Version classiqueVersion mobile

Goldoni. Le petit théâtre de société

 | 
Carlo Goldoni

L’Avare

Avis au lecteur

Traduction de Mathieu DION, Nathalie LEDEUIL-MIGLIERINA et Laurent VALLANCE

Texte intégral

1Une comédie en un acte peut sembler à certains peu de chose pour la cohérence du volume et chose facile pour un auteur. Moi, avec la permission de ceux qui croient cela, je ne suis d’accord, ni avec l’une ni avec l’autre de leurs conjectures. En ce qui concerne la cohérence, quand une comédie en un acte possède toutes les parties requises dans une composition semblable, elle est une comédie à part entière tout autant que Calixte et Melibée, qui est composée de 15 actes. Les Français font un grand usage des « petites pièces », ce qui en italien signifie « petites comédies » ; petites par les dimensions, et non par le sujet, l’intrigue et le dénouement. De telles comédies sont utiles pour les conversations et les théâtres, lorsqu’on représente des tragédies qui sont ordinairement brèves et mélancoliques : la comédie en un acte prolonge alors le divertissement et réjouit le peuple attristé. J’écrivis celle-ci à la demande de Son Excellence le marquis Francesco Albergati, sénateur de Bologne, pour les gentilshommes et les dames de cette ville, et elle eut la chance d’être parfaitement jouée, et de plaire, je ne dirai pas par elle-même, mais grâce au mérite des acteurs, et je me flatte que, jouée par de bons comédiens après une tragédie, elle ne ferait pas mauvais effet dans n’importe quel théâtre ; et j’irais même jusqu’à croire qu’il est tout à fait nécessaire qu’au théâtre italien il ne manque pas de cette espèce de divertissement dont abonde le théâtre français, et je crois que le public peut y prendre plaisir, comme nous en avons vu un exemple réussi l’an dernier à Venise : le très savant comte Gasparo Gozzi avait traduit du français une pièce semblable, et l’avait fait jouer en public avec succès.

2Si d’autre part, certains croyaient que c’est chose facile, et qui requiert moins de travail qu’une comédie en trois ou cinq actes, ils se tromperaient beaucoup. L’invention du sujet est la même, les caractères sont tout aussi nécessaires à la brièveté et à la longueur, l’intrigue, les péripéties, le dénouement sont des parties intégrantes et indispensables à la comédie la plus brève comme à la plus longue. Et c’est bel et bien une chose malaisée et difficile que de faire se dérouler l’action tout entière en un temps si bref, de limiter l’imagination par des bornes si étroites. Dans une comédie régulière divisée en actes, nous avons la liberté d’utiliser jusqu’à 24 heures. La division en actes est fort commode pour l’auteur, qui dissimule entre deux actes des choses qui ne se voient pas, mais auxquelles il est ensuite fait allusion par des artifices. Au contraire, dans la comédie en un acte, l’action que l’on représente doit se dérouler sur scène dans le temps restreint au cours duquel un fait vrai pourrait raisonnablement se produire. Je laisse ceux qui s’y entendent juger s’il est facile de méditer cela et de le réaliser. Si d’aucuns se plaignent de cette comédie brève, c’est parce que, désireux de lire davantage, ils regretteront d’avoir fini trop tôt leur divertissement, mais s’ils pensent ensuite à la peine qu’elle me coûte et à l’honnête fin pour laquelle je l’ai fait imprimer, j’espère qu’ils seront reconnaissants ou du moins indulgents à mon égard. Qu’ils ne croient pas cependant que je veuille abuser de leur complaisance. Trois ou quatre de ces comédies brèves dans une longue série de volumes, me semblent excusables même par les plus avides de lire et de se divertir, et il y en a, et il y en aura de si longues, qu’en les pesant toutes ensemble, je crois qu’il y aura pour tous le bon poids et la bonne mesure.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search