler, exécuter.

agapito. Quelque plat savoureux, quelque chose de délicat.

l’aubergiste. Laissez-moi faire.

agapito. Je m’en remets à votre mérite.

l’aubergiste. Vous avez le mérite de commander et moi j’aurai la fortune de vous servir. (Il part.)

– Scène 8 – 

Agapito, seul

agapito. Je ne voudrais pas que cet homme-là ait le mérite de se moquer de nous et nous le malheur d’être maltraités. Je ne me fie pas à ses cérémonies. Je veux aller voir, observer pour être rassuré. Puisque j’ai pensé faire honneur à la générosité de Gottardo, je veux au moins que les convives soient contents et qu’ils lui tressent des couronnes.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search